Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX

Aller en bas 
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6365
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   Mar 18 Sep 2018 - 19:22

Philippe MANOURY:
Veränderungen, deuxième sonate pour piano ¹
6 Études pour piano ²
À Kurtág pour piano à 4 mains

Jean François Heisser ¹, Jean-Frédéric Neuburger ² (piano)

La Scala, Paris, samedi 22 septembre, 16h.

Présentation ici.

La première sonate de Manoury («La ville») est une de mes œuvres préférées de tout le répertoire contemporain pour piano: je suis très impatient de découvrir la seconde (et le reste du programme.) J'y serai, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6365
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   Sam 22 Sep 2018 - 22:38

Programme un peu modifié: l'œuvre pour piano à 4 mains n'a pas été donnée, et les 6 Études ont été réparties entre Heisser, Neuburger et un tout jeune pianiste, élève des deux premiers mais dont je n'ai pu noter le nom (au demeurant, son jeu et sa sonorité ressemblait beaucoup à ceux de Heisser - solide assise dans les basses, jeu très creusé - et moins à celui de Neuburger - avec des basses moins pleines, et quelque chose de plus volubile dans le toucher.)


• La 2ᵉ Sonate pour piano m'a enthousiasmé.

Comme Manoury l'a brièvement expliqué avant le concert, l'œuvre se veut une sorte d'hommage aux Variations Diabelli de Beethoven, dont elle reprend le titre original (qui n'est pas Variationen mais Veränderungen, «transformations») et cite de manière plus ou moins explicite des motifs mélodiques ou rythmiques; mais elle se conçoit aussi en écho aux Tableaux d'une exposition de Moussorgski, avec cette idée de «promenade» d'un tableau à un autre (les «tableaux» étant ici les réminiscences des Diabelli.)

Cependant, l'œuvre est passionnante par elle-même. Comme la première sonate, elle offre l'image d'une sorte de déambulation, avec des bifurcations, des métamorphoses et des ruptures mais dont la progression donne toujours l'impression d'une logique formelle immédiatement perceptible, du fait à la fois d'une écriture atonale structurée et polarisée et d'une poussée extrêmement puissante - c'est peut-être dans ce grand geste que se trouve le plus fortement l'influence beethovenienne, bien plus que dans les quasi-citations (pas toujours directement identifiables, même lorsqu'on a ses Diabelli en mémoire - mais on sent nettement passer comme des fredons de langage beethovénien, et l'effet en très beau, pour moi très touchant, comme le surgissement d'un souvenir indécis.)

À l'oreille, la polarité qui semble structurer l'œuvre, c'est l'écart entre de grands accord martelés de basses dont le jeu de pédale sostenuto amplifie considérablement la résonance et des ostinato très rapides et perlés dans l'extrême aigu avec des harmonies très «pointillistes»: c'est sur ce geste que s'ouvre le long mouvement unique de la sonate; c'est cet espace musical, ce vaste ambitus ouvert, que le «développement» va habiter en en élargissant le spectre, en y diffractant des harmonies fluctuantes (parfois étrangement debussystes) et en y faisant s'y succéder des strates étonnamment plastiques; et c'est sur une sorte de répétition de ce geste, mais qui se ralentit, se raréfie, que se clôt la sonate - quelques harmoniques qui poudroient une sorte de vaste résonance en suspens, et c'est très beau.

J'ai énormément aimé le jeu très physique mais détaillé d'Heisser, qui m'a vraiment paru idéalement correspondre à l'atmosphère et au style de l'œuvre.

• Les 6 Études ont confirmé la «pianophilie» de Manoury - dont témoignait déjà la sonate, qui creusait déjà les ressources sonores de l'instrument et sa matérialité. Quand je dis «pianophilie», c'est vraiment dans le sens où on l'entend ici: deux de ces études sont intitulées Hommage à Richter, et Manoury a expliqué qu'adolescent, Sviatoslav Richter était son dieu et que ces deux hommages renvoient à des souvenirs de concert (l'adagio d'une sonate de Schubert, le 2ᵉ Concerto de Brahms avec Leinsdorf.)

Et, de fait, on trouve ici un tropisme très marquée à la fois pour la grande virtuosité et pour le «grand son.» On retrouve d'ailleurs, comme dans la Sonate, ce jeu très fréquent sur la résonance des basses et les sons perlés hyper-véloces dans le registre aigu. En revanche (et c'est un peu pour moi la limite de l'œuvre - mais elle est sans doute inhérente au genre même de l'étude), au discours-déambulation se substituent ici des effets «cinétiques» assez époustouflants autour de figures (le tournoiement, l'arabesque, l'accélération...) qui jouent beaucoup sur la vitesse et la saturation harmonique - avec cependant des plages suspendues.

Ça fait beaucoup penser au Études de Ligeti, mais aussi à la manière de Boulez - d'ailleurs pas tant le Boulez pianistique que le Boulez des œuvres pour orchestre, avec cette alternance entre des séquences hyper-pulsées et virtuoses et des nappes de «temps vitrifié» jouant sur des effets de résonance.



Pour l'anecdote: un peu l'impression d'essuyer les plâtres de cette salle (encore en travaux il y a une semaine, apparemment), et le plaisir de rencontrer Emeryck cheers (certaines notations ci-dessus doivent beaucoup à ses pertinentes remarques d'après-concert.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85296
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   Dim 23 Sep 2018 - 11:50

Benedictus a écrit:
Pour l'anecdote: un peu l'impression d'essuyer les plâtres de cette salle (encore en travaux il y a une semaine, apparemment), et le plaisir de rencontrer Emeryck  cheers  (certaines notations ci-dessus doivent beaucoup à ses pertinentes remarques d'après-concert.)

Et manifestement, après, vous êtes allés prendre un verre avec Mélo :

Benedictus a écrit:
le «développement» va habiter en en élargissant le spectre, en y diffractant des harmonies fluctuantes (parfois étrangement debussystes) et en y faisant s'y succéder des strates étonnamment plastiques; et c'est sur une sorte de répétition de ce geste, mais qui se ralentit, se raréfie, que se clôt la sonate - quelques harmoniques qui poudroient une sorte de vaste résonance en suspens,

Bravo d'avoir soutenu ce théâtre ! J'aurais tellement avoir pu y être ( coucou Emeryck). Choix déchirant ce samedi : il y avait simultanément un récital d'airs de court de La Barre et d'Ambruys (par les excellents spécialistes de La Calisto), ce Manoury et le Siegfried russe auquel j'ai cédé… Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6365
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   Dim 23 Sep 2018 - 16:14

DavidLeMarrec a écrit:
Et manifestement, après, vous êtes allés prendre un verre avec Mélo
Gnégnégné.

Plus sérieusement, c'est un peu le problème, lorsque j'écoute pour la première fois une partition nouvelle et complexe, sans avoir la possibilité de réécouter pour saisir comment ça marche: tout ce que je peux faire, c'est essayer de verbaliser des impressions; du coup, oui, ça passe forcément par un discours maladroit qui s'efforce de rabouter un peu de vocabulaire technique (mais que je ne maîtrise que trop sommairement) avec une expression plus «littéraire» qui ne peut guère s'appuyer que sur des métaphores et des synesthésies. Je suis le premier à sentir combien c'est peu satisfaisant; malheureusement, je n'ai pas la capacité de faire beaucoup mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeryck
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8007
Age : 20
Localisation : Paris/Reims.
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   Dim 23 Sep 2018 - 17:50

Benedictus a écrit:
Pour l'anecdote: un peu l'impression d'essuyer les plâtres de cette salle (encore en travaux il y a une semaine, apparemment), et le plaisir de rencontrer Emeryck  cheers  (certaines notations ci-dessus doivent beaucoup à ses pertinentes remarques d'après-concert.)
C'était effectivement très bien - le concert et l'avant-concert ! 
Embarassed
Je n'ai pas grand chose à ajouter ; le traitement de la résonance est effectivement très boulézien avec un emploi très abondant de la pédale sostenuto ; c'est vraiment ce qui m'a frappé - et que j'avais oublié dans cette deuxième sonate.
DavidLeMarrec a écrit:
 J'aurais tellement avoir pu y être ( coucou Emeryck). Choix déchirant ce samedi : il y avait simultanément un récital d'airs de court de La Barre et d'Ambruys (par les excellents spécialistes de La Calisto), ce Manoury et le Siegfried russe auquel j'ai cédé… Surprised
coucou Benedictus m'a transmis ton message, merci beaucoup !  Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85296
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   Lun 24 Sep 2018 - 1:01

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Et manifestement, après, vous êtes allés prendre un verre avec Mélo
Gnégnégné.

Plus sérieusement, c'est un peu le problème, lorsque j'écoute pour la première fois une partition nouvelle et complexe, sans avoir la possibilité de réécouter pour saisir comment ça marche: tout ce que je peux faire, c'est essayer de verbaliser des impressions; du coup, oui, ça passe forcément par un discours maladroit qui s'efforce de rabouter un peu de vocabulaire technique (mais que je ne maîtrise que trop sommairement) avec une expression plus «littéraire» qui ne peut guère s'appuyer que sur des métaphores et des synesthésies. Je suis le premier à sentir combien c'est peu satisfaisant; malheureusement, je n'ai pas la capacité de faire beaucoup mieux.

Non, non, c'était assez précisément évocateur, un talent que tu partages avec Mélo… je faisais allusion au lexique inhabituellement enveloppant, mais c'était une simple taquinerie, ton message donne une représentation assez précise de ce que c'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6365
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   Lun 24 Sep 2018 - 1:27

DavidLeMarrec a écrit:
un talent que tu partages avec Mélo… je faisais allusion au lexique inhabituellement enveloppant
Justement, je trouve que Mélo manie ce registre avec bien plus de virtuosité que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manoury Piano - Heisser Neuburger - La Scala 22.IX
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Teatro alla Scala 2010-2011
» Duo piano & harmonium
» Bartók - Œuvres pour piano seul
» Koechlin - Quintette avec Piano Op.80
» Les plus beaux quintettes pour piano et cordes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: