Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Salich
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/12/2012

MessageSujet: Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016   Jeu 3 Nov 2016 - 19:16

Lukas Geniusas, l'enthousiasmant et jeune (26 ans) pianiste russo-lituanien, primé aux concours Chopin 2010 et Tchaïkovsky 2015, joue ce soir les deux cahiers d'études de Chopin à la fondation Louis Vuitton.

Ses interprétations live de quelques-unes de ces études disponibles sur internet laissent espérer le meilleur.

J'y serai. Ce sera aussi l'occasion d'observer ce navire de verre et d'acier aux grosses fesses de nuit.

D'autres forumeurs à croiser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 80877
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016   Ven 4 Nov 2016 - 0:07

Pas beaucoup de pianophiles en ce moment sur le forum – ou Geniušas fut à l'époque du concours de Varsovie accueilli avec beaucoup de chaleur –, mais on lira avec plaisir le compte-rendu. D'autant que je m'interroge sur l'acoustique de l'auditorium, très joli mais qui ne m'inspire guère confiance sur le plan sonore (très vertical, matériaux secs…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pierre Salich
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/12/2012

MessageSujet: Re: Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016   Ven 4 Nov 2016 - 2:08

DavidLeMarrec a écrit:
Pas beaucoup de pianophiles en ce moment sur le forum – ou Geniušas fut à l'époque du concours de Varsovie accueilli avec beaucoup de chaleur –, mais on lira avec plaisir le compte-rendu. D'autant que je m'interroge sur l'acoustique de l'auditorium, très joli mais qui ne m'inspire guère confiance sur le plan sonore (très vertical, matériaux secs…).

L'acoustique, justement, je me suis posé la question. Je ne suis pas un spécialiste et je n'ai pas une grande expérience de concerts, mais globalement ça ne m'a pas paru terrible. J'étais au fond du parterre (il y a un balcon avec un ou deux rangs), soit pas très loin  tout de même de la scène (c'est une petite jauge) et globalement j'ai trouvé que le son du piano semblait un peu renfermé autour de la scène, que la projection était médiocre. ça n'empêche pas, en général, d'entendre les détails à condition de prêter l'oreille, mais globalement il m'a semblé que le son ne nous tombait pas dans les tympans. Dans les galeries à visibilité réduite du théâtre des Champs ,situées juste au-dessus des côtés de la scène, on entend par exemple nettement mieux. Il est vrai qu'elle surplombent presque le piano, mais elles en sont tout de même assez loin, et l'ouverture des galeries vers la scène et la salle n'est pas très large.  

En revanche le lieu est vraiment très beau, avec des murs du fond vitrés sur les côtés à cour et à jardin, qui offrent une belle perspective sur les bassins en escalier de la cour intérieure (si on peut appeler ça une cour).

Bref, et le concert ? Dans l'ensemble, très, très bien, comme je l'espérais. J'en suis d'autant plus réjoui que connaissant très bien la plupart des études, j'ai sans doute sans m'en rendre compte des interprétations dans l'oreille qui peuvent me rendre plus difficile avec de nouvelles versions.

Dans presque toutes ces pièces, le piano de Geniusas frappe par l'attention portée à la densité (le mot est peut-être mal choisi) harmonique, chaque note semblant rigoureusement pesée pour restituer toute la richesse, ou plutôt toute la composition de l'harmonie à chaque moment, sans pour autant que soit opéré une distinction clinique des voix : on entend souvent plutôt comme une sorte de fondu, et ce d'autant plus que son legato dans les traits fait presque toujours merveille. (Ces commentaires ne sont peut-être pas très clairs, je n'ai ni le vocabulaire du spécialiste ni peut-être l'expérience d'écoute nécessaire pour savoir à chaque fois à quel procédé pianistique je dois d'aimer ce que j'entends. Mais j'essaie tout de même de rendre compte de ce que j'ai entendu Smile ). Dans le détail :

Opus 10 :

n°1 en ut majeur : arpèges de la main droite remarquablement fluides, clairs et intelligibles, legato admirable ; les accords main gauche soulignent comme il se doit l'harmonie, avec toutefois des effets à mon goût un peu trop marqués parfois, par exemple, certain accords de la mg sont plaqués très forts juste après un passage joué très piano et avec un toucher très doux, contraste de nuance plusieurs fois couplé avec un rubato appuyé : l'empilement des effets à certaines transitions me semblait parfois de trop. Tout ça ne suffit pas, et de loin, à gâcher cette première étude, mais les grandes réussites du concert (c'est à dire plus de la moitié des études en fait) sont pour la suite.

n°2 en la mineur : Semblable, je crois, à son interprétation au 1er ou 2e tour du concours Tchaïkovsky l'an dernier (visible sur youtube), ce qui suffit comme éloge. Traits cristallins à la main droite, avec un son très précis, encore le legato admirable, tempo très légèrement retenu ; main gauche à la fois aérienne, légère, discrète, et qui pourtant chante magnifiquement dans les graves pour soutenir la main droite. Magnifique.

n°3 en mi majeur : Sublime. Geniusas en exhibe à merveille le caractère polyphonique, avec un toucher prodigieux de délicatesse, qui n'enlève rien à la densité du son et du chant, avec un tempo plutôt lent sans que jamais l'ensemble ne perde en tension.

n°4 en ut dièse majeur : Le legato (je vais employer ce mot 15 fois d'ici la fin du message je crois) de Geniusas et la puissance de sa main gauche font très bon ménage pour cette étude virtuose, jouée à la perfection sur le plan technique : il me semble qu'il n'en a pas mis une seule à côté, en gardant un remarquable contrôle du son, du toucher, de l'équilibre des voix et des mains, de la conduite. Une grande réussite.

n°5 en sol bémol majeur : Remarquable, chantante, cristalline... très très réussi.

n°6 en mi bémol mineur : Deuxième étude lente du recueil, après la 3 : on pourrait faire à peu près le même commentaire de l'interprétation, c'était à tomber. Étude jouée presque entièrement entre le pianissimo et le mezzo-piano, avec, dans cette gamme restreinte, dans l'absolue, de nuance, une infinie variété de dynamiques et de touchers, toujours choisis au service de la tension qui jamais ne se relâche. Bref, une merveille.

n°7 en ut majeur : M'a laissé peu de souvenirs dans les détails, mais il me semble que c'était dans la moyenne du concert, c'est à dire très bien.

n°8 en fa majeur : Très très réussie, toujours ce legato prodigieux à la main droite ; et la main gauche claire, agile, riche, bref, l'alliance parfaite pour cette étude.

n°9 en fa mineur : Même commentaire que pour la n°7.

n°10 en la bémol majeur : Cette fois, la fluidité manque un peu en comparaison de ce qui précède, ce qui nuit un peu au chant.

n°11 en mi bémol majeur : Tout le contraire pour cette étude en accords arpégés, remarquablement chantante. Peut-être la plus belle opus 10 n°11 que j'ai entendue, au disque  ou au concert, mais il est vrai que ce n'est pas celle que j'écoute le plus souvent.

n°12 en ut mineur : le sommet, peut-être, de ce premier recueil, voire du concert (quoiqu'il y ait concurrence avec les n°2, 3, 5, 6, 8, 11 rien que pour l'opus 10). Le legato des traits à la main gauche, encore et toujours, est à tomber par terre, pendant que les accords main droite chantent, avec un sens du phrasé sublime, des accentuations placées avec une science qui confine au génie, un rubato maîtrisé, qui semble parfaitement naturel et consubstantiel à la partition. Et les deux accords conclusifs sonnent avec une densité sonore et une richesse harmonique renversantes.

Bref, une première partie de concert de très très haute volée. L'interprétation de l'opus 25 était à peu près du même tonneau : le récit détaillé demain.


Dernière édition par Pierre Salich le Dim 6 Nov 2016 - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 80877
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016   Sam 5 Nov 2016 - 18:45

Merci pour ce retour extrêmement complet. Very Happy

En ce qui concerne l'acoustique, je me dis que la verticalité (et les matériaux, le verre n'étant pas le plus réverbérant) doit effectivement aspirer un peu le son… Mais sur un sujet aussi complexe, rien ne remplace l'expérience, merci d'en avoir témoigné !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pierre Salich
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/12/2012

MessageSujet: Re: Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016   Dim 6 Nov 2016 - 12:26

DavidLeMarrec a écrit:
Merci pour ce retour extrêmement complet. Very Happy

En ce qui concerne l'acoustique, je me dis que la verticalité (et les matériaux, le verre n'étant pas le plus réverbérant) doit effectivement aspirer un peu le son… Mais sur un sujet aussi complexe, rien ne remplace l'expérience, merci d'en avoir témoigné !

Peut-être, je n'en ai aucune idée pour ma part Smile. En revanche la beauté du lieu le rend tout de même très plaisant.

Je serai moins long sur l'opus 25, de même tenue globale que le 1er. Je soulignerais surtout :

- une n°1 en la bémol majeur magnifique de bout en bout, avec un chant clair et dense surplombant le fondu harmonique d'arpèges, mais au sein duquel Geniusas fait magnifiquement ressortir les contre-chants et les échos au chant principal supérieur quand il y en a ;
- une n°2 en fa mineur rutilante, la main gauche, extrêmement délicate et discrète, soutenant pourtant de manière très présente l'harmonie générale ; avec une main droite jouissive, encore très legato, qui transformait les longs traits en une sorte de scintillement harmonique ;
- une n°10 en si mineur extraordinaire, les traits d'arpèges étant pratiquement aussi liés et coulés que des traits ordinaires ;
- une n°12 en ut mineur, enfin, dans la veine de ce qui précédait pouvait annoncer, c'est-à-dire, là encore, servie par un legato surréaliste qui faisait oublier toute la virtuosité de la pièce, transformant le tout en une sorte de miroitement sonore, le chant des basses et des aigus, aux extrémités de chaque phrase, se répondant en écho par-dessus un magma indistinct de notes : c'est la première fois que j'entends ainsi une parenté très nette entre la n°1 et la n°12 de cet opus 25.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016   

Revenir en haut Aller en bas
 
Geniusas à la fondation Louis Vuitton - 3 novembre 2016
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CENTRAL LINE, COOL NOTES & CO à LA GRANDE NUIT DU FUNK à LYON | 12 & 13 JUIN 2015 |
» THE NEAL MORSE BAND - The Similitude Of A Dream (11 novembre 2016)
» INQUISITION + ROTTING CHRIST: novembre 2016
» NOISEKICK'S TERRORDRANG - 19 Novembre 2016 - Club Rodenburg - Beesd - NL
» Radical Redemption - Militant Mayhem - 5 Novembre 2016 - Heinekein Music Hall - Amsterdam - NL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: