Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Playlist (132)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6659
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:19

Polyeucte a écrit:
Benedictus a écrit:
Polyeucte a écrit:
Pour vous rassurer :
Dubois
hehe
Ah oui... j'oubliais... Dubois c'est forcément de la mauvaise musique.
Heureusement que je n'ai pas écouté du Thomas! siffle
Meuh non! kiss
J'ai beaucoup aimé son Paradis perdu! En revanche, le reste de ce que j'ai entendu m'a paru peu mémorable (y compris le Dixtuor, justement.) Et puis surtout, troller Dubois, c'est le plaisir de faire bisquer David.
Je pense d'ailleurs être structurellement meilleur public pour Thomas que pour Dubois (dans la mesure où mes attentes ne sont pas les mêmes dans le domaine de l'opéra et de la «musique pure.»)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:24

Madetoja: Okon Fuoko, suite n°1/Sakari

Very Happy Very Happy Very Happy +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:34

Cololi a écrit:
Le fait de le classer "glotte-intello" est très révélateur, car ça permet de déculpabiliser

Heu, non, écouter du Puccini, c'est toujours assez honteux, a fortiori en tranches. C'est juste que Kaufmann est un grand chanteur de lied et un grand maître en langues… Ce n'est pas le même type de plaisir que les gros contre-ut (ah oui, Marco Berti ne détimbre pas ses aigus, lui !) de techniques plus italiennes.

Il ne faut pas y voir de ma part un positionnement politique en faveur des miroirs aux alouettes culturels destinés à endormir la population afin de permettre la souterraine domination ordo-libérale. scratch


Citation :
Oooohh non, tu ne connais pas la longue tradition de génuflexion envers la philosophie allemande ? Non mais sérieusement Laughing
La vraie philosophie, et donc la vraie intelligence, c'est Kant, Hegel … (et je n'ose dire Heidegger … car ça compromet beaucoup de monde du siècle dernier …)

Heu… on parlait de Puccini, je ne suis pas sûr que l'influence de Heidegger ait beaucoup d'autorité en matière de doublures de cordes et de si bémol qui claquent… Shocked


Citation :
Et oui … parfois j'ai envie de me débarrasser de ces jugements tout faits, qu'on ne réinterroge jamais.

Ça, c'est ce que toi tu t'inventes Laughing : Kaufmann a mis beaucoup de temps avant de percer, il a eu une période d'adulation quand on a découvert ses qualités exceptionnelles (timbre « tendu », comme Domingo, maîtrise des langues, sens des nuances, timbre très personnel, acteur doué, etc.), et à présent on entend de plus en plus de critiques (justement parce qu'on en a fait un absolu, alors que nul ne peut être absolu). Je crois aussi qu'il décline, tout simplement (les aigus commencent à devenir difficiles, et il envisage Siegfried… bye bye Jojo… Sad ).

Personne ici n'aime Kaufmann parce qu'on le lui a dit : on a écouté avant… (à mon avis il y a davantage d'influence du joli garçon que de l'empreinte de Kant dans ses succès Mr. Green )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:36

Benedictus a écrit:
Polyeucte a écrit:
Benedictus a écrit:
Polyeucte a écrit:
Pour vous rassurer :
Dubois
hehe
Ah oui... j'oubliais... Dubois c'est forcément de la mauvaise musique.
Heureusement que je n'ai pas écouté du Thomas! siffle
Meuh non! kiss
J'ai beaucoup aimé son Paradis perdu! En revanche, le reste de ce que j'ai entendu m'a paru peu mémorable (y compris le Dixtuor, justement.) Et puis surtout, troller Dubois, c'est le plaisir de faire bisquer David.
Je pense d'ailleurs être structurellement meilleur public pour Thomas que pour Dubois (dans la mesure où mes attentes ne sont pas les mêmes dans le domaine de l'opéra et de la «musique pure.»)

Non, pareil pour ce disque : seule l'Ouverture m'a vraiment intéressé. Le Dixtuor est sympa, mais on est loin de l'aboutissement du Premier Trio, ou du Quintette avec hautbois, qui ont véritablement un charme singulier. Ou même de l'étonnante Symphonie française, ou des audaces de Xavière… Là on est dans l'aimable Dubois tout à fait dans les limites génériques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:37

anaëlle a écrit:
Gerhard, Don Quixote, Interlude 1.  Botstein
Very Happy Very Happy Very Happy  

À quoi cela ressemble-t-il ? C'est quel format ? Musique de scène ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1045
Age : 51
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:50

Deux totales découvertes pour moi ce soir qui m'ont emballé :

Stanley Bate (1911-1959) : Concerto pour alto - Robert Chase, BBC concert orchestra, Stephen Bell

John Corigliano : Symphony n°2 - John Storgårds, Helsinki philharmonic orchestra

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:53

Mais je n'ai rien dit de tout cela

Je ne sais pas ce qui est premier son impression … ou les jugements des autres … mais il est certain que ceux-ci influencent très fortement. Et ils légitiment (ou délégitiment) des goûts.

Donc oui … Kaufmann bénéficie de cette image "glotto-intello" … mais elle repose sur pas mal de fantasmes. Tu dis que c'est un grand chanteur de lied … mais ça n'engage que toi … excuse moi (et tous ceux qui pensent la même chose).
Et je n'ai tu le remarqueras … opposé aucun modèle … chose que toi tu fais … on me supposant du coup un goût pour les pires chanteurs italiens Laughing  

Mais à présent on peut continuer à répéter ad libitum et en chœur que c'est un immense chanteur, un "maître en langues" … et ça finit par devenir auto-persuasif !

Tu es de mauvaise foi : j'ai parlé aussi de la musique allemande !! Et secondo … tu ne veux pas reconnaître qu'avec tes critères de jugement habituels … tu devrais descendre en flèche Kaufmann … Libre à toi de l'adorer malgré tout, mais vient pas me dire que c'est génial … et descendre un tas de chanteur infiniment plus solides et parfois même plus intéressants que Kaufmann.

Le phénomène que j'ai souvent observé se répète : quand on attaque (ou défend) un interprète/œuvre adulé (ou détesté) … ce qu'on raconte est inaudible.
Il n'y a finalement que quand les avis sont partagés que le débat est véritablement possible.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)


Dernière édition par Cololi le Sam 21 Juil 2018 - 22:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 22:53

Iskender a écrit:
John Corigliano : Symphony n°2 - John Storgårds, Helsinki philharmonic orchestra

Oh oui ! bounce (Et Ravélavélo n'en disconviendra pas… http://classik.forumactif.com/t8824p50-cinq-ouvres-a-faire-decouvrir#1121010 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 23:03

Cololi a écrit:
Mais je n'ai rien dit de tout cela

Heu… je n'ai fait que te citer, sans rien modifier…


Citation :
Je ne sais pas ce qui est premier son impression … ou les jugements des autres … mais il est certain que ceux-ci influencent très fortement. Et ils légitiment (ou délégitiment) des goûts.

Mais qu'est-ce qu'on en a à faire, des légitimations ! Si on attendait d'être légitime, ce forum serait vide, parce que même auprès des amateurs de classique, Dubois ou Roslavets, ça ne nous fait pas franchement passer pour des gars profonds hors de ces murs…


Citation :
on me supposant du coup un goût pour les pires chanteurs italiens Laughing  

On te connaît, c'est tout. cat


Citation :
Mais à présent on peut continuer à répéter ad libitum et en chœur que c'est un immense chanteur, un "maître en langues" … et ça finit par devenir auto-persuasif !

Pourquoi, tu trouves sa diction mauvaise ? (et toi qui dis te moquer des livrets et qui vénères Domingo, il serait savoureux que ce soit un critère rédhibitoire…)


Citation :
Tu es de mauvaise foi : j'ai parlé aussi de la musique allemande !!

Personne n'a jamais suggéré que cette conversation était de bonne foi.


Citation :
Et secondo … tu ne veux pas reconnaître qu'avec tes critères de jugement habituels … tu devrais descendre en flèche Kaufmann … Libre à toi de l'adorer malgré tout, mais vient pas me dire que c'est génial … et descendre un tas de chanteur infiniment plus solides et parfois même plus intéressants que Kaufmann.

Précisément : il est à l'opposé de tout ce que j'aime en principe, mais tellement abouti dans son genre, que la question de l'esthétique ou du type de technique n'est plus un sujet. Ça prouve davantage sa valeur (et ma sincérité) que l'inverse…


Citation :
Le phénomène que j'ai souvent observé se répète : quand on attaque (ou défend) un interprète/œuvre adulé (ou détesté) … ce qu'on raconte est inaudible.

Dire aux gens que ce qu'ils aiment est une fausse valeur, oui, que ce soit vrai ou non, ça rencontre en général peu de succès. C'est vrai pour tout : le simple fait de parler aux gens ne les fait pas changer d'avis (Dieu soit loué !).

Par ailleurs, à mon avis, tu attaques surtout Kaufmann avec de mauvais arguments. Qu'il révèle les goûts (parfois dévoyés par rapport à une émission réellement efficace) du public d'aujourd'hui, qu'il ait une technique pas réellement optimisée, qu'il soit considéré comme l'UNIQUE alors que certains chantent mieux que lui, ok. Mais tu en tires la conclusion que c'est un rigolo, un imposteur, un mauvais musicien… alors que c'est un artiste tout à fait considérable, indépendamment justement de ce que l'effet de starisation crée d'irritant. C'est la radicalité hors de propos qui crée les réactions amusées à tes imprécations contre ce brave garçon. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 23:20

C'est incroyable, je ne dois de toute évidence pas savoir m'exprimer Laughing

Quand je parle de légitimité … je parle de légitimité sociale : Kaufmann on a le droit d'aimer dans le beau monde. Il a cette légitimité, c'est un fait : c'est un peu l'équivalent de ton "glotto-intello" (ah ouf … il y a "intello" … on a le droit d'aimer ! En plus quelle aubaine … un ténor intello … on avait jamais vu ça … même chez les Allemands … ah si … il y a Bostdridge ! (mais c'est chez les Anglais)).

Ai-je parlé de diction ? Je m'en fiche assez. Il n'y a aucun critère : ça me plait ou non. Mais moi j'ai l'honnêteté de dire que le fond de l'histoire, la chose première … c'est que ça nous plait ou non !
Après j'invoque une raison … tu la trouvé artificielle … mais c'est celle qui me semble la bonne : il chante tellement dans la gorge que je ne trouve pas d'équivalent chez des pros. Donc oui je trouve ça moche ET sans intérêt. Et oui … prendre ce marmonage est ses piani pour de la profondeur … ça me laisse pantoi.

Je n'ai jamais parlé de "fausses valeurs". Je dis simplement que je trouve son succès incompréhensible … à moins que ça ne soit que lié à notre époque … qui adore les voix engorgées (mais là c'est le ponpon) … et tout cas dans le répertoire romantique … car si un chanteur osait faire ça pour auditionner dans un ensemble baroque … pas sûr qu'il serait même auditionné Laughing

Comment veux tu que je suppose tant de choses … puisque c'est moi qui suis en ultra-minorité Laughing

Je ne vois aucune radicalité dans ce que je dis … nous sommes tous influencés par les classements que fait la société sur les artistes … moi tout autant que les autres (et ce n'est pas le fait de me débattre comme ici pour essayer d'y échapper … qui me fait y échapper … et me mettre miraculeusement au-dessus de quiconque …)

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Sam 21 Juil 2018 - 23:25

Je rajoute que je suis désolé/attristé de devoir préciser (du moins à toi) ce que je précise dans le dernier paragraphe … Neutral (mais c'est sûrement la conséquence de ma naïveté …)
Comme si on ne se connaissait pas assez

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 1:50

Heu, mais tu prends vraiment au sérieux cette conversation ? Moi je dis ce qui me passe par le clavier depuis le début, mélangeant allègrement le sérieux, l'incertain et le carrément trollesque… phone


Citation :
Quand je parle de légitimité … je parle de légitimité sociale : Kaufmann on a le droit d'aimer dans le beau monde. Il a cette légitimité, c'est un fait : c'est un peu l'équivalent de ton "glotto-intello" (ah ouf … il y a "intello" … on a le droit d'aimer ! En plus quelle aubaine … un ténor intello … on avait jamais vu ça … même chez les Allemands … ah si … il y a Bostdridge ! (mais c'est chez les Anglais)).

Légitimité sociale ? Hors les gens que je croise au concert ou les amis mélomanes, je ne connais personne qui connaisse seulement Kaufmann. Que je dise que j'aime Gheorghiu, Kaufmann ou Gerhaher, ça ne change vraiment rien pour eux lorsque j'ai dit que j'allais à l'Opéra…

Donc ce serait une légitimité sociale interne à la mélomanie, légitimité qui, étant un loisir, n'a plus grande importance… J'ai vraiment l'impression que tu te construis des schémas compliqués pour des choses bien plus simples…

Kaufmann a des qualités artistiques, il obtient des rôles. Il se trouve qu'il a aussi cette singularité (et ce physique) qui lui permettent la bascule (arbitraire) entre excellent chanteur et emblème des magazines. Le phénomène tourne très vite sur lui-même : il fait vendre (au départ pour ses qualités), donc on parle de lui, donc les gens le découvrent parce qu'on en parle, donc on est d'autant plus incité à en parler puisque plus de monde le connaît et a une opinion sur lui, donc on achète les revues qui font encore plus de dossiers, etc.

La légitimité bourdieusienne a peu d'incidence là-dedans. Si elle en a, c'est plutôt dans le rapport général à l'Opéra comme une consommation culturelle noble, même si c'est pour aller mesurer au chrono la durée des contre-trucs.


Citation :
Après j'invoque une raison … tu la trouvé artificielle … mais c'est celle qui me semble la bonne : il chante tellement dans la gorge que je ne trouve pas d'équivalent chez des pros.

Ce n'est tout simplement pas vrai : la voix résonne dans le masque – je l'ai entendu plusieurs fois en salle, ce n'est pas qu'un effet de micro. Elle est plus en arrière que chez les modèles de technique, oui, mais il y a bien plus engorgé chez 90% des Siegmund (surtout ceux qui sont en-dessous du format, d'ailleurs).


Citation :
Je ne vois aucune radicalité dans ce que je dis …

Ben, quand même :
1) Kaufmann est le plus engorgé de tous les temps, à peine croyable qu'il soit pro ;
2) si on aime Kaufmann, c'est parce qu'on est pris dans un système qui nous donne la représentation de ce qu'on a le droit d'aimer.

C'est à la fois radical glottologiquement (une seule technique) et politiquement / philosophiquement (c'est pas moi qui ai convoqué Heidegger et Kant pour parler d'un album Puccini pour ténor !).


Mais ça ne m'effraie absolument pas, hein, on est là pour causer, et tant que c'est en bonne compagnie, tout me va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6659
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 2:21

Entre hier et aujourd’hui:

• Magnard: Guercœur: acte I:
 
Bernard Demigny, Yvette Darras, Freda Betty, Joseph Peyron, Marcelle Bunlet, Jacqueline Delusseux, Jane Rolland, Denise Scharley, Tony Aubin / Orchestre et Chœurs Radio-Lyriques de la R.T.F.
Paris, 1951
Bourg

Difficilement recommandable comme «référence» pour toutes sortes de raisons, mais l’orchestre et certains solistes font de ce potentiel pensum quelque chose d’électrisant. Voir ici.

• Tristan & Iseult:
 
Henri Ledroit, Anne Azéma, Ellen Hargis, Richard Morrison, William Hite, Andrea von Ramm, Joël Cohen / The Boston Camerata
Boston, IX.1987
Erato

Superbe restitution (même si j’aurais préféré que le texte dit vienne de Béroul ou de Thomas plutôt que de Gottfried de Strasbourg...)
Le résultat musical est drunken
Il faudra que je tâche d’en parler plus longuement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 2:27

Tristan et Yseult de qui de quoi? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 2:33

Madetoja: Symphonie n°2/Rautio

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 3:37

A.Merikanto: Fantaisie pour orchestre/Segerstam

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Punaise c'est bon ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 3:43

A.Merikanto: Fantaisie pour orchestre, Pan/Segerstam

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Punaise c'est bon ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 9:30

@David : si tu penses que le système de différenciation décrit par Bourdieu ne s'applique pas à ce niveau de détail, je pense que tu te trompes. Il joue à fond les ballons même selon moi. Et Bourdieu n'a jamais dit que les acteurs étaient conscients de tout cela.

Pour ce qui est de "engorgé" :
1 / Le pb de la salle : mais toutes les salles sont sonorisées en fait ! Je ne vois pas bien ce que l'on peut prouver avec ça du coup.
2 / Mais si ce n'est pas si engorgé que cela … comment expliques tu cette voix terne, grise, sans équivalent (du moins moi je n'en connais pas) en terme de non rayonnement, dont la couleur très sombre parait totalement artificielle à la fois par elle-même … et par comparaison à tous les autres ténors de l'histoire. Ecoute les ténors vraiment graves … ils descendent mieux que lui … mais n'ont pas du tout cette couleur (que je trouve moche). Et ce n'est pas non plus … car ça ne sonne pas comme tel … un baryton égaré chez les ténors.
Ca ne flatte même pas au micro … (alors en salle … je n'ose imaginer).

DavidLeMarrec a écrit:


Ben, quand même :
1) Kaufmann est le plus engorgé de tous les temps, à peine croyable qu'il soit pro ;
2) si on aime Kaufmann, c'est parce qu'on est pris dans un système qui nous donne la représentation de ce qu'on a le droit d'aimer.

Pour le 2), je n'ai jamais dit que l'on aimait seulement à cause de cela Laughing Mais il clair qu'une fois la machine emballée … (c'est à dire une fois qu'il est très connu) … il devient plus difficile de trouver qu'il est mauvais … voire impossible … et j'en ai encore la preuve ici-même.

Je ne vois par ailleurs pas le problème … puisque la force n'est pas de mon côté … je suis ultra-minoritaire. Et si l'amour pour l'art du grand Jonas est réel … il survivra sans problème à mes critiques hehe

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 11:24



Haendel : L'Allegro, il Penseroso ed il Moderato (Gardiner)



Hanelle : Vêpres chypriotes (Graindelavoix)

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9894
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 11:37

Cololi a écrit:
Mais il clair qu'une fois la machine emballée … (c'est à dire une fois qu'il est très connu) … il devient plus difficile de trouver qu'il est mauvais … voire impossible …  

ça du coup je ne pense pas que ce soit vrai, évidemment il y a des effets d'entrainement et d'inertie, mais le fait de devenir star avec une réputation telle que celle de Jojo braque tous aussi les projecteurs sur soi, et le feu nourri des critiques les plus virulentes, les plus snobs, les plus approximatives comme les plus techniques et savantes.

Je crois qu'il est aussi difficile de conserver son statut de superstar que d'y accéder, maintenant le pauvre Jojo est contrait d'assurer chacun de ses engagements, avec une énorme pression.


Rolf Riehm
Lenz in Moskau
Im Nachtigallental
Ton für Ton (Weiße Straßen Babylons)
Au bord d’une source

Ensemble Ascolta
Erik Borgir
Theo Nabicht
Jeremias Schwarzer
Hr-sinfonieorchester
Jeremias Schwarzer

De la poésie sophistiquée accompagnée de façon tarabiscotée-raffinée, et comme c'est gentil par ailleurs, j'ai aimé.


Darius Milhaud
L'Orestie d'Eschyle

University of Michigan Chamber Choir
Michigan University Musical Society Choral Union
University Of Michigan Symphony Orchestra, Orchestra
University of Michigan Percussion Ensemble, Ensemble
University of Michigan University Choir, Choir
University of Michigan Orpheus Singers, Ensemble
Kenneth Kiesler, Conductor

Idem qu'au dessus avec plus de monde à l'interprétation.  hehe

Du coup, après toute cette musique raffinée, je me suis permis ceci, pour suivre Polyeucte:


Giuseppe Verdi
Divers tubes pour soprano

Désirée Rancatore
C'est romantique, ça vibre, c'est beau, il y a du son  bounce

et la pochette déchire tout  cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 11:48

Morloch a écrit:
Cololi a écrit:
Mais il clair qu'une fois la machine emballée … (c'est à dire une fois qu'il est très connu) … il devient plus difficile de trouver qu'il est mauvais … voire impossible …  

ça du coup je ne pense pas que ce soit vrai, évidemment il y a des effets d'entrainement et d'inertie, mais le fait de devenir star avec une réputation telle que celle de Jojo braque tous aussi les projecteurs sur soi, et le feu nourri des critiques les plus virulentes, les plus snobs, les plus approximatives comme les plus techniques et savantes.

Je crois qu'il est aussi difficile de conserver son statut de superstar que d'y accéder, maintenant le pauvre Jojo est contrait d'assurer chacun de ses engagements, avec une énorme pression.

Je suis tout à fait d'accord que le fait de devenir une star fait naître inévitablement du snobisme lié à cette starification. On peut être star et se retrouver de fait critiqué, c'est indéniable.
Mais Kaufmann n'est jamais critiqué (je n'ai jamais lu une critique négative sur lui) pourquoi donc ?
Mais David livre l'explication en émettant ce qui est plus ou moins conscient autour de Kaufmann : "glotto-intello".
Il touche à la fois au répertoire italien/français et allemand … donc il s'épargne d'être trop clivant (et donc de s'exposer aux critiques lié à ces clivages) … il est perçu comme intello (ce qui évite de se mettre à dos la partie "exigeante" du public - du moins son écrasante majorité) … il est vu comme beau … et la mode de notre époque est aux voix engorgées.

La seule chose que je concèderai c'est que je suis médusé sur la durée de sa carrière sur le plan physiologique vu ce qu'il fait subir à sa voix.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 12:11

Benedictus a écrit:
• Tristan & Iseult:
 
Henri Ledroit, Anne Azéma, Ellen Hargis, Richard Morrison, William Hite, Andrea von Ramm, Joël Cohen / The Boston Camerata
Boston, IX.1987
Erato

Superbe restitution (même si j’aurais préféré que le texte dit vienne de Béroul ou de Thomas plutôt que de Gottfried de Strasbourg...)
Le résultat musical est  drunken  
Il faudra que je tâche d’en parler plus longuement.

Xavier a écrit:
Tristan et Yseult de qui de quoi? scratch
[/quote]

Ben, un mélange de musiques anonymes et d'arrangements / réécritures diverses, je suppose. Ce n'est pas du Wagner ni même du Martin – quel dommage, Ledroit en Tristan et la Camerata de Boston pour accompagner le duo d'amour à coups de rebecs et de mandores, ça aurait été tellement bien.

J'attends avec impatience que Cristina Pluhar s'y mette… (ou au minimum les concertos de Chopin pour harpe baroque)


Cololi a écrit:
@David : si tu penses que le système de différenciation décrit par Bourdieu ne s'applique pas à ce niveau de détail, je pense que tu te trompes. Il joue à fond les ballons même selon moi. Et Bourdieu n'a jamais dit que les acteurs étaient conscients de tout cela.

Honnêtement, même s'il y a un fondement à ce que décrit Bourdieu (évidemment qu'on cherche toujours à s'insérer dans un groupe humain, et qu'on tend à se conformer spontanément à ses codes), sa tentative d'application me gave, toujours.

Ce qui me touche dans un chanteur est bien plus primal et subtil à la fois que ce que j'ai le droit ou pas d'aimer vis-à-vis de mon groupe – il suffit de voir d'ailleurs ce que nous postons ici, tantôt faisant l'éloge de Pavarotti, tantôt souhaitant Marc Mauillon en Hagen… je ne vois personne qui soit prisonnier de ce que les autres pourraient penser de lui.

Même sans nier du tout que ça existe chez chacun d'entre nous, je trouve ça assez déplaisant (et très marginal) à opposer comme argument : « tu aimes ça parce que tu ne sais pas vraiment ce que tu aimes », comme la psychanalyse de comptoir sauvage. Je ne dis pas que ce soit ce que tu fais, mais ça explique pourquoi quelques-uns se sont récriés lorsque tu sous-entends (mécaniquement, car je sais bien que tu ne le fais pas à dessein Smile ) qu'ils aiment Kaufmann parce qu'ils sont conditionnés par la pube / le panurgisme / la légitimité culturelle.


Citation :
Pour ce qui est de "engorgé" :
1 / Le pb de la salle : mais toutes les salles sont sonorisées en fait ! Je ne vois pas bien ce que l'on peut prouver avec ça du coup.

Non, toutes les salles ne sont pas sonorisées (pour le lyrique), loin s'en faut. Et ça s'entend : quand c'est sonorisé, on ne peut plus aussi bien localiser le son ; et même lorsqu'ils sont sonorisés, on entend très bien la différence entre une voix qui est projetée et une qui ne l'est pas.

Quand je l'ai entendu au parterre du Grand-Théâtre de Bordeaux (ou à la l'avant de la corbeille du TCE), et qu'il sonnait beaucoup plus glorieux que la plupart de ceux que j'y ai entendus, tu ne vas pas me dire que c'est aussi la sonorisation cachée qui a troublé ma perception des profondeurs.

Au demeurant, je trouve qu'à Bastille il sonne un brin court, oui, parce que son placement très « à l'intérieur » du corps et son métal limité à la frange aiguë ne lui permet pas comme d'autres de concurrencer l'orchestre. Mais les voix qui passent bien à Bastille, ce sont vraiment les gros bûcherons (Berti, Schager, là ça passe bien…), donc difficile d'en tirer rigueur.




Citation :
Pour le 2), je n'ai jamais dit que l'on aimait seulement à cause de cela  Laughing  Mais il clair qu'une fois la machine emballée … (c'est à dire une fois qu'il est très connu) … il devient plus difficile de trouver qu'il est mauvais … voire impossible … et j'en ai encore la preuve ici-même.

Raisonnement cyclique…
Kaufmann a depuis des années plein de détracteurs qui répètent les mêmes choses que toi (à tel point que ça ressemble souvent à de la conversation politique à coups d'éléments de langage, entre fans et détracteurs, tellement les arguments sont devenus prévisibles…). Précisément, s'il n'était pas connu, tout le monde le trouverait phénoménal, et scandaleux qu'il ne soit pas mieux en cour. À présent qu'il est présenté comme le plus grand ténor du monde, évidemment, on regarde le verre à moitié vide, moi le premier – il est fabuleux mais il y a largement aussi bien sur le circuit, surtout à présent que le squillo a commencé de s'éteindre.


Citation :
2 / Mais si ce n'est pas si engorgé que cela … comment expliques tu cette voix terne, grise, sans équivalent (du moins moi je n'en connais pas) en terme de non rayonnement, dont la couleur très sombre parait totalement artificielle à la fois par elle-même … et par comparaison à tous les autres ténors de l'histoire. Ecoute les ténors vraiment graves … ils descendent mieux que lui … mais n'ont pas du tout cette couleur (que je trouve moche). Et ce n'est pas non plus … car ça ne sonne pas comme tel … un baryton égaré chez les ténors.

Le problème est que tu es le seul à la percevoir terne et grise ! Oui, c'est en arrière, sombré indépendamment de la nature de la voix (on pourrait argumenter qu'il tube pas mal, même si le terme est en général employé pour les sopranos), mais pour le rayonnement, si, il a (moins depuis deux-trois ans) une crête aiguë qui donne justement du relief à ce qui pourrait être simplement terne.
Et la voix passe très bien, même si elle n'est pas énorme. On peut considérer que c'est une énigme technique (et surtout pas un modèle à imiter), mais il n'a pas de problème particulier de projection.

En réalité, il est à la fois engorgé (centre de gravité en arrière, haute impédance à cause de l'obstruction spectaculaire du dôme de la langue) et nasal (tout le monde a perçu son côté Vickers) – et ce second aspect lui permet précisément d'être entendu. Il chante en quelque sorte « au fond en haut ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 12:17

Cololi a écrit:
Mais Kaufmann n'est jamais critiqué (je n'ai jamais lu une critique négative sur lui) pourquoi donc ?

Tu lis trop de livres d'histoire et pas assez de critiques, je t'assure. Alors pas forcément les critiques dans les magazines, parce que son art est tel qu'on peut difficilement trouver ça honteux (la maîtrise, l'engagement). Mais chez les glottophiles, il y a beaucoup, beaucoup de pas contents – sa technique n'est pas du tout italienne, pour chanter les Italiens… Et je n'ai pas sondé les profs de chant, mais…


Citation :
et la mode de notre époque est aux voix engorgées.

Ah, c'est sûr que Peter Schreier est mal parti pour son grand come-back. Very Happy


Citation :
La seule chose que je concèderai c'est que je suis médusé sur la durée de sa carrière sur le plan physiologique vu ce qu'il fait subir à sa voix.

Mais son émission est saine ! Pas optimale en matière de rapport effort/son, c'est certain, mais il ne force pas, malgré les apparences (comme Domingo d'ailleurs…).

Il y a une différence entre l'émission conseillée par la tradition italienne (de fait, très efficace) et les mille façons qu'il y a de chanter autrement tout en étant entendu et sans se fatiguer ! Regarde les chanteurs russes : tous les profs du monde hurleraient si leurs élèves chantaient comme ça, et pourtant ils alternent du jour au lendemain Lyubasha et Olga, Herman et Lenski, dans leurs troupes, tout en finissant intacts à un âge vénérable,aujourd'hui encore…

Différence entre le conseillé et le physiquement possible. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 12:40

Ce qui m'agace un peu, c'est que tu veux, pour ta démonstration me mettre dans les glotto-italiens. Du genre de ceux qui sifflent à la Scala j'imagine …
Il peut y avoir des critiques qui viennent d'autres personnes que ceux qui ne jurent que par Corelli    (je précise que je n'ai qu'un seul disque où il se trouve ! - Norma avec Callas) Et ça tu ne veux pas l'admettre.

Mais … je me fiche de la technique, que ce soit clair. Moi je parle du résultat ! Après j'essaye de comprendre / supposer ce qu'il se passe …
Le résultat que j'entends c'est que c'est terne et rocailleux … et quand il faut monter … ça donne l'impression d'Hercule soulevant un rocher.

Alors "au fond" … je vois bien, oui … mais "en haut" … alors là Surprised  … Tu te contredis toi-même d'ailleurs … car je t'ai lu l'autre jour sur Beczała tu as dit qu'il était "en arrière et haut". Sur lui … c'est sûrement vrai. Mais du coup vu le gouffre qui existe entre lui et Kaufmann en matière de rendu final … ça colle pas.

Techniquement il y a 2 certitudes :
-> plus tu montes, plus tu es obligé d'être en arrière et toujours plus haut (après … il y a sûrement des "niveaux d'antériorité" … c'est sûrement ça le débat).
-> plus tu descends plus il faut rassembler ta voix devant (enfin là … je parle pour une voix légère comme la mienne … vraiment pas sûr du tout que ça soit une règle générale) tout en la maintenant haut placée.

Et quand je parle de critiques … je parle de critiques … pas des forums glotto Laughing  Je parlais des critiques en ligne du genre resmusica/forumopera/altamusica … ou la critique des revues spécialisées comme Diapason.

Peter Schreier will be back vador

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 12:55

Cololi a écrit:
Ce qui m'agace un peu, c'est que tu veux, pour ta démonstration me mettre dans les glotto-italiens. Du genre de ceux qui sifflent à la Scala j'imagine …

Les comparaisons avec Corelli et Berti, c'était juste pour te taquiner… Sinon, non, je voulais simplement dire que ton idéal est attaché à la technique italienne, qui est le fondement de la culture lyrique, mais pas le seul truchement. Smile Et donc, que ça biaisait ton appréciation de ce qu'est une émission saine : on peut avoir une voix émission pharyngée et chanter sans se fatiguer, même si c'est mal dans l'esthétique italienne (et de fait pas très beau pour chanter du Verdi).

Je n'ai jamais pensé que tu pouvais huer les chanteurs ni frimer en ville avec les anecdotes de salle de bain de Pavarotti.


Citation :
Le résultat que j'entends c'est que c'est terne et rocailleux … et quand il faut monter … ça donne l'impression d'Hercule soulevant un rocher.

Comme Domingo. Et je crois que c'est précisément ce qui fait de l'effet, cette impression de lutte, de tension dramatique permanente.


Citation :
Alors "au fond" … je vois bien, oui … mais "en haut" … alors là Surprised  …

Ça s'entend très bien, pourtant, même sur les disques…


Citation :
Tu te contredis toi-même d'ailleurs … car je t'ai lu l'autre jour sur Beczała tu as dit qu'il était "en arrière et haut". Sur lui … c'est sûrement vrai. Mais du coup vu le gouffre qui existe entre lui et Kaufmann en matière de rendu final … ça colle pas.

Ce n'est pas parce qu'ils ont ce point commun qu'ils le font pareil. Beczała n'a pas du tout la même impédance, ni la langue en dôme, pour commencer. Smile


Citation :
-> plus tu descends plus il faut rassembler ta voix devant (enfin là … je parle pour une voix légère comme la mienne … vraiment pas sûr du tout que ça soit une règle générale) tout en la maintenant haut placée.

Si, si, devant c'est mieux.


Citation :
Et quand je parle de critiques … je parle de critiques … pas des forums glotto Laughing  Je parlais des critiques en ligne du genre resmusica/forumopera/altamusica … ou la critique des revues spécialisées comme Diapason.

Mais aujourd'hui la critique est justement éclatée, il y a des blogueurs qui ont des accréditations, des sites de vente qui ont leurs propres critiques, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17014
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 13:23

Rebecca Saunders (1967–) : Caerulean pour clarinette basse (2011)
Georges Aperghis (1945–) : Damespiel pour clarinette (2011)
Aaron Cassidy (1976–) : The wreck of former boundaries pour clarinette (2016)
Richard Barrett (1959–) : Flechtwerk pour clarinette et piano (2006)
Chikako Mirishita (1981–) : Skin, Gelatin, Soot pour clarinette basse (2013)
Mauricio Kagel (1931–2008) : Elegia (1956) & Pieza (1957) pour clarinette
Carl Rosman, clarinettes
Mark Knoop, piano


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8187
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 13:57

C'est vraiment dommage que cette discussion, intéressante, autour de Kaufmann  se trouve dans le sujet "playlist".

...Bon, je n'en dirai pas plus ! Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 14:02

Depuis deux semaines, j'ai essayé de mettre tous mes commentaires d'œuvres et de déplacer toutes mes conversations de Playlist vers les fils concernés… Pour de la glotte, ça me paraissait moins important (surtout que ça a démarré comme une blague).

Disons que ça donne l'impression que rien ne se passe sur le forum, alors que tout se déroule en Playlist, que les visiteurs occasionnels n'ont pas l'occasion d'ouvrir. Mais ça permet aussi à tout le monde de voir ce qui se passe…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19680
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 15:01

Morloch a écrit:

Du coup, après toute cette musique raffinée, je me suis permis ceci, pour suivre Polyeucte:


Giuseppe Verdi
Divers tubes pour soprano

Désirée Rancatore
C'est romantique, ça vibre, c'est beau, il y a du son  bounce

et la pochette déchire tout  cat

C'est chouette oui!! Vraiment capté au bon moment en plus pour ce répertoire...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17014
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 15:20

Boulez : Domaines pour clarinette et ensemble (1968)
Michel Portal / Musique Vivante (Diego Masson)

mieux que dans mon souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8187
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 15:43

DavidLeMarrec a écrit:
Depuis deux semaines, j'ai essayé de mettre tous mes commentaires d'œuvres et de déplacer toutes mes conversations de Playlist vers les fils concernés… Pour de la glotte, ça me paraissait moins important (surtout que ça a démarré comme une blague).

Disons que ça donne l'impression que rien ne se passe sur le forum, alors que tout se déroule en Playlist, que les visiteurs occasionnels n'ont pas l'occasion d'ouvrir. Mais ça permet aussi à tout le monde de voir ce qui se passe…

En tout cas moi j'ai perdu l'envie de poster quoi que ce soit concernant le classique, et, c'est sans doute lié, j'en écoute de moins en moins. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25722
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 16:50


Les dévotions du dimanche...





Au programme ce jour :    J. Steffens – J.S. Bach – J. Boyvin – O. Gibbons – H. Distler




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25722
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 17:17


L'église St. Cosmas und Damian de Bockhorn (Allemagne, -Frise)


1) Johann Steffens (1560-1616) :

Ach Gott, vom Himmel sieh darein
Jesus Christus, unser Heiland
Veni redemptor gentium


= Friedlhelm Flamme, Orgue Vater de l'église St.-Cosmas-und-Damian de Bockhorn

(CPO, septembre 2006)

Smile Les murs de cette église (début XIII° siècle) présentent la particularité d'être bâtis avec des "blocs erratiques"
(bloc transporté par une moraine et abandonné par la fonte du glacier) qui datent de la fin du Pléistocène.
L'orgue construit par Christian Vater (initié par son père, lui-même apprenti d'Arp Schnitger) fut inauguré à la Noël 1722.
La haute teneur en plomb des tuyaux de façade leur valurent d'éviter la réquisition lors de la Première Guerre mondiale.
Dès les années 1950 fut entreprise une restauration par la maison Führer qui expurgea les aménagements romantiques subis par l'instrument,
qui compte aujourd'hui 19 jeux sur deux claviers & pédalier.
Facteur, organiste, et compositeur actif dans la région de Lüneburg, Steffens fut un précurseur du répertoire baroque hanséatique,
- ces trois chorals constituent ce qui nous reste de sa production liturgique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 27
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 17:32

André Messager: extraits de Fortunio (1907).
Liliane Berton, Michel Sénéchal, Pierre Dervaux, Orchestre Colonne.

colors C'est plein de gaieté et d'humour. Même les rimes faciles ajoutent à la drôlerie de l'opéra. Je le réécouterais bien en entier, et dans une salle de spectacle. Je suis sûre que ce serait très savoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohirei
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 18:33

Franck : Quintette pour piano et cordes (Richter/Borodin, Arrau/Juilliard, Collard/Orlando & Bolet/Juillard)

drunken drunken drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25722
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 18:35


La Petruskerk de Leens (Pays-Bas, -Province de Groningue)


2) Johann Sebastian Bach (1685-1750) :

Christ, der du bist der helle Tag, choralpartita BWV 766
O Gott, du frommer Gott, choralpartita BWV 766
Ach was soll ich Sünder machen, choralpartita BWV 770

= Wolfgang Zerer, orgue Hinsz de l'église Petruskerk de Leens

(Hänssler, septembre 1999)

Smile J'adore ces Partitas, si humbles et pieuses, au point d'en collectionner les enregistrements.
Je ne crois pas vous avoir déjà présenté cet orgue, qui date de 1733, et compte 27 jeux sur deux claviers & pédalier.
L'acoustique mate et focalisée, bien étagée en profondeur, requiert un phrasé précis et sostenuto, ce dont s'acquitte parfaitement Zerer.
L'instrument sonne typique de la facture nordique, avec des anches rocailleuses (dont bazuin en 16').
Programme tiré d'un album consacré aux influences nordiques sur le jeune Bach, celles de Georg Böhm et Dieterich Buxtehude.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6659
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 18:45

DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
• Tristan & Iseult:
 
Xavier a écrit:
Tristan et Yseult de qui de quoi? scratch
Ben, un mélange de musiques anonymes et d'arrangements / réécritures diverses, je suppose. Ce n'est pas du Wagner ni même du Martin – quel dommage, Ledroit en Tristan et la Camerata de Boston pour accompagner le duo d'amour à coups de rebecs et de mandores, ça aurait été tellement bien.
J'attends avec impatience que Cristina Pluhar s'y mette… (ou au minimum les concertos de Chopin pour harpe baroque)
Arrow http://classik.forumactif.com/t259p50-soif-de-decouvertes-en-musique-medievale#1121270
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25722
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 19:26

3) Jacques Boyvin (1649-1706) :

Extraits des Suites des Tons I-IV

= Christophe Simon, orgue de l'église Notre-Dame de Carentan

(Pavane, septembre 1991)

Smile Première fois que j'écoute cet orgue depuis que je fréquente le Forum.
C'est pourtant un des fleurons du patrimoine (post)classique bas-normand, construit au tout début du XIX° par le Manceau Louis Lair
selon les techniques du siècle précédent (ce facteur était disciple de Parisot), et restauré dans cet esprit en 1990 par Boisseau & Cattiaux.
Trente-sept jeux, dont beaucoup d'anches : deux trompettes au grand clavier,
aussi une au Positif et une autre au Récit ; seulement en 8' de pédale mais avec ravalement !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 19:42

@David :

Non justement … je n'ai pas d'idéal technique, la seule chose qui importe c'est le résultat … et ce résultat peut être très différent de ce qu'on attend d'habitude avec la technique italienne.
Alors on ne peut pas aimer Greindl du coup ? Ni les chanteurs russes ? C'est absurde (car je préfère largement écoutez ceux-là) que des chanteurs italiens Laughing
Ca m'agace même prodigieusement les profs ou critiques qui se réclament de la "technique italienne" … car bien souvent derrière … ce n'est que le conservatisme le plus éculé en matière d'interprétation ou de répertoire. Donc non désolé, mais je rentre pas dans cette case (ni une autre d'ailleurs).



_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19680
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 19:49



Charles Gounod : Mélodies française, italiennes et anglaises (Tassis Christoyannis, Jeff Cohen, 2017)
Très beau bouquet de mélodies. Bien sûr, il en manque beaucoup, mais le choix est intéressant, entre des rares et des connues, piochant dans les différentes langues...
Et puis Christoyannis et Cohen sont très bons. On notera juste un vibrato un peu trop marqué pour le baryton par moments, mais c'est minime.



Orazo Benevolo : Missa si deus pro nobis (Hervé Niquet, 2017)
Très beau disque... mais qu'il faudrait sûrement en effet écouter dans un cadre large avec un volume important... Après, si le fait d'intercaler des pièces d'autres compositeur répond à une habitude de l'époque... c'est tout de même étrange pour montrer un compositeur si peu connu.

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 19:53

C'est je crois tout simplement la tradition qui veut qu'on intercale des parties de plain-chant entre les parties de l'ordinaire de la messe (et donc qui ne sont pas du compositeur).
Ici c'est un spécial car il peut y avoir du polyphonique qui s'intercale.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19680
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 19:55

[quote="Cololi"]C'est je crois tout simplement la tradition qui veut qu'on intercale des parties de plain-chant entre les parties de l'ordinaire de la messe (et donc qui ne sont pas du compositeur).
Ici c'est un spécial car il peut y avoir du polyphonique qui s'intercale.[/quote

Oui, je suis d'accord... c'est une tradition et c'est bien ce que je dis... mais disons que pour juger d'un ouvrage musical, c'est un peu difficile. Un peu comme quand on nous vent un opéra alors qu'il est charcuté... ou retouché par un autre compositeur. Difficile de se faire une idée claire...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 20:03

C'est effectivement plus difficile à juger. Mais … de toutes les façons cette façon de voir que tu exprimes est quand même assez récente dans l'histoire de la musique. Elle suppose des compositions signées, des musiques très écrites où le compositeurs spécifie tout, où les interprètes ont peu de liberté … et surtout sanctifié par le concert, où l'on doit joué strictement l'œuvre.
C'est évidemment bien éloigné des pratiques de l'époque de l'œuvre, donc … ce n'est pas bien grave non ?
Il faut faire confiance à son jugement et à Niquet Smile

Et le résultat est impressionnant.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17014
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 20:14

Anthony Braxton (1945–) : Composition No. 94 pour trois instrumentistes (1980)
Anthony Braxton : saxophones, clarinette contrebasse
Ray Anderson : trombones, cornet, trompette à coulisse
James Emery : guitares, électronique


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25722
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 20:37

4) Orlando Gibbons (1583-1625) :

O Lord, I lift my heart to Thee, antienne
Thus angels sung, hymne
Almighty and everlasting God, antienne
O my love, how comely now, hymne
This is the Record of John, antienne

= Alfred Deller, Deller Consort ; August Wenzinger, consort de violes de la Schola Cantorum Basiliensis

(Archiv, septembre 1955)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19680
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 20:38

Cololi a écrit:
C'est effectivement plus difficile à juger. Mais … de toutes les façons cette façon de voir que tu exprimes est quand même assez récente dans l'histoire de la musique. Elle suppose des compositions signées, des musiques très écrites où le compositeurs spécifie tout, où les interprètes ont peu de liberté … et surtout sanctifié par le concert, où l'on doit joué strictement l'œuvre.
C'est évidemment bien éloigné des pratiques de l'époque de l'œuvre, donc … ce n'est pas bien grave non ?

Non bien sûr... mais ça me perturbe dans le sens où je me demande à chaque passage si c'est Benevolo ou un autre... bien sûr il y a une différence de style, mais ça reste un peu embêtant de ne pas entendre un ouvrage dans sa totalité... même si en effet ce n'était pas la pratique de l'époque!

Citation :
Il faut faire confiance à son jugement et à Niquet Smile
Euh... pas forcément... il a pendant très longtemps considéré que les prologues des tragédies en musique pouvaient être coupés sans problème... il se base sur une histoire de bougie pour définir la durée de ses actes (et provoque du coup un Castor et Pollux assez inepte... Oui c'est un grand musicien et chef, mais je conserve un petit regard critique quand même des fois! Very Happy

Citation :
Et le résultat est impressionnant.
C'est clair![/quote]

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30333
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 21:16

Moi perso j'aime bien quand ils prennent des libertés … quitte à ne pas être d'accord avec … sachant que dans ce cas là … il y aura toujours une version que tu préfèreras (bon ça ne marche pas pour les œuvres rares évidemment … donc Benevolo entre autres Mr.Red )

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25722
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 21:23


La Cathédrale d'Herford (Allemagne, Rhénanie du Nord-Westphalie)


5) Hugo Distler (1908-1942) :

Wie schön leuchtet der Morgenstern [deux versions]
Das alte Jarh vergangen ist
Mit Freuden zart


= Arno Schönstedt, orgue Ott de la Cathédrale d'Herford

(Cantate, juillet 1978)

Smile Quatre chorals néo-baroques pour conclure ce programme dominical.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17014
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 21:48

Anthony Braxton (1945–) :
Composition No. 24 pour orchestre
Composition No. 83 pour orchestre
beaucoup de gens



si on aime le Stockhausen des années 50. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17014
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Playlist (132)   Dim 22 Juil 2018 - 22:45

Anthony Braxton (1945–) : Composition No. 165 pour 18 instruments
the University of Illinois Creative Music Orchestra

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Playlist (132)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Playlist (132)
Revenir en haut 
Page 19 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pop française (Playlist)
» Playlist participative : années 80
» Chanson française-Playlist
» Playlist Radio latitude
» [RnB/Blues] Playlist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique (Divers)-
Sauter vers: