Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Beethoven : Symphonie n°3 Eroica

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25615
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Ven 31 Aoû 2018 - 21:35


Smile Un sujet réservé à la discographie de la Symphonie "Héroïque" en mi bémol, Op. 55








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25615
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Ven 31 Aoû 2018 - 21:35


Smile Quand j'aurai un peu de temps, je viendrai reporter ici les éléments de discussion propres à la 3°,
disséminés dans les topics fourre-tout consacrés à l'ensemble des neuf symphonies.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25615
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Ven 31 Aoû 2018 - 21:36

Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Bruno Walter (1876-1962)


Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Symphonie n°3 en mi bémol, Op. 55

= Bruno Walter, Orchestre symphonique de la Columbia

(CBS, janvier 1959)

Smile L'ultime intégrale beethovénienne de Walter se distingue par son ampleur et sa souplesse, ses contours gommés et crémeux, ses tempi prudents.
Tributaire d'un certain systématisme, la démarche interprétative se relie à une conception d'ensemble de ces neuf symphonies plutôt que d'en distinguer les idiomes.
Ce qui nous vaut ici une Eroica large et confortable (une cinquantaine de minutes), enveloppée dans une toge moelleuse qui laisse chaleureusement s'exprimer les voix médianes
au sein d'un tissu orchestral foisonnant et cossu. Puissance et éloquence sont au rendez-vous, la finesse de touche aussi, mais on peut préférer des approches plus viriles.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Ven 31 Aoû 2018 - 22:29

Mélomaniac a écrit:

Smile Un sujet réservé à la discographie de la Symphonie "Héroïque" en mi bémol, Op. 55

cheers cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85602
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Sam 1 Sep 2018 - 15:19

Mes chouchous ne surprendront personne, ce sont aussi ceux que je cite régulièrement pour les intégrales.

Dohnányi & Cleveland, vraiment une intégrale extraordinaire partout ; mais chez Telarc, donc épuisé et plus distribué depuis assez longtemps à présent. Certains volumes apparaissent un peu aléatoirement sur Deezer et YouTube. Pour les disques, il faut être plus patient.
Du tradi, mais vif et une petite harmonie extraordinaire (Cleveland à son faîte).

Wand & DSO Berlin. Comme tous les disques du dernier Wand avec l'ex-RIAS, une hauteur de vue structurelle et une vigueur d'exécution rares. Si on veut du Beethoven grand format, on ne peut pas être mieux servi.

Karajan & Berlin 77. Malgré son côté très ample et rond, il y a dans cette intégrale une personnalité et une furie qui s'accorden très bien, et le meilleur volet en est cette Troisième.

Dausgaard & Chambre de Suède. Cordes modernes, cuivres anciens, conception HIP mais pas sans chair, la quadrature du cercle, et tout est toujours très vif, emporté et maîtrisé dans cette intégrale, celle que j'ai le plus écouté ces dernières années. Quadrature du cercle peut-être, mais qui penche un peu plus du côté baroqueux (peu de fondu dans le spectre).

Hors commerce, j'ai énormément écouté Minkowski (la plus belle variation aux bois du final, de toutes ! – le léger ralenti du hautbois, complètement ineffable dans ce qui est déjà le plus beau moment de tout Beethoven) et Urbański & Trondheim (à la fois tradi et HIP, on ne fait pas mieux calibré, et ces timbres irrésistibles !). Si jamais l'un ou l'autre grave cela, restez attentifs. Smile

Sinon, Gardiner, Böhm & BayRSO, Solti 74, Zinman, Immerseel, Hogwood, et dans une moindre mesure à mon goût Leibowitz & RPO, Järvi & Brême, Kabasta, Maag & Veneto, de Vriend & Enschede, Norrington & Stuttgart, Weingartner, Markevitch & NBC, Monteux & Concertgebouw, les grandes références ne manquent pas.

Si on écarte les versions molles (le premier mouvement, écrit en valeurs longues et orchestré de façon un peu opaque, peut vite s'empâter si on ne respecte pas la vivacité du tempo prévu), on a très vite beaucoup, beaucoup de satisfactions. Je ne crois pas avoir jamais entendu les mouvements II ou IV ratés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 840
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Sam 1 Sep 2018 - 16:38

DavidLeMarrec a écrit:


Je ne crois pas avoir jamais entendu les mouvements II ou IV ratés !

En es-tu bien sur ? Ces deux pages sont-elles si faciles à interpréter ?

La "Marcia funebre" est marquée "Adagio assai", littéralement "très lent", ce qui implique un tempo... lent... alors que nombre de chefs, parmi les plus célèbres d'ailleurs, interprètent ce mouvement assez rapidement, plutot "Andante assai", c'est à dire "très allant".

Le Finale est successivement marqué : Allegro molto puis Poco Andante et, enfin, Presto. Ce Poco Andante, comment faut-il le jouer pour soutenir l'intérêt et rester cohérent entre deux pages rapides ? Et ces pages rapides, comment les jouer sans donner l'impression de "bâcler" l'affaire ?

Sinon, je partage ton avis, c'est une oeuvre qui a eu (et a encore) beaucoup de chance au disque et compte de nombreuses réussites.
J'avancerai volontiers quelques un des noms que tu cites et quelques autres encore. Chacun peut y trouver de quoi satisfaire ses goûts et préférences. Quant au concert, je n'ai pas eu l'occasion d'entendre Marc Minkowski mais Ludovic Morlot, à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Radio France en avait donné une interprétation marquante le 24 février 2017.

fomalhaut


Dernière édition par fomalhaut le Dim 2 Sep 2018 - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1043
Age : 51
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Dim 2 Sep 2018 - 11:45

Merci David mains . Partageant tes préférences - notamment Dohnanyi-Cleveland -, je suis allé écouter quelques symphonies par Dausgaard que tu conseilles. Et je trouve ça vraiment excellent car dans cette esthétique plus chambriste et "nouvelle manière" que je recherche (entre autres pour la clarté des lignes de bois) cela répond à des attentes qui pour moi n'étaient pas comblées par Järvi ou Vänskä.

En effet si elles sont des lectures d'un parfait équilibre des voix et dans de bons tempi, je trouve qu'on ressent trop l'effectif réduit des cordes chez Järvi et quant à Vänskä, s'il est plastiquement parfait, cela m'ennuie musicalement, manquant d'allant, de dynamique.
Dans cette optique Dausgaard comble ces lacunes. Elan musical, souffle, articulation. Et si les cordes sont plus sèches elles ont plus de volume que chez Järvi. Superbe, particulièrement dans cette Eroica.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85602
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Dim 2 Sep 2018 - 12:18

Oui, effectivement, la petite frustration avec beaucoup de versions « musicologiques » sont les cordes étiques. Il y a des versions totalement sur instruments anciens où ça passe quand même très bien (Gardiner en particulier, mais aussi Hogwood et Immerseel), mais Dausgaard offre un peu le meilleur des deux mondes, avec une énergie et un soin des phrasés assez déments – même si, au bout du compte, ça ressemble plus à une lecture baroqueuse à qu'une version tradi un peu cravachée façon Zinman ou Zander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1043
Age : 51
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Dim 2 Sep 2018 - 13:38

Je ne le trouve pas si baroqueux que ça en fin de compte. Comme tu l'as souligné, seuls les cuivres sont naturels (et sans doute des mailloches dures pour les timbales, il faudra que j'y prête plus attention), ce qui est un bon compromis. Ma seule réserve en passant, dans la Pastorale la flûte ne bénéficie de la même mise en lumière que les cors.
Bref je préfère cent fois ça à Zinman lui aussi excellent dans l'équilibre et la dynamique mais que je trouve plus "chichiteux" avec une manie d'ornementations qui ne sont pas toujours de bon aloi. Vraiment, Dausgaard c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85602
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Dim 2 Sep 2018 - 16:45

On est au milieu du gué, mais le spectre d'orchestre, assez discontinu, plutôt étroit, avec des « trous », est plutôt caractéristique des baroqueux que de l'approche traditionnelle.

Mais oui, on a de vraies cordes capables de sostenuto au besoin, et un chef qui a quand même débuté sa carrière internationale en enregistrant (assez mollement d'ailleurs) les postromantiques danois (Hamerik, Langgaard !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25615
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Mar 2 Oct 2018 - 23:54

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Symphonie n°3 en mi bémol, Op. 55

= Paul Kletzki, Orchestre philharmonique tchèque

(Supraphon, 1967)

Smile Tiré de l'intégrale beethovénienne que grava Kletzki à Prague au milieu des années 1960.
Sans verser dans la métaphysique ou le pathos, le chef polonais souligne la transparence et la verdeur du discours,
refusant de démarquer l'Eroica du sillage postclassique des deux premières symphonies.
La Philharmonie tchèque lui répond avec la virtuosité et les timbres fruités qu'on lui connaît : célérité nerveuse des violons,
iridescence des flûtes et hautbois, lustre patiné des cuivres.
D'une esthétique unitaire, peu encline à la démesure ni au panache, cette interprétation saine et tonique se distingue par l'équilibre du propos, et l'humilité du ton.
Pas du genre sabre au clair, mais si vous cherchez un fidèle fantassin...
La captation manque un peu de relief et de piqué.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8378
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   Mer 3 Oct 2018 - 8:39

Kletzki a tout du chef ascétique, droit, dru ; sans compromis, sans compromission ; à la fois profondément honnête et consciencieux (dans mon esprit : dirigeant en conscience). Une direction ferme, drue, cursive ; assez intemporelle en réalité et cardinale, en fait c'est à dire : pivot. Mais juste ; dans tous les sens du terme.
J'ajoute que les captations qu'on conserve de lui ont souvent été effectuées avec des orchestres extrêmement typés qui grattent, et râpent et canardent, à l'occasion. J'aime le soin qu'il porte aux voix intermédiaires, aux bois, aux vents en général et qui, à Prague notamment, soutient parfaitement le discours.
(L'entendre évidemment dans Mahler à la fois rigoureusement construit et prodigieusement vivant, projeté ; dans les Ouvertures de Berlioz avec le Philharmonia, justement pour des bois turgescents, coruscants ; dans le Songe de Mendelssohn avec le Philharmonia encore, prodigieusement chanté/chantant/[en]chanteur ! Le chef mériterait un sujet Rolling Eyes ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beethoven : Symphonie n°3 Eroica   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beethoven : Symphonie n°3 Eroica
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Beethoven : Symphonie n°5
» Beethoven : Symphonie n°7
» Carlos KLEIBER
» Transcriptions : Bruckner, Janacek, Mahler, Mozart, Wagner
» Beethoven - Symphonie n°4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: