Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018

Aller en bas 
AuteurMessage
andika
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 28
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018    Dim 23 Sep 2018 - 17:01

Bonjour !

Il n'y avait pas de topic pour ce fabuleux concert du BSO dont le programme était le suivant:

Leonard Bernstein
Sérénade pour violon, cordes, harpe et percussions
Dmitri Chostakovitch
Symphonie n°4
Boston Symphony Orchestra
Andris Nelsons, direction
Baïba Skride, violon

A savoir qu'après ce concert, le BSO a eu du mal à rallier Amsterdam, une histoire de dingues.

Mes impressions:

La Sérénade de Bernstein reprend quant à des épisodes du Banquet de Platon. Là où la musique puise dans la philosophie, on entend des choses intéressantes, avec une non moins intéressante soliste au violon, à savoir Baibe Skride. Œuvre en six mouvements, elle alterne entre les différents dialogues, climats et rythmes. Elle ne requiert que des cordes et des percussions. Le passage le plus marquant et le plus malhérien est sans doute Agathon, noté Adagio en IV, avec des cordes excellentes, un pianissimo troublant, une soliste virtuose qui n'abuse pas du vibrato. Son jeu est sonore, , clair et on sent simplement une évidence à l'écouter tant son son se projette avec aisance. Le finale, consacré quant à lui à Socrate avec ses rythmes dansants exprime bien la philosophie du dialogue socratique. Une pulsation, des allers retours du thème avec une touche d'ironie bel et bien socratique. Il s'agit ici d'une très belle découverte et d'une belle ouverture à ce concert avant la symphonie tant attendue.

Après un bis assez périlleux de Baibe Skride et un long entracte, le BSO revient au grand complet sur la scène de la grande salle Pierre Boulez de la philharmonie. La Symphonie n°4 de Chostakovitch requiert un immense orchestre tout comme les symphonies de son illustre ainé Mahler que Stravinski l'invitait à dépasser. Il y a par exemple de façon très inhabituelle un total de six flûtes (dont deux piccolos), quatre hautbois, six clarinettes, quatre bassons. Ou comment la petite harmonie devient très grande et cela s'entend. Composée en 1935 mais créée seulement en 1961, elle se caractérise par sa modernité, son intensité, son âpreté mais aussi sa mélancolie. Chostakovitch avait été obligé de retirer sa symphonie du programme d'un concert après une campagne rude contre son opéra Lady McBeth et les accusations de formalisme. Effectivement, le début du I allegro est assez brutal et loin des canons du réalisme socialiste. Un usage de timbres assez grinçants dans le grave, le son devient corrosif. Nelsons traduit bien cela et ne semble pas être là pour blaguer. L'importance des pupitres de bois et de cuivre se ressent intensément tant ces instruments sonores frappent. Cela est du à la partition mais également à la qualité des musiciens du BSO. Les timbres sont inconfortables, comme par exemple ce piccolo âpre et strident, là la petite clarinette, là le cor ou encore le basson solo (qui achève magistralement le mouvement). Du côté des cordes, on ressent encore beaucoup de poids. Mais la lecture de Nelsons sait aussi offrir des respirations en dehors de ces ballets de timbres grinçants voire dissonants. En effet, même si l'intensité est là, il y a des passages où la mélancolie se fait ressentir, où l'on sent toute l'introspection du compositeur. Le scherzo en II représente bien cela, notamment de part l'entrée successive des cordes qui permet qui permet d'exposer les choses subtilement. Mais le malaise n'est jamais loin, notamment avec ces harpes qui jouent dans un registre très grave. Le scherzo est ici un épisode assez enlevé, et sa brièveté entre deux mouvements gigantesques le rend d'autant plus âpre même s'il laisse place à de l'introspection dans son thème principal. Le III se caractérise une fois de plus par des timbres âpres, basson, hautbois, ça pique. Mais il y a aussi des moments de respiration plus légers et humoristiques bien retranscrits notamment par le basson. L'accent est mis davantage sur la respiration que sur l'intensité, tant et si bien que lorsque des timbres plus légers s'invitent, l'ambiance est moins pesante, plus introvertie. Tant et si bien que lorsque le tutti revient, il frappe d'autant plus, notamment les des fortissimos à faire frissonner dans la fameuse coda où le trombone solo se déchaîne au dessus de l'orchestre, avec des timbales qui ne s'arrêtent plus.

La symphonie n°4 est une partition excessivement forte qui recèle des trésors d'émotions et qui fonctionne lorsqu'elle est exécutée par des musiciens du niveau du BSO. Andris Nelsons s'est échiné à la rendre moins "moderne" et en a donné un interprétation plus introvertie, contemplative, mélancolique. Et quand on connait le compositeur, cela fait sens. Ainsi ce final avec le célesta (le soliste toussait beaucoup avant son intervention) ne cessera d'interroger sur ce que ressentait Chostakovitch, sur ce que l'on doit ressentir devant ce monde, en écoutant cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 18158
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018    Mar 25 Sep 2018 - 16:07

Merci Andika pour ce commentaire très dense, j'ai pour ma part oublié de poster mes impressions sur ce concert pourtant inoubliable. bounce

Fan au disque de ce concerto pour violon déguisé qu'est cette Sérénade de Bernstein, j'ai été moins séduit et touché au concert, la faute à une soliste qui manquait singulièrement de charisme et d'engagement, avec un jeu trop propre et trop placide à mon goût pour une telle musique.

Par contre, cette quatrième de Chosta... affraid

Dés l'entame, Nelsons rentre directement dans le lard de la partition en prenant un tempo effréné: ça avance tout droit et ça charcle à qui mieux mieux. Les épisodes violents et grimaçants alternent avec les longues mélopées neurasthéniques si typiques de Chostakovitch. Et cette coda suspendue, qui impose un ton amer et désolé jusqu'à malaise...

Impossible de caractériser plus avant la performance proprement dite de l'orchestre: ce déploiement de force orchestrale est bien trop grisant pour que je puisse avoir le recul nécessaire... drunken

Une de mes très grandes émotions de concert (avec Amériques de Varèse dans le même registre). salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018    Mar 25 Sep 2018 - 16:11

Pourtant, dans Szyma, j'avais trouvé Skride épatante (et en voilà une qui ne se repose pas sur un répertoire figé, en concert comme au disque !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 18158
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018    Mar 25 Sep 2018 - 16:26

C'est tout à fait possible. Qu'elle puisse exceller dans Szymanowski en dit long sur ces capacités techniques. Le problème est tout autre s'agissant de Bernstein, trouver la bonne couleur et le bon "ton" dans une musique aussi hybride est loin d'être évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018    Mar 25 Sep 2018 - 16:38

C'est vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Frédérique R
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 107
Localisation : Bobigny
Date d'inscription : 10/05/2018

MessageSujet: Re: Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018    Mar 25 Sep 2018 - 20:55

J'ai trouvé Baiba Skride beaucoup plus engagée que le chef et l'orchestre dans la Sérénade de Berstein.
Par contre pour moi cette 4e symphonie de Chostakovitch, c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose. C'est plus tendu et moins bordélique que le disque du chef et de l'orchestre, mais ce n'est vraiment pas fulgurant. L'orchestre est puissant, mais le propos du chef me semble bien terne.
Voici un des témoignages d'un critique au moment de la première de cette symphonie en 1961 (presque 30 ans après sa composition):
« Elle se caractérise par une force d’expression inhabituelle même pour Chostakovitch, par une tension, des contrastes accusés et des renversements nerveux, inattendus. C’est une œuvre d’un souffle puissant et tragique, de passions tumultueuses, pleine de mouvement et vitalité. » (Krzysztof Meyer, Dimitri Chostakovitch, Fayard, 1994)
Désolée mais je n'ai pas du tout entendu cela. La puissance de l'orchestre masquait le manque d'engagement du chef. Le son était puissant, mais où était la tension ? C'était du gentil cursif américain avec un gros son brillant mais sans âme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018    

Revenir en haut Aller en bas
 
Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philharmonie de Paris, Cité de la musique - 2017-2018
» Philharmonie - Beethoven, Weber, Chosta - Conlon 29/04/15
» Philharmonie Luxembourg
» La Philharmonie de Paris
» Meyerbeer : une "tétralogie" berlinoise (2014-2018)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: