Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018

Aller en bas 
AuteurMessage
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 8 Jan 2018 - 10:09

Reprise de ce spectacle d'une force émotionnelle incroyable.
Une mise en scène inoubliable - la distribution retrouve les interprètes de la création : Patricia Petibon, Sophie Koch, Véronique Gens et des nouvelles : Sabine Devieilhe, Anne - Sophie von Otter.

5 représentations, il reste des places pour certaines d'entre elles.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 11 Fév 2018 - 9:28


Quelqu'un y - est - il allé ?

J'ai lu plusieurs critiques; laudatives sur la mise en scène et le plateau vocal, et divergentes sur le chef et l'orchestre : selon l'une d'entre elles le chef serait incapable de suivre correctement la partition et l'orchestre ferait preuve d'une raideur tuant l'émotion !!???

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 11 Fév 2018 - 11:34

Rohrer est un chef assez brouillon et c'est précisément lui que je crains le plus dans cette production. Je n'avais pas du tout aimé sa direction lors d'un Idomeneo (avec Richard Croft dans le rôle titre) vu au TCE il y a quelques années.

J'y serai le 16, pour la dernière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 11 Fév 2018 - 12:47

luisa miller a écrit:
Rohrer est un chef assez brouillon et c'est précisément lui que je crains le plus dans cette production. Je n'avais pas du tout aimé sa direction lors d'un Idomeneo (avec Richard Croft dans le rôle titre) vu au TCE il y a quelques années.

J'y serai le 16, pour la dernière

En décembre 2013, c'était déjà Rohrer, avec le Philharmonia...
Sa direction avait été aussi discutée, mais pas autant.
Puisque tu vas à la dernière, espérons que les choses seront rodées sur ce plan, parce qu'autrement, c'est vraiment génial....

J'avais découvert ce chef d’œuvre à Garnier, avec une - bonne - distribution anglophone, sous la baguette inspirée d'Ozawa.

http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=99

Belcore


Dernière édition par Belcore le Dim 11 Fév 2018 - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85845
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 11 Fév 2018 - 13:15

Raideur et décalages, c'était effectivement le cas pour son Requiem de Verdi avec l'ONF, mais avec l'habitude de travailler ensemble et la durée d'une série, il n'y a pas de raison que ça ne se cale pas. D'autant qu'avec le Philharmonia, c'était très bien.

(De toute façon, dans cette partition, il n'y a quasiment que des grands accords bien verticaux, je ne crois pas que le chef y soit aussi déterminant que dans des œuvres où il y a un véritable travail de plans sonores. Les Dialogues, c'est du récitatif sur des ostinatos, quasiment tout le temps.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 11 Fév 2018 - 14:43

Ca me rassure de voir que je ne suis pas la seule à trouver Rohrer brouillon. C'est mon premier Dialogues et j'espère qu'il ne va pas me gâcher ma soirée What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85845
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 11 Fév 2018 - 14:55

Non, je ne le trouve pas du tout brouillon : avec son ensemble au contraire, il exalte des choses très précises, son défaut étant parfois au contraire d'être un peu raide et systématique (les sforzandos dans Lodoïska de Cherubini, c'était presque drôle, toujours les mêmes !).

Mais comme il a moins d'expérience comme chef invité, il est normal qu'avec un orchestre qui n'est pas le sien il ait une période probatoire. Les premiers concerts de Minkowski (Brahms avec l'ONF au début des années 2000, j'en garde encore un souvenir assez horrifié) sans les Musiciens du Louvre étaient assez catastrophiques (il ne se passait rien, le spectre était tout opaque), et puis vois ce qu'il est devenu, une référence que les maisons s'arrachent pour obtenir un autre son, même les Russes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 11 Fév 2018 - 15:08

Pour Idomeneo il dirigeait son propre orchestre et c'était très brouillon, les bras allaient dans tous les sens et il y avait des décalages avec le plateau. Quand on a Croft et Karthauser dans le cast on fait en sorte d'être exemplaire et c'était loin d'être le cas à l'époque. Ce n'est pas par hasard si je m'inquiète autant pour ces Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mer 14 Fév 2018 - 10:58

Une critique :

http://www.anaclase.com/chroniques/dialogues-des-carm%C3%A9lites-9

A certains égards, ça a l'air supérieur à décembre 2013, malgré les insuffisances de Rohrer...

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Sam 17 Fév 2018 - 11:46

Une très belle soirée hier soir qui a reçu une longue ovation. Le quatuor Gens/Von Otter/Koch/Petibon était survolté. Rohrer moins brouillon que pour Idoménée mais très trop enthousiaste, au point au point qu'il a souvent couvert ses chanteurs.

CR détaillé a suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mer 21 Fév 2018 - 23:42

Dialogues des Carmélites au Théâtre des Champs Elysées : Une reprise réussie

L'opéra "Dialogues des Carmélites" de Francis Poulenc (1899-1963) a une place à part dans l''histoire de la musique. En effet, le Teatro alla scala de Milan lui avait commandé un ballet pour lequel il montrait fort peu de motivation et aucun enthousiasme. Devant cet état de fait, Ricordi, qui fut aussi l'éditeur de Giuseppe Verdi (1813-1901), lui proposa alors de composer un opéra tiré de la nouvelle "La dernière à l'échafaud" de Gertrud Von Lefort (1876-1971). L'oeuvre fut d'abord créée en italien à Milan puis, en français, à Paris quelques mois plus tard.

La série présentée en février au Théâtre des Champs Elysées, est une reprise de la mise en scène d'Olivier Py, présentée pour la première fois en décembre 2013. La distribution réunie en 2013 a connu quelques changements pour la reprise de 2018; il n'en demeure pas moins que nous avons eu droit à une distribution cinq étoiles dominée de la tête et des épaules par une Patricia Petibon éblouissante. Olivier Py a monté une mise en scène de très belle tenue, sobre, avec une direction d'acteur remarquable. Les décors tout en bois, composés de mobiles qui se déplacent au gré des scènes qui passent, les lumières et les costumes servent d'écrin à des artistes survoltés.

Dans le rôle de Blanche de la Force, Patricia Petibon était très en voix vendredi soir. Dès les premières scènes, elle utilise avec talent la fragilité et des craintes de Blanche pour en faire une force et la craintive Blanche devient une héroïne en montrant au peuple réuni sur la place comment on meurt avec panache (on peut d'ailleurs regretter que le choeur ne soit pas sur scène mais dans les loges de côté. Ce choix de mise en scène, le seul point faible, me semble-t-il, porte préjudice à la marche vers la mort de Blanche et des carmélites mais pas que). C'est Sabine Devieihle qui chante soeur Constance. Contrairement à Blanche, qui exprime sa peur par une rigidité forcée, la jeune novice cache sa peur sous une éspièglerie charmante; c'est la seconde fois que je voyais Devieihle en salle, elle réussit le tour de force de passer de Lakmé, rôle très lyrique et exigeant, à Soeur Constance, rôle déclamatoire par excellence. Et le talent de la jeune soprano réside dans cette capacité à tenir le pari tant vocal, tout y est (ligne de chant impeccable, maitrise d'un instrument solide, diction idéale), que scénique. Avec Anne Sophie Von Otter nous avons une Mme de Croissy de grand luxe. L'altière mezzo suédoise n'a plus rien à prouver depuis longtemps tant la technique est irréprochable. Et d'ailleurs sa Croissy est terriblement humaine, tant lors de l'accueil de Blanche au Carmel que lors de sa mort. La Madame Lidoine de Véronique Gens est également impeccable vocalement; la nouvelle prieure qui parait un peu hautaine au premier abord est tout aussi humaine que Croissy et montre un grand courage au moment d'aller à l'échafaud. En mère Marie de l'Incarnation, nous avons une Sophie Koch très inspirée. Si on peut regretter que la mezzo française mange parfois ses mots, tronquant ainsi ses phrases, la voix est ferme, sure et Sophie Koch assume cranement un rôle ingrat dans la mesure ou Mère Marie n'évolue pas vers le prieuré. Satnislas de Barbeyrac séduit en Chevalier de la Force. Le jeune ténor, dont la carrière s'est envolée après les Victoires de la musique classique 2014 (révélation artiste lyrique), donne une vision émouvante du jeune homme très attaché à son père et à sa soeur mais aussi inquiet de l'évolution des évènements; et le dialogue entre le frère et la soeur avant le départ de celui ci à l'étranger laisse transparaître cette inquiètude, comme la vision prémonitoire de l'éxécution de Blanche et de son père. Nicolas Cavallier est un marquis de la Force solide; le baryton basse fait montre d'une belle autorité, et si son destin, comme celui de Blanche, est scellé, il n'en n'est pas moins humain. Dans les seconds rôles, notons la très belle performance de Francois Piolino en père confesseur, devenu prêtre réfractaire avec l'application des lois révolutionnaires visant à déchristianiser la France. L'ensemble AEDES, parfaitement préparé par son chef, Mathieu Romano, donne une fort jolie performance. On peut juste se demander pourquoi le choeur est cantonné aux loges de côté; ce cantonnement nous semble amoindrir la traque du prêtre et l'éxécution finale des carmélites.

Dans la fosse, l'Orchestre National de France est dirigé par Jérémie Rhorer. Régulièrement invité au Théâtre des Champs Elysées pour diriger aussi bien de grands orchestres que son propre ensemble, Jérémie Rhorer a bien progressé depuis la série d'Idomeneo donnée dans ce même théâtre il y a quelques années. S'il est moins brouillon et toujours aussi enthousiaste, c'est justement cet enthousiasme qui le pousse à faire jouer son orchestre parfois trop fort couvrant au passage les artistes qui sont sur scène. C'est d'autant plus regrettable que le style déclamatoire adopté par Poulenc se trouve du coup impacté par une direction qui gagnerait à être plus sobre.

Dialogues des Carmélites, opéra en trois actes de Francis Poulenc (1899-1963) sur un livret du copmpositeur d'après la nouvelle "La dernière à l'échafaud" de Gertrud Von Le Fort. Patricia Petibon, Blanche de la Force; Sophie Koch, Mère Marie de l’Incarnation; Véronique Gens, Madame Lidoine; Sabine Devieilhe, Sœur Constance de Saint Denis; Anne Sofie von Otter, Madame de Croissy; Stanislas de Barbeyrac, Le Chevalier de la Force; Nicolas Cavallier, Le Marquis de la Force; Sarah Jouffroy, Mère Jeanne de l’Enfant Jésus; Lucie Roche, Sœur Mathilde; François Piolino, Le Père confesseur du couvent; Enguerrand de Hys, Le premier commissaire; Arnaud Richard, Le second commissaire, un officier; Matthieu Lécroart Thierry, le médecin, le geôlier; Orchestre National de France; Chœur du Théâtre des Champs-Elysées; Ensemble Aedes. Jérémie Rhorer, direction. Olivier Py mise en scène; Pierre-André Weitz scénographie et costumes; Bertrand Killy lumières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Dim 25 Fév 2018 - 16:59

Je suis la seule du forum à y avoir été cette année?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 8:18

luisa miller a écrit:
Je suis la seule du forum à y avoir été cette année?

Peut etre....

Tous les ans, lorsque le programme de l'ONP sort, certains esprits "éclairés" se plaignent du prétendu conformisme de la programmation ; puis lorsque des choses sortant de la routine sont données - exemple Saariaho, Jephta.. on constate que les memes ont finalement autre chose à faire.

J'avais vu ces Carmélites avec émerveillement en décembre 2013 ; si les dates avaient été possibles pour moi, j'y serais retourné.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 10:37

Peut-être certains se sont-ils contentés de l'écouter hier soir sur France Musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 10:57

Michel Desrousseaux a écrit:
Peut-être certains se sont-ils contentés de l'écouter hier soir sur France Musique.

Sans doute, mais c'était se priver du magnifique travail de Py...

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85845
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 13:24

Belcore a écrit:
certains esprits "éclairés"

Tu peux nous nommer, nous sommes sur le même forum…


Citation :
du prétendu conformisme de la programmation

Heu, lorsqu'on joue uniquement les œuvres les plus données dans le monde (deux séries du Barbier ou de Traviata, si c'est de l'audace…), c'est assez facile à démontrer.

Par ailleurs il ne s'agit pas de conformisme, mais simplement de varier les œuvres qu'on peut entendre. On peut être très conformiste, ne jouer que des chefs-d'œuvre éprouvés et même des vieux trucs, sans que ce soit forcément Don Giovanni / Zauberflöte / Traviata / Carmen / Butterfly.


Citation :
puis lorsque des choses sortant de la routine sont données - exemple Saariaho, Jephta.. on constate que les memes ont finalement autre chose à faire.

Sérieusement ?

Donc on serait obligé d'aller voir des trucs qu'on n'a pas envie de voir ? Un Haendel moyen par les Arts Flo, du contemporain planant avec bidouillages numériques, falsettistes et surtout pas d'action, dans un théâtre hors de prix avec un public pénible… on peut avoir envie d'être ailleurs.

Pour parler seulement pour moi, quand je suis ailleurs, ce n'est pas que je suis en train d'écouter le Barbier ou Traviata (vus une seule fois, en 1999 et 2000).

La saison dernière, sur 31 opéras vus :
Citation :
♦ Opéra de Paris : rien, mais Fleur de neige de Rimski-Korsakov n'avait plus été donnée depuis de l'époque de la troupe, et peut-être plutôt à la Radio qu'à l'Opéra, une véritable rareté en France ;
♦ Philharmonie : La Pucelle d'Orléans de Tchaïkovski, de même, pas une première absolue (encore que, en France, fut-ce déjà donné ?), mais un très réel dépaysement ;
♦ Champs-Élysées : La Reine de Chypre d'Halévy (Bru Zane) ;
♦ Opéra-Comique : Le Timbre d'argent de Saint-Saëns (et, jamais reprise en version scénique, Alcione de Marais) :
♦ Versailles : Les Horaces de Salieri (CMBV, Bru Zane), Proserpine de Saint-Saëns (Bru Zane) ;
♦ Athénée : L'Île du Rêve de R. Hahn, The Lighthouse de P.M. Davies (création française ?) ;
♦ Bouffes du Nord : Phèdre de Lemoyne (Bru Zane) ;
♦ Saint-Quentin / Herblay / Massy / ARCAL : Chimène de Sacchini ;
♦ CNSM : Il Matrimonio segreto de Cimarosa (pas redonné depuis Rousset il y a quinze ans, je crois) ;
♦ CRR : des extraits de Médée et Jason de Salomon, d'Axur re d'Ormuz de Salieri…

Les autres étaient des opéras célèbres.

Mais bon, on peut aussi considérer qu'en fait je fais semblant.

Le fait que l'Opéra de Paris programme peu de choses rares ne leur garantit pas que nous allions automatiquement voir ce qui sort de l'ordinaire, si ce n'est pas exaltant (Cavalli chez eux, je m'en dispenserai désormais, une chanteuse en style, c'était trop peu).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 14:23

Houlà Shocked . Je n'avais pas l'intention de provoquer un séisme. Shocked

Je m'étonnais juste de voir si peu de réactions; rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 15:52

@ Luisa : aucun séisme.....

@ David : évidemment mon propos ne te visais pas : je sais que tu es la personne qui sur ce forum voit de loin le plus grand nombre de choses... Je dois voir en une saison ce que tu vois en un mois !!!
Mais plus généralement je pense que ma constatation reste valide : sur ce forum les raretés sont souvent peu chroniquées, et ces "Carmélites" en sont une bonne illustration....

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 16:29

Michel Desrousseaux a écrit:
Peut-être certains se sont-ils contentés de l'écouter hier soir sur France Musique.

Et cela empêche ces "certains" de donner leur ressenti ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82612
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 19:16

Belcore a écrit:

Mais plus généralement je pense que ma constatation reste valide : sur ce forum les raretés sont souvent peu chroniquées, et ces "Carmélites" en sont une bonne illustration....

Peut-être parce que tout le monde y est allé en 2013 et qu'on n'a pas forcément envie de revoir une production déjà vue en vrai et possiblement revue en DVD, avec une distribution à 80% identique?

Et puis, peut-on qualifier les Carmélites de rareté?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1717
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 20:20

luisa miller a écrit:
Je suis la seule du forum à y avoir été cette année?

J'ai entendu la représentation de Caen samedi dernier. Très émouvant, comme œuvre, on le sait.

Globalement d'accord avec tes commentaires sur la distribution, même si le problème de balance entre orchestre et voix était rare dans cette salle.

La nouveauté était donc la Blanche de la jeune Élodie Hache. Voix et jeu robustes, un peu bruts et presque gauches. J'imagine que Petibon était très différente, plus éthérée ? Mais une forte présence et un évident talent pour une prise de rôle apparemment au pied levé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 20:31

Bertram a écrit:
luisa miller a écrit:
Je suis la seule du forum à y avoir été cette année?

J'ai entendu la représentation de Caen samedi dernier. Très émouvant, comme œuvre, on le sait.

Globalement d'accord avec tes commentaires sur la distribution, même si le problème de balance entre orchestre et voix était rare dans cette salle.

La nouveauté était donc la Blanche de la jeune Élodie Hache. Voix et jeu robustes, un peu bruts et presque gauches. J'imagine que Petibon était très différente, plus éthérée ? Mais une forte présence et un évident talent pour une prise de rôle apparemment au pied levé.

Oui au pied levé suite au décès de Didier Lockwood dont Petibon était l'épouse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1717
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 21:12

Oui, mais ce que je ne sais pas c'est si elle était la doublure ou bien si elle a réellement tout appris de cette production au pied levé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19688
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 21:33

Xavier a écrit:
Peut-être parce que tout le monde y est allé en 2013 et qu'on n'a pas forcément envie de revoir une production déjà vue en vrai et possiblement revue en DVD, avec une distribution à 80% identique?

Exactement mon cas!! Vu le prix des places et l'inconfort du TCE, je ne vais pas y retourner, même si je ne doute pas que le spectacle devait être génial! Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85845
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 22:03

Belcore a écrit:
@ Luisa : aucun séisme.....

@ David : évidemment mon propos ne te visais pas : je sais que tu es la personne qui sur ce forum voit de loin le plus grand nombre de choses... Je dois voir en une saison ce que tu vois en un mois !!!
Mais plus généralement je pense que ma constatation reste valide : sur ce forum les raretés sont souvent peu chroniquées, et ces "Carmélites" en sont une bonne illustration....

Belcore

Mais alors ça vise qui ? Je crois que c'était surtout Xavier et moi qui soutenions cela, et à qui tu faisais grief (non sans fondement, certes) de nous répéter…

Les Carmélites, je crois qu'on est nombreux à s'être jetés dessus lors de la première série, et comme il faut faire des choix.

Et puis c'est quand même régulièrement donné en France (et il y a eu Massy en Île-de-France, entre la première série du TCE et sa reprise) même si, à l'échelle de Paris, le temps de rotation est considérablement plus élevé que Don Giovanni.

D'ailleurs c'est étonnant, parce que Poulenc n'est pas une archi-star, mais il est très souvent donné (plusieurs fois vu les Biches, même la version intégrale avec chœur, ou les Litanies, ou les Animaux modèles…), en particulier les chœurs a cappella (certes des bijoux absolus), les mélodies et la musique de chambre, que ce soient par des amateurs ou des pros.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85845
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Lun 26 Fév 2018 - 22:08

Bertram a écrit:
La nouveauté était donc la Blanche de la jeune Élodie Hache.

Je ne l'ai entendue qu'en Armide de LULLY à Innsbruck, effectivement pas la grâce incarnée (je croyais d'ailleurs qu'elle était mezzo, mais non, elle a les grands rôles de soprano, plutôt larges, à son répertoire !).

Petibon n'était pas vraiment éthérée, c'était après son changement de voix, dont beaucoup plus ronde et puissante, mais il reste toujours chez elle cette forme de grâce un peu émerveillée du monde, forcément plus poétique que la majorité des autres chanteuses qui pourraient endosser le rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mar 27 Fév 2018 - 7:38

En fait, on en parle peu parce que c'est quasi parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mer 28 Fév 2018 - 8:10

Xavier a écrit:
Belcore a écrit:

Mais plus généralement je pense que ma constatation reste valide : sur ce forum les raretés sont souvent peu chroniquées, et ces "Carmélites" en sont une bonne illustration....

Peut-être parce que tout le monde y est allé en 2013 et qu'on n'a pas forcément envie de revoir une production déjà vue en vrai et possiblement revue en DVD, avec une distribution à 80% identique?

Et puis, peut-on qualifier les Carmélites de rareté?...

C'est une oeuvre qui n'est pas donnée si souvent...
Est - ce qu'elle avait été commentée sur le forum en décembre 2013 ?

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82612
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mer 28 Fév 2018 - 13:27

Oui, ça se retrouve facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85845
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mer 28 Fév 2018 - 14:48

Il y avait même eu un long compte-rendu de Polyeucte. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19688
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mer 28 Fév 2018 - 16:44

DavidLeMarrec a écrit:
Il y avait même eu un long compte-rendu de Polyeucte. I love you

Embarassed Embarassed Embarassed Vous me faites rougir...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Mer 28 Fév 2018 - 16:53

Et voila pour le DVD : http://erikcarnets.fr/?p=350
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 709
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   Jeu 1 Mar 2018 - 9:34

Xavier a écrit:
Oui, ça se retrouve facilement.

J'aurais du m'en souvenir, puisque c'est moi - sous un autre pseudo - qui avait ouvert ce fil....
Et une quinzaine de participants du Forum y étaient allé - et le compte - rendu de Polyeucte était en effet un modèle du genre.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les dialogues des Carmélites Rohrer Py TCE février 2018
» Saison 2010-2011 Vienne
» Joan Sutherland
» Opéra de Lyon, 2013-2014
» sampler dialogues de séries ou films sur ableton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: