Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Lun 7 Mar 2016 - 10:30

Avant - première aujourd'hui.

J'y vais vendredi : Iolanta sera pour moi une découverte. Concernant Casse - Noisette, la chorégraphie ne sera pas signée Noureev, mais Sidi Larbi Cherkaoui : est - ce une nouvelle chorégraphie, et quel sera l'apport de Tcherniakov pour ce ballet, la scénographie ?

 Le teaser de l'ONP :

https://www.operadeparis.fr/saison-15-16/opera/iolanta-casse-noisette/galerie#head

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18782
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Ven 11 Mar 2016 - 12:10

Iolanta/Casse-Noisette : 09/03/2016


Opéra Garnier


Iolanta : Sonya Yoncheva
Le Roi René : Alexander Tsymbaluyk
Vaudémont : Arnold Rutkowski
Robert : Andrei Jilihovschi
Ibn Hakia : Vito Priante
Alméric : Roman Shulakov
Bertrand : Gennady Bezzunbenkov
Martha : Elena Zaremba
Brigitta : Anna Patalong
Laura : Paolo Gardina

Chœur et Orchestre de l'Opéra National de Paris
Direction : Alain Altinoglu

Mise en scène : Dmitri Tcherniakov


Grand soirée de Gala pour ce 9 mars… tout devait être grandiose, magnifique… sauf que grêve… moralité, pas de Casse-Noisette et un opéra en version de concert.
Le public était du coup très clairsemé. Dès l'entrée on peut voir que la foule n'est pas au rendez-vous… Gala oblige, le cocktail était gratuit… et là encore, ça faisait presque mal au cœur de voir tous ces verres vides, ces serveurs seuls derrières leur tables. Il aura fallu beaucoup de courage et d'abnégation pour se pousser à boire un peu de champagne en mangeant des petits canapés au foie gras ou autres petites douceurs… (serveurs au demeurant très agréables!).
À noter aussi la belle offre de l'ONP pour une fois, qui proposait soit le remboursement total du billet, soit un bon d'achat de 50% de la valeur si l'on souhaitait tout de même assister au spectacle.

Les coursives étant très peu remplies, une petite demande à une ouvreuse tout là-haut chez les pauvres et elle nous propose d'aller directement au parterre! En effet, ce dernier est loin d'être plein, et c'est ainsi que l'on se retrouve en plein centre du parterre, à proximité de la scène.
Cette scène justement est fermée par le grand rideau de Garnier, et devant les chaises sont installées en arc de cercle pour tous les chanteurs. Il est à craindre une version de concert peu vivante… il n'en sera rien! Face à une salle plus qu'à moitié vide, les chanteurs vont doucement entrer dans le drame et faire vivre leurs personnages, reprenant sans doute les gestes et attitudes de la mise en scène de Tcherniakov.

Il faut souligner la belle prestance des différents petits rôles où l'équilibre entre voix de caractère et personnage est très bien rendu pour chacun. Ainsi, il faut saluer la balle prestation d'Elena Zaremba en Martha : si elle a parfois montré une voix d'alto trop hululante ou grossie, elle est ici remarquable de sensibilité et de tenue. Tous sont à ce niveau et permettent de bien beaux ensembles notamment les trois femmes dans le début de l'ouvrage. Légère déception par contre concernant Bezzubenkov qui semble sur une pente déclinante depuis quelques années.

Le relatif point noir serait à aller chercher chez Vito Priante dans le rôle du médecin. Non pas qu'il chante mal ou soit mauvais : il lui manque juste cette aura et ce mordant qui font les grands Ibn Hakia. Là où on attend un puit de sagesse et de noblesse, presque un demiurge… on a un gentil baryton qui n'arrive pas à s'imposer ni dans son air ni dans les récitatifs. Le personnage et la musique sont pourtant splendides et très caractérisés : dommage que le chanteur n'arrive pas à se hisser à la hauteur du personnage. Question de moyens avant tout puisque le timbre est assez léger et clair.

Avec sa haute stature, le Roi René d'Alexander Tsymbalyuk impressionne : la voix sonne magnifiquement, avec un petit vibrato qui évite un côté trop opaque et massif. Son roi rayonne de bonté et de noblesse, avec juste un grave un peu confidentiel. Mais l'aigu est vainqueur, le phrasé magnifique… on trouve parfaitement cette figure paternelle douce et bienveillante même dans la menace contre Vaudémont. Superbe découverte et prestation pour celui qui reviendra l'année prochaine pour Grémin dans Eugen Onegin!

Andrei Jilihovschi est tout jeune (ses débuts au conservatoire datent de 2012!) et est promis à un bel avenir… une belle aisance scénique, et une voix de baryton splendide! Le timbre clair, l'aigu glorieux et la facilité dans le chant donnent toute sa vaillance à Robert, évitant d'en faire un grincheux ou un paillard. Ici on entend parfaitement le jeune homme amoureux. Son air le montre particulièrement à son aise alors que l'orchestre monte sans ménager le chanteur. Une telle voix de baryton est promise à un superbe avenir : cette légèreté alliée à une projection très belle peut nous faire rêver dans bien des rôles… à suivre!

L'autre jeune homme est campé par Arnold Rutkowski. Le ténor polonais se montre superbe dans le rôle de Vaudémont, évitant tout larmoiement. Le timbre n'est pas forcément le plus doux et beau, mais les nuances du chant le placent dans la droite ligne de ces chanteurs slaves qui savaient émouvoir par une inflexion ou une coloration. Le chant est mobil et le montre très investi. A certains moments, on pense à Nicolai Gedda dans la gestion des registres. Et si l'aigu est parfois un peu trop en arrière et limité, l'ensemble de la prestation est superbe par l'engagement et la musicalité de l'interprète.

Enfin, Sonya Yoncheva faisait ses débuts sur la scène Garnier… et le personnage de Iolanta est sans doute parfait pour elle à cette étape de sa carrière. Alors qu'il y a quelques mois la voix semblait très lourde et assombrie, elle retrouve ici un peu de sa palette dynamique et de sa lumière. Bien sûr certains moments nous font penser à une sorte de mini-Netrebko dans les couleurs de la voix et la largeur un peu forcée… mais l'ensemble du chant est très finement nuancé avec un engagement admirable. La voix s'élève sans aucune limite vers les plus fines nuances ou les éclats les plus passionnés. On en doute pas que scéniquement en plus elle doit impressionner dans la mise en scène car même sans décors, elle compose une jeune femme plus que touchante avec une attitude très naturelle pour cette jeune fille aveugle.

Le chœur n'a que peu de choses à chanter et le fait depuis la fosse d'orchestre.
L'orchestre se montre un peu tâtonnant à certains moments, avec des cuivres qui couaquent quelques fois. Mais le principal souci vient de la direction d'Alain Altinoglu qui semble diriger cet ouvrage comme n'importe quel autre opéra de son répertoire, sans lui insuffler toute la flamme et la poésie que réclame l'oeuvre. A certains moments, l'orchestre sonne cassant, et à d'autre il manque cruellement de cette passion dévorante qui doit l'enflammer. Pas de faute de goût bien sûr, mais une inspiration un peu trop limitée pour vraiment emporter l'adhésion.

Triomphe au final bien sûr et malgré les circonstances une superbe soirée de musique pour une partition absolument admirable!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Ven 11 Mar 2016 - 13:42

Merci pour ce C R, Polyeucte.

 J'y vais ce soir pour, j'imagine, voir le spectacle dans son intégralité - j'espère que les trois chorégraphes auront fait preuve de créativité sans détruire l'esprit de l'oeuvre - je ne m'attends pas à voir de valses des flocons de neige ou de Fée Dragée !!
Je ferai un C R ce week end.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Sam 12 Mar 2016 - 9:58

J'y étais donc hier soir - pas encore le temps de faire un C R circonstancié, mais ça va venir !

 En bref,
 Malgré une interprétation superbe, pas vraiment fasciné par Iolanta, oeuvre mineure.
 Par contre, totalement conquis par Casse - Noisette : à l'opposé du classicisme sublimé de Noureev, une relecture stimulante et captivante de ce ballet.

  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Sam 12 Mar 2016 - 15:03

C'est peu dire que j'allais voir ce spectacle avec beaucoup d'interrogation sur ce que pourrait faire Tcherniakov d'une oeuvre comme Casse - Noisette - j'ai du rendre les armes : c'est une belle réussite.

D'abord quelques mots de Iolanta : je n'avais jamais entendu l'oeuvre, mais je doute avoir envie de la réentendre ; l'intrigue se résume sur un ticket de métro, les personnages sont juste esquissés, et l'inspiration mélodique singulièrement absente - grâce à la qualité des interprètes, au premier rang desquels il faut placer Sonya Yoncheva et aussi Alexander Tsymbalyuk, que je réentendrai avec plaisir la saison prochaine dans Eugène Onéguine, j'ai passé un agréable moment, mais la partition : sitôt entendue, sitôt oubliée...
Tcherniakov était en mode "pause" : tout était bien réglé, d'un parfait classicisme, très bien comme ça !

Casse - Noisette
Livret de Marius Petipa d'après le conte d'E.T.A. Hoffmann, révisé par Dmitri Tcherniakov
Mise en scène Dmitri Tcherniakov
Chorégraphie :
L'anniversaire de Marie : Arthur Pita
La nuit - La forêt - Divertissement : Danse espagnole, danse chinoise, danse russe, pastorale : Edouard Lock
Pas de deux - Valse des flocons - Valse des fleurs - Pas de deux et variations finales : Sidi Larbi Cherkaoui
Vidéo : Andrey Zelenin

Marie (Clara) : Marion Barbeau
Vaudémont : Stéphane Bullion
Drosselmeyer : Nicolas Paul
Le Père : Aurélien Houette
La Mère : Alice Renavand

Corps de ballet
Orchestre de l'Opéra de Paris - Alain Altinoglu.

A lire l'argument, je me demandais comment quelqu'un comme Tcherniakov allait représenter un conte féerique, relevant d'un univers enfantin ; il a déconstruit le conte, tout en conservant un fil qui rattache l'action à l'univers du conte ; ce fil, c'est le personnage de Marie, qui est présente dans l'intégralité des scènes - pour la fin il a choisi la version d'origine - on sait que Balanchine a introduit une fin, conforme au conte d'Hoffmann dans laquelle l’héroïne s'envole dans un traîneau avec son prince - là la jeune fille se réveille dans le salon familial : ce n'était qu'un rêve !
Il n' y a pas de césure entre l'opéra et le ballet : Iolanta s'achève, les chanteurs saluent, et la scène recule et s'intègre dans le décor du ballet, qui débute.
La déconstruction est progressive : le premier tableau montre une fête d'anniversaire, dans laquelle la jeune fille reçoit des marques d'affection, de nombreux cadeaux, mais pas de casse - noisette;
Le changement est plus radical ensuite : le tableau nocturne ne voit apparaître aucune souris, mais les invités de la fête qui deviennent soudainement des automates hostiles, qui terrorisent la jeune fille - il se conclue par une énorme explosion, qui fait basculer les scènes suivantes dans un univers cauchemardesque ; le pas de deux et la Valse des flocons se passent dans une ambiance glaciale  et venteuse : ce n'est pas la Valse des flocons, c'est blizzard sur la Kolyma.
Ensuite la forêt n'est plus enchantée, mais menaçante, avec ses créatures étranges, et la multiplication des clones de Vaudémont.
Puis changement radical d'ambiance, l’héroïne étant supposée arriver dans un palais de délices - le metteur en scène et le chorégraphe ont matérialisé cet état en peuplant la scène de personnages inspirés de l'univers des jouets et des contes : là à nouveau aussi une multitude de clones de la jeune fille danse avec les personnages les différentes danses qui compose le tableau.
Ensuite la Valse des fleurs offre à nouveau un contraste entre la jeune fille, seule, qui voit danser des couples qui symbolisent le passage des différents ages de la vie.
Le pas de deux final voit disparaitre le prince charment, et Marie se réveille seule dans le salon familial.
Ce ballet est une grande réussite pour de nombreuses raisons :
Sur le plan de la scénographie, tout s’enchaîne parfaitement ; les vidéos sont d'une force impressionnante.
C'est aussi une grande réussite d'avoir fait travailler ensemble trois chorégraphes au style si dissemblable.
Belle prestation de l'orchestre, et évidemment solistes et danseurs de la troupe à leur meilleur.

Ce spectacle - c'était la première - a convaincu, et a été salué par de vifs applaudissements.

Montfort

Diffusion dans certains cinémas le 17 mars à 19H.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18782
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Sam 12 Mar 2016 - 20:39

Montfort a écrit:
D'abord quelques mots de Iolanta : je n'avais jamais entendu l'oeuvre, mais je doute avoir envie de la réentendre ;  l'intrigue se résume sur un ticket de métro, les personnages sont juste esquissés, et l'inspiration mélodique singulièrement absente - grâce à la qualité des interprètes, au premier rang desquels il faut placer Sonya Yoncheva et aussi Alexander Tsymbalyuk, que je réentendrai avec plaisir la saison prochaine dans Eugène Onéguine, j'ai passé un agréable moment, mais la partition : sitôt entendue, sitôt oubliée...

Ah? Pas de mélodie? Pas intéressant comme oeuvre? Je trouve ça au contraire totalement inspiré et passionnant. J'ai encore découvert des choses magnifiques l'autre jour! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Dim 13 Mar 2016 - 10:01

Polyeucte a écrit:
Montfort a écrit:
D'abord quelques mots de Iolanta : je n'avais jamais entendu l'oeuvre, mais je doute avoir envie de la réentendre ;  l'intrigue se résume sur un ticket de métro, les personnages sont juste esquissés, et l'inspiration mélodique singulièrement absente - grâce à la qualité des interprètes, au premier rang desquels il faut placer Sonya Yoncheva et aussi Alexander Tsymbalyuk, que je réentendrai avec plaisir la saison prochaine dans Eugène Onéguine, j'ai passé un agréable moment, mais la partition : sitôt entendue, sitôt oubliée...

Ah? Pas de mélodie? Pas intéressant comme oeuvre? Je trouve ça au contraire totalement inspiré et passionnant. J'ai encore découvert des choses magnifiques l'autre jour! Very Happy

Tant mieux pour toi.
Mais j'ai plutot une bonne mémoire musicale, et j'ai beau faire des efforts, mon cerveau n'a rien retenu de cette partition... Et la comparaison avec la musique de Casse - Noisette - pourtant pas un des meilleurs Tchaïkovski - est AMHA peu favorable à Iolanta.

Indépendamment de cet échange, un conseil amical : essaie d'y retourner : le ballet est vraiment une belle réussite qui mérite d'etre découverte.
Je suis un fan des recréations faites par Noureev des grands ballets impériaux, mais là, c'est beaucoup plus captivant.

Un commentaire pas mal vu sur cette chorégraphie :

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/dmitri-tcherniakov-dynamite-casse-noisette-a-l-opera-de-paris-11-03-2016-5617707.php

Et un reportage de FR3 qui permet de se faire une petite idée de ce spectacle :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/casse-noisette-et-tchaikovski-facon-2016-l-opera-garnier-949532.html

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18782
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Dim 13 Mar 2016 - 11:22

Rien retenu? Rien que les airs quand même! Iolanta, Hibn-Haka, Robert, le Roi René... et puis ce final en apothéose!

Sinon, je regarderai le spectacle lors de sa diffusion sur Culturebox... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80038
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Dim 13 Mar 2016 - 14:56

Montfort a écrit:

Mais j'ai plutot une bonne mémoire musicale, et j'ai beau faire des efforts, mon cerveau n'a rien retenu de cette partition... Et la comparaison avec la musique de Casse - Noisette - pourtant pas un des meilleurs Tchaïkovski - est AMHA peu favorable à Iolanta.

Difficile de comparer de cette façon: tout le monde a déjà Casse-Noisette dans l'oreille depuis longtemps. (et c'est bien un des tout meilleurs Tchaïkovsky justement à mon sens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81041
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Dim 13 Mar 2016 - 22:24

Tiens, c'est étonnant, même moi je le trouve presque trop pittoresque : qu'est-ce qui attise ton intérêt dans cette œuvre plus que dans d'autres Tchaïkovski (les derniers opéras sont autrement aventureux dans leur harmonie, me semble-t-il).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80038
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Dim 13 Mar 2016 - 23:10

Surtout le charme de l'orchestration, je trouve que c'est le Tchaïkovsky le plus coloré, le plus Tchaïkovsky au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Lun 14 Mar 2016 - 11:06

D'autres critique de ce spectacle :

http://www.lesechos.fr/week-end/culture/spectacles/021762812790-tcherniakov-reinvente-tchaikovski-a-lopera-de-paris-1206737.php

Chantal Cazaux dans ASO :

http://www.asopera.fr/critique-iolanta-cassenoisette-r529.htm?PHPSESSID=03d168db11f129a9e5b6103442e0d5fc

Qui d'autre que Polyeucte et moi verra ce spectacle ?

  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiordiligi
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 871
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Lun 14 Mar 2016 - 16:26

Montfort a écrit:
Qui d'autre que Polyeucte et moi verra ce spectacle ?
  Montfort
J'y serai pour la dernière le 1er avril. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Jeu 17 Mar 2016 - 13:00

En voilà un qui n'a vraiment pas apprécié le ballet :

http://www.resmusica.com/2016/03/16/iolanta-casse-noisette-a-lopera-de-paris-interieurs-bourgeois/

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4059
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Ven 18 Mar 2016 - 10:17

Montfort a écrit:
En voilà un qui n'a vraiment pas apprécié le ballet :

http://www.resmusica.com/2016/03/16/iolanta-casse-noisette-a-lopera-de-paris-interieurs-bourgeois/

Et un autre qui a apprécié :

http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=11386

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18782
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Mar 29 Mar 2016 - 10:02

Après écoute sur France-Musique de Iolanta, je pense que le plus gros soucis musical de cette production, c'est la direction d'orchestre...

J'avais trouvé le son de l'orchestre maigrichon et manquant singulièrement de rondeur et de passion lors de la première en salle. Mais j'avais mis ça sur le manque d'habitude d'être au parterre à Garnier.
Mais la captation donne le même rendu : une direction métronomique qui manque d'allant, de flamme et de vie. Et un son d'orchestre malingre comme si l'orchestre avait été réduit.
Du coup, on perd vraiment beaucoup car c'est une des choses magnifiques dans cette oeuvre.

Sinon, distribution toujours aussi belle, même si le Roi René perd un peu de son magnétisme à l'enregistrement.

Pour ceux qui veulent voir et entendre, c'est disponible ici :
http://culturebox.francetvinfo.fr/live/musique/opera/iolanta-casse-noisette-de-tchaikovski-au-palais-garnier-236343
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18782
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    Mar 29 Mar 2016 - 17:57

Je suis en train d'écouter Casse-Noisette du coup...
Parce que c'est un ballet, on peut passer son temps à hurler sur scène pour couvrir la musique???? carton rouge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier    

Revenir en haut Aller en bas
 
Iolanta - Casse - N. Altinoglu - Tcherniakov - Garnier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eugène Onéguine / Bolchoï / Garnier (09/2008)
» Roland Petit à Garnier
» La Donna del lago - Garnier - juin juillet 2010
» Faust -Fénelon - Garnier - mars 2010
» Probleme de casse de corde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: