Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Wagner - Tannhäuser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Jeu 1 Mar 2012 - 16:56

aurele a écrit:
Il y a un topic sur Barenboim dans la rubrique "interprètes" à ma connaissance.

siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glocktahr
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4470
Date d'inscription : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 29 Avr 2012 - 14:47

Je suis sur la version Sinopoli. Je redécouvre totalement l'oeuvre, j'avais écouté seulement Cluytens, je l'avais jugée pourrie mais finalement avec Sinopoli c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18874
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Jeu 31 Mai 2012 - 11:54

Juste pour revenir (ou venir, je ne sais pas...) sur la diffusion audio du Tannhäuser de Bayreuth en 2011 qui avait fait beaucoup de vagues sur la mise en scène et du coup, la partie musicale s'en était ressentie... Et pourtant! Very Happy


Tannhäuser : Lars Cleveman
Elisabeth : Camilla Nylund
Venus : Stephanie Friede
Landgraf Hermann : Günther Groissböck
Wolfram von Eschenbach : Michael Nagy
Walther von der Vogelweide : Lothar Odinius
Biterolf : Thomas Jesatko
Heinrich der Schreiber : Arnold Bezuyen
Reinmar von Zweter : Martin Snell
Ein junger Hirt : Katja Stuber

Chor und Orchester der Bayreuther Festspiele
Conductor : Thomas Hengelbrock

Le grand triomphateur est pour moi le chef (pourtant hué lors des saluts Rolling Eyes) qui propose une direction vraiment passionnante de la partition. Il voulait donner à l'origine la partition de la première... ce sera toujours la version de Dresde, mais la "seconde", celle qui alterne avec celle de Paris. Pour diriger, il regarde une partition autographe comportant les indications de Wagner lui-même... et du coup, on entend quelques différences assez mineurs tout de même. Mais par contre, la construction des différentes "strates" de l'orchestre est assez magistralement rendue! C'est dans l'ouverture et la bacchanale (assez différente de ce qu'on entends habituellement d'ailleurs! C'est la plus grande différence). On peut entendre des vagues de violons jamais entendues avant, une finesse d'écriture, qui n'enlève rien à la passion dévorante... vraiment superbe!

Et puis vocalement, c'est loin d'être indigne!
A l'écoute, Stephanie Friede pose quelques soucis de justesse et d'attaques toujours imprécises... mais sinon, belle rondeur et caractère passionnant!
Günther Groissböck plus frère que oncle d'Elisabeth, mais quelle voix et quelle stature! Very Happy
Michael Nagy très nuancé et très humain délivre un chant simple et émouvant.
Camilla Nylund est une Elisabeth assez froide et distante, mais passé le premier air un peu tendu, la suite est superbement rendu.
Lars Cleveman possède un timbre un peu nasillard, mais propose un Tannhäuser très intelligent, donnant de la profondeur au rôle, suggérant les états d'âme facilement... pas toujours très beau, mais toujours chanté. Une voix haut placé en plus qui nous change un peu! Very Happy

Du coup, c'est un chouette document! Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Tan hausser   Dim 25 Nov 2012 - 19:28

Bon je suis sûr que le sujet existe mais j'ai fait au moins 6x le recherche et toujours le même message "blablabla"
Bon je jette la tablette par la fenêtre soit je poste un nouveau message-vous comprendrez que le choix est vite fait.
J'ai ėcoutė cet aprèm Tannhauser de qui vous savez dans la version dgg de 1969 singée Otto Gerdes , orchestre et chœurs der Deutsche opern Berlin -chanteurs : Nilsson /Windgassen/Dieskau/Adam.
En fait c'est la première version que j'ai écouté quand j'étais gamin et apparemment elle m'est restée dans l'oreille.
Quel régal - bon je sais que cette version ne rassemble pas les suffrages les plus véhéments mais j'invite les réfractaires à écouter le 3ème acte (le plus beau) -qu'elle baffe en pleine tronche - Nilsson y est souveraine , Dieskau dans son fameux air ( avec la romance) est monumental, pour moi le meilleur dans le rôle , et Windgassen est magnifique (principalement dans cet acte)-que dire. La direction de Gerdes , chef occasionnel, épais ici je le trouve super - l'orchestre et les chœurs superbes.

J'ai donc passé un dimanche un moment de pur bonheur.


Dernière édition par LeKap le Dim 25 Nov 2012 - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80301
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 25 Nov 2012 - 19:29

LeKap a écrit:
Bon je suis sûr que le sujet existe mais j'ai fait au moins 6x le recherche et toujours le même message "
Bon je jette la tablette par la fenêtre soit je poste un nouveau message-vous comprendrez que le choix est vite fait.

Tu peux aussi chercher par l'index, tout simplement.
C'est sûr que si tu tapes Tan hausser, tu ne vas pas trouver grand chose. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 25 Nov 2012 - 19:39

Xavier a écrit:
LeKap a écrit:
Bon je suis sûr que le sujet existe mais j'ai fait au moins 6x le recherche et toujours le même message "
Bon je jette la tablette par la fenêtre soit je poste un nouveau message-vous comprendrez que le choix est vite fait.

Tu peux aussi chercher par l'index, tout simplement.
C'est sûr que si tu tapes Tan hausser, tu ne vas pas trouver grand chose. Laughing

1000 merci Xavier de m'avoir aiguillé sur les bons rails -tu n'en seras jamais assez remercié. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 17 Mar 2013 - 18:27

Formidable Tannhäuser de Janowski dans la version de Dresde :



Bon, je ne vais pas vous mentir, j'ai acheté cette intégrale pour Nina Stemme qui chante Elisabeth avec un timbre d'une somptuosité rare et une ligne de chant immaculée. Alors certes, on peut lui reprocher d'être un peu surdimensionnée pour le rôle mais pour ma part, je craque d'autant plus facilement qu'elle ne force jamais sa voix pour ne pas couvrir ses partenaires.

Et ses partenaires justement, s'ils ne sont pas toujours sous les feux de la rampe, restent remarquables. Autant le dire tout de suite, je n'avais jamais rien entendu de Robert Dean Smith et je me demande bien pourquoi tant la couleur latine de la voix du ténor américain est séduisante. En aveugle, je crois même que je me serais dit : "Tiens, Ramon Vargas a décidé de chanter du Wagner" tant les deux timbres sont proches de même qu'un léger manque de mordant. Mais bon, il ne faut pas chipoter : des ténors wagnériens avec une émission aussi souple et une telle musicalité, ce n'est pas si courant. Christian Gerhaher, quant à lui, chante Wolfram comme un lied schubertien avec des murmures en voix mixte absolument sublimes. Pas sur qu'il soit, de ce point de vue, inférieur à Dietrich Fischer-Dieskau, avec des couleurs plus claires néanmoins...qui en feraient un Pélléas idéal. Enfin la voix très projetée et riche en harmoniques graves de Marina Prudenskaya lui permet de camper une Venus plus vénéneuse que séductrice avec une conviction certaine. Bref, voilà un cast remarquable sans aucun point faible.

Le tout est enlevé avec brio par un Marek Janowski des grands jours qui tire à juste titre l'ouvrage vers Weber en allégeant les textures et en optant pour des tempi assez vifs. Dommage néanmoins, que l'orchestre, sans démériter, n'égale pas les meilleures formations internationales mais à trop écouter Vienne ou le Mariinsky dans Wagner, on finit par être exigeant. Malgré cette infime réserve, voilà, à mon avis, un Tannhäuser merveilleusement enregistré qui prend la tête de la discographie aux côtés de Sinopoli et Solti (qui ont opté pour la version de Paris).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3566
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 17 Mar 2013 - 20:32

hugo75 a écrit:
Formidable Tannhäuser de Janowski dans la version de Dresde

Elle fait assez envie ta présentation !
Malheureusement, je n'arrive plus à écouter la version de Dresde sans regretter la superbe musique intégrée à la version parisienne. Comme le Venusberg est ce que je préfère dans cet opéra, c'est assez rédhibitoire...
Mais bon, si l'optique c'est de tirer l'opéra vers Weber, ça peut être intéressant dans ces conditions, d'avoir la 1ère version de l'oeuvre, plus cohérente et plus en style.



hugo75 a écrit:
Malgré cette infime réserve, voilà, à mon avis, un Tannhäuser merveilleusement enregistré qui prend la tête de la discographie aux côtés de Sinopoli et Solti (qui ont opté pour la version de Paris).

Je finis l'écoute de cette version Sinopoli et je ne peux qu'abonder: c'est excellent. Je pense même avoir préféré à la version Solti grâce au Tannhaüser de Domingo et Elisabeth de Cheryl Studer.
Je découvre tout juste le travail de Domingo et je dois dire que je suis enthousiaste. Un timbre chaleureux, expressif, belle musicalité. En tout cas en Erik ou Tannhaüser, ça le fait bien !
Très chouette direction, superbe orchestre.
Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22374
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 10 Nov 2013 - 21:33

Wolfgang Sawallisch, Choeurs et Orchestre du Festival de Bayreuth

Hermann : Josef Greindl
Tannhäuser : Wolfgang Windgassen
Wolfram : Eberhard Waechter
Walter : Gerhard von Stolze
Biterolf : Franz Crass
Heinrich : Georg Paskuda
Reinmar : Gerd Nienstedt
Elisabeth : Anja Silja
Venus : Grace Bumbry
Un pâtre : Else-Margrete Gardelli


(Philips, live été 1962)

Je découvre l'oeuvre par cette version de scène.
Confused J'aime bien le réalisme de la reproduction sonore, mais cette captation plutôt sèche accuse l'impact des voix plutôt que leur charme, et la dimension théâtrale plutôt que le contenu musical.
Du coup la dimension parlando se surexpose ; j'ai l'impression que ça cause beaucoup, et seul l'Acte III a réussi à me plaire vraiment.
Je chercherai donc une autre interprétation moins aride qui ne me fasse pas garder de cet opéra une opinion ingrate.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80301
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 10 Nov 2013 - 21:37

Mélomaniac a écrit:
Du coup la dimension parlando se surexpose ; j'ai l'impression que ça cause beaucoup, et seul l'Acte III a réussi à me plaire vraiment.
D'un autre côté, même pour des wagnériens chevronnés, le III est clairement le plus réussi et le plus passionnant. (j'ajouterais quand même les 3 premiers quarts du I, surtout si c'est la version de Paris, avec la bacchanale et le rôle de Venus plus développé, mais je ne sais plus quelle est la version jouée ici, plutôt celle de Dresde je suppose)
Ensuite, l'as-tu écouté avec livret? Parce que si tu ne sais pas ce que ça raconte, ton impression est d'autant plus compréhensible.

Sinon, j'ai ce Tannhäuser dans le gros coffret Decca, mais pas encore écouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22374
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 10 Nov 2013 - 21:59

J'ai lu que la version Sawallisch est hybride et emprunte aux versions de Paris et Leipzig, mais je ne saurais en dire plus.

Je n'ai pas écouté en me focalisant sur le détail des paroles ; le temps me semble trop long en procédant ainsi, et je dois encore vaincre mes réticences envers la longueur du genre.
Pour une première approche, je préfère m'imprégner du climat général et de la substance musicale. Coller le nez au texte me détourne de cette démarche.
Néanmoins, j'ai relu le synopsis avant, et j'ai suivi l'action à chaque scène.

Pour nuancer ce que j'ai écrit auparavant au sujet de l'interprétation, je précise quand même que l'incarnation des personnages, leur investissement ne fait aucun doute ; les caractères sont bien trempés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18874
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 10 Nov 2013 - 22:16

Oui, c'est une des versions les plus dramatiques je trouve...
Après si tu veux quelque chose de moins dramatique, tu peux tenter la version Solti, particulièrement confortable à l'écoute... Ou le DVD dirigé par Sir Colin Davis (vu il y a peu, c'est vraiment magnifique!! Very Happy)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22374
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 10 Nov 2013 - 22:46

Citation :


« La sensibilité de Windgassen, la passion de Silja, les fulgurances presque cyniques de Bumbry, la virilité blessée de Waechter, la discipline de Sawallisch, tout concourt à en faire un grand spectacle »

écrivait le Guide Fayard des Indispensables du CD, qui citait la verion de Solti en référence :

« On trouvera des Tannhäuser [René Kollo] plus imposants, des Elisabeth [Helga Dernesch] plus lumineuses, mais il faudra pour cela repartir bien loin dans le passé. Même en 1970 on eût pu trouver un meilleur Wolfram [Victor Braun] en la personne de Hermann Prey. Mais jamais, ni avant ni après, n'a-t-on entendu Vénus [Christa Ludwig] plus lascive et voluptueuse, plus absolue. Comme hypnotisé par elle, Solti joue la grande séduction ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80301
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 1:45

J'écoute le 3è acte par Barenboïm.

Je crois qu'il en a plutôt été dit du mal, notamment à cause d'Eaglen.
Evidemment ça doit être plus embêtant au II, là elle est tout à fait écoutable, à défaut d'être belle ou intéressante.
Mais surtout, tout le reste est sublime!
A commencer par l'orchestre et la prise de son.
Et puis Seiffert, Hampson... vraiment une grande distribution masculine. (je vois qu'il y a aussi Pape en Landgrave, bon ce n'est pas un rôle très important, certes)
Pour finir, Meier dans un rôle qui lui va comme un gant.

David... puisqu'on zappe le II, Eaglen n'est pas si gênante, n'est-ce pas? Smile

Au final, je crois que j'aime tous les Wagner de Barenboïm... certes il y a encore Eaglen dans le Vaisseau, mais j'écoute ce dernier pour Struckmann. Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 1:53

Oui, j'en avais lu beaucoup de mal à l'époque (brève période où je lisais les revues hehe ).

Eaglen n'est pas gracieuse (effectivement le reproche n°1), mais pour ma part c'est surtout Barenboim que je trouve épouvantablement lourd. Dans Parsifal, c'est plutôt une qualité, il faut du poids au notes ; dans Tristan ou le Ring, la musique est assez dense pour bien le supporter ; mais dans Tannhäuser, vraiment, c'est semelles de plomb. L'opéra de Wagner qui supporte le moins bien cette lecture.

Sinon, effectivement, Seiffert est magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80301
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:00

Je n'entends pas ça dans ce 3è acte: certes l'orchestre est dense, avec une pâte large, mais c'est suffisamment clair, pas opaque, et pas non plus pesant dans les tempi, du coup je n'ai rien à redire, ça tire vers le Wagner suivant, ce qui a tendance à me plaire justement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:04

DavidLeMarrec a écrit:
Eaglen n'est pas gracieuse hehe hehe (effectivement le reproche n°1), mais pour ma part c'est surtout Barenboim que je trouve épouvantablement lourd. ... dans Tannhäuser, vraiment, c'est semelles de plomb. L'opéra de Wagner qui supporte le moins bien cette lecture.
Sinon, effectivement, Seiffert est magnifique.
kiss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:04

Mais Sawallisch aussi c'est un grand orchestre, et sans tirer particulièrement vers le passé, mais ça ne paraît pas aussi pataud. Ou plus encore, Solti, sorte de cathédrale gigantesque... mais ce n'est jamais gros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:06

Otello a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Eaglen n'est pas gracieuse hehe hehe (effectivement le reproche n°1), mais pour ma part c'est surtout Barenboim que je trouve épouvantablement lourd. ... dans Tannhäuser, vraiment, c'est semelles de plomb. L'opéra de Wagner qui supporte le moins bien cette lecture.
Sinon, effectivement, Seiffert est magnifique.
kiss
Ça faisait longtemps :

Spoiler:
 


Dernière édition par DavidLeMarrec le Lun 11 Nov 2013 - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80301
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:06

DavidLeMarrec a écrit:
Mais Sawallisch aussi c'est un grand orchestre, et sans tirer particulièrement vers le passé, mais ça ne paraît pas aussi pataud. Ou plus encore, Solti, sorte de cathédrale gigantesque... mais ce n'est jamais gros.
J'aime ceux-là aussi d'ailleurs... mais j'aime moins leur rôle-titre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:11

Xavier a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Mais Sawallisch aussi c'est un grand orchestre, et sans tirer particulièrement vers le passé, mais ça ne paraît pas aussi pataud. Ou plus encore, Solti, sorte de cathédrale gigantesque... mais ce n'est jamais gros.
J'aime ceux-là aussi d'ailleurs... mais j'aime moins leur rôle-titre.
Moi aussi. Mais il y a une atmosphère générale, chez ceux-là, qui emportent l'adhésion, créent un univers (dramatique et « fantastique » chez Sawallisch, grand opéra spectaculaire chez Solti)... et j'aime bien Kollo ici, même si dans le genre pas beau, Vinay emporte tout en poète bougon chez Keilberth – j'adore son interprétation, on se rend vraiment compte pourquoi il a tout le temps des ennuis, à causer comme ça aux gens. hehe

Avec ça, on a plus ou moins fait le tour des trois grandes versions que je trouve particulièrement nourrissantes, dans des optiques très différentes. Et je n'aime aucun de ces ténors (ou pas dans ce rôle, pour Windgassen). Smile Mon genre, c'est plutôt Pilinszky ou Liebl (ou Seiffert, effectivement).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:15

DavidLeMarrec a écrit:
Otello a écrit:
kiss
Ça faisait longtemps.
Laughing Ben écoute réfléchis un peu! c'est quand même très surprenant. Depuis mon arrivée ici il y a 3 an 1/2, parti comme c'était parti, nos échanges mutuels nous orientaient à être plutôt en perpétuel désaccord sauf moments très exceptionnels! Et, je ne sais pas ce qui se passe depuis 5 ou 6 mois, mais la vapeur s'inverse de plus en plus car toi et moi sommes de plus en plus souvent d'accord sauf cas exceptionnels. Qu'en conclure ? Je ne sais! Les voies du grand architecte sont impénétrables ou alors je t'aime! Wink Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80301
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 2:18

DavidLeMarrec a écrit:
Mon genre, c'est plutôt Pilinszky ou Liebl
Ou Schtrompflansky, non sérieux, c'est pas encore des versions à coucher dehors? Mr.Red
(bon en même temps, je reconnais que des versions de Tannhäuser, j'en connais pas des masses, surtout pour ce qui est des vieilleries en mono)
EDIT: après recherche, effectivement ce sont des vieilleries...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 11 Nov 2013 - 14:12

Otello a écrit:
ou alors je t'aime!
Mais crois-bien que c'est réciproque. kiss 

Xavier a écrit:
Ou Schtrompflansky, non sérieux, c'est pas encore des versions à coucher dehors? Mr.Red
(bon en même temps, je reconnais que des versions de Tannhäuser, j'en connais pas des masses, surtout pour ce qui est des vieilleries en mono)
EDIT: après recherche, effectivement ce sont des vieilleries...
Oui, ce ne sont pas particulièrement des gens obscurs, même si la version Rodziński est l'une des moins célèbres (Liebl n'est pas une star non plus, mais il a quand même participé à des intégrales importantes). Pilinszky, on est davantage du côté du mythe, très peu d'enregistrements.

Bref, plutôt des voix claires mais dynamiques que des hypra-dramatiques : Windgassen ou Domingo ne me paraissent pas les choix pertinents pour ce rôle. Dans Lohengrin, déjà davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 811
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Sam 21 Déc 2013 - 22:16

J'ai trouvé ça chez Gibert:


... et j'aime beaucoup! Plus je pratique Mehta, et plus je dis qu'il est sous-estimé parce qu'il ne donne pas dans le spectaculaire.

M'enfin c'est surtout la mise en scène admirable d'Alden qui me paraît faire la valeur de ce DVD, le cast de haute volée faisant cerise sur le gateau. Sauron en disait autant de bien que j'en pense au début de ce fil (p. 2).

La façon dont chaque détail fait sens, l'approche riche en onirisme et en allégories, la direction d'acteurs et l'utilisation de l'espace me semblent les points forts et saillants. L'ouverture est une espèce de songe d'Heinrich dans lesquelles défilent les images qui tourmentent le poète, des corps nus aux petits oiseaux, des robes de soirée aux seins nus, de l'envie de culbuter la vierge à celle de donner la garce en pâture aux crocodiles. Tout ça ne me semblant pas sans rapport avec la collection de thèmes dans ce qui est encore une ouverture traditionnelle, dans le fond.

Détail amusant: cette approche et plusieurs de ses composantes ont été réutilisées pas Alden dans son Siegfried au même endroit, avec une scène des murmures de la forêt incroyablement puissantes, faites d'oeufs aux belles jambes et d'oiseaux bizarres. De manière générale, beaucoup des belles trouvailles de cette mise en scène se retrouvent dans pas mal de mises en scènes allemandes des décennies qui ont suivies, y compris le Ring récent à la Bastille (voir le rail central du 3ème acte, par exemple).

La scène de rupture avec Venus (et Meier est indéniablement superbe et admirable, même ce non-fan doit rendre les armes) est admirable de simplicité, surtout sa conclusion avec Heinrich devant la porte avec sa valise. Le pâtre fait soudain sens parce qu'on l'a vu dans l'ouverture installé par le héros lui-même comme image de la pureté enfantine perdue. Comme toujours avec les grandes idées de mise en scène, un fois qu'on l'a vu, c'est simplement évident. Mais avant on le voyait pas. Le boys band des copains/rivaux est lui aussi manifestement une équipe de personnages allégoriques, les grands types de la société quittée. Les pelerins portent des gros rochers devanr, dans un acte pénitence aussi manifeste qu'absurde (surtout si on vient du nirvanah utérin...).

Enfin bref, il y a tant de poésie dans ce machin, je suis vraiment enthousiaste. En fait, et c'est pas souvent, je ne vois rien à reprocher à ce DVD. On pourrait critiquer son esthétique assez marquée "années 1990", mais à quoi bon, d'autant que, si celle-ci est affirmée, elle ne semble jamais purement gratuite (je dis pas ça pour Kupfer, m'enfin si). Je suis bien content d'avoir un Tannhäuser de référence maintenant (entre Otto Schenck et les trucs de Zürich j'étais un peu de l'opinion que Tannhäuser, c'est les yeux fermés, et même sans faire trop attention au texte).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80301
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Sam 21 Déc 2013 - 23:40

On peut quand même critiquer Kollo et Secunde... Mais sinon je suis d'accord avec toi pour la mise en scène et pour Mehta, et ce sont bien les deux paramètres essentiels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 22 Déc 2013 - 11:25

Xavier a écrit:
On peut quand même critiquer [...] Secunde...
Non, jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22843
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 9 Fév 2014 - 23:55

version Haitink :

L'orchestre du Bayerischen Rundkunks est superbe et même s'il y a très certainement, je n'en doute pas des directions plus dynamiques et passionnantes que celle d'Haitink, c'est très beau.
Klaus König s'il n'a pas un timbre particulièrement séduisant (un peu métallique effectivement), il a l'endurance et la solidité nécessaires. Il est par ailleurs très expressif, donne du poids aux mots. Un récit habité au III mais il est habité dès le début de l'opéra. Un bon Tannhäuser, intéressant.
Lucia Popp avec son soprano lyrique est pourtant très à l'aise dans "Dich teure Halle". A la fin du II, je l'ai trouvée investie dramatiquement. Sa prière au III est une splendeur. Une Elisabeth à l'angélisme idéal.
Bernd Weikl est le chanteur le moins à son aise, la voix n'est pas spécialement séduisante au niveau du timbre, j'ai trouvé cela trop gris, manquant de nuances, notamment dans la romance de Wolfram au III mais également tout au long de l'opéra. Pas indigne mais pas impérissable, or, c'est un des rôles principaux.
Waltraud Meier malgré une instabilité au I est une Vénus sensuelle, exaltée. Une très bonne Vénus même si comme je l'ai dit en rubrique général, ce n'est absolument pas ce que je préfère le duo du I.
Kurt Moll est un Landgrave royal, d'une grande noblesse, admirable. Timbre sublime. Beau portrait.
Siegfried Jerusalem est un Walther de luxe.
Les autres interprètes sont biens. Beau pâtre notamment de Gabriele Sima.
Une version méprisée visiblement à sa sortie et qui est agréable avec une distribution de qualité dans l'ensemble ainsi qu'une belle direction orchestrale.
J'écouterai en entier (dommage que j'ai eu une connexion pourrie pour écouter en streaming) les versions Solti et Sinopoli notamment. J'ai aussi (mais pas ici à Montpellier) le DVD de Bayreuth de Colin Davis avec une de mes sopranos wagnéro-straussiennes (même si son répertoire était plus étendu) préférées, Jones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 10 Fév 2014 - 0:45

à la sortie de cette intégrale, le gros reproche a porté sur Lucia Popp qui a été considérée comme sous-dimensionnée en Elisabeth; je me souviens notamment de deux remarques assassines : "une soubrette de luxe érigée en grand soprano wagnérien" et aussi "quand la plus espiègle Adèle de la Fledermaus de J. Strauss se prend pour une Elisabeth, ça en dit long sur l'état actuel du chant wagnérien..."

C'est très sévère car à l'époque Popp avait quand même amorcé un virage très net vers les grand lyriques et elle avait un matériau vocal de premier ordre qui pouvait l'autoriser à flirter avec ce répertoire d'autant que sa voix n'a jamais été celle de ce qu'on appelle une soubrette.
Parce que si Popp c'était une soubrette, je suis très inquiet quant au grade de certaines chanteuses dont le matériau vocal était infiniment plus maigre que celui de Popp ... les Lipp, Streich, Köth, Mesplé, Dessay et autres petits soprani leggeri ne seraient plus que des récureuses d'étables ...

Ceci dit, Popp en Elisabeth, c'est plutôt beau mais en toute honnêteté c'est tout de même vocalement un peu light.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22843
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 10 Fév 2014 - 1:00

"plutôt beau". Tu es sévère. C'est sublime. Tu connais Janowitz dans le rôle ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 10 Fév 2014 - 9:38

aurele a écrit:
"plutôt beau". Tu es sévère. C'est sublime. Tu connais Janowitz dans le rôle ?
oui et Janowitz c'est beaucoup plus grand vocalement parlant et à comparer les 2 interprétations, Popp c'est beau et Janowitz c'est sublime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22843
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 10 Fév 2014 - 9:55

J'essaierai d'écouter à l'occasion la version de Sawallisch alors. Il me semble que dans une compilation de Deutsche Grammophon, on peut entendre ce que donne l'Elisabeth de Janowitz qui avait effectivement une voix plus importante en terme d'ambitus notamment que celle de Popp. Je crois que j'avais au moins entendu la prière, il faudra que je réécoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pottolo
Néophyte


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 20/03/2010

MessageSujet: tanhauser   Lun 10 Fév 2014 - 14:00

A ma connaissance,Janowitz a peu chanté Elisabeth(5 fois,seulement,chez elle, à Vienne,de 1967 à 1972).5 fois,c'est peu,comparé aux 71 Comtesses des Noces,48 Ariadne,42 Maréchales,35 première Dame de la Reine de la nuit,28 Arabella,27 Comtesses de Capriccio,26 Donna Anna...
En CD,il nous reste comme témoignage,une captation du 1e octobre1972,à Pérouse.L'opéra est dirigé par Wolfang Sawwallisch(René Kollo est Tanhauser et Mignon Dunn,Vénus).Le son est cotonneux.A connaître bien sûr,les deux extraits issus de son premier récital chez DG et une vidéo,l'air d'entrée chanté lors d'un "Prestige de la Musique",à Paris en 1965,direction Alain Lombard.
Janowitz,souriante,radieuse...ses aigus de lumière.Janowitz,comme on l'aime !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 10 Fév 2014 - 20:26

Otello a écrit:
aurele a écrit:
"plutôt beau". Tu es sévère. C'est sublime. Tu connais Janowitz dans le rôle ?
oui et Janowitz c'est beaucoup plus grand vocalement parlant et à comparer les 2 interprétations, Popp c'est beau et Janowitz c'est sublime.
 mains bien d'accord avec toi. Popp est très bien, mais Janowitz lui est bien supérieure dans le rôle, elle est tout simplement sublime, comme tu l'écris violon  

Sinon, concernant la version Haitink, je me rappelle que le Tannhäuser de Köning s'était également fait descendre en flèche par l'ensemble des critiques de l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Lun 10 Fév 2014 - 23:25

Moi j'ai très envie de réhabiliter une version qui a ses ardents défenseurs ainsi que ses détracteurs et que je trouve globalement très bien chantée (solistes et choeurs) et plutôt bien dirigée et assez superbement enregistrée (prise de son), c'est la version studio Gerdes:



Birgit Nilsson, souvent taxée de froideur, n'est ici pas si froide que ça: elle rend merveilleusement bien la pureté virginale d'Elisabeth, sa force mystique et elle affronte l'issue du concours de chant avec une vaillance peu commune. Sa Vénus n'est certes pas débordante de sensualité; pour autant elle donne véritablement au personnage son statut divin. Sa double incarnation est tout à fait plausible.
Windgassen a été plus vocal avant cette intégrale mais jamais on ne sent l'effort chez ce chanteur sensible, engagé et merveilleux d'émotion.
Fischer-Dieskau superbe de voix, de chant, de texte, d'incarnation.
Tout le reste du cast est de grande eau. Quant à l'orchestre et aux choeurs, ils sont absolument magnifiques et magnifiquement enregistrés et si la battue de Gerdes peut paraître très académique, elle n'en demeure pas moins d'une grande efficacité dramatique et d'une architecture sonore que seuls Solti et Sinopoli ont dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Mer 12 Fév 2014 - 23:52

Nilsson fait effectivement des efforts, comme en Elsa, pour alléger le timbre : au lieu de tout mettre dans la face, elle laisse le son flotter à l'arrière... mais je trouve le résultat bien moins probant.

Le vrai problème de cette intégrale (outre que la distribution n'est quand même pas très ardente), c'est le chef, d'une mollesse incomparable... quand on n'est pas capable de faire avancer un discours, on ne dirige pas de l'opéra ou on reste avec des causes donizettiennes perdues d'avance. tutut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Ven 14 Fév 2014 - 8:44

Otello a écrit:
Moi j'ai très envie de réhabiliter une version qui a ses ardents défenseurs ainsi que ses détracteurs et que je trouve globalement très bien chantée (solistes et choeurs) et plutôt bien dirigée et assez superbement enregistrée (prise de son), c'est la version studio Gerdes:



Birgit Nilsson, souvent taxée de froideur, n'est ici pas si froide que ça: elle rend merveilleusement bien la pureté virginale d'Elisabeth, sa force mystique et elle affronte l'issue du concours de chant avec une vaillance peu commune. Sa Vénus n'est certes pas débordante de sensualité; pour autant elle donne véritablement au personnage son statut divin. Sa double incarnation est tout à fait plausible.
Windgassen a été plus vocal avant cette intégrale mais jamais on ne sent l'effort chez ce chanteur sensible, engagé et merveilleux d'émotion.
Fischer-Dieskau superbe de voix, de chant, de texte, d'incarnation.
Tout le reste du cast est de grande eau. Quant à l'orchestre et aux choeurs, ils sont absolument magnifiques et magnifiquement enregistrés et si la battue de Gerdes peut paraître très académique, elle n'en demeure pas moins d'une grande efficacité dramatique et d'une architecture sonore que seuls Solti et Sinopoli ont dépassée.

J'aime bien cette version aussi, pas spécialement pour le chef mais les voix sont biens et la qualité technique au rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Ven 14 Fév 2014 - 12:28

DavidLeMarrec a écrit:
Le vrai problème de cette intégrale (outre que la distribution n'est quand même pas très ardente), c'est le chef, d'une mollesse incomparable... quand on n'est pas capable de faire avancer un discours, on ne dirige pas de l'opéra ou on reste avec des causes donizettiennes perdues d'avance. tutut
1) non Gerdes n'est d'aucune mollesse!
2) aucune cause donizettienne n'est perdue (ni d'avance ni jamais!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18874
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 9 Mar 2014 - 18:04


Liceu Barcelona
2008

Mise en scène : Robert Carsen
Direction : Sebastian Weigle

Tannhäuser : Peter Seiffert
Elisabeth : Petra Maria Schnitzer
Venus : Beatrice Uria-Monzon
Hermann : Günther Groissböck
Wolfram : Markus Eiche

Cette production a été donnée à Paris avant Barcelone... et le moins qu'on puisse dir est que Paris avait une toute autre qualité de distribution, de direction et de mise en scène même!!
Etrange me direz vous de faire une remarque sur la mise en scène? Oui, peut-être. Mais quand je vois ce DVD, je ne retrouve pas ce que j'ai vu en salle pas moins de trois fois! Bien sûr, la captation nous empêche d'avoir le même point de vue, coupe certaines visions. Mais surtout, les couleurs et les éclairages sont totalement différents j'ai l'impression! Le plus impressionnant est dans le deuxième acte. A Bastille, je me souviens d'une galerie d'art très éclairée, brillante et lumineuse. A Barcelone, tout est gris, sombre, froid. Même les éclairages sont extrêmement froids et blafards. Aucune nuance de couleur en dehors du gris!!

Et puis musicalement! Sans forcément vouloir retrouver la beauté de ce que faisait Ozawa en 2007, on pouvait au moins espérer la vision un peu tiède mais plutôt belle de Edler... Eh bien non! Même pas! Weigle est sec, cassant, sans romantisme et sans beauté. Il faut dire que l'orchestre du Liceu n'est pas le plus beau à l'écoute, avec pas mal de soucis. Mais en plus, le chef ne soulève rien, reste d'une tiédeur froide. Dès l'ouverture, on est dans un truc mou, sans vie... les grandes vagues ne sont qu'abordée et jamais vraiment livrées, les équilibres entre cordes et cuivres faussés... Grosse déception!
Et puis la distribution... Gould était impressionnant, Ventris plus à la peine... Seiffert se sort bien du rôle, mais sans grâce ni passion. Le timbre est très dans le nez, le chant très contrôlé... il se passe peu de choses vocalement et encore moins scéniquement.
Schnitzer est plus intéressante, mais là aussi passe loin derrière Westbroek ou Stemme, toutes deux assez phénoménales dans leurs rôles d'une manière différente.
Uria Monzon est la seule à résister à la comparaison avec elle même et Koch... Toujours un peu hululante, mais avec un timbre cuivré qui donne à sa Venus quelque chose de sensuel.
Markus Eiche est assez pâle... la voix est très impersonnelle, le chanteur très appliqué...
Groisböck se remarque par sa belle prestance et sa voix de basse magnifique, mais le rôle reste très court.

On l'aura compris, j'avais acheté ce DVD en premier lieu pour conserver le souvenir d'une mise en scène que j'avais beaucoup aimé malgré de forts a priori sur la question musicale (a priori qui malheureusement sont réels Confused) mais même la mise en scène est ternie dans ce DVD...

Grosse déception... Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3081
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 9 Mar 2014 - 18:47

J'ai déjà posé la question, je crois mais je me demandais si j'avais eu une réponse :
Renata Scotto a enregistré l'air d'Elisabeth en français pour un récital d'airs d'opéra (pas du tout dans un contexte "Malibran" si vous voyez ce que je veux dire). Est-ce qu'il y a finalement une verison officielle de l'oeuvre en français ? J'imagine que la version de Paris devrait être, au fond, donner en français et qu'elle fut créé dans cette langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 9 Mar 2014 - 19:09

Polyeucte a écrit:
Et puis musicalement! Sans forcément vouloir retrouver la beauté de ce que faisait Ozawa en 2007, on pouvait au moins espérer la vision un peu tiède mais plutôt belle de Edler... Eh bien non! Même pas! Weigle est sec, cassant, sans romantisme et sans beauté. Il faut dire que l'orchestre du Liceu n'est pas le plus beau à l'écoute, avec pas mal de soucis. Mais en plus, le chef ne soulève rien, reste d'une tiédeur froide. Dès l'ouverture, on est dans un truc mou, sans vie... les grandes vagues ne sont qu'abordée et jamais vraiment livrées, les équilibres entre cordes et cuivres faussés... Grosse déception!
Sans romantisme, peut-être, mais j'ai du mal à croire que Weigle puisse être nul à ce point, même en traînant le Liceu derrière lui (avec lequel il a l'habitude de collaborer). C'est peut-être le meilleur chef en activité pour ce répertoire, ce que tu dis est vraiment étonnant. Ça me rend curieux d'écouter ça (alors que je me moque assez des DVDs de Tannhäuser Mr. Green ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calixte1978
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 148
Age : 39
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Mer 26 Mar 2014 - 6:20

Xavier a écrit:
J'écoute le 3è acte par Barenboïm.

Je crois qu'il en a plutôt été dit du mal, notamment à cause d'Eaglen.
Evidemment ça doit être plus embêtant au II, là elle est tout à fait écoutable, à défaut d'être belle ou intéressante.
Mais surtout, tout le reste est sublime!
A commencer par l'orchestre et la prise de son.
Et puis Seiffert, Hampson... vraiment une grande distribution masculine. (je vois qu'il y a aussi Pape en Landgrave, bon ce n'est pas un rôle très important, certes)
Pour finir, Meier dans un rôle qui lui va comme un gant.

David... puisqu'on zappe le II, Eaglen n'est pas si gênante, n'est-ce pas? Smile

Au final, je crois que j'aime tous les Wagner de Barenboïm... certes il y a encore Eaglen dans le Vaisseau, mais j'écoute ce dernier pour Struckmann. Smile 

Pour ma part, hormis le problème Eaglen, que tu fais bien de zapper, je trouve que cette version ne fonctionne pas. D'abord, Barenboïm en studio, c'est toujours un peu lourd et sombre à mon humble avis, et cet enregistrement n'échappe pas à la règle (qu'il est meilleur en live!). Ensuite, sur la papier, c'est une super distribution, mais hormis pour Hampson, je trouve que tout le monde est un peu figé voire glacé par la direction et le studio, et font nettement mieux ailleurs. Un enregistrement qui, loin d'être indigne, manque de vie et de théâtre, ce qui est grave à mon sens pour cet opéra. Mais je vais quand même réécouter le dernier acte pour approfondir (ou nuancer) ma position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calixte1978
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 148
Age : 39
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Mer 26 Mar 2014 - 22:42

aurele a écrit:
Je me lance dans une écoute comparée personnelle sur 10 versions, j'espère que j'irai au bout alors que je ne suis pas allé au bout de celle de Parsifal, je dois toujours avoir mes notes, je la reprendrai peut être un jour. Voici les versions choisies :
_Szell 1942 Met (j'aurais préféré Leinsdorf 1944 Met mais pas disponible sur musicme ou spotify)
_Keilberth 1954 Bayreuth
_Cluytens 1955 Bayreuth
_Böhm 1956 Naples
_Konwitschny 1960 studio
_Karajan 1963 Vienne
_Sawallisch 1967 Milan (j'aurais préféré Bayreuth 1962 mais seuls des extraits sont disponibles sur spotify et musicme et il y a Jurinac en Elisabeth dans ce live milanais et Talvela en Landgraf, j'ai Sawallisch Bayreuth 1961 mais un des disques ne fonctionne pas, je voulais à tout prix ce chef)
_Solti 1971 studio
_Haitink 1985 studio
_Sinopoli 1989 studio

Permets moi de te conseiller la version de Melles pour Thomas, Prey et Rysanek, Bayreuth, 1966.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22843
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Mer 26 Mar 2014 - 23:42

Encore faut il la trouver. Thomas n'est pas le ténor qui me séduit le plus chez Wagner. Je lui préfère indiscutablement James King, Wolfgang Windgassen ou Jon Vickers. King et Vickers n'ont pas eu ce rôle me semble-t-il à ce répertoire. Prey chez Wagner, je ne sais pas ce que cela peut donner. J'aime beaucoup Leonie Rysanek en revanche et je sais qu'il s'agit d'un de ses grands rôles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Sam 19 Juil 2014 - 13:51

Je viens de réécouter les actes I et III de Janowski, hier, et je dois dire que je mange un peu mon chapeau. Certes, l'orchestre manque de présence à cause de la prise de son, et Robert Dean Smith vraiment pas sous son meilleur jour… mais le chœur de la Radio Berlinoise est sublime, Prudenskaya radieuse et très impressionnante (rien à voir avec ses Verdi tubés, là c'est le vibrato de Meier greffé sur une grande voix), et puis Gerhaher, tout de même, en entier, ça n'a pas de prix. Stemme est très bien d'ailleurs, je l'ai trouvée étrangement juvénile.
Donc sans être parfait, c'est quand même assez jubilatoire par moment (tout le début du III). Il y a beaucoup plus prenant dans la discographie, mais ça mérite quand même le détour.

Et là, aujourd'hui, je réécoute Barenboim. Semelles de plomb comme d'habitude, mais capté dans une belle acoustique, et puis quel plateau ! On entend d'ailleurs à quoi ressemblait Pape il y a dix ans… j'ai regardé sur la pochette, je croyais que c'était quelqu'un d'autre, tellement la voix, désormais grise, est dense et colorée… en plus, très expressif dans cet enregistrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 20 Juil 2014 - 11:50

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Je m'aperçois que je change vraiment de plus en plus d'avis vis-à-vis de Tannhäuser. Ok, livret le plus pourri de tous les temps, aussi bien sur le propos (hilarant de médiocrité) que dramatiquement (il faut vraiment chercher les tâcherons occasionnels de la fin du XXe pour trouver aussi peu efficace).

Mais j'avoue n'y trouver quasiment plus de longueurs : lyrisme intense du premier tableau de l'acte I, ensembles que j'ai toujours adorés dans le second tableau. À l'acte III, une fois familiarisé avec le détail du texte, c'est quand même très, très beau, aussi bien les méditations de Wolfram que le récit du retour de Rome. Et l'acte II, qui est insoutenable librettistiquement, ménage quand même quasiment une seconde moitié aux ensembles – et s'il y a bien un domaine où Wagner n'a pas d'égal…

Bref, après avoir été persuadé que c'était un opéra avec quelques superbes mélodies et beaucoup de tunnels, qui ne méritait son statut qu'au nom de Wagner, puisqu'il s'agissait d'une belle œuvre trop inégale pour mériter sa réputation… je viens à résipiscence. coucou


Toi aussi, Cololi, ça t'arrivera, en plus c'est vraiment calibré pour tes goûts superficiels mélodiques.

Il faudra que tu me donne ta recette, ça fait un quart de siècle que je n'y arrive pas (et pas faute d'avoir essayé). Tu écoutes quoi? La captation radio introuvable d'un live de Max Lorenz en fin de carrière à Mexico ou d'une transcription pour quatuor à cordes et cor naturel avec Prégardien?

Non, mais sérieusement, ça m'intéresse, parce que là, me retrouver au même point que Cololi...

Ah oui, ces deux versions, je prendrais bien en effet. Mais…


Je n'ai pas l'impression que les versions soient déterminantes, ici. Je comptais justement mettre à jour la discographie commentée que j'avais proposée plus haut dans ce fil, mais en attendant, voici toujours mes goûts personnels.
J'aime surtout Keilberth 54 à Bayreuth (Brouwenstijn, Vinay, Fischer-Dieskau) et Ludwig 49 à Berlin (Musial, Suthaus, Fischer-Dieskau), qui palpitent vraiment et qui sont très bien chantés. D'ailleurs Suthaus a ici bien des points communs, en matière de phrasé (haché et électrique), avec Lorenz.

Et puis je trouve largement satisfaction (amplement assez pour être convaincu) chez Sawallisch 61, Rodziński, Solti, Barenboim, Sinopoli, dans un son meilleur, Rodziński excepté — mais on entend déjà très bien dans les deux que je propose, et qui ont pour eux une qualité exceptionnelle chez chaque interprète, sertie dans beaucoup d'intensité théâtrale.

Dans le genre bizarre, j'ai bien essayé Böhm à Naples (en italien, avec Tebaldi, Beirer et Tagliabue), mais franchement, ce n'est vraiment pas terrible.

Vraiment, je ne crois pas que la version écoutée soit un facteur déterminant dans Tannhäuser, même si la dimension plus lyrique favorise les approches glottophiles — une bonne Venus ou un excellent Wolfram, ça vous illumine l'atmosphère ! C'est plus l'habitude du texte, la beauté de certains récitatifs (fin du I et tout le III) et l'écoute des ensembles qui facilitent les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16212
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 20 Juil 2014 - 15:36

Cluytens 55 est à écouter pour un Windgassen en état de grâce.  viking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 20 Juil 2014 - 15:49

arnaud bellemontagne a écrit:
Cluytens 55 est à écouter pour un Windgassen en état de grâce.  viking

C'est pas mal du tout en effet, mais Cluytens est raide comme toujours, et je n'aime pas trop Windgassen là-dedans (étrangement lourd, alors qu'il peut être aérien en Lohengrin, par exemple).

À tout prendre, je choisirais Sawallisch 61, au moins l'orchestre est électrisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Guillaume
lapineau huguenot
avatar

Nombre de messages : 17527
Age : 23
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 20 Juil 2014 - 17:28

Sawallisch 62 mérite quand même d'être mentionné. Si on aime Silja, c'est une très grande version même : stéréo (en 61 c'est encore la mono), Bumbry, Windgassen, Wächter...

C'est un peu le même problème que pour le Holländer : il y a deux versions Sawallisch pour les deux oeuvres à un an d'écart, seules celles avec Silja ont bénéficié de la stéréo, pas celles avec Los Angeles et Leonie. On voit bien pour qui Wieland en pinçait... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   Dim 20 Juil 2014 - 17:35

Oui, c'est très bien, mais moins tendu que 61… et il faut accepter d'échanger DFD contre Wächter (pas dans son meilleur soir).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wagner - Tannhäuser   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wagner - Tannhäuser
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Wagner - Tannhäuser
» Tannhäuser - ONP 2011
» Wagner - Tannhäuser
» Wagner Ouverture de Tannhauser
» Bastille (mars) : Wagner: L'Or du Rhin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: