Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Mar 31 Jan 2017 - 1:21

Mercredi et jeudi soirs, à 20h30, grande salle Pierre Boulez

Harrison Birtwistle
Earth dances (création française)

Johannes Brahms
Concerto pour piano n° 1

Orchestre de Paris
Daniel Harding, direction
Paul Lewis, piano

Je crois que je n'ai jamais entendu de Birtwistle, ou alors juste une fois en passant... et surtout, je n'ai encore jamais entendu le 1er concerto de Brahms, mon préféré.
Ca n'a pas l'air très rempli pour l'instant. (c'est juste une impression ou bien le remplissage commence vraiment à s'essouffler? Bon, en revanche, les deux concerts suivants de l'orchestre de Paris sont complets...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81489
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Mer 1 Fév 2017 - 18:43

Xavier a écrit:
Je crois que je n'ai jamais entendu de Birtwistle, ou alors juste une fois en passant...

Du moderne atonal bon teint : ça s'écoute sans difficulté, sans que rien ait jamais retenu mon attention non plus. En l'occurrence, les Earth Dances se revendiquent comme un Sacre du XXIe siècle, et de fait, ça ressemble à un sous-sous-Sacre – donc c'est agréable, mais je n'y entends vraiment rien de neuf, et c'est beaucoup moins spectaculaire que le Sacre, au disque en tout cas.

A priori pas spécialement ton genre de musique, mais je suis curieux de tes impressions physiques en salle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 0:32

1er concerto de Brahms d'assez bonne tenue globalement, Lewis très propre et classique, manquant un peu de puissance et d'urgence.
L'orchestre a mis un peu de temps à se déployer, ça allait de mieux en mieux ensuite, bien fouetté par Harding.

Dans les Earth Dances, j'ai décroché au bout de 3 minutes. J'ai eu l'impression d'entendre la même chose avec Widmann mercredi dernier... et encore la même chose avec Dufour en novembre... et encore la même chose avec Escaich...
Dommage que le chef (ou quelqu'un d'autre) ne prenne jamais la peine de venir expliquer les oeuvres contemporaines sur scène. Ca prendrait 5 minutes, ce qui n'est pas la mer à boire.
Enrique Mazzola est le seul à le faire avec l'ONDIF, et ça marche très bien. Parfois, son petit speech dure plus longtemps que le morceau ! Mais c'est sympa et ça peut motiver le public à s'impliquer davantage dans l'oeuvre. De mon côté, je l'ai subie !

Étonnamment, beaucoup de moins de tousseurs que d'habitude !
Salle pas pleine du tout, 2e balcon parterre bien remplis, mais des rangées entières vides au 1er balcon latéral et à l'arrière scène.
C'est finalement tout à fait correct au vu de l'affiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 0:58

Oui, et on pouvait se replacer au 1er balcon pair courbe surtout, au plus près de l'orchestre, mais sans rien louper du piano. Very Happy

Très heureux de ce concert pour ma part.

J'ai failli me lasser pendant Birtwistle au bout de 10 minutes, et puis mon intérêt est revenu même s'il a baissé de temps à autre. Au final j'ai passé un assez bon moment.
C'est assez bruyant, mais sinon je ne vois pas le rapport avec le Sacre je dois dire.
Je vois plus de points communs avec certains Messiaen et certains Boulez, d'assez loin ceci dit.
Pas vraiment de discours, des sonorités parfois étonnantes, honnêtement c'est vrai que le visuel aidait à ne pas décrocher, mais personnellement, dans cette salle, un orchestre de haut niveau pourrait jouer à peu près n'importe quoi, je ne m'ennuierais pas, aux meilleures places.
Ce n'était pas moche, mais je ne réécouterai sans doute pas... (je dois dire que je vois mal comment on peut voir un rapport avec Escaich... tu fais référence à quelle oeuvre?)

Pour moi le concerto de Brahms était vraiment très bon, Lewis très propre en effet mais je n'ai pas trouvé de manque de puissance ou d'engagement. C'est vraiment du beau piano, le 2è mouvement était une magnifique confidence.
Prestation orchestrale de haut niveau aussi, c'était majestueux, mais aussi assez vif avec suffisamment de mordant, ainsi que de poésie notamment dans le 2è mouvement.
Pour un 1er concerto n°1 de Brahms en concert, j'ai été plus que satisfait. Smile
Assez peu de tousseurs, c'est vrai, mais quelques dormeurs!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 1:29

Xavier a écrit:
Oui, et on pouvait se replacer au 1er balcon pair courbe surtout, au plus près de l'orchestre, mais sans rien louper du piano. Very Happy
Pour un 1er concerto n°1 de Brahms en concert, j'ai été plus que satisfait. Smile

Ah c'est marrant, ça doit être le concerto que j'ai le plus entendu en concert, une dizaine de fois !
Grand souvenir avec K. Zimerman (malgré l'accompagnement trop sage de Concertgebouw/Jansons), Angelich (OP/Järvi), Buchbinder (OP/Mehta la saison dernière) et tout récemment Helmchen avec un Krivine déchaîné à la tête de la Chambre Philharmonique.
Lewis très bien aussi ce soir, je suis d'accord.
Harding aussi mais je préfère les directions plus agressives dans ce concerto, comme celles de Krivine ou de Järvi qui m'avaient vraiment comblées.

Je me suis aussi replacé à l'entracte au 1er balcon latéral légèrement sur-élevé, nous ne devions pas être loin !
C'est vrai que ce sont de très très bonnes places. A peine trop loin des violons peut-être (j'avais une impression de manque de puissance au début du concerto, qui s'est vite gommée par la suite).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 1:38

tomseche89 a écrit:

Ah c'est marrant, ça doit être le concerto que j'ai le plus entendu en concert, une dizaine de fois !

Oui, ce sont des coïncidences d'agenda qui font que j'étais toujours passé à côté, comme la 6è de Mahler. (même si le 1er concerto me semble quand même un peu moins joué que le 2è, joué au moins 4 fois par an à la Philharmonie!)

Mais vu ton âge, je me dis que tu dois aller au concert encore plus souvent que moi pour l'avoir entendu 10 fois!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5011
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 11:28

La comparaison des Earth Dances avec le Sacre me laisse assez perplexe aussi : exceptés quelques séquences beaucoup trop brèves – la plus importante étant vers la fin –, je trouve que Birtwistle ne laisse jamais rien s'installer durablement (ça zappe continuellement dans tous les sens, et même s'il y a une cohérence organique sous-jacente, la saisir demande une concentration maximale : pour un novice, je ne vois pas comment ça peut ne pas être constamment frustrant, et par conséquent chiant ennuyeux, d'autant qu'à part l'effet purement sensoriel des timbres et de la masse orchestrale il n'y a rien de spontanément séduisant), alors que dans le Sacre chaque élément mélodique, harmonique et surtout rythmique est exploité de manière franchement obsessionnelle, poussé à la limite de son potentiel d'impact de la façon la plus directe et simple possible.

Bref, pour ceux qui ont peur du "Contemporain", ne commencez surtout pas par ça car c'est considérablement plus difficile que du Boulez (orchestral).

Pour le concerto de Brahms, j'ai trouvé le jeu de Lewis intéressant et sans vrai défaut, même si j'aurais aimé qu'il se déboutonne un peu plus dans les passages les plus lyriques du premier mouvement (j'ai trouvé un peu frustrante sa façon de foncer tête baissée sur certaines harmonies). Si je devais formuler une critique d'ensemble, c'était à la fois un peu trop "rond" (devrais dire trop "anglais" ? Mr.Red ) dans l'expression et un peu trop rectiligne dans le discours — mais comme en même temps ça apportait un éclairage original à cette œuvre archi-connue... bon. Pas vraiment emballé, mais plutôt content quand même.
Non pour moi le problème vient surtout de l'œuvre Neutral , et en l'occurrence je n'ai pas changé d'avis depuis que je la connais : le premier mouvement est pour moi un chef-d'œuvre, mais je trouve le rondo final mal foutu (en particulier cette fugue qui débarque comme un cheveu sur la soupe, et la cadence du piano qui n'a rien à faire là non plus...), et surtout l'Adagio complètement décousu et loupé – ce qui est malheureusement le cas de beaucoup de mouvements lents de Brahms.
Enfin, heureusement il y a ce fabuleux premier mouvement qui suffit à me donner envie d'entendre le tout, ce qui n'est pas le cas avec le second Concerto...


Dernière édition par Golisande le Jeu 2 Fév 2017 - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16119
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 12:17

Je ne pense pas que cette œuvre « se revendique » comme un Sacre contemporain (encore moins du XXIe siècle vu la date) ; c’est une comparaison qu’on lit souvent, mais je ne crois pas qu’elle vienne de Birtwistle lui-même. Je crois que c’est surtout dû à la présence de rythmes marqués mais irréguliers, ainsi qu’au sujet... et sans doute le titre (c’est assez superficiel comme analyse, somme toute). Qu’il y ait chez lui une lointaine influence de Stravinky, en particulier dans les œuvres à la violence tribale, c’est probable, mais bon, pas forcément beaucoup plus que chez un peu tout le monde à mon avis. Il ne faut pas y chercher trop d’éléments de langage musical, en tout cas.
Ensuite, « considérablement plus difficile que Boulez », je pense encore une fois que c’est extrêmement variable... et que beaucoup pourraient dire exactement le contraire (peut-être avec un fond conditionné de « Boulez doit forcément être incompréhensible », certes).
En ce qui me concerne je n’aime pas trop cette œuvre... un peu pour les mêmes raisons qui font que je n’aime pas tellement Lutosławski par exemple (même si ça ne ressemble pas du tout). C’est l’arsenal contemporain (une part fort réduite, en plus) utilisé pour faire du bruit plutôt que pour la subtilité de l’expression...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5011
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 12:31

J'ai cité Boulez précisément parce que pour les profanes il est un peu le "Mozart" du contemporain – et que sa figure cristallise tout ce que l'idée de Musique-Contemporaine véhicule dans l'imaginaire commun –, or il se trouve que je n'ai pas le souvenir de m'être jamais ennuyé en écoutant du Boulez en concert, ce qui en revanche a été globalement plutôt le cas avec Birtwistle (et pourtant j'avais déjà écouté l'œuvre au disque, deux fois seulement il est vrai, mais en m'ennuyant à peine un peu plus qu'hier soir).

Concernant la comparaison avec le Sacre, je n'ai jamais pensé qu'elle vienne du compositeur, mais le fait même qu'elle soit si souvent faite par les commentateurs m'intrigue tant ces deux œuvres sont éloignées (rythmes marqués irréguliers, d'accord, mais il me semble que c'est un procédé assez fréquent)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16119
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 12:39

Golisande a écrit:
J'ai cité Boulez précisément parce que pour les profanes il est un peu le "Mozart" du contemporain – et que sa figure cristallise tout ce que l'idée de Musique-Contemporaine véhicule dans l'imaginaire commun –, mais aussi parce que je n'ai pas le souvenir de m'être jamais ennuyé en écoutant du Boulez en concert, ce qui en revanche a été globalement plutôt le cas avec Birtwistle (et pourtant j'avais déjà écouté l'œuvre au disque, deux fois seulement il est vrai, mais en m'ennuyant à peine un peu plus qu'hier soir).

Bien sûr, bien sûr, je précisais seulement que c’est très variable... Autrement dit, que certains allergiques à Boulez y trouvent leur compte.

Golisande a écrit:
Concernant la comparaison avec le Sacre, je n'ai jamais pensé qu'elle vienne du compositeur,

Non, mais David bien (c’est à son message que je faisais référence).
Si ça revient souvent, c’est sans doute que quelqu’un l’a dit, et comme ça semblait pertinent (le titre), à peu près tout le monde l’a répété. Cela dit, la comparaison, c’est moins « ça ressemble » que « c’est un peu le même esprit (extra-musical, si on veut) », je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Jeu 2 Fév 2017 - 14:46

Golisande a écrit:

Non pour moi le problème vient surtout de l'œuvre Neutral , et en l'occurrence je n'ai pas changé d'avis depuis que je la connais : le premier mouvement est pour moi un chef-d'œuvre, mais je trouve le rondo final mal foutu (en particulier cette fugue qui débarque comme un cheveu sur la soupe, et la cadence du piano qui n'a rien à faire là non plus...), et surtout l'Adagio complètement décousu et loupé – ce qui est malheureusement le cas de beaucoup de mouvements lents de Brahms.
Enfin, heureusement il y a ce fabuleux premier mouvement qui suffit à me donner envie d'entendre le tout, ce qui n'est pas le cas avec le second Concerto...

Je comprends ce que tu veux dire pour le final, même si je l'aime bien, mais pour le mouvement lent je tombe un peu des nues, pour moi c'est un chef d'oeuvre; pourquoi décousu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5011
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Ven 3 Fév 2017 - 0:16

Le côté décousu, c'est ce que je ressens peu ou prou avec beaucoup d'adagios orchestraux (tous ceux de Mahler par exemple), et ce n'est souvent pas du tout un problème, mais dans le cas de Brahms c'est plus embêtant et difficile à expliquer...
Il y a de très belles idées de départ (ici, tout bêtement le premier thème), mais j'ai l'impression qu'il ne sait pas trop quoi en faire... alors il les entraîne dans des directions où elles perdent peu à peu leur force expressive, et comme ça ne fonctionne pas il passe à autre chose, et ça ne fonctionne toujours pas... Comme Brahms n'était pas non plus une brèle en composition, même dans les exemple les plus flagrant de ce genre (celui-ci, ceux du 2d Concerto pour piano, du concerto pour violon, des trois premières symphonies...) il réussit à faire des morceaux qui se tiennent, mais je trouve qu'ils ont quelque chose d'un peu effacé et terne, ça ressemble à des occasions manquées ou avortées... pour ne pas dire à des pétards mouillés, d'où mes propos un peu durs (parce que qui aime bien châtie bien, et je trouve ça dommage – même si, obscurément, ça fait aussi en quelque sorte partie de son charme).

Heureusement il y a aussi de glorieux contre-exemples (4e Symphonie, quintette op. 115 pour ne citer que ceux que je suis certain d'adorer), sans parler de certaines pièces lentes pour piano qui sont de vrais chefs-d'œuvre... Et je crois me souvenir qu'il y a quelques merveilles de mouvements lents dans sa musique de chambre, mais là je dois réviser...

Dans le cas ce ce concerto, il y a en plus le fait que c'est une œuvre de jeunesse avec ses maladresses (même si c'est sacrément impressionnant pour un type de vingt ans, en particulier – je me répète – le premier mouvement, que je trouve pour le coup absolument parfait).
Mais bon, apparemment tu ne ressens pas du tout cette gêne concernant le deuxième mouvement, et tu n'es sans doute pas seul dans ce cas... Et paradoxalement, ça me fait plutôt plaisir que tout ça soit subjectif.


Dernière édition par Golisande le Ven 3 Fév 2017 - 0:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Ven 3 Fév 2017 - 0:25

Golisande a écrit:

Mais bon, apparemment tu ne ressens pas du tout cette gêne concernant le deuxième mouvement, et tu n'es sans doute pas seul dans ce cas... Et paradoxalement, ça me fait plutôt plaisir.

Le hic c'est que ça marche dans les deux sens: maintenant que j'y pense, j'ai l'impression de voir ce que tu veux dire et je pourrais commencer à être plus critique moi aussi... (ça fait partie de mes oeuvres préférées de Brahms mais surtout des premières oeuvres que j'ai aimées et découvertes de Brahms, je devais avoir 13-14 ans)
Par exemple, le thème de clarinettes en tierces est absolument sublime, mais c'est vrai qu'il n'en fait rien par la suite... (à part quand il revient en majeur)
Bon ça n'en fait tout de même pas un mouvement raté pour moi, déjà parce qu'il vaut mieux un thème sublime qui n'aboutit pas tout à fait qu'un thème pas terrible répété en boucle ou laborieusement développé.
Mais c'est vrai que je suis naïf par rapport à cette oeuvre, comme par rapport à beaucoup d'autres que j'ai découvertes très jeune, et sur lesquelles je n'ai pas une oreille critique aiguisée, parce que je les ai "adoptées" d'un bloc et parce qu'elles ont un écho presque sentimental très fort chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5011
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Ven 3 Fév 2017 - 0:37

Je comprends ce que tu veux dire, et je trouve assez formidable que tu parviennes à apprécier toujours autant les œuvres qui t'ont marqué étant jeune tout en étant capable de les critiquer... Donc j'arrête de faire le rabat-joie... Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81489
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   Sam 4 Fév 2017 - 0:16

Xavier a écrit:
honnêtement c'est vrai que le visuel aidait à ne pas décrocher, mais personnellement, dans cette salle, un orchestre de haut niveau pourrait jouer à peu près n'importe quoi, je ne m'ennuierais pas, aux meilleures places.

L'occasion d'aller voir du LULLY ! cheers


Citation :
C'est assez bruyant, mais sinon je ne vois pas le rapport avec le Sacre je dois dire.
[...]
Pas vraiment de discours, des sonorités parfois étonnantes,

Golisande a écrit:
La comparaison des Earth Dances avec le Sacre me laisse assez perplexe aussi [...] je trouve que Birtwistle ne laisse jamais rien s'installer durablement (ça zappe continuellement dans tous les sens, [...] à part l'effet purement sensoriel des timbres et de la masse orchestrale il n'y a rien de spontanément séduisant)

lucien a écrit:
Si ça revient souvent, c’est sans doute que quelqu’un l’a dit, et comme ça semblait pertinent (le titre), à peu près tout le monde l’a répété. Cela dit, la comparaison, c’est moins « ça ressemble » que « c’est un peu le même esprit (extra-musical, si on veut) », je pense.

C'est amusant, vous réfutez la comparaison tout en décrivant assez précisément ce qu'est un sous-sous-Sacre. Pour moi, c'est le côté à la fois séquentiel, très rythmique, plutôt expansif et incisif qui évoque le Sacre ; pas le langage, bien sûr, Birtwistle entre dans une filiation différente, qui s'est bien sûr nourrie du Sacre, mais ce n'est pas ce qu'on entend en premier.

En ce qui concerne l'attribution, j'ai lu dans une notice que le titre était une référence délibérée à Stravinski (un jeu de mots entre l'argument de la pièce et l'autre sens possible de l'expression). Je n'ai pas interrogé Birtwistle là-dessus, et j'ai peut-être été induit en erreur par la formulation. J'ai été assez étonné, en fait, que ça corresponde assez bien à l'intention annoncée – d'ordinaire, les « nouveaux Sacre » n'ont à peu près rien à voir ; ici, je trouve que ça correspond assez bien au projet d'un Sacre laborieux fait un épigone d'autres langages.

Pour le reste, je me retrouve tout à fait dans vos commentaires : ce n'est pas nul, ça peut même s'écouter sans déplaisir, mais la matière me paraît assez fade par rapport aux moyens convoqués. Et je ne vois pas vraiment où ça va, à part la contemplation un peu unidimensionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philharmonie - Birtwistle, Brahms - Lewis, Harding fév.2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philharmonie - Weber Beethoven Zemlinsky - Meister janv.2017
» Philharmonie - Chopin, Chosta 8 - Saraste avril 2017
» philharmonie : saison 2016 - 2017
» Philharmonie de Paris, Cité de la musique - 2017-2018
» orchestre de paris saison 2016/2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: