Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Beethoven Sonates pour piano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 51
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 26 Mar 2014 - 17:18

Bonjour à tous,

Est-ce que quelqu'un connait (le pianiste et le disque) ?
C'est joué sur une copie à l'identique du pianoforte sur lequel Beethoven composa ces/ses sonates.

Beethoven - sonates - Lubimov







Merci d'avance pour vos réponse,
Christophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 26 Mar 2014 - 17:55

Lubimov est d'ordinaire très musical, mais je n'ai vraiment pas beaucoup aimé ce disque, ni les phrasés (très courts, avec des accentuations parasites, comme les musiciens en formation qui ne se sont pas encore approprié les intensité différentielles au sein d'un temps), sans doute parce que ce pianoforte, comme la plupart de ceux de l'époque, est vraiment limité.

Pour Beethoven, on ne voit pas trop l'intérêt de choisir un instrument qui limite l'ampleur et les possibilités dynamiques.

Néanmoins, si tu veux du Beethoven sur instruments d'époque, il y a les dernières sonates par Peter Serkin, et là, c'est une référence remarquable, sur des instruments bien moins aigrelets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 51
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 26 Mar 2014 - 18:13

Merci David  

DavidLeMarrec a écrit:
Lubimov est d'ordinaire très musical,

Je ne connais pas ce pianiste Embarassed . C'est une connaissance qui m'en a parlé, ainsi que de ce disque d'ailleurs.


DavidLeMarrec a écrit:
mais je n'ai vraiment pas beaucoup aimé ce disque, ni les phrasés (très courts, avec des accentuations parasites, comme les musiciens en formation qui ne se sont pas encore approprié les intensité différentielles au sein d'un temps), sans doute parce que ce pianoforte, comme la plupart de ceux de l'époque, est vraiment limité.

J'en prends note. Dispensable, donc. C'est bien !!! Very Happy 


DavidLeMarrec a écrit:
Pour Beethoven, on ne voit pas trop l'intérêt de choisir un instrument qui limite l'ampleur et les possibilités dynamiques.

Disons que ce qui me plaisait, ce n'était pas tant que ça soit joué sur pianoforte, mais que ça le soit sur une copie exacte du pianoforte de Beethoven. Une façon de se rendre compte du son de ces sonates lors de leur création, et de me "rapprocher" un peu de ce compositeur pour qui j'ai une tendresse toute particulière (similitude de caractère hehe ). Plus un intérêt historique que vraiment musical, donc. Mais je vais laisser la main.


DavidLeMarrec a écrit:
Néanmoins, si tu veux du Beethoven sur instruments d'époque, il y a les dernières sonates par Peter Serkin, et là, c'est une référence remarquable, sur des instruments bien moins aigrelets.

Je ne tiens pas particulièrement à une interprétation sur instrument d'époque (voir explication ci-dessus). J'ai assez de versions sur piano contemporain qui me donnent entière satisfaction, avec l'ampleur et la dynamique que tu mentionnes dans ton message.

Merci à toi,
Christophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 26 Mar 2014 - 18:33

Christophe a écrit:
Disons que ce qui me plaisait, ce n'était pas tant que ça soit joué sur pianoforte, mais que ça le soit sur une copie exacte du pianoforte de Beethoven. Une façon de se rendre compte du son de ces sonates lors de leur création, et de me "rapprocher" un peu de ce compositeur pour qui j'ai une tendresse toute particulière (similitude de caractère hehe ). Plus un intérêt historique que vraiment musical, donc. Mais je vais laisser la main.
Ça montre surtout que Beethoven n'avait pas forcément les meilleurs instruments chez lui. Si on voulait être vraiment authentique, il faudrait le casser pendant l'exécution. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 51
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 26 Mar 2014 - 18:38

DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Disons que ce qui me plaisait, ce n'était pas tant que ça soit joué sur pianoforte, mais que ça le soit sur une copie exacte du pianoforte de Beethoven. Une façon de se rendre compte du son de ces sonates lors de leur création, et de me "rapprocher" un peu de ce compositeur pour qui j'ai une tendresse toute particulière (similitude de caractère hehe ). Plus un intérêt historique que vraiment musical, donc. Mais je vais laisser la main.
Ça montre surtout que Beethoven n'avait pas forcément les meilleurs instruments chez lui. Si on voulait être vraiment authentique, il faudrait le casser pendant l'exécution. Mr. Green
J'ai lu ça, oui ! Laughing 
Mais je ne pousserai pas ma sympathie pour ce personnage jusqu'à m'en crever les tympans. Même si parfois ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mar 24 Juin 2014 - 22:19

plenum a écrit:
Beethoven: la Hammerklavier

Belucci, piano.

Ah tiens, Bellucci dans la 29, j'ai fait ça hier. Difficile de trouver plus timbré et mieux phrasé... Very Happy Un des grands d'aujourd'hui (mais son début d'intégrale Beethoven est étonnamment plus inégale).

--

plenum a écrit:
Oui c'est vrai que c'est inégal.

Bruno Leonardo Gelber reste mon choix favoris et une intégrale plus récente a vu le jour
par l'excellent pianiste norvégien Einar Steen Nokleberg. Wink

Mais la Gelber est incomplète !

Je suis plus tradi sur la question : Nat, Grinberg, Goode, Backhaus II... Ça ne m'empêche pas d'aimer certaines versions moins courues, comme Skuta qui est une très bonne surprise, mais pour Beethoven, il faut quand même du robuste, donc on revient vite chez de grands doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3904
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 27 Juin 2014 - 0:17

Yves Nat est (de très loin) mon interprète favori des 32 sonates: son interprétation est ma référence (même si je n’aime pas le concept de «version de référence»); c’est-à-dire que j’ai le sentiment en l’écoutant - alors même que le toucher et le phrasé sont indéniablement personnels - d’entendre d’abord la musique Beethoven, plus que d’entendre une interprétation particulière, comme s’il y avait là une sorte de transparence du style pianistique à l’œuvre elle-même (ou une adéquation parfaite).

Seuls peut-être Backhaus (mais que je connais beaucoup moins bien) et Solomon (mais avec des moyens tout autres) peuvent me donner une impression qui s’en approche. À l’inverse, dans les autres interprétations que je connais, j’ai toujours eu le sentiment d’entendre d’abord l’interprète, dont la personnalité venait faire comme un écran entre le texte et mon écoute. Qu’il s’agisse d’interprétations auxquelles j’adhère inconditionnellement (Arrau, Schnabel, Richter), d’interprétations à l’égard desquelles j’éprouve autant d’intérêt que de déplaisir (Serkin CBS, Pollini, Brendel II), d’interprétations qui me séduisent de manière un peu superficielle (Gilels, Barenboïm I, Kovacevich) ou qui m’agacent et m’ennuient (je ne citerai pas de noms), ce que j’y entends c’est un écart.

Il me semble que dans ses textes sur Schumann, Barthes (lui-même pianiste amateur) écrivait quelque chose d’assez semblable sur Nat (qu’il l’écoutait comme on lit une partition) - donc mon impression est peut-être généralisable. Cela dit, je me demande aussi si mon sentiment ne tient pas tout bêtement à ce qu’Yves Nat est l’interprète avec lequel, enfant, j’ai découvert le piano de Beethoven (sur les microsillons de mon grand-père): cette immédiate évidence ne serait donc que l’effet de l’habitude. D’autres ici auraient-ils eu cette même impression tout en ayant découvert le Beethoven de Nat plus tardivement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 27 Juin 2014 - 0:34

Me concernant, je n'ai pas cette impression avec Nat, ne serait-ce que parce que sa fougue, sa chaleur (et la prise de son très « devant », un peu désagréable) me le font tout de suite distinguer comme un interprète d'exception.

En revanche, je crois que c'est le premier pianiste à m'avoir donné envie d'explorer plus systématiquement le corpus, alors que je n'en avais écouté que la poignée la plus célèbre. Avec, effectivement, un sentiment non pas de perfection ou d'absolu, mais d'évidence et d'enthousiasme, tout simplement.

C'est peut-être, moi aussi, celle que je conserverais si je ne devais en avoir qu'une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3904
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 27 Juin 2014 - 1:23

Oui, je ne parlais pas de transparence dans l'absolu, mais de transparence à l'œuvre: l'espèce de certitude qui fait dire « Oui, le piano de Beethoven, c'est ça. »

Justement, dans des interprétations sans fougue ni chaleur par des Mitteleuropéens binoclards par exemple...  hehe , c'est cette absence-là me fait l'effet d'une forte distorsion du texte par l'interprète; alors que la fougue et la chaleur de Nat me font l'effet de quelque chose de nécessaire et d'évident.

De sorte que, même si Nat est objectivement un interprète d'exception, son jeu figure dans ma perception de Beethoven une sorte de norme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scherzian
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2989
Date d'inscription : 25/11/2009

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 27 Juin 2014 - 2:11

De mon côté, j'ai découvert le jeu d'Yves Nat dans les sonates de Beethoven après avoir découvert puis redécouvert ces œuvres jouées par plusieurs autres pianistes. Si je m'en tiens aux intégrales (ou quasi-intégrales), je connaissais déjà, par ordre chronologique (sauf erreur...), Claudio Arrau, Alfred Brendel (version des années 1970 chez Philips), Artur Schnabel, Emil Guilels (quasi-intégrale) et Wilhelm Backhaus (seconde intégrale, modulo l'opus 106 qui provient de la première). Ce n'est qu'après Yves Nat que j'ai pu découvrir les versions d'Annie Fischer (Hungaroton) et de Maria Grinberg (Melodiya).

Dans mon cas aussi, Yves Nat a été un jalon très important voire majeur dans ce répertoire (plus ici, peut-être de façon paradoxale, que dans le piano solo de Schumann, où je préfère de loin Vladimir Sofronitsky et Alfred Cortot, et peut-être quelques autres). Ayant découvert les enregistrements d'Artur Schnabel avant -- et dans quelles conditions techniques pitoyables, puisque c'était dans la série « EMI Références » : qu'aurais-je dit si je les avais découverts par la réédition ultérieure de Seth B. Winner pour Pearl ? --, Yves Nat n'est pas devenu ma « référence », et par la suite j'ai préféré de beaucoup Annie Fischer et Maria Grinberg. Si ça avait un sens (perish the thought), il serait donc quatrième ou cinquième, après Schnabel, Grinberg et Fischer, mais aux côtés de Backhaus et de Guilels. Ce sont toujours les intégrales auxquelles je reviens avec le plus d'intérêt.

Après, je n'aime pas beaucoup le principe des intégrales... Il y a trop de versions « isolées » que je place en général bien au-dessus de ce qu'on trouve dans les intégrales (bien sûr, il y a aussi de nombreuses exceptions dans l'autre sens : les intégrales fournissent un certain nombre de « références ») : cf. les enregistrements de Vladimir Sofronitsky, Ernst Levy, Arturo Benedetti Michelangeli, Edwin Fischer, Sviatoslav Richter, Rudolf Serkin, Igor Zhukov, Maria Yudina, Louis Kentner, Anatoly Vedernikov, Heinrich Neuhaus, Arthur Rubinstein et quelques autres.

Quant à savoir si on entend ici plutôt l'œuvre en elle-même et là plutôt l'interprète, je suis très dubitatif. C'est peut-être parce que je me méfie de la théorie du « serviteur de l'œuvre », de l'« effacement derrière le texte » et des variantes qu'un siècle scientifique s'est plu à broder sur un concept assez banal. Celui qui ne modifie pas de façon volontaire le texte d'une œuvre de musique (les notes, les accords, les indications de phrasé, les nuances, les rapports d'attaque et de toucher, les accents, les silences, les indications globales de tempos, etc.) le respecte et en respecte le style. D'un concept banal, qui va de soi pour tout musicien, on a fait un objectif quasi transcendant... Les œuvres sont plus grandes que quoi que ce soit qu'on puisse donner d'elles (Schnabel l'avait bien dit). Ce qui importe encore beaucoup plus que de jouer le texte (de fait : les notes seules rendent tout pareil), c'est de projeter sur scène les raisons qui ont amené l'auteur à l'écrire ce texte-là et non un autre (une question de nécessité et de singularité). Cela ouvre la porte à la polysémie. Au total, je crois que la notion même d'« œuvre en elle-même » est viciée ; ou plutôt, je pense que c'est une fausse piste, un machin brumeux, königsbergien. Je crois qu'on n'entend d'abord ou surtout l'interprète, au lieu d'entendre l'œuvre, que quand on perçoit les intentions non réalisées de celui qui joue, ce qui amène d'ailleurs à la question de la technique, dont la partie la plus importante serait alors de permettre au musicien qui joue d'accéder à l'art qui fait disparaître tout ce qu'il y a d'art dans son travail (ce qui serait ma « définition » personnelle d'un art transcendant).

Du coup, je m'efforce de me refuser à isoler l'œuvre entre des mains données (même celles que je juge les meilleures). Déjà pour des raisons pratiques : j'ai eu trop de chapeaux à manger pour avoir négligé d'observer cette sorte de méfiance ou de prudence. Et puis, je crois que je redoute toujours un peu ce qui peut se fixer dans la mémoire ou l'oreille (et qui risque peut-être de les figer à leur tour). Je me méfie donc en particulier des « premières versions ».

Un exemple tout récent, à propos de la sonate en la bémol majeur, opus 110. C'est sans doute la sonate pour laquelle j'ai le plus de « références » intimes : Edwin Fischer (à la fin des années 1930, un de mes disques d'île déserte, un incroyable tutoiement avec le sublime, une intimité, un murmure, une qualité de chant), Rudolf Serkin (l'enregistrement en studio de 1960, pas le plus connu, avec son prodigieux éventail de nuances), Wilhelm Backhaus (dans la seconde intégrale), Yves Nat (l'enregistrement le plus sanguin que je connaisse dans cette sonate, mais quelque peu univoque), Emil Guilels (sa patine sonore, la nostalgie infinie qu'il projette, la maîtrise de l'instrument), Sviatoslav Richter (diverses versions à Leipzig, à Prague, à Moscou, et surtout bien plus tard, à Ludwigsburg en 1991), Maria Grinberg, Ernst Levy (un exemple magistral d'intégration, de fusion même, au troisième mouvement, jusque dans les nuances, les tempos, les textures), Heinrich Neuhaus, Anatoly Vedernikov. On aurait pu penser que la polysémie était épuisée, pas vrai ? Eh bien non : j'ai découvert, il y a quelques semaines, un enregistrement de février 1980 à Saratov, publié par Telos en 2003, joué par Igor Zhukov. Après l'avoir écouté de nombreuses fois, partition en main ou les yeux fermés, je peux maintenant être sûr qu'Igor Zhukov est, au minimum, parmi les plus fabuleux, sur le double plan de la technique et de la vision (réalisation efficiente de l'image sonore intérieure) ; j'ai même l'impression que jamais la sonate n'a sonné ainsi unifiée au travers de ses trois mouvements, ce qui lui donne une singularité, une nécessité sans doute uniques. Il m'était arrivé la même chose, quelques années plus tôt, pour l'opus 111, avec Vladimir Sofronitsky et Ernst Levy (qui montrent tous deux à quel point cette sonate est plus grande que la vision froide et désincarnée qui a fait et fait encore florès).

« Il faut toujours avoir deux idées : l'une pour détruire l'autre. » (Braque ?)  zen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3904
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Sam 28 Juin 2014 - 0:13

Merci de cette réponse passionnante aussi dense en informations qu'en réflexions personnelles.
Elle va certainement nourrir mes prochaines écoutes beethoveniennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 544
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Sam 28 Juin 2014 - 7:39

Moi aussi. Je viens de commander l'op 110 de Zhukov. J'ai récement écouter l'op 110 d'Afanassiev, qui est plus beau que ce à quoi je m'attendais.  Et j'aprécie de plus en plus d'ailleurs le derniers enregistrements de Beethoven d'Arrau - un vieux sage. 

A propos de Beethoven, j'ai trouvé le nouveau CD de Paavali Jumppanen sur spotify, ou il joue l'op 2. Les interprétations sont intéressantes du point de vue d'ornemantation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Lun 30 Juin 2014 - 13:20

DavidLeMarrec a écrit:
=> Beethoven - Sonate n°30 - Peter Serkin (sur un très beau Graf)

Après une cure de Backhaus et Nat, je me retrouve pourtant toujours aussi démuni face à ce disque miraculeux. Et tirer ça d'un tel clavier, c'est en plus hallucinant.

DavidLeMarrec a écrit:
=> Beethoven - Sonate n°27 - Peter Serkin
=> Beethoven - Rondo en ut - Peter Serkin
=> Beethoven - Sonate n°29 - Peter Serkin

Toujours splendide. L'entreprise montre un peu plus de limites dans la Hammerklavier, parce que le pianoforte tient modérément la charge (et se désaccorde sensiblement) — typiquement l'œuvre qu'il n'est pas pertinent de jouer absolument sur instrument d'époque. Mais ça reste l'une des plus belles versions que j'aie entendues.

... et dans la 31, on retrouve le même miracle que pour la 27 et la 30. De la poésie en barres, et sur un piano aussi limité, voire défaillant, une gestion remarquable des plans, avec une courbure des phrasés et des nuances qui tient sur de longues distances... Je me demande même comment c'est possible — ce doit certes être un très bon Graf, mais ça n'explique pas tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Suilebis
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/02/2014

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mar 1 Juil 2014 - 21:30

DavidLeMarrec a écrit:



... et dans la 31, on retrouve le même miracle que pour la 27 et la 30. De la poésie en barres, et sur un piano aussi limité, voire défaillant, une gestion remarquable des plans, avec une courbure des phrasés et des nuances qui tient sur de longues distances... Je me demande même comment c'est possible — ce doit certes être un très bon Graf, mais ça n'explique pas tout.


Peut-être que c'est justement ce son très ronflant et bredouillant qui dégage tant de poésie ? Je sais par exemple que j'ai parfois du mal avec le son très froid et mécanique des enregistrement studio tout récent de piano. J'ai un faible pour le ronronnement désaccordé des vieux pianos/enregistrements.

Par exemple y a Richter qui a enregistré en live en 1992 l'opus 57. L'enregistrement est pourri, mais justement c'est très émouvant ce son étouffé qui crie sa douleur comme en vain... et puis quoi de mieux qu'une voix sourde pour du Beethoven ?  compress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mar 1 Juil 2014 - 22:04

Suilebis a écrit:
Peut-être que c'est justement ce son très ronflant et bredouillant qui dégage tant de poésie ?

En partie, mais d'habitude les pianofortistes ne parviennent pas à tenir la ligne, justement, parce que le son se dissipe très vite. Non seulement Peter Serkin y parvient, mais en plus il organise des plans horizontaux simulanés très lisibles. Respect.

En revanche, son disque (antérieur) avec les 13, 14 & 23 (sur Steinway moderne) est beaucoup moins touchant : la 13 est très bien, et le tout n'est pas dénué de qualités, mais on est assez loin des plus grands.


Citation :
Je sais par exemple que j'ai parfois du mal avec le son très froid et mécanique des enregistrement studio tout récent de piano.

Tout à fait : les pianos récents sont impressionnants, mais très peu attachants.

Même pour le répertoire de la fin du vingtième, je prendrais volontiers un bon Érard 1900.


Citation :
Par exemple y a Richter qui a enregistré en live en 1992 l'opus 57. L'enregistrement est pourri, mais justement c'est très émouvant ce son étouffé qui crie sa douleur comme en vain... et puis quoi de mieux qu'une voix sourde pour du Beethoven ?  compress

Richter, c'est encore autre chose, très différent selon les jours. Le Richter sec, précipité et inexact n'est pas du tout mon univers ; le Richter résonant et poète, oui, effectivement (mais je ne l'ai pas vraiment rencontré dans ces sonates — il doit y avoir de bons soirs, je suppose, dans tout ce qui a été édité).

Mais effectivement, chez lui, jamais de froidure, quel que soit le piano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Suilebis
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/02/2014

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mar 1 Juil 2014 - 22:33

DavidLeMarrec a écrit:
Suilebis a écrit:
Peut-être que c'est justement ce son très ronflant et bredouillant qui dégage tant de poésie ?

En partie, mais d'habitude les pianofortistes ne parviennent pas à tenir la ligne, justement, parce que le son se dissipe très vite. Non seulement Peter Serkin y parvient, mais en plus il organise des plans horizontaux simulanés très lisibles. Respect.

Eh bien, maintenant tu m'as donné envie de l'écouter ! Je vais essayer de dénicher ces sonates. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22846
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Jeu 31 Juil 2014 - 3:12

Smile Chopinien d'exception, parfois agaçant, mais quasi toujours exaltant, François me laisse une impression beaucoup plus réservée dans le répertoire germanique (qu'il enregistra certes assez parcimonieusement) où il pèche par excès d'intention, autrement dit de maniérisme.
C'est le cas dans cette Pathétique, où l'Allegro molto s'entend menacé par des ruptures de lignes, par un phrasé qui manque d'évidence, l'interprétation se perdant à valoriser des détails qui nuisent à la simplicité du discours. Sans parler d'un rubato assez désagréable, de changements de climat immotivés et d'arbitraires fluctuations de débit. Rien d'affreux, mais suffisamment perturbant pour brouiller l'éloquence (au fond, très classique) de ces pages où notre pianiste semble s'ingénier à la sédition.
En revanche, le Rondo final trouve des doigts évidemment dégourdis, mais surtout fluides, directs -ce qui n'exclut pas une coquetterie ici bienvenue.
Et l'on déplorera peu que le fameux Adagio se prête à une sophistication bien dosée, -de l'avoir trop entendu on lui sait gré avec François de nous offrir quelques horizons poétiques nés d'une recherche d'idées, de sens neufs qui ne se perdent pas dans le décor et ne distraient pas un sentiment juste.


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Sonate n°8 en ut mineur Op. 13

= Samson François, piano

(Columbia, avril 1963)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mario Ouellette
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 82
Localisation : Laval
Date d'inscription : 11/02/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Lun 24 Nov 2014 - 22:54

Une nouvelle intégrale vient de sortir : Mari Kodama, en SACD chez Pentatone.

Les commentaires sont dithyrambiques, mais c'est souvent le cas lors de la sortie de nouveautés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22846
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Dim 21 Déc 2014 - 1:15

Une intégrale archi-célèbres et archi-célèbrée, mais on se demande cependant dans cette Appassionata si le poids de l'âge (74 ans) n'affecte pas la netteté de la réalisation.
Puissance de la démarche d'ensemble (assise sur des graves aussi herculéens qu'envahissants), aisance de la conception confèrent beaucoup d'autorité au premier mouvement.
Mais une certaine inertie du clavier, un manque de délié, voire une imprécision dans les attaques et conduite des voix, menacent la fluidité du Finale, où à la même époque le geste plus coulant d'un Kempff à peine moins âgé révèlera une évidence inégalée.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Sonate n°23 en fa mineur Op. 57

= Wilhelm Backhaus, piano

(Decca, septembre 1958)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 944
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Dim 21 Déc 2014 - 14:46

A ben ça c'est étonnant : on peut aimer Kempff pour plein de raisons, mais sans doute pas pour une conduite vraiment exemplaire et fluide ! En pus, je trouve que l'Appasionata lui convient assez peu, et moins qu'à Backhaus en l'occurence, même si ni l'un, ni l'autre me conviennent réellement dans cette sonate. Mais il y a quand même plus de vigueur chez le dernier.
Par ailleurs, si l'intégrale Backhaus est archi-célèbre, elle n'a pas été archi-célébrée à sa sortie en Angleterre ou en Allemagne, mais en France, ce fut en effet le cas, on lui reprochait notamment une certaine brusquerie -et une sonorité pas toujours très belle- qui allait au-delà de la vigueur mâle que l'on attache souvent à ces sonates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22846
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Dim 21 Déc 2014 - 14:52

Diablotin a écrit:

on lui reprochait notamment une certaine brusquerie -et une sonorité pas toujours très belle- qui allait au-delà de la vigueur mâle que l'on attache souvent à ces sonates.


C'est exactement ça : les défauts de réalisation sont palliés par une certaine véhémence imprécise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22846
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Dim 21 Déc 2014 - 15:38

charles.ogier, in Avatars, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

charles.ogier a écrit:

La plus belle intégrale des sonates pour piano de L.v.B


...est sa première, celle qu'il grava en mono (1950-54) siffle



Chez quel label?

j'écoute le coffret Decca entre 1952 et 1969


Smile Sa seconde intégrale, c'est 1958-1969 + la Hammerklavier de 1952 (il ne l'a pas réenregistrée en stéréo).
La première intégrale fut enregistré chez Decca aussi.
Reparu en CD en Italie et au Japon.
Voici la pochette originale des Sonates 1, 26 et 27 de la première intégrale mono :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hortus Conclusus
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 6 Mar 2015 - 19:38

DavidLeMarrec a écrit:

Richter, c'est encore autre chose, très différent selon les jours. Le Richter sec, précipité et inexact n'est pas du tout mon univers ; le Richter résonant et poète, oui, effectivement (mais je ne l'ai pas vraiment rencontré dans ces sonates — il doit y avoir de bons soirs, je suppose, dans tout ce qui a été édité).

Comme belle illustration de son versant le plus lunaire, il y l'interprétation live de la Hammerklavier à Blythburgh en 1975 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Lun 25 Mai 2015 - 8:52

Les 32 sonates /Eric Heidesick
Un vrai régal à l'écoute ce coffret, après avoir fréquenté  celui formidable de Maria Grinberg, je suis un peu retombé de  haut, mais pas déçu du tout au contraire.Il y a beaucoup de champagne et de bulles dans ces sonates, et ce n'est pas péjoratif, c'est très beau, c'est un magnifique piano et pour moi , un des enregistrements de piano parmi les plus réussis.Là ou ça pèche , hélas, c'est dans la tension et l'atmosphère pas assez au cordeau de certaines sonates , mais attention, il y en a de très belles et qui requièrent toute notre attention, ça serait méchant et cruel de jeter le bébé avec l 'eau du bain, dans l'ensemble, c'est formidable .Je me suis régalé de ce piano et de ce pianiste et si je n'y retrouve pas totalement mon Beethoven bien-aimé, certaines sonates sont tellement dissèquées ou détaillées, qu'on se perd un peu dans le détail au profit de l'ensemble.Brendel disait que Schubert était plus violent au piano que Beethoven,mais on ne peut se défaire de quelques enregistrements fabuleux dont Schnabel ou Kempff, ceux qui vous ont marqué vous infligent par la suite une sévérité accrue envers les autres, mais là j'adore ce coffret je le trouve mésestimé, c'est un Beethoven différent mais pas mésestimable du tout au contraire et je dirais, grâce à Heidseick d'une certaine manière , on redécouvre ces sonates,et surtout ce son de piano superbe! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ScareDe2
Farceur québécois
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 18
Localisation : Québec
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Lun 29 Juin 2015 - 18:30

J'aime mon Beethoven rapide, fidèle au tempo indiqué. Je partage des lientubes avec vous. Sonate, opus 27 numéro 2 mouvement 3 alinéa v=zucBfXpCA6s

À 2:11 de la vidéo elle fait une petite erreur il me semble... fesse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sergio
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Jeu 23 Juil 2015 - 16:47

Au fil du temps,j'ai longtemps cherché dans des directions diverses : Kempff, Arrau, Nat, Brendel, mais aussi Grinberg, Annie Fischer, Edwin Fischer, Solomon, Kovacevich, Richter, Michelangeli, Haskil, Pollini...

Je viens d'acheter le coffret Gilels avec 27 sonates et je dois dire que en première écoute ...je suis absolument comblé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 944
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 24 Juil 2015 - 9:22

sergio a écrit:
Je viens d'acheter le coffret Gilels avec 27 sonates et je dois dire que en première écoute ...je suis absolument comblé !
C'est également la seule à laquelle je reviens très régulièrement, dans la masse des intégrales dont je dispose-plus d'une douzaine-... Il est terriblement dommage qu'elle ne soit pas complète !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 24 Juil 2015 - 9:38

Elly Ney ?
Un jeu très personnel (abstraction faite de tout élément de "contexte"), certainement surchargé (l'accentuation du 1er mouvement de la "Mondscheinsonate" encore accentuée par les documents vidéos de la fin de la carrière de la pianiste affraid ) mais, peut-être pour cette raison (pour moi, je veux dire), des versions à connaître ne serait-ce que sous l'angle d'une valeur "testimoniale".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 811
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 24 Juil 2015 - 11:06

Diablotin a écrit:
sergio a écrit:
Je viens d'acheter le coffret Gilels avec 27 sonates et je dois dire que en première écoute ...je suis absolument comblé !
C'est également la seule à laquelle je reviens très régulièrement, dans la masse des intégrales dont je dispose-plus d'une douzaine-... Il est terriblement dommage qu'elle ne soit pas complète !

Pareil -- ma quasi-intégrale d'ile déserte, dans laquelle je ne manque de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 24 Juil 2015 - 11:09

julot a écrit:
Diablotin a écrit:
sergio a écrit:
Je viens d'acheter le coffret Gilels avec 27 sonates et je dois dire que en première écoute ...je suis absolument comblé !
C'est également la seule à laquelle je reviens très régulièrement, dans la masse des intégrales dont je dispose-plus d'une douzaine-... Il est terriblement dommage qu'elle ne soit pas complète !

Pareil -- ma quasi-intégrale d'ile déserte, dans laquelle je ne manque de rien.

Pour moi, si je devais répondre au débotté, je pense que ce serait Annie Fischer qui sortirait de mon chapeau sur piano moderne et Badura-Skoda sur instrument d'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 24 Juil 2015 - 11:10

Sergio, j'ai souvenir d'un opus 10 ou 3ème sonate par guilels en 33 tours mélodya, formidable et depuis j'ai réécouté ses quelques divers enregistrements, toujours avec émotion, c'est dommage que pour l'histoire, il manquera 5 sonates qui manquent à ce corpus, on a beaucoup vanté avec raison Richter et pas assez Guilels, à mon avis, aussi dans ses Schubert, qui sont inoubliables l'école russe n'a pas encore dit son dernier mot,ni sa dernière note je pense! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tartatane
Mélomane averti


Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 15/10/2015

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Jeu 22 Oct 2015 - 13:57

Bonjour,

Je pense faire l'acquisition de ma première intégrale des sonates de Beethoven et je suis à la recherche d'une bonne interprétation qui ne me ruine pas trop.

Après quelques recherches, j'hésite entre l'intégrale d'Arrau et celle de Gilels: laquelle me conseilleriez-vous pour une première approche ?

J'ai un peu peur que le son soit de qualité médiocre sur celle d'Arrau (les enregistrements datent des années 50-60, sachant que son deuxième cycle n'a pas été rassemblé dans une intégrale)

Merci d'avance pour vos retours,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Jeu 22 Oct 2015 - 14:10

Il me semble que le son d'Arrau est correct (je ne dois avoir écouté que la seconde fournée), d'autres confirmeront ou infirmeront.

Gilels n'est pas une intégrale, ce qui règle un peu la question (et je trouve personnellement l'ensemble quand même un peu froid).

Il te reste donc le choix gigantesque entre une bonne version récente dans un bon son, des grands classiques (Kovacevich a été mainte fois réédité, ça doit se trouver pas cher, non ?) aux moins fêtés comme Goode, Buchbinder II, Bellucci, Pommier, Skuta (néanmoins excellents)… et une version libre de droits (aux choix généralement plus tranchés), qui ne te coûtera pas grand'chose, dont le son est variable (selon les rééditions, déjà), mais dont la plus-value artistique peut être considérable (Nat, Grinberg, Backhaus II, Backhaus I, Schnabel, A. Fischer…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 944
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Jeu 22 Oct 2015 - 15:47

Le son de l'intégrale d'ARRAU est tout-à-fait correct, pourvu qu'on ne soit pas dérangé par le bruit de ses ongles sur le clavier Mr.Red
Pour le reste : vision très ample et ronde, aux graves charnus, très belle sonorité dans l'aigu. Mais ce n'est pas une intégrale pour débuter, clairement : elle est plutôt exigeante et demande une écoute concentrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 23 Oct 2015 - 22:48

tartatane a écrit:

J'ai un peu peur que le son soit de qualité médiocre sur celle d'Arrau (les enregistrements datent des années 50-60, sachant que son deuxième cycle n'a pas été rassemblé dans une intégrale)

La première intégrale d'Arrau, captée pour Philips entre 1962 et 1966, est très bien enregistrée, mais, comme le souligne Diablotin, il faut faire avec le bruit des ongles et parfois aussi la respiration (plus ou moins intrusive) du pianiste chilien. C'est le prix (vraiment modeste) à payer pour entendre une belle captation de piano, proche mais naturelle.

Le second cycle d'Arrau (datant des années 80 et resté inachevé) a bien été rassemblé sous forme d'intégrale (en 2003 dans la collection Arrau Heritage) mais le coffret est certes indisponible depuis un moment. Neutral
http://www.amazon.fr/dp/B00007L64T

Pour revenir à la première intégrale, je serais moins affirmatif que Diablotin quant à sa non-accessibilité au débutant. J'ai appris mes sonates de Beethoven avec elle et je ne m'en suis pas trop mal sorti. J'admets cependant qu'elle fait parfois un sort un peu trop poussé aux premières sonates. A ce niveau on prendra moins de risques avec un Gulda ou un Brendel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 23 Oct 2015 - 23:12

DavidLeMarrec a écrit:
(Kovacevich a été mainte fois réédité, ça doit se trouver pas cher, non ?)  

Malheureusement non, l'intégrale Kovacevich n'a jamais été rééditée depuis sa mise en boite initiale de 2003. Elle est donc indisponible depuis des années et Warner serait bien inspiré de la ressortir.

Sinon, très bien de citer le trop négligé Pommier. Piano toujours inspiré et d'une grande distinction, prises de son impeccables. En alternative à Brendel, on peut difficilement faire mieux comme "intégrale d'étude". Après, bien sûr, idéalement c'est à compléter par une autre intégrale "plus visionnaire" (Grinberg, Nat, Gulda etc.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Sam 24 Oct 2015 - 1:09

adriaticoboy a écrit:
Malheureusement non, l'intégrale Kovacevich n'a jamais été rééditée depuis sa mise en boite initiale de 2003. Elle est donc indisponible depuis des années et Warner serait bien inspiré de la ressortir.

J'avais vu passer la réédition des sonates les plus célèbres, je supposais qu'il en allait de même pour l'intégrale. Parce qu'il y a au moins les séparés + le coffret de 2003 + la petite réédition de 2010, je croyais donc que ça se trouvait aisément.


Citation :
Sinon, très bien de citer le trop négligé Pommier. Piano toujours inspiré et d'une grande distinction, prises de son impeccables. En alternative à Brendel, on peut difficilement faire mieux comme "intégrale d'étude". Après, bien sûr, idéalement c'est à compléter par une autre intégrale "plus visionnaire" (Grinberg, Nat, Gulda etc.)

D'une manière générale, la dichotomie « jeunes limpides » et « vieux visionnaires » fonctionne à merveille dans ce répertoire (tiens, c'est exactement l'inverse de ce qu'on trouve dans le répertoire vocal italien hehe ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Sam 24 Oct 2015 - 1:45

Je ne suis pas expert dans les sonates de Beethoven, mais j'en connais quand même une bonne douzaine d'intégrales ou quasi intégrales.

Celle qui me paraît rassembler les qualités demandées est celle d'Eric Heidsieck. elle fait partie d'un Big Box qui contient une majorité d'enregistrements comptant parmi les meileures de leurs genres respectifs (symphonies, concertos, quatuors, trios, sonates etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5500
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mar 27 Oct 2015 - 12:46

adriaticoboy a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(Kovacevich a été mainte fois réédité, ça doit se trouver pas cher, non ?)  

Malheureusement non, l'intégrale Kovacevich n'a jamais été rééditée depuis sa mise en boite initiale de 2003. Elle est donc indisponible depuis des années et Warner serait bien inspiré de la ressortir.

En effet, j'avais cherché l'intégrale Kovacevich il y a quelques années mais je n'ai trouvé qu'un triple CD reprenant les plus connues (celles à titre, quoi) + 29, 31, 32. Excellentes versions au demeurant, même si je le trouve trop abrupt dans la si belle reprise en arpèges du II de la Pastorale. Ça me fait d'autant plus regretter de ne pas avoir trouvé l'intégrale quoi que...

adriaticoboy a écrit:
Après, bien sûr, idéalement c'est à compléter par une autre intégrale "plus visionnaire" (Grinberg, Nat, Gulda etc.)

Gulda s'est imposé pour moi comme une évidence dès la première écoute. A chaque sonate, je me disais, "Oui, c'est ça." A tel point que si je me rachète une intégrale, ce devra être une lecture aux antipodes de celle-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tartatane
Mélomane averti


Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 15/10/2015

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 4 Nov 2015 - 10:58

Merci pour vos conseils,
Je m'étais laissé trompé par le packaging du coffret Gilels, qui laissait croire à une intégrale complète...
Sinon, l'intégrale de Pommier se trouve à 23 euros sur internet, une sacré affaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dreamer
Mélomane averti


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 11 Nov 2015 - 9:51

Cello a écrit:
adriaticoboy a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(Kovacevich a été mainte fois réédité, ça doit se trouver pas cher, non ?)  

Malheureusement non, l'intégrale Kovacevich n'a jamais été rééditée depuis sa mise en boite initiale de 2003. Elle est donc indisponible depuis des années et Warner serait bien inspiré de la ressortir.

En effet, j'avais cherché l'intégrale Kovacevich il y a quelques années mais je n'ai trouvé qu'un triple CD reprenant les plus connues (celles à titre, quoi) + 29, 31, 32. Excellentes versions au demeurant, même si je le trouve trop abrupt dans la si belle reprise en arpèges du II de la Pastorale. Ça me fait d'autant plus regretter de ne pas avoir trouvé l'intégrale quoi que...
S'il y a des gens sur la région parisienne ça peut s'arranger... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mario Ouellette
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 82
Localisation : Laval
Date d'inscription : 11/02/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Mer 11 Nov 2015 - 19:47

À Montréal et Laval, on a seulement les sonates de Kovacevich en pièces détachées, et encore pas complètes pour permettre de constituer une intégrale. Et pour l'intégrale, on peut toujours rêver à une réédition !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22846
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Jeu 14 Jan 2016 - 23:56

Ravelavélo, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Sonate n°17 en ré mineur, Op. 31 n°2

= Emil Gilels, piano

(DG, octobre 1981)


Très beau disque!
Deux belles sonates parmi mes préférées par un pianiste que je connais surtout dans la Waldstein et l'opus 101, toujours chez DGG.
Celui que vous postez m'est inconnu, ça doit être très bien



Smile Effectivement, on trouvera peu de monde pour médire de cette quasi-intégrale enregistrée par Gilels.
Ce n'est pas celle qui m'a initié à Beethoven, mais elle fait partie de celles qui me l'ont fait approfondir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82082
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 15 Jan 2016 - 0:01

Médire, certainement pas, mais si vous avez besoin de quelqu'un pour la remettre à une place plus médiane, sonnez-moi.

À la prochaine, Mélo. batman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22846
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 15 Jan 2016 - 0:13

Mr.Red Te sachant rôder parmi nous ce soir, ma formulation est restée prudente j'ai tendu une perche à ton esprit de contradiction des évidences.

Ceci dit, ce ne sont pas ces témoignages que j'écoute le plus souvent ni ceux qui m'ont le plus appris, ou qui me semblent les plus personnels, surtout dans les célèbres sonates à titre.

On ne fera pas de Gilels un littéraliste, mais en tout cas ce n'est pas lui qui m'ouvre les horizons poétiques les plus révélateurs.

J'aime toutefois y revenir pour la poigne, la vélocité obstinée qu'il y met, comme dans cette trépidante lecture de la 18° que je réécoute présentement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3448
Localisation : Alma, Québec
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 15 Jan 2016 - 0:25

Mélomaniac a écrit:
Ravelavélo, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Sonate n°17 en ré mineur, Op. 31 n°2

= Emil Gilels, piano

(DG, octobre 1981)


Très beau disque!
Deux belles sonates parmi mes préférées par un pianiste que je connais surtout dans la Waldstein et l'opus 101, toujours chez DGG.
Celui que vous postez m'est inconnu, ça doit être très bien



Smile Effectivement, on trouvera peu de monde pour médire de cette quasi-intégrale enregistrée par Gilels.
Ce n'est pas celle qui m'a initié à Beethoven, mais elle fait partie de celles qui me l'ont fait approfondir.


L'intégrale Kempff (ou en pièces détachées) mérite d'être mentionnée, mais c'est toujours embêtant parce qu'il a enregistré ces oeuvres à maintes reprises:  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22846
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 15 Jan 2016 - 0:28

Ravelavélo a écrit:

c'est toujours embêtant parce qu'il a enregistré ces oeuvres à maintes reprises


cheers Ce n'est pas embêtant, c'est un cadeau du Ciel !

En quoi serait-ce embêtant ? Surprised


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3448
Localisation : Alma, Québec
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 15 Jan 2016 - 0:44

On peut préférer sa première version ou la deuxième ou la troisième (surtout pour les disques simples), mais dans le cas du gros coffret, c'est un cadeau en effet et il n'y a pas d'erreur possible.
Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth
avatar

Nombre de messages : 1523
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 15 Jan 2016 - 8:46

Ravelavélo a écrit:
L'intégrale Kempff (ou en pièces détachées) mérite d'être mentionnée, ...

Dans toute discussion qui touche un tant soit peu à la politique prise dans un sens très général, il y a forcément un moment où l'on atteint le célèbre (et horripilant) Point Godwin.

Je propose donc que dans le même état d'esprit, on crée un "Point Kempff" pour toute discussion relative à Beethoven, au piano et à la musique en général... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9402
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 15 Jan 2016 - 12:40

néthou a écrit:
Ravelavélo a écrit:
L'intégrale Kempff (ou en pièces détachées) mérite d'être mentionnée, ...

Dans toute discussion qui touche un tant soit peu à la politique prise dans un sens très général, il y a forcément un moment où l'on atteint le célèbre (et horripilant) Point Godwin.

Je propose donc que dans le même état d'esprit, on crée un "Point Kempff" pour toute discussion relative à Beethoven, au piano et à la musique en général... Mr. Green

Mieux! Je préconise un script qui remplace le mot Ke…f par le mot bof ou par "à quoi bon" dans tous les posts où il figure! rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beethoven Sonates pour piano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Beethoven Sonates pour piano
» Prokofiev Sonates pour piano
» Les plus belles sonates pour piano
» Beethoven Sonates pour piano
» Schumann - Sonates pour piano

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: