Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22151
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Dim 5 Fév 2017 - 18:59

Smile Un sujet consacré à la discographie de l'École française de clavecin, de Champion de Chambonnières et Louis Couperin jusqu'aux derniers avatars post-classiques (Balbastre, Simon, A.L. Couperin, Tapray...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22151
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Dim 5 Fév 2017 - 19:01


Espace réservé pour un survol de la discographie un jour où je m'en sentirai le courage cool-blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22151
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Dim 5 Fév 2017 - 19:07


Smile Dans un autre genre, tu connais l'envoûtant disque de Laurent Stewart, fidèle à son style guidé par l'écoute intérieure et l'approche patiente du texte ?




Benedictus, in playlist, a écrit:

• Louis Couperin:
 

Blandine Verlet (clavecin Hans Ruckers II, 1624)
Colmar, 1987-1989
Astrée/Naïve


Toujours aussi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3319
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Dim 5 Fév 2017 - 19:40

Ah, non, mais d'après ce que tu en dis, ça fait rudement envie! Référence notée!
Sinon, j'ai aussi les monographies Sempé (Alpha) et Rousset (Aparté) - et le Leonhardt tardif chez Alpha (avec du Frescobaldi): drunken et

(Prévisiblement, dans la dynastie, mon chouchou, c'est Louis, et j'ai vraiment du mal avec Armand-Louis...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22151
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Dim 5 Fév 2017 - 19:50

Smile Ah oui, aux antipodes (chronologiques) de la dynastie, Armand-Louis c'est une autre époque que l'aïeul, ouverte aux affects préromantiques.
Dans mon Blind Test ab irato, j'avais inclus L'Intrépide par Leonhardt, extrait d'un disque sur lequel je me suis déjà prosterné plusieurs fois sur le Forum.
Ce fut mon tout premier disque de clavecin, acheté en vinyle, et il propose aussi quelques pièces de Louis, dans une interprétation à révérer -austère (on sait que pour toi ce n'est pas un péché  Mr.Red ) et majestueuse à souhait.
Un programme au demeurant idéal pour se familiariser avec le répertoire qui nous occupe ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Mer 15 Fév 2017 - 22:52

J'étais très impressionné par la deuxième partie de l'intégrale de Chambonnières de Karen Flint, "From Manuscript Sources." La musique, que je n'ai pas connu avant (peut-être c'est la première fois sur disque) est souvent plus proche à Froberger que les autres pièces de Chambonnièrs.  Et le style de Flint passe de mieux en mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Mer 15 Fév 2017 - 23:01

Froberger appartient à ce fil? Si oui, j'étais très impressionné par le disque de Glen Wilson. J'adore son style turbulent, et c'est fabuleux d'avoir les suites en ordre chronologique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3319
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Mer 31 Mai 2017 - 23:23


Vertigo: Rameau, Royer
Jean Rondeau (clavecin historique du Château d’Assas)
Château d’Assas, V.2015
Erato


Un peu déçu. Bien sûr, ce n’est pas mauvais du tout, c’est même tout à fait recommandable, mais ça reste dans une espèce d’entre-deux pour moi jamais pleinement satisfaisant:

- du point de vue de l’instrument: même si elle a apparemment été restaurée depuis l’époque Scott Ross, la boîte à clou du château d’Assas reste assez peu plaisant à écouter. Du clavecin métallique pas très beau, je peux apprécier mais à condition qu’on y gagne une vraie densité d’harmoniques (comme avec le Goujon-Swanen du Royer/Rousset II chez Ambroisie ou le Donzelague du Marchand-Rameau/Rousset chez Ambronay); or là le son reste malingre sans qu’il y ait un vrai gain en termes de finesse (ce qu’on avait avec le Hemsch merveilleusement luthé de Royer/Rousset I chez L’Oiseau-Lyre). Entre les copies de qualité et les instruments anciens soigneusement restaurés qu’on trouve aujourd’hui, on doit pouvoir trouver mieux, musicalement, que cet instrument doublement historique.

- du point de vue de l’interprétation: vu l’argumentaire de vente, je m’attendais à quelque chose qui déménage méchamment, et en fait pas tant que ça. Disons que le jeu de Rondeau est un peu fiévreux, un peu imaginatif, mais sans donner l’impression d’aller au bout. Du coup cela semble trop précautionneux pour qu’on tienne là une de ces recréations visionnaires et un peu folles (comme Royer/Rousset II), mais aussi trop personnel et fougueux pour qu’on ait une lecture vraiment décantée et approfondie (comme Rameau/Cuiller).

- du point de vue du programme: un disque moitié Rameau, moitié Royer pourquoi pas, mais quel est le propos? Pas mal de pièces très connues (les sempiternels Sauvages, les Tendres Plaintes et les Niais de Sologne, le Vertigo et la Marche des Scythes), d’autres qui le sont moins mais qui ne sont pas non plus des raretés (ce n’est pas Le Roux/Rousset ou Jacquet de la Guerre/Blandine Verlet). On a plutôt l’impression d’un disque-carte de visite - ce qui n’a rien de blâmable en soi, mais laisse comme souvent un peu sur sa faim.

Bref, un disque qui possède des qualités mais dont la nécessité n’apparaît pas avec évidence à l’auditeur.

Je me garderais bien cependant de juger Jean Rondeau sur ce disque: l’artiste paraît intéressant, et je vais tâcher d’écouter ses Bach - où il n’est pas impossible qu’il me convainque davantage que dans ce répertoire français (comme Blandine Rannou, par exemple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81252
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Jeu 1 Juin 2017 - 0:22

Je ne dis rien de Royer (où moi aussi je privilégie Rousset) – un bon compositeur de théâtre, mais au clavier, quitte à écouter des pièces de cirque, je les écoute dans du répertoire sur un instrument réellement difficile à jouer, du Liszt sur piano ou orgue par exemple… –, mais Blandine Rannou !  Tu parles de recréation dans Rameau, là on y est totalement ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3319
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Jeu 1 Juin 2017 - 0:28

Ah oui? Je n'avais pas tenté, échaudé par son Forqueray qui ne m'avait pas trop plu. Bon, j'essaierai donc son Rameau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81252
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Jeu 1 Juin 2017 - 0:34

Son Forqueray n'est pas aussi bon que les meilleurs, je crois (je n'ai pas dû écouter ça en entier…), mais son Rameau est fascinant, vraiment – lent et legato, je devrais détester, et je suis magnétisé.

Assez comparable à l'esprit de ses Goldberg (l'ornementation est beacoup moins abondante dans ses Rameau, précisons), que je trouve formidable. (Alors que Bach au clavecin, surtout dans ses œuvres ambitieuses, représente toujours une cruelle punition pour moi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3319
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Ven 2 Juin 2017 - 21:38

Donc:


Rameau: Premier Livre (1706). Pièces de clavecin (1724)
Blandine Rannou (clavecin d’apr. Ruckers, Anvers 1624)
Dijon, VII-VIII.2000
Zig Zag Territoires


Surprised En effet, c’est totalement personnel et à contre-courant. Cette lenteur, ce legato, ces ornementations et ces inégalités souvent au bord de la rupture ont quelque chose de fascinant, d’hypnotique même. Cela donne un ton étonnamment inquiet et grave, assez contre-intuitif ici, mais terriblement envoûtant.

(Ça existe au disque, des Goldberg par Blandine Rannou? J'ai le coffret qui regroupe ses Suites anglaises et française et ses Toccatas - j'adore - mais pas de Goldberg.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1564
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Ven 2 Juin 2017 - 22:02

@Mélomaniac
Immense, ce fil. Comment voyais-tu la tresse: albums thématiques, raretés, compositeurs quelque  peu délaissés, ou discographie exhaustive (quitte à être redondant avec les autres sujets et albums monographiques)?
Pour ma part j'essayerai de parler du disque de Béatrice Martin: Les Sauvages
---------------
@ DLM
Rannou / Rameau  mains

---------------
@Benedictus / Vertigo
Non, trois fois Non!

• Le clavecin d'Assas est une planche à clous suffisamment envoûtante pour que les fakirs (non nous ne le nommerons pas) y exercent leurs sortilèges. Le meilleur disque Duphly (pour moi): Elisabeth Joyé, enregistré par Aline Blondiau (que l'on retrouve sur Vertigo). J'aime quant à moi, tout à la fois le côté profond (comment peux tu ne pas être sensible à la gravité du prélude introductif?), incisif et aérien. Ce qu'il faut d'acidité et de fragilité pour ce répertoire tardif (Royer ou Duphly) qui sans cette tension, pourrait parfois sembler maniéré ou être taxé de maniérisme (ce qui n'a rien pour me déplaire).

• C'est un jeune homme de vingt deux ans (si j'en crois la pochette) qui enregistre ce disque. Sa lecture est bien plus ébouriffante que ses prouesses capillaires. Suspens (Vertigo) et brio, mais pas seulement, derrière Vertigo, il y a bien une forme de vertige.

• Il n'est pas tout à fait certain que les pièces de Royer ou Rameau soient si souvent sifflotées par tout un chacun, et attirer les regards en crachant le feu par quelques scies (qui ne le sont que pour nous) tubesques n'enlève parfois rien à la chaleur de la flamme.

Je te trouve bien sévère (mais je suis bon public)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plenum
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Ven 2 Juin 2017 - 22:12

A mon avis, Royer a composée une des plus belles allemandes du répertoire français pour clavecin! et jusqu'à maintenant, seul Christie
a su la jouer avec toute la noblesse louisquatorzienne, alors que les autres, ont comme des braises entres leurs doigts et les touches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1564
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Ven 2 Juin 2017 - 22:18

hum, hum je la trouve pourtant superbe sur le disque de Rondeau (mais je n'ai sûrement pas ton savoir, et donc une connaissance moins intime de ce répertoire), et puis c'est une Allemande, normal que l'esprit Louis XIVème puisse s'embraser Wink .


Dernière édition par xoph le Ven 2 Juin 2017 - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plenum
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Ven 2 Juin 2017 - 22:24

Bien compares cette version avec celle de Christie (ce dernier est dispo avec Deezer).

Mais je suis d'accord du moins que Rondeau c'est pas mal, surtout si on le compare avec l'énervé Rousset! Seule chose que je reproche
de Rondeau, est qu'il est un peu trop métronomique, au détriment donc d'élans sensibles.


Dernière édition par plenum le Ven 2 Juin 2017 - 22:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1564
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: déplacé   Ven 2 Juin 2017 - 22:57

Benedictus a écrit:


(Ça existe au disque, des Goldberg par Blandine Rannou? J'ai le coffret qui regroupe ses Suites anglaises et française et ses Toccatas - j'adore - mais pas de Goldberg.)

Oui (mais je les connais pas). Par contre à ma connaissance pas de partitas Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81252
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Sam 3 Juin 2017 - 9:39

[Rannou-Rameau]

Benedictus a écrit:
Surprised En effet, c’est totalement personnel et à contre-courant. Cette lenteur, ce legato, ces ornementations et ces inégalités souvent au bord de la rupture ont quelque chose de fascinant, d’hypnotique même. Cela donne un ton étonnamment inquiet et grave, assez contre-intuitif ici, mais terriblement envoûtant.

(Ça existe au disque, des Goldberg par Blandine Rannou? J'ai le coffret qui regroupe ses Suites anglaises et française et ses Toccatas - j'adore - mais pas de Goldberg.)

Si, si, ça existe… et c'est dans le même goût (moins d'inégalité évidemment, mais plus d'ornementation, beaucoup même !). Un autre monde.


xoph a écrit:
Pour ma part j'essayerai de parler du disque de Béatrice Martin: Les Sauvages

Béatrice Martin peut disputer à Rousset le prix de meilleur continuiste de tous les temps, et ce aussi bien à l'Opéra (enfin, l'Académie Royale) que pour la musique de chambre (Leclair, Geminiani…). Mais dans cet album, ça manque un peu de la personnalité du soliste, tout y sonne un peu de moyen terme. C'est excellent, mais dans un corpus aussi fréquenté, n'apporte pas beaucoup de nouveau à mon gré.
mais j'avoue que
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
xoph
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1564
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Lun 5 Juin 2017 - 1:13

DavidLeMarrec a écrit:

xoph a écrit:
...Béatrice Martin: Les Sauvages
C'est excellent
cheers
DavidLeMarrec a écrit:

. mais j'avoue que
siffle Quelle chute tonitruante! Aurais-tu quelque chose à te faire pardonner? Ou quel est donc ce trouble profond dans lequel te plonge Béatrice Martin, pour en oublier la majuscule après un point?

--------------------------------
Si les plus grands esprits s'accordent à louer l'excellence du travail de continuiste de Béatrice Martin (en particulier le fort beau disque Jean-Marie Leclair - Patrick Cohën-Akenine, direction et violon - ); les disques en son nom, rares, sont d'autant plus précieux. En voici un, splendeur des splendeurs:

Les œuvres proposées, si elles ne défrichent pas des territoires obscurs et ne sortent pas de l'ombre quelque compositeur improbable, blond ou Roux, peu importe (car en la matière c'est à cet autre Le: Queu, que nous en appellerons, coloriste à nul autre pareil; ah! roses ces lavis). Je crois que je m'égare: donc,  les œuvres réunies ici:

J.P. Rameau - Les Sauvages - L'Enharmonique - Les sauvages - L'Egyptienne 
A. Forqueray - La Couperin - La Portugaise 
P. Royer - Allemande - La Sensible - La Marche des Scythes
J.H D'Anglebert - Passacaille d'Armide
F. Couperin - L'Exquise - Les Pavots - Les Chinois - Saillie

proposent au delà d'un simple florilège de pièces connues pour la plupart, une vraie thématique. Éclairante souvent, séduisante toujours, où l’Égyptienne de Rameau, en vraie bohémienne, nous emmène du royaume des Scythes vers des contrées chinoises inconnues.

Comme le développe Gilles Ricot dans le texte d'accompagnement: l'intitulé du disque les sauvages, a fort peu à voir avec la sauvagerie de la musique, mais beaucoup à voir avec la quête d'un exotisme qui traverse l'ensemble de ces pièces et plus généralement la création artistique en France au XVIIIème (même si D'Anglebert a quelques années d'avance - 1629-1691). Dans cette quête fantasmagorique, c'est aussi à l'écoute des libertés, fantaisies ou échos imaginaires que nous sommes conviés:
" ...un imaginaire musical qui va puiser son inspiration dans des images d'Épinal de pays mirifiques"*

Interprétation tout en finesse**, qui ne joue pas de sauvagerie, mais déploie paysages et  couleurs. Sur un clavecin Couchet 1645 (ravalement Blanchet 1720), très harmonieux. Grande homogénéité des graves aux aigus, prise de son plutôt réverbérée (trop à mon goût). Et, si je suis souvent plus sensible à des instruments où affleure plus de tension, c'est ici parfait pour mettre en relief les accidents, Saillies et Enharmonies.


** http://www.beatricemartinclavecin.com/presse.php
* Gilles Ricot, dans la pochette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81252
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   Lun 5 Juin 2017 - 9:47

xoph a écrit:
siffle Quelle chute tonitruante! Aurais-tu quelque chose à te faire pardonner? Ou quel est donc ce trouble profond dans lequel te plonge Béatrice Martin, pour en oublier la majuscule après un point?

Béatrice Martin m'affole complètement, je l'admets sans ciller. Very Happy


xoph a écrit:
Si les plus grands esprits s'accordent à louer l'excellence du travail de continuiste de Béatrice Martin (en particulier le fort beau disque Jean-Marie Leclair - Patrick Cohën-Akenine, direction et violon - );

J'étais dans la salle. (chapelle du Lycée Henri IV) cheers En concert, ils avaient fait un beau couplage avec Geminiani.

Et surtout, son travail de continuiste à l'opéra – c'est par exemple elle qui accompagne les chanteurs masculins dans le dernier Atys de Christie-Villégier ! Ce n'est pas que la variété, l'élégance, la finesse des contrechants, c'est aussi un sens des situations et de la psychologie assez rare à ce degré. Son clavecin apporte vraiment de la profondeur aux personnages (c'était un très joli procédé que de confier les dialogues à deux clavecinistes différents !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'École française de clavecin, de Chambonnières à Balbastre
» L'école d'orgue française au XVIIème et au XVIIIème siècle
» Une danseuse française à l’école du Bolchoï
» Comment remédier à l''ambiguïté de la langue française
» Pop française (Playlist)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: