Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mar 2 Fév 2016 - 0:12


Smile Un nouveau sujet dédié à la discographie organistique de Mendelssohn, Brahms, Schumann, et leurs contemporains allemands.

Tout ce que ces trois compositeurs écrivirent pour les tuyaux tiendrait sur cinq CD, il a donc paru commode d'évoquer cet oeuvre à travers un seul topic.





Dernière édition par Mélomaniac le Mar 2 Fév 2016 - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mar 2 Fév 2016 - 0:21


Smile Un disque culte pour moi, qui regroupe tout ce que Brahms a écrit pour les tuyaux.
Les deux Préludes et Fugues, la Fugue en la bémol mineur, -pages de jeunesse (1856-1857).
Le contrapuntique O Traurigkeit, O Herzeleid (1882), qui annonce l'ultime cahier des onze Préludes de choral (1896), opus posthume.
Voilà une magnifique invitation à découvrir l'orgue romantique.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:




Johannes Brahms (1833-1897) :

Prélude et Fugue en la mineur
Prélude et Fugue en sol mineur
Fugue en la bémol mineur
Prélude de choral et Fugue sur "O Traurigkeit, O Herzeleid"

= Luc Antonini, orgue Poirier-Lieberknecht de la Basilique Notre-Dame de la Daurade de Toulouse


(RCA, mars 1995)

Un CD fabuleux que je chéris depuis que je l'avais acheté à sa parution. Si jamais vous devez écouter un disque d'orgue dans votre vie...
L'acoustique enveloppante suscite d'emblée un sentiment de ferveur contemplative qui pare d'un mysticisme insondable la Fugue en la bémol mineur.
Et les dyptiques résonnent de tout leur brio et leur grandeur !
Interprétation solennelle et édifiante par Antonini, sur ce magnifique instrument construit par deux ouvriers de la maison Daublaine-Callinet.




Dernière édition par Mélomaniac le Mar 2 Fév 2016 - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mar 2 Fév 2016 - 17:10

Je serai curieux d'entendre ça, je ne me suis jamais vraiment intéressé à l'orgue de Brahms.

D'ailleurs, il ne serait pas judicieux d'élargir à l'orgue romantique allemand en général, et donc d'inclure Mendelssohn et Schumann ? Ce qu'ont écrit pour l'orgue ces trois compositeurs réunis tient sur 4 ou 5 disques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1257
Age : 52
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mar 2 Fév 2016 - 20:59

J'adore Brahms, mais je n'ai jamais entendu son oeuvre pour orgue Shocked . (Je ne savais même pas qu'il avait composé pour cet instrument  Embarassed ). Il faut que j'écoute ça ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mar 2 Fév 2016 - 23:05


Mélomaniac, in playlist a écrit:

Felix Mendelssohn (1809-1847) :

Athalie -Ouverture (trans. W. Th. Best)

= Johannes Geffert, orgue Siegfried-Sauer de l'église St. Michael de Cologne

(Querstand, 1993)

Smile La célèbre transcription de l'Ouverture que Mendelssohn conçut pour sa musique de scène sur la pièce de Racine.
Un superbe orgue, magnifiquement capté par les micros de ce label audiophile, qui restituent ici la soubasse 32' avec une profondeur étonnante
 colors



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mer 3 Fév 2016 - 0:34

Smile Un instrument alsacien qui visuellement ne paie pas de mine, mais d'une sonorité très suave qui rend à cette musique sa dimension charnelle et affective, trop souvent oblitérée par le brio de la facture symphonique sur laquelle on la joue fallacieusement.
Vernet (qui devient trop rare au disque -il a abreuvé ma jeunesse avec ses formidables intégrales Buxtehude et Bach) dose ses registrations et son phrasé pour que les deux opus (56 & 58) conçus pour piano-pédalier trouvent leur voix expressive dans la bouche des tuyaux.
Pour cela l'organiste s'est affranchi des arrangements habituels (Dupré, Guillou, Power Biggs...), s'est plongé dans des partitions d'époque qui précisent l'usage de la pédale et son effet sur la vibration des cordes. Un toucher tantôt vif et détaché, tantôt léché, mais parfaitement sûr, participe à un résultat littéralement envoutant, qui par le philtre d'une intime connivence restitue à ces pièces leur empathie toute romantique.
Un maître-disque, récompensé par un Diapason d'or, idéal pour découvrir et s'enivrer de l'oeuvre d'orgue schumannien, ténu, bâtard, mais passionnant.


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Robert Schumann (1810-1856) :

Studien für den Pedalflügel, Op. 56
Skizzen für den Pedalflügel, Op. 58
Six Fugues sur le nom de Bach, Op. 60

= Olivier Vernet, orgue Stiehr-Jacquot de l'église Saint-Michel de Wisches

(Ligia, juin 2010)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusèbe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 591
Age : 40
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mer 3 Fév 2016 - 10:38

Je n'ai aucun élément de comparaison, car je suis ignare en matière d'orgue, mais il y a ce disque Mendelssohn, dans lequel j'ai découvert les préludes et fugues op. 37 (contemporains de ceux pour piano, op. 35), et les sonates pour orgue. Il y a aussi une transcription partielle du Songe d'une nuit d'été.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mer 24 Fév 2016 - 21:57

Smile C'est vrai que Vernet est très bien, et on le trouve aisément dans le commerce, l'Opus 65 seul ou un coffret avec l'oeuvre d'orgue intégral.

Pour approfondir, je vous conseille l'enregistrement de Böhme dans la mythique église où officièrent Bach et Mendelssohn.
Sur un instrument certainement surdimensionné mais qui exploite tout le potentiel d'évocation de ces pièces, avec rigueur mais aussi une licence expressive très imaginative.

On trouve ce CD d'occasion, souvent à prix d'aubaine.

http://www.amazon.fr/gp/product/B000001WTJ

Mélomaniac, in playlist, a écrit:


La Thomaskirche de Leipzig


Felix Mendelssohn (1809-1847) :

Sonates pour orgue n°1-6, Op. 65

= Ulrich Böhme, orgue Sauer de l'église Saint-Thomas de Leipzig

(Capriccio, octobre 1994)

Magnifique interprétation, une de mes préférées, dans un style symphonique : Böhme profite des innombrables textures permises par cet instrument de presque 90 jeux et invente un univers poétique à chaque sonate.
Finesse, nuance des textures (une forêt de 8' à la console de ce trois claviers), puissance des 32'... Ces six bijoux romantiques resplendissent avec autant de subtilité que de majesté grandiose.
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Ven 26 Fév 2016 - 0:18

Smile Ci-dessous, un programme alternatim qui nous donne le plaisir d'entendre cette anthologie mendelssohnienne sur cet instrument letton qui était un des plus imposants du monde à l'époque de sa construction (1884).


Mélomaniac, in playlist, a écrit:


La cathédrale de Riga (Lettonie)


Felix Mendelssohn (1809-1847) :

Six Proverbes pour l'année liturgique à huit voix a cappella, Op. 79
Préludes & Fugues en ut mineur, en sol majeur, en ré mineur, Op. 37
Sonates n°3-4, Op. 65

Im Advent - Weihnachten - Am Neujahrstage - In der Passionszeit - Am Charfreitage - Am Himmelfahrtstage

= Choeur Sacrum de Riga, Andris Veismanis ; Vincent Genvrin, orgue Walcker de la Cathédrale de Riga

(Hortus, 1997)

I love you Un charmant collier de motets illustrant des versets propres à l'année liturgique (Avent, Noël, Nouvel an, Passion, Vendredi Saint, Ascension) s'entretoise ici à un récital d'orgue que Vincent Genvrin agence dans le respect du caractère et de la tonalité des pièces vocales.
Programme intelligemment conçu, et très beau disque, magnifiquement servi par les jeunes choristes lettons et le colossal instrument (124 jeux sur quatre claviers et pédalier) de la Cathédrale de Riga.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Ven 22 Juil 2016 - 2:30



Neutral Découverte assez décevante de la première partie de ce disque consacré à l'intégrale Brahms.
Je n'oserais dire poussif mais les phrasés semblent bien laborieux, et manquent de concentration, d'envie de faire avancer. Les registrations de deux Prélude et Fugue me semblent aussi trop douces (et pourtant l'instrument est pléthoriquement doté : 60 jeux au Hauptwerk, 22 au Chorwerk !
J'écouterai les onze Choralvorspiele un autre soir, en espérant une autre inspiration.
Sinon, la discographie est suffisamment fournie pour qu'on puisse vénérer ce CD.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:


L'abbaye de Waldsassen (Allemagne -Bavière)

...et sa célèbre bibliothèque :
 


Johannes Brahms (1833-1897) :

Prélude et Fugue en la mineur
Prélude et Fugue en sol mineur
Fugue en la bémol mineur
Prélude de choral et fugue O Traurigkeit, o Herzeleid

Georges Athanasiades, orgue Pfaff de la Basilique de Waldsassen


(Tudor, avril 1992)

Confused Le nom du label helvète pourrait servir de question face à cette interprétation assez soporifique, qui confond recueillement et ennui (et ce n'est pas une question de tempo : Antonini à Toulouse est plus lent mais combien mieux habité...)
Et pour les les deux grands dyptiques, je préfère des approches néobaroques qui font souffler le vent nordique (à l'instar d'Ablitzer à Belfort, même si ce n'est pas ma référence ultime).
J'écouterai l'opus 122 (qui complète cet album que je découvre ce soir) une autre fois, sous peine de ne pas aller au bout de mon programme
I don't want that


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Dim 15 Jan 2017 - 1:43


Surprised Plutôt déçu par ce disque, qui propose une interprétation trop épaisse et gauche à mon goût.


Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Église du château de Wittenberg (Allemagne, Saxe-Anhalt)


Felix Mendelssohn (1809-1847) :

Sonate n°1 en fa mineur, Op. 65
Sonate n°2 en ut mineur, Op. 65
Sonate n°3 en la majeur, Op. 65
Sonate n°4 en si bémol majeur, Op. 65
Sonate n°5 en ré majeur, Op. 65
Sonate n°6 en ré mineur, Op. 65

= Eberhard Lauer, orgue Ladegast-Eule de l'église du château de Wittenberg

(Ambiente, août 1997)

Smile Un instrument qui sonne postromantique/symphonique, dans un buffet néogothique qui sied à l'architecture du lieu.
En 1985, les travaux entrepris par la maison Eule permirent de débarrasser la mécanique des systèmes électropneumatiques et enrichirent la registration dans un sens romantique.
Plusieurs approches sont possibles pour servir ces sonates : renouer avec leurs sources baroques, ou anticiper sur leur postérité dans la filiation de Reger.
L'interprétation s'engage ici plutôt sur cette dernière voie, en flattant l'ampleur et une solennité détachée mais en asséchant l'expression par un jeu qui me semble trop froid, inerte et rigide. Par défaut d'habileté, mais aussi en raison du caractère de l'instrument.
On peut difficilement occulter la sensibilité de ces pages, et si l'on doit les plier à une facture tardive, il faut pouvoir profiter des dégradés de couleurs qu'offrent par exemple les excellentes lectures d'Ullrich Böhme à la Thomaskirche de Leipzig (et sa formidable palette de 8'), ou Susan Landale sur des Buchholz puissants mais subtilement veinés (chez Calliope).



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Dim 15 Jan 2017 - 1:56


Smile Je ne m'attendais pas à une révélation en revenant vers Lachner.
Rien de foudroyant dans ces sonates, mais leur affable douceur reste quand même attachante, et a su raffiner les gènes de la séduction mélodique du baroque sud-allemand.
Cet album entièrement dédié au compositeur bavarois est idéal pour faire connaissance.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:


L'église St. Jakobus d'Ilmenau (Allemagne, Thuringe)


Franz Paul Lachner (1803-1890) :

Sonate en fa mineur, Op. 175
Sonate en ut majeur, Op. 176
Sonate en mi mineur, Op. 177

= Rudolf Innig, orgue Walcker de l'église St. Jakobus d'Ilmenau

(MDG, avril 2007)

Smile Des Sonates guère transcendantes ou expansives, un peu paresseuses, mais sensibles, coulantes et très agréables.
Sur un instrument aux teintes veineuses qui leur convient bien, touché par Innig toujours très à l'aise dans ce répertoire romantique allemand.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mar 17 Jan 2017 - 0:25


Smile Je vous reparlerai de ce disque, une des meilleures adresses pour les six Sonates de Mendelssohn.
Ici sur un des plus grands instruments construits par les Buchholz (56 jeux sur trois claviers et pédalier, dont trois 32') et restauré en 2003 par les maisons Wegscheider et Klais (deux tiers des tuyaux sont d'origine).
De la puissance, mais surtout une pigmentation délicatement embrumée et assez ligneuse où survit l'idiome de la facture baroque nord-allemande.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Vue du port, la Nikolaikirche de Stralsund (Allemagne, Mecklembourg-Poméranie)


Félix Mendelssohn (1809-1847) :

Sonate n°1 en fa mineur, Op. 65
Sonate n°6 en ré mineur, Op. 65

= Susan Landale, orgue Buchholz de l'église St. Nikolai de Stralsund

(Calliope, juillet 2008)

Smile Tiré de l'excellente intégrale des six sonates par l'organiste écossaise, sur trois différents instruments érigés par la famille Buchholz.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Dim 22 Jan 2017 - 2:37


Smile Tiré d'un double-album qui propose aussi les sonates 4-6 et d'autres diptyques.

Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Cathédrale de Riga (Lettonie)


Félix Mendelssohn (1809-1847) :

Sonate n°1 en fa mineur, Op. 65
Sonate n°2 en ut mineur, Op. 65
Sonate n°3 en la majeur, Op. 65
Prélude et Fugue en ut mineur, Op. 37 n°1
Prélude et Fugue en sol majeur, Op. 37 n°2

= Edouard Oganessian, orgue Walcker de la Cathédrale de Riga

(Saphir, avril 2009)

Smile Un gros joujou postromantique (124 jeux dès 1884)
qui signe l'esthétique de cette interprétation large, suffisamment sensible pour échapper à la rigidité,
et dont l'étagement des plans sonores permet quelques subtils dégradés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Mar 24 Jan 2017 - 0:23


Smile Ça reste une de mes versions préférées : rigoureuse, bien charpentée, plus classique que romantique, davantage tournée vers Bach que Reger.
Pour ceux qui souhaitent un compromis entre la tenue du langage et la sincérité de l'émotion.
A noter que cet instrument alsacien fut aussi choisi par Olivier Vernet dans le cadre de son intégrale chez Ligia -je ne l'ai plus trop en tête, il faudrait que je réécoute pour une comparaison.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Masevaux (France, Haut-Rhin)


Felix Mendelssohn (1809-1847) :

Sonates Op. 65 n°4 en si bémol majeur, n°5 en ré majeur, n°6 en ré mineur

= Yves Castagnet, orgue Kern de l'église Saint Martin de Masevaux

(RCA, juillet 1994)

Smile J'avais acheté ce CD à sa parution et c'est lui qui m'avait fait découvrir les six délicieuses Sonates de Mendelssohn.
Depuis j'en ai découvert bien d'autres enregistrements (pas tous mais quasi), toutefois ce disque conserve une faveur qui n'est pas seulement la conséquence d'une nostalgie.
J'apprécie la robustesse classique de l'instrument, ses timbres savoureux et typés, et l'approche sensible et construite de Castagnet.
Une merveille : l'allegretto de la s'enrubanne ici avec élégance mais sans s'amollir dans d'évanescents mouchoirs de gaze, comme on l'entend trop souvent.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Sam 4 Fév 2017 - 2:12

Surprised Une écoute ce soir qui complète mon commentaire du 22 janvier dernier (message ci-dessus) et précise mes impressions, modérément enthousiastes :

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Félix Mendelssohn (1809-1847) :

Sonate n°4 en si bémol majeur, Op. 65
Sonate n°5 en ré majeur, Op. 65
Sonate n°6 en ré mineur, Op. 65

= Edouard Oganessian, orgue Walcker de la Cathédrale de Riga

(Saphir, avril 2009)

Finalement je ne raffole pas de cette intégrale que j'avais commencé à découvrir le mois dernier.
L'immense palette de l'instrument permet des dégradés, des subtilités, une poésie du timbre qui situent l'interprétation sous obédience symphonique fin XIX°.
Mais le ton contemplatif, l’étirement généralisé du tempo, le legato (préjudiciable par exemple aux accords plaqués de l'allegro molto de la ), les lueurs évanescentes rendent une image trop partiale de ces pages, que je préfère servies avec un zèle néoclassique. A moins d'entendre des approches plus consistantes comme avec Ullrich Böhme à la Thomaskirche de Leipzig, d'une inépuisable imagination, parfois onirique mais sans rien conter de flasque.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Dim 5 Fév 2017 - 23:10


Smile Coup de projecteur sur un compositeur déserté mais enthousiasmant.
Joachim Fontaine semble à peu près le seul à véritablement s'intéresser à cette musique, et il en domine la discographie avec l'intégrale des six sonates enregistrée sur cinq instruments (notamment de sa Sarre natale), parue dans un luxueux coffret chez Querstand.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Au milieu des vignes, l'église St. Johannes der Täufer
de Treis-Karden (Allemagne, Rhénanie-Palatinat)



Ludwig Boslet (1860-1951) :

Sonate n°1 en sol mineur, Op. 3

= Wilhelm Krumbach, orgue Stumm de l'église Saint-Jean-Baptiste de Treis-Karden

(Orchestrola, 1993)

Smile Un instrument de 29 jeux sur deux claviers (le positif d'écho se trouve à l'intérieur de ce buffet en forme d’ogive).
Il fut érigé quelques années après la construction de cette église néogothique dont l'architecture interne influence celle de l'orgue.
Un compositeur méconnu, même parmi les amateurs d'orgue. Esthétiquement entre Rheinberger et Reger.
Une écriture d'une extrême qualité, et d'un intérêt qui ne faiblit pas, à la fois séduisante et construite.
On s'explique mal la disette dont souffre sa discographie !





Mélomaniac, in playlist, a écrit:


La Versöhnungskirche de Völklingen (Allemagne, -Sarre)


Ludwig Boslet (1860-1951) :

Sonate n°4 en si bémol, Op. 15

= Joachim Fontaine, orgue Walcker/Schuke de l'église de la Réconciliation de Völklingen

(Querstand, juillet 2003)

Smile De Boslet, à nouveau.
Tiré de l'excellente intégrale des six Sonates par Fontaine -tant mieux car c'est la seule, et le reste de la discographie se compte sur les doigts d'une main.
La numérotation fait bien les choses : pour vous initier à ce corpus, je vous conseillerais les... trois premières sonates, à mon sens les plus immédiatement attrayantes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Dim 5 Fév 2017 - 23:31

Mélomaniac a écrit:

Smile Ça reste une de mes versions préférées : rigoureuse, bien charpentée, plus classique que romantique, davantage tournée vers Bach que Reger.
Pour ceux qui souhaitent un compromis entre la tenue du langage et la sincérité de l'émotion.
A noter que cet instrument alsacien fut aussi choisi par Olivier Vernet dans le cadre de son intégrale chez Ligia -je ne l'ai plus trop en tête, il faudrait que je réécoute pour une comparaison.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Masevaux (France, Haut-Rhin)


Felix Mendelssohn (1809-1847) :

Sonates Op. 65 n°4 en si bémol majeur, n°5 en ré majeur, n°6 en ré mineur

= Yves Castagnet, orgue Kern de l'église Saint Martin de Masevaux

(RCA, juillet 1994)

Smile J'avais acheté ce CD à sa parution et c'est lui qui m'avait fait découvrir les six délicieuses Sonates de Mendelssohn.
Depuis j'en ai découvert bien d'autres enregistrements (pas tous mais quasi), toutefois ce disque conserve une faveur qui n'est pas seulement la conséquence d'une nostalgie.
J'apprécie la robustesse classique de l'instrument, ses timbres savoureux et typés, et l'approche sensible et construite de Castagnet.
Une merveille : l'allegretto de la s'enrubanne ici avec élégance mais sans s'amollir dans d'évanescents mouchoirs de gaze, comme on l'entend trop souvent.



Ça fait envie ! Effectivement les Mendelssohn mous sont légion à l'orgue (Jen Bate doit détenir le record)…

Vernet, c'est très bien, très probe, mais je ne trouve pas que ça apporte quelque chose de supplémentaire au corpus, lecture un peu austère et homogène.

Mon chouchou, comme on peut s'y attendre, c'est Jean-Baptiste Robin (essentiellement sur des Silbermann) : du détaché, du mordant, une registration très française (et variée, c'est important dans une intégrale). Si on veut un peu de fermeté dans ce corpus, alors le final de la 1, les variations isolées de la 6 dans le premier volume, et surtout l'andante de la 3 sont vraiment des modèles. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Dim 5 Fév 2017 - 23:42

Smile Il me semblait que tu n'appréciais pas les Silbermann mais je dois confondre.
De toute façon, Rötha, Freiberg, c'est pas de la daube, même si pour Mendelssohn j'apprécie aussi une facture romantique plus tardive (Thomaskirche de Leipzig, que j'ai déjà abondamment vanté, ou les Buchholz de l'intégrale Landale).

Au vu de ce que tu ressens avec J.B. Robin, si tu aimes la fermeté, alors tu devrais te ruer sur Castagnet à Masevaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Dim 5 Fév 2017 - 23:48

Mélomaniac a écrit:
Smile Il me semblait que tu n'appréciais pas les Silbermann mais je dois confondre.

C'est leur plein-jeu qui n'a pas ma faveur (métallique et froid). Sinon, ça dépend vraiment des instruments et surtout des registrations.


Citation :
Au vu de ce que tu ressens avec J.B. Robin, si tu aimes la fermeté, alors tu devrais te ruer sur Castagnet à Masevaux.

J'aimerais bien, si je le trouve… Pour l'instant, pas mis la main dessus sur les sites de flux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Lun 13 Mar 2017 - 0:19


Smile Deux enregistrements que j'ai récemment découverts.
La densité et la maîtrise d'écriture de Töpfer sont vraiment dignes d'intérêt.



Mélomaniac, in playlist le 05 03 2017, a écrit:

Église St. Johannis de Wernigerode (Allemagne, Saxe-Anhalt) :
 


Johann Gottlob Töpfer (1791-1870) :

Sonate en ré mineur

= Reinhardt Menger, orgue Ladegast de l'église St. Johannis de Wernigerode

(FSM, juin 1992)

Smile Töpfer fut un virtuose et théoricien de l'orgue (proche de facteurs comme Friedrich Ladegast) qui composa essentiellement pour cet instrument.
Il avait mis au point cette Sonate pour tester les capacités des orgues, par exemple les lourds accords en plenum du premier mouvement permettaient de jauger l'alimentation en vent.
Au demeurant, à l'écoute, l'oeuvre n'apparaît pas comme un exercice didactique, sa spontanéité et sa faconde s'entendent inspirées par les élans du romantisme.





Mélomaniac, in playlist le 05 03 2017, a écrit:

Thomaskirche de Leipzig (Allemagne, -Saxe) :
 


Karl Piutti (1846-1902) :

Sonate en sol mineur, Op. 22

= Ullrich Böhme, orgue Sauer de l'église Saint-Thomas de Leipzig

(Motette, avril 1991)

Smile Tombé dans l'oubli même dans le microcosme organophile, ce compositeur leipzigois était titulaire à la Thomaskirche
lorsque le facteur Sauer y érigea son instrument (63 jeux sur trois claviers + pédalier) en 1888.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21665
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   Lun 13 Mar 2017 - 0:27


Smile Quelques hauts-lieux du romantisme tardif.
Dans le domaine organistique, Karg-Elert est le mieux connu des trois compositeurs,
et sa grandiose fresque sur Jésus ma joie reçoit ici une interprétation à sa mesure !
Je vous reparlerai de la production de Schmidt, honteusement peu enregistrée (Reger tend à se tailler la part du lion au détriment de ses contemporains),
mais je voulais déjà mettre en exergue cette merveilleuse Chaconne.



Mélomaniac, in playlist le 05 03 2017, a écrit:

Le Münster de Berne -plus haut clocher de Suisse :
 


Hans Huber (1852-1921) :

Phantasie nach Worten der Heiligen Schrift

= Bernhard Leonardy, orgue Kuhn de la Collégiale Saint-Vincent de Berne

(Organ, juin 2001)

Smile Je connaissais surtout les symphonies de ce compositeur, figure majeure de la vie musicale helvétique au tournant du siècle dernier, mais il nous laissa aussi quelques pièces pour orgue.
Dont ce quadriptyque tiré des Saintes Écritures, dont chacun des volets titre en exergue des paroles des Psaumes 6, 84, 38 et 150.
Une oeuvre puissante et d'une inspiration saisissante, jouée sur un instrument (71 jeux sur quatre claviers + pédalier) qui venait d'être inauguré deux ans avant l'enregistrement.
Seul menu regret : la prise de son palote manque un tantinet de relief et de basses.





Mélomaniac, in playlist le 05 03 2017, a écrit:

A gauche, la Cathédrale de Trèves (Allemagne,  Rhénanie-Palatinat) :
 


Siegfried Karg-Elert (1877-1933) :

Jesu, meine Freude, Op. 87 n°2

= Josef Still, orgue Klais de la Cathédrale de Trèves

(Organum, novembre 2000)

Smile Le célèbre choral est traité en triptyque durant une vingtaine de minutes.
Encadrant le paisible volet central : une introduction qui brosse un enfer tellurique et bouillonnant, et un Finale qui clame son réconfort.
Joué sur ce gros joujou (67 jeux, 30 tonnes, 16 mètres de haut !), c'est époustouflant
colors




Mélomaniac, in playlist le 06 03 2017, a écrit:

Franz Schmidt (1874-1939) :

Chaconne en ut dièse mineur

= Andreas Juffinger, orgue de l'église Jesus Christus de Berlin

(Capriccio, octobre 1988)

Smile Une église que vous connaissez certainement comme lieu d'enregistrement pour les orchestres berlinois, notamment le Philharmonique de Karajan.
Elle est aussi dotée d'un orgue sur lequel cet interprète enregistra l'intégrale de Franz Schmidt (en quatre disques).
La plupart de ces pièces se caractérisent par leur vaste dimension, avoisinant la demi-heure.
Telle cette Chaconne qui reste peut-être son chef d'oeuvre : tendre, rarement éruptive, mais pétrie de moments d'une grâce quasi hypnotique.


La fameuse Jesus Christus Kirche de Berlin :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mendelssohn, Schumann, Brahms et l'orgue romantique allemand
» L'orgue baroque en Allemagne du Nord
» A la découverte du LIED - mode d'emploi
» Le singspiel
» Un requiem allemand ( Brahms )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: