Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 4 Jan 2017 - 9:37

J'y vais le 21 janvier, ce qui devrait me permettre d'entendre Kaufmann qui a commencé à répéter.

Ce sera mon troisième :
Juin 2007 à Bastille, dans la mise en scène peu inspirée de Carsen avec Ben Heppner et Waltraud Meier
Avril 2009 à au Staatsoper de Berlin, dans la mise en scène stimulante d'Herheim, avec Vogt et un Barenboim des meilleurs jours.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 316
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 4 Jan 2017 - 14:55

Montfort a écrit:
J'y vais le 21 janvier, ce qui devrait me permettre d'entendre Kaufmann qui a commencé à répéter.

Ce sera mon troisième :
Juin 2007 à Bastille, dans la mise en scène peu inspirée de Carsen avec Ben Heppner et Waltraud Meier
Avril 2009 à au Staatsoper de Berlin, dans la mise en scène stimulante d'Herheim, avec Vogt et un Barenboim des meilleurs jours.

 Montfort

Eh oui, il semble que les optimistes auront raison et que nous entendrons bien Kauffman Smile, qui devrait etre encore meilleur que Heppner et Vogt, deja excellents (que j'ai entendus comme toi, à Paris). (Note que Bastille 2007 c'était avec Gergiev, assez magistral.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 4 Jan 2017 - 15:51

Patzak a écrit:
Montfort a écrit:
J'y vais le 21 janvier, ce qui devrait me permettre d'entendre Kaufmann qui a commencé à répéter.

Ce sera mon troisième :
Juin 2007 à Bastille, dans la mise en scène peu inspirée de Carsen avec Ben Heppner et Waltraud Meier
Avril 2009 à au Staatsoper de Berlin, dans la mise en scène stimulante d'Herheim, avec Vogt et un Barenboim des meilleurs jours.

 Montfort

Eh oui, il semble que les optimistes auront raison et que nous entendrons bien Kauffman Smile, qui devrait etre encore meilleur que Heppner et Vogt, deja excellents (que j'ai entendus comme toi, à Paris). (Note que Bastille 2007 c'était avec Gergiev, assez magistral.)

Non, moi j'avais eu Guttler, Gergiev prévu initialement étant "malade" .....

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 316
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 4 Jan 2017 - 17:19

Montfort a écrit:
Patzak a écrit:
Montfort a écrit:
J'y vais le 21 janvier, ce qui devrait me permettre d'entendre Kaufmann qui a commencé à répéter.

Ce sera mon troisième :
Juin 2007 à Bastille, dans la mise en scène peu inspirée de Carsen avec Ben Heppner et Waltraud Meier
Avril 2009 à au Staatsoper de Berlin, dans la mise en scène stimulante d'Herheim, avec Vogt et un Barenboim des meilleurs jours.

 Montfort

Eh oui, il semble que les optimistes auront raison et que nous entendrons bien Kauffman Smile, qui devrait etre encore meilleur que Heppner et Vogt, deja excellents (que j'ai entendus comme toi, à Paris). (Note que Bastille 2007 c'était avec Gergiev, assez magistral.)

Non, moi j'avais eu Guttler, Gergiev prévu initialement étant "malade" .....

 Montfort

Tu as manqué de chance!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 5 Jan 2017 - 23:47

Pour ma part j'y vais deux fois à presque un mois d'intervalle pour profiter des deux excellentes distributions. Smile

Diffusion le dimanche 12 février 2017 à 20h sur France Musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Ven 13 Jan 2017 - 23:59

Jolies photos de répétition:

https://www.operadeparis.fr/saison-16-17/opera/lohengrin/galerie#slideshow0/1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Sam 14 Jan 2017 - 9:32

Xavier a écrit:
Jolies photos de répétition:

https://www.operadeparis.fr/saison-16-17/opera/lohengrin/galerie#slideshow0/1

Superbe en effet, j'ai hâte de le voir !

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Dim 22 Jan 2017 - 11:35

Représentation du 21 janvier

Elsa : Martina Serafin
Ortrud : Evelyn Herlitzius
Lohengrin : Jonas Kaufmann
Telramund : Wolfgang Koch
Heinrich der Vogler : René Pape
Le héraut : Egils Silins

 Mise en scène : Claus Guth
 Scénographie : Christian Schmidt

 Choeur de l'Opéra de Paris - José Luis Basso
 Philippe Jordan

Mise en scène très aboutie - elle a l'inconvénient d'etre peu lisible pour les spectateurs peu familiers avec l'oeuvre - autrement, pour les autres, un régal !
Lohengrin est vu - AMHA à juste titre - comme un anti héros, personnage dont l'essence surnaturelle constitue un obstacle à ses relations avec l'univers des humains, et qui finira par l'échec de ce qui lui importe le plus, l'amour d'Elsa - d'où ce personnage qui traverse la scène la plupart du temps comme égaré, qui refuse les charges et les honneurs que le Roi et les habitants du Brabant aspirent à lui conférer - c'est un chevalier sans armure, qui ne combat qu'avec réticence ; c'est aussi un chevalier dont le cygne est ramené à des attributs : quelques plumes - on sait que les deux moments où le volatil doit apparaître constitue un casse -tete pour les metteurs en scènes : à l'Opéra de Vienne j'avais vu une mise en scène signée Felsenstein dans laquelle le héros - Jess Thomas en l'occurrence - sortait d'une trappe alors qu'un cygne gigantesque était projeté en fond de scène : ça avait fait scandale - heureusement, nous n'en sommes plus là - pour autant le cygne n'est pas dans le livret un élément secondaire, mais essentiel, dont la signification n’apparaît qu'en toute fin de l'oeuvre. Son essence est aussi ce qui permet à la maléfique Ortrud de manipuler Elsa et d'aboutir au départ de Lohengrin - finalement, c'est une oeuvre d'un pessimisme foncier - et le dernier mot du livret est " Weh ! " Malheur. Cette lecture est secondée par une direction d'acteurs exemplaire, nourrie de moments inoubliables, comme l'apparition de Lohengrin, prostré et tremblant - magnifique scénographie, offrant là aussi des images très fortes.

Le plateau vocal est magnifique :
J K est un Lohengrin superbe, avec un chant d'un raffinement inouï : vocalement il répond parfaitement aux intentions de Guth, plus Liedersaenger que preux chevalier - son récit du Graal, débuté mezza voce, fut un moment de grâce céleste.
L'Ortrud d'Herlitzius est aussi à distinguer - c'est un des rôles wagnériens les plus riches, avec un personnage qui passe de la flatterie et la soumission hypocrite à la fureur déchaînée.
Les autres excellents aussi, avec une Serafin un peu mure pour le role, et un Pape souverain , bien qu'un peu vieillissant.
Choeurs somptueux.
Magnifique orchestre, mené par un Philippe Jordan attentif aux chanteurs, déroulant un écrin somptueux, plus porté sur la poésie que sur la véhémence, mais là encore, pour moi, cette lecture est fidèle à l'essence de l'oeuvre.

Aux saluts finaux, applaudimètre par rang décroissant : J K, Herlitzius, Koch, Pape, Serafin;
Au début de chaque acte, orchestre et chef vigoureusement applaudi.

Lissner, d'une manière assez présomptueuse, avait dit qu'il entendait faire de l'ONP "un des meilleurs opéras du monde" - hier soir, on y était presque !

Des critiques, convergentes, à quelques nuances prés :

http://www.anaclase.com/chroniques/lohengrin-6  

http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=12050

http://www.resmusica.com/2017/01/21/lhumanite-errante-de-lohengrin-bouleverse-lopera-bastille/

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Dim 22 Jan 2017 - 13:47

J'y étais également hier soir, je trouve qu'on était à peu près sur les mêmes cîmes wagnériennes qu'avec les Meistersinger de l'an dernier.

Effectivement la mise en scène est typique de Claus Guth, jamais décalée ou dans le style Regietheater, mais complexe, fine, poétique, ou tout doit faire sens, très "psy".
En plus de ça c'est beau à regarder.

On n'imagine pas une seconde que Kaufmann est convalescent; il n'est ni à 50, ni à 60%, il semble bien à 100% de ses moyens, ou alors c'est imperceptible. (sinon, il a trébuché et failli tomber après In fernem land, je crois que c'était tout à fait involontaire, il ne fait pas du tout ça dans la vidéo de la Scala, au passage ce In fernem land se retrouve déjà dans une vidéo pirate sur Youtube)
C'est bien sûr remarquable, d'un grand raffinement, et d'une grande palette expressive.
Je suis dans l'ensemble du même avis que Montfort concernant les autres; Herlitzius est effectivement marquante par sa puissance et sa présence scénique.
Je crois que P.Jordan ne fait toujours pas l'unanimité, j'avoue que je vois mal ce qu'on peut lui reprocher ici.
Orchestre magnifique. (un mini-pain de hautbois dans le prélude du I m'a fait peur, mais c'était vraiment l'exception dans la soirée)
Du coup je regrette moins d'avoir manqué Tapiola à Radio France et la 2è symphonie de Dutilleux à la Philharmonie...

Je me demande pourquoi la vidéo de la Scala n'est pas parue en DVD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Dim 22 Jan 2017 - 14:16

Le récit du Graal capté hier soir - pas par moi !

Lien retiré (vidéo non libre de droits)

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Dim 22 Jan 2017 - 14:43

Je l'ai signalé Montfort, mais on ne peut pas mettre un tel lien de vidéo pirate, ce n'est pas licite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1112
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Dim 22 Jan 2017 - 16:44

Décidément, nous y étions tous ce samedi.

Lohengrin est en premier une réussite théâtrale.
* trois actes équilibrés en intensité
. exposé des deux actions qui vont se dérouler: le jugement de Dieu, et le secret de Lohengrin
. les actions se nouent, et surtout le doute commence dans l'esprit d'Elsa
. le dénouement inévitable dans sa conclusion, non seulement parce qu'il est évident qu'Elsa ne sera pas résister, mais aussi parce que nous pressentons que Lohengrin n'est venu qu'envoyé que par le Graal, dont il n'aurait sans doute pas voulu s'éloigner.
* Et au sein des actes, les contrastes sont bien marqués entre le "côté lumière" et le "côté obscur", ce qui crée un effet de surprise favorable à l'action.
* les personnages sont bien caractérisés psychologiquement.
* le livret est compréhensible -nous n'en sommes pas encore au "j'ai tout compris" de Brünnehilde à la fin du Crépuscule"-. Il comporte quelques "longueurs" dans les reprises (exemple scène III acte I)

L'oeuvre comporte les caractères wagnériens que j'ai pu/su reconnaître: unité de l'action, tension permanente, montées dans les voix entre Elsa et Lohengrin, qui annoncent Sieglinde/Siegmund, Isolde/Tristan... .
Les choeurs -superbement traités- sont incontestablement un moteur très fort de l'action par leurs commentaires et leurs questionnements.

La mise en scène (que nous avions vue sur Arte, mais avec une interruption, lors de la soirée d'ouverture de la Scala) joue son rôle en venant en appui du théâtre. Elle sait rester sobre tout en mettant en valeur les moments forts, notamment le mariage
d'Elsa.
Les interprètes ne sont pas laissés à eux-même: encore du théâtre. Elsa est transfigurée lors de son mariage et incontrôlable à la scène II de l'acte III). Les états d'âme successifs de Friedrich sont clairement marqués.

L'orchestre et son chef
Superbes comme d'habitude, sachant être voluptueux, et immédiatement sombres. P.Jordan est toujours aussi attentif aux chanteurs.

Les interprètes
Heinrich/R.Pape: clair, puissant; très bien.
Friedrich/W.Koch: de même; expressif dans sa colère et sa rage
Heerrufer/E.Silins: un héraut autoritaire qui sait se faire entendre

Lohengrin/J.Kaufmann: excellente diction (j'ai pu suivre quasiment in extenso "in fernem land: c'est dire!); mais, Bastille n'est-elle pas un salle trop grande? ou étais-je mal placé?
Elsa/M.Sarafin
Ortrud.E.Herlitzius
Elles ont assuré, mais j'attendais plus de rondeur dans l'expression vocale.

==>Une soirée remarquable qui démontre pleinement que l'opéra est d'abord et en premier du théâtre, et après du théâtre chanté.

Et le public?
Salle comble, y.c. les strapontins
A part les Klassikeurs, public plutôt de mon âge; certains de sortie à l'Opéra.
Je me demande quels sont ceux qui ont lu et relu le livret avant de venir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 25 Jan 2017 - 9:35


J K a donné un entretien hier à Libé : il parle des problèmes de santé qui l'ont éloigné de la scène, mais aussi de sa participation à Lohengrin :
" Q : Auriez - pu annuler Lohengrin par précaution - J K : Oui, mais ça aurait été dommage. Car avec Philippe Jordan, tout est facile, il a la capacité de donner une transparence dans l'orchestre, mais aussi dans le choeur; Dans les grands ensembles, normalement, on pourrait ne pas chanter car personne ne peut s'entendre, alors qu'ici tout est transparent. Normalement un chef qui cherche à réduire l'orchestre perd du tempo, et le chef qui cherche à augmenter emballe l'orchestre. Ici, non. Je ne sais pas comment Philippe s'y prend : il y a un secret qui marche très bien et qui donne un tempo fluide avec en meme temps de la transparence".

Ce commentaire est aussi intéressant par rapport à un "Jordan bashing" développé par certains - pas sur ce forum, mais sur un autre...

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 316
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 25 Jan 2017 - 11:57


Superbe représentation hier soir; un plateau magnifique en effet, avec deux remplacements intéressants: nous avons entendu Edith Haller et Tomas Konzieckny (pas sur de l'orthographe), issus de la distribution B. Petit moment d'émotion quand la personne arrive sur scene pour faire l'annonce.... vous imaginez..... J'étais content d'entendre pour la 1ere fois Haller que j'ai trouvé tres bien, qui a été tres applaudie sauf quelques personnes qui l'ont stupidement et grossièrement huée. Une voix assez particuliere que je ne connaissais pas, juvenile et claire, tres "jolie". Content aussi de revoir Pape, meme si le role du Roi est moins intéressant qu'un Gurnemanz.... Kauffman exceptionnel, pour moi le meilleur heldenténor de sa génération, je le redis; en tout cas un Lohengrin magnifique. Tres bon orchestre et belle direction, rien à ajouter là-dessus (Kauffman semble d'accord...). Encore un spectable ONP de tres haut niveau!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 25 Jan 2017 - 12:01

J'aime beaucoup Edith Haller aussi (notamment sa Sieglinde qu'on trouve en DVD chez Thielemann à Bayreuth), je devrais pouvoir l'entendre en février, tout comme Konieczny.
J'ai eu la chance d'avoir la distribution A au complet le 21. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 316
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 25 Jan 2017 - 17:00


Bien sur, elle n'a pas aigus de Birgit Nilsson, en tout cas ff dans Bastille, et il faut accepter quelques aigus pas tres beaux par endroits, mais franchement ce n'est pas l'essentiel. Elle fait de tres belles choses par ailleurs (me rappelant la lecon de chant donnée par Anne Schwanehilms--mais qui chantait Elsa à Pleyel en vc, beaucoup plus "facile").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 25 Jan 2017 - 17:51

Patzak a écrit:

Bien sur, elle n'a pas aigus de Birgit Nilsson, en tout cas ff dans Bastille, et il faut accepter quelques aigus pas tres beaux par endroits, mais franchement ce n'est pas l'essentiel.

Mais est-ce bien nécessaire pour Elsa d'avoir les aigus de Nilsson? Pour moi, c'est même pas forcément très productif (même si son Elsa à Bayreuth est assez chouette... justement parce qu'elle allège énormément sa voix!).
En tout cas j'ai hâte d'être en février pour découvrir ce Lohengrin...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 811
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Ven 3 Fév 2017 - 12:25

J'y étais hier soir et j'ai trouvé la mise en scène de Guth formidable (malgré l'emasculation du III par rapport à la video scala).

Les chanteurs étaient en petite forme (Stelton avait du mal à marcher, avait l'air malade, Koniecny l'était, malade, Haller faisait son âge...) à part Michaela Schuster que je n'avais jamais entendue en vrai et dont je comprends beaucoup mieux le succès et la carrière maintenant. Je parle de mon amour de cette mise en scène http://lesecoutes.blogspot.fr/2017/02/lohengrin-lopera-de-paris.html mais je vois qu'ici je n'aurai personne à convaincre. Beaucoup de "mais où il est mon beau héros en armure" dans la salle, et des ricanements quand Schuster et Koniecny se bécotent ou grand gros Stelton abat Koniecny... Mais quel beau spectacle, je suis d'accord, sur les sommets comme dit Xavier, et très Guth en effet (le Rigoletto de l'année dernière était bien aussi dans le genre, d'ailleurs).

J'y retournerais volontiers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 9 Fév 2017 - 12:13

Vu hier soir... avec distribution B sauf Serafin qui venait de la A...

Globalement pas passionné par la mise en scène. Même assez déçu. C'est terne, avec quelques scènes chouettes mais alors ce troisième acte avec marre aux grenouilles... j'en viens à regretter les rats de Bayreuth moi! Au moins il y avait des situations vraiment impressionnantes (arrivée d'Elsa en martyre, l'ouverture avec le départ de Lohengrin, lors du mariage la noyade d'Elsa dans sa grande robe, tout le final...).

Niveau musical, de très bonnes choses. Jordan un peu brutal niveau cuivres dans l'ouverture, mais globalement bien... Choeur aussi d'ailleurs.
Assez impressionné par la charisme et la voix de Rafal Siwek en Heinrich! ça sonne très bien et très noble. j'aime beaucoup!
Egils Silins offre un Héraut de bonne tenue (mais il aurait pu venir saluer à la fin quand même!).
Tomasz Konieczny offre un Telramund cassant et méchant comme il faut sans être une caricature... manque juste un peu plus d'assurance dans les graves qui sont parfois un peu parlés.
Michaela Schuster c'est impressionnant toute la palette expressive. Susurrant, éclatant de colère, venimeuse à souhait et charismatique. La voix n'est pas très belle... mais quelle expressivité!
Martina Serafin c'est un peu large pour moi je trouve en Elsa et l'aigu est assez difficile. Après la chant est bien mené et surtout il y a une belle implication. Donc ça passe... mais je préfère une Elsa moins lyrique et plus fragile.
Enfin Stuart Skelton. Scéniquement, c'est assez difficile. On ne sait si c'est lui qui joue mal ou la volonté du metteur en scène de le rendre aussi bébête... Vocalement, quelques petites accros sur des aigus piano et un troisième acte un peu fatigué. Mais le chant est superbe, lumineux et héroïque en même temps! Superbe "In fernem Land" plein de nuances. J'aimerai bien le revoir dans une autre production!

Au final un chouette Lohengrin quand même... Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 9 Fév 2017 - 12:32

Polyeucte a écrit:
Vu hier soir... avec distribution B sauf Serafin qui venait de la A...

Je ne sais pas quelles en sont les raisons, mais apparemment les dates annoncées n'ont pas du tout été respectées concernant Telramund et Elsa, ça a été sans arrêt inversé.
J'espère bien entendre Haller comme prévu le 18...
Et Schuster, qui est bien conforme à ce que j'aime chez elle d'après ce que tu en dis!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 9 Fév 2017 - 12:42

Xavier a écrit:
Je ne sais pas quelles en sont les raisons, mais apparemment les dates annoncées n'ont pas du tout été respectées concernant Telramund et Elsa, ça a été sans arrêt inversé.
J'espère bien entendre Haller comme prévu le 18...
Et Schuster, qui est bien conforme à ce que j'aime chez elle d'après ce que tu en dis!

Je voulais aussi entendre Haller plutôt que Serafin (qui ne me passionne pas en général) mais bon...
Pour Telramund et Elsa, je crois que Koch et Serafin ont été pas mal malades... et donc remplacés par la deuxième distribution.

C'est assez surprenant par moments, voir même un peu faux je pense... mais impressionnant tant c'est vécu!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 9 Fév 2017 - 13:04

Polyeucte a écrit:

Pour Telramund et Elsa, je crois que Koch et Serafin ont été pas mal malades... et donc remplacés par la deuxième distribution.

Oui mais là ça a été l'inverse pour Elsa... à se demander s'ils ne font pas un peu ce qu'ils veulent.

EDIT: j'ai dit une bêtise, Serafin était bien prévue depuis le début jusqu'au 8 février.


Dernière édition par Xavier le Jeu 9 Fév 2017 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1112
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 9 Fév 2017 - 14:27

Polyeucte a écrit:
Vu hier soir... avec distribution B sauf Serafin qui venait de la A...

Globalement pas passionné par la mise en scène. Même assez déçu. C'est terne, avec quelques scènes chouettes mais alors ce troisième acte avec marre aux grenouilles... j'en viens à regretter les rats de Bayreuth moi! Au moins il y avait des situations vraiment impressionnantes (arrivée d'Elsa en martyre, l'ouverture avec le départ de Lohengrin, lors du mariage la noyade d'Elsa dans sa grande robe, tout le final...).

Niveau musical, de très bonnes choses. Jordan un peu brutal niveau cuivres dans l'ouverture, mais globalement bien... Choeur aussi d'ailleurs.
Assez impressionné par la charisme et la voix de Rafal Siwek en Heinrich! ça sonne très bien et très noble. j'aime beaucoup!
Egils Silins offre un Héraut de bonne tenue (mais il aurait pu venir saluer à la fin quand même!).
Tomasz Konieczny offre un Telramund cassant et méchant comme il faut sans être une caricature... manque juste un peu plus d'assurance dans les graves qui sont parfois un peu parlés.
Michaela Schuster c'est impressionnant toute la palette expressive. Susurrant, éclatant de colère, venimeuse à souhait et charismatique. La voix n'est pas très belle... mais quelle expressivité!
Martina Serafin c'est un peu large pour moi je trouve en Elsa et l'aigu est assez difficile. Après la chant est bien mené et surtout il y a une belle implication. Donc ça passe... mais je préfère une Elsa moins lyrique et plus fragile.
Enfin Stuart Skelton. Scéniquement, c'est assez difficile. On ne sait si c'est lui qui joue mal ou la volonté du metteur en scène de le rendre aussi bébête... Vocalement, quelques petites accros sur des aigus piano et un troisième acte un peu fatigué. Mais le chant est superbe, lumineux et héroïque en même temps! Superbe "In fernem Land" plein de nuances. J'aimerai bien le revoir dans une autre production!

Au final un chouette Lohengrin quand même... Very Happy

J'y suis retourné hier soir.

Au moins, la MenS n'est pas à côté du sujet, et "terne" n'est pas le qualificatif adéquat: les scènes d'ensemble restent vives, les éclairages sont précis. Peut-être un léger manque de surprise dans les moments musicaux contrastés.
La mare... oui, mais ce bruit des pas dans l'eau dans le silence de cette salle est intriguant.
Les interventions des choeurs sont remarquables, notamment ces hommes en habit, qui vont et viennent.
=>en résumé, bonne MenS et les chanteurs sont bien en place comme acteurs,M.Schuster notamment; S.Skelton accentue trop l'aspect "égaré" de Lohengrin.

Il est toujours difficile d'oublier ce qui a été entendu soit en CD/DVD, soit la 1ère distribution de ce Lohengrin, et de se livrer à des comparaisons (mauvaises?). Je retiens donc la très bonne prestation  de Michaela Schuster en Ortrud.

Les cuivres sont bien présents! La baguette de P.Jordan vibre exactement comme les interventions des tubas!
De ma place, j'ai pu suivre le timbalier: timbale gauche, timbale droite, martèlements fièvreux, martèlements plus amples.

Cette 2ème représentation permet d'être plus attentif à la musique et à l'orchestre. Le SON de R.Wagner est présent en permanence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 9 Fév 2017 - 14:50

charles.ogier a écrit:
Au moins, la MenS n'est pas à côté du sujet, et "terne" n'est pas le qualificatif adéquat: les scènes d'ensemble restent vives, les éclairages sont précis. Peut-être un léger manque de surprise dans les moments musicaux contrastés.
La mare... oui, mais ce bruit des pas dans l'eau dans le silence de cette salle est intriguant.
Les interventions des choeurs sont remarquables, notamment ces hommes en habit, qui vont et viennent.
=>en résumé, bonne MenS et les chanteurs sont bien en place comme acteurs,M.Schuster notamment; S.Skelton accentue trop l'aspect "égaré" de Lohengrin.

Moui... enfin personnellement j'ai trouvé costumes et décors assez sinistres (même lors du mariage!) et en dehors d'Ortrud qui avait un vrai personnage marqué, pas grand chose de saillant. Voir même des choses assez lourdes. On a compris que le piano est un souvenir d'enfance et un refuge!! (d'ailleurs, pourquoi Ortrud se transforme en prof de piano???)
Oui les bruits de l'eau... mais bon.

Citation :
Les cuivres sont bien présents! La baguette de P.Jordan vibre exactement comme les interventions des tubas!
Oui... mais pour moi trop présents dans l'ouverture. ils masquent les cordes par endroits. J'ai un peu eu l'impression de retrouver les cuivres d'avant Jordan... voir ceux de Curentzis!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1112
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 9 Fév 2017 - 19:40

Polyeucte a écrit:
charles.ogier a écrit:
Au moins, la MenS n'est pas à côté du sujet, et "terne" n'est pas le qualificatif adéquat: les scènes d'ensemble restent vives, les éclairages sont précis. Peut-être un léger manque de surprise dans les moments musicaux contrastés.
La mare... oui, mais ce bruit des pas dans l'eau dans le silence de cette salle est intriguant.
Les interventions des choeurs sont remarquables, notamment ces hommes en habit, qui vont et viennent.
=>en résumé, bonne MenS et les chanteurs sont bien en place comme acteurs,M.Schuster notamment; S.Skelton accentue trop l'aspect "égaré" de Lohengrin.

Moui... enfin personnellement j'ai trouvé costumes et décors assez sinistres (même lors du mariage!) et en dehors d'Ortrud qui avait un vrai personnage marqué, pas grand chose de saillant. Voir même des choses assez lourdes. On a compris que le piano est un souvenir d'enfance et un refuge!! (d'ailleurs, pourquoi Ortrud se transforme en prof de piano???)
Oui les bruits de l'eau... mais bon.

Citation :
Les cuivres sont bien présents! La baguette de P.Jordan vibre exactement comme les interventions des tubas!
Oui... mais pour moi trop présents dans l'ouverture. ils masquent les cordes par endroits. J'ai un peu eu l'impression de retrouver les cuivres d'avant Jordan... voir ceux de Curentzis!

Que le décor - cette façade uniforme de bois sombre - soit terne est exact, au sens d'absence de couleur, et seul le costume d'Elsa présente effectivement une vivacité d'un blanc, qui la singularise particulièrement.
La procession et le mariage sont de beaux moments.

Oui, pourquoi et surtout un piano?
Ortrud en professeur d'Elsa, toute jeune fille, pourquoi ne pas y voir domination? car, enfin, Ortrud a conduit Elsa vers son malheur.

Je regrette l'absence de cygne - seul et vrai symbole du merveilleux -, même si la gestion de des apparitions est certainement difficile.

Les cuivres m'ont surtout marqué et surpris à l'acte III, scène III "Heil, König Heinrich", mais ce n'est que du détail.

Lohengrin est un magnifique opéra et la musique/orchestre/alliance des voix sont inoubliables.
Mon fils qui découvrait a ressenti une véritable émotion musicale.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Sam 11 Fév 2017 - 15:14

Avec le recul je trouve de mon coté beaucoup de mérites à cette m e s.
La quasi disparition du cygne permet au spectacle d'éviter un moment impossible à scénariser sauf à sombrer dans la caricature.
Et Guth réalise une direction d'acteurs très fouillée, pas évidente dans une oeuvre aussi longue.
Très supérieur à ce qu'avait fait Carsen dans le meme théâtre, aux rats de Bayreuth ou à la version "Maisons et travaux" de l'Opéra de Bavière....

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stolzing
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 688
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Dim 12 Fév 2017 - 23:12

Représentation du 8 février : sur les chanteurs, je suis entièrement d'accord avec Polyeucte, rien à ajouter. J'ai trouvé l'orchestre de bon niveau, mais en-dessous de mes attentes, ça sonnait un peu brut, moins "beau" que d'habitude avec Jordan - en contrepartie, on a eu nettement plus de vie, ce qui me va très bien. Du coup, une bonne soirée, très bonne à certains moments (scène Elsa/Ortrud, in fernem Land beau et nuancé, etc.)

La mise en scène est quand même un beau ramassis de poncifs : alors ça se passe à l'époque de la création (aaaah), chez les bourgeois (ooooh), et le héros en armure est en fait un anti-héros (iiiiih, les belles écouteuses s'évanouissent). C'est d'ailleurs assez contestable, Lohengrin étant, parmi les héros wagnériens "armés", le moins ambigu et le plus droit dans ses bottes. L'affaire n'échoue pas parce qu'il n'est pas adapté au monde dans lequel il arrive (tout le monde est prêt à le suivre, hors quelques fidèles de Telramund), mais parce qu'Ortrud sait parfaitement jouer des peurs d'Elsa. Bref, l'opéra pourrait se résumer par la phrase qui ouvre Barry Lyndon (le livre) : "since the days of Adam, there has been hardly a mischief done in this world but a woman has been at the bottom of it"... Au final, l'impression que Guth a suivi la directive suprême de tout metteur en scène (tu commenceras pas tordre l'oeuvre pour avoir l'air intelligent et profond) sans beaucoup de conviction ni d'idées. On a vu pire, cela dit, les personnages vivent peu ou prou, mais enfin, c'est faiblard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81916
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 13 Fév 2017 - 0:07

J'y étais aussi le 8. Mon second Lohengrin (la première fois, c'était avec Keith Lewis et Mireille Delunsch, il y a 14 ans, à peu près inégalables, mais Sado et l'ONBA, derrière, n'étaient pas de première finesse).

D'abord, Lohengrin, c'est toujours pareil : au disque j'aime beaucoup, en salle je trouve ça lourd, et les Chœurs de l'Opéra, même s'ils confirment leur lente amélioration sous Basso, restent assez peu gracieux. Ils arrivent maintenant à chanter en nuances douces, mais on n'entend pas le détail (voix trop chargées) et la mise en scène les disperse trop, ils sont tout le temps décalés par rapport à l'orchestre.
C'est très long tout de même, et pour une matière musicale qui n'est pas celle du grands Wagner. Sans m'ennuyer un seul instant, j'ai dans l'ensemble été relativement peu retourné par ce que j'ai entendu.

En plus, bien qu'on s'approche de la fin de série, Jordan, que j'aime assez d'ordinaire, m'a paru assez mou : dans Lohengrin, soit il faut du récitatif bien sec, soit de la grande choucroute ambitieuse façon Karajan, et Jordan fait du récitatif un peu lyrique, pas très nerveux.

J'ai bien aimé la mise en scène, moi : Guth ne va pas au bout de sa proposition, et ça reste avant tout une mise en scène tradi, transposée de façon inoffensive (au XIXe siècle !), mais les délires d'Elsa, les troubles sociaux de Lohengrin sont intéressants, ils comblent assez bien les vides du livret. Ce qui est étrange, c'est qu'ils semblent par moment s'en abstraire, puis les retrouver, un petit manque de cohérence.
Très jolie scène de la chambre auprès de l'étang, ça fonctionne très bien.
[Stolzing a complètement raison sur le fait que c'est tordre le propos de Wagner, mais vu le peu qu'il y a raconter dans cette perspective, je n'en veux pas à Guth.]

Sinon, vocalement, j'attendais peu ou prou la perfection, et ce n'était pas tout à fait le cas.

Edith Haller avait remplacé en janvier Martina Serafin, mais était elle-même souffrante, et sans que la maison ait rien annoncé, c'est Serafin qui chantait hier soir (le site le confirme de façon un peu confuse). Merci Polyeucte de me l'avoir dit, j'ai passé toute la représentation (n'ayant jamais entendu ni l'une ni l'autre en vrai, et m'attendant à ce que Haller ne ressemble pas à ses disques) à croire que j'entendais Haller.
J'ai beaucoup aimé le premier acte (les aigus surtout, émis avec un petit éclat délicieux), et puis la voix s'est éteinte, et tout était assez poussé, pas très joli.

Un peu déçu aussi par Rafał Siwek (l'Oiseleur), qui était très bon, mais chante en allemand plus en arrière qu'en italien (remarquable Sparafucile la saison dernière), avec une technique très… polonaise. Ça lui donne moins de rayonnement, c'est dommage, mais ça reste très beau.

Non, le problème, vraiment, c'était contre toute attente Michaela Schuster. Très appréciée du public pourtant (la plus ovationnée après Skelton), mais la voix ne sortait pas du tout : pas timbrée, pas projetée, fausse dans tous les aigus… elle essayait bien quelques effets de couleur, mais ça ne prenait pas. La chose bizarre, c'est que ça ressemblait à quelqu'un qui a une mauvaise technique et pas à une méforme, alors que même si le timbre n'a jamais beau, elle en impose plutôt par la majesté de sa maîtrise vocale et expressive.
Je ne m'explique pas ce qui s'est passé (comme les autres, je ne l'avais jamais entendue en personne), mais ça finissait par ressembler à Varnay-Cluytens, la projection et la diction en moins.

À l'autre bout du spectre, ébloui par deux autres découvertes qui ne m'avaient jamais ébouriffé au disque.

La voix de Tomasz Konieczny est d'une densité extraordinaire en harmoniques, et il chante légèrement avec le nez, tire ses voyelles vers [eu], s'abandonne complètement à la furie de son personnage… vraiment un Nimsgern en herbe. I love you (en revanche, vu son peu de grave, et son profil de baryton dramatique pas du tout basse, je me demande comment on l'entend au II de Walküre)

Et surtout, Stuart Skelton est la grande révélation : j'aime beaucoup son engagement en retransmission, mais la voix paraît assez sombrée et engorgée… et non, pas du tout. C'est un vrai dramatique, très sombre, mais la voix est complètement projetée, pas du tout assombrie. Il ose des nuances assez incroyables tout au long de la soirée, utilisant la voix mixte, le mécanisme léger… plusieurs fois au bord de la rupture, sans jamais rien rogner de l'intention du phrasé. Une intégrité artistique assez exceptionnelle, et une voix d'un bel impact.
Pour couronner le tout, il parvient à se faire entendre par-dessus les chœurs de l'ONP lancés à pleine puissance – prends ça Kaufmann.
Là où je craignais une autre de ces jolies voix barytonnantes qui ne passent pas bien la rampe, j'ai découvert une grande voix et un grand artiste d'aujourd'hui, assurément.


Au total, je n'ai pas été complètement emporté, à cause de l'œuvre qui n'est pas la densité même, et de l'éloignement de Bastille : même à l'avant du second balcon, on est un peu loin pour être concerné, sauf lorsque l'orchestre joue un premier rôle, comme dans les grands Wagner – l'expérience n'est pas du tout la même à l'étage inférieur ou dans la première moitié du parterre.
Mais artistiquement, considérant ces contraintes structurelles, c'était excellent sur l'essentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 13 Fév 2017 - 1:36

DavidLeMarrec a écrit:

La voix de Tomasz Konieczny est d'une densité extraordinaire en harmoniques, et il chante légèrement avec le nez, tire ses voyelles vers [eu], s'abandonne complètement à la furie de son personnage… vraiment un Nimsgern en herbe. I love you  (en revanche, vu son peu de grave, et son profil de baryton dramatique pas du tout basse, je me demande comment on l'entend au II de Walküre)

J'ai hâte d'entendre ça! Very Happy

Quant à Skelton, tu n'avais pas entendu son Siegmund à Bastille? Déjà remarquable. (et Haller, pas entendue dans le Crépuscule?)

Ce que tu dis de Schuster est effectivement surprenant (hormis le fait que le timbre n'est pas beau, ça on est bien d'accord), j'espère que c'était une méforme et avoir une bonne surprise pour la dernière.
Sinon Herlitzius était vraiment impressionnante en janvier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 13 Fév 2017 - 2:07

DavidLeMarrec a écrit:

Edith Haller avait remplacé en janvier Martina Serafin, mais était elle-même souffrante, et sans que la maison ait rien annoncé, c'est Serafin qui chantait hier soir (le site le confirme de façon un peu confuse). Merci Polyeucte de me l'avoir dit, j'ai passé toute la représentation (n'ayant jamais entendu ni l'une ni l'autre en vrai, et m'attendant à ce que Haller ne ressemble pas à ses disques) à croire que j'entendais Haller.

Hier soir, le 11?
D'après le site de l'ONP, c'est bien Haller qui chantait le 11 (et c'est bien ce que je lis aussi ailleurs), et Serafin en effet le 8.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81916
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 13 Fév 2017 - 11:35

J'ai écrit l'essentiel du texte jeudi ; j'ai amendé la plupart des références à la veille, mais pas celle-ci en effet. Smile

Skelton, non, jamais entendu : j'ai eu (les échos de) Robert Dean Smith lorsque j'y suis allé. Et pas fait le Crépuscule, après être sorti mitigé de Siegfried – surtout sur la mise en scène et l'économie de l'œuvre elle-même… pas eu très envie d'enchaîner un mois plus tard avec le Crépuscule, malgré Dalayman et König (que j'avais adoré en Daland en… 2002 !).


Xavier a écrit:
Ce que tu dis de Schuster est effectivement surprenant (hormis le fait que le timbre n'est pas beau, ça on est bien d'accord),

Le timbre n'est pas séduisant, mais c'est d'ordinaire techniquement très maîtrisé… mercredi, la voix ne sortait tout simplement pas, elle n'attrapait pas la résonance standard d'un chanteur d'opéra, ça restait plat, et elle poussait pour faire ce qu'elle pouvait (et pas toujours juste, dès que ça montait). Très surpris, parce que jusqu'ici, je l'ai toujours trouvé très grande musicienne.


Citation :
Sinon Herlitzius était vraiment impressionnante en janvier.

C'était la raison principale pour laquelle je voulais aussi voir la distribution de janvier, surtout qu'elle est déjà en déclin – ça fait plusieurs années que sa voix n'a plus le même moelleux, même si le timbre et l'artiste restent extraordinaire. Dans cinq ans, je ne verrai peut-être plus vraiment la grande Herlitzius lorsqu'elle repassera à l'ONP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1112
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 13 Fév 2017 - 21:50

Stolzing a écrit:
Représentation du 8 février :

La mise en scène est quand même un beau ramassis de poncifs : alors ça se passe à l'époque de la création (aaaah), chez les bourgeois (ooooh), et le héros en armure est en fait un anti-héros (iiiiih, les belles écouteuses s'évanouissent).
On a vu pire, cela dit, les personnages vivent peu ou prou, mais enfin, c'est faiblard.

. comment savoir si ceci se passe à l'époque de la création?, soit 1850. Les costumes, et c'est tout, soit très peu pour dater la MenS.
. je n'ai jamais vu de bourgeois habillés de cette façon!! Le roi Henri l'oiseleur n'a pas vraiment l'allure d'un bourgeois, surtout R.Pape.
. anti-héros: peut-être dans son comportement physique que S.Skelton accentue beaucoup trop, ce que ne faisait pas J.Kaufman, mais la force d'âme de Lohengrin reste perceptible (personne ne s'est évanoui au 1er balcon!).
Bon,... après, les conventions.... .

DavidLeMarrec a écrit:


D'abord, Lohengrin, c'est toujours pareil : au disque j'aime beaucoup, en salle je trouve ça lourd, et les Chœurs de l'Opéra, même s'ils confirment leur lente amélioration sous Basso, restent assez peu gracieux. Ils arrivent maintenant à chanter en nuances douces, mais on n'entend pas le détail (voix trop chargées) et la mise en scène les disperse trop, ils sont tout le temps décalés par rapport à l'orchestre.
C'est très long tout de même, et pour une matière musicale qui n'est pas celle du grands Wagner. Sans m'ennuyer un seul instant, j'ai dans l'ensemble été relativement peu retourné par ce que j'ai entendu.

En plus, bien qu'on s'approche de la fin de série, Jordan, que j'aime assez d'ordinaire, m'a paru assez mou : dans Lohengrin, soit il faut du récitatif bien sec, soit de la grande choucroute ambitieuse façon Karajan, et Jordan fait du récitatif un peu lyrique, pas très nerveux.

J'ai bien aimé la mise en scène, moi : Guth ne va pas au bout de sa proposition, et ça reste avant tout une mise en scène tradi, transposée de façon inoffensive (au XIXe siècle !), mais les délires d'Elsa, les troubles sociaux de Lohengrin sont intéressants, ils comblent assez bien les vides du livret.  Ce qui est étrange, c'est qu'ils semblent par moment s'en abstraire, puis les retrouver, un petit manque de cohérence.
Très jolie scène de la chambre auprès de l'étang, ça fonctionne très bien.
[Stolzing a complètement raison sur le fait que c'est tordre le propos de Wagner, mais vu le peu qu'il y a raconter dans cette perspective, je n'en veux pas à Guth.]

Sinon, vocalement, j'attendais peu ou prou la perfection, et ce n'était pas tout à fait le cas.

Edith Haller avait remplacé en janvier Martina Serafin, mais était elle-même souffrante, et sans que la maison ait rien annoncé, c'est Serafin qui chantait hier soir (le site le confirme de façon un peu confuse). Merci Polyeucte de me l'avoir dit, j'ai passé toute la représentation (n'ayant jamais entendu ni l'une ni l'autre en vrai, et m'attendant à ce que Haller ne ressemble pas à ses disques) à croire que j'entendais Haller.
J'ai beaucoup aimé le premier acte (les aigus surtout, émis avec un petit éclat délicieux), et puis la voix s'est éteinte, et tout était assez poussé, pas très joli.

Un peu déçu aussi par Rafał Siwek (l'Oiseleur), qui était très bon, mais chante en allemand plus en arrière qu'en italien (remarquable Sparafucile la saison dernière), avec une technique très… polonaise. Ça lui donne moins de rayonnement, c'est dommage, mais ça reste très beau.

Non, le problème, vraiment, c'était contre toute attente Michaela Schuster. Très appréciée du public pourtant (la plus ovationnée après Skelton), mais la voix ne sortait pas du tout : pas timbrée, pas projetée, fausse dans tous les aigus… elle essayait bien quelques effets de couleur, mais ça ne prenait pas. La chose bizarre, c'est que ça ressemblait à quelqu'un qui a une mauvaise technique et pas à une méforme, alors que même si le timbre n'a jamais beau, elle en impose plutôt par la majesté de sa maîtrise vocale et expressive.
Je ne m'explique pas ce qui s'est passé (comme les autres, je ne l'avais jamais entendue en personne), mais ça finissait par ressembler à Varnay-Cluytens, la projection et la diction en moins.

À l'autre bout du spectre, ébloui par deux autres découvertes qui ne m'avaient jamais ébouriffé au disque.

La voix de Tomasz Konieczny est d'une densité extraordinaire en harmoniques, et il chante légèrement avec le nez, tire ses voyelles vers [eu], s'abandonne complètement à la furie de son personnage… vraiment un Nimsgern en herbe. I love you  (en revanche, vu son peu de grave, et son profil de baryton dramatique pas du tout basse, je me demande comment on l'entend au II de Walküre)

Et surtout, Stuart Skelton est la grande révélation : j'aime beaucoup son engagement en retransmission, mais la voix paraît assez sombrée et engorgée… et non, pas du tout. C'est un vrai dramatique, très sombre, mais la voix est complètement projetée, pas du tout assombrie. Il ose des nuances assez incroyables tout au long de la soirée, utilisant la voix mixte, le mécanisme léger… plusieurs fois au bord de la rupture, sans jamais rien rogner de l'intention du phrasé. Une intégrité artistique assez exceptionnelle, et une voix d'un bel impact.
Pour couronner le tout, il parvient à se faire entendre par-dessus les chœurs de l'ONP lancés à pleine puissance – prends ça Kaufmann.
Là où je craignais une autre de ces jolies voix barytonnantes qui ne passent pas bien la rampe, j'ai découvert une grande voix et un grand artiste d'aujourd'hui, assurément.


Au total, je n'ai pas été complètement emporté, à cause de l'œuvre qui n'est pas la densité même, et de l'éloignement de Bastille : même à l'avant du second balcon, on est un peu loin pour être concerné, sauf lorsque l'orchestre joue un premier rôle, comme dans les grands Wagner – l'expérience n'est pas du tout la même à l'étage inférieur ou dans la première moitié du parterre.
Mais artistiquement, considérant ces contraintes structurelles, c'était excellent sur l'essentiel.

Les choeurs ne sont pas aussi disgracieux. Nous ne sommes pas à l'écoute des choeurs d'un régiment de marche, qui se recalent comme ils peuvent sur la grosse caisse!

Je ne pensais pas que le placement puisse posséder autant d'importance. Pour la représentation du 21 janvier, j'étais placé au rang 29 du parterre, et J.Kaufman a eu du mal à parvenir jusqu'à moi,et le 8 février, j'ai pu me replacer au 2ème rang du 1er balcon côté droit en regardant la scène, tout est plus clair, plus audible, plus net.
M.Schuster : je fais donc partie de ce public qui l'a appréciée. Elle était plus audible en bien qu'E.Herlitzius et plus présente scéniquement.
T. Konieczny: nous avons dû attendre un bon moment que la voix se chauffe.
S.Skelton: j'ai surtout retenu la clarté de la voix


Je reste sur mon appréciation: Lohengrin est une réussite remarquable, et deux représentations ne sont pas de trop.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 20 Fév 2017 - 1:42

J'y suis donc retourné pour la dernière, ce qui fait que j'ai eu la chance d'entendre l'intégralité des deux casts prévus.
De plus cela m'a permis de cerner davantage la mise en scène et d'y voir des détails supplémentaires.
Placé au 1er balcon, j'ai pu me replacer dans les premiers rangs, ce qui était très très bien. Smile

Dans l'ensemble, tout le monde m'a convaincu: Haller beaucoup plus lumineuse que Serafin, j'ai envie de dire beaucoup plus Elsa en fait, c'était vraiment parfait pour moi, avec une fatigue notable au III où elle a stoppé un aigü qui était vraiment raté, puis un dernier aigü a été assuré de façon très stridente, mais sinon une Elsa fraîche, lumineuse.
Skelton magnifique de nuances, même s'il semblait parfois prendre trop de risques, là aussi la fatigue s'est fait sentir au III où plusieurs notes attaquées peut-être trop doucement sortaient mal au démarrage, et certains aigüs commençaient sérieusement à plafonner.
Je l'avais encore davantage aimé en Siegmund, viril, puissant; ici on sentait une certaine fragilité.
Kaufmann avait trébuché et failli tomber du ponton après In fernem land en marchant en arrière, Skelton ne s'est pas embêté avec ça, il s'est retourné et à marché à l'endroit!
Konieczny effectivement très métallique, ce qui est un peu disgracieux au disque est très efficace en salle, en effet il ne sonne pas du tout baryton-basse, mais vrai baryton.
Schuster m'a scotché par moments, on l'entendait parfaitement jusque dans ses susurrements, une grande palette expressive, comme je l'aime d'habitude.
Pas du tout comme ce qu'a décrit David pour une représentation précédente, ça devait donc être une méforme passagère.
Siwek remarquable, peut-être plus investi que Pape.

Le 3è acte s'est déroulé dans des conditions particulières, puisque juste à la fin de l'entracte, un spectateur a fait un arrêt cardiaque au parterre, les spectateurs autour ont tenté des massages cardiaques avant l'arrivée des secours qui a un peu tardé, en partant sur le brancard le malheureux a bougé le bras, rassurant l'ensemble de la salle qui a applaudi... Du coup le 3è acte a débuté à 23h, dans une atmosphère particulière...
Jamais vu ça pour ma part, c'était très spectaculaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1112
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 20 Fév 2017 - 21:16

Xavier a écrit:
J'y suis donc retourné pour la dernière, ce qui fait que j'ai eu la chance d'entendre l'intégralité des deux casts prévus.
De plus cela m'a permis de cerner davantage la mise en scène et d'y voir des détails supplémentaires.
Placé au 1er balcon, j'ai pu me replacer dans les premiers rangs, ce qui était très très bien.  Smile

Schuster m'a scotché par moments, on l'entendait parfaitement jusque dans ses susurrements, une grande palette expressive, comme je l'aime d'habitude.
Pas du tout comme ce qu'a décrit David pour une représentation précédente, ça devait donc être une méforme passagère.
Siwek remarquable, peut-être plus investi que Pape.


Placé au 1er balcon, j'ai pu me replacer dans les premiers rangs, ce qui était très très bien.
Et oui
* l'écoute en est vraiment changée: le son monte.
* la vue sur l'orchestre permet de participer plus pleinement - que ne suis-je dans la fosse!-
Bref, le 1er bacon est plus propice que le parterre.

Schuster m'a scotché par moments, on l'entendait parfaitement jusque dans ses susurrements, une grande palette expressive, comme je l'aime d'habitude.

Même impression pour moi le 8 février
Pas du tout comme ce qu'a décrit David pour une représentation précédente, ça devait donc être une méforme passagère.
Le bagage musical de DLM le rend certainement plus exigeant que mon petit ballot.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Lun 20 Fév 2017 - 21:36

charles.ogier a écrit:
Xavier a écrit:
J'y suis donc retourné pour la dernière, ce qui fait que j'ai eu la chance d'entendre l'intégralité des deux casts prévus.
De plus cela m'a permis de cerner davantage la mise en scène et d'y voir des détails supplémentaires.
Placé au 1er balcon, j'ai pu me replacer dans les premiers rangs, ce qui était très très bien.  Smile

Schuster m'a scotché par moments, on l'entendait parfaitement jusque dans ses susurrements, une grande palette expressive, comme je l'aime d'habitude.
Pas du tout comme ce qu'a décrit David pour une représentation précédente, ça devait donc être une méforme passagère.
Siwek remarquable, peut-être plus investi que Pape.


Placé au 1er balcon, j'ai pu me replacer dans les premiers rangs, ce qui était très très bien.
Et oui
* l'écoute en est vraiment changée: le son monte.
* la vue sur l'orchestre permet de participer plus pleinement - que ne suis-je dans la fosse!-
Bref, le 1er bacon est plus propice que le parterre.

Ca c'est certain, et surtout ce qu'on a déjà dit plus haut sur l'acoustique pour l'orchestre; on l'entend vraiment mal au parterre.
Après, je ne vois pas de grosse différence acoustique entre le 1er et le 2è balcon, c'est surtout pour le visuel qu'il est plus chouette d'être au premier balcon. (sauf si on est dans le fond évidemment)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mar 21 Fév 2017 - 23:25

J'y suis allé pour la dernière.
Ce n'était pas complet. En faisant la queue 1h30 (ce qui reste raisonnable) j'ai pu avoir pour 35 euros une place au 1er rang du parterre, plein axe, 2 sièges à gauche de Jordan. Tout simplement extraordinaire !
Moi qui suis habitué au 2e balcon, c'était fabuleux de voir les chanteurs, les décors et le chef d'aussi près. On en vient même à ne plus savoir où donner de la tête !
Alors forcément, c'est la perfection pour les voix, à peine moins pour l'orchestre (le 1er rang du 1er balcon, déjà testé, est vraiment le must) mais on est tellement près que l'impact est énorme.
Un peu gênant pour lire les sous-titres en revanche : il faut lever complètement la tête. J'ai eu l'impression que les 2 écrans de côté ne fonctionnaient pas.

Sinon, d'accord en tous points avec le CR de Xavier.

Triomphe pour Jordan à l'applaudimètre final, loin devant les chanteurs.
Ca me parait justifié car l'orchestre était bouillant ce soir-là, comme je ne l'avais jamais entendu.
Il y a eu visiblement une nette amélioration tout au long des représentations.
Pourtant, quand on jette un coup d'oeil à la fosse, on a l'impression que certains musiciens se moquent complètement de la partition. Le contrebassiste solo (un jeune homme chauve) est une vraie pipelette, il parle tout le temps à ses collègues, parfois même lorsqu'il joue !! Idem à l'autre bout pour 1 ou 2 cors dissipé. Mais la prestation était telle que c'était finalement assez amusant.
Jordan était vraiment déchainé, on l'entendait rugir assez souvent.

Très ému par le chant de Haller, d'une pureté incroyable, lumineuse, bref idéale.
Skelton jouait très bien le héros-malgré-lui, apeuré et accablé par sa charge, peut-être même un peu trop, ça donnait en tout cas un sacré contraste avec son physique massif. Chant assez fatigué vers la fin, avec un In fernem Land magnifique bien qu'au bord de la rupture.
Impressionné par le coffre de Konieczny, à peine moins par Schuster (mais ça restait très très bien).
Très solide Siwel et Silins (ce dernier n'est pas venu saluer à la fin).

Bref, une superbe soirée. Ca a failli tourner au drame avec ce malaise d'un spectateur juste avant le 3e acte.
J'avais déjà vu une évacuation sur brancard pendant une oeuvre (Enigma à Strasbourg) mais ça c'était passé relativement discrètement.
Là c'était terrifiant, on a vraiment cru qu'il allait y passer ! Les pompiers de salle ont mis une éternité à arriver.
Heureusement, mes voisins qui ont assisté de très près à la scène m'ont dit qu'il y avait 3 cardiologues à proximité dans le public qui se sont occupés de lui en urgence. Quelque part, ce pauvre monsieur a eu de la chance dans son malheur...
Le spectacle a repris au bout d'une longue demi-heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81916
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mar 21 Fév 2017 - 23:52

tomseche89 a écrit:
Heureusement, mes voisins qui ont assisté de très près à la scène m'ont dit qu'il y avait 3 cardiologues à proximité dans le public

C'est vrai, vu les tarifs du parterre, ce doit être la plus forte concentration en professeurs, chefs de service et directeurs de clinique au monde… Smile

Les cadres exécutifs de multinationales et les personnalités politiques auraient évidemment été d'une aide moins considérable en la circonstance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3724
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 16:08

DavidLeMarrec a écrit:
Les cadres exécutifs de multinationales et les personnalités politiques auraient évidemment été d'une aide moins considérable en la circonstance.
Peu de risques: c'était quand même Lohengrin, pas Bartoli ni Adele.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 16:20

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Les cadres exécutifs de multinationales et les personnalités politiques auraient évidemment été d'une aide moins considérable en la circonstance.
Peu de risques: c'était quand même Lohengrin, pas Bartoli ni Adele.

hehe

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 17:48

Cololi a écrit:
Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Les cadres exécutifs de multinationales et les personnalités politiques auraient évidemment été d'une aide moins considérable en la circonstance.
Peu de risques: c'était quand même Lohengrin, pas Bartoli ni Adele.

hehe

Délectable sectarisme : bien entendu la "véritable" culture est l'apanage de quelques intellos....

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
m.gruber
Mélomane averti


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 30/04/2015

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 17:53

Le camp du bien, les purs, toussa toussa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3724
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 19:13

Montfort a écrit:
Délectable sectarisme : bien entendu la "véritable" culture est l'apanage de quelques intellos....
Montfort
m.gruber a écrit:
Le camp du bien, les purs, toussa toussa

Tout au plus un constat un peu amusé (et d'expérience) quant au profilage socio-professionnel des goûts musicaux au sein de la grande bourgeoisie parisienne: parmi ce que j'en connais, Wagner, c'est en effet très typé professions libérales (pontes de la médecine et ténors du barreau), état-major des armées et HSP; alors qu'aux récitals de Bartoli, le parterre du TCE est nettement plus looké conseil d'administration du CAC-40.

Après, dire que parmi ces sous-groupes de la grande bourgeoisie parisienne, ceux-ci seraient des purs, des intellos, des membres émérites du camp du bien, et pas ceux-là, c'est un choix d'interprétation, Messieurs, qui n'engage que vous: moi, je n'ai rien écrit de tel; au demeurant, j'adore Wagner et j'aime bien Bartoli (et même beaucoup lorsqu'elle exhume des Salieri ou des Steffani rares). «Sectarisme» n'étant jamais que le nom qu'on donne aux a prioris que l'on prête aux autres... (En revanche, je confesse que mes réseaux amicaux me portent davantage du côté de la rue Saint-Dominique ou du boulevard du Palais que du parvis de la Défense ou du faubourg Saint-Honoré).

Quant aux personnalités politiques d'aujourd'hui, on m'accordera, je pense, que, quand bien même aimeraient-elles autre chose que du rock, du rap ou de la variété, leur propension à la démagogie et leurs conseillers en com' feraient en sorte que cela ne s'ébruite pas trop: à ma connaissance, Mme Bachelot n'a fait son coming-out de mélomane qu'après avoir quitté la vie politique. (D'ailleurs, si j'ai cité Adele, c'est que la phrase de David m'a rappelé une image du candidat Hollande se faisant filmer à un concert de cette chanteuse.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1112
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 20:33

Benedictus a écrit:
Montfort a écrit:
Délectable sectarisme : bien entendu la "véritable" culture est l'apanage de quelques intellos....
Montfort
m.gruber a écrit:
Le camp du bien, les purs, toussa toussa

Tout au plus un constat un peu amusé (et d'expérience) quant au profilage socio-professionnel des goûts musicaux au sein de la grande bourgeoisie parisienne: parmi ce que j'en connais, Wagner, c'est en effet très typé professions libérales (pontes de la médecine et ténors du barreau), état-major des armées et HSP; alors qu'aux récitals de Bartoli, le parterre du TCE est nettement plus looké conseil d'administration du CAC-40.

Après, dire que parmi ces sous-groupes de la grande bourgeoisie parisienne, ceux-ci seraient des purs, des intellos, des membres émérites du camp du bien, et pas ceux-là, c'est un choix d'interprétation, Messieurs, qui n'engage que vous: moi, je n'ai rien écrit de tel; au demeurant, j'adore Wagner et j'aime bien Bartoli (et même beaucoup lorsqu'elle exhume des Salieri ou des Steffani rares). «Sectarisme» n'étant jamais que le nom qu'on donne aux a prioris que l'on prête aux autres... (En revanche, je confesse que mes réseaux amicaux me portent davantage du côté de la rue Saint-Dominique ou du boulevard du Palais que du parvis de la Défense ou du faubourg Saint-Honoré).

Quant aux personnalités politiques d'aujourd'hui, on m'accordera, je pense, que, quand bien même aimeraient-elles autre chose que du rock, du rap ou de la variété, leur propension à la démagogie et leurs conseillers en com' feraient en sorte que cela ne s'ébruite pas trop: à ma connaissance, Mme Bachelot n'a fait son coming-out de mélomane qu'après avoir quitté la vie politique. (D'ailleurs, si j'ai cité Adele, c'est que la phrase de David m'a rappelé une image du candidat Hollande se faisant filmer à un concert de cette chanteuse.)

Quel dommage que votre intervention, Benedictus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3724
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 20:45

En effet: je vous demande pardon pour ce HS trollesque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1112
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Mer 22 Fév 2017 - 21:59

Benedictus a écrit:
En effet: je vous demande pardon pour ce HS trollesque.

C'est trop, Benedictus. kiss

Mais, votre observation est intéressante: quelle est donc la composition sociologique du public des principales salles de spectacles musicaux?
Et celle des participants de Classik? de mémoire, DLM avait émis une hypothèse, mais où?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   Jeu 23 Fév 2017 - 9:01


Mon commentaire, à la fois trollesque et humoristique, a été mal compris : j'ignore si il existe une source documentaire fiable permettant de d’identifier les catégories CSP des spectateurs de l'ONP - mais pour fréquenter assidûment cette institution, sur le simple ressenti visuel aux entractes, je doute que la catégorie des cadres supérieurs des multinationales constitue une fraction significative des spectateurs - quant aux politiques, leur dédain pour la chose musicale est proverbial : on voit Sarkozy dans les loges du Parc des Princes, pas de l'ONP, où à ma connaissance Hollande n'a jamais mis les pieds - je me demande aussi si nos récent(e)s ministres de la culture y sont jamais allé(e)s ?
Reste le fameux "rang 15" du parterre, qui autorise un peu de voyeurisme "pipole".
Peut etre que les personnes auxquels David faisait référence sont surtout visibles aux soirées de l'AROP.

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lohengrin Jordan Guth - ONP janvier - février
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [scan FR] Trinity star hors série n°5 janvier/février 2012
» Sorties cd & dvd - janvier/février 2013
» Guitare Sèche janvier-février 2011
» Giulio Cesare-Palais Garnier (janvier-février 2011)
» La Khovantchina - Bastille janvier - février 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: