Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lectures (5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
Belcore
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Mer 4 Oct 2017 - 15:03

Je me suis replongé avec délectation dans les "Mémoires de la Comtesse de Boigne".
Adèle de Boigne née d'Osmond est une aristocrate née à la cour de Louis XVI et morte en 1866.
Elle a consigné ses souvenirs qui vont de la Révolution française à la chute de la Monarchie de juillet.
C'est une monarchiste et légitimiste viscérale, qui se convertit à la monarchie tempérée de type britannique après son émigration durant la Révolution.
Elle est toute sa vie proche des cercles du pouvoir, qu'elle décrit souvent avec férocité, à fortiori lorsqu'il s'agit des personnages de son obédience : ses descriptions de l'inconséquence de Marie Antoinette ou de la balourdise de Louis XVI sont délectables.
Je suis loin d'avoir terminé cette relecture - 1400 pages !! - actuellement elle décrit comment lors de la première Restauration le cercle des proches de Louis XVIII tente avec maladresse de ressusciter la monarchie absolue.
Marcel Proust a été un des premiers lecteurs de ces Mémoires.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28979
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Mer 4 Oct 2017 - 21:08

Il y a erreur Octavian, je ne dis pas que les universitaires influencent ce que les gens lisent, je dis que les universitaires légitiment ou pas telle ou telle œuvre. Et que cette hiérarchie universitaire on l'intériorise plus ou moins.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Jeu 5 Oct 2017 - 13:42

Kazuo Ishiguro prix nobel de littérature, je n'ai jamais lu mais le film que James Ivory a tiré des Vestiges du jour est trés beau, je suis donc plutot curieux. Il y en a qui connaisse?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
brigitte
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/08/2017

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Jeu 5 Oct 2017 - 14:06

Je suis une grande fan d'Ishiguro depuis longtemps! J'ai lu (que dis-je: dévoré!) tous ses livres! Nous nous demandions depuis longtemps avec mon mari quand il recevrait finalement le Nobel de littérature. Tu m'apprends que c'est fait!

Celui-ci il n'est absolument pas volé!!!!  cheers  cheers  cheers  cheers

Ce type est génial dans sa manière d'aborder les sentiments non dits! Très asiatique, même s'il est anglais.

Je recommande chaudement sa lecture!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22865
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Jeu 5 Oct 2017 - 19:08

Je connaissais de nom cet écrivain et j'avais notamment entendu parler de lui en 2015 lors de la parution de son dernier livre en grand format.

Je le lirai à l'occasion. Néanmoins, je pensais que ce serait une femme ou l'écrivain kenyan Ngugi Wa Thiong'o qui commence à être traduit de nouveau dans notre pays qui aurait enfin ce prix, étant donné qu'il fait partie des auteurs les plus cités depuis plusieurs années pour le recevoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3883
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Jeu 5 Oct 2017 - 19:25

J'avais lu Les Vestiges du jour à la sortie de la traduction française.
Je garde le souvenir d'un certain ennui et d'un fort sentiment d'artificialité (quelque chose de calqué sur Henry James et E.M. Forster pour la trame et l'univers de référence, avec des dispositifs narratifs et un jeu sur l'implicite très démarqués de Kawabata.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3430
Localisation : Alma, Québec
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 2:27

tod a écrit:
Il y a longtemps, et j'avais aimé.

Le côté historique, c'est à dire l'après-guerre à l'heure des règlements de compte.
Marcel Aymé doit son succès à son public parce que la critique était méchante avec lui.
Il ne s'est pas laissé acheter: on lui a offert un siège à l'Académie française et il l'a refusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brigitte
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/08/2017

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 9:01

Je dois avouer que je suis assez déçues des réactions que je lis sur Ishiguro ... dommage que vous le voyiez comme ça. Mais tous les goûts son dans la nature Laughing
Artificiel? Peut-être ... mais c'est pour ça que je lui trouve un côté tout à fait japonais: je vois ses oeuvres comme du théâtre kabuki mixé à une difficulté à exprimer ses sentiments typiquement anglais (ça n'engage que moi) et c'est ça que je trouve fascinant! Il en tire des oeuvres qui ont un caractère tout à fait personnel le tout sur fond souvent de passage de l'histoire que je connais très mal et donc vraiment intéressant ou/et dans des mondes totalement psychédéliques ou oniriques (comme dans "the buried giant" par exemple ou "Nocturnes")

Non vraiment pour moi, c'est un prix 10000 fois mérité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 10:28

J'avoue que j'ai toujours un peu de mal a comprendre le reproche d'artificialité pour toute production artistique qui par nature n'est fait que d'artifice, mais je comprend ce que veux dire Benedictus ça ressemble un peu trop à la copie d'un bon élève qui ne s'est pas encore émancipé de ses modèles. Il me semble que les vestiges du jour n'est que son troisième roman, sans doute son style a-t'il évolué depuis.

Je lirais tout de même les vestiges du jour parce que j'aime beaucoup le film d'Ivory, mais je crois que The Buried Giant justement m'attire beaucoup plus (a priori ça ne devrait pas trop me dépayser de la légende arthurienne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3883
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 10:56

brigitte a écrit:
Je dois avouer que je suis assez déçues des réactions que je lis sur Ishiguro ... dommage que vous le voyiez comme ça. Mais tous les goûts son dans la nature  Laughing
Il ne faut pas: ma remarque était autant à prendre comme un aveu d'ignorance et/ou de manque de persévérance.

brigitte a écrit:
Non vraiment pour moi, c'est un prix 10000 fois mérité!
Je n'ai jamais prétendu le contraire!
Cela dit, le prix Nobel ne m'a jamais semblé un indicateur significatif des mérites littéraires de ses récipiendaires (ni dans un sens ni dans l'autre).

Parsifal a écrit:
J'avoue que j'ai toujours un peu de mal a comprendre le reproche d'artificialité pour toute production artistique qui par nature n'est fait que d'artifice, mais je comprend ce que veux dire Benedictus ça ressemble un peu trop à la copie d'un bon élève qui ne s'est pas encore émancipé de ses modèles.
Voilà, c'est exactement ça. (J'ai écrit artificialité faute de mieux: sur le fond, je partage ta remarque quant au «reproche d'artificialité.»)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brigitte
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/08/2017

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 11:20

Moi aussi j'adore le mythe d'Arthur et de la table ronde et donc j'ai beaucoup aimé "the buried giant". Il faut vraiment accepter de se laisser guider dans un monde totalement onirique, ne pas chercher un sens immédiat  ... J'ADORE drink

Quand au prix Nobel, je suis parfaitement d'accord que ce n'est pas preuve de prouesses littéraires! La preuve s'il en faut est BoB Dylan l'année passée What the fuck ?!? Mais justement, je suis très excitée parce que pour une fois, je suis totalement d'accord avec leur choix bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7066
Age : 33
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 11:28

Personnellement je n'ai rien lu d'Ishiguro, mais ma compagne aime beaucoup, et il m'est arrivé de lui en offrir (The Buried Giant, justement). Vu de l'extérieur, et donc sans rien pouvoir dire du style ou du fond, je crois qu'on peut quand même affirmer qu'il ne faut pas tout juger d'Ishiguro à la seule aune des Vestiges du jour et de son apparat victorien, même si ça reste son plus grand "hit" notamment grâce au film. Wink

Ensuite, pour ce qui est du Nobel de façon générale, je partage un peu la distance générale ici... et pas forcément à cause de Bob Dylan qui ne me semble pas le choix le plus critiquable fait ces dix dernières années. siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3883
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 11:43

Octavian a écrit:
et pas forcément à cause de Bob Dylan qui ne me semble pas le choix le plus critiquable fait ces dix dernières années. siffle
hehe Pas mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 14:29

De même Dylan était inattendu, mais après tout la chanson relève aussi de la poésie, c'est sur qu'a côté il y a Philip Roth et Joyce Carol Oates qui attendent mais au moins c'est un vrai travail de création littéraire et pas une compilation d'interview (aussi remarquablement éditées et agencées soit-elle, et au delà de l'intérêt historique et intellectuel de la démarche)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1213
Age : 26
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 17:19

Parmi les lauréats des années 2010, j'ai beaucoup aimé Svetlana Aleksievitch, et bien apprécié Vargas Llosa. Je ne trouve pas ces choix infamants du tout! Je connais mal les autres écrivains, donc je m'abstiens de les juger (tout ce que je peux dire, c'est que Dylan n'est pas mon songwriter préféré).

Bon, à l'évidence, le monde se porterait quand même mieux si l'on refilait le prix à des Tchèques ou à des Slovènes. Ces institutions favorisent les Anglophones, alors que la Lumière ne se trouve que dans les langues slaves parlées par moins de 20 millions de personnes (je pense).

Plus sérieusement: tant de biais déterminent les choix du Nobel, à commencer par les questions de langue (et inévitablement de traduction), qu'on ne peut pas concevoir ce prix comme un moyen de consacrer les "Plus Grands" artistes contemporains. Ça n'aurait pas de sens, vu la diversité des cultures, des modes de création et des critères esthétiques. Ce que j'ai cru comprendre l'an dernier lors de la remise du Nobel à Dylan, c'est que cette ambition n'avait plus lieu d'être. Tant mieux peut-être?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 22:19

Oriane a écrit:
Parmi les lauréats des années 2010, j'ai beaucoup aimé Svetlana Aleksievitch, et bien apprécié Vargas Llosa. Je ne trouve pas ces choix infamants du tout! Je connais mal les autres écrivains, donc je m'abstiens de les juger (tout ce que je peux dire, c'est que Dylan n'est pas mon songwriter préféré).

Vargas Llosa est un très grand écrivain.


Svetalana Aleksievitch, et tout en ayant le plus grand respect pour sa démarche, je trouve, comme je l'ai dit précédemment, que quelque soit sa part éditoriale ce n'est pas une création littéraire au sens fort du terme, ou plus exactement je pense que c'est intéressant de l'avoir récompensé mais le jury nobel aurait a mon avis du plus insister sur la dimension collective de cette œuvre (qui en est d'autant plus remarquable).


Après Dylan et Aleksievitch ne sont pas les premiers choix étranges du prix nobel, un certain Winston Churchill l'a obtenu et en mettant de côté sa stature historique d'homme d’État c'est sans doute plus pour son œuvre d'orateur que pour son œuvre d'écrivain d'autant plus que l'on a tendance a la réduire a sa seule Histoire de la seconde guerre mondiale qui est effectivement une œuvre collective, ce qu'il n'a jamais caché, alors qu'il est l'auteur d'une œuvre considérable (journalistique pour l'essentiel c'est vrai) mais également d'un certain nombre de biographie et d'ouvrage historique, d'un roman (assez mauvais a ce qu'il parait), et d'une autobiographie sur ses années de formation My Early Life qui est un ouvrage formidable tant par la teneur de ce qu'il raconte (jamais ennuyeux, toujours drôle, parfois mélancolique, dérangeant parce que Churchill appartient clairement a un autre monde que nous sur des trés nombreuse question) que par le ton (unique) et la qualité de sa prose. Le nobel de Churchill récompensait une figure politique et mythique qu'un écrivain mais il mérite certainement le titre, et si je suis le premier a penser qu'il y avait sans doute d'autres écrivains plus essentiel que Churchill à reconnaitre, ça avait le mérite de pointer la dimension littéraire que peuvent avoir, ouvrages historiques, biographies, articles journalistiques et surtout discours puisque c'est là que réside le meilleur de Churchill écrivain (là et dans My Early Life)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7066
Age : 33
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 22:41

Parsifal a écrit:
Vargas Llosa est un très grand écrivain.

Moi qui suis souvent assez sensible aux littératures sud-américaines, j'avoue peu de goût pour la prose du monsieur. Et ce sans même prendre en compte sa personnalité qui est, pour le dire de la façon la plus neutre possible... discutable.

Maintenant, quand je parlais de choix critiquables, je pensais surtout à ceux qui l'avaient immédiatement précédé, JMG Le Clezio et Herta Müller (et dans une moindre mesure Doris Lessing). C'est sûr que Vargas Llosa après ceux-là, ça remontait déjà le niveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 23:01

La personnalité politique de Vargas Llosa ne me séduit pas plus que toi, mais il n'en reste pas moins un écrivain remarquable (je l'ais découvert a travers son bel essai sur Les Misérables)
Et je ne vois pas vraiment ce qu'il y avait de très choquant avec Lessing? ce n'est peut être pas une styliste exceptionnel mais la densité et l'originalité de ses livres parlent quand même en sa faveur.

Le Clézio je me rend compte qu'en fait je n'en passe pas grand chose ni en bien ni en mal, il m’indiffère plutôt en fait je me souviens avoir trouver un lyrisme pas sans séduction dans Désert pour le versant positif et pour le versant négatif, une tendance (oh sainte horreur) presque durassienne dans Ritournelle de la faim. Cela dit comme comme dans les deux cas ça reste assez tiède on ne peut pas dire que ça m'ait fait vibrer d'amour ou de haine (c'est sans doute là le problème Mr.Red )
Après j'ai lu plusieurs avis très négatifs sur le forum a son sujet, j'avoue que je ne trouve rien de particulièrement infamant (le duras tiède, pour insipide qu'il soit vaut mieux que le Duras brulant, au moins ça ne déclenche pas urticaire et vomissement)

Herta Muller, il me semble que tu en avais parlé a l'époque en mal en effet, je n'ai pas lu donc je suis curieux de savoir ce qui te rebute?


Dernière édition par Parsifal le Ven 6 Oct 2017 - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Belcore
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 6 Oct 2017 - 23:11

Octavian a écrit:
Parsifal a écrit:
Vargas Llosa est un très grand écrivain.

Moi qui suis souvent assez sensible aux littératures sud-américaines, j'avoue peu de goût pour la prose du monsieur. Et ce sans même prendre en compte sa personnalité qui est, pour le dire de la façon la plus neutre possible... discutable.

Maintenant, quand je parlais de choix critiquables, je pensais surtout à ceux qui l'avaient immédiatement précédé, JMG Le Clezio et Herta Müller (et dans une moindre mesure Doris Lessing). C'est sûr que Vargas Llosa après ceux-là, ça remontait déjà le niveau.

Qu'est - ce qui ne va pas chez Vargas Llosa ??

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7066
Age : 33
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 0:42

Parsifal a écrit:
Et je ne vois pas vraiment ce qu'il y avait de très choquant avec Lessing? ce n'est peut être pas une styliste exceptionnel mais la densité et l'originalité de ses livres parlent quand même en sa faveur.

Oui voilà, "pas exceptionnel", d'après ce que j'ai lu (mais certes pas ses oeuvres les plus réputées, alors peut-être que...). Mais enfin un style un peu passe-partout, c'est pas mauvais du tout, mais je n'y ai pas trouvé grand chose à me mettre sous la dent, vite lu, vite oublié. Et pour le coup, quand tu vois les noms de ceux qui ont été primés au cours de la décennie précédente — pour mémoire : Fo, Saramago, Grass, Gao Xingjian, V.S. Naipaul, Imre Kertész, Coetzee, Jelinek, Pinter, Pamuk —  ça fait un peu contraste, tout de même...


Parsifal a écrit:
Le Clézio je me rend qu'en fait je n'en passe pas grand chose ni en bien ni en mal, il m’indiffère plutôt en fait je me souviens avoir trouver un lyrisme pas sans séduction dans Désert pour le versant positif et pour le versant négatif, une tendance (oh sainte horreur) presque durassienne dans Ritournelle de la faim. Cela dit comme comme dans les deux cas ça reste assez tiède on ne peut pas dire que ça m'ait fait vibrer d'amour ou de haine (c'est sans doute là le problème Mr.Red )
Après j'ai lu plusieurs avis très négatifs sur le forum a son sujet, j'avoue que je ne trouve rien de particulièrement infamant (le duras tiéde, pour insipide qu'il soit vaut mieux que le Duras brulant)

Je crois que je préfère encore Duras pété de rire (et pourtant...!).

(Je t'avoue que je ne vois pas bien le rapport entre les deux mais en même temps je n'ai pas tenté Ritournelle de la faim.)


Parsifal a écrit:
Herta Muller, il me semble que tu en avais parlé a l'époque en mal en effet, je n'ai pas lu donc je suis curieux de savoir ce qui te rebute?

Diantre, j'avais fait ça ? Si c'est le cas tu en as plus de souvenirs que moi... Mais je dois dire qu'en parcourant à nouveau les topics de ce forum je tombe sur des messages de ma part à propos d'écoutes d'enregistrements et parfois même d'œuvres dont je n'avais plus le moindre souvenir... donc c'est fort possible.

(Par curiosité, cela dit, je suis allé chercher les anciens fils "Lecture" est le premier s'arrête en 2008, le deuxième reprend en 2011. Muller ayant reçu son prix en 2009.)

Bon, eh bien que dire... Imagine effectivement un style durassien, pour le coup, mais appliqué à de l'uniformément glauque (mais un glauque qui me semble assez artificiel), du misérabilisme à la petite semaine, la misère c'est bien triste, et nous sommes tous des misérables d'une façon ou d'une autre (surtout vous), nous sommes tous des putains, le ciel est gris, les rues sont grises, l'homme est très malheureux, pourquoi jardiner alors que bientôt l'automne pourrira toutes les feuilles. Ce genre d'ambiance. Rajoute à ça un discours de réception du prix où, dans mon souvenir, elle se présentait limite comme une résistante à Ceaușescu parce qu'elle avait continué pendant des années à aller bosser alors que, horreur, personne ne lui souriait... Confused


Belcore a écrit:
Qu'est - ce qui ne va pas chez Vargas Llosa ??

Disons que des ex-marxistes qui (vision "positive" de la chose) ont pris leurs distances déçus par cette idéologie et ses dérives, ou (vision "négative") ont retourné leur veste une fois qu'ils se sont "installés", ça n'est pas une chose particulièrement rare... mais Vargas Llosa a poussé l'exercice très loin.

Quand tu entres en littérature dans les années 60 avec Les Caïds et La Ville et les chiens, qui te posent en porte-voix de la jeunesse opprimée par une société conservatrice et militaire ; que trente ans plus tard tu prêtes ta plume aux révisionnistes sur les crimes contre l'humanité pendant la dictature argentine pour dire que ohlala les militaires ils n'ont pas vraiment fait du mal et puis ils étaient un peu forcés de réagir aussi face à ces vilains gauchistes provocateurs... ça fait grincer quelques dents et ça retourne quelques estomacs.

Quand tu crées un parti de droite libérale pour te présenter aux élections dans ton Pérou natal, que tu fais campagne tentant d'exploiter des idées xénophobiques, que tu te prends une taule, et que tu ... quittes le pays et changes de nationalité, ça fait bizarre. (Puis vingt ans plus tard, quand la fille de celui qui t'as battu se présente à son tour, tu rentres ton Pérou et tu annonces ton retour en politique.)

En gros Vargas-Llosa a viré ultra-libéral sur le plan économique (d'ailleurs, incidemment, son nom a été cité dans l'affaire des Panama Papers siffle ) et complètement néo-conservateur sur tout le reste, soutenant au fil des ans Tchatcher, Reagan, Aznar, Berlusconi, l'invasion U.S. en Irak, le coup d'État militaire au Honduras....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 1:57

Octavian a écrit:
Parsifal a écrit:
Et je ne vois pas vraiment ce qu'il y avait de très choquant avec Lessing? ce n'est peut être pas une styliste exceptionnel mais la densité et l'originalité de ses livres parlent quand même en sa faveur.

Oui voilà, "pas exceptionnel", d'après ce que j'ai lu (mais certes pas ses oeuvres les plus réputées, alors peut-être que...). Mais enfin un style un peu passe-partout, c'est pas mauvais du tout, mais je n'y ai pas trouvé grand chose à me mettre sous la dent, vite lu, vite oublié. Et pour le coup, quand tu vois les noms de ceux qui ont été primés au cours de la décennie précédente — pour mémoire : Fo, Saramago, Grass, Gao Xingjian, V.S. Naipaul, Imre Kertész, Coetzee, Jelinek, Pinter, Pamuk —  ça fait un peu contraste, tout de même...

Certainement je lis plus volontiers Grass, Coetze et Pinter (ceux que j'ai lu) mais Lessing ne me parait pas démérité tant que ça

Octavian a écrit:

(Je t'avoue que je ne vois pas bien le rapport entre les deux mais en même temps je n'ai pas tenté Ritournelle de la faim.)

Probablement aucun, j'ai lu ça il y a longtemps et ne m'en souviens pas bien, l'ambiance et le ton général se mélange un peu dans mes souvenir avec le style de Duras (puisque je lisais Duras à l'époque). Cette même tentative de faire passer l'insignifiance pour du lyrisme dépouillé.


Octavian a écrit:
Parsifal a écrit:
Herta Muller, il me semble que tu en avais parlé a l'époque en mal en effet, je n'ai pas lu donc je suis curieux de savoir ce qui te rebute?

Diantre, j'avais fait ça ? Si c'est le cas tu en as plus de souvenirs que moi... Mais je dois dire qu'en parcourant à nouveau les topics de ce forum je tombe sur des messages de ma part à propos d'écoutes d'enregistrements et parfois même d'œuvres dont je n'avais plus le moindre souvenir... donc c'est fort possible.

(Par curiosité, cela dit, je suis allé chercher les anciens fils "Lecture" est le premier s'arrête en 2008, le deuxième reprend en 2011. Muller ayant reçu son prix en 2009.)

j'ai dit a l'époque parce que ça remonte a pas mal de temps (et que je ne me souvenais plus de l'année ou la dame à reçut le nobel) donc mes souvenirs sont très approximatifs aussi  Mr. Green


Octavian a écrit:
Bon, eh bien que dire... Imagine effectivement un style durassien, pour le coup, mais appliqué à de l'uniformément glauque (mais un glauque qui me semble assez artificiel), du misérabilisme à la petite semaine, la misère c'est bien triste, et nous sommes tous des misérables d'une façon ou d'une autre (surtout vous), nous sommes tous des putains, le ciel est gris, les rues sont grises, l'homme est très malheureux, pourquoi jardiner alors que bientôt l'automne pourrira toutes les feuilles. Ce genre d'ambiance. Rajoute à ça un discours de réception du prix où, dans mon souvenir, elle se présentait limite comme une résistante à Ceaușescu parce qu'elle avait continué pendant des années à aller bosser alors que, horreur, personne ne lui souriait... Confused

En fait c'est l’Ecclésiaste réécrit façon Duras?


Octavian a écrit:
Belcore a écrit:
Qu'est - ce qui ne va pas chez Vargas Llosa ??

Disons que des ex-marxistes qui (vision "positive" de la chose) ont pris leurs distances déçus par cette idéologie et ses dérives, ou (vision "négative") ont retourné leur veste une fois qu'ils se sont "installés", ça n'est pas une chose particulièrement rare... mais Vargas Llosa a poussé l'exercice très loin.

Quand tu entres en littérature dans les années 60 avec Les Caïds et La Ville et les chiens, qui te posent en porte-voix de la jeunesse opprimée par une société conservatrice et militaire ; que trente ans plus tard tu prêtes ta plume aux révisionnistes sur les crimes contre l'humanité pendant la dictature argentine pour dire que ohlala les militaires ils n'ont pas vraiment fait du mal et puis ils étaient un peu forcés de réagir aussi face à ces vilains gauchistes provocateurs... ça fait grincer quelques dents et ça retourne quelques estomacs.

Quand tu crées un parti de droite libérale pour te présenter aux élections dans ton Pérou natal, que tu fais campagne tentant d'exploiter des idées xénophobiques, que tu te prends une taule, et que tu ... quittes le pays et changes de nationalité, ça fait bizarre. (Puis vingt ans plus tard, quand la fille de celui qui t'as battu se présente à son tour, tu rentres ton Pérou et tu annonces ton retour en politique.)

En gros Vargas-Llosa a viré ultra-libéral sur le plan économique (d'ailleurs, incidemment, son nom a été cité dans l'affaire des Panama Papers siffle ) et complètement néo-conservateur sur tout le reste, soutenant au fil des ans Tchatcher, Reagan, Aznar, Berlusconi, l'invasion U.S. en Irak, le coup d'État militaire au Honduras....

oui voila c'est le problème du personnage, mais pour moi l'écrivain joue vraiment dans la même catégorie qu'un Gunther Grass cité plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Belcore
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 8:32

Octavian a écrit:
Parsifal a écrit:
Et je ne vois pas vraiment ce qu'il y avait de très choquant avec Lessing? ce n'est peut être pas une styliste exceptionnel mais la densité et l'originalité de ses livres parlent quand même en sa faveur.

Oui voilà, "pas exceptionnel", d'après ce que j'ai lu (mais certes pas ses oeuvres les plus réputées, alors peut-être que...). Mais enfin un style un peu passe-partout, c'est pas mauvais du tout, mais je n'y ai pas trouvé grand chose à me mettre sous la dent, vite lu, vite oublié. Et pour le coup, quand tu vois les noms de ceux qui ont été primés au cours de la décennie précédente — pour mémoire : Fo, Saramago, Grass, Gao Xingjian, V.S. Naipaul, Imre Kertész, Coetzee, Jelinek, Pinter, Pamuk —  ça fait un peu contraste, tout de même...


Parsifal a écrit:
Le Clézio je me rend qu'en fait je n'en passe pas grand chose ni en bien ni en mal, il m’indiffère plutôt en fait je me souviens avoir trouver un lyrisme pas sans séduction dans Désert pour le versant positif et pour le versant négatif, une tendance (oh sainte horreur) presque durassienne dans Ritournelle de la faim. Cela dit comme comme dans les deux cas ça reste assez tiède on ne peut pas dire que ça m'ait fait vibrer d'amour ou de haine (c'est sans doute là le problème Mr.Red )
Après j'ai lu plusieurs avis très négatifs sur le forum a son sujet, j'avoue que je ne trouve rien de particulièrement infamant (le duras tiéde, pour insipide qu'il soit vaut mieux que le Duras brulant)

Je crois que je préfère encore Duras pété de rire (et pourtant...!).

(Je t'avoue que je ne vois pas bien le rapport entre les deux mais en même temps je n'ai pas tenté Ritournelle de la faim.)


Parsifal a écrit:
Herta Muller, il me semble que tu en avais parlé a l'époque en mal en effet, je n'ai pas lu donc je suis curieux de savoir ce qui te rebute?

Diantre, j'avais fait ça ? Si c'est le cas tu en as plus de souvenirs que moi... Mais je dois dire qu'en parcourant à nouveau les topics de ce forum je tombe sur des messages de ma part à propos d'écoutes d'enregistrements et parfois même d'œuvres dont je n'avais plus le moindre souvenir... donc c'est fort possible.

(Par curiosité, cela dit, je suis allé chercher les anciens fils "Lecture" est le premier s'arrête en 2008, le deuxième reprend en 2011. Muller ayant reçu son prix en 2009.)

Bon, eh bien que dire... Imagine effectivement un style durassien, pour le coup, mais appliqué à de l'uniformément glauque (mais un glauque qui me semble assez artificiel), du misérabilisme à la petite semaine, la misère c'est bien triste, et nous sommes tous des misérables d'une façon ou d'une autre (surtout vous), nous sommes tous des putains, le ciel est gris, les rues sont grises, l'homme est très malheureux, pourquoi jardiner alors que bientôt l'automne pourrira toutes les feuilles. Ce genre d'ambiance. Rajoute à ça un discours de réception du prix où, dans mon souvenir, elle se présentait limite comme une résistante à Ceaușescu parce qu'elle avait continué pendant des années à aller bosser alors que, horreur, personne ne lui souriait... Confused


Belcore a écrit:
Qu'est - ce qui ne va pas chez Vargas Llosa ??

Disons que des ex-marxistes qui (vision "positive" de la chose) ont pris leurs distances déçus par cette idéologie et ses dérives, ou (vision "négative") ont retourné leur veste une fois qu'ils se sont "installés", ça n'est pas une chose particulièrement rare... mais Vargas Llosa a poussé l'exercice très loin.

Quand tu entres en littérature dans les années 60 avec Les Caïds et La Ville et les chiens, qui te posent en porte-voix de la jeunesse opprimée par une société conservatrice et militaire ; que trente ans plus tard tu prêtes ta plume aux révisionnistes sur les crimes contre l'humanité pendant la dictature argentine pour dire que ohlala les militaires ils n'ont pas vraiment fait du mal et puis ils étaient un peu forcés de réagir aussi face à ces vilains gauchistes provocateurs... ça fait grincer quelques dents et ça retourne quelques estomacs.

Quand tu crées un parti de droite libérale pour te présenter aux élections dans ton Pérou natal, que tu fais campagne tentant d'exploiter des idées xénophobiques, que tu te prends une taule, et que tu ... quittes le pays et changes de nationalité, ça fait bizarre. (Puis vingt ans plus tard, quand la fille de celui qui t'as battu se présente à son tour, tu rentres ton Pérou et tu annonces ton retour en politique.)

En gros Vargas-Llosa a viré ultra-libéral sur le plan économique (d'ailleurs, incidemment, son nom a été cité dans l'affaire des Panama Papers siffle ) et complètement néo-conservateur sur tout le reste, soutenant au fil des ans Tchatcher, Reagan, Aznar, Berlusconi, l'invasion U.S. en Irak, le coup d'État militaire au Honduras....

En fait Vargas Llosa est simplement un démocrate qui défend les libertés civiles et économiques dans un continent où surabondent les démagogues et les dictateurs de tout poil : donc pas étonnant que les partisans de Maduro, Castro, kirchner et autres "libérateurs" de la prétendue Alliance Bolivarienne le calomnient..
Mais à te lire je vois que ces gens ont de zélés auxiliaires.
Il a quitté le Pérou pour vivre en Europe dans un environnement plus conforme à ses valeurs.
C'est un écrivain prolifique : je suis loin d'avoir lu toute sa production, mais ses ouvrages laissent rarement indifférents.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16660
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 9:58

ah ben oui, le classique tu dis quelque chose contre l’ultralibéralisme et l’ultraconservatisme = tu soutiens la dictature stalinienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7066
Age : 33
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 10:05

Herta Müller :

Parsifal a écrit:
En fait c'est l’Ecclésiaste réécrit façon Duras?

Je préfère l'Ecclésiaste. Razz


Mario Vargas Llosa :

Belcore a écrit:
En fait Vargas Llosa est simplement un démocrate qui défend les libertés civiles et économiques dans un continent où surabondent les démagogues et les dictateurs de tout poil : donc pas étonnant que les partisans de Maduro, Castro, kirchner et autres "libérateurs" de la prétendue Alliance Bolivarienne le calomnient..
Mais à te lire je vois que ces gens ont de zélés auxiliaires.

Je me réjouis d'apprendre que je suis le bras d'une conspiration internationale. J'espère que les Illuminati payent bien, j'ai des problèmes de trésorerie. siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28979
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 10:17

je n'ai rien dit hehe

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)


Dernière édition par Cololi le Sam 7 Oct 2017 - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 10:39

Belcore vient d'arriver, je ne sais pas si la mesure était en vigueur lors de la période-Octavian, mais l'une des rares règles édictées par Xavier est d'éviter les controverses politiques.

Car sinon vous allez vous fâcher, certains vont claquer la porte, et après vous on va tous être déçus du manque d'activité…

Mesure frustrante assurément, mais qui a montré son efficacité au fil des années, on peut faire confiance à Xavier pour la vue à long terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28979
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 10:44

C'est vrai, sauf que Lucien (et moi discutant avec Lucien) répondait aux propos de Belcore (certes nouveau).

J'efface mon message pour ma part. Mais franchement ... il est logique que qq un (ici Lucien) réponde du tac o tac sur ce genre de propos.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 11:07

Tout a fait, d'autant que ça:

Belcore a écrit:

Mais à te lire je vois que ces gens ont de zélés auxiliaires.

C'est parfaitement déplacé! Que chacun défendent les options politiques de Vargas Llosa si ça lui chante, mais ce n'est pas la peine de faire des insinuations et des procès d'intention (qui ne sont pas loin d'être de la calomnie pour le coup) contre ceux qui ne seraient pas d'accord.

Octavian a écrit:
Herta Müller :

Parsifal a écrit:
En fait c'est l’Ecclésiaste réécrit façon Duras?

Je préfère l'Ecclésiaste. Razz

moi aussi hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 11:10

Comme je n'ai pas lu les œuvres en question, je n'ai pas d'opinion sur le sujet, mais au bout de six messages, on est vraiment loin de l'incidente au fil de la conversation entre Belcore et Octavian, quand même.

Après, je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, ni faire la leçon à qui que ce soit… j'agitais simplement le petit drapeau avant que, sans même vous en apercevoir, le ton ne monte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16660
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 11:43

Belcore est lui-même tout à fait au courant de cette règle, puisqu’il avait trouvé le moyen de marquer son désaccord avec une discussion, il y a quelques jours, en enchérissant avec redondance le rappel à l’ordre de Xavier... donc de faire du politique sous couvert de rappeler l’interdit politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 12:09

DavidLeMarrec a écrit:
Belcore vient d'arriver, je ne sais pas si la mesure était en vigueur lors de la période-Octavian, mais l'une des rares règles édictées par Xavier est d'éviter les controverses politiques.

Car sinon vous allez vous fâcher, certains vont claquer la porte, et après vous on va tous être déçus du manque d'activité…

Mesure frustrante assurément, mais qui a montré son efficacité au fil des années, on peut faire confiance à Xavier pour la vue à long terme.

Tu as raison, mais admet que ce n'est pas moi qui est commencé....

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16660
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 12:14

(au fait, pourquoi avoir créé un nouveau compte ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 12:54

Belcore a écrit:


Tu as raison, mais admet que ce n'est pas moi qui est commencé....

Belcore

Peut être mais les insinuations désagréables n'étaient nullement nécessaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3430
Localisation : Alma, Québec
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 12:56

Elfriede Jelinek
* La Pianiste

On peut tracer un parallèle entre ce roman et Le Naufragé de Thomas Bernhard, car ils furent publiés tous deux la même année (1983), qu'ils traitent de musique, de l'Art en général et que l'action se déroule principalement à Vienne.
La pianiste protagoniste de ce livre échoue dans sa carrière de concertiste et n'a d'autre choix que d'enseigner la musique au Conservatoire.
D'un humour féroce.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7066
Age : 33
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 13:51

Je m'incline. J'ai tendance à penser que, dans l'absolu, "il ne faut pas parler de choix politiques" est en soi un choix politique, mais j'ai trop bonne opinion de la façon dont ce forum est géré (par comparaison avec d'autres que je connais ou ai connus) pour aller contre la volonté des admins.

Pour ma défense, moi, à la base, je disais juste que MVL n'était pas un auteur que j'appréciais en tant qu'auteur, indépendamment des aspects de sa personnalité, en dehors de son œuvre, qui ne faisaient pas l'unanimité. Et Parsifal faisait savoir qu'il appréciait, lui, l'œuvre, indépendamment du même facteur.  Là-dessus, quelqu'un dont j'ignorais les orientations politiques, me demande de clarifier de quoi on parle, j'ai présenté la chose, de façon aussi relativement neutre que j'ai pu (d'où mes "vision positive" / "vision négative"), et avec des faits
1/ objectivement, factuellement vérifiables,
2/ dans la plupart des cas, revendiqués par l'intéressé lui-même (ce qui rend l'accusation de "calomnie" assez amusante) (à la rigueur : "divulgation de secret militaire", jurisprudence Desproges vs. Seguéla hehe ), et
3/ qui font tout de même polémique au-delà d'un seul et unique camp politique (ou alors par exemple Alberto Manguel est un crypto-kirchneriste, révélation qui provoquera quelque étonnement en Argentine...).

Et je pense avoir été très mesuré dans ma réaction à la réponse que ça m'a attiré.

Case closed.

Ce qui m'intéresse en priorité chez un artiste (écrivain, compositeur, peintre, cinéaste, sculpteur, ou je ne sais quoi d'autre...), c'est d'abord la ligne de son style plutôt que sa ligne idéologique.

Ou de savoir s'il était gentil avec sa boulangère... parce que bon, Richard W. ou Gustav M., je ne suis pas sûr que j'aurais eu autant de plaisir à les fréquenter qu'à écouter leur musique... Mr. Green

À la rigueur je préfère même l'œuvre de quelqu'un qui ne pense pas comme moi et qui l'exprime de façon géniale, plutôt que l'inverse. Maintenant, à nouveau : dans l'absolu (je ne dis pas que c'est le cas de Vargas Llosa), c'est clair que si je trouve à la fois le fond douteux et la forme faiblarde, il ne reste pas grand chose à quoi me raccrocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 14:12

Octavian a écrit:

À la rigueur je préfère même l'œuvre de quelqu'un qui ne pense pas comme moi et qui l'exprime de façon géniale, plutôt que l'inverse. Maintenant, à nouveau : dans l'absolu (je ne dis pas que c'est le cas de Vargas Llosa), c'est clair que si je trouve à la fois le fond douteux et la forme faiblarde, il ne reste pas grand chose à quoi me raccrocher.

Mon problème avec Richard Millet, je ne comprend vraiment pas l'admiration générale qui semble l'entourer (malgré la réprobation assez répandu pour les idées du monsieur)


Dernière édition par Parsifal le Sam 7 Oct 2017 - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 7 Oct 2017 - 14:44

Octavian a écrit:
J'ai tendance à penser que, dans l'absolu, "il ne faut pas parler de choix politiques" est en soi un choix politique,

Dans la vraie vie, probablement (encore que, moi, je croie plutôt que c'est dire « ne pas parler politique est déjà choisir son camp » qui est politique, mais on n'en sortira pas Laughing ). En l'occurrence, c'est purement pragmatique : j'étais contre aussi au début (pour d'autres raisons), mais pour avoir été témoin de l'avant (départs en masse de contributeurs par ailleurs appréciés de tous au moment des élections après multiples accrochages, pollution des fils musicaux par les inimitiés nées de ces conversations…) et de l'après, honnêtement Xavier a eu raison.


Citation :
Pour ma défense, moi, à la base,

Ce n'était nullement un reproche, et surtout pas à toi qui n'as fait que répondre à une question portant spécifiquement sur le pourquoi de tes réticences extra-littéraires.

Simplement, au train où sont allées les choses, on partait sur un pugilat sans doute néfaste, et en l'absence d'administrateur, j'ai abusé de mon statut de passant et de vieux contributeur pour le faire remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22865
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Dim 8 Oct 2017 - 13:52

Concernant Vargas Llosa, le personnage peut être discutable sur le plan politique et je n'ai lu que La Ville et les chiens, roman intéressant incontestablement mais que je n'avais pas adoré. Le sujet ne m'avait pas emballé mais j'avais trouvé la construction narrative réussie, tout en sachant que c'est un de ses premiers romans. Pour le relire à l'occasion, je pense me tourner vers La guerre de la fin du monde. Je préfère en écrivain sud-américain Fuentes ou García Márquez pour citer des auteurs de la même époque que Vargas Llosa.

De Coetzee, j'ai Foe dans ma PAL. J'ai lu et j'ai adoré Le maître de Pétersbourg, acheté pourtant bien après Foe.

De Doris Lessing, le premier volume des Enfants de la violence fait partie de mes lectures en cours mais déjà depuis quelques mois car je lis comme d'habitude énormément de livres en même temps et j'avance plus ou moins lentement dans certains.

Parmi les auteurs qui ont eu le Nobel dont j'ai un livre dans ma PAL, il y a l'égyptien Naguib Mahfouz (Les fils de la Médina) et José Saramago (Histoire du siège de Lisbonne). J'avais abandonné Le Tambour de Grass au bout de cent pages mais il faudra que je retente (deuxième traduction au Seuil, celle de Porcell). Problème de lire plusieurs choses en même temps peut-être et narration sans doute brillante mais complexe à appréhender.

Vos échanges sur les Nobel sont intéressants. Le Clézio ne m'a jamais beaucoup attiré.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tod
Entre chien et loup
avatar

Nombre de messages : 1041
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Dim 8 Oct 2017 - 16:52

Feuilletant par désœuvrement Les Misérables de Victor Hugo (je ne sais jamais comment désigner les monuments. Le titre suffit, assurément. Mais n'est-ce pas un peu cuistre ? Et n'est-ce pas faire le jacques que l'usage comme en un unique phonème Lémisérableudevictorugo ?.  
C'est égal. Le nom vénéré du grand VH peut être encore plus profondément gravé dans le granit et répété à l'infini).

 Or donc je tombe sur le Chapitre IV du Cinquième Livre de la Quatrième Partie : "Un cœur sous une pierre".
Dans un roman, il faut se demander régulièrement qui parle ; ce qui ne m'arrive que trop rarement, lisant comme on grignote, l'esprit comblé de remblai, hautfond d'idées superficielles.
 Mais qui parle dans cette lettre que Marius écrit à Cosette ?
Lettre non signée et non adressée ! Car, bien au delà du milieu du roman, ces amants légendaires ignorent encore leurs prénoms !
 (Et c'est d'ailleurs toute une machinerie de pseudonymes, de surnoms, de fausses identités qui entoure les personnages des Misérables ! Jean Valjean, dont le patronyme est dès le début expliqué comme un concours de circonstances (Jean V'là Jean), endosse au moins 6 identités différentes.
 Thénardier, l'anti-égo, tare de Jean Valjean dans l'autre plateau de la balance dont Javert est le fléau, encore plus, selon à qui il quémande.
 Cosette s'appelle en réalité Euphrasie, mais aussi l'alouette, et Ursule dans le cœur de Marius ; et probablement Mademoiselle Fauchelevent au couvent.
 Marius aussi, dont le titre impérial de Baron de Pontmercy lui est refusé par son grand-père maternel (dont le nom m'échappe....).
 Et même Javert, à un moment, il me semble qu'il change de nom..... mais bon... je dois me tromper.....)

Enfin bref !
Toute cette mascarade éclaire un peu des coups du sort qui peuvent faire sourire et des coïncidences à faire sourciller les plus benoîts amateurs de feuilletons.
 Jean Valjean est M. Tout le Monde, Thénardier peut être n'importe qui, tous happés dans la grande machinerie du XIXéme siècle, et dont les tribulations abracadabrantesques de ce roman immense ne sont que la moyenne, jamais juste, le condensé, toujours faux, de misères individuelles d'avatars qui ont vraiment existé.

Et c'est là où je me rends compte que ce n'était pas du tout de cela dont je voulais parler.....
Bon, à tout à l'heure peut-être, le boulot m'appelle.

P.S. : Gillenormand ! (le grand-père maternel de Marius) ....  Pas dupe, il adopte tout de même les deux derniers puînés mâles abandonnés par la Thénardier.
Après maintes vicissitudes, Gavroche (Thénardier l'aîné), couvrira de son aile de moineau deux petits frères qu'il ignore.
Et la boucle est bouclée ?
.
.
.
Bon.
 Ce que je voulais dire, ce dont je voulais parler :
C'est de cette lettre que Cosette reçoit de Marius par le truchement de la nuit, d'un banc et d'une pierre en presse-papier sur ce banc.
 Petit rappel des circonstances :
Cosette et Marius se sont entraperçus aux Luxembourg.
Depuis ils sont éperdument amoureux.
Les remous du torrent de la vie les séparent ; puis les réunissent à nouveau. (Cela parait naze dit comme ça, mais enlevez la voix du poète et sacrifiez le destin impitoyable d'Eponine, et on est bon.).
  Marius connaît enfin l'adresse de Cosette et, sans plus savoir son nom, lui laisse une lettre d'amour sur le banc du jardin abandonné de la maison où se cache Jean Valjean, et elle, Cosette, partageant son exil et sa condamnation (funeste avenir, quand on y pense !)
 
  Victor Hugo termine le chapitre 3 par : "Voici ce qu'elle lut" et commence le suivant par "Un cœur sous une pierre".
Et déjà on ne sait pas bien si le titre du chapitre fait partie de la lettre.
S'en suivent une trentaine d'aphorismes charmants, irréguliers, profonds, exaltés, hallucinés qu'on aurait du mal à attribuer à Marius, personnage assez malmené par Hugo, vaguement ébauché sans aménité, velléitaire, fainéant, rigide quoiqu'irrésolu et un peu couard. (la suite du roman ne lui sera pas plus conciliante, c'est le moins qu'on puisse dire ! Franchement, son attitude envers Valjean à la fin ! Quelle ignominie !).

Alors, qui parle, dans cette lettre d'amour ?
D'ailleurs, est-ce la lettre d'amour qui nous est donnée à lire, ou bien son commentaire ?

  Hugo (oui ! je l'appelle Hugo depuis que lors de nos séances de tables tournantes il a la cavalière familiarité de m'appeler Manu et de faire sauter mon chapeau.)
, donc,
M. Victor Hugo est tous les personnages de son roman immense. Mais celui qui l'habite le plus, c'est Jean Valjean, assurément !
Et après les chapitres précédents qui racontent, et avec quelle beauté, les premiers émois de Cosette et la réaction jalouse, amoureuse, faussement incestueuse de Valjean devant cet éveil, la question redouble !
Est-ce Marius qui écrit ces mots ? (vraiment pas sûr !)
Est-ce Hugo qui couvre pudiquement cette lettre que nous ne lirons jamais de ses merveilleux commentaires ?
Ou est-ce Hugo/Valjean qui écrit une lettre d'amour à son personnage Cosette ?

 C'est toujours Victor Hugo qui chante l'Amour et les Jardins dans ce début du livre IV de la quatrième partie des Misérables.
Et c'est déjà bien bon de sa part !
Je l'en remercie.


Dernière édition par tod le Dim 8 Oct 2017 - 22:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16438
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Dim 8 Oct 2017 - 19:52

La verve de Gillenormand fait feu de tous bois. Un des plus beaux personnages du roman! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yann & sloopy
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Nantes / Les Sablettes
Date d'inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Lun 9 Oct 2017 - 11:58

Cello a écrit:
Parsifal a écrit:
Qui s'est déjà aventuré dans Le Chateau d'Otrante de Walpole, est-ce que ça a un intérêt autre qu'historique (les origines du roman gothique)?

Honnêtement ?

Si ce n'est pas pour un travail ou pour l'aspect historique, passe. Je me suis esclaffé plusieurs fois et, crois-moi, vraiment pas en bien: certaines scènes sont franchement ridicules. Et pas la peine d'espérer un petit frisson en contrepartie. Le style est plat, l'intrigue quelconque et c'est bourré de scènes qui se voudraient troublantes mais sont juste idiotes (Shortly before the wedding, however, Conrad is crushed to death by a gigantic helmet that falls on him from above  Rolling Eyes) .  

La littérature gothique compte quelques petits chefs-d’œuvre mais The Castle of Otranto n'en fait pas partie à mon sens, si ce n'est pour son statut de précurseur, un titre de gloire réel mais bien maigre.

Mouaip il y a quand même beaucoup mieux que le Château d'Otrante . Prends La Vampire ou la vierge de Hongrie de Lamothe Langon c'est un incontournable sortie chez Otrante dans la collection meduséenne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
m.gruber
Mélomane averti


Nombre de messages : 212
Date d'inscription : 30/04/2015

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Lun 9 Oct 2017 - 12:35

lulu a écrit:
(au fait, pourquoi avoir créé un nouveau compte ?)
Merci Loutsian, je n'avais pas encore reconnu Montfort derrière Belcore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1213
Age : 26
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Lun 9 Oct 2017 - 21:30

De Vargas Llosa, je n'ai lu que Tours et détours de la vilaine fille. Un roman agréable à lire, bien ficelé, en dépit d'analyses un peu convenues des sentiments et des mœurs ! Peut-être pas une œuvre mémorable (je parle de mon point de vue: je ne m'en souviens effectivement pas bien Mr. Green ), mais une histoire dans laquelle on avait plaisir à se plonger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7066
Age : 33
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Mar 10 Oct 2017 - 20:27

Parsifal, je salue ta mémoire ! Shocked

Je re-parcourais les vieux fils "Lecture", un peu par nostalgie, et je suis effectivement tombé sur un message d'octobre 2011 où on discutait déjà Nobel, où je traitais, au passage, Le Clezio de "boboïde newagisant" hehe ... et où, concernant Herta Müller, j'évoquais mon "aversion pour ce dolorisme complaisant et grisâtre tentant de se parer des atours d'une misanthropie vaguement engagée, le tout porté (ou plutôt pas porté du tout, justement) par une valeur littéraire, à mon sens, très faible".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5713
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Mar 10 Oct 2017 - 20:45

Octavian a écrit:
Parsifal, je salue ta mémoire ! Shocked

Je re-parcourais les vieux fils "Lecture", un peu par nostalgie, et je suis effectivement tombé sur un message d'octobre 2011 où on discutait déjà Nobel, où je traitais, au passage, Le Clezio de "boboïde newagisant"  hehe ... et où, concernant Herta Müller, j'évoquais mon "aversion pour ce dolorisme complaisant et grisâtre tentant de se parer des atours d'une misanthropie vaguement engagée, le tout porté (ou plutôt pas porté du tout, justement) par une valeur littéraire, à mon sens, très faible".

C'est l'un des rares commentaires que j'ai lu sur elle ceci explique peut être cela (le fait est qu'elle ne m’attire absolument pas du coup je n'avais pas spécialement creuser hehe )
Je ne me souvenais pas de ta formule sur Le Clezio Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16438
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 13 Oct 2017 - 17:51

J'envisage de lire le Tristram Shandy de Sterne dans un futur proche.

Quelle traduction me conseillez-vous?

Merci. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7066
Age : 33
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Ven 13 Oct 2017 - 19:18

arnaud bellemontagne a écrit:
J'envisage de lire le Tristram Shandy de Sterne dans un futur proche.

Quelle traduction me conseillez-vous?

Merci. Smile

Alors déjà : très bon choix. Smile

Ensuite : il n'y en a que trois dans le commerce et a priori aucune n'est parfaite.  

On a fait beaucoup de bruit, à sa sortie en 2007, de la traduction de Guy Jouvet chez l'éditeur... Tristram, justement (reprise depuis en poche dans leur collection "souple"). Cette traduction était censée balayer toutes les précédentes qui-n'étaient-pas-assez-drôles. Et évidemment l'éditeur a fait savoir assez haut et fort, y compris par voie de presse, sa déception que la vieille-et-poussiéreuse-université n'ait pas choisi cette version quand le texte a été mis au programme de l'agrégation de lettres (forcément, vu la manne que représente ce genre de "vente forcée", et sachant que ce n'était pas encore en poche à l'époque ! on comprend bien la frustration derrière le discours de soi-disant principe  Mr. Green )

Je précise que je ne l'ai pas lue intégralement, mais pour ce que j'en avais vu et su par ailleurs (justement quand je passais ladite agrégation), je ne suis guère convaincu. Il semble en fait que Jouvet en rajoute assez largement sur le texte de Sterne, en brodant, pour être sûr de ne manquer aucune blague, ses propres plaisanteries sur chacun des sens possibles d'un même jeu de mot... Au final, si je me souviens, son texte serait carrément plus long d'un tiers par rapport à l'original anglais ! (Par ailleurs, l'apparat critique de cette édition est inexistant, ou quasi.)

La traduction de Charles Mauron qui se trouve en GF est plus ancienne (1946) et plus "universitaire", mais franchement je ne trouve pas qu'elle escamote particulièrement l'humour du texte. Je l'ai personnellement trouvée très plaisante à lire (et, sur des comparaisons d'extraits, plus que celle de Jouvet), et pour avoir passé quelques mois à préparer des commentaires de texte avec l'habitude de toujours vérifier la v.o. en parallèle, elle est très fidèle à l'original. (Ce qui est loin d'être toujours le cas dans les traductions de cette époque — le même exercice pratiqué sur la seule traduction française existante de Tess d'Urberville de Hardy a montré des résultats... étonnants —, mais là, ça le fait.)

Enfin, en Folio Gallimard, il y a une traduction d'Alfred Hédouin, qui elle date carrément du XIXe siècle. Je ne la connais pas, mais bon, sur le principe... je me méfierais.

Donc pour moi la préférence reste à la traduction Mauron en GF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16438
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 14 Oct 2017 - 19:28

Merci pour cet éclaircissement, Octavian. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeryck
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6944
Age : 19
Localisation : Paris/Reims.
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Sam 14 Oct 2017 - 19:51

Relecture du III de UlyssesI love you colors drink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16438
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Lectures (5)   Dim 15 Oct 2017 - 12:03

Une oeuvre inouïe (le mot est faible  hehe ) qui m'enchante à chaque relecture. mains

J'avais feuilleté sans grand enthousiasme la nouvelle traduction d'Aubert et son équipe.

Pour en avoir le coeur net, je vais la lire intégralement, d'autant que cette édition comprend un lexique ainsi que la fameuse division en chapitres (absente de la traduction originelle de Morel) correspondant aux épisodes de l'Odyssée.




Dernière édition par arnaud bellemontagne le Dim 15 Oct 2017 - 12:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lectures (5)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lectures (5)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Christian OLIVIER : Lectures
» Lectures
» Lectures Rock 'n roll pertinentes
» Textes à multiples lectures.
» Lectures (4)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Divers :: Hors sujet-
Sauter vers: