Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 TAKEMITSU Tôru (1930-1996)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 27 Juil 2006 - 22:11

Vos désirs sont des ordres.


TAKEMITSU Tôru (1930-1996)

Biographie. Principaux courants. Description musicale.
Recommandations discographiques. Catalogue chronologique. Catalogue alphabétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 27 Juil 2006 - 22:17

1. Biographie

Né à Tokyo le 8 octobre 1930, mort le 20 février 1996 au même endroit (après avoir bien voyagé !).


Une image pour faire plaisir à Tonton Sofro.

En 1948, il débute ses études de composition avec Yasuji Kiyose, résolu à devenir compositeur. Néanmoins, on le considère largement comme autodidacte, inspiré par Debussy, Webern et Messiaen. Premier succès public, son Requiem pour cordes (1957), une oeuvre assez sucrée et qui convenait bien à l’air traumatique du temps.

Dès 1950, il s’intéresse à la musique concrète (mais utilise beaucoup de sons « naturels »). Dans les années 60, il intègre la musique traditionnelle japonaise à son langage, et les références à la nature se font systématiques. A partir des années 70, l’influence de Schönberg et Berg s’estompe pour laisser la place à une esthétique beaucoup plus française, dominée par le souvenir de Debussy. C’est la partie de sa production que nous connaissons le mieux.

Pour bien comprendre Takemitsu, il faut avoir conscience de son éclectisme, passionné par les musiques populaires contemporaines (jazz, chanson, pop, dont il a réalisé des arrangements), par la peinture contemporaine, le cinéma, la poésie et le théâtre. Ce dernier point peut étonner, mais l’art de la mise en scène de ses nombreux « poèmes symphoniques » peut mettre sur la voie. Il avait toujours souhaité écrire un opéra, mais décidément, je le crois trop possédé par la poésie pour y parvenir. D’où la tentative de ses héritiers d’en recréer un avec ses pièces, une catastrophe. Requiem for strings, November Steps, Family Tree, Stanza 1 et My Way of life, pas forcément ses pièces les plus représentatives ni les plus inspirées, charcutées, entrecoupées de chansons populaires pour bien montrer son éclectisme, une mise en scène très concrète (et paraît-il nunuche) de Peter Mussbach qui ne cadre pas du tout avec les images paisibles qu’offre Takemitsu… naufrage, tout le monde a été unanime là-dessus et la retransmission radio n’était guère affriolante, je confirme.

En 1951, il fonde donc Jikken Kobo ( « Experimental Workshop » ), qui connut quelque succès, rassemblant divers artistes d’avant-garde de diverses disciplines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 27 Juil 2006 - 22:21

2. Courants

Une des choses précieuses chez Takemitsu est son absence totale de dogmatisme, d’une certaine façon son authenticité. De ce fait, ses différentes tendances ne se découpent pas bien en périodes. Je les préciserai dans la liste de ses œuvres.


=> Une tendance musique concrète, très peu représentée, mais existante.

=> Une tendance postromantique, comme sa Romance de jeunesse (dont il s’est détourné) ou Requiem for Strings. Largement dans des films comme Ran, aussi. Plutôt en début de carrière, mais pas seulement.

=> Une tendance « dure », postwebernienne, certes de façon très souple, mais reprenant des recettes du sérialisme qu’on n’associe guère à son nom. On peut citer quelques pièces assez arides comme Coral Island, sur le même schéma que Pli selon pli (mais antérieure à l'oeuvre de Boulez).

=> Une tendance mixte, qui mêle une tonalité sombre façon dernier Chostakovitch et séquences brèves de sons désarticulés façon Kurtág. Typiquement le cas du Son calligraphié. Ou, avec des harmonies qui sont déjà plus proches de ses pièces célèbres, Hika ( « Elégie » ).

=> Une tendance « musique traditionnelle », qu’il est décidément difficile de placer autre part, tant le langage y est différent, au delà du changement d’instruments. Je n’y inclus pas les œuvres hybrides comme Distance, qui peuvent se rattacher à une autre tendance.

=> Une tendance debussyste, sa « période » la plus célèbre, celle des harmonies ineffables et des évocations poétiques. C’est principalement celle à laquelle je vais faire allusion dans ma présentation.


Mais il ne serait pas exact de faire de Takemitsu un pur postdebussyste. Il y a aussi beaucoup de pièces d’une tonalité plus conventionnelle (et pas seulement dans les films) et de pièces d’un esprit bien plus moderniste. Et Takemitsu n’a jamais vraiment choisi, même si globalement, il ne compose plus de pièces postromantiques à partir des années 70 et plus de pièces modernistes à partir des années 80. Ce qui laisse une marge tout de même faible pour le classement par période, sachant que les autres courants s’y mêlent…

En outre, au sein de chaque tendance, il convient d’établir des nuances significatives. Bref, l’idée d’un Takemitsu s’étendant du Requiem pour cordes à Tree Line en passant par Toward the Sea est très largement une image tronquée. Et pourtant, ce sont ses trois oeuvres les plus jouées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 27 Juil 2006 - 22:37

Peut-on dire qu'il n'est pas un compositeur japonais?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 27 Juil 2006 - 22:44

Dans quel sens ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 27 Juil 2006 - 22:47

L'attraction qu'il ressent pour la musique occidentale, l'absence (j'ai l'impression, mais je me trompe peut-être) d'influence japonaise dans sa musique.

Son piano semble toujours osciller, pour ce que j'en connais, entre Debussy et Webern.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 27 Juil 2006 - 23:03

vartan a écrit:
L'attraction qu'il ressent pour la musique occidentale, l'absence (j'ai l'impression, mais je me trompe peut-être) d'influence japonaise dans sa musique.
Ah non, au contraire ! Il utilise des modes japonais (voir Tree Line par exemple), des instruments japonais. Justement, il est constamment à cheval entre les deux cultures, sans jamais choisir ! (voir Distance I, qui mélange hautbois d'amour et shô)
Il y a même des choeurs qui sont classés en musique traditionnelle.


Citation :
Son piano semble toujours osciller, pour ce que j'en connais, entre Debussy et Webern.
Le piano utilise des bribes de gammes orientales, mais oui, on est très proche de ces influences, c'est exact. Pas facile à jouer, d'ailleurs, à part les toutes premières. A partir des Yeux clos, c'est-à-dire pour les plus belles pièces, c'est vraiment difficile à mettre en place (décalages).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 28 Juil 2006 - 14:47

Je me souviens que le jour où j'ai appris sa mort à la radio j'étais très triste, je venais de découvrir et d'être happé par sa musique.

Il y a encore des côtés que je connais mal chez lui, merci David. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coelacanthe
Bernard Pivot
avatar

Nombre de messages : 2533
Age : 33
Localisation : Vernon (27) - Bientôt Paris
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 28 Juil 2006 - 18:24

David a écrit:
Il avait toujours souhaité écrire un opéra
Il paraît qu'il a commencé a en écrire un à la fin de sa vie. Ozawa l'aurais plus ou moins poussé à le faire. Mais je ne sais pas trop ce qu'il en ait, c'est vrai ça David?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 28 Juil 2006 - 22:51

Coelacanthe le feu-follet a écrit:
David a écrit:
Il avait toujours souhaité écrire un opéra
Il paraît qu'il a commencé a en écrire un à la fin de sa vie. Ozawa l'aurais plus ou moins poussé à le faire. Mais je ne sais pas trop ce qu'il en ait, c'est vrai ça David?
Oui, il voulait, mais il n'a rien laissé de significatif. Je le sais d'autant plus que je suis en train de vous faire le catalogue commenté, oeuvres et disques, de Takemitsu, et de réécouter la bonne trentaine de CDs et Vinyls que j'ai sous la main... Rolling Eyes

C'est pour cela que la suite risque ne pas venir tout de suite... 15 heures de Takemitsu en trois jours, je ne vais peut-être pas remettre le couvert demain. bounce

Alors soyez libres de causer Takemitsu en attendant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Coelacanthe
Bernard Pivot
avatar

Nombre de messages : 2533
Age : 33
Localisation : Vernon (27) - Bientôt Paris
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Sam 29 Juil 2006 - 0:33

Merci beaucoup David pour le mal que tu te donnes! cheers

C'est un compositeur que je connais vraiment pas assez et pourtant très interessant et comme tu le dis, plus varié qu'il ne le parrait. J'ai en effet pu entendre de la musique éléctronique (concrète?) dans la femme des sables par exemple! D'ailleurs c'est un bon film, vraiment, un rapport très étrange, de plus en plus érotique entre un homme et une femme, puis, l'asservissement de l'homme. La musique est réussie, comme pour l'instant tout ce que j'ai pu entendre en BO de Takemitsu. Mr. Green

Je suis peut-être à côté de la plaque, mais ce qui me plait c'est la manière qu'il a de dissimuler finement ses sentiments à travers des paysages naturels, peut-être un peu comme le faisait Hokusaï (mais je suis peut être ici aussi à côté de la plaque), et ça me fait aussi penser à ce que je ressent chez Ravel, je veux dire, cette manière de dissimuler ses sentiments, même si chez Ravel, c'est dans autre chose (les petites choses, en fait je ne serais pas l'expliquer d'aileurs, mais chez Takemitsu c'est plus les vastes espaces, comme Debussy). Enfin quand je dis ça, je parle plus de la période la plus connu, comme tu l'as dis plus haut, celle avec Quotation of dream, Twill by twilight entre autre.

Le transfert sur la nature est quelque chose qui transparait beaucoup dans l'art japonais (poésie, peinture, musique, enfin du très peu que j'en connaisse), c'est aussi là je trouve qu'il faut aller chercher l'influence de la culture nippone dans sa musique, et pas seulement dans l'utilisation fréquente d'instruments ou de modes traditionels. Cet aspect ce retrouve aussi dans ce que j'ai pu écouter récement d'autres compositeurs de sa nationalité : Noesis d'Akira Myoshi, dans lequel j'ai l'impression qu'il peint des grands paysages, ce n'est peut être pas voulu, je ne sais pas, mais il y a des moment ou je sens même la mer, pas celle de Debussy, la vraie! Et Threnody To Toki, de Takashi Yoshimatsu, un hommage au Toki, un oiseau en vis de disparition. Il a puisé son inspiration dans la grace du vol de cet oiseau. Des passages assez émouvants, mais pas d'originalité, c'est très naïf, mais sans prétentions.
Et finalement, ça musique est, je trouve, contrairement à Vartan, plus japonaise qu'occidentale. De l'occident, il hérite surtout de techniques d'ahrmonie ou d'orchestration. Mais l'essence de sa musique est japonaise. Et même dans ces influences il y a un biais avec ce caractère nippon je trouve. Debussy et Messiaen on tout deux un certain intérêt pour la nature, non? On dit même souvent que la culture occidentale la plus proche et la plus lié de la culture japonaise est la française. Hummm... Pourquoi pas? Et puis le caractère méditatif de Messiaen se retrouve chez Takemitsu, mais aussi déjà dans la culture japonaise, non?

Je voulais aussi dire que les orchestrations et la finesse harmonique de ce compositeur me fasicnent! Shocked On est très vite immergé par les paysages très colorés qu'il nous décris, et invité à partager les sentiments qu'il y dissimule.

Un autre point que j'apprécis, c'est les silences qu'il place précosieusements et qui font complétement partis de sa musique. Ca donne une notion du temps qui est complétement hors norme, abstraite, un sentiment d'etermité (qui ne dure q'u quart d'heure ou une demi heure, mais c'est déjà ça!) et ça permet de mieux marquer le sentiment aussi. Par exemple dans Say sea take me, dès le début avec le piano!
C'est quelque chose que j'ai un peu retrouvé dans le second mouvement du second concerto pour piano de Teizo Matsumara, mais c'est nettement moins fin, et assez sombre j'ai trouvé.

Pour le reste on en parlera dans la discution. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Sam 29 Juil 2006 - 1:07

Coelacanthe le feu-follet a écrit:
il y a des moment ou je sens même la mer, pas celle de Debussy, la vraie!

Je ne savais pas qu'il y avait une différence!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Sam 29 Juil 2006 - 1:29

Coelacanthe le feu-follet a écrit:
Merci beaucoup David pour le mal que tu te donnes! cheers
J'espère que je parviendrai à vous fournir cette petite somme. Le but est d'avoir des données pour pouvoir trouver les bons disques selon ce que vous cherchez, et pour avoir une idée la plus large possible de Takemitsu.


Citation :
C'est un compositeur que je connais vraiment pas assez et pourtant très interessant et comme tu le dis, plus varié qu'il ne le parrait. J'ai en effet pu entendre de la musique éléctronique (concrète?) dans la femme des sables par exemple! D'ailleurs c'est un bon film, vraiment, un rapport très étrange, de plus en plus érotique entre un homme et une femme, puis, l'asservissement de l'homme. La musique est réussie, comme pour l'instant tout ce que j'ai pu entendre en BO de Takemitsu. Mr. Green
Lesquelles ?
Je ne connais que Bad Boys, Kwaidan, Suna no onna (La femme des sables), Ran (version longue) et Rising Sun.

Ses deux plus célèbres, Ran et Suna no onna, ne m'ont guère convaincu. Sans le film, la musique a relativement peu de valeur, ici. En revanche, il y a des merveilles dans Kwaidan et Rising Sun, qui fonctionnent absolument en musique pure !
Bad Boys est une curiosité, je viens justement d'écrire la notice à son sujet. Smile

Allez, une avant-première, je me cite :
DLM a écrit:
1960 - 30 ans

- Landscape I, pour quatuor à cordes [avril 1960] (tendance moderniste). Pièce un peu aride, comme nombre de quatuors contemporains. Mais elle détient des beautés, et n'est nullement postsérielle. Plutôt dans le goût Webern-Kurtág, en plus développé.

- Water Music (musique concrète)

- A Song of Circles and Triangles [1961] (tendance postromantique)
12 chansons chorales
Disque difficile à trouver (Philips), pour des oeuvres qui rappellent plus les choeurs nordiques postromantiques que le Japon. Quelque part entre Brahms et Odak - ou, si vous préférez, entre Brahms et Tormis, entre Brahms et Górecki. Voire entre Brahms et Lopez...
Chants doux et caressants, parfaitement tonals, sortes de romances dans le goût américain, au fond. Joli.
Loin cependant des réussites éclatantes d'un Tôn-Thất Tiêt (Tiêt étant le prénom).
Pour être plus complet : il s'agit à l'origine d'une musique de film, [i]Bad Boys
de Furyo Shonen,qui comprend aussi un duo pour guitares (appelé Bad Boys). Le texte du morceau qui donne le nom au cycle, écrit par le compositeur, est le suivant (je traduis) : "La Terre est ronde, je vous le dis. La pomme est rouge, je vous le dis. Le désert est vaste, je vous le dis. Je vous dis que la pyramide est un triangle ! Le ciel est bleu L'océan est profond La Terre est ronde, je vous le dis, c'est une petite étoile ! La Terre est ronde, je vous le dis. La pomme est rouge, je vous le dis. La Russie est immense, je vous le dis. Je vous dis que la balalaïka est un triangle !".
J'ai été très amusé par le commentaire que j'ai lu dans un ouvrage de référence anglais : "with touches of surrealism". Si dire que la terre est ronde et que la Russie est immense est du surréalisme, alors on en rencontre souvent ! (Certes, stylistiquement, on en est proche, mais le terme me semble sujet à caution sur ce coup.)



- Bad Boys [1961]
Duo pour guitare sur un thème modal varié.


Citation :
Je suis peut-être à côté de la plaque, mais ce qui me plait c'est la manière qu'il a de dissimuler finement ses sentiments à travers des paysages naturels, peut-être un peu comme le faisait Hokusaï (mais je suis peut être ici aussi à côté de la plaque), et ça me fait aussi penser à ce que je ressent chez Ravel, je veux dire, cette manière de dissimuler ses sentiments, même si chez Ravel, c'est dans autre chose (les petites choses, en fait je ne serais pas l'expliquer d'aileurs, mais chez Takemitsu c'est plus les vastes espaces, comme Debussy). Enfin quand je dis ça, je parle plus de la période la plus connu, comme tu l'as dis plus haut, celle avec Quotation of dream, Twill by twilight entre autre.
Oui, tout à fait. C'est quelque chose que je souhaite développer dans mes commentaires, l'esthétique de Takemitsu a quelque chose de très inspirée par le jardin japonais. Et ça se ressent au niveau formel.


Citation :
Le transfert sur la nature est quelque chose qui transparait beaucoup dans l'art japonais (poésie, peinture, musique, enfin du très peu que j'en connaisse), c'est aussi là je trouve qu'il faut aller chercher l'influence de la culture nippone dans sa musique, et pas seulement dans l'utilisation fréquente d'instruments ou de modes traditionels.
C'est très juste. J'avais pris le plus évident, mais tu soulignes là quelque chose de tout aussi important que l'usage des gammes japonaises.


Citation :
Cet aspect ce retrouve aussi dans ce que j'ai pu écouter récement d'autres compositeurs de sa nationalité : Noesis d'Akira Myoshi, dans lequel j'ai l'impression qu'il peint des grands paysages, ce n'est peut être pas voulu, je ne sais pas, mais il y a des moment ou je sens même la mer, pas celle de Debussy, la vraie! Et Threnody To Toki, de Takashi Yoshimatsu, un hommage au Toki, un oiseau en vis de disparition. Il a puisé son inspiration dans la grace du vol de cet oiseau. Des passages assez émouvants, mais pas d'originalité, c'est très naïf, mais sans prétentions.
Il y a aussi Toshio Hosokawa, qui, comme Takemitsu, a écrit des quatuors nommés Landscape, et dont le Concerto pour percussions (dont je conserve un souvenir inoubliable) est un hommage à la mer, entre les procédés de Waves de Takemitsu et les masses sonores de la Deuxième Symphonie de Corigliano.


Citation :
Et finalement, ça musique est, je trouve, contrairement à Vartan, plus japonaise qu'occidentale. De l'occident, il hérite surtout de techniques d'ahrmonie ou d'orchestration. Mais l'essence de sa musique est japonaise. Et même dans ces influences il y a un biais avec ce caractère nippon je trouve. Debussy et Messiaen on tout deux un certain intérêt pour la nature, non? On dit même souvent que la culture occidentale la plus proche et la plus lié de la culture japonaise est la française. Hummm... Pourquoi pas? Et puis le caractère méditatif de Messiaen se retrouve chez Takemitsu, mais aussi déjà dans la culture japonaise, non?
On rejoint ce que je disais sur Pelléas : Debussy et Takemitsu sont identiques dans cet extrait d'abord parce qu'ils ont été nourris au même lait, et pas seulement parce que le second a hérité du premier.


Citation :
Je voulais aussi dire que les orchestrations et la finesse harmonique de ce compositeur me fasicnent! Shocked On est très vite immergé par les paysages très colorés qu'il nous décris, et invité à partager les sentiments qu'il y dissimule.
Oui, même dans ses oeuvres les plus médiocres, qui m'avaient laissé jadis sceptique, je me suis retrouvé captivé - même dans les oeuvrettes pour bande comme Sky, horse and death ou Cross over (pourtant gratiné), ou dans des oeuvres moyennement abouties comme The dorian horizon (orchestre à cordes) ou le plus célèbre Eclipse (shakuhachi et biwa).


Citation :
Un autre point que j'apprécis, c'est les silences qu'il place précosieusements et qui font complétement partis de sa musique.
Comme Boulez. Very Happy


Citation :
Ca donne une notion du temps qui est complétement hors norme, abstraite, un sentiment d'etermité (qui ne dure q'u quart d'heure ou une demi heure, mais c'est déjà ça!)
Que vais-je avoir à dire, tu as tout résumé ! Very Happy

Oui, tout à fait, c'est lié à sa conception orientale du temps et à l'esthétique du jardin. C'est fondamental dans sa musique : pas de tension/détente, mais une plénitude sonore à tout instant.


Citation :
Pour le reste on en parlera dans la discution. Wink
Je t'en prie, quand tu veux, si c'est pour planer à ces hauteurs. sunny


Tu pourrais d'ailleurs nous faire un fil de présentation "compositeurs japonais" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Sam 29 Juil 2006 - 1:32

D'ailleurs, je suis plongé dans Kwaidan, et il y a un thème qui rappelle furieusement la valse de la seconde suite de Chosta... Ca va bien pour un film, mais cette longue BO, notamment la section nommée "Kwaidan", est de haute volée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Coelacanthe
Bernard Pivot
avatar

Nombre de messages : 2533
Age : 33
Localisation : Vernon (27) - Bientôt Paris
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Sam 29 Juil 2006 - 7:03

DavidLeMarrec a écrit:

Lesquelles ?
Je ne connais que Bad Boys, Kwaidan, Suna no onna (La femme des sables), Ran (version longue) et Rising Sun.
En fait pas beaucoup, même surement moins que toi : Ran, Suna no onna, Dode's Kaden (mais j'avoue ne pas me souvenir de la musique tiens, oups.), La pluie noire (il a comopsé le générique, mais je me suis un peu précipité tout à l'heure, je ne trouve pas ça formidable, un peu cliché j'ai trouvé, m'enfin...), j'ai entendu deux trois extraits de Rising Sun qui sont chouettes, des percussions japonaises.
Citation :

Ses deux plus célèbres, Ran et Suna no onna, ne m'ont guère convaincu. Sans le film, la musique a relativement peu de valeur, ici.
Peut-être, remarque j'aime bien Ran sans le film, surtout le passage le plus célèbre, la prise du chateau, et je n'ai même pas honte! Mais la musique d'un film est composée pour être dans un film (je sais ça n'est pas le bon topic, c'est juste pour répondre), donc c'est comme ça que je la juge. La musique de la liste de Schindler n'est pas géniale en dehors du film, mais la la juge très bonne car elle fond très bien avec le film par exemple. Et dans Sunna no onna, je la trouve bien la musique!

Sunno no onna c'est célèbre? Je n'ai pas l'impression que tout le monde connaisse comme on connait Ran quand même.

Citation :

Bad Boys est une curiosité, je viens justement d'écrire la notice à son sujet. Smile
Zut, ne me rend pas curieux, il va falloir que je le vois!

Citation :
Il y a aussi Toshio Hosokawa, qui, comme Takemitsu, a écrit des quatuors nommés Landscape, et dont le Concerto pour percussions (dont je conserve un souvenir inoubliable) est un hommage à la mer, entre les procédés de Waves de Takemitsu et les masses sonores de la Deuxième Symphonie de Corigliano.
Ne ralonge pas ma waiting list comme ça toi! Wink

Citation :
On rejoint ce que je disais sur Pelléas : Debussy et Takemitsu sont identiques dans cet extrait d'abord parce qu'ils ont été nourris au même lait, et pas seulement parce que le second a hérité du premier.
Je suis d'accord, mais je ne vois pas de quel extrait tu parles Mr. Green ?

Citation :
Comme Boulez. Very Happy
Tu troles ton propre Topic Laughing
Citation :

pas de tension/détente, mais une plénitude sonore à tout instant.
Et c'est là qu'on se dit que sa fascination pour Claude Debussy devient logique, et que ce n'est pas une unique quéstion d'influence mais ils ont un peu des buts communs dans leur musique, enfin je trouve mais j'accroche pas trop Achille...
Citation :
Tu pourrais d'ailleurs nous faire un fil de présentation "compositeurs japonais" !

Oula! Je ne connais pas suffisement, déjà que je n'ai pas fait tout ce que je devais faire. Mr. Green
Disons que je pourrais essayer, mais il faudrait que je le travail un bon bout de temp! Et que je découvre beaucoup de choses avant, parceque bon....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Lun 31 Juil 2006 - 12:15

Coelacanthe le feu-follet a écrit:
Peut-être, remarque j'aime bien Ran sans le film, surtout le passage le plus célèbre, la prise du chateau, et je n'ai même pas honte! Mais la musique d'un film est composée pour être dans un film (je sais ça n'est pas le bon topic, c'est juste pour répondre), donc c'est comme ça que je la juge. La musique de la liste de Schindler n'est pas géniale en dehors du film, mais la la juge très bonne car elle fond très bien avec le film par exemple. Et dans Sunna no onna, je la trouve bien la musique!
Je parle, là, de musique pure. Kwaidan et Rising Sun peuvent tout à fait s'écouter sans avoir la moindre idée du film. Suna no onna a l'air très efficace, en effet, mais seul, c'est un peu juste...


Citation :
Sunno no onna c'est célèbre? Je n'ai pas l'impression que tout le monde connaisse comme on connait Ran quand même.
C'est la deuxième plus célèbre des BOs de Takemitsu, nuance... Le film en lui-même n'est pas très connu.


Citation :
Zut, ne me rend pas curieux, il va falloir que je le vois!
En tout cas, le disque est épuisé depuis, depuis... très longtemps.


Citation :
Citation :
Il y a aussi Toshio Hosokawa, qui, comme Takemitsu, a écrit des quatuors nommés Landscape, et dont le Concerto pour percussions (dont je conserve un souvenir inoubliable) est un hommage à la mer, entre les procédés de Waves de Takemitsu et les masses sonores de la Deuxième Symphonie de Corigliano.
Ne ralonge pas ma waiting list comme ça toi! Wink
Si ça peut te consoler, le Concerto pour percussions de Hosokawa et la Deuxième Symphonie de Corigliano n'ont jamais été publiés.


Citation :
Je suis d'accord, mais je ne vois pas de quel extrait tu parles Mr. Green ?
Interlude entre les scènes 1 et 2 de l'acte III, voir le premier bonus du Blind Test n°30.


[quote]
Citation :
Comme Boulez. Very Happy
Tu troles ton propre Topic Laughing
[quote]
Je ne plaisante pas, il y a la même extension dans le silence chez Boulez. Une chose que j'aime beaucoup, d'ailleurs. [Et qui explique mes réticences à Bach.]


Citation :
Et c'est là qu'on se dit que sa fascination pour Claude Debussy devient logique, et que ce n'est pas une unique quéstion d'influence mais ils ont un peu des buts communs dans leur musique, enfin je trouve mais j'accroche pas trop Achille...
C'est exactement cela.


Citation :
Citation :
Tu pourrais d'ailleurs nous faire un fil de présentation "compositeurs japonais" !

Oula! Je ne connais pas suffisement, déjà que je n'ai pas fait tout ce que je devais faire. Mr. Green
Disons que je pourrais essayer, mais il faudrait que je le travail un bon bout de temp! Et que je découvre beaucoup de choses avant, parceque bon....
Tu peux déjà commencer avec ce dont tu viens de parler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 3 Aoû 2006 - 22:40

Parce qu'il n'y a pas que Glass, Boulez, Mozart et Beethoven (par ordre décroissant d'intérêt, bien sûr) dans la vie.


III. La musique de Takemitsu


Hédonisme, couleurs, abondance

Le langage de Takemitsu peut être considéré comme très accessible, essentiellement en raison de sa conception hédoniste du son, privilégiant explicitement le climat, la couleur. Cela se traduit par la profusion des entrées à diverses hauteurs et timbres, la diversité et le chevauchement rythmiques, l'abondance de nuances dynamiques pourtant sans larges contrastes, l'emploi de modes de jeux très variés. Dans les notes qui ouvrent Les Yeux Clos, Takemitsu indique l'importance des changements subtils de couleur dans ses pièces, qu'il obtient par superposition de touches de nuances dynamiques, de rythmes distincts, de timbres d'instruments ou de hauteurs.




Statut des dissonances

Malgré son statut d'avant-gardiste au sein de Jikken Kobo ( « Experimental Workshop » ), son association artistique interdisciplinaire dès 1951, on ne constatera pas chez Takemitsu de culte de la dissonance, comme ce peut être le cas depuis son émancipation, à la suite des expérimentations dodécaphoniques sérielles. [Expérimentations qui elles-mêmes, le sachant ou non selon les cas, succédaient à d'autres tentatives d'élargissement ou d'abolition de la tonalité].
La dissonance n'est pas recherchée comme valeur esthétique suprême, génératrice de tension, mais elle n'est pas non plus évitée. Nous ne sommes ni dans le cadre d'une doctrine moderniste, ni dans celui d'une réation néomodale. Bien qu'éloignée de la tonalité stricte, la musique de Takemitsu en conserve les repères, la polarité autour de notes-pivot.


La meilleure preuve de tout cela est sans doute que tout au long de sa carrière on trouve qui cohabitent, parfois la même année, des pièces abruptes avec d'autres relevant plus d'un certain sirop filmique (en passant par la musique concrète et ses pièces postdebussystes les plus fameuses).

En réalité, Takemitsu, dans ses pièces les plus célèbres, intègre au langage debussyste les modes japonais et certains acquis de l'émancipation atonale.


La raison profonde de ce statut particulier des dissonances est sans doute liée à sa conception orientale du temps, qu'on aborde un peu plus loin.




Takemitsu, où cela entre Orient et Occident ?

De façon récurrente, les pièces de Tôru Takemitsu portent des titres évoquant des présences naturelles ou des paysages choisis. Il faut préciser à ce propos sa position entre Orient et Occident ; bien que cette opposition ait quelque artificialité (tout individu fonctionne en creuset de cultures), elle peut nous aider ici. Takemitsu connaît très bien la musique occidentale du XIXe et du XXe, savante et populaire ; c'est dans ce style qu'il s'exprime lorqu'il compose de la musique instrumentale ou destinée à accompagner un film. En cela, il est un compositeur au sens occidental du terme.
Néanmoins, son utilisation de la culture musicale japonaise (modes traditionnels, goût pour certains instruments de l'orchestre, parfois emploi d'instruments locaux) sa conception du temps (comme on va le voir), son mode d'inspiration le placent tout à fait comme compositeur japonais. Et le Japon se l'est beaucoup approprié en retour (la discographie orchestrale est réalisée pour plus de moitié par le Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra).
Takemitsu est l'exemple même de l'hybridation culturelle parfaite. Pour donner une idée, on pourrait comparer son parcours aux tziganes de Hongrie. Ils se sont installés en apportant leurs propres modes orientaux, leur idée de composition-improvisation, leur langage, et se sont appropriés les instruments et formes musicales locaux. Il en va de même pour Takemitsu : il utilise la notation musicale, les formes musicales occidentales, s'inspire de prédécesseurs occidentaux, mais apporte toute une philosophie de composition et beaucoup de matériaux de fond qui proviennent de sa culture d'origine.




Inspiration d'après nature, sans figuralisme

De façon récurrente, les pièces de Tôru Takemitsu portent des titres évoquant des présences naturelles ou des paysages choisis. Ce ne sont pas véritablement des oeuvres à programme. Le paysage n'est pas qu'un prétexte de titre, mais sa figuration est abstraite. Il s'agirait plutôt d'une description conceptuelle du paysage en tant qu'inspirateur, en tant qu'atmosphère dont peu se nourrir la réflexion compositionnelle. Le plus amusant réside sans doute dans ce petit paradoxe : la profusion de petits motifs n'est pas issue d'un figuralisme quelconque ; il s'agit presque d'une description précise de détails abstraits, constitutifs non pas du paysage contemplé, mais de son atmosphère, ou plutôt de l'inspiration qui est issue de celle-ci !

Pourtant, c'est toujours progresser sur un terrain glissant que tenter de définir la part du modèle dans de telles réalisations musicales. Tout cela ne relève que de l'observation auditive. Takemitsu a rédigé un essai dans lequel il livre sa propre perception de ce phénomène. Parce qu'il est difficile d'établir la juste nuance entre le refus d'une musique à programme et la revendication de sources d'inspirations visuelles précises.




Atemporalité

Peut-être que ce qui frappe le plus, d'emblée, dans les oeuvres de Takemitsu, est l'étrangeté de la position du temps.

Cette musique paraît en effet totalement émancipée du temps tel que nous le concevons, en ce que son déroulement semble ne pas s'incrire dans la temporalité linéaire ou circulaire qui régit pourtant inévitablement l'organisation musicale. Ainsi, contrairement à l'organisation traditionnelle de la musique, avec le développement suivant la réexposition, ou les modulations, apportant progressivement des éléments qui modifient et enrichissent le thème, ou le variant, contrairement à cet usage, les pièces de Tôru Takemitsu semblent autant de fresques sur lesquelles se dépose le regard dans un ordre donné, et néanmoins très librement.

Car le caractère très coloré du langage, les microruptures constantes, juxtaposant de petites sections, les brèves mais fréquentes respirations, détachent facilement l'intérêt des oeuvres de leur progression temporelle 'contingemment' linéaire.

On éprouve dès lors presque de la réserve à parler de la musique, face à cette pâte sonore si singulièrement visuelle, et pourtant sans programme perceptible, du moins autrement que par le titre et la précision qu'il apporte sur la référence inspiratrice.


*****


Ainsi, on constate la présence ambiguë du paysage : omniprésent dans l'inspiration et la représentation musicale, et pourtant jamais réellement décrit.

On ne ressent pas de nécessité temporelle, et pourtant, il faut bien que tout se déroule chronologiquement. La musique, bien qu'elle se dévoile nécessairement linéairement, semble soumise aux lois de regard : il n'y a pas de couple tension-résolution qui implique une attente comme dans la tradition musicale occidentale, elle peut être contemplée à loisir, conservant toujours un visage apparemment semblable dans une même pièce, pouvant muter progressivement, mais rétif aux contrastes violents. Et surtout marquant toujours plus profondément le spectateur à la découverte de ses incroyables facettes.

Les complexes intrications rythmiques et dynamiques, leurs superpositions, enfin des changements de ces paramètres sans transition, possèdent décidément le charme de ce coup d'oeil qui renouvellerait la perception d'un même paysage sonore.

Ce qui est sans doute le plus délectable, chez Takemitsu, outre la volupté pudique des timbres et des harmonies, la prégnance des atmosphères, la légèreté des parfums floraux, est cette capacité à habiter constamment la musique, sans attendre une relation de tension/détente. Savoureuse en permanence, nous pouvons être suspendus à sa beauté, et ce n'est pas une mince vertu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Jeu 3 Aoû 2006 - 22:40

Je décrirai de façon individualisée les oeuvres lorsque je présenterai le catalogue (après la discographie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 2:21

Je viens de tout lire, merci David, c'est très intéressant et très bien dit!

DavidLeMarrec a écrit:

Ainsi, contrairement à l'organisation traditionnelle de la musique, avec le développement suivant la réexposition, ou les modulations, apportant progressivement des éléments qui modifient et enrichissent le thème, ou le variant, contrairement à cet usage, les pièces de Tôru Takemitsu semblent autant de fresques sur lesquelles se dépose le regard dans un ordre donné, et néanmoins très librement.

C'est très très juste, et c'est aussi ça qui peut dérouter certains auditeurs.
Un peu comme certains préludes de Debussy d'ailleurs, certains comme lenain me semble-t-il disaient que ça avait un côté brouillon, inachevé, tout simplement parce que les arêtes de cette musique ne sont pas nettes comme nous en avons l'habitude chez Mozart, Brahms ou Chostakovitch.
C'est un peu le même phénomène chez Takemitsu.
Pour le coup, en tout cas dans ses oeuvres post-debussystes, voilà bien un compositeur impressionniste.
Mille détails, mille petits points soigneusement dessinés; on peut s'extasier devant ces détails ou bien admirer l'ensemble du paysage d'un peu plus loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 4:42

Ravi si je vous intéresse !

Xavier a écrit:
Un peu comme certains préludes de Debussy d'ailleurs, certains comme lenain me semble-t-il disaient que ça avait un côté brouillon, inachevé, tout simplement parce que les arêtes de cette musique ne sont pas nettes comme nous en avons l'habitude chez Mozart, Brahms ou Chostakovitch.
C'est tout à fait exact, il n'y a pas de but apparent. Cette musique n'est pas dialectique comme nous la concevons (le paragon de cette musique-discours étant le couple Bruckner-Mahler, chacun dans son genre). Elle semble être, à l'instant T où elle est énoncée, et être pour ce qui est énoncé à l'instant T.


Citation :
Pour le coup, en tout cas dans ses oeuvres post-debussystes, voilà bien un compositeur impressionniste.
Mille détails, mille petits points soigneusement dessinés; on peut s'extasier devant ces détails ou bien admirer l'ensemble du paysage d'un peu plus loin...
Tout à fait. Vraiment, j'aurai l'occasion d'en parler en publiant la suite, mais je recommande chaleureusement Waves aux admirateurs de la Mer. Avec un effectif de chambre, Takemitsu réinvente sa Mer, et avec quelle hauteur de vue !
A ma connaissance, ce n'est disponible que dans le disque Méfano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 4:46

Tu m'intéresses sacrément, je crois n'avoir jamais entendu cette oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 5:00

Le disque Méfano est assez bien distribué en France (disque ASSAI). Attention tout de même, c'est une relecture postdebussyste assez moderniste. Le discours est largement désarticulé et la modalité mise à distance au profit d'une certaine narration.



Inutile de faire de remarque sur la couverture, je l'ai déjà faite dans la discographie. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 11:39

IV. Corpus discographique.

Que David a délicatement recueilli et composé pour vous. Puis mis en image. Puis rétréci pour ne pas déformer les cadres de la page.


Orchestre :






Traditionnel :




Musique de chambre :




Littérature pour piano :




Musique électronique et concrète :




Films :




Disques que je n'ai pas écoutés :



Il faut ajouter, dans les manquants, les volumes de l'intégrale Takemitsu parue au Japon, mais qui ne sont que rarement disponibles sous nos longitudes. Il faut les acheter par correspondance, et pour acquérir le tout, on atteint une somme largement coquette.


P.S. : Les mentions sous les tableaux sont juste destinées à éviter l'emploi sauvage via les moteurs de recherche d'images.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 11:59

Bien, le temps que je finisse la mise en page de la discographie commentée (au format html, donc toute la mise en forme à reprendre, particulièrement les liens), si vous nous parliez de votre rapport à Takemitsu ?

Les disques que vous connaissez, les oeuvres que vous préférez, votre façon de ressentir sa musique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 12:10

V - Quelques disques
Une discographie brièvement commentée.

Dieu merci, bien qu'on le joue très peu en concert, Takemitsu est très bien servi au disque, qui couvre une large partie de son catalogue, avec pas mal de doublons, des programmes variés (homogènes ou panachés), des interprétations très contrastées.


Orchestre, ensemble, musique de chambre

Classés par ordre croissant d'intérêt. (très approximativement)


Musique de chambre

- Chez DG 20/21, trois disques, qui font délibérément le choix de cloisonner la production de Takemitsu.

Dans Garden Rain, on entend surtout la tendance moderniste à mixte, et pas les plus abouties ni les mieux interprétées. A part Garden Rain, justement, dans une interprétation de référence, plus souple et ample que chez Méfano. Malgré cela, le disque n'est pas à recommander.
In an autumn garden fait entendre uniquement des pièces pour shakuhachi, biwa ou gagaku. En outre, trois des cinq pièces proposées sont en extraits, dont celle qui donne le titre à l'album ! Car In an autumn garden est ici le titre du quatrième mouvement de l'oeuvre éponyme, qui n'est donc pas complète (quarante-cinq minutes) ! Idem pour November Steps et Autumn (le seul des trois à être précisé de façon explicite). Frustrant, surtout si l'on ajoute le jeu très raide des instrumentistes. Splendide pochette en revanche (mais indigente notice).
I hear the water dreaming, exclusivement bâti autour de la flûte (dont les trois Toward the Sea…) est plus enthousiasmant à cause des belles pièces choisies, mais que des tubes, et je dois avouer trouver Patrick Gallois d'un maintien quelque peu raide. Des disques aux visées un peu étroites que je ne recommande pas vraiment.




- Chez Sony, In an autumn garden, en hommage après cinq ans de disparition du compositeur. Interprétation plus souple, plus incarnée, plus stridente aussi que celle de DG. Oeuvre de toute façon pas très passionnante.





- Un vinyl non reporté qui contient des pièces diverses, notamment deux pièces avec bande. Pas indispensable, mais satisfaisant pour la curiosité !


- Chez BIS, Takemitsu chamber music par l'Ensemble KAI. Un quatuor et un piano pour diverses configurations. Interprétation façon musique contemporaine, avec beaucoup d'usage de chevalet, de sons droits. Mais d'une belle conviction, sans sècheresse. Beau disque, pièces rares de 1951 à 1993... Styles romantique (proche de Chosta) à moderniste postwebernien.




- Chez Ondine, Works for flute and guitar. (Le disque qu’avait détesté Xavier.) Oeuvres pas toutes du même niveau, dans la veine la plus aride ou plus populaire. Mais quelques perles, comme Sacrifice, sont réellement à découvrir.




- Chez Assai, le disque de Paul Méfano avec l’Ensemble 2e2m. Un disque autour du thème de l’eau, musique de chambre ou pour ensemble, que j’aime beaucoup. Traité de façon assez rigoureuse, à la contemporaine (mais sans dénaturer le ton), ce qui évite tout le sirop dont on afflige parfois Takemitsu. Grande attention aux timbres, à la clarté des entrées, quasiment aucun rubato, suspension temporelle assez étonnante. Très bon disque. On y trouve notamment le rare Waves, une oeuvre formidable : La Mer vue par Takemitsu, en effectif de chambre (clarinette, cor, deux trompettes et tambour grave).
Comme les interprétations orchestrales sont en ensemble limité, je l'ai classé dans la catégorie musique de chambre, mais il y a en vérité les deux dans ce disque très complet.


(J'adore la couverture avec la sardine crevée et le titre sur rose bonbon anglais, ça me plaît beaucoup.)


- Chez Naxos, Robert Aitken et le Toronto New Music Ensemble, sous le signe de la flûte, font des merveilles. Il s'agit de l'interprétation de musique de chambre la plus habitée de la discographie ; quel contraste avec Gallois ou même Méfano ! Tout est souplesse, tout est verbe. Et ce babil magique fait de pièces difficiles pour l'auditeur, comme Voice, Rain Tree ou Rain Spell des évidences. A noter aussi, une superbe (et la seule au disque) exécution de Bryce, l'une des plus belles pièces de Takemitsu, dans la veine de Waves (avec un petit côté Tree Line). Indispensable.



Dernière édition par le Ven 4 Aoû 2006 - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 12:27

Orchestre

- Chez Philips, My Way of Life, l'un des deux albums dirigés par Seiji Ozawa - à la tête de son orchestre Saito Kinen. Des oeuvres assez anecdotiques au programme (celles reprises pour l'hommage parisien, par ailleurs). Même pour les amateurs de récitants et de chant, ce n'est pas indispensable. Oeuvres secondaires, vraiment.




- Toujours chez Philips, toujours par Ozawa, le Concerto pour alto, couplé avec des oeuvres célèbres du versant traditionnel de Takemitsu. Assemblage étrange, pas le disque le plus essentiel. On dirait un peu de la musique néochinoise teintée de modernité occidentale. Nettement mieux que le standard néochinois, mais pour du Takemitsu, c'est très surprenant.


- Chez EMI, Riverrun. Disque dans lequel Knussen fait le choix de diriger de façon très "contemporaine" un Takemitsu sans chatoyances. Rain coming est raté, Tree Line un peu terne. Pas pleinement convaincant, surtout que toutes les pièces existent dans de meilleures interprétations (Otaka ou Méfano, par exemple). Déconseillé à cause de ces doublons, mais pas intrinsèquement mauvais, loin s'en faut. La plupart des enregistrements de Takemitsu sont récents, d'après sa mort, et celui-ci a le mérite d'être pionnier (1991).




- Chez Varèse/ABC Classics, trois pièces longues peu jouées par le Tokyo Met SO dirigé par Hiroyuki Iwaki. Beau disque, qui manque peut-être un brin de nerf, mais qui propose des pièces pour orchestre peu jouées et très poétiques (pour Pauken, il y a même un marimba solo dans Gitimalya). Programme sans surprises, confortable. Attention, minutage très court : trente minutes !


(Existe dans une autre pochette très différente. Disque disponible à la médiathèque de Bordeaux, pour Vartan.)


- Pochette modeste, mais contenu à signaler ! Chez ABC Classics, Dreamtime, une sélection de belles pièces rares par le Melbourne SO dirigé par Hiroyuki Iwaki. Contient notamment Palma (pour orchestre, guitare et hautbois d'amour). Attention, interprétation assez romantique, comme d'habitude avec Iwaki.




- Chez BIS, A Flock descends into the Pentagonal Garden, que dirige Tadaaki Otaka à la tête de la BBC Wales. Toujours cette patte d'Otaka : douceur et lisibilité. Délectable dans Takemitsu. Oeuvres moins exceptionnelles que dans son autre disque BIS, néanmoins. Plus postromantiques.




- Chez DG 20/21, Oliver Knussen dirige Quotation of Dream, album qui mêle le sucré et le moins sucré, mais qui ne contient guère de chefs-d'oeuvre. Quotation of Dream, ainsi que les Signals from Heaven, sont des oeuvres tout à fait intéressantes (j'aime beaucoup la seconde, dans la veine de Garden Rain), mais il existe plus urgent à découvrir. Etonnant que cette collection 20/21, sans être véritablement originale, se contente de pièces secondaires dans un catalogue aussi riche que celui de Takemitsu.
Coelacanthe, nous attendons ton avis.




- Chez Columbia, Coral Island par le Tokyo Met SO dirigé par Yuzo Toyama. La radieuse Rie Hamada tient la partie de soprano.Une oeuvre mi-instrumentale mi-vocale qui ravira les fans de Pli selon Pli. Couplé avec des œuvres plutôt rares (et inégales). Disque difficile, mais beau disque.




- Chez Denon/Columbia, des pièces plus décapantes que la moyenne, mais tout aussi poétiques, jamais enregistrées ailleurs. Tel Gémeaux. Et le travail habité du Tokyo Met SO sous la direction de Masashi Honma est un enchantement.




- Chez Sony, le Pacific SO dirigé par Carl St-Clair. Trois pièces longues pour orchestre, dans la veine postdebussyste (et même largement proche de Messiaen) ou postromantique. Des choses plus ou moins surprenantes (des accès minimalistes !), à découvrir vraiment. A nouveau une oeuvre pour Pauken, et magnifique : From me flows that you call time.




- Chez Japan (Megaphon Import), Spectral canticle, un disque très vivifiant, fait de pièces moins chatoyantes que le Takemitsu qu'on imagine, mais tout aussi passionnant ! Avec le Tokyo Met SO et Suzuki à la guitare. Difficile à trouver, hélas, alors même que le disque ne date que de 2003.


- Chez BIS, How slow the Wind par le Kioi Sinfonietta Tokyo dirigé par Otaka. Disque véritablement enthousiasmant, par son programme intelligent, et par son exécution d'une souplesse d'un grand naturel, ondulante mais sans sirop. Rain coming est une réussite éclatante, de même pour How slow the Wind, ou Tree Line habité, soutenu de bout en bout. Avec Christian Lindberg pour Fantasma/Cantos II. On regrette juste qu'on nous ait refilé Requiem for strings au milieu. Disque d'oeuvres célèbres, dressant le portrait du Takemitsu « grand public » (si j'ose dire !) avec une qualité d'interprétation remarquable. Idéal pour débuter, comme Méfano. Et à compléter ensuite par Spectral canticle et le disque d'Aitken.
Je gage que Vartan nous donnera son sentiment dessus à son retour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 12:37

Pour le piano

Attention aux fausses intégrales, elles sont très nombreuses ! Vérifiez la présence de la Romance, de Lento et Litany (deux versions d'une même oeuvre), et des pièces pour enfants notamment.


- Chez Noriko Ogawa (BIS, album Rain Tree), capacité de contrastes très forts.




- Mais chez Aki Takahashi (Toshiba), on se rapproche bien plus de leur esprit, avec une douceur remarquable de ton, malgré un sempre ritardando très maniéré. Tout de même un avantage de taille : il s'agit d'une vraie intégrale, qui comprend les deux versions de Litany (Lento et Litany), la Romance de jeunesse, les Pièces pour enfants et le tardif Golden slumber (1992). Alors qu'un CD peut tout à fait les contenir, ces trois dernières oeuvres sont généralement omises. Dommage, parce que la Romance mérite d'être entendue, beaucoup de choses y sont en germe derrière Debussy (et quelque part le dernier Liszt).





- Pour moi, la plus belle prestation est celle de Kanako Abe, dans son disque de 2003 (Mandala, Harmonia Mundi). Une capacité de chant qui est nécessaire, surtout dans les premières pièces, sinon trop touffues et opaques. Une profondeur de son aussi. Un rubato d'un grand naturel. Vraiment très proche de ma perception de cette musique. Et le piano est de meilleure qualité - le style aussi, car les autres sont un brin scolaires. Une réserve cependant : le chant très marqué finit par sonner forte en permanence.




- Bien sûr, il ne faudrait pas oublier l'infatigable Peter Serkin, qui a enregistré Takemitsu seul ou en couplage (très inhabituels, comme toujours). Il existe beaucoup de versions des oeuvres pour piano, je ne les cite pas toutes, étant entendu que je ne parle ici que de disques que j'ai écoutés.



Pour les films

Les titres sont explicites, vous les trouvez en intégralité, en suites ou en extraits mélangés, à vous de faire votre tri selon vos désirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 12:50

Sélection recommandée

On trouve le meilleur de Takemitsu, pour des raisons évidentes de lisibilité, dans sa musique de chambre (particulièrement années 70-80). L'orchestre dilue ses talents, parfois à cause des interprètes, parfois à cause d'une écriture plus conventionnellement postromantique. Toutefois, quelques disques admirablement interprétés comme How slow the Wind d'Otaka méritent tout autant le détour. Mais pour toucher à l'essence du travail de Takemitsu, privilégier le disque Aitken (Naxos) ou Méfano (Assai).


=> Le disque le plus synthétique est celui de Méfano. Tous les ensembles, beaucoup de tendances sont représentés.


=> On peut aussi faire le choix d'acquérir ces deux disques absolument fabuleux qui reprennent les mêmes pièces, l'un pour la musique de chambre, l'autre pour l'orchestre : . Rien n'empêche de doublonner avec l'excellent disque Méfano, mais ce choix double est peut-être encore plus délicieux, deux très grands disques.


Spectral canticle ainsi que Gémeaux ( ) sont à découvrir aussi, ils surprennent et leur programme est excellent.


=> Vous désirez débuter dans Takemitsu ? Sans trop de doublons ? En connaître les différentes facettes dans de bonnes interprétations sur peu de CDs ?
Il suffit de piocher ci-dessus. Mais par exemple :


pour la musique de chambre + pour les pièces orchestrales + pour le versant plus audacieux (ou mieux, Spectral canticle, si vous le trouvez) ;


Ou , qui donne d'emblée une vue assez globale chambre et orchestre , ce à quoi on ajoute le romantisme et modernisme de ce disque .


Cela dit, vous pouvez acquérir les disques suivants sans trop de risques de doublon, et en toute confiance sur la qualité du produit. A part Méfano qui reprend le meilleur des deux qui l'encadrent, donc soit lui, soit les deux autres, pour ne pas doublonner, mais les interprétations sont très différentes, il n'y a que Toward the Sea qui s'additionne. Il faut attendre les trois derniers disques de la liste pour avoir des double-emploi significatifs.





Et Spectral canticle bien sûr. Et éventuellement le vinyl dont je vous parlais. Si vous les trouvez.


Fin de la liste. Reste les catalogues des oeuvres.


Dernière édition par le Ven 4 Aoû 2006 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Guillaume
lapineau huguenot
avatar

Nombre de messages : 17527
Age : 23
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:01

Trés beau travail David !! Surprised thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
akiva1234
Néophyte


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:04

A noter la parution prochaine chez Brilliante de l'oeuvre pour orchestre; plus d'infos ici:
http://music.brilliantclassics.com/epages/joan.storefront/44d337980031f90b271dd5d385e806d1/Cartridge/sl126403e5/ProductInfo/8188
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:07

David, tu es un malade dangereux!

Dès que j'ai 5 minutes je parle des disques que je connais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:13

GuiReu a écrit:
Trés beau travail David !! Surprised thumleft
Xavier a écrit:
David, tu es un malade dangereux!
Merci à vous, très flatté.

A propos de Brilliant, attention, ce n'est qu'une anthologie de deux disques, très loin de contenir toute l'oeuvre pour orchestre. En revanche, les Visions pour orchestre n'ont à ma connaissance jamais été enregistrées (intégrale japonaise mise à part). D'autant plus intéressant qu'elles contiennent une version orchestrale des Yeux Clos, splendide partition pour piano où les strates de rythmes et couleurs, précisément, se superposent merveilleusement. (très casse-figure à mettre en place, au passage)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:38

Attention, artillerie lourde en vue. Aux abris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:39

VI - Catalogue alphabétique

Intégralement emprunté au Japanese Music Centre.


10th Step (Variation) from November Steps,1967

12 Songs for Guitar,1977

A Bird came down the Walk,1994

A Flock Descends into the Pentagonal Garden,1977

A Minneapolis Garden,1986

A Song of Circles and Triangles,1960

A String Around Autumn,1989

A Way a Lone,1981

A Way a Lone II,1981

Air,1995

All in Twilight,1987

All that the Man Left Behind When He Died,1960

And then I knew 'twas Wind,1992

Arc for Strings,1963

Arc part I,1963

Arc part II,1964

Archipelago S.,1993

Asterism,1967

Autumn,1973

Autumn (Excerpt),1973

Bad Boy,1961

Between Tides,1993

Bryce,1976

Cassiopeia,1971

Ceremonial,1992

Cherry Blossoms (arr.),0

Coral Island,1962

Corona II,1962

Corona for pianist,1962

Cross Talk,1968

Crossing,1970

Day Signal (Signals from Heaven I),1987

Distance,1972

Distance de Fee,1951

Dream/Window,1985

Dreamtime,1981

Eclipse,1966

Entre-temps,1986

Equinox,1993

Eucalips I,1970

Eucalips II,1970

FOR AWAY,1973

Family Tree - Musical Verses for Young People,1992

Fantasma/Cantos,1991

Fantasma/Cantos II,1994

Far Calls. Coming, far!,1980

Folios,1974

For Away,1973

From far beyond Chrysanthemums & November fog,1983

From me flows what you call Time,1990

Garden Rain,1974

Gemeaux,1986

Gitmalya,1974

Grass,1982

Green,1967

Handmade Proverbs,1987

Herbstlied,1993

Hika,1966

How slow the Wind,1991

I Hear the Water Dreaming,1987

I just Sing,0

In a Small Room,0

In an Autumn Garden for Gagaku,1973

In an Autumn Garden, complete version,1979

In the Woods,1995

Itinerant,1989

Ki no Kyoku,1961

Kwaidan,1964

LES YEUS CLOSE II,1999

LES YEUX CLOS,1979

LITANY FOR PIANO,1950

Landscape,1960

Le Son-Calligraphie No. I & III,1958

Lento in Due Movimenti,0

Les Fils des Etoiles,1975

Les yeux clos,1979

Les yeux clos II,1988

Litany,1950

Marginalia,1976

Masque for two flutes,1959

Munari by Munari,1967

Music of Trees,1961

My Way of Life,1990

Night Signal (Signals from Heaven II),1987

Nostalghia,1987

November Steps,1967

November Steps #10,1967

Orion,1984

Orion and Pleiades,1984

PAUSE ININTERROMPUE,1952

PIANO DISTANCE,1961

Paths,1994

Pause Ininterrompue,1952

Pause Uninterrupted for piano,1950

Piano Distance,1961

Quatrain,1975

Quatrain II,1976

Quotation of a Dream,1991

RAIN TREE SKETCH,1982

RAIN TREE SKETCH II,1992

Rain Coming,1982

Rain Dreaming,1986

Rain Spell,1982

Rain Tree,1981

Rain Tree Sketch,1982

Rain Tree Sketch II,1992

Requiem for Strings,1957

Ring,1961

Rocking Mirror Daybreak,1983

Sacrifice,1962

Sayounara,0

Scene,1959

Seasons,1970

Sky, Horse and Death,1958

Small Sky,0

Solitude Sonore,1958

Songs,1992

Spectral Canticle,1995

Spirit Garden,1994

Stanza I,1969

Stanza II,1971

Star-Isle,1982

Static Relief,1955

Tableau Noir,1958

The Dorian Horizon,1966

The Game of Love,0

The Legacy for the Future,0

The Sea is Still,1986

Three Film Scores,1994

To the Edge of Dream,1983

To the Island,0

Toward,1970

Toward the Sea,1981

Toward the Sea II,1981

Toward the Sea III,1989

Tree Line,1988

Twill by Twilight,1988

Uninterrupted Rest I for Piano,1952

Uninterrupted Rests I, II, III,1952

Unseen Child,0

Valeria,1965

Vers, l'arc-en-ciel, Palma,1984

Violin Concerto,1981

Visions,1990

Vocalism A. I,1956

Voice for solo flutist,1971

Voyage,1973

Water Music,1960

Waterways,1978

Waves,1976

Will Tomorrow, I wonder, be Cloudy or Clear?,0

Wind Horse,1966

Wings,1982

Winter,1971

riverrun,1984
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:40

VII. Catalogue par genres

Intégralement emprunté au Wikipédia néerlandais.


Werken voor orkest
1957 Requiem, voor strijkorkest
1958 Solitude Sonore, voor orkest
1958 Tableau Noir, voor spreker en kamerorkest
1959 Scene, voor cello en orkest
1961 Ki no Kyoku, voor orkest
1961 Music of Trees, voor orkest
1962 Corona II, voor orkest
1963 ARC I, voor orkest
1963 rev.1976 ARC part I, voor piano en orkest
1964 rev.1976 ARC part II, voor orkest
1965 Valeria, voor klein ensemble
1966 The Dorian Horizon, voor kamerorkest
1967 Asterism, voor piano en orkest
1967 Green, voor orkest
1970 Eucalips I, voor kamerorkest
1971 Cassiopeia, voor slagwerkers en orkest
1971-1986 Gémeaux, voor hobo solo, trombone solo, twee orkesten en twee dirigenten
Strophe
Genesis
Traces
Antistrophe
1971 Winter, voor orkest
1974 Gitmalya, voor marimba en orkest
1975 Quatrain, voor klarinet, viool, piano en orkest
1976 Marginalia, voor orkest
1977 A Flock Descends into the Pentagonal Garden, voor orkest
1980 Far Calls. Coming, far!, voor viool en orkest
1981 A way a lone II, voor strijkorkest
Presentation Theme
Variation I: based on Fifths
Variation II: based on chromatic scales and fourths
Variation III: based on arpeggios
Variation IV: based on chromatic scales and fourths
Variation V: based on triplets rhythm
Coda
1981 Concerto, voor viool en orkest
1981 Dreamtime, voor orkest
1981 Toward the Sea II, voor altfluit, harp en strijkorkest
The Night
Moby Dick
Cape Cod
1982 Rain Coming, voor kamerorkest
1982 Star-Isle, voor orkest
1983 To the edge of dream, voor gitaar en orkest
1984 Orion and Pleiades, voor cello en orkest
Orion
and
Pleiades
1984 riverrun, voor piano en orkest - naar Finnegans Wake van James Joyce
1984 Vers, l'arc-en-ciel, Palma, voor gitaar, oboe d'amoré en orkest
1985 Dream/Window, voor orkest
1987 I hear the Water Dreaming, voor fluit en orkest
1987 Nostalghia - In Memory of Andrej Tarkovski, voor viool en strijkorkest
1988 Tree Line, voor kamerorkest
1988 Twill by Twilight - In Memory of Morton Feldman, voor orkest
1989 A String Around Autumn, voor altviool en orkest
1990 From me flows what you call Time, voor vijf slagwerkers en orkest
Introduction
Entrance of the Soloists
A Breath of Air
Premonition
Plateau
Curved Horizon
The Wind Blows
Premonition
Mirage
Waving Wind Horse
The Promised Land
Life's Joys and Sorrows
A Prayer
1990 My Way of Life - In Memory of Michael Vyner, voor bariton, gemengd koor en orkest - tekst: Ryuichi Tamura
1990 Visions, voor orkest
1991 Fantasma/Cantos, voor klarinet en orkest
1991 How slow the Wind, voor orkest
1991 Quotation of Dream - Say sea, take me!, voor twee piano's en orkest
1992 Family Tree - Musical Verses for Young People, voor spreker en orkest - tekst: gedichten van Shuntaro Tanikawa
Once Upon a Time
Grandpa
Grandma
Dad
Mam
A Distant Place
1993 Archipelago S., voor kamerorkest (21 spelers)
1994 Fantasma/Cantos II, voor trombone en orkest
1994 Spirit Garden, voor orkest
1994-1995 Three Film Scores, voor strijkorkest
Music of Training and Rest from "Jose Torrés"
Funeral Music from "Black Rain"
Waltz from "Face of Another"
1995 Spectral Canticle, voor viool, gitaar en orkest
Alone on the Pacific, suite uit de filmmuziek - in samenwerking met Yasushi Akutagawa
Death and Resurrection uit de Film "Kuroi Ame (Black Rain)", voor strijkorkest
Dodes'ka-Den - suite uit de film, voor orkest
Nami no Bon, voor orkest
The Legacy for the Future, voor orkest
Two Cine Pastrali, voor orkest
Orin from "Orin"
Banished
Kaoru from "Izu Dancer"
[bewerk]

Werken voor harmonieorkest en brassband
1975 Garden Rain, voor koperensemble
1987 Day Signal "Signals from Heaven I", voor koperblazers (groep I.: 3 trompetten (in C), 3 trombones; groep II.: 2 hoorns (in F), Piccolo trompet (in D), trompet (in C), trombone en tuba)
1987 Night Signal "Signals from Heaven II", voor koperblazers (groep I: 2 hoorns (in F), cornet (in Bes), trompet (in C), trombone, tuba; groep II: 2 hoorns (in F), trompet (in C) en 2 trombones)
[bewerk]

Werken voor koor
1960 A Song of Circle's and Triangles voor gemengd koor
1960 All that the Man Left Behind When He Died, voor gemengd koor
1966 Wind Horse, voor gemengd koor (SATB)
Vocalise 1 (vrouwenkoor)
Spell of Fingers (vrouwenkoor) - tekst: K. Akiyama
Vocalise 2 (mannenkoor)
Vocalise 3 (gemengd koor)
Legend of the Dining Table (mannenkoor), Coda (gemengd koor) - tekst: K. Akiyama
1982 Grass, voor mannenkoor - tekst: Shuntaro Tanikawa
1982 Songs I, voor gemengd koor
1982 Wings, voor gemengd koor
1984 Songs II, voor dubbelkoor ((SSAATTBB)
Sakura (Cherry Blossoms) (trad.)
Tsubasa (Wings) - tekst: T. Takemitsu
Shima e (To the Island) - tekst: M. Izawa
Maru to Sankaku no Uta (A Song of Circles and Triangles) - tekst: T. Takemitsu
Sayonara - tekst: K. Akiyama
Shinda Otoko no Nokoshita Mono wa (All That the Man Left Behind When He Died) - tekst: Shuntaro Tanikawa
1987 Handmade Proverbs, vier popsongs voor zes mannenstemmen - tekst: Shuzo Takiguchi
I just Sing, voor gemengd koor
In a Small Room, voor gemengd koor
Sayounara, voor gemengd koor
Small Sky, voor gemengd koor
The Game of Love, voor gemengd koor
To the Island, voor gemengd koor
Unseen Child, voor gemengd koor
Will Tomorrow, I wonder, be Cloudy or Clear?, voor gemengd koor
[bewerk]

Vocale muziek met orkest of instrumenten
1962 Coral Island, voor sopraan en orkest
1970 Crossing voor vrouwenstem en orkest
Songs voor zangstem en piano
Sayonara
In a small room
I just sing
The game of love
A song of circles and triangles
Small sky
La neige
Take off for the clouds
Unseen child
A marvelous kid
In the month of march
All that the man left behind when he died
Waltz
The encounter
Glowing autumn
Wings
To the Island
Will tomorrow, I wonder, be cloudy or clear?
All alone
Yesterday's spot
[bewerk]

Kamermuziek
1951 rev.1989 Distance de Fée, voor viool en piano
1955 Masque for two flutes
1958 rev.1960 Le Son-Calligraphie No. I & III, voor oktet
1960 Landscape I, voor strijkkwartet
1961 Ring, voor fluit, terzgitaar en luit
1962 Sacrifice, voor fluit, vibrafoon en luit
1966 Hika, voor viool en piano
1969 Stanza I, voor klein ensemble
1970 Eucalips II, voor fluit, hobo en harp
1971 Voice for solo flutist
1975 Les Fils des Etoiles, voor fluit en harp
1976 Bryce, voor fluit, harp en slagwerk
1976 Quatrain II, voor klarinet, viool, cello en piano
1976 Waves, voor klarinet, hoorn, twee trombones, klavecimbel en grote trom
1978 Waterways, voor klarinet, viool, cello, piano, twee harpen en twee vibrafoons
1980 A Way a Lone, voor strijkkwartet
1981 Toward the Sea, voor fluit en gitaar
1982 Rain Spell, voor fluit, klarinet, piano en vibrafoon
1983 From far beyond Chrysanthemums and November fog voor viool en piano
1983 Rocking Mirror Daybreak, voor twee violen
1984 Orion, voor cello en piano
1986 Entre-temps, voor hobo en strijkkwartet
1986 Rain Dreaming, voor klavecimbel
1989 Itinerant - In Memory of Isamu Noguchi, voor fluit
1989 Toward the sea III, voor altfluit en harp
In the night
Moby Dick
Cape Cod
1992 And then I knew 'twas Wind, voor fluit, altviool en harp
1993 Between Tides, voor viool, cello en piano
1994 A Bird came down the Walk, voor altviool en piano
1994 Paths - In Memoriam Witold Lutoslawski, voor trompet
1995 Air, voor fluit solo
[bewerk]

Werken voor piano
1950 Lento in Due Movimenti
1950 rev.1989 Litany - In Memory of Michael Vyner
1950 rev.1959 Pause Uninterrupted
1952 rev.1959 Pause Ininterrompue
1952 Uninterrupted Rest I
1952 rev.1959 Uninterrupted Rests I, II, III
1961 Piano Distance
1962 Corona for pianist
1973 FOR AWAY
1979 Les Yeus Clos
1982 Rain tree sketch
1988 Les yeux clos II, voor piano
1992 Rain Tree Sketch II - In memoriam Olivier Messiaen
Piano Pieces for Children and Romance
[bewerk]

Werken voor gitaar
1961 rev.1993 Music for Guitars, voor twee of drie gitaren
Bad Boy
A marvelous kid
A boy named Hiroshima
1974 Folios
1977 12 Songs for Guitar
Londonderry Air
Harold Arlen: Over the Rainbow
George Gershwin: Summertime
Akira Nakada: A song of early spring
Joseph Kosma: Amours perdues
Charles C. Converse: What a friend
Sammy Fain: Secret love
John Lennon/Paul McCartney: Here, There and Everywhere
John Lennon/Paul McCartney: Michelle
John Lennon/Paul McCartney: Hey Jude
John Lennon/Paul McCartney: Yesterday
Pierre Degeyter: The International
1987 All in Twilight, vier stukken voor gitaar
1993 Equinox
1995 In the Woods drie stukken naar een schilderij van Cornelia Foss voor gitaar
Wainscot Pond
Rosedale
Muir Woods
A piece for guitar - for the 60th birthday of Sylvano Bussotti, voor gitaar
Furyo Shonen - (Bad Boy) voor twee gitaren
[bewerk]

Werken voor percussie
1967 Munari by Munari, voor slagwerk
1970 Seasons, voor slagwerkkwartet
1981 Rain Tree, voor drie slagwerkers
Cross Hatch, voor marimba en vibrafoon
[bewerk]

Elektronische muziek
1955 Static Relief, voor geluidsband
1956 Vocalism A. I, voor geluidsband
1958 Sky, Horse and Death, voor geluidsband
1960 Water Music, voor geluidsband
1964 Kwaidan, voor geluidsband
1968 Cross Talk, voor bandoneon en geluidsband
1970-1971 Toward, voor geluidsband en slagwerk
1971 Stanza II, voor harp en geluidsband
1986 A Minneapolis Garden, voor geluidsband
1986 The Sea is Still, voor geluidsband
[bewerk]

Filmmuziek
1955 Ginrin - (Silver Ring)
1955 Mejiro Sanpei
1955 Cine-Calligraphy
1956 Kurutta Kajitsu - (Crazed Fruit/Juvenile Passions)
1956 Shu to Midori - (Red and Green/Midnight Visitor)
1956 Tsuyu no Atosaki (The Rainy Season)
1957 Doshaburi - (Cloudburst)
1958 Kaoyaku - (The Country Boss)
1959 Haru o Matsu Hitobito - (Waiting for Spring)
1959 Kiken Ryokou - (Dangerous Trip/Vagabond Lovers)
1959 Itazura - (Joking/Love Letters)
1959 Asu eno Seisou - (Dress up for Tomorrow)
1959 Jose Torrés
1960 Kawaita Mizuumi - (Dry Lake/Youth in Fury)
1960 Nami no Tou - (Tower of Waves)
1961 Mozu - (The Shrikes)
1961 Furyou Shonen - (Bad Boys)
1961 Hannyo - (Hannyo/Woman in Tokyo)
1961 Ningen Dobutsuen
1962 Mitasareta Seikatsu - (A Full Life)
1962 Karami-Ai - (The Inheritance)
1962 Otoshiana - (The Pitfall/Cheap, Sweet and a Kid)
1962 Namida o Shishi no Tategami ni - (Tears in the Lion's Mane)
1962 Seppuku - (Harakiri)
1962 Ratai - (The Naked Body)
1963 Koto - (Twin Sisters in Kyoto)
1963 Kanojo to Kare - (She and He)
1963 Taikheiyo Hitoribocchi (Alone on the Pacific)
1964 Woman in the Dunes
1966 Tanin no Kao - (Face of Another)
1967 Izu no Odoriko - (Izu Dancer)
1973 Kaseki no Mori (The Forest of Fossils)
1977 Hanare Goze Orin - (Orin/Banishes)
1978 Ai no Borei - (Empire Of Passion)
1985 Ran
1989 Kuroi Ame - (Black Rain / Zwarte regen)
1989 Rikyu
Dodes'kaden
[bewerk]

Werken voor traditioneele Japanse instrumenten
1966 Eclipse, voor shakuhachi en biwa
1967 November Steps, voor shakuhachi en biwa solo en orkest
1972 Distance, voor hobo en sho
1973 Voyage, voor drie biwas
1973 Autumn (Aki), voor biwa, skakuhachi en orkest
1973 rev.1994 In an Autumn Garden voor gagaku orkest
Strophe
Echo I
Melisma
In an Autumn Garden
Echo II
Antistrophe
1992 Ceremonial - An Autumn Ode, voor orkest met shô


Dernière édition par le Ven 4 Aoû 2006 - 13:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:41

Vous vouliez un fil Takemitsu avec des données tangibles, oui ou non ?

Eh bien pour la peine, vous aurez mon catalogue personnel en prime, commenté !




Et c'est ainsi que cette phrase prend tout son sens :
Xavier a écrit:
David, tu es un malade dangereux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:54

Je vous livre mon propre catalogue commenté, mais comme la mise en page ne passe pas, je vous le mets à part en HTML. Vous pouvez donc citer avec le texte que je vous propose ci-dessous, et le consulter plus confortablement ici.




VIII - Catalogue chronologique commenté


Je vous renvoie à la classification en périodes de l'oeuvre de Takemitsu pour les précisions entre parenthèses.

Entre crochets figurent les [dates de création].

En italique, mes commentaires sur l'oeuvre.

En turquoise, les oeuvres que je recommande vivement.

Ce catalogue n'est pas exhaustif.

Il inspire sa forme de la liste proposée sur le Wikipédia francophone et en reprend les données. La liste a été largement complétée et intégralement annotée par mes soins, dates de créations exceptées.

Je complèterai au fur et à mesure de mes possibilités la liste. La commenter en une seule fois n'était pas possible.

Les Années 1940


1948 - 17 ans


- Romance, pour piano (versant postromantique)
Rythmes obstinés ondulants comme une barcarolle, harmonie debussyste, atmosphères captivantes dans la veine du dernier Liszt... beaucoup est déjà en germe dans cette pièce qui a été composée avant même les premiers cours de composition de T



Les Années 1950


1951 - 21 ans



- Distance de Fée, pour violon et piano [novembre 1951] (versant postromantique).
Vraiment une sonate pour violon et piano de Fauré/Debussy/Chostakovitch. Pas du tout original, mais fort séduisant. Du Fauré avec gamme par tons, sympathique tout de même !


1956 - 26 ans


- Vocalism AI (musique électronique)
Jeu sur la diphtongue AI clamée par une voix de femme.


Je cite ici aussi, faute d'avoir pu les dater :
- Ki, Sora, Tori (musique électronique)

Répartition entre plusieurs voix de ces trois mots.
&

- Clap vocalism (musique électronique)
Cris rauques.



1957 - 27 ans


- Requiem for strings, pour orchestre à cordes [juin 1957] (versant postromantique)

Une de ses oeuvres les plus célèbres. Un peu larmoyant et dégoulinant, à la façon d'un Adagio de Barber moins séduisant, mais qui lui valut la reconnaissance et la célébrité.



1958 - 28 ans



- Tableau noir, pour récitant et orchestre de chambre [juillet 1958]



- Le son calligraphié I, pour 8 instrumentistes à cordes [août 1958] (versant mixte)


- Le son calligraphié II



- Le son calligraphié III, pour 8 instrumentistes à cordes [avril 1960] (versant mixte)



- Solitude sonore, pour orchestre [1958]



- Sky, horse and death pour bande (musique concrète)
Assez chouette. Amusant, avec des évocations déformées, par des bruitages évoquant le réel (mais qui ne le sont pas). Des sons retravaillés, mais peu de purement magnétiques. Cette chose nous raconte une histoire, nous y plonge. Très onirique, on dépasse de loin le meilleur Pierre Henry (celui d'Orphée). Pas mal du tout pour de la musique concrète, et tant qu'à faire, ce que j'ai entendu de mieux dans ce domaine.



1959 - 29 ans



- Scene, pour violoncelle et orchestre à cordes [décembre 1959]



- Masque, pour 2 flûtes [1959 - avril 1960] (versant moderniste)

La pièce manifestement déjà une fascination pour la flûte, mais elle tient beaucoup de l'exercice de style, certes réalisé avec talent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:54

Les années 60



1960 - 30 ans



- Landscape I, pour quatuor à cordes [avril 1960] (tendance moderniste). Pièce un peu aride, comme nombre de quatuors contemporains. Mais elle détient des beautés, et n'est nullement postsérielle. Plutôt dans le goût Webern-Kurtág, en plus développé.


- Water Music (musique concrète)

Vinyl non reporté.

- A Song of Circles and Triangles [1961] (tendance postromantique)

12 chansons chorales
Disque difficile à trouver, pour des oeuvres qui rappellent plus les choeurs nordiques postromantiques que le Japon. Quelque part entre Brahms et Odak, entre Brahms et - ou, si vous préférez, entre Brahms et Tormis, entre Brahms et Górecki. Voire entre Brahms et Lopez...
Chants doux et caressants, parfaitement tonals, sortes de romances dans le goût américain, au fond. Joli.
Loin cependant des réussites éclatantes d'un Tôn-Thất Tiêt (Tiêt étant le prénom).

Pour être plus complet : il s'agit à l'origine d'une musique de film, Bad Boys de Furyo Shonen,qui comprend aussi un duo pour guitares (appelé Bad Boys). Le texte du morceau qui donne le nom au cycle, écrit par le compositeur, est le suivant (je traduis) : "La Terre est ronde, je vous le dis. La pomme est rouge, je vous le dis. Le désert est vaste, je vous le dis. Je vous dis que la pyramide est un triangle ! Le ciel est bleu L'océan est profond La Terre est ronde, je vous le dis, c'est une petite étoile ! La Terre est ronde, je vous le dis. La pomme est rouge, je vous le dis. La Russie est immense, je vous le dis. Je vous dis que la balalaïka est un triangle !".
J'ai été très amusé par le commentaire que j'ai lu dans un ouvrage de référence anglais : "with touches of surrealism". Si dire que la terre est ronde et que la Russie est immense est du surréalisme, alors on en rencontre souvent ! (Certes, stylistiquement, on en est proche, mais le terme me semble sujet à caution sur ce coup.)


- Bad Boys, pour 2 guitares [1961 - 1993]
Duo pour guitares sur un thème modal varié.



1961 - 31 ans


- Ring, pour flûte, guitare terz et luth [août 1961]



- Music of trees, pour orchestre [1961]

Oeuvre tout à faire dense, à connaître.





1962 - 32 ans



- Sacrifice, pour flûte alto, luth et vibraphone [1962] (tendance mixte)
a) Chant I
b) Chant II
c) Voice
Ici, on est entre des restes d'atonalisme et une couleur vraiment debussyste, avec des séquences qui tendent à se polariser. Oeuvre très séduisante du point de vue des couleurs. On la joue généralement avec guitare plutôt que luth, évidemment.



- Coral Island, pour soprano et orchestre [octobre 1962] (tendance moderniste douce)



- Corona, pour flûte, guitare terz et luth [1962 - avril 1964]



- Coronna II, oeuvre graphique pour 22 instrumentistes à cordes [1971]





1963 - 33 ans



- Arc for strings, oeuvre graphique pour instrumentation variable [1963 - avril 1964]




1964 – 34 ans


- Kwaidan (BO - musique concrète, musique traditionnelle, thèmes sucrés...)
Une belle réussite dans sa musique de film, variée et efficace.




1965 - 35 ans



- Sonnant, pour violon, violoncelle, guitare, 2 flûtes et 2 bandonéons [1965]



- Valéria, pour violon, violoncelle, guitare et orgue électrique avec 2 piccolos [novembre 1965 /1969]





1966 - 36 ans



- Wind Horse, pour choeur



- Eclipse, pour biwa et shakuhachi [mai 1966] (versant traditionnel)
Pièce brève. Difficile de se faire au son cassant du biwa (et encore, ce n'est pas un shamisen, boudé par Takemitsu !). Sur vinyl, la version est tout à fait habitée, par un jeu expressif de shakuhachi (à la Yamaguchi), contrairement à la version très lisse et impersonnelle proposée dans la collection 20/21. Bien jouée, la pièce peut être séduisante par son exotisme.



- Hika, pour violon et piano [novembre 1966] (versant mixte)
Une pièce qui hésite entre lyrisme postromantique, voire expressionniste, et sons plus désarticulés . Globalement plutôt postromantique, on peut songer au premier Hindemith, et le violon a la première place. Bien qu'il soit encore tôt dans sa carrière, l'oeuvre est déjà doté d'un charme très sûr, avec les accords arpégés aux harmonies étranges qui font nos délices.



- The Dorian Horizon, pour 17 cordes [1966 - février 1967] (versant moderniste)
Pièce qui ne semble pas présenter pas d'intérêt majeur, beaucoup d'essais de textures très impressionnants (on jurerait entendre des percussions et des bois !), mais discours musical assez ténu. On pense au Thrane de Penderecki appaisé. Voilà qui ferait une redoutable musique de film. Pourtant, de cet atonalisme intégral naît une accoutumance, une atmosphère, une charme spécifiques. Du Takemitsu, quoi.



- Arc Part I, pour piano et orchestre [mai 1966 - janvier 1977]



- Arc Part II, pour piano et 2 orchestres [juillet 1966 - janvier 1977]





1967 - 37 ans



- Green, pour orchestre [1967]

Pièce dense et riche, moins chatoyante que la norme, mais très convaincante.


- November Steps, pour biwa, shakuhachi et orchestre [9 novembre 1967]



- Asterism, pour piano et orchestre [1967 - 1969]





1968 - 38 ans



- Cross Talk, pour 2 bandonéons et bande magnétique [juin 1968] (versant moderniste)

Intérêt limité, deux bandonéons rugissent, et des bouts d'interventions instrumentales fantômes se mêlent à la fête. Très influencé par le dodécaphonisme sériel. Troublant, mais, il faut bien le dire, pas toujours très beau. En tout cas dans l'interprétation très musclée dont je dispose. On doit pouvoir en faire quelque chose, car, comme toujours avec Takemitsu, l'envoûtement survient.





1969 - 39 ans



- Stanza I, pour guitare, piano/célesta, harpe et vibraphone [1969 - février 1971]



- Stanza II, pour harpe et bande magnétique [28 octobre 1971] (versant moderniste dur)

Il faut bien l’avouer, œuvre franchement irritante. La harpe interagit avec des sons percussifs ou d’autres enregistrements enregistrés. Le tout sonne très bricolage lachenmannien.



Les Années 1970


1970 - 40 ans



- Crossing, pour guitare, harpe, piano/célésta, ensemble de voix d'alti et 2 orchestres [mars 1970]



- Seasons, oeuvre graphique pour 4 percussionistes OU 1 percusionniste et bande [août 1970]



- Eucalypts I, pour flûte, hautbois, harpe et orchestre [novembre 1970] (versant moderniste)
&

- Eucalypts II, pour flûte, hautbois, et harpe [octobre 1971] (versant moderniste)

Pièces moyennement inspirées.

- Cassiopeia, pour un percussionniste et orchestre [juin 1971]



- Winter, pour orchestre [octobre 1971] (versant moderniste avec inspirations traditionnelles)
Longue et belle pièce, aux textures originales et variées. On sent que le gagaku a conditionné l'écriture de la pièce, mais l'ampleur de l'orchestre épargne toute stridence.



- Gémeaux, pour hautbois solo, trombone solo et 2 orchestres [1971 - 15 octobre 1986] (versant moderniste)



1973 - 43 ans



- Distance, pour hautbois (d’amour) OU hautbois d’amour et shô [mai 1973] (tendance dure & traditionnelle)

Oeuvre qui propose un assemblage étonnant entre l'Orient et l'Occident.

- Voyage, pour 3 biwas [septembre 1973]



- Autumn, pour biwa, shakuhachi et orchestre [septembre 1973]

Pas très différent de In an autumn garden.

- In an autumn garden, pour orchestre de gagaku [octobre 1973]

&

- In an autumn garden - Version complète, pour orchestre de gagaku [28 septembre 1979]
Oeuvre principalement pour shakuhachi et biwa qui, il faut bien le dire, a beaucoup du pensum. Une des rares pièces de Takemitsu qui sente le concept, ou la gratuité des choix. Et ce n'est pas la présence d'instruments d'époque, mais bien les jeux contemporains occidentaux qui leur sont appliqués, qui posent question. Quarante-cinq minutes dans ces conditions, c'est un peu long.



- For away, pour piano



- Voice, pour flûtiste (versant moderniste avec tendance postdebussyste)
Errances virevoltantes accompagnées d'onomatopées.




1974 - 44 ans



- Garden Rain, pour 3 biwas [novembre 1974]

Jamais enregistré.

- Folios I, II & III, pour guitare (versant moderniste)

Oeuvre assez nue.



1975 - 45 ans



- Quatrain, pour clarinette, violon, violoncelle, piano et orchestre [septembre 1975]



- Quatrain II, pour clarinette, violon, violoncelle et piano [mars 1977]



- Gitimalya, pour marimba et orchestre [novembre 1975] (versant mixte) - 15'
Oeuvre un peu longuette, ni audacieuse, ni chatoyante, démonstration agréable pour marimba.



- Prélude des filles des étoiles, pour flûte et harpe (versant postromantique)
Manifestement influencé par la chanson populaire, mais avec les caractéristiques de Takemitsu. Pièce légère malgré son ton grave, divertissante.





1976 - 46 ans



- Bryce, pour flûte, 2 harpes et 2 percussionnistes [mars 1976] (versant postdebussyste)

&

- Waves, pour clarinette, cor, 2 trompettes et tambour grave [juin 1976] (versant postdebussyste)

Deux oeuvres dans le même goût, athétmatiques, du meilleur Takemitsu, pleines de figures, d'imagination, d'onirisme. Hélas peu jouées.



- Marginalia, pour orchestre [octobre 1976] (versant postdebussyste avec tendance romantique)





1977 - 47 ans



- A Flock descends into the Pentagonal Garden, pour orchestre [novembre 1977]


- 12 songs for guitar (arrangements de chansons pop)



1978 - 48 ans


- Water-ways (versant postdebussyste avec tendance moderniste)





1979 - 49 ans



- Pièces de piano pour les enfants
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:55

Les Années 1980


1980 - 50 ans



- For Calls. Coming, far!, pour violon et orchestre [24 mai 1980]





1981 - 51 ans



- A Way a Lone, pour quatuor à cordes [23 février 1981] (versant mixte)
Hésitation patente entre le tonal et l'atonal... On peut penser au Schönberg de la transition : frontière difficile à tracer. Une pièce assez grise, le quatuor n'ayant jamais été la matière forte de Takemitsu, plus à son affaire avec vents (bois particulièrement) et percussions.

- A Way a Lone II, pour orchestre à cordes [1981 - 27 juin 1982]



- Toward the Sea, pour flûte alto et guitare [31 mai 1981] (versant postdebussyste)

&

- Toward the Sea II, pour flûte alto, harpe et orchestre [1981 - 27 juin 1982] (versant postdebussyste)

&

- Toward the Sea III, pour flûte alto et harpe [1989] (versant postdebussyste)
Préférence pour Toward the Sea I, encore plus poétique. Le grand standard de Takemitsu, devant Tree Line et le Requiem pour cordes en nombre d'enregistrements dans une monographie !



- Rain Tree, pour 2 marimbas et vibraphone [31 mai 1981] (versant postdebussyste avec tendance moderniste)

Tube pour les percussionnistes.


- Dreamtime, pour orchestre [1981 - 27 juin 1982]





1982 - 52 ans



- Rain Tree Sketch, pour piano (versant postdebussyste)



- Star - Isle, pour orchestre [21 octobre 1982]



- Rain Coming, pour orchestre (8 cuivres et autres versions) [26 octobre 1982] (versant postdebussyste)

Oeuvre tout entière d'esquisses, une attente infinie. Magnifiques sonorités orchestrales.




1983 - 53 ans



- Rain Spell, pour flûte (prenant flûte alto), clarinette, harpe, piano et vibraphone [19 janvier 1983] (versant postdebussyste)



- To the Edge of Dream, pour orchestre [12 mars 1983]



- Rocking Mirror Daybreak, pour duos de violons [17 novembre 1983] (versant moderniste)
a) Autumn
b) Passing Bird
c) In the Shadow
d) Rocking Mirror

Duos assez arides, qui évoquent encore une fois les morceaux de tonalité fugitive chez Kurtág. On peut aussi penser aux duos de Berio, toutefois mieux écrits.


- From far beyond Chrysanthemums and November Fog, pour violon et piano [décembre 1983]





1984 - 54 ans



- Orion, pour violoncelle et piano [21 mars 1984]



- Orion and Pleiades, pour orchestre [29 mai 1984]



- Vers l'arc-en-ciel, Palma, pour guitare, hautbois d'amour et orchestre [2 octobre 1984] (versant mixte)
Oeuvre à la fois chargée et suave, qui vaut pour la séduction de ses deux instruments solistes s'opposant à la masse orchestrale plus hostile - ou, selon les interprétations, se posant sur elle. Peu de contrastes, pas de violence. Séduisant.



- Vers l'arc-en-ciel, Palma, pour piano et orchestre [1984 - 10 janvier 1985] (versant mixte)





1985 - 55 ans



- Dream/Window, pour orchestre [10 septembre 1985]





1986 - 56 ans



- Entre-temps, pour hautbois et quatuor à cordes [12 mai 1986]





1987 - 57 ans



- I hear the water dreaming, pour flûte et orchestre [3 avril 1987]



- Signals from Heaven I - Day Signal, pour 2 cors en fa, trompette piccolo, 4 trompettes en ut, 4 trombones et tuba [25 juillet 1987]



- Signals from Heaven II - Night Signal, pour 4 cors en fa, 2 trompettes en ut, cornet en sib, 3 trombones et tuba [14 septembre 1987]



- Nostalghia - In memory of Andrei Tarkovski, pour violon et orchestre à cordes [11 août 1987]


- All in Twilight, pour guitare (versant mixte)
Une pièce discrète pour guitare, pas toujours tonale, mais vraiment pas dérangeante, comme sait si bien le faire Takemitsu. On note des réminiscences de musique pop.





1988 - 58 ans



- Twill by Twilight - In memory of Morton Feldman, pour orchestre [8 mars 1988]



- Tree Line, pour orchestre de chambre [20 mai 1988]





1989 - 59 ans



- Litany, à la mémoire de Michael Vyner, pour piano



- A String Around Autumn, pour violon alto et orchestre [29 novembre 1989]


- Concerto pour alto

- Visions for orchestra
I- Mystére

II- Les Yeux Clos

Arrange la pièce pour piano.





Les Années 1990


1990 - 60 ans



- Visions, pour orchestre [8 mars 1990]



- My way of Life - In memory of Michael Vyner, pour baryton, choeur mixte et orchestre [30 juin 1990] (versant postromantique)
Oeuvre vocale très sage, avec un baryton à l'ambitus très réduit. On est quasiment dans l'héritage de la chanson populaire, tant la simplicité et la règle. Une tonalité calme, sans vulgarité, mais sans imagination non plus. Décevant lorsqu'on voit ce que Takemitsu pouvait tirer d'une flûte, d'une clarinette, d'un cor, mais probe.



- From me flows what you call Time, pour 5 percussionistes et orchestre [19 octobre 1990]





1991 - 61 ans



- Fantasma/Cantos, pour clarinette et orchestre [14 septembre 1991]



- Fantasma/Cantos II, pour trombone et orchestre [3 juin 1994]



- Quotation of Dream - Say sea, take me !, pour 2 pianos et orchestre [13 octobre 1991] (versant postdebussyste avec larges inflexions postromantiques)
Evoque tour à tour du Debussy très littéral et de la musique cinématographique. Oeuvre plaisante et accessible, mais pas incroyablement profonde.



- How slow the wind, pour orchestre [6 novembre 1991]





1992 - 62 ans



- Rain Tree Sketch II, à la mémoire d'Olivier Messiaen pour piano



- And then I knew 'twas Wind, pour flûte, alto et harpe [12 mai 1992]



- Ceremonial - An autumn ode, pour orchestre avec shô [5 septembre 1992]



- Family Tree - Musical Verse for Young People, pour récitant et orchestre [1992 - 20 avril 1995]


- Golden slumber (pop)
Pièce très clairement pop. Un arrangement peut-être. Pas follement intéressant pour de la musique contemporaine, quoique, avec son métier, ce soit vraiment bien plus passionnant que ce qu'en font les pros du genre. Ligne mélodique travaillée, hésitations rythmiques...





1993 - 63 ans



- Archipelago S., pour 21 instrumentistes répartis en 5 groupes [18 juin 1993]



- Between Tides, pour violon, violoncelle et piano [20 septembre 1993] (versant mixte)
Oeuvre qui utilise à la fois un langage pas exclusivement tonal et des couleurs postromantiques. Plus nu qu'épuré, on pense beaucoup au trio de Chostakovitch, avec ses unissons déprimants. Mais belle pièce, tout à fait efficace, qui aurait du succès en concert, à juste titre.





1994 - 64 ans



- Spirit garden, pour orchestre [14 juin 1994]



- A Bird came down the Walk, pour alto et piano [1994 - 29 octobre 1995]





1995 - 65 ans



- Three Film Scores, pour orchestre à cordes [9 mars 1995]
Arrangements groupés de musiques de films antérieures.



- Spectral Canticle, pour violon, guitare et orchestre [27 juin 1995]





1996 - 66 ans



- Air for flûte solo, pour flûte solo [28 janvier 1996]



Films


- Bad Boys
- La sentinelle du temps

- La courtisane et la samourai

1962 - L'Amour à 20 ans, de Shintaro Ishihara

1964 - Kwaidan, de Masaki Kobayashi

1964 - Suna no onna (la femme des sables), de Hiroshi Teshigahara

1970 - Dodeskaden, de Akira Kurosawa

1978 - L'Empire de la passion, de Nagisa Oshima

1985 - Ran, de Akira Kurosawa

1988 - Onimaru , de Kiju Yoshida

1989 - Pluie noire, de Shohei Imamura (générique uniquement)

1992 - Soleil levant, de Philip Kaufman



Arrangements



Oeuvres pour piano d'Erik Satie orchestrées, arrangements pour guitare de chansons pop comme Yesterday ou Over the rainbow. On les trouve dans les 12 Songs for Guitar mentionnées dans ce catalogue à la date 1977.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 13:56

DavidLeMarrec a écrit:
Vos désirs sont des ordres.


TAKEMITSU Tôru (1930-1996)

Biographie. Principaux courants. Description musicale.
Recommandations discographiques. Catalogue chronologique. Catalogue alphabétique.
Bien, j'ai rempli mon contrat, je crois.

Je peux donc me contenter à présent de compléter le catalogue commenté et de répondre à vos questions... dwarf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Coelacanthe
Bernard Pivot
avatar

Nombre de messages : 2533
Age : 33
Localisation : Vernon (27) - Bientôt Paris
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 17:07

Woua!!!! Shocked

Merci David pour tout ce travail!

Puisque tu en parles, le Wikipédia francophone y gagnerait à avoir un David Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pauken
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1865
Age : 29
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 17:15

merci beaucoup bien sur, et je me réjouis de voir le nombre de pièces de tendance post debussyste qu'il a pu écrire ( y compris bien evidemment pour percus Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coelacanthe
Bernard Pivot
avatar

Nombre de messages : 2533
Age : 33
Localisation : Vernon (27) - Bientôt Paris
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 17:56

Citation :
Une de ses oeuvres les plus célèbres. Un peu larmoyant et dégoulinant, à la façon d'un Adagio de Barber moins séduisant, mais qui lui valut la reconnaissance et la célébrité.
Moins "séduisant", peut-être, mais moins dégoulinant aussi, parceque l'Adagio de Barber, c'est sympa, mais ça bave un peu de partout je trouve quand même Mr. Green

Citation :
Films


- Bad Boys
- La sentinelle du temps

- La courtisane et la samourai

1962 - L'Amour à 20 ans, de Shintaro Ishihara

1964 - Kwaidan, de Masaki Kobayashi

1964 - Suna no onna (la femme des sables), de Hiroshi Teshigahara

1970 - Dodeskaden, de Akira Kurosawa

1978 - L'Empire de la passion, de Nagisa Oshima

1985 - Ran, de Akira Kurosawa

1988 - Onimaru , de Kiju Yoshida

1989 - Pluie noire, de Shohei Imamura (générique uniquement)

1992 - Soleil levant, de Philip Kaufman
Par contre t'aurais du mettre tes sources Mr. Green Vu que j'ai contribué à cet article, j'ai reconnu à cause de la sentinelle du temps et la courtisane et la samourai. En fait je me demande ce que sont ces films, il est possible que la personne ait fait erreur, tu sais peut être? Je ne les avais pas trouvé sur le net.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 18:12

Vartan en passant: fabuleux travail, probablement unique au monde, je n'ai jamais trouvé une page web au minimum acceptable sur le sujet.

J'aime déjà beaucoup TT, et tu vas me permettre d'aller vraiment plus loin.

Encore bravo! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 18:12

Coelacanthe le feu-follet a écrit:
Woua!!!! Shocked

Merci David pour tout ce travail!

Puisque tu en parles, le Wikipédia francophone y gagnerait à avoir un David Mr. Green
Très flatté. Very Happy Je suis déjà inscrit, en réalité, et j'ai un peu contribué dans le temps. Mais il s'est posé plusieurs problèmes, j'ai notamment pris mes distances à cause de la couverture de l'actualité et de la politique, qui me gênait beaucoup au fur et à mesure que Wikipédia était érigé en référence.

J'ai beaucoup médité à tout cela (il y a même des articles qui traînent à ce sujet sur la Toile), et finalement j'ai choisi de ne plus lier Wikipédia, mais de recommander tout de même son travail sur tout le versant littéraire de l'encyclopédie (les articles scientifiques sont assez mal faits, et je me méfie de l'histoire pour les mêmes raisons que la politique).
Et peut-être, prochainement, me remettre à contribuer, mais j'ai d'autres maisons sur la Toile. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 18:14

Pauken a écrit:
merci beaucoup bien sur, et je me réjouis de voir le nombre de pièces de tendance post debussyste qu'il a pu écrire ( y compris bien evidemment pour percus Wink )
Il y en a d'autres, je n'ai pas encore tout annoté, je ferai tranquillement le travail. Mais il est temps de me désintoxiquer : je ne vous dis pas combien d'heures de Takemitsu par jour pendant deux semaines pour se remettre dans le bain, mais c'est beaucoup. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 18:18

vartan a écrit:
Vartan en passant: fabuleux travail, probablement unique au monde, je n'ai jamais trouvé une page web au minimum acceptable sur le sujet.
Embarassed

Pas tout à fait, il y a Tree Line Online, fait par le London Sinfonietta, qui est très bien. Nous n'abordons pas tout à fait la chose sous le même angle, c'est donc parfaitement complémentaire :
http://www.soundintermedia.co.uk/treeline-online/home.html .

Et puis une page que j'avais écrite il y a déjà quelques années et qui traîne sur la Toile. Beaucoup moins complète, elle est simplement l'embryon de mon commentaire sur son style.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 18:22

Coelacanthe le feu-follet a écrit:
Par contre t'aurais du mettre tes sources Mr. Green
C'est ce que j'ai fait. J'ai dit au début de chaque liste sa provenance et la nature de mes interventions.

Citation :
Vu que j'ai contribué à cet article, j'ai reconnu à cause de la sentinelle du temps et la courtisane et la samourai. En fait je me demande ce que sont ces films, il est possible que la personne ait fait erreur, tu sais peut être? Je ne les avais pas trouvé sur le net.
Je ne sais pas. En revanche, Takemitsu a, pour info, été très adapté par DJ Spooky, il y a même des disques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Coelacanthe
Bernard Pivot
avatar

Nombre de messages : 2533
Age : 33
Localisation : Vernon (27) - Bientôt Paris
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 18:35

Désolé, je me suis jeté tout de suite sur les commentaires d'oeuvres sans lire ce qu'il y avait avant sinon j'aurais vu ça : En turquoise, les oeuvres que je recommande vivement. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   Ven 4 Aoû 2006 - 18:52

Ego te absolvo in nomine Tôri.

[Choeur qui décend en tierce.] Aaaaaaaaaaaaamen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TAKEMITSU Tôru (1930-1996)   

Revenir en haut Aller en bas
 
TAKEMITSU Tôru (1930-1996)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» TAKEMITSU Tôru (1930-1996)
» Gino Bordin : Virtuose de la guitare Hawaïenne – PARIS 1930
» Clifford Brown (1930-1956)
» 1930 NATIONAL TRIOLAN
» Meilleur titre période 1996 / 2000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: