Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sophie Koch

Aller en bas 
AuteurMessage
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3253
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Sophie Koch   Sam 17 Fév 2018 - 12:17

Pas de sujet sur cette excellente mezzo? Koch m'a surprise en Mère Marie de l'incarnation hier soir (dans le bon sens du terme).


Citation :
Premier Prix à l’unanimité au Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de Jane Berbié, Sophie Koch fait ses débuts en France, mais sa carrière prend un essor international lorsqu’elle interprète Rosina du Barbiere di Siviglia et Dorabella de Così fan tutte au Covent Garden de Londres et le Compositeur d’Ariadne auf Naxos au Semperoper de Dresde. Après s’être imposée dans les rôles mozartiens, elle a ajouté à son répertoire l’opéra français, l’opéra italien et l’opéra allemand : Octavian (Der Rosenkavalier), Charlotte (Werther), Adalgisa ( Norma), Brangäne (Tristan und Isolde), Concepcion (L’Heure espagnole), Mère Marie de l’Incarnation (Dialogues des carmélites), qu’elle a récemment chanté au Théâtre des Champs-Elysées et au Covent Garden de Londres, Fricka (Das Rheingold et Die Walküre), les rôles-titres de Mignon d’Ambroise Thomas et de Cléopâtre de Massenet, Margared (Le Roi d’Ys), Adriano (Rienzi). Elle se produit sur les plus grandes scènes lyriques (Staatsoper de Vienne, La Monnaie de Bruxelles, Teatro Real de Madrid, Capitole de Toulouse, Opéras de Zurich, Genève, Berlin, Dresde, Chicago, Festival de Salzbourg). Elle interprète le cycle complet du Ring à l’Opéra national de Paris et au Bayerische Staatsoper de Munich et elle fait ses débuts au Metropolitan Opera de New York en 2014 dans le rôle de Charlotte. Elle a donné de nombreux récitals (Salzbourg, Musikverein de Vienne, Paris, Londres, Francfort, Berlin, Luxembourg, Bruxelles, Madrid). Elle a enregistré des Lieder de Wolf, Schubert, Strauss, Wellesz et Bloch, Peer Gynt, Manon et l’opéra de Laurent Petitgirard Elephant Man, des extraits d’Ariadne auf Naxos sous la direction d’Antonio Pappano, la Huitième Symphonie de Mahler avec Kent Nagano, un récital Schumann (Myrten), Le Poème de l’amour et de la mer de Chausson, Shéhérazade de Ravel, la cantate de Berlioz Herminie ainsi que les DVD de Der Rosenkavalier (Decca), Ariadne auf Naxos (Festival de Baden-Baden, DGG) et Werther (Opéra national de Paris, Decca). Elle a reçu le prix Christel Goltz, décerné par le Semperoper de Dresde.

source : Opéra de Paris


Dernière édition par luisa miller le Sam 17 Fév 2018 - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5752
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sophie Koch   Sam 17 Fév 2018 - 12:48

Je ne l'ai vue que dans la Damnation de Faust à Bastoche en 2015: timbre très riche, grande musicalité (maîtrise remarquable du vibrato et des nuances de dynamique) et très, très belle présence scénique, intense et investie (son «D'amour l'ardente flamme» m'avait scotché); en revanche, j'aime moins ce placement vocal très en arrière qui empêche la diction d'être d'une totale netteté. Dans des œuvres romantiques très amples et très lyriques comme la Damnation, c'est assez peu gênant; mais dans des œuvres comme les Carmélites, où la déclamation est essentielle, j'ai peur que ce chant sonne vraiment très opaque - surtout à côté de Véronique Gens, Patricia Petibon ou Anne Sofie von Otter.

Je ne suis donc que d'autant plus curieux de lire ton compte-rendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3253
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sophie Koch   Sam 17 Fév 2018 - 12:59

Benedictus a écrit:
Je ne l'ai vue que dans la Damnation de Faust à Bastoche en 2015: timbre très riche, grande musicalité (maîtrise remarquable du vibrato et des nuances de dynamique) et très, très belle présence scénique, intense et investie (son «D'amour l'ardente flamme» m'avait scotché); en revanche, j'aime moins ce placement vocal très en arrière qui empêche la diction d'être d'une totale netteté. Dans des œuvres romantiques très amples et très lyriques comme la Damnation, c'est assez peu gênant; mais dans des œuvres comme les Carmélites, où la déclamation est essentielle, j'ai peur que ce chant sonne vraiment très opaque - surtout à côté de Véronique Gens, Patricia Petibon ou Anne Sofie von Otter.

Je ne suis donc que d'autant plus curieux de lire ton compte-rendu.

Ca sera pour demain ou dans le courant de la semaine prochaine car je suis toujours à Paris et je ne rentre que ce soir Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Sophie Koch   Sam 17 Fév 2018 - 13:20

Ah, toi aussi tu vacilles quand tu entends Koch ?

Dans les Dialogues (j'y étais pour la série de 2013), ça fonctionnait très bien par le contraste avec les autres : Mère Marie de l'Incarnation n'exprime pas ses émotions, contrairement aux autres sœurs principales, et Koch le rendait bien.

Mais oui, malgré la maîtrise souveraine, la diction est frustrante. Ça passe assez bien dans l'opéra romantique (même Charlotte de Werther, même Margared du Roi d'Ys, à Favart…) ; dans Alceste de Gluck, c'était un peu plus déconcertant.

Pas tant une affaire d'en arrière (quand même beaucoup de résonance faciale pour obtenir cette projection-là) que de couverture très généreuse, et d'une philosophie générale d'un son très homogène (ses graves et ses aigus ont vraiment la même couleur !).


Dernière édition par DavidLeMarrec le Sam 17 Fév 2018 - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3253
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sophie Koch   Sam 17 Fév 2018 - 13:25

Ce qui était frustrant hier c'était de voir Rohrer couvrir si souvent ses chanteuses, Koch n'y a pas échappé. Il avait un cast 5 étoiles et il les couvrait régulièrement. Ca m'énerve, mais ça m'énerve batman . Ce qui m'a gêné, et ça arrivait aussi aux autres, c'est de voir Koch manger parfois ses mots ce qui donnait des phrases étranges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5752
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sophie Koch   Sam 17 Fév 2018 - 13:48

DavidLeMarrec a écrit:
Ah, toi aussi tu vacilles quand tu entends Koch ?
Il y avait aussi, pour une mezzo et dans un sujet ouvert par luisa:
Je serais curieux de l'entendre en Rosine, et de savoir quelle basse sera le Basile de Koch.

luisa miller a écrit:
Ce qui était frustrant hier c'était de voir Rohrer couvrir si souvent ses chanteuses, Koch n'y a pas échappé.
pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sophie Koch   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sophie Koch
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saison 2010-2011 Vienne
» Tannhäuser - ONP 2011
» Bastille (mars) : Wagner: L'Or du Rhin
» Projet lapsteel (martin koch)
» [Shoot] Jens Koch Photoshoot 08.30.07

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: