Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cymbalum : essai de disposition / accord alternatif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Muzikantor
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 33
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 27/01/2012

MessageSujet: Cymbalum : essai de disposition / accord alternatif   Jeu 5 Mai 2016 - 21:57

Salut

Apprenant le cymbalum sur un petit instrument depuis quelques mois, je voudrais présenter une disposition alternatives des cordes. Elle n'est pas fondamentalement nouvelle, mais en m'inspirant de différentes versions de cymbalums (européens et asiatiques), je propose cet accordage pour des musiques Renaissance et traditionnelles, au tempérament mésotonique, très bon tempérament pour l'accompagnement des polyphonies vocales et instrumentales, notamment dont les tierces se fondent mieux avec celles jouées par les violons...


Le nombre de choeurs de cordes par octaves s'inspire des claviers à feintes brisées qui ont existé sur quelques orgues qui rajoutent un lab et ré#, permettant d'enrichir les possibilités de variations. Sans recourir au tempérament égal qui fait perdre la justesse des intervalles devenus capitaux en musique Renaissance et aussi périodes suivantes : les tierces majeures (et leur relatives mineures auxquelles j'attache beaucoup d'importance, présente dans certains modes utilisés en Europe orientale)

On se retrouve alors à l'intérieur de chaque octave :
d'un côté : une section de 7 choeurs à progression diatonique, (comme les marches du clavier), ici de sol à sol
de l'autre côté : 7 altérations (les 5 altérations du compromis mésotonique pour claviers sans feintes brisées : do# mib fa# la# sib ;  + 2 altérations complémentaires : lab et ré# (correspondant aux feintes brisées). On pourrait même à la limite rajouter un la# pour moduler en sim. Mais c'est peut-être trop Car on perdrait la symétrie 7 notes diatoniques / 7 altérations...
L'accordage par octaves permet également d'explorer les tempéraments inégaux sans avoir à bouger les 'petits cylindres' sur lesquels sont tendus les cordes divisées en 2 sections de part et d'autre des chevalets.
Le redoublement du sol et sol# en haut d'une octave + début de l'octave suivante facilite le 'cheminement de frappe' suivant la tonalité ou modulation du moment.

Pour obtenir un cymbalum compatible avec le dastgah e shur de la musique persane, il y a une autre possibilité concernant les altérations : remplacer le ré # par mi demi-bémol et la b par la demi-bémol, et se contenter du compromis des 5 altérations pour la musique Renaissance-baroque

On navigue latéralement d'octave en octave, rendant plus intuitif les trémolos d'octaves et les retours à l'unisson fréquents en musique Renaissance et baroque. C'est tout simplement la disposition du santour (et de la partie droite de beaucoup de cymbalums klezmer). De plus le fractionnements de mêmes cordes en octaves plutôt qu'en quintes tempérées favorise encore plus les harmoniques naturelles. Et comme le jeu du cymbalum est plutôt arpégé, il n'est pas nécessaire d'avoir une disposition latérale en quintes pour accompagner en accords, grâce à la profondeur de l'instrument sensiblement réduite avec cet accordage : la tierce se joue sur 3 notes successives d'une section au lieu de 5 sur cymbalums klezmer (tsimbl) et grec (sandouri)
Il me semble plus agréable pour le jeu d'élargir latéralement l'instrument pour gagner en tessiture, comme le font le yangqin (chinois) et le santour (iranien), plutôt que d'ajouter les basses supplémentaires en nombre excessif juste devant soi à la Schunda. Ce qui relègue trop loin à mon avis l'accès aux médiums et aigus.
L'idéal étant de pas avoir à bouger le tronc d'avant en arrière. Donc s'assoir par exemple en tailleur ou posture birmane, en se déplaçant latéralement . Cuisses écartées, tronc très proche de l'instrument, permettant d'aller à la fin de chaque octave avec le seul mouvement des bras, favorisant l'utilisation de mailloches courtes et donc l'étouffement sélectif au doigt et à la main (technique très développée chez les biélorusses).


Ou alors pour avoir ces basses très graves (à choisir, j'ai plus besoin de bons graves que de très aigus), autant transposer l'instrument en commençant l'octave par un sol 2 comme sur le premier schéma. On se retrouve alors avec un instrument plutôt simple de 3 octaves (+ sol# 5 et la 5) et en même temps complètement chromatique.

Il n'est pas nécessaire d'avoir énormément d'octaves. Les contrebasses ajoutent des basses, les violons et flûtes complètent dans l'aigus. Selon moi, le cymbalum est  Il n'y a pas besoin de de développer un instrument de récital solo tels que les développements subis avec le temps par l'orgue parfois trop monumental et le clavicorde devenu le "gigantesque" piano à queue. Bien entendu, nombre de merveilles ont été composées pour ces 2 grands instruments.
Mais pour le cymbalum, je préfère privilégier l'aspect accompagnement (mélodique harmonique et rythmique), et sa mobilité !

On peut aussi envisager cet accord en faisant les octaves de do à do :
Spoiler:
 

Je ne suis pas encore tout à fait sûr qu'il soit agréablement jouable. Mais je tenais à publier et partager cette disposition alternative, qui synthétise les approches de l'accordage de cet instrument eurasien.
Mots-clés:
 

A tout hasard, j'ai mis ce type de disposition sous licence libre Creative Commons pour qu'elle puisse être utilisée et transformée librement


<a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/"><img alt="Licence Creative Commons" style="border-width:0" src="https://i.creativecommons.org/l/by/4.0/88x31.png" /></a><br /><span xmlns:dct="http://purl.org/dc/terms/" href="http://purl.org/dc/dcmitype/Dataset" property="dct:title" rel="dct:type">cymbalum mésotonique 'transcontinental'</span> de <a xmlns:cc="http://creativecommons.org/ns#" href="http://classik.forumactif.com/t8172-cymbalum-disposition-accord-alternatif" property="cc:attributionName" rel="cc:attributionURL">Romuald P</a> est mis à disposition selon les termes de la <a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/">licence Creative Commons Attribution 4.0 International</a>.<br />Fondé(e) sur une œuvre à <a xmlns:dct="http://purl.org/dc/terms/" href="http://classik.forumactif.com/t8172-cymbalum-disposition-accord-alternatif" rel="dct:source">http://classik.forumactif.com/t8172-cymbalum-disposition-accord-alternatif</a>.


Dernière édition par Muzikantor le Dim 22 Mai 2016 - 23:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Cymbalum : essai de disposition / accord alternatif   Dim 8 Mai 2016 - 11:45

C'est passionnant, Muzikantor, mais vu la spécialisation du sujet (déjà, rien que pour voir un cymbalum en concert, pas évident, alors le jouer, et discuter de ses modes de jeux à travers le monde !), ne t'alarme pas si tu n'as pas beaucoup de réactions. Très intriguant et intéressant en tout cas. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
 
Cymbalum : essai de disposition / accord alternatif
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cymbalum : essai de disposition / accord alternatif
» Recherche grille d'accord pour open tunning
» Identifier la composition d'un accord
» accord pour jouer en open de do
» renversement des accord (pratique pour les walking)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique (Divers)-
Sauter vers: