Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La musique tchèque pour piano solo

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24654
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: La musique tchèque pour piano solo   Mar 13 Mar 2018 - 0:42

Smile Un topic qui cause du répertoire tchèque et de sa discographie.
Dans la mesure où ce corpus ne correspond guère à ce que ses contributeurs (Dvořák, Smetana, Janáček...) ont écrit de plus célèbre,
dans la mesure où les anthologies mêlent différents compositeurs,
dans la mesure où le nombre d'enregistrements n'est pas gigantesque et où les considérations interprétatives restent tributaires d'une discographie limitée,
il m'a semblé judicieux de regrouper nos échanges sous un sujet transversal en Rubrique générale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24654
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: La musique tchèque pour piano solo   Mar 13 Mar 2018 - 0:45


Smile Tiré des entrailles du Forum :


entropie, in Janacek discographie sélective, en mai 2007, a écrit:

Poulet a écrit:

A signaler aussi ce très bon cd avec une très bonne interprétation du Sentier broussailleux :




Découvert il y a peu et j'aime beaucoup (ce Cd est completé par des polkas de Smetana)


Rav-phaël, in Janacek discographie sélective, en juin 2014, a écrit:



Je ne suis pas forcément un grand juge discographique, mais je tenais à vous faire partager mon impression enthousiaste,
tandis que le soleil se lève à ma fenêtre  sunny !

S'il est une chose que j'apprécie plus encore que d'écouter la musique, c'est de la voir, de mes oreilles ébahies ! Cette capacité qu'ont certains interprètes à nous faire entendre la musique avec les yeux, je n'y résiste pas ! Et c'est ce que j'apprécie tout particulièrement dans ce double album. On y ressent avec délectation le soin méticuleux que met cette pianiste à sculpter chacune des pièces qu'elle joue !
Il faut écouter son Sur un sentier recouvert ! C'est très fin . . . Une oeuvre déjà sublime à la base, avec ici un je ne sais quoi qui m'a poussé à sortir du lit pour vous en parler.

Reprenons le mot, si cher à Viñes, de perspective, transposé à la technique pianistique. Je veux bien croire qu'on y est parfaitement ici, sous les doigts charmeurs de cette charmante Ewa !




DavidLeMarrec, in Antonín Dvořák, en juin 2008, a écrit:

sud273 a écrit:

je n'ai pas dit que c'était mauvais, je trouve que c'est très en dessous des autres concertos de Dvorak mais j'aime bien quand même (c'était mon compositeur favori autrefois). L'écriture pour piano de Dvorak est très peu pianistique, ce qui le rend, comme Tchaïkovsky très difficile à déchiffrer, pour un résultat parfois insatisfaisant.


Tu parles de quels Tchaïkovsky ?  Difficile à déchiffrer, je ne trouve pas vraiment pour la musique solo, mais effectivement, ce n'est pas très confortable.
De ce point de vue, il existe des trucs horribles chez Berlioz (la version pour piano de La Captive...)



musselshell, in Antonín Dvořák, en février 2014, a écrit:

Ce n'est évidemment pas la priorité des priorités...mais jetez une oreille sur la musique pour piano de notre chantre bohémien...il y a de belles choses...
pas de grande forme...mais des miniatures souvent étonnantes...simples mais jamais simplistes...des trucs poignants parfois...
les Eglogues...Silhouettes...l'Humoresque...la Suite en la...

Kvapil a enregistre quatre albums...tout tient la...



DavidLeMarrec, in Antonín Dvořák, en juin 2014, a écrit:

Le piano est assez peu joué (en dehors du Concerto, et éventuellement des Danses Slaves), mais les Tableaux Poétiques méritent réellement le détour.
Beaucoup plus ambitieux que les danses, et assez évocateurs.

En plus, c'est disponible et pas cher chez Brilliant, sous les doigts vivaces et tranchants d'Irina Poroshina.




DavidLeMarrec, in Leos Janacek (hors opéras et messe), en juin 2008, a écrit:

Pour moi, c'est avant tout la superbe musique de piano, indispensable, et la Petite Renarde. Le reste me paraît bien moins essentiel.


musselshell, in Leos Janacek (hors opéras et messe), en juin 2014, a écrit:

Peu de choses lues ici sur la musique pour piano de Janacek...ou alors j'ai mal exploré.

En un mot: c'est poignant du début à la fin, pétri de vérité, une vérité qui jamais ne pose ni ne truque. Une musique comme effeuillée et tremblée, fuyant les règles pour aller au plus profond...Et ici la profondeur a partie totalement liée à la surface, à la fugacité. Le souvenir est toujours matériel...c'est un battement d'aile qui fait tomber la nuit, battement souvenu, qui s'envole des touches...comme un frôlement annonciateur...Vous aurez reconnu "La chevêche ne s'est pas envolée"...dixième pièce de Sur un Chemin Recouvert (ou Herbeux selon les traductions).
Tout Sur un Chemin Recouvert est d'audition quasi obligatoire. Ce piano n'appartient qu'à Janacek, à la fois statique quand on suffoque, zébré d'éclairs, de fulgurances qui sont le plus souvent du souvenir.
On passe du surplace à un frénétique tout d'angoisse. Intérieur, toujours, avec la nature (qui rythme le temps des hommes) qui dicte une loi qu'on dirait superieure (la quatrième piéce de Dans les Brumes)
Les deux cahiers de Sur un Sentier Recouvert, Dans les Brumes, la Sonate 1905...sont autant de bijoux de la littérature pianistique, toutes époques confondues...

Les interprètes Tchèques dominent (Firkusny, Palenicek, Pechocova)...mais Alain Planes a donné une superbe version des trois oeuvres précitées, ainsi que Leif Ove Andsnes...



Benedictus, in Leos Janacek (hors opéras et messe), en mai 2017, a écrit:

Et son piano, tu n'aimes pas? Parce que, pour rester dans la subjectivité, le Sentier et les Brumes
me procurent un type d'émotion assez parent de celui que j'éprouve en écoutant Música callada.


Xavier a écrit:

Je trouve ça étrange, et ça me touche assez peu.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24654
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: La musique tchèque pour piano solo   Mar 13 Mar 2018 - 1:30

Smile On va souvent retrouver Kvapil sur cette page, et il nous livre ici une lecture enchanteresse, absolument parfaite,
de ce cahier d'images pittoresques, peut-être pas fondamentalement idiomatiques, mais tellement savoureuses !
Une conviviale porte d'entrée à ce répertoire, que j'ai voulu faire figurer en exergue de ce nouveau topic.



Mélomaniac, in playlist le 12 03 2018, a écrit:


Svatá Hora, haut-lieu de pèlerinage en Bohême


Antonín Dvořák (1841-1904) :

Impressions poétiques, Op. 85

Voyage nocturne
Plaisanterie
Au vieux Château
Chanson de Printemps
Ballade rurale
Réminiscence
Furiant
Danse des lutins
Sérénade
Bacchanale
Commérages
Auprès du tumulus
À Svatá Hora


= Radoslav Kvapil, piano


(Supraphon, 1969)

colors  drunken


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1345
Age : 27
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: La musique tchèque pour piano solo   Jeu 14 Juin 2018 - 23:50

Le disque de Kvapil est une très bonne recommandation pour découvrir les "Poetické nálady" ("Humeurs poétiques") mains

Pour compléter, trois grands artistes ont partiellement enregistré cette œuvre:
* Yakov Flier :
Noční cestou
Furiant
Serenade
Na svaté hoře
* Rudolf Firkušný :
Na starém hradě
Vzpomínání
Sérénade
* Anatoly Katz :
Rej skřítků
Bacchanalia

Je recommande aussi les "Humoresques" et les "Mazurkas" de Dvorák par Firkušný. La patte ourlée du pianiste fait parfaitement ressortir les différents tons de ces miniatures, sans atténuer leur caractère dansant.

Sinon, les œuvres de Vítězslav Novák ont aussi leurs charmes. František Rauch ‎les a bien mis en valeur dans ses enregistrements.

De Smetana, il y a pas mal de choses sympathiques. J'ai une tendresse spéciale pour les "Trois Polkas poétiques" jouées par András Schiff, et pour les quelques "Danses tchèques" jouées par Stefan Askenase.

La musique pour piano de Vítězslava Kaprálová vaut quant à elle son pesant de cacahuètes. J'aime particulièrement les "Préludes d'avril" interprétés par Virginia Eskin, mais pour découvrir la totalité de l'œuvre de la compositrice, il faut écouter l'album que Giorgio Koukl lui a récemment consacré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La musique tchèque pour piano solo   

Revenir en haut Aller en bas
 
La musique tchèque pour piano solo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La musique tchèque pour piano solo
» Tchaïkovsky : musique pour piano
» Franz Schubert : Musique pour Piano
» Les grands chefs d'oeuvres pour piano solo du XXème siècle?
» Bartók - Œuvres pour piano seul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: