Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018

Aller en bas 
AuteurMessage
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 694
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Dim 30 Sep 2018 - 11:26

La Traviata
Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi (1853)
D'après Alexandre Dumas Fils, La Dame aux camélias

Direction musicale Giacomo Sagripanti / Karel Mark Chichon
Mise en scène Benoît Jacquot
Décors Sylvain Chauvelot
Costumes Christian Gasc
Lumières André Diot
Chorégraphie Philippe Giraudeau
Chef des choeurs Alessandro Di Stefano
Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

Violetta Valéry Aleksandra Kurzak sept./oct. / Ermonela Jaho déc.
Flora Bervoix Virginie Verrez
Annina Cornelia Oncioiu
Alfredo Germont Jean‑François Borras sept./oct. / Roberto Alagna 26 oct. / Charles Castronovo déc.
Giorgio Germont George Gagnidze 29 sept.>17 oct. / Luca Salsi 21 > 26 oct. / Ludovic Tézier déc.
Gastone Julien Dran sept./oct. / François Rougier déc.
Il Barone Douphol Igor Gnidii
Il Marchese d'Obigny Christophe Gay
Dottore Grenvil Luc Bertin-Hugault
Giuseppe Emanuel Mendes
Domestico Andrea Nelli
Commissionario Fabio Bellenghi

Une énième reprise (ce sera la dernière) de cette production pas franchement réussie, mais avec un casting de rêve !  Very Happy
La Traviata est loin d'être mon opéra préféré, mais je vais normalement y assister (au moins) trois fois ce semestre, la faute à des distributions ou des productions vraiment alléchantes : le couple Kurzak/Borras ici, le tandem Currentzis/Wilson à Luxembourg et la production de Deborah Warner au TCE avec Santoni et Rohrer à la baguette bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 703
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Dim 30 Sep 2018 - 12:27

Adalbéron a écrit:
La Traviata
Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi (1853)
D'après Alexandre Dumas Fils, La Dame aux camélias

Direction musicale Giacomo Sagripanti / Karel Mark Chichon
Mise en scène Benoît Jacquot
Décors Sylvain Chauvelot
Costumes Christian Gasc
Lumières André Diot
Chorégraphie Philippe Giraudeau
Chef des choeurs Alessandro Di Stefano
Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

Violetta Valéry Aleksandra Kurzak sept./oct. / Ermonela Jaho déc.
Flora Bervoix Virginie Verrez
Annina Cornelia Oncioiu
Alfredo Germont Jean‑François Borras sept./oct. / Roberto Alagna 26 oct. / Charles Castronovo déc.
Giorgio Germont George Gagnidze 29 sept.>17 oct. / Luca Salsi 21 > 26 oct. / Ludovic Tézier déc.
Gastone Julien Dran sept./oct. / François Rougier déc.
Il Barone Douphol Igor Gnidii
Il Marchese d'Obigny Christophe Gay
Dottore Grenvil Luc Bertin-Hugault
Giuseppe Emanuel Mendes
Domestico Andrea Nelli
Commissionario Fabio Bellenghi

Une énième reprise (ce sera la dernière) de cette production pas franchement réussie, mais avec un casting de rêve !  Very Happy
La Traviata est loin d'être mon opéra préféré, mais je vais normalement y assister (au moins) trois fois ce semestre, la faute à des distributions ou des productions vraiment alléchantes : le couple Kurzak/Borras ici, le tandem Currentzis/Wilson à Luxembourg et la production de Deborah Warner au TCE avec Santoni et Rohrer à la baguette bounce bounce bounce

Aucun doute sur Borras, plus dubitatif sur Kurzak que je trouve moyenne...
Je vais d'ailleurs la voir en Desdémone à Bastille, je suis légèrement inquiet.
Mais le vrai problème de cette Traviata, c'est la mise en scène, ratée.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 694
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Dim 30 Sep 2018 - 19:37

Ne sois pas inquiet...
Dans quels rôles l’as-tu déjà entendue ?
Elle m’avait laissé plutôt indifférent en Micaëla et en Alice Ford, mais ce ne sont pas des rôles très « payants ».
En Vitellia, en décembre dernier, elle m’a ébloui de bout en bout, tant vocalement que scéniquement, en tragédienne de haute lignée.
Je ne sais pas si c’est parce qu’elle est sur une pente ascendante ou si elle est irrégulière, mais depuis sa Vitellia, je me suis promis de ne rien manquer de ce qu’elle offrait à Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 1 Oct 2018 - 0:07

Oui, cette petite est hallucinante. Déjà une belle voix à l'origine, elle a depuis sa maternité pris des moirures incroyables, et combine les qualités de souplesse d'un lyrique et de densité d'un dramatique, sans aucune note qui soit criée ou faible (du sol 2 au ré 5, concernant Vitellia !).

Je cherche désespérément une place abordable pour aller l'entendre (ce que je ne m'étais pas résolu à faire depuis… 2000, où Delunsch a définitivement flétri pour moi toute la concurrence).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 703
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 1 Oct 2018 - 16:56

Je l'ai entendue deux fois sur scène :
Maria Stuarda - rôle titre - au TCE en 2015
Adina dans l’Élixir à Bastille en 2015.

Ces fois là, difficile de la qualifier "d’hallucinante"  convenable, mais vraiment pas mémorable...
Alors peut etre a - t -elle beaucoup progressé depuis cette époque ?

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 1 Oct 2018 - 17:00

La voix a gagné beaucoup de moirures et de projection, j'ai l'impression. (Mais je l'ai entendu en salle pour la première fois la saison passée : remarquable Alice Ford et surtout Vitellia hallucinante, qui passait que tout ce que j'ai entendu, disque inclus – au moins techniquement.)

Je suis allé voir ses Traviata, ça semble un peu plus débraillé (mais c'est manifestement une représentation polonaise, les attentes du public peuvent être assez différentes), mais toujours aussi intense et maîtrisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
HELENE ADAM
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 78
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Mer 10 Oct 2018 - 22:43

Kurzak est très impressionnante en Violetta, pas banale du tout, aucun problème pour l'entendre, c'est même divin, la voix est très pure, très juvénile et en même temps très décidée, très dramatique, elle incarne son rôle avec un sacré talent et crée un contact immédiat avec le public qui ne décroche pas de sa silhouette gracieuse et de l'image rajeunie qu'elle donne à voir et à entendre.
Franchement j'ai adoré. Elle et rien qu'elle. Soit dit en passant, elle a une technique vocale impressionnante : vocalises, aigus, suraigus, crescendo, decrescendo, longues notes filées, elle ose et réussit tout. Final bouleversant malgré une grande sobriété de gestes et grâce à une grande plasticité dans la voix qui transmet une intense émotion. Mouchoirs autour de moi...
Dommage que :
- il y ait autant de tousseurs, notamment pendant addio el passato (à chaque fois c'est pareil à Bastille)
- ses partenaires soient très en deçà : Borras étonnamment mauvais dans la partie lyrique (méforme ?), voix très abîmée en mezzo voce, presque chevrotante, ligne de chant pas très stable, bien meilleur ensuite à partir du duo avec papa et surtout de la scène de la monnaie et final presque correct. Bon, grosse déception quand même.
- Ganidzé, voix un peu fatiguée et raide, mais belle allure quand même.
Excellente direction de Sagripanti. Sans gros effets mais avec beaucoup de subtilité et surtout de respect pour les chanteurs.
Soirée très sympa (8 octobre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne En ligne
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 694
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Mer 10 Oct 2018 - 23:48

HELENE ADAM a écrit:
Kurzak est très impressionnante en Violetta, pas banale du tout, aucun problème pour l'entendre, c'est même divin, la voix est très pure, très juvénile et en même temps très décidée, très dramatique, elle incarne son rôle avec un sacré talent et crée un contact immédiat avec le public qui ne décroche pas de sa silhouette gracieuse et de l'image rajeunie qu'elle donne à voir et à entendre.
Franchement j'ai adoré. Elle et rien qu'elle. Soit dit en passant, elle a une technique vocale impressionnante : vocalises, aigus, suraigus, crescendo, decrescendo, longues notes filées, elle ose et réussit tout. Final bouleversant malgré une grande sobriété de gestes et grâce à une grande plasticité dans la voix qui transmet une intense émotion. Mouchoirs autour de moi...
Dommage que :
- il y ait autant de tousseurs, notamment pendant addio el passato (à chaque fois c'est pareil à Bastille)
- ses partenaires soient très en deçà : Borras étonnamment mauvais dans la partie lyrique (méforme ?), voix très abîmée en mezzo voce, presque chevrotante, ligne de chant pas très stable, bien meilleur ensuite à partir du duo avec papa et surtout de la scène de la monnaie et final presque correct. Bon, grosse déception quand même.
- Ganidzé, voix un peu fatiguée et raide, mais belle allure quand même.
Excellente direction de Sagripanti. Sans gros effets mais avec beaucoup de subtilité et surtout de respect pour les chanteurs.
Soirée très sympa (8 octobre)

Ah, tu fais envie cheers.
Inquiet par ce que tu dis sur Borras, mais j'avais écouté des bouts d'un de ses Alfredo et ça n'était pas très convaincant — mais c'était une représentation d'il y a longtemps. C'est un rôle ingrat et il est certain que Borras est plus excitant dans les rôles français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Jeu 11 Oct 2018 - 1:04

En italien, il couvre davantage, et ça lui éteint largement la voix, qui n'a plus ce même impact radieux. Très étonnant, parce que rien ne l'empêche, techniquement et linguistiquement, de le chanter comme le français. Il suffirait de décorseter un brin ça pour que ce soit fabuleux.

Sinon, pas étonné pour Kurzak : il y a pas mal de bandes qui existent, et on y entend les moirures très denses de ce timbre riche et de cette voix très souple, vraiment la technique accomplie de bout en bout, je ne vois pas trop qui a jamais chanté le rôle à ce degré de maîtrise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
HELENE ADAM
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 78
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Jeu 11 Oct 2018 - 11:07

DavidLeMarrec a écrit:
En italien, il couvre davantage, et ça lui éteint largement la voix, qui n'a plus ce même impact radieux. Très étonnant, parce que rien ne l'empêche, techniquement et linguistiquement, de le chanter comme le français. Il suffirait de décorseter un brin ça pour que ce soit fabuleux.

non non, on peut couvrir son émission et être fabuleux ( Laughing )...c'est parfois plus prudent pour éviter de partir dans tous les sens et de mettre sa voix en péril. Mais là ce n'était pas du tout le problème à mon avis. D'une part j'ai déjà entendu Borras en italien, notamment en Macduff, arborant un timbre superbe et extrêmement lyrique, capable de nuances très belles (TCE il y a trois ans). D'autre part, mes critiques à l'égard de son Alfredo du 8, soulignent justement le fait que c'est ce qu'il semblait avoir perdu. J'ai ajouté la question : méforme ? car cela y ressemblait. Sa voix ne retrouvait sa plénitude qu'en mode "forte" et même fortissimo en fait (fin de l'acte 2). Pour toute la première partie très lyrique, la voix chevrotait et accusait une très forte instabilité. On n'était très très loin du fabuleux. En fait, si tu as entendu dans cette mise en scène/salle, l'Alfredo de Hymel, eh bien cela y ressemblait (et Hymel n'est pas un bon Alfredo, il s'était même fait siffler à Bastille). Alors que Hymel est précisément connu pour ouvrir totalement son émission... bref, je ne sais pas trop quoi penser de Borras (surtout que j'ai lu des critiques enthousiastes mais d'un autre soir et de la part d'auteurs globalement très complaisants...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Jeu 11 Oct 2018 - 11:18

HELENE ADAM a écrit:
non non, on peut couvrir son émission et être fabuleux

Je ne dis pas le contraire. Tous les chanteurs lyriques couvrent, de toute façon (même dans le baroque : Wanroij et Auvity ne chantent pas ouvert !).

Ce que je dis, c'est que par une couverture qui me semble excéder le nécessaire, son timbre rayonne moins dans ses rôles italiens que dans ses rôles français.

Je n'y étais pas, donc je ne peux pas dire ce qu'il a fait ce soir-là, j'émettais juste l'hypothèse (qui se révèle infondée) que tu avais pu être frustrée par quelque chose de structurel dans son chant de l'italien, qui est frappant lorsqu'on a l'habitude de l'entendre en français (ce Werther si clair et si libre, alors que ses Alfredo, rôle pourtant moins tendu et « dangereux », sont beaucoup fermés et corsetés !).


Citation :
Alors que Hymel est précisément connu pour ouvrir totalement son émission...

Je ne sais pas qui le connaît pour ça, mais c'est clairement une erreur de leur part (ce genre de chose est même plus facile à vérifier que la justesse, qui peut varier selon l'emplacement dans la salle). Sa technique utilise au contraire une couverture très homogène sur toute la tessiture (qui participe à son côté sombre). Il suffit de comparer à Liccioni ou Carreras (qui, contrairement à la légende, couvrait quand même, mais pas beaucoup, voire pas assez), on sent bien la différence de protection des aigus et d'accommodation des voyelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 694
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Sam 27 Oct 2018 - 0:36

Kurzak miraculeuse ce soir ! drunken cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 274
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Sam 27 Oct 2018 - 9:05

Adalbéron a écrit:
Kurzak miraculeuse ce soir ! drunken cheers

J'ai lu des choses très négatives sur la direction de Sagripanti ce vendredi soir ; qu'en as-tu pensé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 703
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Sam 27 Oct 2018 - 9:06

Adalbéron a écrit:
Kurzak miraculeuse ce soir ! drunken cheers

Et Roberto ?
Je constate qu'il déplace toujours autant les foules : dans mon abonnement j'ai des places pour Otello, avec les deux, pas pour eux mais parce que je n'ai pas revu cette œuvre depuis pas mal de temps ; j'agis comme responsable d'un groupe, donc j'ai fait - très tôt dans le calendrier - une demande pour 55 places à une date précise  : impossible, j'ai du éparpiller mes abonnés sur plusieurs dates.

Au delà j'ai bien noté que Kurzak n'est plus la chanteuse gentillette que j'ai entendue dans "L'Elisir" il y a 3 ans - j'ai quand même des interrogations sur lui face à un rôle très lourd.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Sam 27 Oct 2018 - 14:21

C'est vrai que le rôle est assez loin de ses qualités (il n'a jamais eu un aigu très séduisant, et le rôle les met très en avant, à des emplacement pas seulement décoratifs, mais dont toute l'expression dépend), et il avait été à la peine à Orange.

Néanmoins, après l'avoir vu se rétablir en sortant d'un acte II préoccupant cette même soirée (je ne voyais pas comment il pourrait, à ce rythme-là, finir l'opéra !), et surtout après son Samson miraculeux qui faisait une sorte de pont immédiat avec la tradition de Thill, montrant à la fois une puissance dédoublée, un timbre intact et une endurance aiguë assez impressionnante (des phrases entières sont écrites au-dessus du passage, le genre de chose qui est son point faible en principe)… je crois qu'il peut tout faire.

Quant à dire qu'il sera en forme ou que ce sera bien, je n'en sais bien sûr rien. Disons que sur le papier il est moins bon en italien qu'en français, et qu'Otello n'est pas taillé pour lui, mais comme il est toujours capable de nous surprendre, j'ai vraiment bon espoir, en fait.

(Et puis, l'alternative, Antonenko, certes un chanteur au professionnalisme et à l'endurance irréprochables, ne fait pas tellement envie. J'ai donc pris le risque Alagna.)


Adalbéron a écrit:
Kurzak miraculeuse ce soir ! drunken cheers

Oui, comme tous les soirs quoi, pas la peine de t'enflammer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 694
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Sam 27 Oct 2018 - 15:05

Stefano P a écrit:
Adalbéron a écrit:
Kurzak miraculeuse ce soir ! drunken cheers

J'ai lu des choses très négatives sur la direction de Sagripanti ce vendredi soir ; qu'en as-tu pensé ?

Franchement, dans une optique d’accompagnement dramatique et attentive aux chanteurs, vraiment très bien. Le son était moelleux, les instrumentistes engagés (il fallait voir la flûtiste solo qui virevoltait !) et Sagripanti gère vraiment très bien les contrastes d’atmosphère d’une scène à l’autre. Ce qu’on peut faire de mieux dans le genre traditionnel et mesuré, sans pour autant être dans la retenue. Après, ça m’a un peu laissé sur ma faim, après Currentzis... Et j’avais préféré Mariotti il y a deux ans qui était plus coloré et tranchant.
Quelques décalages avec les chœurs, par contre, qu’il n’a pas su gérer sur plusieurs mesures, c'était assez étonnant...

Kurzak, Violetta immense. Des graves à tomber, un médium à tomber, des aigus à tomber, mais les suraigus (au-dessus du si) manquaient  un peu de rondeur et de puissance. Je pense qu’elle n’etait pas tout à fait remise de sa convalescence parce que je me souviens de contre-ut admirables dans La Clémence. Vous avez donc cette voix superbe et homogène sur toute la tessiture, et puis une maîtrise technique confondante de tout ce que le rôle exige vocalement, et puis une intelligence musicale exceptionnelle (la manière dont chaque ornement dans la scène finale du I est pensé, c’est vraiment du génie), et puis un instinct dramatique époustouflant, et puis...  c’est la queen quoi.
Elle a des accents à vous faire frémir l’ensemble de l’échine, des gestes d’une intensité de tragédienne qui mettent en branle tout le plateau, une sensibilité musicale unique. La seule chose qui lui manque, c’est un timbre vraiment caractérisé. Il est d’une grande intensité émotionnelle, mais je ne cessais d’entendre par moment un peu de Yoncheva par ci, un peu de Gheorghiu par là... Mais enfin, bon, c’est une Violetta qui n’a rien à envier aux plus grandes titulaires du rôle, toutes époques confondues.
Il faut que je m’en remette.

A ses côtés, Alagna paraît bien pâle et monolithique. Aucune nuance dans le chant ni le jeu avant la scène d’humiliation à la fin du II, et enfin il s’investit dans le III, en se permettant quelques nuances et révélant enfin tout ce dont il est capable scéniquement en terme de présence.
Il avait l’air quand même un peu perdu, oubliant une réplique à un moment, se trompant de texte à un autre. Enfin, il était là pour une représentation, sort de Samson, n’a pas chanté le rôle depuis un bout de temps, c’était quand même un plaisir de l’entendre et de le voir aux côtés de Kurzak. Par contre, ça impliquait le folklore un peu désagréable aux saluts : flash dans tous les sens, on hurle « Robertoooooo ! », on s’agglutine pour prendre des photos devant la fosse... Enfin ça avait l’air de faire plaisir à Kurzak aussi.

Salsi a ses bons et ses moins bons moments (parfois des duretés et un vibrato qui ne sont pas forcément très élégants), mais il sait être très émouvant et il est vraiment admirable à certains moments, proposant des nuances (de couleur, de l’ébène au noyer) d’une grande beauté.

Belle distribution pour les autres personnages !

Mise en scène toujours aussi insipide, mais qui a le mérite de laisser Kurzak faire tout ce si elle veut (mais laisse Alagna, Salsi et les autres bien rigides).

Une soirée magnifique, grâce à l’extraoridnaire Violetta de Kurzak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Dim 28 Oct 2018 - 12:48

Merci pour le retour. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
HELENE ADAM
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 78
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 29 Oct 2018 - 9:35

Adalbéron a écrit:

Kurzak, Violetta immense. Des graves à tomber, un médium à tomber, des aigus à tomber, mais les suraigus (au-dessus du si) manquaient  un peu de rondeur et de puissance. Je pense qu’elle n’etait pas tout à fait remise de sa convalescence parce que je me souviens de contre-ut admirables dans La Clémence. Vous avez donc cette voix superbe et homogène sur toute la tessiture, et puis une maîtrise technique confondante de tout ce que le rôle exige vocalement, et puis une intelligence musicale exceptionnelle (la manière dont chaque ornement dans la scène finale du I est pensé, c’est vraiment du génie), et puis un instinct dramatique époustouflant, et puis...  c’est la queen quoi.
Elle a des accents à vous faire frémir l’ensemble de l’échine, des gestes d’une intensité de tragédienne qui mettent en branle tout le plateau, une sensibilité musicale unique. La seule chose qui lui manque, c’est un timbre vraiment caractérisé. Il est d’une grande intensité émotionnelle, mais je ne cessais d’entendre par moment un peu de Yoncheva par ci, un peu de Gheorghiu par là... Mais enfin, bon, c’est une Violetta qui n’a rien à envier aux plus grandes titulaires du rôle, toutes époques confondues.
Il faut que je m’en remette.
Je l'ai donc entendue au début de la série et en pleine forme et je te confirme la beauté de ses suraigus. C'est même sans doute un des éléments de ce que je considère comme une technique fabuleuse (car il y a du travail derrière une aussi belle Violetta). Elle tente même des nuances sur ses suraigus (c'est dire comme elle les maitrise !) et son médium n'en est pas moins riche par autant. L'autre aspect scotchant c'est en effet la précision de ses vocalises. Et oui c'est une Violetta qui n'a rien à envier aux plus grandes titulaires du rôle, tout à fait d'accord. Et j'ai aussi entendu parfois un peu de Yoncheva (j'avais noté cette impression -flatteuse pour moi, j'adore le timbre de Yoncheva)- sur l'autre forum où j'ai fait mon premier CR de l'événement Kurzak (que la presse des critiques a peu remarqué mais bon, ce n'est pas une vedette, la pauvre... Mr. Green (en tous cas en France)

Adalbéron a écrit:
A ses côtés, Alagna paraît bien pâle et monolithique. Aucune nuance dans le chant ni le jeu avant la scène d’humiliation à la fin du II, et enfin il s’investit dans le III, en se permettant quelques nuances et révélant enfin tout ce dont il est capable scéniquement en terme de présence.
Il avait l’air quand même un peu perdu, oubliant une réplique à un moment, se trompant de texte à un autre. Enfin, il était là pour une représentation, sort de Samson, n’a pas chanté le rôle depuis un bout de temps,

24 ans quand même ! Ceci explique une certaine approximation !
Sur la question des nuances absentes, je suis plus interrogative, comme sur ses aigus assez régulièrement difficiles mais parfois réussis ces derniers mois, y compris dans Samson où la Première et la deuxième l'ont vu en difficulté dans les actes 2 et 3. Cela ressemble à une certaine fatigue vocale...intermittente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 29 Oct 2018 - 11:10

C'est vrai, la précision absolue, la maîtrise de chaque recoin de l'instrument, et en plus sa mise au service du drame, cette conjonction est rarissime et confondante. (Souvent les plus beaux instruments sont audiblement préoccupés d'eux-mêmes, ce qui se comprend d'ailleurs, c'est pas facile !)


HELENE ADAM a écrit:
24 ans quand même ! Ceci explique une certaine approximation !

Vraiment ? J'étais persuadé qu'il l'avait toujours conservé près de lui, comme Nemorino (mais je n'ai absolument pas vérifié si c'était le cas !). De toute façon, arriver une production déjà rodée pour une seule date, c'est toujours délicat, c'est certain !


Citation :
Sur la question des nuances absentes, je suis plus interrogative, comme sur ses aigus assez régulièrement difficiles mais parfois réussis ces derniers mois, y compris dans Samson où la Première et la deuxième l'ont vu en difficulté dans les actes 2 et 3. Cela ressemble à une certaine fatigue vocale...intermittente.

En difficulté dans Samson, vraiment ? Je trouve que le soir où j'y étais (le premier, je crois), ainsi que sur la bande de Vienne, il se balade comme personne – depuis Luccioni, jamais entendu un Samson si audiblement facile… Le haut de la tessiture n'a jamais été très joliment timbré, mais toutes ces phrases entièrement au-dessus du passages, quasiment inchantables pour un ténor du format dramatique requis, il les sortait comme rien – alors qu'auparavant c'était le genre de chose qui lui étaient difficiles.

Bien sûr, vu son âge, son agenda et le spectre disparate de ses rôles, il doit avoir des soirs sans. Mais ceux-là, ça ne m'a vraiment pas paru évident. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
HELENE ADAM
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 78
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 29 Oct 2018 - 11:28

Je parlais de son Samson de la rentrée au MET (c'est pour cela que j'ai écris "ces derniers mois", disons depuis le Trovatore raté de la Bastille, ensuite il n'a plus paru sur scène jusqu'au MET): la première était retransmise en audio, je l'ai écoutée et ses difficultés ont commencé dès l'acte 2 avec un acte 3 globalement raté et le dernier "si" qui n'est carrément pas sorti. A la deuxième il a laissé la place à sa doublure pour tout l'acte 3, les représentations suivantes étaient meilleures c'est pour cela que je parle de difficultés vocales intermittentes. Mais cela conduit forcément à une certaine prudence notamment dans l'utilisation des nuances toujours dangereuses quand on n'est pas sûr de sa voix à 100%.
Il a évoqué des problèmes de santé liés à des allergies récurrentes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne En ligne
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 29 Oct 2018 - 11:49

HELENE ADAM a écrit:
24 ans quand même ! Ceci explique une certaine approximation !
22 ans pour être tout à fait exact! C'était en 1996 à Covent Garden aux côtés de Gheorghiu où il avait d'ailleurs méchamment vautré le contre-ut de sa cabalette (en 4 secondes on était passé de l'Ut au Sol!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 29 Oct 2018 - 13:00

HELENE ADAM a écrit:
Je parlais de son Samson de la rentrée au MET (c'est pour cela que j'ai écris "ces derniers mois", disons depuis le Trovatore raté de la Bastille, ensuite il n'a plus paru sur scène jusqu'au MET): la première était retransmise en audio, je l'ai écoutée et ses difficultés ont commencé dès l'acte 2 avec un acte 3 globalement raté et le dernier "si" qui n'est carrément pas sorti. A la deuxième il a laissé la place à sa doublure pour tout l'acte 3, les représentations suivantes étaient meilleures c'est pour cela que je parle de difficultés vocales intermittentes. Mais cela conduit forcément à une certaine prudence notamment dans l'utilisation des nuances toujours dangereuses quand on n'est pas sûr de sa voix à 100%.
Il a évoqué des problèmes de santé liés à des allergies récurrentes.

Ah oui, comme toujours il sort le certificat du médecin. hehe

Je n'étais pas au courant de tout cela… la preuve que mes sources glottique se sont un peu taries ! Effectivement, pour qu'on fasse entrer la doublure, c'est clairement au delà des questions de goût sur le timbre des aigus. (et ça explique sans doute la prudence ou la rigidité, en effet)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   Lun 29 Oct 2018 - 13:05

Otello a écrit:
HELENE ADAM a écrit:
24 ans quand même ! Ceci explique une certaine approximation !
22 ans pour être tout à fait exact! C'était en 1996 à Covent Garden aux côtés de Gheorghiu où il avait d'ailleurs méchamment vautré le contre-ut de sa cabalette (en 4 secondes on était passé de l'Ut au Sol!)

Ah oui, la bande avait circulé dans les compiles de perle nere, c'était assez spectaculaire, un des plus gros vautrages que j'aie entendus : normalement, il fait sol3-do3, mais beaucoup de ténors interpolent l'ut (donc sol3-ut4). Au niveau du si bémol, il se rend compte qu'il ne va pas arriver à l'ut, donc il fait un portamento non contrôlé, mais il y a trop de distance jusqu'à l'ut à l'octave basse, donc il s'arrête au sol. Vraiment spectaculairement laid et visible !

J'ignorais que c'était sa dernière série. (Ça doit laisser un traumatisme, un truc comme ça, a fortiori pour quelqu'un de sa fierté…)

(Ça peut bien évidemment arriver à tout le monde, il n'empêche que l'incongruité de ce résultat raté jusque dans son rattrapage était très amusante, sans jugement par ailleurs sur l'artiste que j'aime beaucoup !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
Verdi - La Traviata - Sagripanti/Jacquot - ONP - 2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Verdi - La Traviata
» ONP - La Traviata (Ettinger-Jacquot, 09-10/14)
» LA TRAVIATA - ONP - Jacquot - Oren - Juin 2014
» Riccardo Muti
» Les enregistrements en langue étrangère-exotisme musical

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: