Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Wagner - les Maitres Chanteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Patzak
Mélomane averti


Nombre de messages : 325
Age : 59
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   Dim 27 Nov à 16:07

bAlexb a écrit:
Güden, c'est l'Eva de Knappertsbusch chez DECCA

Oui, et j'ai confondu Bohm et Knappertsbusch... C'est Knappertsbusch que je connais (un peu), pas Bohm '44.

(et je précise que je considère Seefried comme une déesse.... Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   Dim 27 Nov à 16:16

Patzak a écrit:
bAlexb a écrit:
Güden, c'est l'Eva de Knappertsbusch chez DECCA

Oui, et j'ai confondu Bohm et Knappertsbusch... C'est Knappertsbusch que je connais (un peu), pas Bohm '44.

(et je précise que je considère Seefried comme une déesse.... Smile )

Et Güden est, un peu comme Donath d'ailleurs ou d'autres formats plus légers mais intensément vibratiles, tout sauf inutile dans l'absolu et dans le relatif (je veux dire : en général et dans le studio DECCA ; quel fruité aussi, il faut dire).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80673
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   Mer 2 Aoû à 17:07

Je viens de terminer les Maîtres Chanteurs du dernier cru de Bayreuth, donné fin juillet, direction Philippe Jordan, mise en scène de Barrie Kosky.
Une retransmission circule sur le net, l'image est excellentissime et le son idem, c'est digne d'un Blu-Ray. (mais sous-titres allemands uniquement, imposés)

Il y aurait trop à dire sur la mise en scène, je ne vais pas m'y lancer, tout ce que je peux dire, c'est qu'il y a un jeu de rôles avec Sachs et ses doubles Walther et David = Wagner, Eva = Cosima, Pogner = Liszt et Beckmesser = Hermann Levi, qu'on appuie beaucoup sur la caricature du juif pour Beckmesser (et même plus que cela) et qu'on va jusqu'au procès de Nuremberg pour le III.
Au final, je suis mitigé, mais je trouve que c'est vraiment à voir. Excellente direction d'acteurs.
Les parti-pris peuvent vraiment déplaire, mais c'est remarquablement fait.
Volle, Behle, Kränzle, Lehmkuhl remarquables, par contre Vogt m'a semble en légère méforme (il repartait souvent en retard, comme à la recherche de son souffle, et a semblé vraiment à court de puissance à plusieurs reprises, même si dans l'ensemble ça reste vraiment très bon) et pour Schwanewilms c'est pire, il y a un manque de legato je trouve assez récurrent, et les aigüs sont tous ratés, pourtant des si et des si bémol, ça n'a rien d'extrême quand on sait chanter l'Impératrice (où elle erraillait certes déjà les aigüs), et la voix est toujours belle et claire, mais ça tire douloureusement au-dessus du la.
Festival de postillons pour Volle dans la dernière tirade, je n'ai jamais vu cela, à chaque consonne ça éclabousse de partout, bon du coup on voit comment il cherche à articuler et à faire sonner ses consonnes!
Je ne comprends pas comment on peut huer Philippe Jordan après une telle représentation (pour moi c'était vraiment admirable), il n'y avait peut-être que 2 ou 3 hueurs mais très sonores, presque les mêmes que pour le metteur en scène, même s'ils semblaient un peu plus nombreux dans ce dernier cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petrus
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/07/2016

MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   Mer 2 Aoû à 18:42

Tu as de la chance ! J'ai trouvé la bande son mais pas la vidéo que je cherche partout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   Jeu 3 Aoû à 8:56

Xavier a écrit:

Il y aurait trop à dire sur la mise en scène, je ne vais pas m'y lancer, tout ce que je peux dire, c'est qu'il y a un jeu de rôles avec Sachs et ses doubles Walther et David = Wagner, Eva = Cosima, Pogner = Liszt et Beckmesser = Hermann Levi

Sur le papier ça m'a l'air vraiment intéressant comme idée. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   Lun 7 Aoû à 9:34

Et super original. Neutral

Certes, les Maîtres s'y prêtent, Wagner se met effectivement en scène (dans David, j'en doute !) et on a tout le temps d'essayer de créer un livret là où il n'y en a pas beaucoup.

J'aimerais tellement que les metteurs en scène mettent en valeur ce qu'il y a dans les œuvres au lieu de les tirer de façon bancale vers l'extérieur… Des fois, ça fonctionne, et ça peut renouveler le propos, mais la même dose de talent mise au service de l'œuvre seule, ce serait tellement fort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 811
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   Lun 14 Aoû à 12:33

Xavier a écrit:
Je viens de terminer les Maîtres Chanteurs du dernier cru de Bayreuth, donné fin juillet, direction Philippe Jordan, mise en scène de Barrie Kosky.
Une retransmission circule sur le net, l'image est excellentissime et le son idem, c'est digne d'un Blu-Ray. (mais sous-titres allemands uniquement, imposés)

Il y aurait trop à dire sur la mise en scène, je ne vais pas m'y lancer, tout ce que je peux dire, c'est qu'il y a un jeu de rôles avec Sachs et ses doubles Walther et David = Wagner, Eva = Cosima, Pogner = Liszt et Beckmesser = Hermann Levi, qu'on appuie beaucoup sur la caricature du juif pour Beckmesser (et même plus que cela) et qu'on va jusqu'au procès de Nuremberg pour le III.
Au final, je suis mitigé, mais je trouve que c'est vraiment à voir. Excellente direction d'acteurs.
Les parti-pris peuvent vraiment déplaire, mais c'est remarquablement fait.
Volle, Behle, Kränzle, Lehmkuhl remarquables, par contre Vogt m'a semble en légère méforme (il repartait souvent en retard, comme à la recherche de son souffle, et a semblé vraiment à court de puissance à plusieurs reprises, même si dans l'ensemble ça reste vraiment très bon) et pour Schwanewilms c'est pire, il y a un manque de legato je trouve assez récurrent, et les aigüs sont tous ratés, pourtant des si et des si bémol, ça n'a rien d'extrême quand on sait chanter l'Impératrice (où elle erraillait certes déjà les aigüs), et la voix est toujours belle et claire, mais ça tire douloureusement au-dessus du la.
Festival de postillons pour Volle dans la dernière tirade, je n'ai jamais vu cela, à chaque consonne ça éclabousse de partout, bon du coup on voit comment il cherche à articuler et à faire sonner ses consonnes!
Je ne comprends pas comment on peut huer Philippe Jordan après une telle représentation (pour moi c'était vraiment admirable), il n'y avait peut-être que 2 ou 3 hueurs mais très sonores, presque les mêmes que pour le metteur en scène, même s'ils semblaient un peu plus nombreux dans ce dernier cas.

J'y étais la semaine dernière, et je suis essentiellement d'accord avec Xavier.

La mise en scène est à mon avis admirable, virtuose, très lisible, et à la fin presque trop facile, pas si dérangeante malgré le II. Au I on a une choréographie admirable dès l'ouverture, mais vraiment pendant tout l'acte, qui part d'une journée de 1875 à la villa Wahnfried et son mélodrame familial normal, et glisse des fantasmes de Wagner(=Sachs=Stolzing=David=... il y a en fait des Dalton Wagner, qui sortent d'ailleurs du piano, c'est très amusant), de son amour incompréhensible pour l'affreuse Cosima, de son comportement abusif avec Hermann Lévi, et avec un Liszt toujours bienveillant, vers l'histoire des Meistersinger. Petit à petit l'action s'installe, assez bouffone et rigolote, avec le salon de Wahnfried pour décor, mais avec des personnages habillés "d'époque", et des Maîtres qui head banqent, etc. Dans les dernière seconde de l'acte cependant, Wahnfried disparait en fond de scène, les murs du tribunal de Nuremberg s'abaissent, et la dernière image est celle d'un Wagner en jugement, à la barre, ce qui précise bien, en somme le propos de cette mise en scène, qui est de discuter la postérité de Wagner et des Maîtres, et sa responsabilité dans l'antisémitisme et les crimes de guerre.

Le II est plein de belles choses. Comme le I, on nous le montre en même temps que sa genèse, ou du moins sa place fantasmatique dans la tête de Wagner: un idyllique déjeuner sur l'herbe avec Cosima inspire tout l'imbroglio fameux. Mais la folie de la fin de l'acte tourne rapidement à la ratonnade antisémite, avec un Wagner qui, de loin, fait des signes de protestations, essaye de l'empêcher (ça n'est pas ça qu'il voulait. C'est ça qu'il a écrit, mais ça n'est pas ça qu'il voulait...) et là ou le I laissait un sentiment de grand amusement, le II nous laisse un peu abasourdis et mal à l'aise. Ceci dit, c'est bien de la caricature antisémite du 19ème/20ème qu'il s'agit, et à la différence de Herheim dans Parsifal, on ne va jamais au nazisme. On saute même sans trop de solution de continuité de 1875 à 1945.

Le III est moins fort, peut-être faute de temps (ce sera mieux l'année prochaine), mais réussi quand même. Ca commence dans le tribunal de Nuremberg (on en avait que les murs auparavant), mais si la première partie est réussie à cause de l'mbiguïté permanente (p. ex. Walther qui se réveille se trouve au box des accusés, l'écriture du poème se fait à la table des avocats), on a ensuite un déroulé assez classique, modulo le décor, et peut-être Beckmesser. La fin est puissante -- dès que Walther a refusé d'être maître, tous les personnages disparaissent en faisant des pieds de nez à Sachs, le décor aussi, et Wagner chante seul face au public "Verachtet Ihr die Meister nicht" avant de se retourner pour diriger un orchestre et un choeur sans doute fantasmés.

Au total, Kosky se révèle surtout un metteur en scène de grand métier. Je ne crois pas qu'il tire beaucoup l'oeuvre vers l'extérieur, au contraire, en nous parlant de la façon dont Wagner a pu la fantasmer, et en questionnant son impact. Par contre je pense que cette réflexion est en somme un peu timide et avortée, ne casse pas trois pattes à un canard, ne nous apprend rien -- Wagner était antisémite mais pas méchant, et puis une fois qu'on a posé la question de l'antisémitisme, on peut revenir à "hier hilt's die Kunst" parce que pourquoi se fâcher?

Dans le genre, Herheim était autrement plus fort dans Meistersinger (plus encore dans Parsifal), et plus attaché à la construction à l'intérieur de l'oeuvre elle-même en effet. Aussi plus fortes, à mon avis, quoique bien moins virtuoses d'un point de vue dramaturgiques, sont les visions de Katharina Wagner, plus profondes, plus originales, et encore plus ancrées dans le texte (d'ailleurs j'ai beaucoup pleuré au II de Tristan mais j'en parlerai ailleurs).

Jordan en effet difficile à huer, je trouve qu'il s'améliore avec les années: il y a à la fois la caractérisation des épisodes et le grand arc, et une belle attention à la mise en scène et, dans une moindre mesure, aux chanteurs (Thielemann était plus impressionnant de ce côté là). Vogt moins rossignol que je ne l'ai connu, pas vraiment à l'aise. Dans la salle, on ne peut pas dire que ça manquait de puissance (l'accord entre sa voix et cette acoustique est parfait), mais ça ne chantait pas autant qu'à l'accoutumée, il ne semblait pas à l'aise. Volle était un peu malade (quelques notes ne sortent pas au III), et même quand il ne l'est pas, c'est pas franchement un petit oiseau. C'est surtout Beckmesser qui chantait, en fait, ce soir là, et qui portait ce qu'il y a de mélodie et de charme dans cette oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wagner - les Maitres Chanteurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wagner - les Maitres Chanteurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» Wagner - les Maitres Chanteurs
» Wagner : Les Maîtres Chanteurs
» Transcriptions : Bruckner, Janacek, Mahler, Mozart, Wagner
» Les Maitres Chanteurs - Jordan - Herheim - Bastille -III 16
» Ca chauffe à Bayreuth...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: