Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Dim 3 Sep 2017 - 13:48

Mercredi 6 et Vendredi 8, ouverture de la saison de l'Orchestre de Paris avec ces deux œuvres.

Harding était impressionnant au printemps dernier dans la Deuxième (certes très payante en général).
Pour avoir entendu les Funérailles par le Chœur au printemps également, c'est assez miraculeux – je crois qu'on a, en fait, le plus beau chœur symphonique du monde.

--

C'est aussi l'heure des premières bicraves : je vends trois billets (parution décalée des programmes, nous allons voir Cincinnati dans Copland et Bernstein, finalement…) pour vendredi.
[places vendues]


Dernière édition par DavidLeMarrec le Mar 5 Sep 2017 - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Lun 4 Sep 2017 - 10:59


La VI de Mahler sera donnée aussi par Cleveland dirigé par Fr. W. M. le 16 octobre.
J'y sera, et ce sera la première fois que j'entendrai cette œuvre en concert.

Montfort

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mar 5 Sep 2017 - 0:59

J'y serai mercredi, ça sera ma seconde 6è de Mahler en concert après LSO/Rattle de l'an dernier, et j'enchaînerai avec Weser-Möst en octobre. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16348
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mar 5 Sep 2017 - 10:53

Inoubliable LSO/Rattle. Un de mes plus grands souvenirs de concert. sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3570
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mar 5 Sep 2017 - 11:50

J'y serais vendredi et j’enchaîne aussi avec Weser-Möst en octobre. bedo
J'ai adoré les symphonies 4 et 2 par les mêmes, espérons une agréable surprise dans cette 6ème (qui est quand même une autre affaire !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3726
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mar 5 Sep 2017 - 13:18

J'avais entendu Harding il y a plus de dix ans dans la 6ᵉ de Mahler (avec l'Orchestre de la Radio Suédoise à Pleyel), et c'était formidable de précision et de vigueur; et son enregistrement de 2014 avec l'Orchestre de la Radio Bavaroise présente les mêmes qualités: la surprise serait donc plutôt qu'il rate cette symphonie.

Ma seule réserve, c'est qu'Harding fait partie de ces chefs (Rattle aussi, je crois?) qui jouent l'Andante moderato avant le Scherzo - alors que j'aime mieux l'inverse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sehnsucht
Néophyte


Nombre de messages : 11
Age : 30
Localisation : Berlin / Zurich
Date d'inscription : 22/03/2016

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mar 5 Sep 2017 - 13:26

Il la tourne cette semaine avec les Wiener également. Je l'entendrai dimanche à Lucerne (avec en sus la suite extraite de Pelleas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mar 5 Sep 2017 - 13:41

Benedictus a écrit:

Ma seule réserve, c'est qu'Harding fait partie de ces chefs (Rattle aussi, je crois?) qui jouent l'Andante moderato avant le Scherzo - alors que j'aime mieux l'inverse.

Ah oui, mince, j'allais parler de ça, effectivement Rattle fait toujours l'Andante avant le Scherzo et c'est ce qu'il a fait l'an dernier.
J'espèrais qu'Harding fasse l'inverse.
Il reste Welser-Möst peut-être... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Rentrée tragique à la philharmonie de Paris   Jeu 7 Sep 2017 - 10:32

C'est la rentrée ! Cela ne vaut pas que pour les écoliers ou pour les politiciens mais également pour l'orchestre de Paris. Qui dit rentrée dit concert d'ouverture de la saison.
Nous avons été gâtés pour le coup en ce mercredi 6 septembre 2017 avec au programme la musique pour les funérailles de la Reine Mary de Purcell et rien de moins que la 6ème symphonie de Mahler dite tragique.

L'orchestre fêtant ses 50 ans cette année, des événements privilégiés sont organisés afin de célébrer cet anniversaire. Avant le concert, nous avons eu droit à un petit moment de musique avec des musiciens de l'orchestre. La musique de Purcell qu'ils ont joué était une bonne mise en bouche. Didon et Enée puis Fantasia upon a ground de Purcell ont permis à cette soirée de démarrer sous les meilleures auspices.

Mais rien de tel que l'orchestre au grand complet pour être rassasié avec son chef Daniel Harding en grande forme ainsi que le chœur qui était convoqué pour chanter en hommage à la reine Mary.
Pourtant, seuls une timbale, deux trompettes, deux trombones et un petit orgue assurent la partie instrumentale et dialoguent avec les chanteurs dans une musique intimiste, presque minimaliste. On déplorera le manque de clarté dans le chant mais toutefois, l'émotion de cet hommage funèbre est bien transmise. L'orchestre réduit à sa portion congrue jouait de manière claire et bien phrasée tandis que l'écrasante majorité des pupitres était réduite au simple rang de spectateur. Mais ce n'étaient que des prémices !

Tout d'un coup, le chœur s'en est allé discrètement après avoir dit Amen tandis que la musique de Purcell mourrait, puis subitement, les cordes se sont agitées et ont entamé la 6ème symphonie de Mahler attacca, sans laisser le temps au public d'applaudir la première performance. Quelle audace !

Mais choisir la 6ème symphonie de Mahler est déjà un pari audacieux. Ce n'est pas la plus jouée du compositeur et lui-même avait du mal à la diriger tant cette musique le bouleversait.
De l'audace également de faire dialoguer Mahler et Purcell mais au fil de l'avancée de la musique, cette audace s'est muée en évidence. Une musique funèbre dialogue en effet de manière éloquente avec la symphonie tragique, notamment dans la continuité de l'usage des cuivres et des percussions.

Ainsi le tempo vif, sans concession, très allant crée instantanément un choc tellurique dans les oreilles du spectateur. L'irruption de la caisse claire qui martèle le rythme fait entrer directement dans une autre dimension et nous saisit pour ne plus nous lâcher. Les attaques des différents pupitres, notamment les cordes, le phrasé ciselé par le bras d'Harding, l'intensité, les dynamiques du premier thème font de cet allegro energico le premier étage d'une fusée amenée à nous broyer.
Le thème d'Alma qui survient après n'est qu'un simple répit qui ne peut pas durer car la reprise du thème initial arrive très rapidement. Ainsi, les bassons et les hautbois s'illustrent de manière phénoménale. Les solos du cor, du violon, de la flûte et de la clarinette basse sont exquis et la battue régulière du maestro nous permet d'avancer sans encombre, sans perdre une miette (Ah ce tuba !). Dès ce premier mouvement, on se sent boxé, la violence de cette musique nous saisit et les choix radicaux du chef payent.
C'est pour cela que ce dernier opte pour l'Adante en deuxième position. Cette option avait déjà notre préférence avant le concert mais elle semblait de toutes manières s'imposer ici au vu du contexte. Il était inconcevable d'enchaîner directement avec le scherzo alors que la symphonie avait directement succédé à Purcell. Il fallait ici un repos que cet Adante nous a offert gracieusement. La tonalité initiale de mi bémol majeur vient un peu nous apaiser. Le hautbois parfaitement timbré remplit son office avec efficacité, les cordes enveloppent l'ensemble puis laissent la place aux clarinettes qui permettent à l'émotion de monter et de diffuser un sentiment de nostalgie qui tend à provoquer des larmes. Les harpes forment des ponts entre les différents pupitres toutefois, un bémol, les cloches sont un peu trop timides et ainsi ne permettent pas l'évasion. L'évocation de la solitude que ces dernières doivent susciter s'évapore quelque peu. Il faut de nouveau souligner un solo de basson absolument stupéfiant et enfin un dialogue entre les cordes et les clarinettes qui confine au sublime.

Maintenant que cet intermède de quiétude a été évacué, plus rien ne nous sera accordé. Aucune clémence, aucune issue. Pas de solution ou de délivrance. Simplement l'engrenage de ce Scherzo macabre. L'intensité du premier mouvement est redoublée, les clarinettes grincent comme jamais. Le spectateur est saisi aux tripes. Il est même possible de frôler le malaise tant cette musique prend possession des corps et des esprits, avec notamment ce Glockenspiel diabolique. Ce Scherzo donne parfois l'impression d'être bloqué dans le  tambour d'une machine à laver en marche.
L'ironie glaciale de ce mouvement est tout bonnement effrayante mais surtout magnifique. Ces couinements de l'orchestre s'immiscent dans les têtes aidés par des nuances impeccables, parfaitement interprétées par l'orchestre.

Tout cela mène à un final qui ne résout rien. Avec des percussions de plus en plus assourdissantes et un thème qui semble tourner en rond dans cette anthologie de la forme sonate. Mahler célèbre la forme sonate, en fait le tour mais en exposé également les limites et Harding s'amuse avec ce texte. Tout est construit et cohérent. Cette musique qui tourne en rond dans un cycle émacié ne fait que se diriger vers la violence des coups de marteau qui semblent nous renvoyer continuellement vers la défaite. Ces deux coups de marteau dévastateurs prennent le pas sur les pupitres héroïques, notamment les violoncelles qui ne déméritent pas et qui livrent une intensité de tous les instants mais à quoi bon ? À quoi bon tous ces solos, toute cette virtuosité alors que la porte se referme inlassablement et que la défaite est inévitable ? À quoi bon résister à l'inéluctable ? L'accord final semble poser cette question et le silence de mort qui a suivi la fin de l'exécution de la symphonie semblait être une réponse appropriée.

À quoi tient un concert réussi ? À des choix forts, à de l'audace, à de la surprise, de l'étonnement. Le fait de susciter des émotions, de faire vivre un instant mémorable. Ce soir-là, nous avons su que nous assistions à un grand concert En voyant ce micro tomber suite au premier coup de marteau puis en contemplant un morceau de la baguette du chef voler dans le ciel de la philharmonie de Paris. Définitivement un moment pas banal. Une claque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 15:00

J'ai été moins bouleversé, moins happé, que lors du concert Rattle/LSO de janvier dernier, mais je dis ça par comparaison seulement, sinon c'était un excellent concert.
Pour ma part je regrette encore l'inversion des mouvements, même pas signalée par le programme, je préfére le scherzo d'abord, et le finale qui vient nous "choquer" après l'Andante.
J'ai trouvé dommage aussi après le magnifique Purcell (bravo au choeur) qu'on ne puisse pas simplement applaudir le choeur et sortir de Purcell une ou deux minutes avant de se plonger dans Mahler. Le lien entre les deux me semble artificiel et le public n'était pas encore tout à fait prêt au moment où Harding a lancé la symphonie.
Les choix forts dont tu parles, je ne les ai pas trop entendus, j'ai entendus des tempi tout à fait habituels, j'ai entendu d'une manière générale une 6è assez habituelle, mais je ne dis pas ça de façon péjorative, c'était dans l'ensemble magnifique et de haut niveau, mais rien de si surprenant. (sauf le coup de la baguette qui vole, ça évidemment, c'est un peu du jamais vu!)
Je ne nommerai pas tous les solos qui se sont illustrés, il y en a eu beaucoup.
Le final était irrespirable comme il se doit, j'ai été halluciné de voir autant de gens partir pendant les 15 dernières minutes du concert près de moi.
Bref, une superbe soirée pour moi, très heureux de réentendre ma symphonie préférée de Mahler dans ces conditions (et mieux placé que pour le Rattle), puisque ce n'était que la 2è fois que je l'entendais en concert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 15:27

C'était ma première 6ème de Mahler en vrai du coup, c'est peut-être pour cela que ça m'a plus secoué. Surtout que j'étais bien, en catégorie 1, juste en face du chef mais au milieu du parterre.

Le fait d'enchaîner directement la symphonie nous prend par surprise et je trouve que l'effet produit est vraiment cool sachant comment commence cette symphonie. Après quand je parle de choix radicaux, je parle de ça et aussi le fait de jouer l'Adante en II. Ensuite, le texte de la partition fait son effet bien que au niveau de l'expression et de la clarté, on vise le sans faute. Tout ce que je n'avais pas aimé dans les premiers mouvements de la résurrection en mai m'a plus ici. Cette symphonie requiert de la discipline et on l'a entendu. Je pense qu'elle correspond mieux à la personnalité de Harding qui semblait être vraiment dans son élément. J'ai aussi senti que les musiciens prenaient beaucoup de plaisir et enfin, j'ai adoré les timbres des bois et des vents.

J'attends maintenant avec impatience la 5ème de Mahler Jeudi prochain à la maison de la radio avec l'ONF et Escenbahc !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 15:44

Comme Andika, j'ai nettement préféré cette 6e par Harding à la 2e du mois de mai. Sa vision assez sèche et droite au but correspond mieux à cette symphonie vraiment touffue (celle que je préfère le moins chez Mahler - chaque motif intéressant est immédiatement interrompu par un autre !). L'orchestre était vraiment très très bon. Je ne suis pas ressorti KO comme après Rattle/LSO mais très convaincu quand même.

Superbe Purcell en ouverture, atmosphère très prenante, très émouvante. L'enchaînement avec Mahler m'a plutôt plu, même si j'aurais préféré un temps de silence plus long avant d'attaquer la symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 17:00

Au sujet de la baguette: je l'ai vue voler dans le parterre et en la suivant du regard je l'ai vue tomber juste à côté de Kaija Saariaho, présente au 4è rang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16348
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 17:07

C'est peut être pour ça que des gens sont partis avant la fin. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 316
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 19:24


A tout hasard: J'ai une place en trop pour le concert de demain, 30 Euros, 1er balcon latéral coté violoncelles (tres bien placé donc). M'écrire en MP...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 21:30

Xavier a écrit:
Benedictus a écrit:

Ma seule réserve, c'est qu'Harding fait partie de ces chefs (Rattle aussi, je crois?) qui jouent l'Andante moderato avant le Scherzo - alors que j'aime mieux l'inverse.

Ah oui, mince, j'allais parler de ça, effectivement Rattle fait toujours l'Andante avant le Scherzo et c'est ce qu'il a fait l'an dernier.
J'espèrais qu'Harding fasse l'inverse.
Il reste Welser-Möst peut-être... Smile

Le problème risque justement d'être qu'il reste Welser-Möst. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 22:09

J'y étais aussi. La Sixième de Mahler me paraît étrangement longue pour un complément de programme de Purcell, mais c'était assez bien vu, plusieurs des chorals de la symphonie (au I et au IV en paticulier) utilisent les harmonies de la Marche Funèbre de pour Mary.

Dans Purcell, le Chœur de l'Orchestre de Paris confirme qu'il est le plus beau chœur symphonique du monde, voilà. (Et je dis ça en ayant entendu en vrai le RIAS Kammerchor associé au DSOB et le divin Runfunkchor Berlin, sans commune mesure en enregistrement, mais qui m'a moins impressionné en salle.)

Douceur des timbres, netteté rare de la diction, intensité de l'expression – alors que l'anglais lyrique est très rarement bien servi par les étrangers.

L'alliance entre la densité des cuivres modernes et les timbales d'époque fonctionnait à la perfection.

Je les avais déjà entendus à Saint-Eustache cet printemps dans le même programme (couplé avec la Totentanz de Distler et du Reger !), c'était tout aussi beau hier soir. (Petit effectif, le chœur de chambre n'était même pas au complet.)

--

J'avoue que la Sixième Symphonie me touche moins que les autres (je suis plus un Wunderhornkind, et j'aime beaucoup les dernières aussi) : la pensée me paraît beaucoup plus homophonique, avec de grandes lignes massives (surmontées de plein de traits virtuoses bien sûr), beaucoup moins dans le contrepoint et le tuilage que dans la plupart de ses autres œuvres – ça rejoint ce que dit Tomseche sur le caractère un peu séquentiel de l'œuvre, qui s'interrompt de façon beaucoup plus fréquente que dans les autres symphonies.

Par ailleurs, je n'ai jamais trop perçu, émotionnellement, l'opposition entre la Cinquième réputée lumineuse (et qui s'éclaire vaguement dans le rondeau, peut-être triomphal, mais tout de même bien sombre) et la Sixième supposément tragique, qui a pourtant une tout aussi grande force vitale.

Cela dit, j'admire la circulation des thèmes, qui réapparaissent en fragments sous les formes les plus diverses, comme les retours en majeur dans le I, ou le très joli passage fugace à la basse dans le II, et tant d'autres instants diversement saisissables.
Je suppose au demeurant que l'interruption des rares élans est volontaire, et la décoloration harmonique progressive des moments les plus expansifs (avec des harmonies qui changent et deviennent plus sombres) sont tout à fait volontaires, et en effet assez réussis.

--

En ce qui concerne l'interprétation, beaucoup moins convaincu que par les autres Mahler de l'Orchestre Paris, le spectre m'a paru très opaque au début (je n'entendais vraiment pas le détail de ce que je voyais pourtant). Est-ce l'œuvre, plus massivement orchestrée ?  Est-ce moi qui ai perdu l'habitude de la salle, eux qui revenaient de vacances, ou encore l'effet-Aïche ?  Ça s'est largement dissipé au fil du I, mais on est très loin de leurs accomplissements symphoniques enthousiasmants de ces dernières années. (Il est possible également que je n'aille qu'aux bons concerts…)

Ou bien, pour les plus rancuniers d'entre nous, est-ce le reste de l'ombre d'Eschenbach, le seul à avoir dirigé cette symphonie, et par deux fois, depuis Bychkov en 1992 ?

C'était amplement décent, évidemment, mais beaucoup moins d'abandon et de souplesse stylistique qu'à l'ordinaire. Les équilibres étaient aussi aléatoire, on sentait l'ajustement en temps réel, comme après coup, pour éviter qu'untel ne couvre l'autre.

--

Le spectacle était aussi la scène, avec l'envol de la baguette de Harding (que j'ai manqué comme il a manqué Saariaho…) et le micro accablé par le marteau du Destin.

Bien sûr, le plus important est que j'ai vu Xavier, le reste a juste occupé agréablement les intervalles. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 22:42

Très beau compte rendu David.

Sinon j'ai été choqué par ceux qui ont quitté la salle avant la fin, je trouve que c'est un grand manque de respect, à l'orchestre et à Mahler surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 22:54

Merci. Embarassed

À mon avis, ce sont des gens qui ont ressenti de plein fouet l'ennui du concert – si on ne suit pas la logique de Mahler ou si on n'adhère pas, ce peut être vraiment pénible… Ils n'avaient pas conscience du peu de temps qui restait. (Ou bien ils se sentaient mal, ça arrive aussi.)

andika a écrit:
je trouve que c'est un grand manque de respect, à l'orchestre et à Mahler surtout.

Mahler, je ne crois pas que ça lui fasse grand'chose (qu'une partie du public ne soit pas convaincu, ce n'est pas comme payer l'avion pour aller uriner sur sa tombe, quand même). Quant aux musiciens de l'orchestre, certains récoltent le respect qu'ils sèment, je dis ça je dis rien. Mr. Green

En fait, je trouve qu'il y a plus de manque de respect vis-à-vis du public et de l'orchestre en faisant installer les gens pendant la musique qu'en leur donnant le droit de partir si, vraiment, ils n'en peuvent plus.

C'était assez peu de gens en fin de compte, loin de ce qu'on peut voir en musique contemporaine (Prometeo de Nono, c'était assez spectaculaire, des pans entiers qui s'échappaient).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 23:30

Mais pourquoi s'aventurer dans une symphonie de Mahler si l'on n'est pas déjà Mahlerien ? J'ai mis des années avant de l'écouter. J'étais tombé par hasard dans la Totenfeier et après, ma faim de Mahler n'a plus eu de limite.

Mais il est vrai que cette symphonie est vraiment radicale et rude que à la limite, c'est une réaction normale d'avoir envie de partir avant la fin.

Après oui, le contemporain, c'est une autre paire de manches !

Ce qui m'a longtemps tenu éloigné de Mahler, ce sont tous les préjugés qu'il s'est traîné de son vivant, puis son inscription dans la musique dégénérée tant et si bien que dans mon adolescence, même si c'était près d'un siècle après sa mort, je n'osais pas aller vers lui...

Sinon pour en revenir sur le concert, j'ai été heureux qu'il y ait du silence à la fin, que le public n'ait pas applaudi trop rapidement. Le risque existe dans la 6ème et ça arrive souvent dans la 3ème malheureusement !

Sinon, Abbado aussi joué l'Adante en II. Je dis ça, je dis rien... Very Happy


Dernière édition par andika le Mer 13 Sep 2017 - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3726
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Jeu 7 Sep 2017 - 23:38

andika a écrit:
Sinon, Abbado aussi joué l'Adante en II. Je dis ça, je dis rien... Very Happy
Oui, mais pas Mitropoulos - alors, vu ton avatar, hein... (A propos, tu as écouté son enregistrement de 1959 avec le WDR-SO?)

Au demeurant, Abbado est loin d'être ultime dans tous ses enregistrements des symphonies de Mahler (en gros, ne sont pour moi vraiment suprêmes que la 3, la 9 et la 2 - et pour ces deux dernières, seulement dans ses témoignages les plus tardifs; sa 4 viennoise et sa 5 berlinoise sont assez réussies sans être non plus particulièrement exceptionnelles - et tout le reste est plutôt pas très bon.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80496
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Ven 8 Sep 2017 - 19:11

andika a écrit:
Mais pourquoi s'aventurer dans une symphonie de Mahler si l'on n'est pas déjà Mahlerien ?

Parfois on peut davantage aimer en live ce qu'on n'arrive pas à aimer à la maison, ça peut valoir le coup d'essayer.
Il y a aussi des gens qui ont obtenu des places d'une façon ou d'une autre et qui ne savent pas forcément ce qu'ils vont entendre...
Mais effectivement, c'est la première fois que je vois autant de départs dans une symphonie de Mahler, en plus au moment où j'étais le plus happé par ce que j'entendais. (le final de la 6è, je surkiffe!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Ven 8 Sep 2017 - 21:01

J'écoute ce soir sur radio classique. C'est fou ce qu'on perd à la radio. Mais cette fois ci je trouve que le Chœur a mieux chanté. Mais j'avais les paroles sous les yeux contrairement à mercredi. Sinon le début de la 6ème attacca est moins impressionnant sans l'effet de surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Ven 8 Sep 2017 - 21:49

andika a écrit:
Mais pourquoi s'aventurer dans une symphonie de Mahler si l'on n'est pas déjà Mahlerien ?

Parce qu'on veut essayer d'aller au concert (en se disant que le concert d'ouverture sera particulièrement accessible ou important), sans être forcément familier de Mahler.

Après, oui, c'était étrange, parce qu'autant pendant le scherzo, ils ont ma bénédiction, autant pendant les moments les plus intenses du final… Mais l'ennui est quelque chose de terrible. Il m'est arrivé quelquefois de le ressentir au concert, dans des répertoires dont je suis pourtant plutôt familier, à me retrouver totalement étranger à ce qui se passe… et alors le temps paraît tendre vers l'infini, c'est assez insupportable.

Alors, si on est insuffisamment préparé, ce peut être dur. Ou bien peut-être tout simplement que l'un du groupe ne se sentait pas bien.

Je ne crois pas que ce soit une question de noirceur (Wozzeck, ok ; Mahler, ce n'est plus impressionnant que des musiques de film) ou d'intensité (justement, on ne sent pas cela quand on n'adhère pas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 316
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 9:45

Le concert d'hier soir était magnifique. Salle comble (et assidue). J'ai préféré la 6e de Harding à celle de Rattle (deja tres bien), je l'ai trouvée plus naturelle et chantante. L'OP a joué superbement bien: bravo!!. De plus, je pense qu'ils maitrisent l'acoustique mieux que tous les visiteurs: on n'avait jamais l'impression qu'ils sur-jouaient ou forcaient les détails (comme Rattle), malgré des climax terrifiants (la fin!!). Deuxieme mouvement extraordinaire de naturel et de poésie. Acoustique parfaite au 1er balcon latéral pair (3/4 rang F). Un de mes plus beaux concerts Mahler.... Merci à l'OP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 12:08

DavidLeMarrec a écrit:
andika a écrit:
Mais pourquoi s'aventurer dans une symphonie de Mahler si l'on n'est pas déjà Mahlerien ?

Parce qu'on veut essayer d'aller au concert (en se disant que le concert d'ouverture sera particulièrement accessible ou important), sans être forcément familier de Mahler.

Après, oui, c'était étrange, parce qu'autant pendant le scherzo, ils ont ma bénédiction, autant pendant les moments les plus intenses du final… Mais l'ennui est quelque chose de terrible. Il m'est arrivé quelquefois de le ressentir au concert, dans des répertoires dont je suis pourtant plutôt familier, à me retrouver totalement étranger à ce qui se passe… et alors le temps paraît tendre vers l'infini, c'est assez insupportable.

Alors, si on est insuffisamment préparé, ce peut être dur. Ou bien peut-être tout simplement que l'un du groupe ne se sentait pas bien.

Je ne crois pas que ce soit une question de noirceur (Wozzeck, ok ; Mahler, ce n'est plus impressionnant que des musiques de film) ou d'intensité (justement, on ne sent pas cela quand on n'adhère pas).

Oh mon Dieu, vient tu de critiquer ce sublime Scherzo ? Pour ma part, ce sont en général les scherzo que j'aime le plus chez Mahler, dans sa 2ème, sa 3ème, sa 6ème, sa 9ème. C'est la dedans qu'on sent toute son ironie, qu'il brutalise les timbres, fait jouer des instruments dans d'autres registres. Ses scherzos me fascinent, vraiment. J'ai ressenti physiquement un malaise pendant lors du concert, je m'enfonçais dans mon siège. Entendre les clarinettes, les hautbois et les bassons grincer de la sorte, ça vaut quand même le coup de rester assi non ?

Patzak a écrit:
Le concert d'hier soir était magnifique. Salle comble (et assidue). J'ai préféré la 6e de Harding à celle de Rattle (deja tres bien), je l'ai trouvée plus naturelle et chantante. L'OP a joué superbement bien: bravo!!. De plus, je pense qu'ils maitrisent l'acoustique mieux que tous les visiteurs: on n'avait jamais l'impression qu'ils sur-jouaient ou forcaient les détails (comme Rattle), malgré des climax terrifiants (la fin!!). Deuxieme mouvement extraordinaire de naturel et de poésie. Acoustique parfaite au 1er balcon latéral pair (3/4 rang F). Un de mes plus beaux concerts Mahler.... Merci à l'OP.

De ce que j'ai entendu à la radio hier soir, en effet, ça devait être vraiment bien. Heureux que le public ait été assidu. Pour ma part, j'avais une dame devant moi qui filmait le concert plus ou moins discrètement, son téléphone a eu le don d'agacer tout son voisinage proche. A force de filmer, elle passait à côté de l'instant, c'est dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 12:49

Patzak a écrit:
Le concert d'hier soir était magnifique. Salle comble (et assidue). J'ai préféré la 6e de Harding à celle de Rattle (deja tres bien), je l'ai trouvée plus naturelle et chantante. L'OP a joué superbement bien: bravo!!. De plus, je pense qu'ils maitrisent l'acoustique mieux que tous les visiteurs: on n'avait jamais l'impression qu'ils sur-jouaient ou forcaient les détails (comme Rattle), malgré des climax terrifiants (la fin!!). Deuxieme mouvement extraordinaire de naturel et de poésie. Acoustique parfaite au 1er balcon latéral pair (3/4 rang F). Un de mes plus beaux concerts Mahler.... Merci à l'OP.

Oui, ce devait être nettement mieux. Devant mes interrogations sur cette baisse de maîtrise, un mien compère m'a dit en substance « c'est ta faute aussi, si tu vas à leurs répétitions générales ». hehe

On m'avait déjà parlé de l'effet-rentrée, mais honnêtement, ça m'avait jusqu'ici toujours paru tout sauf évident dans les faits – mais c'est logique, ils n'ont pas joué ensemble pendant deux mois, peut-être aussi un peu moins pratiqué, et c'est quand même un gros morceau, qu'ils n'ont pas joué si souvent (et pas en bonne compagnie depuis le début des années 90…).


andika a écrit:
Oh mon Dieu, vient tu de critiquer ce sublime Scherzo ? Pour ma part, ce sont en général les scherzo que j'aime le plus chez Mahler, dans sa 2ème, sa 3ème, sa 6ème, sa 9ème. C'est la dedans qu'on sent toute son ironie, qu'il brutalise les timbres, fait jouer des instruments dans d'autres registres.

J'ai essayé de le faire discrètement, mais oui, ce n'était pas un éloge.

Je trouve les scherzos moins intéressants en général (formes très fixes et répétitives, et dont la matière-première n'est même pas la plus riche…), et celui-ci me paraît un peu une auto-caricature, avec ce lyrisme viennois mi-gracieux mi-grinçant.

Qu'est-ce que tu appelles le scherzo dans la Troisième (le Menuet, j'espère, pas l'interminable Comodo ? – je préfèe encore la scène aux Champs de la Fantastique hehe ). Pareil, dans la 9, tu veux dire le Ländler (merveilleux) ou le rondeau (un peu moins…) ?

Quand même, dans la 2 et surtout la 3, c'est vraiment le scherzo qui t'intéresse le plus ? Surprised C'est original, en tout cas, mais dans le premier cas, la matière est tellement plus épanouie dans le final, et ans l'autre, l'ambition et la réalisation tellement en deçà des mouvements extrêmes…

Celui que j'aime le moins, c'est bien sûr le gros pâté pétaradant de la 5, même s'il s'améliore quand on survit à la première moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Adalbéron
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 21
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 13:04

Soirée formidable, avec un Orchestre de Paris en très grande forme.
Le choix du diptyque Purcell/Mahler est d'une pertinence remarquable : on se met à entendre du Mahler chez Purcell et du Purcell chez Mahler, et l'on perçoit l'audace du premier et les influences du second. Je me suis d'ailleurs mis à imaginer ce que pourrait être une version expérimentale d'une symphonie de Mahler sur instruments anciens (on remplacerait les instruments qui n'existaient pas par des flageolets ou des théorbes) Mr. Green
Pour moi, cette Sixième était plus réussie que la Deuxième avec le même Harding au printemps dernier : tout était bien mieux conduit, plus articulé, plus équilibré. De même, j'ai préféré cette version à celle de Rattle qui m'avait paru trop lisse, trop scintillante : ici, ça claquait, ça grinçait, le rendu des contrastes et des dynamiques étaient plus abouti. Tous les pupitres ont fait un travail formidable, et il faut aussi saluer le travail du choeur.

Par ailleurs, j'ai l'impression que des améliorations acoustiques ont été faites dans la salle : les cordes, dans leurs aigus surtout, ne paraissaient plus si mates et voilées qu'il n'y a pas si longtemps. Vous avez eu cette impression également ? (J'étais au second balcon, ça faisait longtemps, mais ça n'était pas la première fois pour du Mahler).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Pourquoi j'aime les scherzo   Sam 9 Sep 2017 - 21:45

DavidLeMarrec a écrit:
andika a écrit:
Oh mon Dieu, vient tu de critiquer ce sublime Scherzo ? Pour ma part, ce sont en général les scherzo que j'aime le plus chez Mahler, dans sa 2ème, sa 3ème, sa 6ème, sa 9ème. C'est la dedans qu'on sent toute son ironie, qu'il brutalise les timbres, fait jouer des instruments dans d'autres registres.

J'ai essayé de le faire discrètement, mais oui, ce n'était pas un éloge.

Je trouve les scherzos moins intéressants en général (formes très fixes et répétitives, et dont la matière-première n'est même pas la plus riche…), et celui-ci me paraît un peu une auto-caricature, avec ce lyrisme viennois mi-gracieux mi-grinçant.

Qu'est-ce que tu appelles le scherzo dans la Troisième (le Menuet, j'espère, pas l'interminable Comodo ? – je préfèe encore la scène aux Champs de la Fantastique hehe ). Pareil, dans la 9, tu veux dire le Ländler (merveilleux) ou le rondeau (un peu moins…) ?

Quand même, dans la 2 et surtout la 3, c'est vraiment le scherzo qui t'intéresse le plus ? Surprised  C'est original, en tout cas, mais dans le premier cas, la matière est tellement plus épanouie dans le final, et ans l'autre, l'ambition et la réalisation tellement en deçà des mouvements extrêmes…

Celui que j'aime le moins, c'est bien sûr le gros pâté pétaradant de la 5, même s'il s'améliore quand on survit à la première moitié.

Ce que j'appelle Scherzo dans la 3ème c'est le 3ème mouvement Comodo. Scherzando. Ohne Hast même si c'est binaire. Ce mouvement joue le rôle du Scherzo.
Dans la 9ème, je parle plutôt du 2ème mouvement, à savoir le Ländler qui est effectivement en 3/4 même si ça s'appelait menuet à la base.

Tu as totalement raison, le matériel de base du scherzo chez Mahler est très pauvre et pourtant. Le Scherzo de la deuxième me fascine comme il a pu fasciner Bério qui le cite dans son Symphonia. J'ai l'impression que le vrai Mahler est dedans, tous ses sarcasmes, toute sa violence, tous ces timbres tordus, tout ce malaise, tout ce côté grotesque que j'adore. Il annonce vraiment les Chostakovich, Prokofiev et Stravinsky, c'est un vrai pont qui permet d'entrer dans ces compositeurs du 20ème siècle.

Plus spécifiquement, ce qui me fascine dans celui de la 6ème, c'est justement ce qu'il parvient à faire de la pauvreté de son premier thème. Surtout que pour la petite histoire, quand j'apprends un morceau, je ne me sens en confort que dans des mesures basiques en 4/4. J'ai horreur du ternaire ou des mesures en 3 temps comme dans les valses que j'ai du mal à jouer, je ne me l'explique pas. Une mesure 3/4; 3/8 ou autre, ce n'est pas carré, ça me déstabilise. Ces rythmes m'exposent à mes limites en solfège. Je pense donc que inconsciemment, quand j'entends que c'est bien joué, ça me fascine.



Alors ce thème, on en revient à la marche initiale du premier mouvement avec ces basses qui jouent la la la...Et il y a déjà cette idée de décalage, de changement de rythme et même d'arythmie qui sera accentuée dans le trio.



Là on alterne, un peu comme si on boitait. Sans même parler des timbres utilisés, comme le picolo, la clarinette en mi bémol et le xylophone, sans parler du contrepoint qui ajoute au malaise.
On a tout un côté parodique qui me fascine, qui était déjà en gestation dans le 3ème mouvement du titan et qui donne sa plénitude ici.

Sinon je te rejoins sur le scherzo de la 5ème, encore que, ce cor solo quand même, c'est quelque chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3726
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 21:54

andika a écrit:
Il annonce vraiment les Chostakovich, Prokofiev
À la décharge de Mahler, il faut tout de même dire que ça, il ne pouvait pas le deviner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 22:18

Benedictus a écrit:
andika a écrit:
Il annonce vraiment les Chostakovich, Prokofiev
À la décharge de Mahler, il faut tout de même dire que ça, il ne pouvait pas le deviner.

Certes mais dans mon parcours musical personnel, j'ai commencé à aimer les russes après en être passé par Mahler. C'est criant avec Chostokovich. J'avais assisté à un concert du Philharmonia Orchestra au Royal Festival Hall de Londre dirigé par Paavo Jarvi en juin 2014, je m'étais endormis pendant la 5ème de Chosta. Je l'ai réécoutée après m'être vraiment intéressé à Mahler et je me demande encore aujourd'hui comment j'ai pu décrocher le jour du concert. Je ne me le pardonne pas d'ailleurs. Enfin, j'étais surtout parti écouter le Rach 3 ce jour là.


Dernière édition par andika le Mer 13 Sep 2017 - 16:36, édité 2 fois (Raison : correction)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3726
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 22:35

C'est curieux, parce que, pour moi c'est l'inverse: je suis fan de Mahler depuis ma pré-adolescence, et j'ai l'impression que c'est ça qui m'a toujours empêché d'adhérer à Chostakovitch, malgré d'innombrables tentatives - justement parce que j'y entends, comme disait Pierrot, du «Mahler troisième pression à froid» (des trucs pompés chez Mahler, mais gris et aplatis, sans le génie mahlérien de la relance du discours ou des couleurs orchestrales).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 23:03

Benedictus a écrit:
C'est curieux, parce que, pour moi c'est l'inverse: je suis fan de Mahler depuis ma pré-adolescence, et j'ai l'impression que c'est ça qui m'a toujours empêché d'adhérer à Chostakovitch, malgré d'innombrables tentatives - justement parce que j'y entends, comme disait Pierrot, du «Mahler troisième pression à froid» (des trucs pompés chez Mahler, mais gris et aplatis, sans le génie mahlérien de la relance du discours ou des couleurs orchestrales).

C'est particulièrement injuste de parler de Chostakovitch - qui avait en effet une connaissance approfondie de l’œuvre de Mahler -  dans ces termes : c'est un symphoniste génial, notamment la V, la VII, la IX, la X...
Ces œuvres sont régulièrement jouées avec succès, et il y a pléthore d'enregistrements pour témoigner de leur beauté.

Pour en revenir à la VI de Mahler, dans l'intéressant coffret des "Mahler broadcasts" intégrale réalisée à partir de bandes radio du New York Philharmonic, en avril 1955, Mitropoulos, qui positionne le scherzo avant le final -version très âpre, presque sauvage par moment - splendide.

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3726
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Sam 9 Sep 2017 - 23:29

Montfort a écrit:
C'est particulièrement injuste de parler de Chostakovitch - qui avait en effet une connaissance approfondie de l’œuvre de Mahler -  dans ces termes : c'est un symphoniste génial, notamment la V, la VII, la IX, la X...
Ces œuvres sont régulièrement jouées avec succès, et il y a pléthore d'enregistrements pour témoigner de leur beauté.
J'ai essayé en concert (Bychkov, Inbal), je réessaye régulièrement au disque (Mravinsky, Kondrachine, Rojdestvenski, Mitropoulos, Haitink, Bernstein, Bychkov...) - mais non: je n'ai jamais réussi à me convaincre que Chostakovitch était un symphoniste génial (sauf dans la 13 et la 14, mais ce sont moins des symphonies qu'une cantate et un liederzyklus, non?) - alors que je le considère comme un compositeur génial de mélodies et de musique de chambre - ni à surmonter ce que j'en écris juste au-dessus.

Et je pense que j'aurai sans doute encore plus de mal à me convaincre de la beauté de ces symphonies (impressionnantes, poignantes, j'arrive à me représenter pourquoi - mais belles?) que du génie de symphoniste de Chostakovitch.

Montfort a écrit:
Pour en revenir à la VI de Mahler, dans l'intéressant coffret des "Mahler broadcasts" intégrale réalisée à partir de bandes radio du New York Philharmonic, en avril 1955, Mitropoulos, qui positionne le scherzo avant le final -version très âpre, presque sauvage par moment - splendide.
Oui! mains
Cela dit, son enregistrement avec la WDR de Cologne dont je parlais plus haut (rééditée sous divers label, dont la collection Great Conductors of the XXth Century) est non moins intense, mais avec moins de scories (instrumentales et de prise de son).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomane averti


Nombre de messages : 237
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Dim 10 Sep 2017 - 9:07

Benedictus a écrit:

Montfort a écrit:
Pour en revenir à la VI de Mahler, dans l'intéressant coffret des "Mahler broadcasts" intégrale réalisée à partir de bandes radio du New York Philharmonic, en avril 1955, Mitropoulos, qui positionne le scherzo avant le final -version très âpre, presque sauvage par moment - splendide.
Oui! mains
Cela dit, son enregistrement avec la WDR de Cologne dont je parlais plus haut (rééditée sous divers label, dont la collection Great Conductors of the XXth Century) est non moins intense, mais avec moins de scories (instrumentales et de prise de son).

Il y a une tendance générale que l'ordre dans les concerts suivent l'édition critique de la partition.

Ainsi avant 1963
(partition publié par Erwin Ratz) on joue Andante/Scherzo y compris Mitropoulos/NY en 1955, Mitropoulos/Kohn en 1959 probablement connait les avancés anticipait déjà l'ordre Scherzo/Andante (il existe de lui un enregistrement de 1957 avec VSO).  De même après 2000 (?) beaucoup plus de chefs jouent Andante/Scherzo (Abbado/Gergiev/Chailly/Stenz/Harding) mais une bonne partie préfère quand même rester à Scherzo/Andante (Haitink/Maazel/Inbal). Entre les deux dates la tendance est Scherzo/Andante, sauf deux cas isolés : Rattle et Barbirolli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4145
Age : 68
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Dim 10 Sep 2017 - 9:42

Benedictus a écrit:
Montfort a écrit:
C'est particulièrement injuste de parler de Chostakovitch - qui avait en effet une connaissance approfondie de l’œuvre de Mahler -  dans ces termes : c'est un symphoniste génial, notamment la V, la VII, la IX, la X...
Ces œuvres sont régulièrement jouées avec succès, et il y a pléthore d'enregistrements pour témoigner de leur beauté.
J'ai essayé en concert (Bychkov, Inbal), je réessaye régulièrement au disque (Mravinsky, Kondrachine, Rojdestvenski, Mitropoulos, Haitink, Bernstein, Bychkov...) - mais non: je n'ai jamais réussi à me convaincre que Chostakovitch était un symphoniste génial (sauf dans la 13 et la 14, mais ce sont moins des symphonies qu'une cantate et un liederzyklus, non?) - alors que je le considère comme un compositeur génial de mélodies et de musique de chambre - ni à surmonter ce que j'en écris juste au-dessus.

Et je pense que j'aurai sans doute encore plus de mal à me convaincre de la beauté de ces symphonies (impressionnantes, poignantes, j'arrive à me représenter pourquoi - mais belles?) que du génie de symphoniste de Chostakovitch.

Montfort a écrit:
Pour en revenir à la VI de Mahler, dans l'intéressant coffret des "Mahler broadcasts" intégrale réalisée à partir de bandes radio du New York Philharmonic, en avril 1955, Mitropoulos, qui positionne le scherzo avant le final -version très âpre, presque sauvage par moment - splendide.
Oui! mains
Cela dit, son enregistrement avec la WDR de Cologne dont je parlais plus haut (rééditée sous divers label, dont la collection Great Conductors of the XXth Century) est non moins intense, mais avec moins de scories (instrumentales et de prise de son).

Chosta : dommage pour toi...
Je ne me suis pas intéressé à ce compositeur pendant longtemps - pas uniquement à cause du diktat de Boulez - la révélation est venu lors de concerts : la X par Haitink avec les Viennois, la IX par Jansons avec la Radio Bavaroise.

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: La tribune des critiques de disques   Dim 10 Sep 2017 - 18:16

Pour Purcell, je viens d'écouter la tribune des critiques de disques au sujet de la musique pour les funérailles et la version de Gardiner en 1976 l'a emporté. C'était de loin la meilleure. J'ai d'ailleurs constaté que Harding s'en est inspiré cette semaine. La ligne de percussions était la même.


Dernière édition par andika le Lun 11 Sep 2017 - 10:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Dim 10 Sep 2017 - 22:39

Oui, ce sont exactement les mêmes figures de timbales. Je n'ai jamais regardé la partition, il est très vraisemblable qu'elles ne soient pas écrites. Curieux de savoir si Gardiner a touché des droits pour l'utilisation de son édition.

(En tout cas, disques magnifiques que les Purcell « de circonstance » de Gardiner : Mary, Sainte-Cécile, cantates…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Lun 11 Sep 2017 - 10:34

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, ce sont exactement les mêmes figures de timbales. Je n'ai jamais regardé la partition, il est très vraisemblable qu'elles ne soient pas écrites. Curieux de savoir si Gardiner a touché des droits pour l'utilisation de son édition.

(En tout cas, disques magnifiques que les Purcell « de circonstance » de Gardiner : Mary, Sainte-Cécile, cantates…)

En effet, j'ai appris lors de l'émission que les percussions étaient facultatives dans cette oeuvre, par conséquent elles ne sont pas de la main de Purcell, d'où certains percussionnistes qui prennent certaines libertés, j'ai entendu des horreurs hier ahahaha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Lun 11 Sep 2017 - 21:22

Probablement pas exactement facultatives (on sait qu'il y en avait), mais laissées à l'appréciation des interprètes et non notées, oui, c'est très possible, c'était assez habituel pour les pièces funèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
andika
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mer 13 Sep 2017 - 16:31

Benedictus a écrit:
andika a écrit:
Sinon, Abbado aussi joué l'Adante en II. Je dis ça, je dis rien... Very Happy
Oui, mais pas Mitropoulos - alors, vu ton avatar, hein... (A propos, tu as écouté son enregistrement de 1959 avec le WDR-SO?)

Au demeurant, Abbado est loin d'être ultime dans tous ses enregistrements des symphonies de Mahler (en gros, ne sont pour moi vraiment suprêmes que la 3, la 9 et la 2 - et pour ces deux dernières, seulement dans ses témoignages les plus tardifs; sa 4 viennoise et sa 5 berlinoise sont assez réussies sans être non plus particulièrement exceptionnelles - et tout le reste est plutôt pas très bon.)

Non je n'ai pas écouté son enregistrement, je vais essayer de trouver ça. Et puis si j'ai mis Mitropoulos en avatar, c'est surtout en raison des conditions de son décès, pendant les répétitions de la 3ème de Mahler Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81917
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mer 13 Sep 2017 - 19:39

andika a écrit:
Et puis si j'ai mis Mitropoulos en avatar, c'est surtout en raison des conditions de son décès, pendant les répétitions de la 3ème de Mahler Wink

C'est sûr que c'est plus poétique que Cantelli…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3726
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   Mer 13 Sep 2017 - 20:12

Certes. Mais en répétition de concert symphonique, c'est aussi moins glamour qu'en pleine représentation d'opéra - les Italiens font ça très bien, en général (Cleva, Patanè, Sinopoli...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philharmonie – Purcell Funérailles, Mahler 6– septembre2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle musique pour vos funérailles?
» L’Eglise refuse Highway to Hell aux funérailles
» Funérailles de Jade Goody : Michael Jackson sera bien là !
» L'histoire de l'invitation réalisée pour les funérailles de Michael Jackson
» Chanson pour vos funérailles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: