Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 20 Oct 2014 - 15:46

Je parle strictement de la coda du scherzo dans la troisième symphonie. Solti et l'orchestre se transforment soudainement en derviches tourneurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 24 Nov 2014 - 17:29

Symphonie no 3.  Version originale de 1873. Enregistrement de concert, juin 2014. Label ATMA. L'Orchestre métropolitain du Grand Montréal est dirigé par son chef, Yannick Nézet-Séguin.

L'oeuvre est substantiellement différente de ce qui est généralement proposé, soit la version écourtée et réarrangée de 1889. Celle-ci fait une bonne dizaine de minutes de moins. La version originale contient des citations de Wagner et est constituée de nombreux épisodes qui s'enchaînent (tissu connectif) ou se succèdent (pauses). En 1889 Bruckner a fait table rase des citations et de nombreuses mesures de raccordement. Le résultat est beaucoup plus compact et incisif, mais les interprétations qui adoptent des tempi vifs donnent un ton agressif à l'ensemble.

'Agressif' est le dernier qualificatif que j'emploierais pour cette version YNS. Le jeune chef adopte des tempi relaxes, des textures fondues et presque caressantes par endroits. J'étais à ce concert l'été dernier et j'ai pu apprécier l'engagement évident du chef et de l'orchestre (qui joue ici de façon magnifique). Il existe d'autres versions discographiques de cette version originale : Rozhdestvenski, Inbal, Nagano, Tintner et même Norrington. Les minutages varient de 57 minutes (Norrington) à 77 (Tintner). YNS prend un confortable 66 minutes. C'est surtout dans le vaste premier mouvement, qu'il détaille amoureusement, dans lequel il se démarque par un parti-pris de lenteur qui fait penser à l'approche d'un Böhm dans la Symphonie Pastorale. Le résultat est plus convaincant qu'avec Inbal, un peu brusque dans cette immense fresque orchestrale.

L'enregistrement sert bien les intentions du chef: parfaitement détaillé mais d'une sonorité très veloutée. Comme toujours à la Maison symphonique on a droit à une prise de son irréprochable: naturelle, fondue et sans stridence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stolzing
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 685
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 24 Nov 2014 - 18:24

Les citations wagnériennes passent à la trappe dès la version de 1877, qui me paraît de loin la meilleure. La version de 1873 est curieuse et un peu bancale, je trouve. Celle de 1889 est une boucherie, le finale est amputé d'un tiers ou à peu près, de telle sorte que sa construction devient incompréhensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 29 Déc 2014 - 19:02

Ne faudrait-il pas rebaptiser ce fil 'symphonies 00 à 5 ? Vu qu'il y a un fil dédié à chacune des quatre dernières symphonies...


J'ai écouté deux fois une vieille bande de la troisième sur le label Concert Hall Society. Walter Goehr y dirige le Philharmonique des Pays-Bas. La prise de son est très bonne pour 1954. Possiblement enregistrée au Concertgebouw d'Amsterdam , où l'orchestre joue.

Version décapante, pleine d'énergie contenue, directe et foisonnante. Pour la version tronquée de 1889, c'est une excellente lecture. Les cuivres sont quelquefois à la peine, mais tout l'orchestre joue comme des possédés (le scherzo!). Encore une fois je constate que Bruckner était joué beaucoup plus rapidement dans les années cinquante, quand la 'renaissance Bruckner' commençait à se faire jour. 17:50, 16:00, 6:00, 11:30, total 51:20.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 29 Déc 2014 - 21:05

André a écrit:

J'ai écouté deux fois une vieille bande de la troisième sur le label Concert Hall Society. Walter Goehr y dirige le Philharmonique des Pays-Bas. La prise de son est très bonne pour 1954. Possiblement enregistrée au Concertgebouw d'Amsterdam , où l'orchestre joue.

Version décapante, pleine d'énergie contenue, directe et foisonnante. Pour la version tronquée de 1889, c'est une excellente lecture. Les cuivres sont quelquefois à la peine, mais tout l'orchestre joue comme des possédés (le scherzo!). [...] 17:50, 16:00, 6:00, 11:30, total 51:20.

Ça, ça m'intéresse énormément (même si c'est 1889). C'est facilement trouvable? Libre de droits?


André a écrit:
Encore une fois je constate que Bruckner était joué beaucoup plus rapidement dans les années cinquante, quand la 'renaissance Bruckner' commençait à se faire jour.

Voilà. Avant le grand raz-de-marée de mélasse spiritualiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 29 Déc 2014 - 22:51

C'est certainement libre de droits. Et si ce lien fonctionne toujours, tu peux télécharger gratuitement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 29 Déc 2014 - 23:02

Ça marche! Formidable, grand merci, André!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 29 Déc 2014 - 23:22

André a écrit:
C'est certainement libre de droits. Et si ce lien fonctionne toujours, tu peux télécharger gratuitement !

Merveilleux site, en effet (Rosbaud, Andreae, G.L. Jochum drunken ) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 29 Déc 2014 - 23:26

bAlexb a écrit:
Merveilleux site, en effet (Rosbaud, Andreae, G.L. Jochum drunken ) !

cheers  Ça y est! Tu as vu la lumière!

(La dernière fois qu'on avait causé de Bruckner, tu en étais à Celibidache et Knappertsbusch, c'est bien ça, non? Mr.Red )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 30 Déc 2014 - 2:16

Benedictus a écrit:
bAlexb a écrit:
Merveilleux site, en effet (Rosbaud, Andreae, G.L. Jochum drunken ) !

cheers  Ça y est! Tu as vu la lumière!

(La dernière fois qu'on avait causé de Bruckner, tu en étais à Celibidache et Knappertsbusch, c'est bien ça, non? Mr.Red )

Attention: Knappertsbusch années cinquante est souvent imprévisible. Massif certes, mais dont la foi soulève les montagnes en deux secondes. C'est seulement dans certaines gravures (huitième, Phil Munich par exemple) qu'il préfigure Celibidache. Ailleurs il se rattache souvent à ce courant tellurique et vivifiant qui nous donnait des neuvièmes en 55 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 30 Déc 2014 - 11:36

André a écrit:
Benedictus a écrit:
bAlexb a écrit:
Merveilleux site, en effet (Rosbaud, Andreae, G.L. Jochum drunken ) !

cheers  Ça y est! Tu as vu la lumière!

(La dernière fois qu'on avait causé de Bruckner, tu en étais à Celibidache et Knappertsbusch, c'est bien ça, non? Mr.Red )

Attention: Knappertsbusch années cinquante est souvent imprévisible. Massif certes, mais dont la foi soulève les montagnes en deux secondes. C'est seulement dans certaines gravures (huitième, Phil Munich par exemple) qu'il préfigure Celibidache. Ailleurs il se rattache souvent à ce courant tellurique et vivifiant qui nous donnait des neuvièmes en 55 minutes.

Pas que, pas que ; chez moi, tout peut coexister de manière à la fois aléatoire et très fluide/pacifique Wink !
(Et je plussoie s'agissant du "jeune" Kna', cf. sa 4e avec Berlin à Baden-Baden en 44 drunken !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 30 Déc 2014 - 13:55

André a écrit:
Attention: Knappertsbusch années cinquante est souvent imprévisible. Massif certes, mais dont la foi soulève les montagnes en deux secondes. C'est seulement dans certaines gravures (huitième, Phil Munich par exemple) qu'il préfigure Celibidache. Ailleurs il se rattache souvent à ce courant tellurique et vivifiant qui nous donnait des neuvièmes en 55 minutes.

Ah, mais nous sommes bien d'accord: Kna et Celibidache relèvent de deux pathologies écoles brucknériennes très dissemblables. Ce que je reproche à Kna, ce n'est pas du tout ses tempi, qui peuvent être parfois d'une grande justesse, dans le genre cinglant (mais même dans ce cas-là, toujours un chouïa trop rubato à mon goût). Ce qui me gâche toujours ses lectures brucknériennes, c'est: 1. le choix systématique des éditions les plus traficotées par des tiers (Schalk, Nikisch); 2. un manque de soin apporté au détail des équilibres orchestraux, de l'articulation des transitions, et globalement du tissu polyphonique (a contrario, les concerts de Furt, dans une optique assez proche, montrent bien que la transe chamanique du concert n'est pas incompatible avec un patient travail de répétition); 3. une image orchestrale excessivement wagnérienne, avec des cuivres ou bien indûment augmentés ou bien juste trop bruyants. Aucune de ces critiques ne saurait s'appliquer à Celibidache.

bAlexb a écrit:
Pas que, pas que ; chez moi, tout peut coexister de manière à la fois aléatoire et très fluide/pacifique Wink !
(Et je plussoie s'agissant du "jeune" Kna', cf. sa 4e avec Berlin à Baden-Baden en 44 drunken !)

Autant j'aurais tendance à être comme toi au sujet de l'opéra, et plus globalement des voix solistes (d'ailleurs, je me sens très souvent en accord avec tes interventions dans ces deux domaines), autant j'ai plus de mal dans la musique instrumentale et chorale - et celle de Bruckner en particulier. Au demeurant, je peux apprécier des lectures brucknériennes qui ne correspondent pas à l'idée que je me fais de cette musique (ou à ce que j'ai envie d'y entendre) - mais il faut qu'il y ait quelque chose qui compense (la rigueur de Furt vs. le côté brouillon de Kna comme je viens de le dire; ou - à tempi également statiques - la beauté des timbres berlinois dans la 8e de Maazel vs. la grisaille des différents orchestres de Celibidache).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 807
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 30 Déc 2014 - 17:07



Ca fait longtemps qu'on m'avait pas secoué une symphonie de Bruckner, mais là, ça marche. Ballot fait entendre avec évidence à quel point cette version "originale" a du sembler loufoque en son temps -- quelque chose d'aussi insensé, et incompris, que les derniers quatuors de Beethoven, je soupçonne. C'est surtout le premier mouvement qu'on a l'impression de n'avoir jamais entendu, avec ses inventions, sa polyphonie, ses audaces. Le finale, son développement devient très lisible, mais ça fait surtout des pages en plus par rapport à ce qu'on connait, alors que la réércriture du premier est quelque chose de plus radical.

Après ça, Sanderling (que j'aime d'amour) va paraître la version "expurgée", la version "pour enfants". La dédicace à Wagner fait aussi beaucoup de sens quand on entend ça, justement à cause du rapport très libre aux dissonances et à la mobilisation de tout l'orchestre pas que pour faire du bruit mais pour une richesse d'expression et de discours musical.

IL paraît que le jeune homme nous prépare une 8ème pour dans quelques semaines, je frétille d'impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 24 Fév 2015 - 7:41

Pour en revenir à Stanisłas Skrowaczewski , ça fait plusieurs dizaines de fois que j'écoute son intégrale Bruckner et j'en suis vraiment toqué, c'est vraiment une intégrale de haut niveau et que je conseillerai à qui voudrait découvrir Bruckner (aux autres aussi) mais pour les premiers, il y a les symphonies 0 et 00 qui ne sont pas toujours enregistrées et là c'est un régal, vraiment magnifique même ,ainsi que la première.L'orchestre malgré ce qu'on peut dire est très bon, beaucoup de douceur ,de sensibilité et d'intelligence et d'amour brucknérien dans tout ça, beaucoup aussi de rondeur et pas vraiment des contrastes forcés ou excessifs ou frcés,comme se le permettaient certains chef au début de la vogue brucknérienne. Une belle lenteur aussi, mais qui n'a rien à voir ,avec celle de Célibidache, je dirais plutôt un naturel ,il prend son temps dans cette exploration longue et sensible de ces symphonies.Les grandes symphonies aussi, ne manquent pas de panache et d'élan,et de beauté même si l'on a tous à l'oreille d'autres grandes versions historique.Une intégrale que je mettrai personnellement sans hésiter derrière celle Jochum chez D.G.Pour finir, avoir le même orchestre est je pense un plus, pour cette très belle intégrale à bas prix en plus, ça donne une belle unité à l'ensemble .Pour moi, sans hésiter le plus grand chef brucknérien vivant et découvert trop tard, comme c'est souvent le cas, pour les bonnes choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 24 Fév 2015 - 17:30

gluckhand a écrit:
Pour moi, sans hésiter le plus grand chef brucknérien vivant et découvert trop tard, comme c'est souvent le cas, pour les bonnes choses.

Lui, au moins, a eu la chance de l'être ; ce qui n'a pas été, à mon avis, le cas de Tintner, autre immense brucknérien, monumental mais pas granitique. Tintner qui a laissé une intégrale à-prix-tout-doux (voir plus haut), également complète et également "naturelle" même si, justement (et c'est tout l'intérêt), son naturel à lui est peut-être plus fluide, plus tourné vers une respiration "sensible" qui rend évidentes toutes les "articulations", toutes les "jointures" de l'architecture de Bruckner. Les deux, en tout cas, sont à connaître de manière complémentaire ; pour tous ceux qui pensent encore que Bruckner est un compositeur monolithique qui n'accepte qu'une seule lecture proverbiale, si ce n'est prosaïque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 24 Fév 2015 - 17:59

En effet, quand on entend l'articulation de leur discours orchestral dans Bruckner (je parle de Tintner et Skrowaczewski), on regrette surtout qu'ils n'aient jamais eu l'opportunité d'enregistrer avec de meilleurs orchestres et dans de meilleures conditions techniques. Même si je n'adhère pas forcément à leur lecture, il me semble que ce que ces deux-là ont à dire dans Bruckner aurait largement valu les investissements que des majors ont pu faire sur le Bruckner de Thielemann, Welser-Möst, Dudamel, Nagano ou Rattle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 24 Fév 2015 - 19:21

Benedictus a écrit:
il me semble que ce que ces deux-là ont à dire dans Bruckner aurait largement valu les investissements que des majors ont pu faire sur le Bruckner de Thielemann, Welser-Möst, Dudamel, Nagano ou Rattle.

Mais la liberté, cette espèce d'agogique solaire/spéculaire est peut-être bien à ce prix, après tout : être resté à l'écart des majors (c'est aussi, même si dans une moindre mesure, le cas de Wand) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Sam 28 Fév 2015 - 1:52

Je tiens les 5ème, 8ème et 9ème symphonies pour les plus abouties du Maître (ce qui est ironique d'une certaine façon dans le cas de cette dernière, inachevée). Des trois, la CINQUIÈME est la plus classique et ce, de beaucoup de points de vue.

Parmi les très nombreuses versions de cette oeuvre immense, j'ai eu la chance de découvrir il y a 40 ans celle de Klemperer avec le New Philharmonia Orchestra. Ma toute première avait été celle, très belle, de Jochum avec le BRSO. Depuis ce temps, cette version Klemperer est demeurée celle à l'aune de laquelle je mesure toutes les autres.

Elle a la particularité d'être lente mais de donner une impression de fluidité unique, de charger , foncer dans le tas avec une fougue toute conquérante et ce, à un tempo mesuré, jamais varié (contrairement à Jochum). Il rend cette oeuvre de façon extraordinairement puissante, élusive, jamais apprêtée ni empruntée. Klemperer est ici un pâtissier, non un boucher, un orfèvre, non un carrossier. Il y a là une légèreté de texture qui fait mentir ceux qui tiennent cette oeuvre pour opaque et engorgée.

Je n'avais pas écouté ce disque depuis une bonne année. Il surpasse ce que Klemperer fit quelques années plus tôt avec le WP. Objectivement remarquable, mais plus convenu et surtout, moins bien joué et enregistré. Ce disque EMI figure parmi les top-3 de cette oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hortus Conclusus
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Sam 7 Mar 2015 - 15:24

Bonjour,

Savez-vous si Eugen Jochum a enregistré plusieurs versions de la Symphonie n°7 avec le Concertgebouw ?

Merci d'avance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2876
Age : 42
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Sam 7 Mar 2015 - 15:42

Deux : le 15/3/70 et le 17/9/86 Arrow http://www.abruckner.com/discography/symphonyno7inemajo/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hortus Conclusus
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Sam 7 Mar 2015 - 17:30

Aah Very Happy ! Merci beaucoup, j'avais du mal à m'y retrouver parmi toutes les versions qui existent!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 21 Avr 2015 - 8:09

gluckhand a écrit:
PS.Un truc me revient à ce sujet , j'ai vu que L.C Jochum, le frère d'Eugen avait enregistré pas mal de Bruckner pendant la guerre.

Pendant, oui ; avec le "Reichs Bruckner Orchester" mais il faudrait vérifier le coffret Tahra partagé avec son frère pour les dates (je crois qu'il existe des captations postérieurs au conflit) : http://www.amazon.fr/Integrale-9-Symphonies-Anton-Bruckner/dp/B000027P28/ref=sr_1_8?ie=UTF8&qid=1429596303&sr=8-8&keywords=bruckner+jochum+tahra . La comparaison, d'ailleurs, permet de constater qu'en terme d'architecture "à long terme" et de poésie, aussi, Georg Ludwig est loin d'être inférieur à Eugen (et peut-être plus "fini" d'emblée, comme Athéna née tout armée).
Tu as une mine, ici (et libre de droits) ; pas que de Georg Ludwig Jochum, d'ailleurs : http://www.abruckner.com/downloads/downloadofthemonth/ .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mar 21 Avr 2015 - 9:52

Merci à toi Balexb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 13:37

DavidLeMarrec a écrit:
Effectivement, j'ai trop détesté la Première de Brahms que j'ai entendue pour réessayer ailleurs, et chez Furtie ça peut avoir son importance.

La Septième de Bruckner m'avait laissé une tout autre impression que celle que tu décris, mais en mettant à l'instant le début de 1951 (le son me semble très différent de la version que j'ai plusieurs fois écoutée, mais je n'ai pas conservé les références de l'année et du lieu – il y en a plusieurs ?), effectivement, malgré le tempo assez rapide, ça se dirige vers une forme de solennité. Très différent de mes impressions d'alors : soit parce que je n'avais écouté que du Bruckner-cathédrale (à l'époque où j'y ai découvert Furtwängler, j'avais essentiellement écouté Karajan, Dohnányi, Wand, Jochum et Blomstedt…), soit parce qu'il y a plusieurs versions et que la dernière suit la tendance que tu décris.

C'est si "cathédrale" que ça, le Bruckner de Haitink ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81448
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 13:42

De Dohnányi ?  Non, ça reste souple et mobile, il y a plus de couleurs… mais on reste, comme pour Blomstedt, dans l'esthétique générale du Bruckner monumental et méditatif, rien à voir avec les lectures tranchantes et cursives d'Andreae et de Schuricht dont il était question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 14:19

C'est ça. Pour les dates des enregistrements brucknériens de Furtwängler, il faudrait que je vérifie (et je n'ai pas trop le temps, surtout que je ne suis pas sûr de les avoir tous sous la main). Mais disons que, dans l'optique d'un Bruckner plus solennel que celui qui a ma préférence, je me retrouve en effet davantage avec Wand ou Jochum - leurs phrasés sont plus naturels, leurs équilibres sonores me conviennent mieux. Même chose d'ailleurs avec Haitink ou Blomstedt, chez qui le détail est souvent mieux fini (je connais assez mal les Bruckner de Dohnányi, en revanche). Ou, pour une sorte de point d'équilibre entre les deux traditions, avec Böhm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81448
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 14:34

Je viens de vérifier, mon Furtwängler pour la Septième est celui de 1942… et là, c'est autrement dense et urgent. Ça me rassure de ne pas m'être complètement fourvoyé dans de fausses réminiscences. Smile

Pour Dohnányi, il n'y a pas tout – je visais en particulier la Quatrième avec Cleveland (il la joue souvent, mais ses versions récentes avec la NDR et surtout le Philharmonia sont beaucoup plus mesurées et tradis, moins colorées).

J'aime en général assez les versions traditionnelles avec un beau sens de la poussée (Prêtre, Neuhold, Weller…) – enfin, pour la Septième, je suis très partisan de l'extrême Celibidache-Berlin… D'où le fait que, côté intégrale, je sois plus sensible à Karajan qu'à Jochum, à Inbal qu'à Tintner, à Paternostro qu'à Maazel

Mais je dois avouer que depuis que j'ai abondamment goûté au Bruckner hâtif et méchant, qui ne me paraît pas du tout le plus naturel pourtant, j'écoute plus souvent Bruckner et avec plus de plaisir. Ça a commencé avec Andreae (probablement l'intégrale que j'aime le plus, même si je ne suis pas complètement satisfait des mouvements qui ont, forcément, moins de charme suspendu)… En ce moment, je suis en train de me faire celle de Rozhdestvensky avec l'Orchestre d'État de Russie – la Quatrième est étourdissante, avalée d'un trait, avec des timbres grinçants très impressionnants (dès qu'il y a des pizz, on se croirait dans le Prologue de Boris !). J'aime moins la Cinquième hâtive, qui parvient moins à asseoir les équilibres. Je comptais en dire plus quand je l'aurai finie (j'y vais doucement), mais Benedictus, si tu ne l'as pas essayée, ça devrait t'intéresser !

Parmi les choses qui m'attendent, il y a aussi Nanut-Ljubljana, Janowski et Fedoseyev avec un Orchestre Tchaïkovski. Très curieux de tout ça. Si quelqu'un a essayé et souhaite en dire un mot…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 15:34

Bon, Rojdestvenski, c'est noté. (Mais c'est souvent très... ample, non? Pas ici?)

DavidLeMarrec a écrit:
J'aime en général assez les versions traditionnelles avec un beau sens de la poussée (Prêtre, Neuhold, Weller…) – enfin, pour la Septième, je suis très partisan de l'extrême Celibidache-Berlin… D'où le fait que, côté intégrale, je sois plus sensible à Karajan qu'à Jochum, à Inbal qu'à Tintner, à Paternostro qu'à Maazel
Inbal, ce n'est pourtant pas le genre «version traditionnelle avec un beau sens de la poussée» (en revanche, dans l'absolu, ça ne m'étonne pas que ça te plaise: c'est très acide, très lisible, très nerveux).
Paternostro, je ne l'ai jamais écouté, c'est comment? (Je crois qu'André en disait beaucoup de bien, dernièrement en playlist.) Pour Prêtre, il existe autre chose que la 8ᵉ avec les Symphoniker chez Weitblick?

DavidLeMarrec a écrit:
Mais je dois avouer que depuis que j'ai abondamment goûté au Bruckner hâtif et méchant, qui ne me paraît pas du tout le plus naturel pourtant, j'écoute plus souvent Bruckner et avec plus de plaisir. Ça a commencé avec Andreae (probablement l'intégrale que j'aime le plus, même si je ne suis pas complètement satisfait des mouvements qui ont, forcément, moins de charme suspendu)…
cheers

DavidLeMarrec a écrit:
Parmi les choses qui m'attendent, il y a aussi Nanut-Ljubljana, Janowski et Fedoseyev avec un Orchestre Tchaïkovski. Très curieux de tout ça. Si quelqu'un a essayé et souhaite en dire un mot…
Nanut, aucune idée.
Janowski, juste écouté la 7ᵉ quand elle es sortie il y a quatre ou cinq ans (tu parles bien de l'intégrale avec la Suisse Romande chez Pentatone?), si je me souviens bien, j'avais trouvé ça plus honorable que mémorable (lecture qu'on sent aérée mais pas très vigoureuse, il faut dire que la prise de son ne doit pas aider).
Fedosseïev, j'ai juste dû entendre un 4ᵉ chez Berlin Classics avec les Symphoniker; si je me souviens bien c'était assez rentre-dedans (mais pas extceptionnel).
Mais pour les choses récentes, je suis malheureusement un peu trop loin pour vraiment pouvoir suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81448
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 16:24

De Rozhdestvensky (désolé, je ne peux pas me faire à translittérer les mots slaves avec un « j » à prononciation française Embarassed ), je n'ai écouté que les 4 et 5 pour l'instant (et l'intégrale inclut la 0), mais contrairement à ses habitudes, non, c'est plutôt vif (et sec, mais ça, c'est plus son genre).

Je trouve Inbal, si, finalement assez traditionnel (et confortable : lisible oui, mais acide et nerveux, on ne va pas exagérer non plus). Plus net et dégraissé que la norme, mais on n'est pas dans une perspective fondamentalement différente : plutôt une vision plus directe. J'aimais beaucoup faute de concurrence sérieuse dans le genre, mais depuis que j'ai trouvé plus directionnel et malingre, je ne vais pas avoir lieu d'y revenir souvent – d'autant que j'aime moins les versions originales qu'il choisit.

Paternostro ne prend pas vraiment de parti : c'est une lecture simple, sans affectation d'idiosyncrasie ou de style particulier… c'est ce que j'aime bien, ça repose, ça évite de se laisser distraire par des questions d'interprétation. Mais quand on a déjà plusieurs versions remarquables d'une symphonie, ça n'apporte pas fondamentalement beaucoup de nouveau.

De Prêtre, non, je n'ai pas autre chose ; je suis resté très marqué par une Troisième entendue à la radio (avec l'ONF ?), qui m'a ouvert les portes de Bruckner : enfin, dans les mouvements extrêmes, j'entendais la progression structurelle ! C'était simplement pour prendre un exemple tout de suite parlant de ce qui m'intéresse dans ces versions : ça file droit, et ça rend de ce fait les masses beaucoup plus intelligibles, un peu comme dans les Parsifal de Boulez et Kegel… En plus, comme ça se répète souvent, passer plus vite n'est pas forcément une mauvaise chose. [On peut donc y voir un lien avec le fait que je ne sois pas complètement inconditionnel de Bruckner…]


Citation :
Nanut, aucune idée.
Janowski, juste écouté la 7ᵉ quand elle es sortie il y a quatre ou cinq ans (tu parles bien de l'intégrale avec la Suisse Romande chez Pentatone?), si je me souviens bien, j'avais trouvé ça plus honorable que mémorable (lecture qu'on sent aérée mais pas très vigoureuse, il faut dire que la prise de son ne doit pas aider).
Fedosseïev, j'ai juste dû entendre un 4ᵉ chez Berlin Classics avec les Symphoniker; si je me souviens bien c'était assez rentre-dedans (mais pas extceptionnel).
Mais pour les choses récentes, je suis malheureusement un peu trop loin pour vraiment pouvoir suivre.

Dommage pour Janowski (oui, je parlais bien de ça). J'ai jeté une oreille à Fedoseyev (avec l'Orchestre Tchaïkovski) après en avoir parlé… ça me plaît beaucoup, extrêmement typé comme son. En revanche, c'est la pagaille, les cors du scherzo ne parviennent même pas à jouer les accords ensemble… J'essaierai plus sérieusement, mais ça risque d'être irritant si ça dure.

Nanut est en général super, mais vu la concurrence dans ce qu'il a enregistré, il est rarement mon premier choix tout de même. Il n'empêche, je lui donnerai la possibilité de me réjouir comme d'habitude. Very Happy

Merci pour ton aide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 17:11

DavidLeMarrec a écrit:
De Rozhdestvensky (désolé, je ne peux pas me faire à translittérer les mots slaves avec un « j » à prononciation française Embarassed ), je n'ai écouté que les 4 et 5 pour l'instant (et l'intégrale inclut la 0), mais contrairement à ses habitudes, non, c'est plutôt vif (et sec, mais ça, c'est plus son genre).
Je pense que je devrais à en dire en fin de semaine prochaine... Very Happy

Citation :
Je trouve Inbal, si, finalement assez traditionnel (et confortable : lisible oui, mais acide et nerveux, on ne va pas exagérer non plus). Plus net et dégraissé que la norme, mais on n'est pas dans une perspective fondamentalement différente : plutôt une vision plus directe. J'aimais beaucoup faute de concurrence sérieuse dans le genre, mais depuis que j'ai trouvé plus directionnel et malingre, je ne vais pas avoir lieu d'y revenir souvent – d'autant que j'aime moins les versions originales qu'il choisit.
Possible, je ne l'ai pas écoutée depuis des années (son plutôt aigre qu'acide, en effet). Je la garde cependant sous le coude dans la mesure où en effet, c'est le seul qui fait les choix systématique des versions originales: donc comme un document musicologique à consulter plus que comme un enregistrement que j'écoute pour le plaisir.

Citation :
Paternostro ne prend pas vraiment de parti : c'est une lecture simple, sans affectation d'idiosyncrasie ou de style particulier… c'est ce que j'aime bien, ça repose, ça évite de se laisser distraire par des questions d'interprétation. Mais quand on a déjà plusieurs versions remarquables d'une symphonie, ça n'apporte pas fondamentalement beaucoup de nouveau.
J'écouterai peut-être un de ces jours, alors.

Citation :
De Prêtre, non, je n'ai pas autre chose ; je suis resté très marqué par une Troisième entendue à la radio (avec l'ONF ?), qui m'a ouvert les portes de Bruckner : enfin, dans les mouvements extrêmes, j'entendais la progression structurelle !  C'était simplement pour prendre un exemple tout de suite parlant de ce qui m'intéresse dans ces versions : ça file droit, et ça rend de ce fait les masses beaucoup plus intelligibles, un peu comme dans les Parsifal de Boulez et Kegel…
Mais cet enregistrement de la 8ᵉ, il vaut le coup?

Citation :
En plus, comme ça se répète souvent, passer plus vite n'est pas forcément une mauvaise chose. [On peut donc y voir un lien avec le fait que je ne sois pas complètement inconditionnel de Bruckner…]
Je note quand même le progrès: à présent, quand tu trolles au sujet des répétitions dans Bruckner, tu prends quelques précautions oratoires.

Citation :
Dommage pour Janowski (oui, je parlais bien de ça).
Ça mérite quand même d'être écouté. Ça aurait sûrement gagné à être capté par une autre firme que Pentatone: parce que la Suisse Romande et Janowski, à défaut d'être vigoureux ou capiteux, ça aurait au moins pu être une des versions les plus lisibles de la discographie. Or, avec cette captation trop ronde et trop lointaine...

Citation :
J'ai jeté une oreille à Fedoseyev (avec l'Orchestre Tchaïkovski) après en avoir parlé… ça me plaît beaucoup, extrêmement typé comme son. En revanche, c'est la pagaille, les cors du scherzo ne parviennent même pas à jouer les accords ensemble… J'essaierai plus sérieusement, mais ça risque d'être irritant si ça dure.
hehe

Citation :
Nanut est en général super, mais vu la concurrence dans ce qu'il a enregistré, il est rarement mon premier choix tout de même. Il n'empêche, je lui donnerai la possibilité de me réjouir comme d'habitude. Very Happy
Je crois que je n'ai jamais dû l'entendre du tout...

Citation :
Merci pour ton aide !
Bah, pas tant que ça, en fait... Tu m'aurais demandé de l'aide pour choisir entre les différentes versions de Jochum ou de Schuricht, je ne dis pas...

Au fait, je ne crois pas l'avoir rapporté ici: comme tu le disais, le live Wand/DSO de 1991 chez Hänssler est formidable, d'une densité et d'une tension à couper le souffle (d'ailleurs, le premier à en avoir eu le souffle coupé semble avoir été la trompette solo dans la fin du IV - mais c'est le genre de chose qui ne me dérange pas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81448
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 10 Mai 2015 - 17:34

Je disais justement que je n'avais écouté que la Troisième de Prêtre, désolé.

Citation :
Je note quand même le progrès: à présent, quand tu trolles au sujet des répétitions dans Bruckner, tu prends quelques précautions oratoires.
Y a-t-il du progrès, c'est à voir, puisque j'étais absolument sérieux : c'est quand même une esthétique assez postschubertienne dans son genre… (Et Bruckner n'étant pas de plus pas un grand mélodiste…)

Le Janowski est lointain ? D'ordinaire, PentaTone (Janowski-Romande inclus), c'est plutôt de près et très trafiqué au mixage, c'est différent en l'occurrence ?

Si, tu as très probablement entendu Nanut : il a fait les beaux jours des publications économiques (souvent vendu sous des noms d'imposteurs comme Scholz, de chefs fictifs ou plus prestigieux comme Swarowsky), Arpège, Bella Musica, etc.
Étrangement, je l'ai découvert assez tardivement, mais je collectionne quand même ses témoignages, parce que j'aime beaucoup cette façon sobre de servir la musique, sans l'impéraitf d'idiosyncrasie qu'on trouve souvent chez les chefs (et c'est toujours très bien phrasé, et l'orchestre est très bon.…).

Citation :
Tu m'aurais demandé de l'aide pour choisir entre les différentes versions de Jochum ou de Schuricht, je ne dis pas...
Justement : j'ai vu Jochum avec Hambourg, d'ordinaire j'aime cette association. J'espère quelque chose de plus dramatique que ses studios. C'est bien ?


Citation :
Au fait, je ne crois pas l'avoir rapporté ici: comme tu le disais, le live Wand/DSO de 1991 chez Hänssler est formidable, d'une densité et d'une tension à couper le souffle[size=10] (d'ailleurs, le premier à en avoir eu le souffle coupé semble avoir été la trompette solo dans la fin du IV - mais c'est le genre de chose qui ne me dérange pas)

Oui, tout le legs Wand-DSO Berlin est formidable (pour ne pas dire miraculeux), quel que soit le répertoire !

Tu parles de quelle symphonie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 11 Mai 2015 - 3:12

Il y a une quatrième par Rozhdestvensky dans la version tronquée et réorchestrée de Mahler. Une réussite en soi, mais sans comparaison aucune avec la version de 1878-80 (Haas ou Nowak). Que Rozh a aussi endisquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Jeu 14 Mai 2015 - 9:57

j'ai commandé l'intégrale des symphonies par Solti, je sais qu'il n'est pas particulièrement réputé dans ce répertoire,mais ça ne peut pas être totalement mauvais, et j'aimerai bien de temps en temps voyager en rolls dans Bruckner. Un de mes regrets, mais remis à plus tard seulement (car il faut absorber les disques, il suffit pas que de les acheter) l'intégrale Masur avec le Leipzig,peut être que j'aurai dû commencer par cette intégrale qu je fleure très bonne ?
Un coffret Charles Adler avec différentes symphonies de Bruckner, vient de sortir et devrait réserver de belles surprises ( un peu cher pour l'instant 37,90 euros) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Jeu 14 Mai 2015 - 10:07

On avait eu l'occasion de discuter de l'intégrale Tintner de Naxos.

bAlexb a écrit:
Pierre75013 a écrit:
(Comparé aux orchestres de Tintner, par exemple).

En même temps, dans la discographie de Bruckner, je pense que tout le monde est d'accord pour reconnaître que les orchestres de Tintner ne comptent pas parmi les plus personnels  hehe ; en tout cas parmi les moins préparés à jouer cette musique (Tintner a fait avec, en terme de phrasé, de jeu, etc. à peu près le même travail que Walter avec la Columbia ; je parle du fond, pas de la forme).
A propos de Tintner en général, pour répondre à ta question un peu plus haut, voir les échanges qu'on a déjà eus sur le sujet : http://classik.forumactif.com/t927p700-anton-bruckner-oeuvres-symphoniques . Pas mal de petits bouts (même les symphonies O et 7 en intégrale) se trouvent sur YT pour se faire une idée.
Moi, ce qui m'intéresse, au-delà du son, forcément fruste par rapport à toutes les phalanges qu'on connait dans Bruckner depuis Kabasta, c'est l'idée d'une "haute école" (Tintner est un pur produit viennois début-de-siècle) qui a pu perdurer jusqu'aux années 90 ; c'est cette idée de filiation que je trouve fascinante, ce discours d'un homme formé chez Schalk (beau brevet de "brucknerisme") et Weingartner, inscrit dans l'Histoire mais qui a su la questionner (notamment sur la question des éditions), etc. Ce qui relève peut-être bien de l'ordre du fantasme, je ne sais pas.
Mais j'attends vraiment la réédition de son intégrale pour approfondir la discussion.

Cette réédition Testament m'avait échappé : http://www.amazon.fr/Symphonie-5-Anton-Bruckner/dp/B00NBTJHVK/ref=sr_1_23?s=music&ie=UTF8&qid=1431590668&sr=1-23&keywords=tintner . En 70 avec le LSO, ça aiguise pas mal ma curiosité ; quelqu'un connaît ?
(Plus largement : d'autres publications "touchables" que celles du Tintner memorial de Naxos ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mer 27 Mai 2015 - 0:27

Réponses en retard:

DavidLeMarrec a écrit:
Le Janowski est lointain ?  D'ordinaire, PentaTone (Janowski-Romande inclus), c'est plutôt de près et très trafiqué au mixage, c'est différent en l'occurrence ?
Oui, c'est bizarre: on a l'impression d'une prise de son lointaine (un peu comme pour ses Wagner), mais bizarrement traficoté pour faire détaillé.

DavidLeMarrec a écrit:
Si, tu as très probablement entendu Nanut : il a fait les beaux jours des publications économiques (souvent vendu sous des noms d'imposteurs comme Scholz, de chefs fictifs ou plus prestigieux comme Swarowsky), Arpège, Bella Musica, etc.
Étrangement, je l'ai découvert assez tardivement, mais je collectionne quand même ses témoignages, parce que j'aime beaucoup cette façon sobre de servir la musique, sans l'impéraitf d'idiosyncrasie qu'on trouve souvent chez les chefs (et c'est toujours très bien phrasé, et l'orchestre est très bon.…).
Jamais entendu (mais ce que tu en dis, ça fait envie).

DavidLeMarrec a écrit:
Justement : j'ai vu Jochum avec Hambourg, d'ordinaire j'aime cette association. J'espère quelque chose de plus dramatique que ses studios. C'est bien ?
C'est studio aussi, mais plus ancien (si tu parles bien de la 8ᵉ sur le double CD «The Originals») et beaucoup plus dramatique, expressionniste même (mais toujours avec ce sens du grand arc discursif.)

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, tout le legs Wand-DSO Berlin est formidable (pour ne pas dire miraculeux), quel que soit le répertoire !
Tu parles de quelle symphonie ?
De la 5ᵉ.


Tiré du fil Playlist:

Anthony a écrit:
Je n'ai encore jamais essayé Wand dans Bruckner, mais il a très bonne réputation lorsqu'il s'agit de servir notre ami autrichien. Je crois qu'il y a beaucoup d'enregistrements, en particulier pour la 8e. C'est celui avec Berlin que tu as écouté ? Qu'en as-tu pensé ?

arnaud bellemontagne a écrit:
@Anthony:C'est Cologne RCA.
Une version très physique avec une section de cuivres à décorner les boeufs!
La gestion des flux, des crescendos et des climaxes s'élabore avec beaucoup d'acuité.
Tu peux y aller les yeux fermés.  thumleft

Anaxagore a écrit:
Personnellement, j'avoue préférer Wand Cologne à Wand Berlin. C'est à mon sens, comme Arnaud le dit bien, beaucoup plus « physique » que les versions berlinoises que je trouve trop confortables Smile . Même si cela reste du beau travail …

Benedictus a écrit:
Je ne peux qu’abonder dans le sens d’Arnaud et d’Anaxagore.
Cela dit, je préfère encore à l’intégrale de Cologne:
- les live avec l’Orchestre de la NDR (5ᵉ et 6ᵉ surtout, 3ᵉ aussi - en revanche éviter les 8ᵉ et 9ᵉ à cause de l’acoustique impossible de la cathédrale de Lübeck): même qualités qu’avec Cologne, mais des bois moins verts et plus de tension; tout cela est paru aussi chez RCA, après la réédition du cycle Cologne et avant la mise en chantier du cycle Berlin;
- encore plus épatant: les live des années 90 avec le DSO Berlin (8ᵉ et 5ᵉ dont j’ai dû parler ici): mêmes qualités structurelles mais un orchestre plus beau que Cologne et la NDR (des timbres aussi somptueux que les Berliner Philharmoniker, mais avec une lisibilité exceptionnelle) et, surtout dans la 5ᵉ, un engagement prodigieux, une atmosphère d’une densité incroyable, un orchestre chauffé à blanc (fût-ce au prix d’un solo de trompette égosillé dans le Finale).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81448
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mer 27 Mai 2015 - 19:15

À part pour découvrir de nouvelles versions, je n'écoute plus que Wand-DSO Berlin dans la Cinquième depuis que je l'ai découverte. C'est d'ailleurs avec cette version que j'ai enfin pu l'apprécier, et je retrouve parfois de mon dégoût initial lorsque j'en écoute d'autres…

La poussée dramatique (et la beauté des timbres) est assez phénoménale, alors que Wand reste dans la tradition du Bruckner-cathédrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Mer 27 Mai 2015 - 20:06

DavidLeMarrec a écrit:
À part pour découvrir de nouvelles versions, je n'écoute plus que Wand-DSO Berlin dans la Cinquième depuis que je l'ai découverte. C'est d'ailleurs avec cette version que j'ai enfin pu l'apprécier, et je retrouve parfois de mon dégoût initial lorsque j'en écoute d'autres…

La poussée dramatique (et la beauté des timbres) est assez phénoménale, alors que Wand reste dans la tradition du Bruckner-cathédrale.

Assomption de Thielemann dans la 5e, sous la plume de Stéphane Friedrich : "La 5e symphonie possède ceci de particulier que l'on se doute dès les premières mesures, de la valeur de l'interprétation [...] L'expérience prouve [...] que la densité des pizzicati aux violoncelles et contrebasses introductifs sont de précieuses indications. Thielemann, dont la direction se révèle au fil des ans de plus en plus épurées, fait partie de la lignée de chefs capables d'extraire l'exaltation romantique et mystique de la partition [...] Le chef et les instrumentistes sont en totale communion de pensée".
Le moins qu'on puisse dire, c'est que ça donne envie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Jeu 28 Mai 2015 - 18:39

Shocked Rien que ça? Bigre!
Mais c'est à propos du disque DG avec les Münchener Philharmoniker?

Je l'ai écouté il y a déjà un petit moment: autant je conviens volontiers que c'est une version honnête, réalisée avec un métier solide, autant j'ai du mal à voir en quoi elle peut susciter un tel enthousiasme (c'est quand même plutôt mou et épais).

Si l'on en reste à des approches aussi traditionnelles («cathédrale» comme dit David) et qu'on veut des prises de son récentes, outre le Wand/DSO dont je viens de parler, les live Haitink/BR et Blomstedt/Gewandhaus de 2010 s'imposent avec une autre évidence!

bAlexb a écrit:
Le moins qu'on puisse dire, c'est que ça donne envie !
Ah? Bizarrement, ce genre de prose a sur moi un tout autre effet...

Citation :
La 5e symphonie possède ceci de particulier que l'on se doute dès les premières mesures, de la valeur de l'interprétation
Oui, bon, en effet, on peut raisonnablement se douter de la valeur d'une interprétation aux premières mesures - sans pour autant pouvoir exclure que le chef et son orchestre rattrapent par la suite un incipit moyennement convaincant ou se fourvoient dans les mouvements suivants. Mais en quoi ce serait spécifique à la 5ᵉ de Bruckner?   scratch
(On ose du moins croire que le critique a écouté en entier.)

Citation :
L'expérience prouve [...] que la densité des pizzicati aux violoncelles et contrebasses introductifs sont de précieuses indications.
Ah? L'intensité de pizzicati, je crois que je vois ce que ça peut être, mais leur densité? Le nombre moyen de pizzicati au mètre carré? Et ce sont c'est de précieuses indications de quoi?... Mais enfin, peu importe, c'est irréfutable, puisque l'expérience le prouve (un peu comme the proof of the pudding is in the eating).

Citation :
Thielemann, dont la direction se révèle au fil des ans de plus en plus épurées,
Ah? Je ne crois pourtant avoir décelé d'évolution notable dans la direction de Thielemann depuis son premier disque (Pfitzner/Strauss): depuis le début, ça m'a toujours semblé bien fait (mais dans le genre confortable), avec des qualités d'engagement très variables selon les répertoires et les soirées et un rendu final très dépendant de la qualité instrinsèque des orchestres (avec Dresde, c'est souvent très bon).
Après, «épuré» n'est pas forcément le premier terme qui me vient à l'esprit à son propos (pourquoi pas «ascétique jusqu'à la sécheresse», tant qu'on y est?)

Citation :
fait partie de la lignée de chefs
Ça, c'est l'argument de vente qu'on ressort depuis ses débuts: le-dépositaire-de-la-tradition-des-Kappelmeister-d'antan... Alors qu'il a quand même été marketé et berlinerphilharmonikerisé très jeune - tandis qu'il existe à côté pas mal de chefs austro-allemands qui ont suivi le vrai cursus traditionnel des Kappelmeister et dont le style est beaucoup plus dans la lignée des Wand ou des Sawallisch.

Citation :
capables d'extraire l'exaltation romantique et mystique de la partition
scratch  Comme un dentiste extrait une dent?
Ah oui, d'accord, c'est donc pour ça que ça sonne parfois un peu anesthésié.  Mr. Green
Et puis on est bien dans Bruckner, puisque, l'auteur a ajouté l'indispensable épithète «mystique» au syntagme «exaltation romantique» (dont on salue au passage la précision et l'originalité.)

Citation :
Le chef et les instrumentistes sont en totale communion de pensée
Amen.

Non, sérieusement, je n'ai rien contre Thielemann, mais le problème c'est que c'est le plus souvent avec ce genre de verbiage qu'il est encensé; on aimerait de temps à autres lire de vrais arguments en sa faveur (d'autant qu'il est assez bon chef pour qu'on puisse en trouver).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Jeu 28 Mai 2015 - 18:45

C'est à propos du dvd avec Dresde, qui vient de paraître : http://www.amazon.fr/Sym-5-Bruckner/dp/B00NBU45T8/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1432831497&sr=8-2&keywords=bruckner+thielemann .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Jeu 28 Mai 2015 - 19:02

Ah, Dresde, c'est déjà plus intéressant... Sa 8ᵉ chez Haenssler est son témoignage brucknérien le plus réussi au CD. (Même si, à mon avis, son domaine d'excellence dans le répertoire symphonique se situe plutôt du côté de Pfitzner et de Strauss.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Sam 30 Mai 2015 - 5:27

Quelqu'un sait il ou l'on peut se procurer cette intégrale Bruckner par Rozhdestvensky chez Vénézia, ça n'a pas l'air facile à trouver on dirait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scherzian
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2986
Date d'inscription : 25/11/2009

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Sam 30 Mai 2015 - 14:32

gluckhand a écrit:
Quelqu'un sait il ou l'on peut se procurer cette intégrale Bruckner par Rozhdestvensky chez Vénézia, ça n'a pas l'air facile à trouver on dirait?

Apparemment, c'est encore disponible via le site de HMV Japan (ce lien est pour le gros boîtier de onze disques, Venezia CDVE04240, vendu pour 5224¥ plus les frais de port).

Mais, selon un ami, HMV Japan a beaucoup décliné, depuis quelques années (peut-être vers le rachat par Lawson HMV Entertainment, si j'ai bien compris). Je ne suis pas sûr que je m'y risquerais encore, de mon côté... (Mais c'est clair que le catalogue Venezia est très intéressant...  Sad )

EDIT : Cr3t!n que je suis, c'est renseigné comme deleted item. Essaie peut-être via le site de HMV Japan et les disques ou petits boîtiers isolés. Désolé d'avoir fait naître un faux espoir. C'est même OOP chez Tower (ils ne font pas d'export, mais on peut passer par un intermédiaire).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Sam 30 Mai 2015 - 15:04

Merci Scherzian, on dirait déjà, que les Rozhdestvensky en général ne sont pas faciles à trouver, dommage pour les Bruckner, mais ça viendra peut être avec le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 31 Mai 2015 - 2:30

Pour les pizzicati denses, je subodore que ça va comme ça: un pizz qui sonne comme une note émanant du redoutable Gaffophone, donc qui résonne et détonne ( genre twaïïnnngGGG) peut très bien être puissamment sonore, mais il ne sera jamais dense. pour ça, ça prend un DOOng puissant, bref et tout aussi sonore.

Ça parait ballot, mais si les pizz du début de 5:I ne sont pas denses, il y a fort à parier que l'argument avancera lentement et sans conviction, et que les fanfares finales seront un gros jell-o de cuivres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 31 Mai 2015 - 12:48

Quelle merveilleuse version de la 6ème de Bruckner par Skrowaczewski,on est à la fois porté d l'intérieur dans la symphonie et on assiste aussi en spectateur à la construction, et la génèse de cette oeuvre et avec Skro, c'est tout simplement grandiose, magique même.Qu'on ne me parle plus de la grandeur et de l'importance de l'orchestre, là avec Munich, c'est incroyable ce que ça peut doner,c'est très rare d'être autant stimulé et transporté de cette façon par un CD, l'orchestre est époustouflant, et je sais pas ,il se passe quelque chose, sûrement le génie de Bruckner, incroyablement restitué et reconstitué à sa manière très personnelle par Skro et son orchestre, tout simplement formidable et pour moi génial! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 1 Juin 2015 - 12:20

J'avoue que j'ai été assez déçu de ne pas voir un chef tactile et sensuel comme Lévine associé à Bruckner, j'en ai trouvé l'explication là, attention Chosta en prend aussi pour son grade, lol Very Happy
http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.therestisnoise.com/2005/05/shostaphobia.html&prev=search
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Lun 1 Juin 2015 - 15:17

Vaut mieux lire cet article dans sa version originale (cliquer en haut à droite). Ce sera plus facilement compréhensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Les intégrales des symphonies de Bruckner   Dim 7 Juin 2015 - 8:37

Interessant de faire le point au niveau des intégrales, car il commence à y en avoir pas mal, et certaines dont j'attendais beaucoup déçoivent un peu comme celle de Masur, avec Leipzig, et d'autres comme SKowaczewski m'a soulevé et passionné.Faire le point entre les deux intégrales Jochum ou d'autres chefs comme Haitink ou Solti, bref bien du pain sur la planche, si ça vous dit?
Moi je vais commencer par Masur et l'orchestre de Leipzig, un orchestre qui jouait déjà du Bruckner quand les orchestres européens étaient très timides avec ce compositeur et l'on aurait pu demander à l'époque "Aimez-vous Bruckner" à la place de Brahms, et si celui-ci semblait déjà complexe et brumeux, imaginez le cas de Bruckner, lol?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 7 Juin 2015 - 10:57

Dès que j'aborde une intégrale, je me précipite vers une symphonie particulière, je ne sais pourquoi, c'est un réflexe automatique chez moi , chez Bruckner la 5ème, chez Beethoven la 3 ème et chez Mahler la 6ème, pour moi ce sont des symphonies importantes et surtout un jalon important sinon primordial de chaque compositeur, bon chacun ses réflexes, et chacun fait comme il veut et peut très bien commencer par la première, ce qui pose problème chez Bruckner car il y a nombre de 0 et zéro 2, mais ça prouve surtout ce que c'est un compositeur qui en voulait, lol,bref revenons à cette 5 ème par Masur,bon je sais ce n'est pas un chef particulièrement fantaisiste et tous ceux qui portent un bouc et à barbe , en général ne le sont pas non plus , , trève de plaisanterie  et de poil à barbe, dès le début, tout y est mais tout manque, du moins pour moi, sinon c'est tès honnête, c'est du bon Bruckner à servir matin, midi et soir, mais moi je veux un Bruckner d'exception et celui-là ne me satisfait pas,pourquoi? La limpidité et le savoir faire de l'orchestre ne sont pas en cause,tout est net et sans bavure et une version comme ça il y a 20 ans m'aurait super plu, mais plus maintenant, je demande plus a Bruckner et à ceux qui le jouent et là je m'ennuie vraiment et pourtant tout est bien joué, c'est qu'il y a quelque chose qui manque ? Et ce quelque chose est pour moi le principal, quel beau son, quel bel orchestre, mais bon Dieu que ça manque de vie et de passion dans tout ça, ça paraît scolaire sinon plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   Dim 7 Juin 2015 - 15:34

Merci d'avoir mis mon post là, mais apparemment on a pas droit de commencer un nouveau post différent des autres, sur mon nouveau post, je parlai des intégrales en cours actuellement, là c'est plutôt un fourre-tout sur Bruckner, merci pour la liberté! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques
» Anton BRUCKNER - Oeuvres symphoniques
» livres sur Anton Bruckner
» Anton Bruckner (1824-1896)
» Franz Schreker - Oeuvres symphoniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: