Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Julia Wolfe (1958)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16660
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Julia Wolfe (1958)   Ven 29 Sep 2017 - 12:57



L’univers de la musique (post)minimaliste est très diversifié. J’aimerais ici évoquer rapidement l’un de ses courants, que j’appellerais maximalisme-totalisme, réunissant en fait deux branches distinctes mais qui partagent plusieurs caractéristiques et entre lesquelles se sont dévoloppés beaucoup d’échanges (voir par exemple l’histoire de l’ensemble Icebreaker) : la branche néerlandaise (puis belgo-néerlandaise) et la branche new-yorkaise qui nous intéresse donc ici (et qu’on appelle fréquemment totalism). Comme peuvent l’indiquer les deux termes utilisés, bien que dérivant directement du minimalisme et en particulier de l’héritage de Steve Reich, ces mouvements sont apparus en réaction au minimalisme dominant, si bien que j’ai aussi trouvé le terme de postminimalism of resistance : alors que le minimalisme mainstream, joué dans les salles prestigieuses, dérivait de plus en plus vers l’easy listening ou le néo-symphonisme (Glass, Adams, Torke, etc.), le totalisme s’est défini avant tout comme un mouvement issu de la culture downtown, mais repensée, renouant avec l’idée d’une écriture organisée et rationnelle que la scène downtown mettait au départ en cause (j’ai trouvé cette phrase : Just as uptown locales have begun to institutionalize downtown, downtown has begun to rethink uptown.). L’une des caractéristique principale de ce courant va dans le sens d’une diversification et d’une complexification, en particulier sur le plan rythmique : rythmes et mètres complexes, polyrythmes (notamment influencé par les théories harmonico-rythmiques de Henry Cowell), fréquents changements de tempo, structures beaucoup moins monolithiques, etc. Une chose qu’on retrouve aussi fréquemment, particulièrement du côté néerlandais, est l’emploi de formes complexes comme les canons, le hoquet, etc. Mais il se distingue également par ses emprunts à la pop culture, et en particulier rock, mais aussi dans certains cas à des cultures non occidentales. D’où le ton généralement énergique et pulsé, la prédominance d’instruments amplifiés et de percussions, et la guitare électrique comme instrument de premier plan. Chez Wolfe en particulier on peut identifier toute une série d’emprunts à la culture folk, pop, au funk, au rock, etc., dont on trouve un écho dans des thèmes comme le monde ouvrier. Si l’idée de ressources minimales et les boucles sont toujours présentes, les éléments hypertonals avoisinnent les dissonances crues, les clusters, glissandos, etc. Avec Michael Goldon et David Lang, Julia Wolfe a fondé Bang on a Can, un collectif de compositeur·rice·s et d’interprètes qui a organisé des sessions de concerts à partir de la fin des années 80.

En 2015 Julia Wolfe a remporté le prix Pulitzer de musique pour son œuvre Anthracite Fields, que je recommande vivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3883
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Julia Wolfe (1958)   Dim 1 Oct 2017 - 22:48

lucien a écrit:
Chez Wolfe en particulier on peut identifier toute une série d’emprunts à la culture folk, pop, au funk, au rock, etc., dont on trouve un écho dans des thèmes comme le monde ouvrier. Si l’idée de ressources minimales et les boucles sont toujours présentes, les éléments hypertonals avoisinnent les dissonances crues, les clusters, glissandos, etc.

En 2015 Julia Wolfe a remporté le prix Pulitzer de musique pour son œuvre Anthracite Fields, que je recommande vivement.
J'ai justement écouté Anthracite Fields la semaine dernière, et en effet, j'ai été (très agréablement) «cueilli» par les deux éléments que j'ai mis en gras. Je m'attendais en effet à du Reich tardif en un peu plus facile ou grand public, et en fait non, c'est tout le contraire, c'est une œuvre assez âpre, et très prenante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Julia Wolfe (1958)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Julia Varady
» Angus & Julia Stone
» Julia Varady
» Milestones (1958)
» Heinz Tiessen (1887-1971) & Eduard Erdmann (1896-1958)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: