Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Yvonne Lefébure (1898 - 1986)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mohirei
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Yvonne Lefébure (1898 - 1986)   Mar 29 Nov 2016 - 21:00



Yvonne Lefébure (1898 - 1986)

Cette année 2016, nous commémorions les trente ans de la disparition de cette grande dame du piano.

Yvonne Lefébure est née le 29 juin 1898 à Ermont. Elle commence son apprentissage du piano avec Marguerite Long avant d'entrer au Conservatoire national de Paris à l'âge de neuf ans. Dans cette institution, elle aura pour professeur Alfred Cortot, Maurice Emmanuel et Charles-Marie Widor.

Alfred Cortot encouragera assez rapidement la carrière pédagogique d'Yvonne Lefébure en l'invitant comme assistante à l'École normale de Musique qu'il a créé en 1919. Elle y deviendra professeur et enseignera jusqu'en 1939.

En 1940, elle fuit Paris et arrête tous ses concerts publics pour se rendre à Perpignan et permettre le passage de son compagnon, Fred Goldbeck, en Espagne. Ils se marieront après la guerre en 1947. Durant cette période, elle côtoie fréquemment Pablo Casals qui lui ouvre les portes de l'univers du compositeur Johann Sebastian Bach.


Lefébure - Goldbeck

Capdevila - Casals - Lefébure (1949)

Après la guerre, elle reprend son poste à l'École normale de Musique et puis devient professeur au Conservatoire national de Paris en 1952. Elle y enseignera jusqu'en 1967 avant de poursuivre au Conservatoire européen de 1967 à 1972.

Parmi ces élèves, on retrouve entre autres Hélène Boschi, Dinu Lipatti, Samson François, Sébastien Risler, Pierre Reach, Catherine Collard, Michaël Levinas, Setrak, Françoise Thinat ou Imogen Cooper.

Elle décède le 23 janvier 1896 à Paris.


En novembre 2016, les époux Carbou concrétisent un formidable travail de sauvegarde de l'héritage d'Yvonne Lefébure, débuté en 1974, par la publication d'un coffret de 24 CD (Solstice).

Contenu du coffret:
 

Ils lui ont également consacré un DVD reprenant une sélection d'images filmées lors de cours d'interprétation et d'émissions de télévision. Il existe aussi un livre écrit par Yvette Carbou aux Éditions Van de Velde : "La leçon de musique d'Yvonne Lefébure".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohirei
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Yvonne Lefébure (1898 - 1986)   Mar 29 Nov 2016 - 21:01

Bach

sofro a écrit:


Yvonne Lefébure a gravé les partitas 1 et 6: de véritables références, bouillonnantes de vitalité: la gigue de la 6ème est un véritable tourbillon, animé par la flamme de l'interprète (elle est pourtant âgée au moment de l'enregistrement), son autorité et sa passion...
Rien à voir avec le style analytique et spéculatif de Gould.

sofro a écrit:
[…] la fin de la gigue de la partita 6 avec Madame Lefébure, c'est d'une pêche et d'un bouillon d'enfer, […], moi je la trouve irrésistible et d'une vitalité très communicative. Sauf erreur, elle devait avoir 86 ans au moment de l'enregistrement (née en 1898, soit largement avant 1910 comme la plupart de mes références, enregistré en 1984).

sofro a écrit:
Sauron le Dispensateur a écrit:
Moi j'aime beaucoup le clavecin mais je ne reconnais pas ta description du piano Sofro...
Par ailleurs personne n'est obligé de jouer un Steinway comme tu les décris...
Very Happy
Tu n'as jamais joué sur un vieux Pleyel, un vieil Erard ? ou alors écoute les enregistrements de Yves Nat, de Cortot etc... un son mat, moelleux...  qui fait tout de suite merveille dans Chopin et Schumann. Alors que les Steinways modernes ont une sonorité qui connote tout de suite la variétoche et la musique de film. Bien entendu, il y a également la façon dont c'est joué, et c'est essentiel.
Dans l'absolu, j'ai une préférence pour les vieux pianos, moins clinquants.

Pour revenir au sujet.
Cà, je pense que tu devrais aimer, à moins que tu ne connaisses déjà: Bach joué comme cela au piano, alors oui !
Tatie Lefébure en 1984, soit deux ans avant sa mort, plus très jeune certes (née en 1898) mais un art immense (le menuet, magique, avec l'articulation de la main gauche !), une autorité et une maîtrise (la gigue) malgré quelques erreurs digitales. Un jeu avec une personnalité incroyable !
86 ans...

Sauron le Dispensateur a écrit:
L'extrait de Lefébure est épatant  Very Happy  Merci Sofro je ne connaissais pas...  Wink

Beethoven

Mariefran a écrit:


Le deuxième CD de ce coffret présente les sonates 3, 4 et 10, interprétées par Yvonne Lefebure et Sandor Vegh en concert. C'est un inédit Radio-France de juin 1970. Dans les trois sonates, le jeu d'Yvonne est impérial, d'une grande lisibilité. Elle est extraordinaire ! Quel dommage qu'il y ait si peu de disques de cette pianiste que j'aime beaucoup… Le premier violon du quatuor Vegh est à la peine dans l'opus 12/3 mais son jeu s'améliore au fil des sonates. Son son âcre peut déstabiliser, déranger mais je le trouve touchant, il dit tellement plus de choses que les petits génies à la mode ces temps-ci… Bien sûr que la technique n'est plus tout à fait là, mais il y a une musicalité telle que je l'oublie aisément. L'opus 96 est proprement miraculeux… Une grande version. Ils s'écoutent, forment un vrai duo. J'ai beaucoup aimé  Very Happy

Scherzian a écrit:
Adolescent, j'ai vu un documentaire à propos d'Yvonne Lefébure, « dostoïevskienne et beethovenienne » selon sa propre expression, où elle parlait de (et évidemment jouait) la Sonate pour piano n°31 de Beethoven, opus 110. Dans le troisième mouvement, elle jouait les cinq mesures de transition, crescendo puis diminuendo, entre le second Arioso dolente et l'inversion de la fugue, avec une intensité foudroyante que je n'ai jamais retrouvée chez aucun autre musicien. Le crescendo montait jusqu'au cataclysme, le diminuendo retournait jusqu'aux limites du silence. Ce sont surtout les treize accords de plus en plus amples, vibrants, massifs, douloureux, révoltés, insoutenables même, qui étaient fascinants. « Beethoven ne se joue pas : il se réinvente », n'est-ce pas ? (Anton Rubinstein ?)

Mariefran a écrit:
[…]Beethoven, Concerto n°4. Yvonne Lefébure, Orch. National de France, Stanislaw Skrowaczwski. Lefébure, c'est toujours très très bien

Mariefran a écrit:
Beethoven, opus 2-1 et 111. Yvonne Lefébure (enregistrements INA). thumleft

Mélomaniac a écrit:
Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Variations sur un thème de Diabelli Op. 120

= Yvonne Lefébure, piano

(Ducretet Thomson, mars 1956)

rambo  C'est pas une interprétation, c'est un casus belli...


Mélomaniac a écrit:
Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Sonate n°30 en mi majeur Op. 109

= Yvonne Lefébure, piano

(Voix de son Maître, janvier 1955)

 Enorme !


Fauré

Cornélius a écrit:
Pour les pièces de piano de Fauré, rien n'égale le disque d'Yvonne Lefébure.
Cornélius a écrit:
Lefébure joue Fauré de façon à la fois cristalline et très tendue.
C'est très différent du style plus contemplatif et étale de Perlemuter.
Elle y met une tension dramatique, et une respiration un peu haletante, qui fait que l'intérêt de l'écoute ne se relache jamais un seul instant, et qui fait ressortir encore plus par contraste les passages lumineux et clairs.
Cela donne un "thème et variations" absolument fabuleux.

Mais même dans les nocturnes, cette tension du discours, et ces éclairs de lumière sont sensibles […]

Mozart

adriaticoboy a écrit:
[…] Mais si on veut sortir des sentiers battus, alors là, tout de suite, j'ai envie de conseiller une version d'anthologie pour le K.466: Yvonne Lefébure et Furtwängler avec les Berliner en live à Lugano (disponible chez EMI).
C'est un peu Lady Chatterley et l'homme des bois, rencontre impropable mais passionnante, d'où jaillissent mille étincelles!
En fait, plutôt que d'un échange sensuel, c'est d'une étreinte farouche, voire violente, qu'il s'agit; et il faut bien toute la morgue et toute la classe aristocratiques de la Française pour faire face aux coups de butoir sombres et implacables du rustique Allemand. Mais finalement les deux se rejoignent dans cette vision romantique, bouillonnante de vie et de souffrance.
Incontestablement, une des versions les plus intenses et dramatiques de la discographie.

néthou a écrit:
Bonjour,

Sous le charme de ce vinyl que je n'avais pas réécouté depuis longtemps (dans la série "Les méfaits du CD et de la dématérialisation"), je voudrais savoir s'il en existe - justement... - une bonne version en CD.
La pochette:



C'est difficilement lisible, mais la soliste du concerto de Mozart est Yvonne Lefébure, concert du 15 avril 1954 à Lugano.

Invité a écrit:
Je ne sais pas si la qualité sonore est bonne, mais je crois que c'est l'une des seules rééditions cd de ce concert : http://www.amazon.fr/Concerto-Pianoforte-Symphonie-Wolfgang-Amadeus-Beethoven/dp/B00004VR7G


adriaticoboy a écrit:
Cet excellent concert du 15 mai 1954 à Lugano a été édité dans son intégralité seulement par IDIS à ma connaissance:
http://www.amazon.fr/dp/B0006VYHJ8
Le son est très bon (largement supérieur notamment au transfert proposé par EMI pour le seul 20e de Mozart avec Lefébure).

André a écrit:
adriaticoboy a écrit:
Cet excellent concert du 15 mai 1954 à Lugano a été édité dans son intégralité seulement par IDIS à ma connaissance:
http://www.amazon.fr/dp/B0006VYHJ8
Le son est très bon (largement supérieur notamment au transfert proposé par EMI pour le seul 20e de Mozart avec Lefébure).

J'ai ça dans un repiquage EMI de deux disques consacrés à Furtwängler et Mozart et effectivement le son est mauvais. Honnêtement je n'y décèle rien musicalement qui m'y fasse revenir. Et pourtant j'y suis revenu plusieurs fois - pour d'autres oeuvres !

Ravel

Cornélius a écrit:
[…] Ecoutez le Tombeau de Couperin par Yvonne Lefébure, vous découvrirez un immense chef d'oeuvre.

Mariefran a écrit:
Ravel, Le Tombeau de Couperin, Jeux d'eau, Ma Mère l'Oye, Valses nobles et sentimentales. Yvonne Lefébure. Un miracle, ce disque  I love you

Rav-phaël a écrit:
Mariefran a écrit:
Ravel, Le Tombeau de Couperin, Jeux d'eau, Ma Mère l'Oye, Valses nobles et sentimentales. Yvonne Lefébure. Un miracle, ce disque  I love you
I love you  I love you  I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21913
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Yvonne Lefébure (1898 - 1986)   Mar 29 Nov 2016 - 21:09

cheers Excellente initiative !

Comment-as tu fait pour aller repêcher toutes ces citations éparpillées dans les oubliettes du Forum ? Surprised

Bravo en tout cas.

Je prévoyais justement de me reprogrammer lors d'une de mes prochaines Nuits du piano sa pharamineuse interprétation des Diabelli.
J'y adjoindrai son 20° de Mozart (avec Furtwängler !)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Lefébure (1898 - 1986)   Mer 30 Nov 2016 - 10:12

Ça aussi, c'est une sacrée initiative :



C'est à un prix-pas-doux-du-tout mais le programme fait rêver, c'est le moins qu'on puisse dire ; reste à savoir quelle est la qualité sonore (je pense à l'enregistrement plutôt médiocre, de ce point de vue, de la Boîte à joujoux de Debussy, aussi paru chez Solstice pale ).

https://www.solstice-music.com/fr/album-reference/SOCD321-44-YVONNE-LEFEBURE-UNE-LEGENDE-DU-PIANO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohirei
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Yvonne Lefébure (1898 - 1986)   Ven 2 Déc 2016 - 0:38

Mélomaniac a écrit:
Comment-as tu fait pour aller repêcher toutes ces citations éparpillées dans les oubliettes du Forum ? Surprised
Via une recherche sur Google : "lefebure site:classik.forumactif.com" Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yvonne Lefébure (1898 - 1986)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yvonne Lefébure (1898 - 1986)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yvonne Lefébure (1898 - 1986)
» Louis James Alfred Lefébure-Wely
» Johnny Hallyday et Estelle Lefébure, derniers jours à L.A., avant Saint-Barth !
» Viktor Ullmann (1898-1944)
» Photos de Jon Iraundegi - Hendaye, 15 juillet 1986

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: