Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Lun 25 Jan 2016 - 9:32

L'avant - première a lieu jeudi 28.
C'est une co - production avec l'Opéra d'Amsterdam où le spectacle a déjà été donné - la m e s semble prendre le parti d'une modernisation prudente, mais qui ne sacrifie pas le spectaculaire de certaines scènes.
J'y vais deux fois, le 8 et le 27 février, ce qui me permettra d'entendre les deux Leonora : Netrebko et Hui He, et deux Azucena : Semenchuk et Gubanova.

A noter que Netrebko s'est blessée pendant les répétitions, mais ça ne semble pas devoir remettre en cause sa participation au spectacle :

http://www.forumopera.com/breve/anna-netrebko-victime-de-la-fura-dels-baus


  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 26 Jan 2016 - 13:20

Le 8 février je verrai ce spectacle avec un groupe de lycéens - dont ce sera le premier contact avec l'univers lyrique.
 L'ONP vient de m'adresser à leur intention un dossier pédagogique bien fait, qui contient une note d'intention du metteur en scène.
 Elle est instructive, et on se trouve une fois encore face à un metteur en scène qui a des difficultés à assumer l'oeuvre dans sa plénitude : il constate - doux euphémisme - que l'univers du livret fait de gitanes, troubadours, duels, forteresses, couvents... n'est guère contemporain - et il se pose une question - erronée à mes yeux - de savoir comment rendre vraisemblable cet univers - et il pense trouver la réponse en transposant l'action pendant la Grande guerre...
On verra ce que ça donnera, et on peut se faire une petite idée à partir de la vidéo de l'Opéra d'Amsterdam où cette production a déjà été donnée :

https://www.youtube.com/watch?v=AmKh4BOdIG0

Je me demande comment un metteur en scène chevronné peut sérieusement se poser la question de la "vraisemblance" dans quelque opéra que ce soit : n'est -il pas acquis que l'art lyrique n'est pas réaliste, et que beaucoup de chef d'oeuvres reposent sur des mécaniques dramatiques passablement invraisemblables ??

  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 2 Fév 2016 - 8:03

La première a eu lieu : dans l'ensemble les jugements sont enthousiastes :

 http://www.altamusica.com/concerts/document.php?action=MoreDocument&DocRef=5874&DossierRef=5367

http://www.forumopera.com/il-trovatore-paris-bastille-anna-netrebko-meilleure-chanteuse-du-monde


 De la part des spectateurs, deux sérieux bémols :
 L'absence de direction d'acteur, compensée par l'engagement des chanteurs
 Alvarez, en difficulté en Manrico.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 339
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 9:24

Superbe execution hier soir, malgré la déception de ne pas avoir Netrebko, malade. Quel plaisir d'entendre cet opera à ce niveau! C'est vrai que l'intrigue tient la route, meme si les dialogues ne sont pas fantastiques. Hui He est vraiment tres bien (meme si elle n'a pas tout à fait les aigus éclatants de Netrebko), et de mieux en mieux au cours de la soirée. Alvarez (bizarrement critiqué par certains) etait excellent, comme à son habitude. La voix est encore tres tres belle, c'est toujours musical (dans la derniere scene il chante encore des aigus piano sinon pianissimo à peine mixés), il ose meme cranement le contre-ut de la Pira, qu'on ne lui demandait pas--beau (et juste). Bon d'accord, ce n'est pas le plus grand des acteurs mais on s'en fiche.... Tezier chante un magnifique air et Semenchuk est remarquable surtout à la fin quand Verdi la fait enfin chanter en sons filés, on voit alors la beauté et la subtilité de sa voix. Tous les ensembles superbes. Bon, le choeur (d'hommes) avec sa subtilité habituelle navigue entre le ff et fff (sauf quand ils sont hors scene: une disposition à generaliser pour eux AMHA). Orchestre dramatique mais qui reste sobre et musical, lui. Bref, pour mon premier Trouvere en salle (à mon age!), du tres haut niveau et un tres beau moment.

[edit: je précise qu'il y avait un groupe de lyceens pas loin derriere moi au 2nd balcon, ils etaient animés à l'entracte mais tres sages pendant la musique, et assez enthousiastes à la fin m'a-t-il semblé...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 10:05

Représentation du 8 février

 Leonora : Hui He
 Azucena : Ekaterina Semenchuk
 Manrico : Marcelo Alvarez
 Le Comte Ludovic Tézier
 Ferrando : Roberto Tagliavini

  Mise en scène :Alex Ollé
  Scénographie : Alfons Flores
  Lumières : Urs Schoenebaum

  Choeurs de l'ONP - Jose Luis Basso

  Daniele Callegari

 Passé la déception de ne pas entendre Netrebko, une belle soirée pour mon 3ème Trouvère.

 On connait le caractère invraisemblable de beaucoup d'éléments du livret, mais ce sont ces mêmes éléments qui ont suscité chez Verdi un foisonnement créatif, qui ont abouti à ce chef d'oeuvre - sur le plan du style, c'est un hybride entre le grand opéra à la française et de bel canto romantique, surtout pour Leonora, c'est ce qui en fait la beauté mais aussi la difficulté vocale.
Dommage que l'ONP ait procédé à la coupure de certaines reprises - par contre nous avons eu droit après le Miserere à la cabalette "Vedrai" souvent omise.
Sur le plan scénique, l'ONP semble continuer de jouer de malchance avec cette oeuvre : on n'est certes pas dans l'horreur qu'était la production de Zambello en 2003 - 2004, mais on se situe dans le gratuit et l'inutile : la transposition au XXème siècle n'apporte absolument rien, et le dispositif des blocs amovibles est juste un élément qui entrave la fluidité des mouvements des protagonistes... mais l'oeuvre est suffisamment forte pour résister à ce traitement sans imagination - et l'engagement des chanteurs compense amplement la faiblesse du travail du metteur en scène.
Evidemment Hui He - jamais entendue avant - n'est pas au niveau de Netrebko - ses vocalises sont passablement empruntées, elle a aussi craqué une note aigue dans "Tacea la notte" - mais elle a d'autres qualités : la voix est ample, colorée, avec un riche medium - et elle aura été magnifique dans toute la seconde partie.
Aucune réserve sur Semenchuk - là aussi une découverte - formidable Azucena.
Bonne surprise concernant Alvarez, dont la prestation a été fortement critiquée : très beau, lyrique et bien chantant dans l'ensemble : seul "La pira" aura été un court mais difficile moment.
Magnifique Comte de Tézier, qui donne à voir un personnage violent, torturé, incapable de maîtriser sa haine.
Bon Ferrando de Tagliavini.

Choeurs et orchestre ; très bon - bien sur Callegari n'est pas Karajan à Salzbourg en 1962, totalement allumé, mais l'ensemble était très satisfaisant.

A l'applaudimètre final : No1 : Tézier, No2 Semenchuk, No 3 Alvarez, No 4 Hui He.

J'espère que d'autres que Patzak et moi iront voir se spectacle ; j'y retourne - avec plaisir - le 27 avec une distribution partiellement renouvelée : Manrico : Fabio Sartori, Azucena : Ekaterina Gubanova.

 Montfort

 P S 1 : j'ai emmené avec moi un groupe de lycéens du Val d'Oise dont c'était la première expérience lyrique : ils ont beaucoup apprécié
 P S 2 : vus à la sortie un nombre impressionnant !e people : Xavier Darcos, Michel Pébereau, Patrick Kron, Gérard Longuet, Xavier Fontanet, Gérard Rameix... pourtant ce n'était pas une soirée AROP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 339
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 12:30

Montfort a écrit:
Représentation du 8 février
Sur le plan scénique, l'ONP semble continuer de jouer de malchance avec cette oeuvre : on n'est certes pas dans l'horreur qu'était la production de Zambello en 2003 - 2004, mais on se situe dans le gratuit et l'inutile : la transposition au XXème siècle n'apporte absolument rien, et le dispositif des blocs amovibles est juste un élément qui entrave la fluidité des mouvements des protagonistes...

j'y retourne - avec plaisir - le 27 avec une distribution partiellement renouvelée : Manrico : Fabio Sartori, Azucena : Ekaterina Gubanova.

Je suis d'accord pour la mise en scene.

Sartori/Gubanova devraient etre tres bons aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 681
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 12:41

J'ai donc eu tort de partir ...(mode insincère)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82682
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 21:48

J'ai lu que Hui He avait été huée avant de commencer à chanter (au moment de l'annonce ? à son entrée sur scène), ce qui est décidément digne des pires engeances glottophiles de Paris – il faut dire que l'opéra romantique italien avec des gens célèbre en concentre les pires spécimens (toujours un peu plus facile dans le baroque, dans Wagner, ou pour des ouvrages moins célèbres, ou avec des interprètes moins starisés).

Que s'est-il passé exactement ?

C'est d'autant plus exotique que Netrebko et Hui He, on est sensiblement dans le même rayon de grosses voix opaques bien faites et bien sonores ; Hui He a certes un peu moins de souplesse et d'aigus, mais ce n'est pas comme si on avait dépêché Simone Kermes ou Mireille Delunsch (deux fois hélas), ça ne change pas fondamentalement ce qu'on entend au bout du compte.

Mais après avoir vu un président d'association contre la pauvreté des enfants ses faire copieusement huer parce que son discours durait cinq longues minutes, je n'ai plus beaucoup d'illusions sur cette portion du public (qui n'est qu'une frange superficielle des régiments glottophiles, d'ailleurs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 22:04

DavidLeMarrec a écrit:
J'ai lu que Hui He avait été huée avant de commencer à chanter (au moment de l'annonce ?  à son entrée sur scène), ce qui est décidément digne des pires engeances glottophiles de Paris – il faut dire que l'opéra romantique italien avec des gens célèbre en concentre les pires spécimens (toujours un peu plus facile dans le baroque, dans Wagner, ou pour des ouvrages moins célèbres, ou avec des interprètes moins starisés).

Que s'est-il passé exactement ?

C'est d'autant plus exotique que Netrebko et Hui He, on est sensiblement dans le même rayon de grosses voix opaques bien faites et bien sonores ; Hui He a certes un peu moins de souplesse et d'aigus, mais ce n'est pas comme si on avait dépêché Simone Kermes ou Mireille Delunsch (deux fois hélas), ça ne change pas fondamentalement ce qu'on entend au bout du compte.

Mais après avoir vu un président d'association contre la pauvreté des enfants ses faire copieusement huer parce que son discours durait cinq longues minutes, je n'ai plus beaucoup d'illusions sur cette portion du public (qui n'est qu'une frange superficielle des régiments glottophiles, d'ailleurs).  

C'est le cas de le dire siffle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiordiligi
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 871
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 22:16

DavidLeMarrec a écrit:
J'ai lu que Hui He avait été huée avant de commencer à chanter (au moment de l'annonce ?  à son entrée sur scène), ce qui est décidément digne des pires engeances glottophiles de Paris
Quels cuistres !

DavidLeMarrec a écrit:
Mais après avoir vu un président d'association contre la pauvreté des enfants ses faire copieusement huer parce que son discours durait cinq longues minutes, je n'ai plus beaucoup d'illusions sur cette portion du public (qui n'est qu'une frange superficielle des régiments glottophiles, d'ailleurs).  
Douloureux souvenir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Mar 9 Fév 2016 - 22:30

Non pour moi elle n'a pas été huée - il y a eu des mouvements dans l'assistance lors de l'annonce de la défection de Netrebko et l'annonce de la remplaçante - à mon sens les huées visaient à manifester du dépit d'etre privés de Netrebko, et rien d'autre - au demeurant j'aurai tendance à penser que peu de spectateur savaient qui était "Mademoiselle He".
Autrement ton jugement sur les deux chanteuses recoupe le mien : dans les deux cas des voix larges, colorées, mais Netrebko est beaucoup plus à l'aise dans les ornementations, ce qui était un peu problématique pour Leonora, mais pas rédhibitoire.

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Jeu 11 Fév 2016 - 8:33

Il semblerait que Netrebko ait un problème de santé sérieux : elle annule pour le 11 - reviendra - elle pour le 15 ?

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2738
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Jeu 11 Fév 2016 - 10:09

C'est une certitude :bronchite infectieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Sam 13 Fév 2016 - 9:29

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 681
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Sam 13 Fév 2016 - 14:04

Bref ce qui devait être un des sommets de la saison fait, à l'instar du BERLIOZ, pshiiiit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Sam 13 Fév 2016 - 15:13

malko a écrit:
Bref ce qui devait être un des sommets de la saison fait, à l'instar du BERLIOZ, pshiiiit...

Ah non, tout à fait exagéré de dire ça : la DDF était un parfait ratage, avec une m e s qui détruisait l'oeuvre, et une direction d'orchestre mollassonne.
Dans le cas du Trouvère la m e s est insignifiante, mais qui respecte le livret, et une direction d'orchestre satisfaisante à beaucoup d'égards.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Sam 13 Fév 2016 - 15:24

Montfort a écrit:

Ah non, tout à fait exagéré de dire ça : la DDF était un parfait ratage, avec une m e s qui détruisait l'oeuvre, et une direction d'orchestre mollassonne.

Oui mais la distribution, quand même! (et je ne serais pas aussi sévère sur Jordan)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 339
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Sam 13 Fév 2016 - 18:36

Montfort a écrit:
malko a écrit:
Bref ce qui devait être un des sommets de la saison fait, à l'instar du BERLIOZ, pshiiiit...
Dans le cas du Trouvère la m e s est insignifiante, mais qui respecte le livret, et une direction d'orchestre satisfaisante à beaucoup d'égards.
 Montfort

Et de bons chanteurs! Hui He était sans doute tres stressée, l'agilité n'est pas là, et il y avait des aigus bas (largement couverts par l'orchestre), mais c'est une grande et belle voix, expressive, avec de beaux pianissimi, d'ailleurs tres applaudie quand-meme. Quant aux critiques tres severes que j'ai lues sur Alvarez, je ne vois pas, à moins que les gens n'aient entendus 10 fois Domingo a fortiori Bergonzi dans ce repertoire et soient completement blasés... Ce qu'il a fait le 8/2 en tout cas etait excellent; je ne vois pas bien qui ferait tellement mieux aujourd'hui (en tout cas à Bastille). Un tres beau spectacle, meme sans Netrebko!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 395
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/09/2008

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Dim 14 Fév 2016 - 13:15

J'ai été déçue (représentation du 8 février).
Mise en scène... hein ? Il y avait une mise en scène ? Ah, oui, les trucs qui montent et qui descendent, qui s'emboitent (enfin, qui essayent) comme ça au petit bonheur la chance... Bon, si le metteur en scène était consterné par l'action du Trouvère (on peut comprendre), il aurait pu faire plus simple au niveau décor et laisser tomber les effets de machinerie pour se concentrer sur les chanteurs plantés là et réduits à essayer de s'en sortir d'une manière ou d'une autre (les bras grands ouverts à chaque aigu pour Alvarez, que j'adore mais qui n'a rien d'un grand acteur).
La direction était rapide, certes, mais surtout sèche, sans âme. ça cravache et ça n'exprime rien.
Hui He a bénéficié de l'indulgence du public (je trouve aussi que huer l'annonce de la remplaçante est d'une rare bêtise), parce qu'entre un aigu craqué sur Tacea la notte, des vocalises même pas scolaires, peu de nuances et une fâcherie régulière avec la mesure (voir avec la justesse sur le Miserere), n'importe qui d'autre dans un rôle aussi exposé aurait pu craindre pour sa vie. La voix est belle, c'est vrai, avec un beau timbre, charnu, mais elle est lourde et cela rend les aigus toujours périlleux et les vocalises laborieuses.
Alvarez m'a un peu déçu. J'ai l'impression que les aspects héroïques du rôle de Manrico lui posent des problèmes et que du coup, il avance dans la partition avec un grand luxe de précautions pour finir par se débarrasser du Di quelle pira le plus vite possible. Ceci dit, les passages lyriques sont superbes.
Tézier est plus que remarquable. Il est magnifique du début à la fin. Le chant a une classe folle. Il arrive en plus à jouer son rôle (étant donné la bêtise du livret et l'indigence de la direction d'acteurs, c'est une prouesse).
Semenchuk est une très bonne Azucena, pas assez applaudie à mon goût.
Le Ferrando était aussi très bien, malgré une délicatesse avec la mesure au début.
Sinon, je trouve que les choeurs ne sont pas à leur meilleur niveau. Cela manque d'homogénéité, de nuances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Jeu 18 Fév 2016 - 18:44

Retransmission ce soir sur Mezzo à 20h30.
La chaîne indique Netrebko dans la distribution avec une captation le 8 et le 11 février : le 8 - j'y étais -  il n'y avait ni Netrebko, ni caméra, et autant que je sache le 11 il n'y avait pas Netrebko non plus.
Malgré ça, pour ceux qui ne pourront pas aller à l'ONP, c'est à voir.

Un entretien avec Hui He, fait avant le début des représentations :

http://www.forumopera.com/actu/hui-he-le-public-parisien-est-ouvert-a-la-modernite

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Ven 19 Fév 2016 - 10:45

Il Trovatore : 15/02/2016

Opéra Bastille, Paris

Leonora : Anna Netrebko
Manrico : Marcelo Alvarez
Il Conte di Luna : Ludovic Tézier
Azucena : Ekaterina Semenchuk
Ferrando : Roberto Tagliavini
Ines : Marion Lebègue
Ruiz : Oleksiy Palchykov
Un vecchio Zingaro : Constantin Ghircau
Un messo : Cyrille Lovighi

Chœur et orchestre de l’Opéra National de Paris
Direction : Daniele Callegari

Mise en scène : Alex Ollé


Ce Trouvère était très attendu sur la scène de Paris. Déjà l’œuvre n’y avait pas été donnée depuis de nombreuses années, mais surtout elle réunissait une distribution assez flamboyante sur le papier, avec en prime un retour de Hui He qui avait aussi triomphé dans Butterfly il y a quelques années. Mais bien sûr, la star de la soirée était Anna Netrebko. Contrainte d’annuler deux représentations pour maladie, le remplacement par Hui He avait déclenché les foudres du public. On lui volait sa star pour lui donner une bonne chanteuse… très marquée par le trac comme en témoigne une prestation assez moyenne semble-t-il lors du premier remplacement. Mais pour cette dernière date qui lui était dévolue, Anna Netrebko est bien là, entourée d’une équipe de haute volée.

On passera rapidement sur la mise en scène. Ces décors peuvent avoir un certain intérêt avec ces gros blocs qui montent ou descendent pour créer des lieux différents. Sauf que les fils qui permettent leur manœuvre brident allègrement les déplacements des chanteurs, obligés de faire des détours pour éviter de trébucher. De même, la présence d’immenses trous aura sûrement fait frémir bon nombre de spectateurs craignant pour la santé des artistes. Mais ce qui choque le plus, c’est le traitement du deuxième acte. Si la transposition à l’époque de la première guerre mondiale n’est pas particulièrement choquante, transformer le flamboyant chœur des gitans en un défilé de réfugiés dans un cimetière est plus problématique. Le chant ne va pas du tout avec l’attitude du chœur et on se demande bien pourquoi ils sont si heureux vue leur situation ! Si on ajoute à ces soucis techniques et d’interprétation des acteurs un peu livrés à eux même, on se retrouve face à une mise en scène plus que moyenne qui manque vraiment d’inspiration. A noter que ce 15 février, on a en plus eu droit à un bloc qui rentre de travers en plein milieu de la musique, provoquant des grincements assez dérangeants !

Dans une maison telle que l’Opéra de Paris, on peut espérer des petits rôles bien distribués… et ici c’est loin d’être le cas ! Les trois petits rôles masculins sont expédiés sans aucune personnalité ou presque, avec un Vieillard particulièrement éprouvant malgré la toute petite participation qu’on lui demande… Ines est bien chantée par Marion Lebègue, mais la voix est bien petite pour Bastille, surtout avec un décor aussi ouvert. Par contre, très belle surprise pour le Ferrando de Roberto Tagliavini. Le grave n’est pas très sonore, mais le chant est très bien conduit, avec un timbre ferme et sombre. Les petites appogiatures sont rendues et le personnage est bien construit. A suivre…

Ludovic Tézier a eu une année assez difficile avec beaucoup d’annulations. Après un très beau Rigoletto à Toulouse, le voici dans un autre emploi verdien et il y trouve encore une fois beaucoup de succès. La voix semble avoir gagné en noirceur et en rondeur, donnant à ce personnage tout ce qu’il faut de hargne mais aussi de beauté vocale. Luna devient le grand frère de l’Enrico de Lucia (rôle chanté depuis des années par Tézier) et on retrouve les qualités de ligne et d’émission du baryton. Un air magnifiquement ciselé, des éclats parfaitement gérés. Le chant est parfait et se rapproche de plus en plus de ce qu’on pourrait qualifier de « baryton verdi » à savoir une assise grave certaine, mais aussi une belle insolence dans l’aigu.

J’avais lu et entendu de très grandes choses sur l’Azucena d’Ekaterina Semenchuk… et je dois dire que j’ai été passablement déçu. Son air d’entrée tombe totalement à côté par un manque cruel de souplesse vocale : où sont les quelques trilles ? Elles sont vaguement esquissées par un vibrato de matrone. On avait vanté sa projection et de là où j’étais je n’ai pas vraiment été bluffé. On m’avait vanté ses aigus dignes de Cossotto et j’ai entendu une mezzo à la peine… et puis ses graves hyper poitrinés à la russe… Alors oui, l’implication est grande, la chanteuse ménage des effets magnifiques. Mais pour moi il manque ce côté carnassier que doit avec Azucena ! On est quand même devant une femme moitié folle, qui a brûlé son enfant et qui prend comme une vengeance que son fils adoptif (qu’elle aime quand même !) soit tué à la fin. J’ai plutôt entendu une femme faible, manquant d’aplomb une bonne partie de la soirée.

Marcelo Alvarez ne trouve clairement pas son meilleur rôle dans Manrico. Il est beaucoup plus à l’aise dans des rôles moins tendus et moins démonstratifs (Chénier, Cavaradossi…). Mais il conserve malgré tout un chant d’une grande beauté. Les aigus à pleine voix sont toujours attaqué de cette façon un peu brutale quand ils doivent sonner, mais ils sont bien là sans aucun soucis. Les nuances sont aussi admirables pour un Manrico qui sait trouver la poésie. Bien sûr son « Di quelle pira » manque d’envergure et on sent d’ailleurs que quelques minutes avant, le chanteur commence à devenir tendu : la voix est moins belle, le souffle plus court… et tout revient comme par miracle après ce moment de bravoure ! Mais il tient tout le rôle. Certes cette pira est coupée et transposée, mais elle est là et l’aigu final aussi. On retiendra donc surtout ses magnifiques passages calmes, comme le « Ah si ben mio » ou le duo final avec Leonora.

Enfin celle qui devait illuminer la soirée : Anna Netrebko. Il est vrai qu’elle est assez impressionnante de ligne et d’aisance dans ce rôle… et presque même trop ! Sa prestation me fait un peu penser à certaines prestations de Borodina : à force d’être trop facile, elle en devient dolente et peu concernée. Ainsi, les deux premiers actes la voient chanter magnifiquement mais sans tension, pudeur ou amour : une leçon de chant mais sans les sentiments. La deuxième partie la trouve plus impliquée avec des passages splendides dans son deuxième air, et un duo avec Luna qui nous montre enfin une Netrebko totalement dans le rôle, vivant et exultant. Le petit côté frustrant reste quand même que la chanteuse ne se lance jamais dans une note en plus que ce qu’elle doit faire : lors du serment au Conte, certaines interpolent un aigu (ou prennent une variante) sur le Dio de « Lo giuro a Dio che l'anima » alors que Netrebko prend la facilité. Idem dans le Miserere où aucun aigu n’est osé. Peut-être que cette prudence est due au fait qu’elle n’est pas tout à fait remise de sa maladie, mais c’est un peu frustrant de la voix un peu sur la réserve et pas vraiment à 120%... Malgré tout, très belle prestation !

La direction de Callegari ne flatte pas forcément la partition de Verdi, mais elle est très engagée et énergique. On ne sait si c’est lui ou le metteur en scène (ou Netrebko) qui ont décidé de ne pas proposer les reprises des cabalettes, mais c’est dommageable. Chœur et orchestre sinon se tirent assez bien de la partition, même si on ne les sent pas aussi engagés qu’ils peuvent l’être par d’autres partitions ou directions : on est dans une soirée de répertoire plutôt qu’une soirée survoltée. Le contraste est d’autant plus frappant après le génial Requiem de Verdi dirigé par Noseda la veille : chœur et orchestre étaient brûlant et totalement à fond… pour des ensembles qui ont pourtant moins de réputations que les forces de l’Opéra de Paris (chœur amateur et orchestre qui a eu ses moments vraiment pénibles dans certaines œuvres données il y a quelques années).

A suivre, une séance avec la distribution B… voir Hui He et D’Intino !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Ven 19 Fév 2016 - 11:34

@ Polyeucte,

Merci pour ce C R détaillé et mesuré - tu as eu de la chance d'avoir Netrebko : je ne pensais pas qu'elle reviendrait pour une représentation.

J'y retourne le 27, avec Sartori en Manrico, Gubanova en Azucena - et toujours Hui He ; il est clair qu'elle n'a pas les qualités éclatantes de Netrebko dans Leonora, mais j'ai tendance à penser que les jugements sévères proférés à son encontre ont été aussi motivés par la mauvaise humeur engendrée par la défection inattendue de la diva russe.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Ven 19 Fév 2016 - 11:47

Montfort a écrit:
@ Polyeucte,

Merci pour ce C R détaillé et mesuré - tu as eu de la chance d'avoir Netrebko : je ne pensais pas qu'elle reviendrait pour une représentation.

Je n'espérais pas non plus! Mais content de l'avoir vue. malgré la petite déception sur sa prudence...

Citation :
J'y retourne le 27, avec Sartori en Manrico, Gubanova en Azucena - et toujours Hui He ; il est clair qu'elle n'a pas les qualités éclatantes de Netrebko dans Leonora, mais j'ai tendance à penser que les jugements sévères proférés à son encontre ont été aussi motivés par la mauvaise humeur engendrée par la défection inattendue de la diva russe.

J'y retourne au mois de mars...
Par contre, les distributions ont changé! Sartori est remplacé par Alvarez, et Gubanova par d'Intino...

Perso, ça changera presque tout au mois de mars, sauf Alvarez, indéboulonnable! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Dim 28 Fév 2016 - 10:27

Représentation du 27 février.

En comparaison avec le 8 :

Du mois bien :
Ferrando de Liang Li : très moche, texte mâchonné, voix quelconque - pendant la scène introductive il était souvent en retard sur l'orchestre.
D'Intino : c'est une belle artiste, que j'ai eue l'occasion d'entendre à pas mal de reprises : son Azucena était honorable, mais en retrait par rapport à Semenchuk sur le plan de la puissance et de l'incarnation.
Surtout du mieux :
Hui He a eu les mêmes difficulté que le 8, un aigu craqué et des vocalises laborieuses dans la cabalette de son premier air - là je pense que la responsabilité en revient aussi au chef qui aurait pu adopter un tempo plus mesuré - autrement elle a bien , voire très bien chanté - il est probable que toute la scène du miserere était transposée - ça choquera sans doute certains puristes, mais ça lui a permis de chanter ce passage avec toute la flamme souhaitable - donc évidemment pas aussi bien que n'aurait pu le faire Netrebko, mais une interprétation très honorable d'un role long et notoirement difficile.
Alvarez superbe, à la fois viril et tendre - un seul problème : La Pira - là encore j'aurai tendance à incriminer aussi le chef, qui a imposé un tempo impossible.
Tézier magnifique.
Commentaire un peu plus positif sur la mise en scène, cette fois vue du parterre ; elle est globalement insignifiante, mais elle fonctionne bien pendant le dernier acte - donc pas le ratage total de la précédente signée Zambello.
Donc finalement pour cet opéra si difficile à distribuer une mention "bien" pour l'ONP !

A nouveau, aux saluts accueil enthousiaste du public.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 339
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Dim 28 Fév 2016 - 11:24

Montfort a écrit:
Représentation du 27 février.
- il est probable que toute la scène du miserere était transposée - ça choquera sans doute certains puristes, mais ça lui a permis de chanter ce passage avec toute la flamme souhaitable - (...)
Donc finalement pour cet opéra si difficile à distribuer une mention "bien" pour l'ONP !

Merci du CR. Tezier faisait remarquer que le diaposon a monté... d'un 1/2 ton par rapport au temps de Verdi, donc une version (légèrement) transposée serait presque plus authentique, non? (Les spécialistes sauront mieux que moi comment exactement le diapason a évolué mais je crois que Tézier comparait bien au temps de Verdi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Dim 28 Fév 2016 - 11:39

Petit commentaire additionnel sur le chef : je suis un peu étonné qu'il n'ait pas,  sur la durée, corrigé sa direction sur des passages courts, mais critiques de l'oeuvre :
La scène introductive : certes Ferrando était très moyen, mais j'ai eu aussi l'impression que le choeur avait aussi des difficultés à suivre son tempo
La cabalette du 1er air de Leonora
La Pira.
 Plus globalement j'ai eu une impression mitigée sur la direction pendant tout le 1er acte ; ça ne s'est vraiment bien mis en place qu'à partir des gitans.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Dim 13 Mar 2016 - 23:02

Il Trovatore : 10/03/2016

Opéra Bastille, Paris

Leonora : Hui He
Manrico : Marcelo Alvarez
Il Conte di Luna : Vitaly Bilyy
Azucena : Luciana D'Intino
Ferrando : Liang Li
Ines : Marion Lebègue
Ruiz : Oleksiy Palchykov
Un vecchio Zingaro : Constantin Ghircau
Un messo : Cyrille Lovighi

Chœur et orchestre de l’Opéra National de Paris
Direction : Daniele Callegari

Mise en scène : Alex Ollé


On ne reviendra pas sur la mise en scène qui reste assez moche et peu intéressante... c'est vraiment la distribution qui est intéressante pour cette fin de série. Presque entièrement renouvelée par rapport au début, on trouve une équipe de très belle tenue, loin de la distribution B de seconde zone. Les petits rôles restent les mêmes, et on retrouve Marcela Alvarez... mais les 4 autres rôles sont renouvelé de belle manière, pour un ensemble de haute tenue.

Ferrando ouvre la soirée d'une assez belle manière : la voix est impressionnante et le personnage puissant. Il manque juste à Liang Li un peu plus de nuances et de finesse : tout cela est chanté légèrement trop en force mais reste bien fait.
Pour remplacer Ludovic Tézier, Vitaly Bilyy se montre magnifique tout au long de la soirée. La voix est moins puissante et plus claire, mais le chanteur extrêmement concerné par son personnage, à l'aise sur scène et possède un aigu assez sidérant ! Avec cette voix plus fine et directe, le Conte se montre plus jeune et amoureux, avec une ligne parfaite et un superbe sens de la nuance.
Luciana D'Intino a déjà eu de beaux succès à Bastille, mais là elle remporte un véritable triomphe ! Il faut dire que son Azucena impressionne... Il ne faut pas chercher ici beaucoup de finesse mais l'impact est sidérant. En poitrinant de belle manière son grave, la mezzo italienne se montre monstrueuse à bien des moments, tout en sachant alléger et éclairer son chant pour les moments où l'armure se fend. La voix sonne bien, l'aigu est glorieux... on retrouve ici une Azucena du même ordre que ce que pouvait proposer une Cossotto par exemple ! Impressionant !
Enfin, la dernière nouveauté de la distribution était Hui He. La soprano a connu des débuts difficiles dans cette série puisqu'elle a dû remplacer Anna Netrebko lors de deux représentations, subissant la frustration des spectateurs (huées lors de l'annonce, commentaires déplacés...). On sent combien la soprano est tendue lors de son arrivée. Tout le premier air la montre sur des oeufs, effleurant la partition sans vraiment incarner le personnage. La voix n'a pas toute sa grandeur et son rayonnement. Et puis au fur et à mesure de la soirée, a tension retombe et la soprano déploie son souffle, la beauté du timbre et l'impact de la voix. Le petit vibrato serré est superbe et les couleurs magnifiques. Alors bien sûr, certains aigus sont un peu tendus, un passage la montre perdue dans le tempo alors qu'un autre petit la montre perdue avec la tonalité. Mais ces passages sont vraiment minoritaire et le reste est magnifique d'autorité et de beauté. Ceux qui chercheront une Leonora totalement bel-cantiste ne seront bien sûr pas contents, puisqu'on est ici dans une interprétation plus dans la lignée des années 50 : ligne de chant et quelques légères décorations bien menées. Le chant est engagé et le résultat très beau : rien qui ne justifiait la huée qui a conclue les applaudissements de chaque air !
Enfin... Marcelo Alvarez ! Malgré une annonce après l'entracte comme quoi il était souffrant, le ténor se montre en grande forme tout au long de l'ouvrage, avec un chant plus rond que la fois précédente, des nuances toujours géniales et un timbre splendide. Bien sûr, la Pira le trouve toujours un peu court (voir même beaucoup là), mais que le chant est beau et bien conduit !!

A la direction, Callegari semble plus vif que la fois précédente et dirige une partition bien menée avec rythme et couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Lun 14 Mar 2016 - 8:59

Merci Polyeucte : tes commentaires sur Hui He et Alvarez recoupent largement mes impressions.
Par contre je n'avais pas trop apprécié le Ferrando..

Dommage que le mise en scène soit si insignifiante.

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   Lun 14 Mar 2016 - 13:19

Montfort a écrit:
Merci Polyeucte : tes commentaires sur Hui He et Alvarez recoupent largement mes impressions.
Par contre je n'avais pas trop apprécié le Ferrando..

Il fait son boulot... moins bien que le premier, mais il est présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Trouvère - Calegari - Ollè - Bastille - II - III 2016
» Opéra National de Paris - Saison 2015-2016 (programmation)
» ONP saison 2016 - 2017
» [ONP] Aida (Oren/Py, juin-juillet 2016)
» VERDI - Il Trovatore / Le Trouvère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: