Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Camille Saint-Saens (1835-1921)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
anaëlle
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1484
Age : 16
Localisation : Paris
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 16:53

concerto a écrit:

Ses oeuvres les plus connues :
- Le carnaval des animaux
- Danse macabre
- Symphonie n° 3 "Organ"
Je rajouterai l'Introduction et Rondo capriccioso, non ?  Very Happy


concerto a écrit:

Mais il a aussi composé des concertos pour piano qui sont mes favoris avec ceux de Beethoven et Chopin et que Aldo Ciccolini a enregistrés (dans le coffret "Aldo Ciccolini
Je les ai par Pascal Rogé, et Dutoit/Philharmonia Orchestra. mains  Mes préférés sont le n2 et 5, mais je ne suis pas sûre qu'ils tiennent la comparaison avec ceux de Beethoven ... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 16:58

anaëlle a écrit:
Il y a un CD que j'ai beaucoup apprécié, et que je conseille fortement :

                       

J'avais beaucoup aimé Cyprès et Laurier, notamment le 2e mouvement, ainsi que le 1er mouvement de la Foi, si je me souviens bien. Very Happy

C'est à peu près le programme de l'album Slatkin à Lyon : http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=NBD0045 .
Et Cyprès et lauriers est effectivement une très belle page dès lors qu'elle est saisie dans son ensemble avec son articulation "inflammable" (la manière de tendre l'arche, je veux dire), à la fois recueillie et "triomphante" (j'imagine que les anti-Saint-Saëns la trouveraient spontanément pompeuse/pompier) ; le titre intrigue et c'est l'une des bonnes productions engendrées par le premier conflit mondial. A 80 ans, Saint-Saëns en gardait sous le pied en terme d'inspiration, c'est indéniable (lui a qui on a surtout reproché parfois un trop-plein de métier "seul").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 20:04

Parmi les oeuvres de Saint-Saens qui méritent de rester à la postérité, on peut rajouter le concerto pour violoncelle n°1, son opéra Samson et Dalila (qui compte quelques beaux morceaux de bravoure tels que Mon coeur s'ouvre à ta voix ou encore la survitaminée Bacchanale), l'allegro appassionato pour violoncelle et piano (très énergique lui aussi !!) et le poème symphonique intitulé Le rouet d'Omphale. Certes, sur une période de plus de 70 ans (sa première symphonie fut écrite à 18 ans) et au sein d'un catalogue riche d'environ 200 opus, il y a pas mal de scories. Mais il ne mérite pas l'oubli relatif dans lequel il a pu sombrer, compositeur qualifié de trop académique et éclipsé par ses contemporains comme Fauré ou Debussy. Il est heureux par exemple qu'on ait "redécouvert" ses concertos pour piano qui durant presque un siècle ont été quasi ignorés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 20:51

Chris3 a écrit:
Il est heureux par exemple qu'on ait "redécouvert" ses concertos pour piano qui durant presque un siècle ont été quasi ignorés.

Mais on joue toujours les mêmes, alors que les plus beaux sont les moins joués !

Par ailleurs, il y a beaucoup de choses magnifiques dans sa musique vocale qui sont peu données (le Déluge, Henry VIII, Étienne Marcel…), voire qui attendent toujours d'être remontées (Frédégonde, pourtant une partition somptueuse !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 21:06

DavidLeMarrec a écrit:
Par ailleurs, il y a beaucoup de choses magnifiques dans sa musique vocale qui sont peu données (le Déluge, Henry VIII, Étienne Marcel…), voire qui attendent toujours d'être remontées (Frédégonde, pourtant une partition somptueuse !).

J'allais le dire : Les Barbares ont été une authentique révélation pour moi à l'orchestre, aux voix, avec un vrai sens (je veux dire : de A vers B) du drame, de la construction, du "don" de l'orchestre au profit du mot, etc. (le Prologue affraid ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6224
Age : 24
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 21:06

J’ai aussi un gros faible pour les dernières sonates notamment ( celle pour clarinette I love you ). Mais surtout j’interviens ici pour me joindre à ceux qui défendent Saint-Saëns, et dire combien je ne comprend pas le « mésestime » qu’il doit subir, souvent sous prétextes « d’académisme » ou de peu de « modernité » , etc .. comme s’ils étaient les seuls critères valables pour définir la valeur et la grandeur d’un compositeur.

Qui des compositeurs français a eu un métier aussi précis et maitrisé, sans manquer à sa dose de subtilité ou de délicatesse typiquement français ? On ne fait pas de mauvais plats avec les meilleurs ingredients, à moins d’être un mauvais cuisinier. Par contre on peut faire de grand plats avec les moins bons, si on est un grand cuisinier .. Je crois que nous sommes tous d’accord pour dire que Saint-Saëns fut l’un des plus grands maitres cuisiniers ! Quel métier ! Et s’il faut regarder la qualité de ses ingrédients, il ne me semble pourtant pas non plus qu’ils aient à se plaindre ..

pour moi Saint-Saëns est un grand, simplement !  Very Happy  sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 21:12

Rav-phaël a écrit:
J’ai aussi un gros faible pour les dernières sonates notamment ( celle pour clarinette I love you ).

Mais oui, mais oui ; les trois sonates op. 166 à 168. Où l'on constate que Poulenc ne vient pas tout à fait de nulle part Rolling Eyes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 21:43

Rav-phaël a écrit:


pour moi Saint-Saëns est un grand, simplement !  Very Happy  sunny [/font]

Donc tu votes pour lui au jeu des compositeurs ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6224
Age : 24
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 21:53

Je ne vois pas le rapport. Wink Et oui je l’ai fais, et je le referais si j’avais plus de 5 points ... seulement on ne peut pas être partout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6224
Age : 24
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 21:57

bAlexb a écrit:
Rav-phaël a écrit:
J’ai aussi un gros faible pour les dernières sonates notamment ( celle pour clarinette I love you ).

Mais oui, mais oui ; les trois sonates op. 166 à 168. Où l'on constate que Poulenc ne vient pas tout à fait de nulle part Rolling Eyes ...

Je ne sais pas comment prendre cette remarque ^^ mais oui, je confirme que je les adore Mr.Red . D’ailleurs c’est une manie, Saint-Saëns, Debussy, Poulenc effectivement ... Que des merveilles !  I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Avr 2015 - 22:17

Rav-phaël a écrit:
Je ne sais pas comment prendre cette remarque ^^ mais oui, je confirme que je les adore Mr.Red .

Comme un simple constat, sans plus ; et certainement pas comme un reproche Wink !
J'aime chercher les correspondances (écrites ; et les autres)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23148
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Sam 29 Aoû 2015 - 0:23

I love you Qu'est-ce que j'adore le premier mouvement, ce mélange d'héroïsme, de tragique torturé, de mélancolie...
Ceux de Rachmaninov exploitent un peu les mêmes ingrédients, et bénéficient d'une bien plus large audience.
Ce concerto n'est en rien méconnu, mais je m'étonne qu'il ne se soit davantage imposé au grand répertoire, et qu'il n'ait été aussi enregistré que ceux de Schumann, Brahms, Tchaikovsky...
Le Finale aurait pu être écrit par Mendelssohn voire le jeune Brahms.
Enfin, c'est sûr que le second mouvement, scherzando, taquine trop la gaudriole pour que l'oeuvre soit entièrement prise au sérieux.


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Camille Saint-Saëns (1835-1921) :

Concerto pour piano n°2 en sol mineur, Op. 22

= Philippe Entremont ; Michel Plasson, Orchestre du Capitole de Toulouse

(CBS, janvier-avril 1977)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Sam 29 Aoû 2015 - 1:16

Oui, très beau !

C'est le Premier que j'aime le plus, d'ailleurs… très marquant, mais les cinq sont de haute volée de toute façon, et étrangement très peu programmés en concert. Pourtant, en matière de virtuosité et d'épate par les doigts comme par les couleurs, il y a de quoi ravir petits et grands !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: ain   Mar 1 Déc 2015 - 21:34

bonsoir chers amis
je suis vraiment surpris que cette oeuvre soit de saint saens
pour rien au monde je ne l'aurais cru
j'aurais mis ma main à couper pour de la musique d'un compositeur russe
pourquoi cette pièce sonne-t-elle si russe ?
ou alors me trompe-je ?

Saint-Saens - Introduction & Rondo Capriccioso
watch?v=-HQyXWkABo0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 1 Déc 2015 - 23:50

Bien que ce soit l'une des premières pièces de Saint-Saëns que j'aie entendues, je suis d'accord, c'est assez surprenant (moins si tu as écouté les concertos pour piano) – son talent est bien plus divers qu'on le croit souvent.

Il y a quelque chose de très virtuose-folklorisant là-dedans, effectivement, quelque part entre l'espagnolade et le capriccio russe, effectivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19007
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Ven 22 Juil 2016 - 12:42



Sortie prévue pour le 23 septembre... la FNAC présente ça comme une "intégrale" des mélodies...
Sachant qu'il est prévu normalement aussi un disque des mélodies orchestrales! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1118
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mer 10 Aoû 2016 - 10:13

Ce sera sûrement excellent si j'en juge par le très agréable CD de mélodies de Godard que le même duo a enregistré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19007
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mer 10 Aoû 2016 - 10:31

Michel Desrousseaux a écrit:
Ce sera sûrement excellent si j'en juge par le très agréable CD de mélodies de Godard que le même duo a enregistré.

Ils ont aussi proposé un disque consacré à Lalo et un autre à Félicien David...
Pour moi dans tous les cas on a de très belles mélodies parfaitement rendues par le duo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1449
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Lun 20 Mar 2017 - 22:32

C'est la deuxième fois que j'entends la 3ème symphonie en concert, et le quatrième mouvement me fait toujours le même effet:

Sinon, le premier mouvement est absolument parfait, et le deuxième est très beau, même si un peu longuet.
Le troisième, ça a l'air super hard à mettre en place. Je suis toujours impressionné qu'un orchestre puisse réussir ce genre de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Lun 20 Mar 2017 - 23:37

nugava a écrit:
Le troisième, ça a l'air super hard à mettre en place. Je suis toujours impressionné qu'un orchestre puisse réussir ce genre de choses.

Tu pourrais préciser ? Ça ne me paraît pas si redoutable (par rapport à la Quatrième d'Ives, c'est un autre univers). C'est relativement homophonique comme musique, difficile de se décaler, tu vises quoi en particulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1449
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Lun 20 Mar 2017 - 23:52

Ça m'a fait un peu penser à certains passages de Tchaikovski. Ça virevolte quand même pas mal, avec quelques fusées aux bois. Et puis un canon dans un orchestre, ça m'a toujours fait l'effet de quelque chose de virtuose. (Je n'ai aucun bagage technique, c'est peut-être extrêmement facile pour les musiciens. Mais là, le volume sonore est quand même important, et ça va assez vite. Ça tournoie et ça donne l'impression de pouvoir se casser la gueule facilement).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Mar 21 Mar 2017 - 0:20

Je vois mieux, merci. Smile Tu as peut-être raison. J'ai cette impression, mais plutôt pour d'autres répertoires (L'Oiseau de feu, toutes les chaises sont virtuoses, les temps ne sont pas toujours réguliers ou les attaques évidentes, chacun est assez autonome, et quand le chef bat vite en plus…), ou des trucs titanesques où tout le monde joue en même temps (la Turangalîla, la Quatrième d'Ives, l'Acte Préalable…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23148
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Dim 23 Avr 2017 - 18:10

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Camille Saint-Saëns (1835-1921) :

Symphonie en fa majeur "Urbs Roma"

= Jean Martinon, Orchestre National de l'ORTF

(Emi, septembre 1974)

Smile Une symphonie qui venait d'être éditée l'année de cet enregistrement car Saint-Saëns la désavoua -quoiqu'elle fut primée à un concours organisé par la Société sainte Cécile de Bordeaux où elle avait été jouée en juin 1857.
Près de trois quarts d'heure : une oeuvre majestueuse mais un peu longuette, qui se soupçonne parfois d'académisme et aurait pu faire l'économie de quelques tournures banales. Très suggestive en tout cas.
L'on ne dispose d'aucun programme ou intention descriptive qui expliquerait ce titre pittoresque (« la ville de Rome »), ce qui n'empêche pas d'imaginer quelques correspondances picturales.
On remarquera ainsi la noblesse un rien nonchalante du thème de cors qui féconde le Largo introductif, comme une architecture antique qui vous sourit dans un soleil d'aurore.
Scandé à 2/2 (alla breve), le Scherzo en la mineur convoque quelque cortège bachique, avec des trilles qui résonnent comme l'agitation des tambourins autour du dieu de la vigne.
Le Moderato assaï serioso défile comme une lente procession endeuillée. Un souvenir de la Marcia funebre de L'Eroïca de Beethoven ? Une lugubre méditation sur la gloire passée de la cité éternelle ? La sombre tonalité de fa mineur s'éclaire d'une brève modulation en majeur, qu'immisce la clarinette à la mesure 59 (3'09-).
En guise d'apothéose ? Le jeune compositeur nous étonne par un Finale à variations, qui nous plonge incongrument dans un univers de ballet élégant et serein. On notera le dynamisme de la quatrième variation (mesure 155, 4'44-) qui bondit en rythme pointé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4214
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Dim 7 Mai 2017 - 17:42


Mélodies: intégrale des cycles
Tassis Christoyannis (baryton), Jeff Cohen (piano)
Bourges, III.2016
Aparté



Mélodies avec orchestre
Yann Beuron (ténor), Tassis Christoyannis (baryton), Markus Poschner / Orchestra della Svizzera Italiana
Lugano, VIII.2016
Alpha


Merci Bru Zane: ces mélodies sont épatantes!

Des œuvres vraiment très réussies: une veine mélodique très plaisante, qui module toujours très subtilement et sert avec intelligence, et parfois avec humour, les textes (plutôt mieux choisis que la moyenne du genre: pas mal de Hugo et de poètes renaissants, et même les poèmes fin-de-siècle orientalistes ou déprimistes sont acceptables), une grande variété de climats, une écriture rythmique parfois assez inventive (en particulier dans les Hugo), un accompagnement à la fois évocateur et élégant - en particulier dans les Mélodies persanes, qui ne versent jamais dans l’exotisme de pacotille - et de magnifiques orchestrations (du meilleur postromantisme français).

Pour moi qui ne connaissais que le Pas d’armes du roi Jean (par Panzéra), une vraie révélation. Ce qui est étonnant, c’est que ces mélodies n’aient pas été plus défendues que cela - en particulier par les «grands anciens», les Panzéra, les Mauranne, les Souzay...

Interprétation superlative.

(Et la version originale de la Danse macabre est vraiment réjouissante!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Dim 7 Mai 2017 - 23:00

Bien d'accord !

J'en avais touché un mot ici ( http://carnetsol.fr/css/index.php?2016/10/05/2855-saint-saens-melodies-persanes-christoyannis-cohen ) et là ( http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2017%2F03%2F06%2F2911--carnet-d-ecoutes-n106-saint-saens-melodies-orchestrales-beuron-christoyannis ), et ce rejoint largement tes impressions : la couleur locale est très intégrée à la musique, pour nourrir l'évocation, pas du tout comme un effet extérieur.

Effectivement, si tu n'avais entendu que le Pas d'armes, les Mélodies persanes, la Danse macabre de Cazalis (impossile de goûter pleinement la version instrumentale sans son sous-texte !), L'Attente, la Chanson à boire de Boileau (absente ici, Le Roux & Johnson l'ont gravée), ça regorge de merveilles très négligée.

Mais la même veine de sobre plénitude, le volume La Tombelle paru il y a très peu est un bijou aussi.

Et l'interprétation, en effet… quelle justesse de mots, quelle voix qui se plie à toutes les finesses ! On retrouve la maîtrise des grands anciens, mais de pair avec une précision émotive que n'avaient pas Panzéra, Maurane, Souzay ou Kruysen. Pas sûr qu'on ait jamais mieux chanté ce répertoire, tout simplement. Et j'aime bien la sécheresse de Cohen dans ce style.

Beuron est remarquable aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4214
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Dim 19 Nov 2017 - 0:22


Quatuors à cordes nº1 en mi mineur, op. 112 (1899) et nº2 en sol majeur, op. 153 (1919)
Fine Arts Quartet: Ralph Evans, Efim Boico (violons), Nicolò Eugelmi (alto), Wolfgang Laufer (violoncelle)
Monastère de Wittelm, X.2009
Naxos


Décidément, plus je réécoute Saint-Saëns, plus je suis émerveillé! Les deux premiers mouvements du 1ᵉ Quatuor ont quelque chose de fascinant.

L’Allegro initial fascine par sa tension constante - tension de l’écriture harmonique aux modulations étonnamment tourmentées; tension de l’écriture rythmique et dynamique, qui parvient à maintenir une grande poussée tout en semblant agitée de foucades, de ruptures parfois au bord du silence, de galops inquiets et, parfois, de brefs moments d’une grande douceur; tension du contrepoint, que l’on pourrait qualifier d’agonistique, tant l’enchevêtrement des voix semble parfois hérissé.

Le Molto allegro quasi presto fascine quant à lui d’une manière presque inverse: après ce mouvement conflictuel et comme ramassé sur lui-même, on dirait que Saint-Saëns s’attache cette foisà déployer tous les modes de circulation possibles d’un thème (du solo accompagné au jeu de contrechants ciselés en passant par le contrepoint fugué) - et comme il le fait à partir d’une mélodie qui sonne comme un lamentation extrêmement prégnante, il s’en dégage une atmosphère obsédante et sombre vraiment prenante.

Le seul problème étant peut-être qu’après ces deux sommets, les deux derniers mouvements paraissent beaucoup plus convenus - disons plus conformes à la caricature de Saint-Saëns: du post-Mendelssohn un peu guindé.

Quant au 2ᵉ Quatuor, peu de choses à ajouter à ce que j’en disais il y a un peu plus d’un an après l’avoir entendu en concert: «j’adore les deux premiers mouvements (vraiment étonnant comme, par quelques modulations, on y bascule d’un post-Mendelssohn à l’univers sonore de Debussy), mais ne vois pas où vont les deux suivants.» Mais les deux premiers mouvements sont vraiment magnifiques!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Dim 19 Nov 2017 - 12:56

Moi j'aime beaucoup les mouvements suivants aussi, mais c'est vrai qu'il y a un véritable contraste entre l'ambition assez audacieuse du début et la forme plus traditionnelle, les climats souriants de la fin.

Comme beaucoup de son legs chambriste (les quatuors avec piano !), ce sont de petits bijoux, qu'on n'attendrait pas du tout de la réputation ou même des autres œuvres de Saint-Saëns. (Sauf peut-être lorqu'on a découvert les Barbares ou Frédégonde, mais ce n'est pas de la musique de chambre wagnérienne non plus…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4214
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Dim 19 Nov 2017 - 13:11

DavidLeMarrec a écrit:
c'est vrai qu'il y a un véritable contraste entre l'ambition assez audacieuse du début et la forme plus traditionnelle, les climats souriants de la fin.
C'est d'ailleurs souvent le cas, et pas que chez Saint-Saëns, mais je trouve que chez lui, le contraste est particulièrement saisissant.

DavidLeMarrec a écrit:
(les quatuors avec piano !)
Il y en a d'autres que l'op. 41? Du même tonneau? bounce

DavidLeMarrec a écrit:
Comme beaucoup de son legs chambriste, ce sont de petits bijoux, qu'on n'attendrait pas du tout de la réputation ou même des autres œuvres de Saint-Saëns.
J'ai l'impression que c'est un peu tout son legs qui est comme ça: j'ai toujours beaucoup aimé - mais en ne connaissant au départ qu'une poignée d'œuvres (les Symphonies, le Septuor, le Carnaval, Samson...)
Or, dans tout ce que j'ai découvert récemment avec enthousiasme, il y avait toujours, mis à part les Concertos pour piano, un effet de surprise (Le Déluge, les mélodies...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   Dim 19 Nov 2017 - 13:37

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
c'est vrai qu'il y a un véritable contraste entre l'ambition assez audacieuse du début et la forme plus traditionnelle, les climats souriants de la fin.
C'est d'ailleurs souvent le cas, et pas que chez Saint-Saëns, mais je trouve que chez lui, le contraste est particulièrement saisissant.

DavidLeMarrec a écrit:
(les quatuors avec piano !)
Il y en a d'autres que l'op. 41? Du même tonneau?  bounce

Il y en a un autre de jeunesse, en mi majeur, sans opus ; moins fouillé, clairement, plus classique… mais très beau et abouti aussi (peut-être moins pour toi cela dit, on est plutôt dans la veine des fins des deux quatuors à cordes hehe ).


Citation :
J'ai l'impression que c'est un peu tout son legs qui est comme ça: j'ai toujours beaucoup aimé - mais en ne connaissant au départ qu'une poignée d'œuvres (les Symphonies, le Septuor, le Carnaval, Samson...)
Or, dans tout ce que j'ai découvert récemment avec enthousiasme, il y avait toujours, mis à part les Concertos pour piano, un effet de surprise (Le Déluge, les mélodies...)

Oh, même les concertos pour piano. Le final en échos du 1, la virtuosité digitale et formelle du 2, les alliages sonores du 5… Effectivement, pour quelqu'un qui porte cette réputation d'académisme, on fait difficilement plus insaisissable… on a un peu confondu la position sociale et la réalité du legs. (C'est aussi le cas pour Massenet, d'ailleurs, qui serait indétectable de l'extérieur pour quelqu'un qui ne connaîtrait pas déjà tous ses opéras !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Camille Saint-Saens (1835-1921)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Camille Saint-Saens (1835-1921)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Camille Saint-Saens (1835-1921)
» Saint-Saens. La symphonie n°3.
» Pauline Viardot : Cendrilon (Opéra-Comique, Avril 2013)
» Samson et Dalila, Saint Saens
» Libera et Saint-Saëns

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: