Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 915
Date d'inscription : 28/09/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyDim 13 Jan 2019 - 14:08

Vu ce matin lors de la visite des coulisses des éléments de décor de cette nouvelle production: comme prévisible, pas de pastiche de l'antiquité à attendre...
Par ailleurs - indépendamment de ses options artistiques - les équipes de l'ONP apprécient de travailler avec ce metteur en scène, décrit comme " organisé, précis, rigoureux " - apparemment ces qualificatifs ne s'appliquent pas à tous ses confrères ....

J'y vais le 9 février.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyDim 13 Jan 2019 - 14:35

Belcore a écrit:
" organisé, précis, rigoureux "

Ça, en voyant ses mises en scène, je n'en doute vraiment pas. Dommage que cela s'applique dans certains cas hors du champ du livret (pas dans le sens de « transposé » mais dans le sens de « rien à voir avec le sujet » hehe ) ; lorsqu'il fait l'effort de tisser quelque chose avec le texte, ce peut être très fort.

(J'en suis à un compte d'une bonne mise en scène sur trois avec lui, mais le 1 est vraiment génial – Onéguine, Parsifal…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83338
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyDim 13 Jan 2019 - 14:46

Génial son Parsifal?
Ca fonctionne dans une certaine mesure, mais je trouve ça passable au mieux, je n'y vois rien de vraiment génial...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23173
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyDim 13 Jan 2019 - 15:19

J'y serai comme toi Belcore le 9 février.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 915
Date d'inscription : 28/09/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyDim 13 Jan 2019 - 17:15

DavidLeMarrec a écrit:
Belcore a écrit:
" organisé, précis, rigoureux "

Ça, en voyant ses mises en scène, je n'en doute vraiment pas. Dommage que cela s'applique dans certains cas hors du champ du livret (pas dans le sens de « transposé » mais dans le sens de « rien à voir avec le sujet » hehe ) ; lorsqu'il fait l'effort de tisser quelque chose avec le texte, ce peut être très fort.

(J'en suis à un compte d'une bonne mise en scène sur trois avec lui, mais le 1 est vraiment génial – Onéguine, Parsifal…)

D'accord sur le 1 sur 3 : croisons les doigts pour que ça soit le 1 ...!!!

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomaniaque
Adalbéron

Nombre de messages : 1020
Age : 1000
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMar 15 Jan 2019 - 23:21

Voici la distribution complète :

Direction musicale Philippe Jordan
Mise en scène Dmitri Tcherniakov
Décors Dmitri Tcherniakov
Costumes Elena Zaytseva
Lumières Gleb Filshtinsky
Vidéo Tieni Burkhalter
Chef des Choeurs José Luis Basso

La Prise de Troie
Cassandre Stéphanie d'Oustrac
Ascagne Michèle Losier
Hécube Véronique Gens
Énée Brandon Jovanovich
Chorèbe Stéphane Degout
Panthée Christian Helmer
Le Fantôme d'Hector Thomas Dear
Priam Paata Burchuladze
Un Capitaine Grec Jean-Luc Ballestra
Hellenus Jean-François Marras
Polyxène Sophie Claisse

Les Troyens à Carthage
Didon Ekaterina Semenchuk
Anna Aude Extrémo
Ascagne Michèle Losier
Énée Brandon Jovanovich
Iopas Cyrille Dubois
Hylas Bror Magnus Tødenes
Narbal Christian Van Horn
Deux Capitaines troyens : Jean-Luc Ballestra & Tomislav Lavoie
Le Fantôme de Cassandre Stéphanie d'Oustrac
Le Fantôme de Chorèbe Stéphane Degout
Le Fantôme d'Hector Thomas Dear
Le Fantôme de Priam Paata Burchuladze
Mercure Bernard Arrieta

J'ai assisté à une séance de travail aujourd'hui, ce sera du pur Tcherniakov... Cela ne fera a priori pas le bonheur de tout le monde.
Musicalement, c'est remarquable, dans l'ensemble. Par contre, il n'y a que quatre harpes... tutut

Quelques photos des répétitions sont visibles sur le site de l'OnP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 30/08/2018

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMer 16 Jan 2019 - 8:51

Adalbéron a écrit:
J'ai assisté à une séance de travail aujourd'hui, ce sera du pur Tcherniakov... Cela ne fera a priori pas le bonheur de tout le monde.

Et le cheval de Troie, ils l'ont bien réussi ? Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Adalbéron
Mélomaniaque
Adalbéron

Nombre de messages : 1020
Age : 1000
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMer 16 Jan 2019 - 9:06

Je n’ai vu que les Troyens à Carthage... hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
andika
Mélomane averti
andika

Nombre de messages : 400
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMer 16 Jan 2019 - 9:06

J'y vais le 22 janvier. Ca va être fun !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Adalbéron
Mélomaniaque
Adalbéron

Nombre de messages : 1020
Age : 1000
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMer 16 Jan 2019 - 9:10

Oh oui, je n’en doute pas ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 915
Date d'inscription : 28/09/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMer 16 Jan 2019 - 9:37

Stéphanie d'Oustrac sur Cassandre - et espère - t - elle plus tard sur Didon :

http://www.concertclassic.com/article/une-interview-de-stephanie-doustrac-emprunter-des-chemins-de-traverse-est-passionnant

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23173
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 17 Jan 2019 - 8:05

Merci pour le lien de cet entretien, reprenant en partie ce que j'avais pu lire dans Opéra Magazine concernant la conception du rôle de Cassandre dans la vision de Tcherniakov. Hâte d'assister en salle à ces Troyens, pour sans doute être bousculé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 07/09/2014

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 6:51

Voilà une oeuvre que j'aurais bien aimé voir sur scène(mais je suis très loin de vos contrées pour le moment), jamais pu l'appréhender complètement au disque, mais sa monumentalité m'intrigue et m'impressionne, ce qui prouve quand même ma très grande ouverture d'esprit aux bruyantes barbaries non belcantistes! hehe. J'attends vos rapports avec impatience.
En revanche, pour la mise en scène, ça fait peur, très peur. En même temps, quand on écoute la conception de l'opéra de Lissner, entendu à la radio récemment, tout fait sens. Il lui faut des migrants, des murs, des rescapés de guerre, et tutti quanti, sinon ça n'a pas de sens, ce n'est que "jubilation vocale" (sic), au secours ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4219
Age : 919
Date d'inscription : 27/11/2008

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 11:05

Colbran a écrit:
Voilà une oeuvre que j'aurais bien aimé voir sur scène(mais je suis très loin de vos contrées pour le moment), jamais pu l'appréhender complètement au disque, mais sa monumentalité m'intrigue et m'impressionne, ce qui prouve quand même ma très grande ouverture d'esprit aux bruyantes barbaries non belcantistes! hehe. J'attends vos rapports avec impatience.
En revanche, pour la mise en scène, ça fait peur, très peur. En même temps, quand on écoute la conception de l'opéra de Lissner, entendu à la radio récemment, tout fait sens. Il lui faut des migrants, des murs, des rescapés de guerre, et tutti quanti, sinon ça n'a pas de sens, ce n'est que "jubilation vocale" (sic), au secours ...

C'est exactement pour ça que j'ai passé mon tour malgré la très belle distribution réunie. Tcherniakov est un danger public pour la mise en scène d'opéra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 11:08

Il ne faut pas prêter trop attention à ce que dit Lissner : comme Mortier (et encore plus que Mortier, car moins informé / éclairé, je crois), il existe une décorrélation assez considérable entre son propos, calibré pour plaire aux décideurs qui le mettent en poste « rajeunir et diversifier le public », « faire entrer la Cité dans l'Opéra » et mille autres billevesées dépourvues de sens concret, tout en augmentant les prix et rejouant à satiété les mêmes scies de l'opéra bourgeois (pour quelqu'un qui a pour slogan « oser », il a inventé les doubles séries du Barbier et de Traviata, alors qu'il y a quantité d'opéras autrement plus radicaux / modernes dans leurs sujets, leur structure, leur langage, leur ambition…).

Si on l'écoute, on croit qu'on a affaire à un théâtre d'art & d'essai du genre de l'Athénée, où l'on je jouerait que du contemporain ou des relectures avant-gardistes d'œuvres radicales. Et puis quand on regarde le programme, on a plutôt l'Opéra de Vienne, avec des grandes vedettes qui viennent dans les titres les plus courus…

Après, si on est chatouilleux sur les visuels, c'est sûr qu'il embauche des metteurs en scène qui, sans être bien subversifs, transposent systématiquement les actions. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stolzing
Mélomaniaque
Stolzing

Nombre de messages : 720
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 11:41

Pour rebondir sur ce que dit David, il y a effectivement un décalage entre le discours et les productions, mais même entre les réputations sulfureuses et ce qu'on voit sur scène. Pour les récents Don Carlos, Boris et Boccanegra, je m'attendais à des trucs hideux et dénaturant les oeuvres, et on a juste eu du pas bien beau, plat et ennuyeux, mais pas franchement gênant. Si les photos de répétition qu'on voit sur le site de l'ONP sont en costumes (arf), on va avoir une réduction au miteux, tic usé et habitude pénible, mais à force, je finis par m'en abstraire et par me concentrer sur les gestes et les visages. Après, le degré de n'importe quoi varie beaucoup chez Tcherniakov.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 07/09/2014

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 12:38

Stolzing a écrit:
on va avoir une réduction au miteux, tic usé et habitude pénible, mais à force, je finis par m'en abstraire et par me concentrer sur les gestes et les visages. Après, le degré de n'importe quoi varie beaucoup chez Tcherniakov.

Voilà, et les éternels murs bétonnés dégoutants, la même esthétique industrielle/Ikea/Loft au choix. On nous mettra bien un camp et des réfugiés quelque part, aussi, non? Tout cela est pénible et si systématique. J'exagère peut-être, car je ne fréquente plus assez l'ONP à cause de l'éloignement, pour être définitif, mais enfin ça me semble assez constant et pas que dans cette Maison.

Cependant, je suis assez sûr que pour une première fois chez les Troyens, des toges et une épure classique, avec des chanteurs inspirés, auraient suffi à mon bonheur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HELENE ADAM
Mélomane averti


Nombre de messages : 116
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 14:46

DavidLeMarrec a écrit:


Après, si on est chatouilleux sur les visuels, c'est sûr qu'il embauche des metteurs en scène qui, sans être bien subversifs, transposent systématiquement les actions. hehe

Ok sur ta remarque, tout cela n'est pas très subversif. J'ajouterai que l'esthétique d'un Bieito est assez différente de celle de Warlikovski même s'ils transposent généralement l'un et l'autre.
Personnellement j'ai plutôt apprécié les dernières mises en scène de Warli à l'ONP : Don Carlos et le Château de BB tout comme d'ailleurs certaines de ses mises en scène plus anciennes, toujours à Paris, celle de Parsifal et celle de l'affaire Makropoulos en particulier.
Tcherniakov c'est un peu différent : son interprétation de l'oeuvre est souvent très personnelle et il modifie assez régulièrement certaines situations de l'opéra, voire la fin...Ses visions des opéras russes sont généralement plus réussies que les autres (Eugène Onéguine, le Prince Igor ou Iolanta). Mais son Carmen à Aix ne m'avait pas convaincue du tout et l'ensemble sonnait très faux finalement. Là le peu que j'en ai vue (les Troyens à Carthage en répétition) ne donne pas vraiment d'indications claires sur les intentions de Tcherniakov. L'action se situe entièrement dans un lieu clos (le sana de Carthage) et il vaut mieux bien connaître son Enéide pour s'y retrouver Wink
Il y a des gilets rouges et des patients, une très belle harpe sur scène et des tables et des chaises directement sortis d'une salle de classe, un solarium très joliment éclairé et beaucoup de symboles un peu partout ... Donc ??? carton rouge sans doute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne
andika
Mélomane averti
andika

Nombre de messages : 400
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 15:46

Je sens que je vais m'amuser mardi prochain !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Adalbéron
Mélomaniaque
Adalbéron

Nombre de messages : 1020
Age : 1000
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 16:09

Il me semble que ça se passe dans une salle de jeu (il y a des tables avec des jeux de société, une table de ping pong ; on y fait aussi du yoga). Cela m’a semblé d’ailleurs assez proche dans l’esprit de sa Carmen pour le côté jeu de rôle et par ailleurs à Marthaler pour l’esthetique d’ensemble ! (Et je trouve ça beau ; les goûts et les couleurs... Je ne vois pas en quoi un mur de béton (on parle bien de Chéreau ? Mr. Green) ne pourrait pas être beau.)

Mais vu le décor complètement différent de Troie, je crois que ce que nous avons vu, Hélène, ne donne pas une oeee très clair du chemin que Tcherniakov prend.

[On pourrait ouvrir un fil sur le sujet des mises en scène en général plutôt que de parasiter ceux sur certains spectacles, non ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83338
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 16:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 16:29

Stolzing a écrit:
mais même entre les réputations sulfureuses et ce qu'on voit sur scène. Pour les récents Don Carlos, Boris et Boccanegra, je m'attendais à des trucs hideux et dénaturant les oeuvres, et on a juste eu du pas bien beau, plat et ennuyeux, mais pas franchement gênant.

Je crois que c'est aussi lié à l'embourgeoisement (ou au planning trop chargé, je ne sais) de certains metteurs en scène vedette… Les premières productions que j'ai pu voir de Guth étaient vraiment vivifiantes, pareil pour la Fura del Baus de la grande époque, et on peut étendre le compliment jusqu'à Warlikowski dont les premiers pas à l'ONP ont bel et bien été terrifiants (son Roi Roger étant à mon sens ce qu'on peut faire de pire pour saboter une œuvre, lui retirer méthodiquement tout son sens, toute son articulation avec le texte, la musique, en plus d'être statique et laid), ou au moins provocateur (le ballet des Scythes en déambulateurs)…

Pourtant, faute d'avoir le temps de prendre du recul ou parce qu'ils ont désormais une situation de rente, j'ai le sentiment que non seulement leur langage n'évolue pas, mais que de surcroît ils racontent de moins en moins de choses dans leurs productions successives…

(Je ne mets pas Boris dans le lot, j'ai trouvé la mise en scène très réussie : sobre, entièrement centrée sur la direction d'acteurs. Ce n'était pas vertigineux sans doute, mais ça restait respectueux, vivant, opérant, pas comme le plateau tournant de Boccanegra – où, côté direction d'acteurs, on était à la limite de l'emploi fictif…)


Colbran a écrit:
J'exagère peut-être,

Non, pas vraiment. La transposition peut revivifier une œuvre, mais 1) elle est rarement menée jusqu'au bout 2) elle se fait toujours dans le même univers… On n'a jamais de transpositions de Godounov chez Dante ou Lewis Carroll, c'est toujours la Russie soviétique ou la politique de la semaine dernière…


HELENE ADAM a écrit:
Ses visions des opéras russes sont généralement plus réussies que les autres

Plus proches du texte, sans doute, mais Rousslan ne m'a pas particulièrement passionné, et la Fiancée du Tsar était bien moche, néanmoins…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 07/09/2014

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 16:56

Adalbéron a écrit:
on y fait aussi du yoga

Manquait plus que ça.

Davidlemarrec a écrit:
Je crois que c'est aussi lié à l'embourgeoisement

Oui, le faux subversif qui lasse plutôt qu'il ne questionne, l'épate bourgeois quoi...

Davidlemarrec a écrit:
c'est toujours la Russie soviétique ou la politique de la semaine dernière…

Parfaitement résumé, et ça vaut pour beaucoup d'oeuvres, tu as juste oublié les références subtiles à la seconde guerre mondiale, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HELENE ADAM
Mélomane averti


Nombre de messages : 116
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 17:00

Colbran a écrit:
Adalbéron a écrit:
on y fait aussi du yoga

Manquait plus que ça.

Davidlemarrec a écrit:
Je crois que c'est aussi lié à l'embourgeoisement

Oui, le faux subversif qui lasse plutôt qu'il ne questionne, l'épate bourgeois quoi...

Davidlemarrec a écrit:
c'est toujours la Russie soviétique ou la politique de la semaine dernière…

Parfaitement résumé, et ça vaut pour beaucoup d'oeuvres, tu as juste oublié les références subtiles à la seconde guerre mondiale, aussi.

Yoga et jeux de société sont les activités des pensionnaires d'un sana, celui de Carthage. Je n'ai pas trouvé de lien avec la seconde guerre mondiale ni avec la Russie soviétique.... Evil or Very Mad
(mais pas trop avec les Troyens non plus Mr.Red )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 17:37

On peut concéder à Tcherniakov que son univers est plus personnel et plus varié – plutôt versé dans l'étude de cellules familiales ou sociales consanguines. Après, ça ne ressemble pas toujours à l'œuvre, ça dépend. (Son Onéguine était vraiment fidèle et tellement juste…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23173
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 18 Jan 2019 - 20:35

Je ne comprends pas qu'on invite pas un David McVicar à l'ONP. Ses productions sont parfois avec quelques transpositions comme son Giulio Cesare mais c'est un très bon metteur en scène, respectueux des œuvres tout simplement.

Tcherniakov dont je n'ai vu en entier que Le Prince Igor au cinéma il y a quelques années et que je n'avais pas détesté et son Tristan und Isolde de Berlin me laissant très mitigé reinterprète les œuvres à sa sauce. Un peu comme Honoré visiblement pour citer un français, même si j'ai globalement aimé son Don Carlos vu en salle alors que son Così fan tutte vu à la TV m'avait déplu.

Citer Chéreau qui avait fait scandale pour son Ring fabuleux à Bayreuth notamment avait foutrement plus de talents donc le citer, c'est hors concours. L'esthétique murs de béton n'est pas en cause pour moi. Je suis souvent plus chagriné par la laideur des costumes que par les lofts ou autres quand la direction d'acteurs est intéressante et le propos du metteur en scène a un vrai intérêt.

Warlikowski n'est plus du tout subversif à en juger par son Don Carlos vu en salle ou même son Trionfo del Tempo del Disinganno d'Aix en Provence, même s'il y avait des moments réussis dans ces deux mises en scène, même si je ne les ai pas vues en salle.

Je ne regarderai rien avant le 9 février concernant ces Troyens niveau images même si j'ai vu les photos de répétitions montrant pas grand chose.

Je vais laisser le bénéfice du doute à Semenchuk par exemple, vu le retour d'Adalbéron ou celui d'Hélène. Jordan risque de ne pas me plaire, contrairement au formidable John Nelson dont j'ai entendu Les Troyens en CD et pas malheureusement en salle car c'était paraît il formidable à Strasbourg en VC. C'est une œuvre que j'apprécie beaucoup dans le corpus opératique berliozien, je reviens rarement à Béatrice et Bénédict, La Damnation de Faust et je ne connais pas en entier Benvenuto Cellini. Les Troyens m'emballe plus par son sujet notamment et sa musique. C'est une œuvre redoutable, il faut une distribution à la hauteur et un chef qui l'est tout autant pour ne pas faire sombrer cela dans le côté "pompier" ou l'accentuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 2:13

Chéreau est assurément un bon metteur en scène, mais j'avoue que son caractère proverbial m'échappe un peu – les bons Tcherniakov (et même les mauvais, hors sujet mais travaillés) m'ont souvent paru plus fins, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
HELENE ADAM
Mélomane averti


Nombre de messages : 116
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 9:08

Adalbéron a écrit:
Je n’ai vu que les Troyens à Carthage... hehe

Une image de la prise de Troie (enfin je suppose car ce n'est du tout le même décor) vient d'être publiée sur le site Instagram de Revopéra Manifestations, banderoles, drapeaux et paysage urbain oppressant d'immeubles immenses...
https://www.instagram.com/p/Bsywut4A_Y6/?fbclid=IwAR32d1JN_VR8M1McEN_TK6wzH3Si0GivKhe3UI0ezkv5dcDRkOqcVQOHuIo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 30/08/2018

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 9:53

DavidLeMarrec a écrit:
Chéreau est assurément un bon metteur en scène, mais j'avoue que son caractère proverbial m'échappe un peu – les bons Tcherniakov (et même les mauvais, hors sujet mais travaillés) m'ont souvent paru plus fins, en tout cas.

Grotesque, prosaïque, caricatural, répétitif, tape-à-l’œil, sinistre, malin, épate-bourgeois : il y aurait beaucoup de qualificatifs pertinents pour évoquer l' "art" de Tcherniakov, mais "fin", non, je ne vois vraiment pas... Cette grille de lecture universelle du psychodrame bourgeois en décor unique sous grand luminaire ou du jeu de rôles qu'il nous ressert systématiquement, quelle que soit l'oeuvre qu'il a décidé de "(mal)traiter", ce n'est vraiment pas l'idée que je me fais de la "finesse". Chéreau avait un style, des choix esthétiques immédiatement reconnaissables, mais il savait se mettre au service d'une oeuvre et faire un vrai travail de lecture et de représentation. Pour citer un seul exemple, Chéreau ne modifie jamais les livrets, à la différence du génie russe (syntagme figé) ; c'est une proposition qu'il faisait au spectateur, alors que Tcherniakov lui impose ses sempiternelles lubies ou obsessions, et il obtient l'habituelle bordée de huées mâtinée de quelques bravos enthousiastes qui semble à chaque fois le ravir, et je n'ai pas besoin de me coiffer du turban de Madame Irma pour vous prédire que ce sera encore le cas pour ces Troyens : sic transit opera mundi...


Dernière édition par Stefano P le Sam 19 Jan 2019 - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 07/09/2014

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 10:05

HELENE ADAM a écrit:
Adalbéron a écrit:
Je n’ai vu que les Troyens à Carthage... hehe

Une image de la prise de Troie (enfin je suppose car ce n'est du tout le même décor) vient d'être publiée sur le site Instagram de Revopéra Manifestations, banderoles, drapeaux et paysage urbain oppressant d'immeubles immenses...
https://www.instagram.com/p/Bsywut4A_Y6/?fbclid=IwAR32d1JN_VR8M1McEN_TK6wzH3Si0GivKhe3UI0ezkv5dcDRkOqcVQOHuIo


Qui parlait de murs bétonnés dégoûtants? hehe

Davidlemarrec a écrit:
Chéreau est assurément un bon metteur en scène, mais j'avoue que son caractère proverbial m'échappe un peu – les bons Tcherniakov (et même les mauvais, hors sujet mais travaillés) m'ont souvent paru plus fins, en tout cas.

Malgré ma réticence, j'avais beaucoup aimé son Silla, mais aussi pour Cuberli, pourtant bien en difficulté à ces hauteurs... Mais sa noble silhouette douloureuse et spectrale drunken

De toute façon, aller à l'opéra pour un metteur en scène et sa relecture d'une oeuvre, je n'ai jamais compris.  Même quand je connais l'oeuvre par cœur et que je l'ai vue plusieurs fois en salle, ça ne m'intéresse pas, alors quand je l'entends pour la première fois  sur scène, ça me gêne beaucoup! (genre les derniers Huguenots, qui n'étaient pourtant pas bien osés...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 13:07

Stefano P a écrit:
Pour citer un seul exemple, Chéreau ne modifie jamais les livrets,

Heuuuuu. Sans même parler de mille détails (dans Tristan, beaucoup de choses m'avaient paru à rebours des disdascalies dans le I, en plutôt moins bien d'ailleurs), le dispositif de Chéreau n'est pas toujours littéral, loin s'en faut : la coulisse de Così, le barrage de l'Or du Rhin (qui avait d'ailleurs pour cette raison attiré le scandale), etc.


Stefano P a écrit:
Cette grille de lecture universelle du psychodrame bourgeois en décor unique sous grand luminaire ou du jeu de rôles qu'il nous ressert systématiquement, quelle que soit l'oeuvre qu'il a décidé de "(mal)traiter",

Ce n'est pas le cas dans Parsifal ou la Fiancée du Tsar, par exemple…

Je parlais de la direction d'acteurs. Chéreau c'était très bien pour son époque – quand il fait son Ring, effectivement, ailleurs on avait les chanteurs immobiles en front de scène, alors sans être ultra-mobile, ça introduisait un peu de vie et d'enjeux autres que vocaux –, mais quand post-2000 il fait Tristan ou Elektra, je trouve ça un peu chiche pour mon goût. Ça se laisse regarder, mais c'est vraiment l'épure pour l'épure, jusque dans la direction d'acteurs, minimale. À tout prendre, je me demande si je n'aime pas davantage les pitreries d'Alden ou Konwitschny, au moins il se passe des choses…

Or Tcherniakov, de ce côté, peut en remontrer à beaucoup, beaucoup de monde. Il est dommage qu'il s'en serve souvent pour des choses tellement éloignées de la littéralité du sujet (son Trouvère qui tourne autour du père de famille beauf qui fait une prise d'otage, difficile de suivre simultanément le texte et la scène…), mais on peut difficilement lui dénier qu'il anime une scène mobile, qui fourmille d'événements.

Cela dit, je conçois très bien que ça rende de mauvaise humeur (en effet c'est visuellement souvent moche, et tellement loin des sujets…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 30/08/2018

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 13:28

DavidLeMarrec a écrit:
Stefano P a écrit:
Pour citer un seul exemple, Chéreau ne modifie jamais les livrets,

Heuuuuu. Sans même parler de mille détails (dans Tristan, beaucoup de choses m'avaient paru à rebours des disdascalies dans le I, en plutôt moins bien d'ailleurs), le dispositif de Chéreau n'est pas toujours littéral, loin s'en faut : la coulisse de Così, le barrage de l'Or du Rhin (qui avait d'ailleurs pour cette raison attiré le scandale), etc.

Je me suis peut-être mal exprimé : je voulais dire que Chéreau ne modifie pas le texte du livret : pas de personnages supprimés (comme le fait régulièrement Tcherniakov), pas de modifications dans "l'état civil" des personnages (on se souvient que Tcherniakov n'a pas hésité à faire de Zerline la fille de Donna Anna), pas de coupures significatives dans le texte du livret. Je ne parlais pas du respect des didascalies et d'une stricte littéralité ; évidemment qu'un metteur en scène peut agir sur ces aspects-là, je n'ai rien contre les transpositions des lieux et des époques, quand elles sont signifiantes et cohérentes, mais le respect consiste pour moi à ne pas modifier ce que le librettiste et le compositeur ont écrit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 13:33

Stefano P a écrit:
mais le respect consiste pour moi à ne pas modifier ce que le librettiste et le compositeur ont écrit...

D'une certaine façon, je me dis que le respect serait peut-être finalement de bosser vraiment et de récrire des parties du texte (et c'est un vrai boulot, si on ne veut pas altérer la musique, la prosodie, la versification…) plutôt de se contenter de contradictions qui ne tiennent pas debout.

Mais oui, bien sûr, Tcherniakov va beaucoup plus loin dans la réorganisation, voire dans son histoire parallèle… Ce sont précisément les cas où je le trouve inintéressant, voire nuisible ; ce n'est heureusement pas systématique (Onéguine est vraiment l'une des plus belles choses que j'aie vues…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 30/08/2018

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 13:46

DavidLeMarrec a écrit:
(Onéguine est vraiment l'une des plus belles choses que j'aie vues…).

Je reconnais que c'est l'une des "prouesses" les moins pires de Tcherniakov (l'opéra russe lui réussit mieux de façon générale), mais c'est une oeuvre que j'adore et je me suis quand même copieusement emm...é à sa laborieuse mise en scène, et je passe sur les lubies stupides, comme la suppression du personnage de Trinquet, dont l'air est bizarrement chanté par Lenski.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4219
Age : 919
Date d'inscription : 27/11/2008

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 19 Jan 2019 - 14:09

Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Stefano P a écrit:
Pour citer un seul exemple, Chéreau ne modifie jamais les livrets,

Heuuuuu. Sans même parler de mille détails (dans Tristan, beaucoup de choses m'avaient paru à rebours des disdascalies dans le I, en plutôt moins bien d'ailleurs), le dispositif de Chéreau n'est pas toujours littéral, loin s'en faut : la coulisse de Così, le barrage de l'Or du Rhin (qui avait d'ailleurs pour cette raison attiré le scandale), etc.

Je me suis peut-être mal exprimé : je voulais dire que Chéreau ne modifie pas le texte du livret : pas de personnages supprimés (comme le fait régulièrement Tcherniakov), pas de modifications dans "l'état civil" des personnages (on se souvient que Tcherniakov n'a pas hésité à faire de Zerline la fille de Donna Anna), pas de coupures significatives dans le texte du livret. Je ne parlais pas du respect des didascalies et d'une stricte littéralité ; évidemment qu'un metteur en scène peut agir sur ces aspects-là, je n'ai rien contre les transpositions des lieux et des époques, quand elles sont signifiantes et cohérentes, mais le respect consiste pour moi à ne pas modifier ce que le librettiste et le compositeur ont écrit...

S'il n'y avait que cela. Si je me souviens bien, Donna Elvira et Donna Anna étaient soeurs ce qui faisait de Don Giovanni le gendre du commandeur ... Et si ma mémoire ne me trahit pas, Langrée n'était pas vraiment solidaire de Tcherniakov
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 915
Date d'inscription : 28/09/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 24 Jan 2019 - 11:20

J'ai lu des commentaires suite à l'avant - première : on devrait avoir une mise en scène éloignée des didascalies, mais qui semble - t - il tiens la route et délivre une direction d'acteurs au cordeau ; et ça à l'air très intéressant sur le plan vocal et orchestral.

Donc apparemment pas la réédition du naufrage de la Damnation...

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 30/08/2018

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 24 Jan 2019 - 14:39

Belcore a écrit:
Donc apparemment pas la réédition du naufrage de la Damnation...

Belcore

Non, d'après ce que j'ai lu ici et là, ça peut être encore pire... drapeau

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19996
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 24 Jan 2019 - 14:48

C'est l'esthétique qui est différente, mais au moins, il semble que le résultat soit dramatiquement intéressant... Alors que pour le Damnation...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 30/08/2018

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 24 Jan 2019 - 15:34

Polyeucte a écrit:
C'est l'esthétique qui est différente, mais au moins, il semble que le résultat soit dramatiquement intéressant... Alors que pour le Damnation...

D'après le témoignage d'un jeune qui a assisté à l'avant-première : "La seconde partie a lieu... dans un centre de traitement post-traumatique pour rescapés de guerre (dixit le surtitrage si j'ai bien retenu).
C'est donc un décor de salle commune façon EHPAD.
Narbal, Anna et Iopas sont des médecins/infirmiers qui mènent des thérapies de groupe et jeux de rôle pour soigner les malades, au premier rang desquels Didon et Enée.
L'expérience tourne mal, Enée s'enfuit et Didon se suicide en ingurgitant le contenu d'un tube de comprimés."

Bref, it's the same Tcherniakov's old song...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 915
Date d'inscription : 28/09/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 24 Jan 2019 - 17:09

Jovanovich sur Énée :

https://www.forumopera.com/actu/brandon-jovanovich-enee-providentiel

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane averti
andika

Nombre de messages : 400
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 24 Jan 2019 - 17:20

J'y étais donc mardi. J'ai assez apprécié, même si je me suis assoupi lors de la première partie. Un petit café a réussi à me tenir éveillé après le premier entracte. Très bonne Cassandre. Enée et Didon font aussi un beau coupl. Partition très étonnante de Berlioz, il écrit des opéras vraiment à part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
HELENE ADAM
Mélomane averti


Nombre de messages : 116
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyJeu 24 Jan 2019 - 19:27

andika a écrit:
J'y étais donc mardi. J'ai assez apprécié, même si je me suis assoupi lors de la première partie. Un petit café a réussi à me tenir éveillé après le premier entracte. Très bonne Cassandre. Enée et Didon font aussi un beau coupl. Partition très étonnante de Berlioz, il écrit des opéras vraiment à part.

D'où l'intérêt à mon avis même si la mise en scène est ratée, du moment que les chanteurs sont de bon niveau. Et comme on peut compter sur Tcherniakov pour faire montre d'un talent de directeur d'acteurs, ces Troyens me paraissent de bonne augure malgré les fantaisies douteuses du metteur en scène....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4219
Age : 919
Date d'inscription : 27/11/2008

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyVen 25 Jan 2019 - 17:00

Un bon directeur d'acteurs ne fait pas un bon metteur en scène. J'ai assez de très mauvais souvenirs avec ce "metteur en scène" qu'est Tcherniakov pour éviter l'importante dépense qu'implique un séjour à Paris pour voir cette chose. Et pourtant, comme déjà dit, le cast, malgré les nombreuses défections, est d'un haut niveau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
andika
Mélomane averti
andika

Nombre de messages : 400
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptySam 26 Jan 2019 - 22:56

Une critique assez complète de Forum opéra: https://www.forumopera.com/les-troyens-paris-bastille-un-cheval-nomme-enee

Personnellement, voici ce que j'en ai pensé:

En cette année Berlioz qui marque les 150 ans de la disparition de l'illustre compositeur français, il n'est pas étonnant que l'Opéra de Paris se soit emparé d'une de ses oeuvres lyriques les plus emblématiques, à savoir Les Troyens. Composé entre 1856 et 1856 après moult hésitations, la balance ayant penché après la menace d'une amie de Berlioz de ne plus jamais le voir s'il n'allait pas au bout de l'ouvrage. Créé en 1863, cet opéra est résolument novateur. Berlioz reprenant l'Enéide pour écrire le livret jalonnés d'alexandrins latinisants très plaisant à entendre. Riche dans son orchestration, moderne dans les textures et le traitement des voix et enfin, assez monumental, sachant qu'il s'agit de 4h de musique. Très peu de récitatifs, un orchestre omniprésent. La direction de Philippe Jordan était un accompagnement sans faille aux chanteurs.

En terme d'innovation, cette nouvelle production donnée en ce moment à Bastille est très satisfaisante. En effet, la mise en scène de Dmitri Tcherniakov est pleine d'idées et utilise le plateau de manière très intelligente, en faisant même parfois bouger le décors pendant l'action.

Pourquoi aller voir les Troyens ?

Mais concrètement, pourquoi aller voir les Troyens ? Premièrement, vous avez 5h de libres ? Alors cet opéra est fait pour vous, car avec les deux entractes, on atteint les 5h. Vous aimez la musique ? Berlioz a tout prévu. Vous trouvez Philippe Jordan mignon, venez donc le voir en vrai même s'il sera surtout de dos. Vous aimez la mythologie ? Alors plongez-vous dans cette relecture de l'Enéide. Vous avez vu le film Troie avec Brad Pitt ? Venez voir les Troyens aussi ici ! Vous voulez entendre des choses totalement dingues? Vous serez servi. Vous aimez regarder des personnes en feu sur une scène ? Allez donc voir les Troyens ! Vous avez beaucoup d'argent à dépenser ? Allez à Bastille ! Regarder des gens jouer au tennis de table et chanter en même temps ? Ça se passe devant les Troyens ! Vous aimez les drames ? Alors foncez voir les Troyens !

Mais concrètement, c'était comment ?

Plus sérieusement, la mise en scène de la première partie relatant la prise de Troie (comprenant l'Acte I et II) s'inspire directement du conflit entre l'Ukraine et la Russie qui sévit depuis 2014. Ainsi, on reconnaitra les références dans les costumes aux couleurs bleu et jaune des troyens. De plus, le drapeau de ces dernier est noir, jaune et bleu mais la bande noir ne se voit pas trop. Comme pour l'Ukraine, Troie est envahie par un voisin encombrant et beaucoup plus puissant. Comme pour l'Ukraine, le cheval de Troie existe, tant les séparatistes pro russes ukrainiens sont nombreux. Ainsi, la prise de Troie prend une résonnance très particulière. Les voix du choeur et de Cassandre (merveilleuse Stéphanie d'Oustrac ) se distinguent dans le final de l'acte II Complices de sa gloire. La destruction de Troie se résumant à la disparition du décors et de l'écran géant, dans un mouvement de ses éléments assez démentiel et montrant toute la profondeur du plateau.

La seconde partie, relatant les aventures des troyens à Carthage se déroule dans un centre médical pour les blessés de guerre. Idée assez géniale qui cadre bien avec la première partie et le parti pris de la modernité. Ainsi, l'arrivé subite d'Enée offre un fort contraste par rapport à ce contexte où l'on voyait des personne regarder la télévision (notamment France 24, Cristiano Ronaldo apparaissant à l'écran). Son armée venant en aide à Carthage. La romance avec Didon pouvant alors commencer après l'accalmie. On notera le duo Nuit d'ivresse et d'extase infinie merveilleusement interprété par Brandon Jovanovich (Enée) dont le français était très satisfaisant et le timbre de ténor coloré, et Ekaterina Semenchuk, habitée dans son rôle de Didon qui doit descendre aux enfers. Voix de Mezzo profonde, français solide et jeu d'actrice très convaincant.

Alors, en voyant cette production des troyens, on se dit que oui, l'opéra est vraiment un spectacle total. De la démesure consubstantielle à Berlioz à la démesure de la mise en scène, on sort de la salle lessivé en ayant au moins eu l'opportunité d'entendre une musique exquise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Billy Budd
Mélomane averti
Billy Budd

Nombre de messages : 367
Date d'inscription : 15/06/2005

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyDim 27 Jan 2019 - 19:53

J’ai lu un peu partout que Didon était la directrice du centre, or il me semble qu’elle est au contraire une des patientes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HELENE ADAM
Mélomane averti


Nombre de messages : 116
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMar 29 Jan 2019 - 10:27

Personnellement j'ai été très déçue hier soir (28) à la Bastille.

Quelques éléments de mon analyse :
J'ai trouvé cette nouvelle production si terne de tous les points de vue qu’elle ne suscite (presque) jamais ni émotion ni plaisir.
Et c’est bien là que le bât blesse…
Il ya eu pourtant quelques grands moments de cette soirée que furent dans l’ordre : les irruptions réussies des chœurs en grande forme, qui nous ont donné globalement l’essentiel des bons et beaux moments de cet opéra, et ce, dès l’ouverture qui, très courte leur laisse immédiatement la place avec le « après dix ans passés dans nos murailles » avec une mention spéciale pour la prière des femmes troyennes « puissante Cybèle » renversante de sincérité à la fin de l’acte 2, le très bel air de Iopas chanté par un Cyril Dubois touché par la grâce et accompagné par une divine harpe, « O blonde Cérès », à l’acte IV, et le célèbre duo « Nuit d’ivresse et d’extase infini » magnifiquement exécuté par Ekatérina Semenchuck et Brandon Jovanovitch, mais dont l’impact émotionnel est refroidi par leur « jeu » à contre-temps de la déclaration d’amour pourtant la clé de toute cette partie de l’opéra.
D’autres airs comme la chanson d’Hylas (« Vallon sonore ») sont très bien exécutés (par le très jeune ténor Bror Magnus Tødenes) mais là aussi gâché par une mise en scène hors de propos et par les manifestations sonores de spectateurs indélicats juste avant la reprise de cet acte V qui ont contraint le chef d’orchestre Philippe Jordan a brandir ironiquement un chiffon blanc au bout de sa baguette pour faire taire les importuns.
Mais d’une manière générale, sans qu’aucun chanteur ne démérite globalement, le plateau vocal ne fonctionne pas très bien : l’acoustique déplorable de la salle de la Bastille, anéantit les efforts de la belle Cassandre de Stéphanie d’Oustrac, très engagée mais qui force ses moyens sans toujours « sortir » du plateau et passer correctement l’orchestre (il semble que dans les étages on l’entendait plus nettement mais du parterre c’était insuffisant pour créer le réel impact attendu, nécessaire à l’émotion). Stephane Degout admirable Hamlet il y a peu à l’opéra comique, campe un beau Chorèbe mais il suffit de le réécouter sur l’enregistrement de Strasbourg dans « Pauvre âme égarée », «Mais le ciel et la terre » et « quitte nous dès ce soir », ces trois fameux duos de l’acte 1 avec Cassandre, pour mesurer à quel point la beauté de son chant n’est pas valorisée par le grand vaisseau de la Bastille.
Malgré leurs qualités les chanteurs lors de ces deux premiers actes, défavorisés également par un décor qui alterne grande ouverture jusqu’au fin-fond du plateau et « petite boite » où la réverbération est forte, voient souvent leurs voix s’atténuer, varier de tonalité voire se perdre carrément quand une accélération crescendo de l’orchestre vient trop tôt couvrir la fin de leur phrase musicale.

Dans la deuxième partie, Carthage, les décors pour stupides qu’ils soient, rendent davantage justice aux voix, permettant une plus grande homogénéité du rendu et une plus grand éclat des performances.
Et, en sus de celles citées en début d’article, j’ai apprécié grandement les prestations globales de l’Anna de Aude Extrémo (quelle magnifique voix), de l’Ascagne de Michèle Losier (même remarque), du Narbal de Christian Van Horn, baryton impressionnant qui a marqué toute la fin de l’opéra d’une très grande présence, charismatique au-delà de ce que le rôle exige et se jouant finalement de la mise en scène assez intelligemment.
Par contre j’ai été déçue à plusieurs reprises par la prestation de Ekatérina Semenchuk, une mezzo que j’apprécie généralement énormément. Gênée par la mise en scène de toute évidence à laquelle elle ne semblait adhérer qu’à contre-cœur et qui l’oblige à singer sans cesse l’altière reine Didon, j’ai eu l’impression qu’elle n’entrait pas dans son personnage (mais on la comprend…) et que les nuances infinies dont elle sait parer son chant paraissaient finalement presque à contre-sens pour camper un personnage traumatisée de la guerre en psychothérapie de groupe. Quel dommage et quel gâchis…quand on entend son sublime « Ah,Ah je vais mourir » on ressent ce qu’elle aurait pu donner dans d’autres circonstances…
Quant au héros de Troie, transformé en « traitre » lors de la première partie puisque par réalisme politique, il sert la main aux Grecs envahisseurs dans Troie dévastée pour amener enfin la paix, puis en benêt obsédé par sa mission (bâtir Rome) qui semble l’attirer comme un aimant (Italie, Italie) à chaque fois qu’il se laisse aller à l’amour de Didon. Mais rien n’est vraiment convainquant dans son jeu de rôle, ni le duo d’amour nocturne qui place les amants à grande distance l’un de l’autre, ni le combat avec le Numide (pourtant spectaculaire). Et puis il y a le chanteur Brandon Jovanovitch lui-même, dont la voix semble en permanence changer de registre, mais qui n’est belle que dans le duo d’amour, qui reste très brute de décoffrage, au timbre pas très beau dans le reste des grands airs, aigus souvent tirés et raccourcis, et style peu mélodieux. Et surtout il rate son « grand » air, « Inutiles regrets », la voix est rauque et inélégante et les sauts d’ambitus sont autant de sauts de registre pour une voix instable qui craque l’aigu attendu. Il est possible que l’agitation indécente du public juste avant l’acte V l’ait déstabilisé mais l’un dans l’autre la prestation n’est pas celle qu’on attend pour Enée, à mon goût en tous cas.

La direction de Jordan dans « la prise de Troie » n’est guère inspirée, lente, un peu lourde et assez ennuyeuse. Il semble prendre son élan et davantage se retrouver concerné par les actes IV et V où il réveille cordes et cuivres avec des couleurs et des accents beaucoup plus vifs.
Un plateau exceptionnel dans une acoustique correcte et avec un chef plus inspiré auraient pu sans problème me faire oublier la mise en scène.

Mais il faut bien dire que Tcherniakov n’a vraiment pas été inspiré lui non plus par cette étrange et monumentale œuvre qui nécessite de traduire à chaque instant le souffle épique de ces aventures fondatrices des civilisations méditerranéennes.

Or rien ne « passe » vraiment : Le décor de Troie est certes grandiose, mais il ne se passe rien et l’évocation par un prompteur quart d’heure par quart d’heure de l’évolution de la situation (Troie en fête, les obsèques d’Hector, ce cheval qui se tient sur le rivage, les Grecs qui sont partis, la tension qui monte avec les prédictions de Cassandre -dont on découvre qu’en fait elle a le pouvoir de faire se réaliser ses désirs, comme par exemple la mort de son père Priam qui a abusé d’elle dans son enfance etc etc), n’y change rien faute d’images correspondant au drame. Troie ne brûle pas, le cheval reste invisible, Troie ne s’écroule pas, le roi et la reine sont montrés morts dans leur petite pièce rapportée sans que cela ne crée le moindre émoi, et Enée trahit provoquant le désespoir ridiculement exprimé par une lettre de Créuse, sa femme, personnage muet dans l’opéra, et habillée de jaune, nœud de fillette dans les cheveux, costume qu’on retrouvera à l’identique chez Didon (bof).

Quant à Carthage transposée dans un centre thérapeutique pour traumatisés de guerre, on n’ose qualifier l’idée qui colle si peu à l’histoire qu’elle en brise tous les ressorts dramatiques. Déjà que l’opéra pêche largement par le déficit d’action et un certain déséquilibre entre les parties du récit épique inspiré de l’Enéide (qui possède un autre souffle que le livret de Berlioz…), Tcherniakov s’emploie à tuer le peu de « grandiose » qu’ont ces situations plus mythologiques qu’historiques, qui sont les points d’appui indispensables à l’œuvre de Berlioz.
Je n’entrerai pas dans des détails inutiles, tout simplement parce que le problème principal réside là : cette distanciation de l’œuvre (la noble et fière reine Didon est une malade qui se déguise en reine avec une couronne en carton) est préjudiciable non à sa compréhension mais à l’émotion qu’elle suscite normalement et c’est ce qui ne va pas du tout.
Curieusement on ne s'ennuie pas vraiment mais on reste de marbre....

https://passionoperaheleneadam.blogspot.com/2019/01/les-troyens-hector-berlioz-onp-bastille.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 30/08/2018

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMar 29 Jan 2019 - 12:00

HELENE ADAM a écrit:
Personnellement j'ai été très déçue hier soir (28) à la Bastille.

Quelques éléments de mon analyse :
J'ai trouvé cette nouvelle production si terne de tous les points de vue qu’elle ne suscite (presque) jamais ni émotion ni plaisir.
Et c’est bien là que le bât blesse…

Ah là, là, Hélène, tout ce que tu nous dis ici confirme hélas les craintes que je pouvais avoir sur cette production : les voix subtiles mais peu puissantes de D'Oustrac et Degout pas adaptées à ce grand espace de Bastille, l'Enée bancal de Jovanovitch, la direction poussive de Jordan et last but not least, la mise en scène de Tcherniakov... J'ai pour ma part renoncé à y aller, malgré (ou à cause de) la passion que j'ai pour cette oeuvre prodigieuse, peut-être le plus bel opéra jamais composé (je jetterai un œil sur Arte jeudi soir) ; encore une grande occasion gâchée à l'ONP, mais il fallait s'y attendre... drapeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4219
Age : 919
Date d'inscription : 27/11/2008

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMar 29 Jan 2019 - 12:52

Contrairement à toi je ne regarderai même pas tant Hélène confirme que Tcherniakov a juste réussi à faire, une fois de plus un travail pire que mauvais. Cela dit ça ne doit pas être pire que l'infâme production des Contes d'Hoffmann que l'Opéra de Lyon nous avait sorti de son chapeau il y a quelques années et qui se déroulait dans un HP avec une Olympia sous prozac, des dialogues qui n'avaient rien à voir avec la partition ... Bref, ce jour là j'avais regardé le concours de l'eurovision que je ne regarde jamais habituellement hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19996
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMar 29 Jan 2019 - 13:12

Ayant eu des retours plutôt positifs aussi (en fait, j'ai eu les deux retours... très mauvais et plutôt bons), je suis vraiment très curieux d'y aller... Surtout que parfois, les propositions de Tcherniakov marchent très bien dramatiquement. Donc je préfère juger sur pièce!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
HELENE ADAM
Mélomane averti


Nombre de messages : 116
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/01/2015

Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février EmptyMar 29 Jan 2019 - 14:05

Polyeucte a écrit:
Ayant eu des retours plutôt positifs aussi (en fait, j'ai eu les deux retours... très mauvais et plutôt bons), je suis vraiment très curieux d'y aller... Surtout que parfois, les propositions de Tcherniakov marchent très bien dramatiquement. Donc je préfère juger sur pièce!

Je ne suis pas du tout "anti-Tcherniakov" et parfois, en effet, ses propositions marchent très bien (Iolanta/Casse noisette ou Eugène Onéguine à Garnier) sur le plan dramatique. Mais là, si cela n'a pas marché pour moi (l'absence d'émotion en allant voir un opéra de ce type est en soi dramatique ...), c'est qu'il a voulu ironiser (et adopter une distanciation presque ludique) à partir d'une oeuvre qui supporte mal de ne pas avoir un souffle épique dans l'image représentée sur scène (même si c'est transposé, même si c'est juste une image) pour que tout coïncide avec livret et musique.
J'avais détesté la mise en scène d'Hermanis pour la Damnation à Paris Bastille mais au moins ce dernier avait-il recherché ce souffle épique à travers l'aventure spatiale d'une humanité en perdition.
Berlioz dans des jeux de rôles très primaires, ça colle vraiment pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionoperaheleneadam.blogspot.fr/2018/05/parsifal-wagne
Contenu sponsorisé




Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty
MessageSujet: Re: Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février   Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Troyens - Jordan Tcherniakov - Bastille janvier février
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sorties cd & dvd - janvier/février 2015
» Ring Jordan Bastille 2013
» Les Noces de Figaro - Bastille - 2010-2011
» La sonnambula (Opéra de Paris du 25 Janvier au 23 Février)
» Debussy Pelléas et Mélisande - Bastille - Février-mars 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: