Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Vos critiques de disques qui n’existent pas

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 8 Juin 2019 - 16:59

Du fil discographique Don Giovanni (2):
Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Je le dis toujours : pour un peu d'animation sur votre forum, parlez de glotte (ou de Boulez).
C'est la raison pour laquelle je regrette profondément, intimement, que le Maître ne nous ait pas laissé de Semiramide (avec Schäfer, Shirley et Nimsgern)
Oui, là, c'est sûr que pour le coup, on tenait le topic du siècle !
Oui, mais Christine Schäfer devait être en culottes courtes à l'époque où Pierrot enregistrait avec Shirley ou Nimsgern... En revanche, on aurait pu avoir Jessye Norman ou Mady Mesplé.
bounce
Nimsgern a chanté à haut niveau jusque dans les années 90… C'était une image lancée à la volée, mais en effet, avec Mesplé en Semiramide et Norman en Arsace (mais n'est-elle pas plutôt, qu'un mezzo spinto coloratura, un soprano corto senza agilità ?), ce serait assez parfait.
Il suffit de demander:
Vos critiques de disques qui n’existent pas Rossin10
Cololi a écrit:
hehe
DavidLeMarrec a écrit:
Dire que je ne l'avais pas vu passer ! I love you

Il faudrait vraiment ouvrir un fil de critiques des disques qui n'existent pas, c'est tellement plus intéressant.
Stefano P a écrit:
Il faudrait que l'image de la pochette se retrouve en random dans Google ; on n'aurait pas fini de rigoler (j'imagine les mecs de la FNAC : "oui, oui, ça s'est beaucoup vendu il y a quelques années, mais là je crois que c'est en rupture de stock depuis un bon moment..."). hehe

Donc voilà.
On pourrait en faire une sorte de jeu: chacun fait la critique d'un disque qui n'existe pas - que ce soit des disques totalement improbables ou au contraire d'une troublante plausibilité, de potentielles horreurs ou des choses qu'on rêverait d'entendre...
Les participants se verraient offrir la couverture de leur disque qui n'existe pas, amoureusement photoshopée par votre serviteur (dans la limite du temps dont dispose ce dernier.)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 8 Juin 2019 - 17:09

David pourrait par exemple commencer par nous présenter ce disque:
Vos critiques de disques qui n’existent pas Wagner16
Revenir en haut Aller en bas
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 1350
Date d'inscription : 30/08/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 8 Juin 2019 - 18:22

Bon vous l'aurez voulu :

Vos critiques de disques qui n’existent pas Rossin10

Peu de gens le savaient, mais le Maître de la musique sérielle et electronique le confesse dans les notes de pochette de son nouvel enregistrement : il a toujours été un grand passionné de bel canto et, comme il nous l’a confié avec l’air à la fois gêné et mutin de celui qui ose enfin faire son coming out, il en écoute souvent après une harassante journée à l’IRCAM, pour se détendre après la préparation de ses cours au Collège de France ou même entre deux répétitions de Répons, son grand work in progress. « Imaginez-vous, nous a-t-il même confié avec un petit sourire, qu’il nous arrivait souvent avec Patrice à Bayreuth de fredonnner pendant les répétitions du Ring Bel raggio lusinghier ou Una voce poco fa, au grand étonnement de Wolfgang Wagner qui nous voyait nous marrer comme des bossus ! » Et voilà donc que le Maître délaisse son marteau pour s'armer de sa plus belle baguette et franchir le Rubicon avec cette Sémiramide enregistrée avec quelques-uns de ses chanteurs de prédilection.

Trêve de suspense, il convient de le dire tout net : c’est une grande réussite ! Avec sa précision analytique légendaire, son raffinement extrême dans l’exécution des contrastes dynamiques, le Maître rend magnifiquement toutes les subtilités d’une partition dont il sait extraire la substantifique moelle, avec même un raffinement dans les couleurs, une onctuosité, un liant que l’on n’attendait pas à ce degré chez lui dans ce répertoire qui ne lui est pas ontologiquement familier. Galvanisés par l’enthousiasme du chef, l’orchestre et le chœur de la BBC sont à leur meilleur, comme les chanteurs : Mesplé sait étoffer une voix que l’on aurait pu craindre trop légère pour exprimer la splendeur et le mystère de la reine de Babylone, et ses duos avec le magnifique Arsace de Jessye Norman, voix de bronze et vocalises d’une agilité marmoréenne, font tout le prix de cet enregistrement. Boulez nous l’a d’ailleurs confié sans ambage : « Dans le fameux duetto de l’Acte II, elles ont vraiment pris leur pied ! » . On ne manquera pas de signaler également le solide et claironnant Idreno de George Shirley, aussi à l’aise que chez Mozart, et l’Assur terrifiant de Nimsgern, à qui on peut seulement reprocher un italien un peu trop guttural. « On s’est tous bien amusés, a conclu le Maître dans un immense éclat de rire, et on compte bien remettre ça bientôt avec une Italienne à Alger, peut-être avec Waltraud Meier ! ». En attendant, ce coffret de Semiramide est un régal dont les mélomanes raffinés ne voudront pas se priver !

Vos critiques de disques qui n’existent pas 3283611559
Revenir en haut Aller en bas
http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 1:46

Benedictus a écrit:
David pourrait par exemple commencer par nous présenter ce disque:
Vos critiques de disques qui n’existent pas Wagner16

Ah oui, un témoignage extraordinaire. Pendant l'hiver 1990, Hopkinson Smith doit donner un concert de musique française à Berlin (Gaultier, Mouton, Visée, Dufaut…). Les pistes sont ensevelies sous la neige, et il reste bloqué à Boston, où Paul O'Dette l'accueille. Smith, qui traverse une période difficile, est assez affecté par ce revers, et O'Dette lui propose alors un défi : pour passer le temps, écrire une grande transcription d'une œuvre du répertoire qui leur est inaccessible. Ils mettent des noms dans un chapeau (Là ci darem la mano, Komm Hoffnung de Fidelio, les sonates pour clarinette de Brahms, le final de la Sixième de Tchaïkovski…), mais c'est le papier glissé par Mme O'Dette qui sort : l'acte III du Crépuscule des Dieux.

En quelques jours, l'arrangement pour huit théorbes (dont un archiluth utilisable pour certains solos) est largement avancé, et les deux amis en poursuivent l'écriture à distance pendant les quelques années. L'existence de la partition avait fait glousser dans le milieu, mais ce n'est qu'en 2015, à l'occasion de l'ouverture de ses archives à une doctorante en histoire du luth contemporain, que le manuscrit est retrouvé. Il est incomplet – certaines portions n'ont pas été mises en musique, comme le milieu de la scène des Filles du Rhin –, mais bel et bien utilisable.

Sous l'impulsion du producteur Guy Taronne, l'arrangeur Colas Chong a complété les parties manquantes et nous disposons désormais d'une version totalement fonctionnelle de cet acte III, où ont collaboré les meilleurs luthistes français de notre temps : Thomas Dunford, Vincent Dumestre, Thibaut Roussel, Pascale Bocquet, Pascal Monteilhet, Éric Bellocq, Stéphanie Petibon et Timothée Gallot.

Le dernier récit de Siegfried et l'Immolation prennent en particulier un relief insoupçonné, en plein et creux, d'une poésie qui a évacué tout le tapage cuivré, tout l'apparat vocal, pour ne rendre que l'essence de la musique.

Ainsi le résultat exalte, par ses accents et ses discontinuités, toute la richesse du contrepoint wagnérien, mettant en lumière de façon extraordinairement aérée l'intrication des motifs et le choc des harmonies. Une façon hautement incantatoire de montrer l'intemporalité du Ring, dans un sens inattendu, vers le passé, qui en fait une œuvre résolument de demain.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
eleanore-clo
Mélomane averti


Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 04/12/2009

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 4:04

Quelles belles critiques.
Cela me fait penser à l'interprétation du Marteau sans maître par Gustav Leonhardt sur clavecin à vapeur.
Le jeu est souple, aéré et d'une lisibilité extrême.
La transcription des instruments est parfaitement rendue et les jets de vapeur accompagnent parfaitement la voix strombolienne de Christa Ludwig, venue en renfort pour cet enregistrement qui, à n'en pas douter, sera légendaire. A noter que l'enregistrement a été sponsorisé par les fers à repasser à vapeur Philips. Une belle initiative dont on peut espérer que'elle se renouvellera. pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Suzunosuke
Mélomane averti
Suzunosuke

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 29/10/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 13:31

est ce que la pochette est à la hauteur de son contenu ?
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 16:20

eleanore-clo a écrit:
Marteau sans maître par Gustav Leonhardt sur clavecin à vapeur.

Shocked Il faut absolument une pochette Benedictus ! Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 17:13

Il va falloir patienter: c'est pas facile à réaliser, un clavecin à vapeur!
Revenir en haut Aller en bas
Suzunosuke
Mélomane averti
Suzunosuke

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 29/10/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 18:04

nous nous armons de patience, et te faisons pleinement confiance hehe
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 20:24

Donc voilà:

Vos critiques de disques qui n’existent pas Musik_10
BOULEZ: Le Marteau sans maître: extraits de la première version non révisée (1948), transcrits pour clavecin à vapeur, flûte à bec et timbales¹ / LIGETI: Continuum (1968) pour clavecin / MESSIAEN: Chant de la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) en louange à l’Éternité de l’Amour du Christ (1969, inédit) pour clavecin à vapeur / BERIO: Sequenza IV (1966) transcription pour clavecin à vapeur / STOCKHAUSEN: Klavierstücke VII et VIII (1954-55), transcription pour clavecin à vapeur
Gustav Leonhardt (clavecin à vapeur Dinnendahl & Fr. Mietke, 1802); Christa Ludwig (mezzo-soprano), Franz Brüggen (flûte à bec), Kurt Hammer (timbales)¹.
Haarlem, VI.1969
BASF / Harmonia Mundi


Il faut tout de même apporter quelques précisions à ce qu’a dit eleanore-clo: il ne s’agit pas du Marteau sans maître intégral dans sa forme définitive, mais d’une transcription des seuls formants à partie vocale de la première version, à savoir L’Artisanat furieux, la version première de Bel édifice et des pressentiments et Bourreaux de solitude - soit un petit quart d’heure de musique.

Boulez, enthousiasmé par les possibilités du clavecin à vapeur (qui permettait selon lui de combiner en un seul instrument les parties de xylorimba, de vibraphone et de guitare de sa partition) avait donc, à l’occasion de ce disque, effectué une réduction de son œuvre pour cet instrument, flûte à bec (tenue ici par Franz Brüggen) et timbales (tenues ici par le timbalier du Concentus Musicus.)

Il semblerait que René Char ait en revanche été déçu par l’interprétation de Christa Ludwig (certains exégètes interprètent comme une adresse à la cantatrice cet aphorisme d’À un sérénité crispée: «L’honneur cruel de décevoir!») Et lorsque, par la suite, Boulez retravailla son work in progress, il reprit son instrumentarium d’origine et n’adapta pas les états ultérieurs de sa partition pour clavecin à vapeur.

Beau disque, par ailleurs, hélas jamais réédité en CD, pour des raisons de droits liées à l’inédit de Messiaen.
Revenir en haut Aller en bas
eleanore-clo
Mélomane averti


Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 04/12/2009

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 20:47

Merci beaucoup pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 1350
Date d'inscription : 30/08/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 21:31

eleanore-clo a écrit:
Quelles belles critiques.

Finalement, l'emmerdant dans la critique, c'est qu'il faut d'abord écouter le disque ; quand ce dernier n'existe pas, on peut vraiment se laisser pleinement aller et c'est beaucoup plus inventif et jouissif ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 9 Juin 2019 - 23:11

C'EST DU GRAND ART BENEDICTUS ! Vos critiques de disques qui n’existent pas 173236763
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyLun 10 Juin 2019 - 2:05

Le texte de David sur le Crépuscule des dieux pour théorbes est une merveille. (Mais il faut dire qu'il en rêve depuis si longtemps...)
Et celui de Stefano est à mourir de rire (en particulier l'introduction sur l'amour de Boulez pour le belcanto.)
Revenir en haut Aller en bas
Suzunosuke
Mélomane averti
Suzunosuke

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 29/10/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyLun 10 Juin 2019 - 11:43

Magnifique ! Ces disques laissent rêveur...
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyLun 10 Juin 2019 - 15:23

Benedictus a écrit:
Donc voilà:

Vos critiques de disques qui n’existent pas Musik_10
BOULEZ: Le Marteau sans maître: extraits de la première version non révisée (1948), transcrits pour clavecin à vapeur, flûte à bec et timbales¹ / LIGETI: Continuum (1968) pour clavecin / MESSIAEN: Chant de la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) en louange à l’Éternité de l’Amour du Christ (1969, inédit) pour clavecin à vapeur / BERIO: Sequenza IV (1966) transcription pour clavecin à vapeur / STOCKHAUSEN: Klavierstücke VII et VIII (1954-55), transcription pour clavecin à vapeur
Gustav Leonhardt (clavecin à vapeur Dinnendahl & Fr. Mietke, 1802); Christa Ludwig (mezzo-soprano), Franz Brüggen (flûte à bec), Kurt Hammer (timbales)¹.
Haarlem, VI.1969
BASF / Harmonia Mundi


Il faut tout de même apporter quelques précisions à ce qu’a dit eleanore-clo: il ne s’agit pas du Marteau sans maître intégral dans sa forme définitive, mais d’une transcription des seuls formants à partie vocale de la première version, à savoir L’Artisanat furieux, la version première de Bel édifice et des pressentiments et Bourreaux de solitude - soit un petit quart d’heure de musique.

Boulez, enthousiasmé par les possibilités du clavecin à vapeur (qui permettait selon lui de combiner en un seul instrument les parties de xylorimba, de vibraphone et de guitare de sa partition) avait donc, à l’occasion de ce disque, effectué une réduction de son œuvre pour cet instrument, flûte à bec (tenue ici par Franz Brüggen) et timbales (tenues ici par le timbalier du Concentus Musicus.)

Il semblerait que René Char ait en revanche été déçu par l’interprétation de Christa Ludwig (certains exégètes interprètent comme une adresse à la cantatrice cet aphorisme d’À un sérénité crispée: «L’honneur cruel de décevoir!») Et lorsque, par la suite, Boulez retravailla son work in progress, il reprit son instrumentarium d’origine et n’adapta pas les états ultérieurs de sa partition pour clavecin à vapeur.

Beau disque, par ailleurs, hélas jamais réédité en CD, pour des raisons de droits liées à l’inédit de Messiaen.

Un extrait du fac-similé reproduit (avec fidélité) dans le livret du disque :

Vos critiques de disques qui n’existent pas 62255010
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMar 11 Juin 2019 - 11:20

Vos critiques de disques qui n’existent pas Albumc10

Jean Barraqué - Sonate pour piano - Richard Clayderman - EMI - 1986

On n'attendait pas forcément le Mozart du walkman sur une oeuvre ouvertement moderne, mais entre son 43ème enregistrement de La lettre à Elise et son 27ème enregistrement de Love Story , Clayderman souhaite sortir des sentiers battus et défendre un répertoire plus contemporain et plus aventureux. Ses producteurs lui proposent alors d'enregistrer la sonate de Barraqué. Le livret du disque est intéressant puisqu'on y apprend les tenants et les aboutissants de ce choix, notamment à travers les anecdotes de Jean-Pierre Corpechoux, l'un des producteurs historiques de Rico la Glaise (comme on l'appelle dans le milieu).

"Quand Rico nous a demandé d'enregistrer quelque chose de plus compliqué que d'habitude, j'ai proposé la sonate de Barraqué pour faire marrer les copains, mais Rico l'a pris au premier degré et nous a demandé qu'on lui amène un enregistrement de l'oeuvre et la partition pour qu'il commence à déchiffrer."

Clayderman se lance donc dans l'aventure, et après 6 mois à déchiffrer la partition décide d'enregistrer, non sans perplexité comme nous le relate Corpechoux.

"Il m'a demandé s'il n'y avait pas un défaut d'impression qui aurait mis les notes dans le désordre sur la partition. Je lui ai dit qu'effectivement certaines notes n'étaient pas correctes dans la partition conçue par le copiste, mais il m'a regardé avant de me dire : certaines notes ou toutes les notes ?"  


Et donc que donne cette interprétation ?

Et bien c'est assez étrange, d'autant que l'agencement du mouvement lent et du mouvement rapide de la sonate est plutôt violenté par Clayderman qui joue l'intégralité de la sonate très massivement, vraiment au fond du clavier avec un toucher extrêmement puissant. La complexité de la partition lui permet d'en mettre une ou deux à côté sans que ça change grandement le déroulé de l'oeuvre. J'ai repéré personnellement le do à la main gauche de la 124ème mesure qui devrait être un , et le la à la droite de la 136ème mesure qui devrait être un silence.

Le travail sur le son est très bon et c'est l'avantage de ce type d'enregistrement un peu plus gros budget, rare sur ce type d'oeuvre.
Par contre on sent les ingénieurs embêtés tant les VUmetres ont l'air d'aller dans le rouge et le son du piano de saturer un peu. Ils essayent de contenir un peu le son de Clayderman qui s'entête à utiliser le même jeu musclé et à marteler le piano, même lorsque l'oeuvre ne semble pas nécessiter un tel acharnement.

Johne Tor Aulisson, alors ingénieur dans les studios d'EMI et qui a travaillé sur l'enregistrement explique dans le livret les raisons de ce jeu particulièrement novateur sur la sonate de Barraqué.

"En fait, Rico n'avait pas compris que Barraqué était le nom du compositeur et pensait qu'il s'agissait d'une indication de nuance, du coup il joue l'intégralité de l'oeuvre en roulant des muscles, ce qui donne ce son si particulier."

Voilà qui est plus clair et explique beaucoup. Au final la Sonate de Barraqué ressort toujours aussi absconse de cette interprétation, ce qui est peut être le principal.

Vos critiques de disques qui n’existent pas 25510810
Un intéressant document d'archives, Rico la Glaise s'entrainant pour son enregistrement de la Sonate de Barraqué.
Revenir en haut Aller en bas
eleanore-clo
Mélomane averti


Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 04/12/2009

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMar 11 Juin 2019 - 11:57

N'oublions pas que le label ce disque a fait l'objet d'une lutte acharné entre Deutsche Grammophon, Decca et EMI. D'après le magazine Diapason, le renoncement surprise de la célèbre maison allemande serait lié à une intervention personnelle d'Herbert Von Karajan qui craignait une concurrence au sein de DG. Clairement, les enchères ont monté entre Decca et EMI. A un moment donné, Decca a failli remporter la mise lorsque Luciano Pavarotti a proposé à Richard Clayderman d'enregistrer dans la foulée du disque quelque lieder de Schubert. Malheureusement, la tendinite endémique au petit doigt de la main gauche de Clayderman a compromis ce projet et la dynamique associée. Et c'est ainsi qu'EMI a remporté une affaire difficile.
pété de rire
Merci pour ces moments de rire.
En ce moment, je traverse une période très difficile et lire ces petits billets est très rafraichissant.
Eléanore
Revenir en haut Aller en bas
Suzunosuke
Mélomane averti
Suzunosuke

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 29/10/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMar 11 Juin 2019 - 11:59

pété de rire
voilà qui illumine une journée, merci Prosopopus !
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMar 11 Juin 2019 - 12:43

Prosopopus a écrit:
"En fait, Rico n'avait pas compris que Barraqué était le nom du compositeur et pensait qu'il s'agissait d'une indication de nuance, du coup il joue l'intégralité de l'oeuvre en roulant des muscles, ce qui donne ce son si particulier."

Il existe une seconde raison, largement occultée jusqu'à ce qu'un documentaire vienne tout révéler en 2007 : le piano de Clayderman ne comporte pas de pédale de frein !

https://www.youtube.com/watch?v=nSl0KKvv8rs
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMar 11 Juin 2019 - 15:16

Prosopopus: pété de rire thumleft Vos critiques de disques qui n’existent pas 173236763
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMar 11 Juin 2019 - 16:32

Prosopopus a écrit:
J'ai repéré personnellement le do à la main gauche de la 124ème mesure qui devrait être un , et le la à la droite de la 136ème mesure qui devrait être un silence.

Vos critiques de disques qui n’existent pas Ac0a4510

pété de rire  thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 14:24

Le travail des producteurs légendaires est souvent mis en avant dans les enregistrements de musique plus légère, ou dans le jazz, mais dans le classique ils sont souvent relégués dans l'ombre, derrière les interprètes et, bien évidemment, les oeuvres. Pourtant il y a des portraits de producteur qu'il faudrait vraiment exhumer et brosser avec sérieux, tant ils ont marqué l'histoire de la musique enregistrée.
Ce n'est pas le cas de Yves M. Vincent, producteur indépendant qui n'aura jamais réussi à imposer ses idées parfois novatrices, pour ne pas dire farfelues.
Autodidacte, ayant appris à jouer de la plupart des instruments, mais fort mal, Yves M. Vincent se lance dans l'aventure discographique au début des années cinquante avec une série d'enregistrements d'ondes radio par l'AGRM(cdac), l'Autre Groupe de Recherches Musicales (celui d'à-côté).

Vos critiques de disques qui n’existent pas Image2
Yves M. Vincent en plein enregistrement de Ondes qui font wouwou vol.4.

En 1954, alors qu'il lit dans le journal la retranscription d'un des discours du père de l'Europe, Yves M. Vincent a une idée soudaine, enregistrer une série de disques par des homonymes des grands compositeurs. Yves M. Vincent va ainsi pendant 3 ans harceler Robert Schuman pour qu'il enregistre pour lui. Devant les efforts déployés vainement pour faire comprendre à Yves M. Vincent qu’il n’est pas question qu’il se plie à cette idée saugrenue, et se sentant de plus en plus las et acculé, le diplomate finit par accepter la proposition en 1957. « Et pourtant, je vous assure que cette année j’ai d’autres choses à boucler ! »
Le 5 février 1957, Robert Schuman se rend donc en studio pour enregistrer ce disque sous la houlette de Yves M. Vincent pour le label Coronet.

Vos critiques de disques qui n’existent pas A6511610

Robert Schumann - Fantaisie op.17, Papillons op.2 (transcriptions pour l'harmonica et une timbale de Yves M. Vincent) - Robert Schuman (accompagné de Yves M. Vincent à la timbale)

Le producteur s'était heurté à un premier défi de taille, Robert Schuman n'a jamais touché un piano de sa vie (et il aurait donc été plus simple qu'il s'appelle Philippe Glasse), mais avoue à Yves M. Vincent avoir un niveau pas trop dégueulasse (selon ses propres dires) à l'harmonica. Le producteur décide donc d'écrire d'oreille des transcriptions pour harmonica des deux pièces de Schumann qu'il a choisies, la Fantaisie, sommet du piano schumannien et le plus léger Papillons. Il règle (en partie) le problème de la technicité en ne conservant que les notes de la main droite et réussit à produire une transcription qui vaut certes ce qu'elle vaut mais qui est unique en son genre.

Par contre lors de l'enregistrement en studio un second défi, de taille raisonnable lui aussi, émerge : Robert Schuman a légèrement surestimé son niveau à l'harmonica. La plupart des chants délicats de la Fantaisie sont bien trop complexes pour lui ("Passer de Yankee Doodle à la Fantaisie de Schumann était peut-être un peu présomptueux" dira Schuman lui-même.

L'enregistrement est particulièrement complexe, les sessions étant fréquemment coupées par des télégrammes reçus par Robert Schuman lui demandant de corriger certaines formulations de tel article du futur Traité de Rome. L'harmonica de Schuman semble donner le mot d'ordre de cet enregistrement : la stridence. Du coup pour parfois couvrir les pains, Yves M. Vincent improvise des parties de timbales sur les morceaux, achevant d'éloigner un peu plus ces interprétations de la rive romantique. Avouons-le, c'est un disque très dur à écouter au final, l'interprétation est catastrophique, la prise de son fait montre de beaucoup de réverbération et les couinements de l'harmonica sont tour à tour aigus ou râpeux.

Dernier coup dur, Yves M. Vincent avait espéré obtenir pour la pochette du disque une véritable exclusivité, une reproduction des Nymphéas par Jean Monnet, mais rien n'y fit, cette idée ne put aboutir ("Je peux faire un croquis de chat et encore..." aurait expliqué cet autre illustre européen), marquant d'un nouvel échec ce projet.

La critique fut dévastatrice.

"Quand on vous dit que l'Europe n'est pas une bonne idée. Une ignominie sonore." Pierre Petit - Le Figaro
"L'équivalent sonore d'une craie crissant sur un tableau noir." Georges Chérière - Diapason
"Ha ha ha, sûrement l'oeuvre d'un juif communiste." Rebatet
"Un grand disque, central dans mes influences et fondateur de mon propre projet musical" Helmut Lachenmann


Yves M. Vincent se remettra difficilement de cet échec et le vol. 2 ne verra jamais le jour (fort heureusement pour Gustave Maleur, habitant la Sarthe en 1958 et qui commençait à recevoir des appels peu intelligibles d'un producteur lui demandant quelle date lui convenait pour venir à Londres diriger le Philharmonia).
Pourtant en 1980, alors âgé de 82 ans, Yves M. Vincent tenait une bonne idée en proposant d'enregistrer John Williams joue John Williams avec le guitariste australien reprenant des titres du célèbre compositeur de Star Wars. Malheureusement suite à un quiproquo les appels sont intervertis et c'est John Williams le compositeur qui se retrouve à enregistrer les titres les plus célèbres interprétés par John Williams le guitariste. Après deux essais sur Asturias le projet est abandonné.
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 14:45

Shocked Surprised Vos critiques de disques qui n’existent pas 173236763
Revenir en haut Aller en bas
eleanore-clo
Mélomane averti


Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 04/12/2009

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 15:15

Extraordinaire
Merci pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 15:25

Je vais finir par arrêter de lire ce fil, trop frustrant… Je veux entendre tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 1350
Date d'inscription : 30/08/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 16:46

DavidLeMarrec a écrit:
Je vais finir par arrêter de lire ce fil, trop frustrant… Je veux entendre tout ça…

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31067
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 20:02

Arrête il serait capable de se prendre pour le Giotto des temps modernes Mr.Red

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27431
Date d'inscription : 21/09/2012

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 22:02


Very Happy Bravo à tous, et en particulier à Prosopopus (qui du coup mérite bien son pseudo), que d'intelligence !


Prosopopus a écrit:

La critique fut dévastatrice.

"Quand on vous dit que l'Europe n'est pas une bonne idée. Une ignominie sonore." Pierre Petit - Le Figaro
"L'équivalent sonore d'une craie crissant sur un tableau noir." Georges Chérière - Diapason
"Ha ha ha, sûrement l'oeuvre d'un juif communiste." Rebatet
"Un grand disque, central dans mes influences et fondateur de mon propre projet musical" Helmut Lachenmann



hehe Rien que ça : c'est énorme !


Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyMer 12 Juin 2019 - 22:49

Les deux dernières contributions de Prosopopus sont tout bonnement géniales. (Et en plus, il réalise ses propres pochettes.)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 1:01

Aidons David à troller les fils Bach.

Vos critiques de disques qui n’existent pas Bach_h11
BACH: Concertos pour clavier en ré mineur BWV 1052, en mi majeur BWV 1053 et en ré majeur BWV 1054
Vladimir Horowitz (piano), Sergiu Celibidache / Münchner Philharmoniker
En public, Salzbourg, VIII.1986
Orfeo «Festspieldokumente»


À peine avait-il été publié, ce disque Orfeo fut retiré de la vente après un jugement du tribunal des référés de Munich, consécutif à une plainte des ayant-droits du chef roumain. Il est vrai que cet enregistrement documente l’un des moments les plus controversés de l’histoire du Festival de Salzbourg.

En avril 1986, Herbert von Karajan, agacé par la couverture médiatique du concert «historique» de Vladimir Horowitz au Conservatoire Tchaikovski de Moscou, et plus encore par la publicité faite par Deutsche Grammophon à l’enregistrement dudit concert, œuvra en sous-main pour faire inviter le pianiste au Festival de Salzbourg l’été suivant - mais dans des conditions susceptibles de déclencher une bronca. À cet effet, Karajan eut l’idée machiavélique d’inviter Sergiu Celibidache (son rival malheureux à la succession de Furtwängler à Berlin en 1954, rappelons-le) afin d’accompagner le pianiste russe - escomptant avidement quelque esclandre entre les égos surdimensionnés des deux partenaires de rencontre.

Contre toute attente, les répétitions se déroulèrent sans anicroche, Horowitz semblant se plier aux injonctions (pourtant parfois peu amènes) du chef roumain. Mais ce qui devait arriver arriva - le soir du concert. Alors que le chef dirigeait conformément à ses standards interprétatifs habituels (c’est-à-dire en jouant les passages notés Allegro à 60 pulsations / minute), Horowitz déploya quant à lui le style à la fois véloce et généreux en rubato qui lui était coutumier; les décalages se multipliant, il commença à les combler par toutes sortes d’ornementations, des réexpositions inopinées avec diminutions à vue, et même des interpolations de Scarlatti et de Clementi, multipliant dans le même temps les mimiques de connivence malicieuse avec le public (on entend clairement des rires étouffés deux minutes avant la fin de l’Adagio du BWV 1053, entre 11’23 et 11’26) - sous l’œil de plus en plus courroucé du chef, qui continuait néanmoins de diriger. L’interpolation de quelques mesures des Étincelles de Moszkowsky dans le cadence de l’Allegro final du BWV 1054 fut apparemment la goutte d’eau qui fit déborder le vase: d’un coup de menton après la fin du mouvement, Celibidache intima aux musiciens de son orchestre l’ordre de quitter la scène du Festspielhaus sans donner le Concerto BWV 1055 initialement prévu. Certains témoins attestent que, tandis que le public ovationnait Horowitz resté seul en scène, on entendait monter des loges des rugissements furieux au milieu desquels ont pouvait distinguer des expressions comme «misérable guignol», «rien compris à la musique», «sinistre crétin», «chakras bouchés à l’émeri», «clown pathétique», «noématique et réduction, mon cul!»

(Dans ses mémoires, Eliette von Karajan rapporte que, ce soir-là, son époux a repris deux fois des knödel au souper.)

Au-delà du scandale, l’enregistrement conserve néanmoins un pouvoir de fascination intrinsèque. D’abord, par les spécificités stylistiques des deux interprètes. Le jeu d’Horowitz lui-même, dont les détachés et le rubato extrême se combinent ici à une incroyable prolifération ornementale, semble, en dépit du hors-style, annoncer certaines des recherches des baroqueux les plus hardis (on pense en particulier aux Variations Goldberg par Blandine Rannou); les tempi étirés à l’extrême de Celibidache, les timbres uniformément gris de son orchestre soumettent l’écriture orchestrale homogène et assez minimale de Bach à une forme de distension voire de dissémination qui en font un précurseur inattendu de Morton Feldman. Ensuite, par l’ampleur des décalages entre la partie de piano et la partie orchestrale, cette lecture totalement unique induit une forme de polyrythmie qui confère à ces œuvres une modernité qui subvertit nos habitudes d’écoute.

Au regard de ces interprétations atypiques et dérangeantes, on ne peut que regretter que le concert suivant (où auraient dû être joués les BWV 1056 à 1058 et le 5ᵉ Brandebourgeois) ait finalement été annulé.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 10:01

Very Happy

Ça va, ça fait moins furieusement envie que le disque de Prosopopus.

Mais je me figure assez bien la scène – notamment le public. hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 13:37

La seule image d'un Karajan tout sourire se resservant des knödels m'illumine la journée.
(J'avais aussi l'idée d'un disque Kurtag par Celibidache, trois notes à la demi-heure, mais je ne saurais faire aussi bien que Benedictus je vais chercher une autre idée).

Alors je ne sais pas qui ça intéresserait mais en compilant toutes ces chroniques on pourrait faire l'équivalent musical des Chroniques de Bustos Domecq de Borges et Casares, l'un de mes livres de chevet.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 1350
Date d'inscription : 30/08/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 13:52

Ça serait chouette si quelqu'un d'habile voulait bien poster quelques pochettes dans lesquelles on pourrait puiser pour écrire des critiques (pour ma part, je ne sais pas du tout comment on peut confectionner les merveilles que je vois dans ce fil, encore mieux conçues que des vraies) ; quelques glottophilies excentriques du type Boulez / Rossini seraient également les bienvenues ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 14:14

J'ai moins de maitrise que Benedictus (sa pochette entre Horowitz et Celibidache est vraiment parfaite et j'avoue tout faire via Paint, tu peux ouvrir une image via Paint, cela te permet de la traficoter en ajoutant du texte à ta guise).
Je récupère les pochettes via Discogs principalement, mais je ne cherche qu'une fois que j'ai l'idée, sinon c'est trop complexe de tomber sur des choses qui fonctionnent bien ensemble.

(J'ai encore deux trois idées en stock mais je trouve que je verse trop dans la loufoquerie, alors que Benedictus a vraiment le bon équilibre entre des choses purement musicologiques et le détournement comique)
La critique de David sur le disque de Wagner au luth pour le coup elle est purement musicale je trouve et c'est celle qui donne le plus envie d'écouter le disque (même si Horowitz-Celibidache j'avoue que...), personnellement j'ai vraiment envie d'entendre ces transcriptions au luth.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 18:16

Prosopopus a écrit:
J'ai moins de maitrise que Benedictus (sa pochette entre Horowitz et Celibidache est vraiment parfaite et j'avoue tout faire via Paint, tu peux ouvrir une image via Paint, cela te permet de la traficoter en ajoutant du texte à ta guise).
Oh, ma «maîtrise», tu sais... Ce qu'il y a, c'est surtout que j'utilise Photoshop, qui offre infiniment plus de possibilités que Paint et dont l'interface est vraiment d'un usage très fluide une fois qu'on l'a prise en main.

Prosopopus a écrit:
(J'ai encore deux trois idées en stock mais je trouve que je verse trop dans la loufoquerie
Ah mais, non, au contraire, lâche-toi! Après Rico la Glaise joue Barraqué et Robert Schuman・n, je crois que sommes quelques-uns à trépigner d'impatience.

Prosopopus a écrit:
La critique de David sur le disque de Wagner au luth pour le coup elle est purement musicale je trouve et c'est celle qui donne le plus envie d'écouter le disque (même si Horowitz-Celibidache j'avoue que...), personnellement j'ai vraiment envie d'entendre ces transcriptions au luth.  
Oui, vraiment, moi aussi!

Stefano P a écrit:
Ça serait chouette si quelqu'un d'habile voulait bien poster quelques pochettes dans lesquelles on pourrait puiser pour écrire des critiques (pour ma part, je ne sais pas du tout comment on peut confectionner les merveilles que je vois dans ce fil, encore mieux conçues que des vraies) ; quelques glottophilies excentriques du type Boulez / Rossini seraient également les bienvenues ! Wink
Je vais essayer, mais je ne vous promets rien (c'est une période de l'année un peu chargée, là.)

(Mais pour ce qui est de la glottophilie excentrique, tu peux toujours aller voir par ici.)
Revenir en haut Aller en bas
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 1350
Date d'inscription : 30/08/2018

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 19:30

Benedictus a écrit:
Stefano P a écrit:
Ça serait chouette si quelqu'un d'habile voulait bien poster quelques pochettes dans lesquelles on pourrait puiser pour écrire des critiques (pour ma part, je ne sais pas du tout comment on peut confectionner les merveilles que je vois dans ce fil, encore mieux conçues que des vraies) ; quelques glottophilies excentriques du type Boulez / Rossini seraient également les bienvenues ! Wink
Je vais essayer, mais je ne vous promets rien (c'est une période de l'année un peu chargée, là.)

Oui, oui, je comprends d'autant plus que je suis moi-même nettement à la bourre en ce moment ; on peut attendre berlioziennement les prochaines nuits d'été pour s'amuser un peu... Cool pirat
Revenir en haut Aller en bas
http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
docteur mabuse
Mélomaniaque
docteur mabuse

Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 15/11/2016

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyVen 14 Juin 2019 - 23:17

Prosopopus a écrit:
J'ai moins de maitrise que Benedictus
tutut  Pas de flagornerie et de fausse modestie, STP.
Ta pochette Robert Schuman joue Robert Schumann est une véritable oeuvre d'art Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 0:45

Vos critiques de disques qui n’existent pas 64223911

Une petite fleur du Nord, un témoignage sonore indépassable !
L'unique récital soliste que Maestro André Rieu donna à la prestigieuse salle de la Philharmonie de Saint-Pétersbourg le 16 avril 2002.
Plus extraordinaire encore est le programme proposé. En effet, le leader du Johann Strauss Orchestra a privilégié exceptionnellement un compositeur local. Ce dernier n'est autre que Boris Tichtchenko, compositeur et pédagogue très estimé par ses pairs mais alors interdit d'exécution à la Philharmonie de la Cité de Pierre le Grand par le chef Yuri Temirkanov pour des raisons qui nous sont obscures. En signe de protestation artistique et diplomatique face à l'injustice de l'intelligentzia post-soviétique, le violoniste néerlandais interpréta avec archet et fil de fer l'intégralité des œuvres pour violon seul du musicien russe, à savoir les deux sonates Opp. 5 & 63. Maestro Rieu n'a malheureusement pas pu offrir à son nouveau public, conquis par sa prestation véloce et tout en filigrane, ses habituels bis de bravoure tant la complexité et l'endurance machiavélique de la 2e sonate lui ont quelque peu rompu son souffle légendaire. Ce qui fait que le présent disque n'excède pas les 42 minutes, avec près de cinq minutes d'applaudissement (on peut y entendre ici et là un moujik ivre chantonner le début du Beau Danube Bleu). Suite à ce concert, l'embargo sur la musique symphonique de Tichtchenko fut levé à l'unanimité, n'en déplaise au chef tcherkesse. Curieusement, pour des raisons de droit d'auteur, le disque n'est disponible en vente qu'au Turkménistan. Nous nous contenterons donc d'une bande pirate sur un site que je ne nommerai pas ici.


Dernière édition par Анастасия231 le Sam 15 Juin 2019 - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 1:02

pété de rire thumleft kiss
Revenir en haut Aller en bas
docteur mabuse
Mélomaniaque
docteur mabuse

Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 15/11/2016

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 1:16

cheers

"n'en déplaise au chef tcherkesse":
 
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 1:22

Stefano P a écrit:
Ça serait chouette si quelqu'un d'habile voulait bien poster quelques pochettes dans lesquelles on pourrait puiser pour écrire des critiques
Bon, en voilà déjà une:
Vos critiques de disques qui n’existent pas Stockh12
STOCKHAUSEN: MICHAELs REISE UM DIE ERDE (1978) pour trompette, cor de basset et ensemble
Maurice André (trompette), Jacques Lancelot (cor de basset), Jean François Paillard / Orchestre de Chambre Jean François Paillard
Erato

Stefano P a écrit:
quelques glottophilies excentriques du type Boulez / Rossini seraient également les bienvenues ! Wink
Voilà, voilà:
Vos critiques de disques qui n’existent pas Britte10
BRITTEN: Peter Grimes
Luciano Pavarotti (Peter Grimes), Dame Joan Sutherland (Ellen Orford), Sherrill Milnes (Captain Balstrode), Huguette Tourangeau (Auntie), Richard Bonynge / Chorus and Orchestra of the Royal Opera House, Covent Garden
Myto (la bien nommée)
Revenir en haut Aller en bas
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3518
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 8:52

C'est la fameuse soirée où Pavarotti chantait en italien pendant que les autres lui répondaient en anglais, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3518
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 8:55

J'avais proposé à un moment un disque d'extraits de Pélléas et Mélisande avec une distribution très semblable (Corelli en Pelleas, Sutherland en Mélisande, Tourangeau en Ignoble, Sinclair en Geneviève, Milnes en Golaud et Joseph Rouleau en Arkel * direction Bonynge et avec une nouvelle cabalette pour Mélisande, composée par Tosti, pour la reprise à Covent Garden avec Melba).
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 9:43

Francesco a écrit:
J'avais proposé à un moment un disque d'extraits de Pélléas et Mélisande avec une distribution très semblable (Corelli en Pelleas, Sutherland en Mélisande, Tourangeau en Ignoble, Sinclair en Geneviève, Milnes en Golaud et Joseph Rouleau en Arkel * direction Bonynge et avec une nouvelle cabalette pour Mélisande, composée par Tosti, pour la reprise à Covent Garden avec Melba).
Oui, je m'en souviens, c'est même devenu l'objet d'un fil
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 15:33

Francesco a écrit:
C'est la fameuse soirée où Pavarotti chantait en italien pendant que les autres lui répondaient en anglais, je crois.

Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1200
Age : 52
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptySam 15 Juin 2019 - 20:24

Stefano P a écrit:
Ça serait chouette si quelqu'un d'habile voulait bien poster quelques pochettes dans lesquelles on pourrait puiser pour écrire des critiques

Diapason avait fait tout un dossier de disques inexistants et improbables. Je vais voir si je peux retrouver ça et vous le scanner.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 07/09/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 16 Juin 2019 - 13:21

Stefano P a écrit:
Bon vous l'aurez voulu :

Vos critiques de disques qui n’existent pas Rossin10

Peu de gens le savaient, mais le Maître de la musique sérielle et electronique le confesse dans les notes de pochette de son nouvel enregistrement : il a toujours été un grand passionné de bel canto et, comme il nous l’a confié avec l’air à la fois gêné et mutin de celui qui ose enfin faire son coming out, il en écoute souvent après une harassante journée à l’IRCAM, pour se détendre après la préparation de ses cours au Collège de France ou même entre deux répétitions de Répons, son grand work in progress. « Imaginez-vous, nous a-t-il même confié avec un petit sourire, qu’il nous arrivait souvent avec Patrice à Bayreuth de fredonnner pendant les répétitions du Ring Bel raggio lusinghier ou Una voce poco fa, au grand étonnement de Wolfgang Wagner qui nous voyait nous marrer comme des bossus ! » Et voilà donc que le Maître délaisse son marteau pour s'armer de sa plus belle baguette et franchir le Rubicon avec cette Sémiramide enregistrée avec quelques-uns de ses chanteurs de prédilection.

Trêve de suspense, il convient de le dire tout net : c’est une grande réussite ! Avec sa précision analytique légendaire, son raffinement extrême dans l’exécution des contrastes dynamiques, le Maître rend magnifiquement toutes les subtilités d’une partition dont il sait extraire la substantifique moelle, avec même un raffinement dans les couleurs, une onctuosité, un liant que l’on n’attendait pas à ce degré chez lui dans ce répertoire qui ne lui est pas ontologiquement familier. Galvanisés par l’enthousiasme du chef, l’orchestre et le chœur de la BBC sont à leur meilleur, comme les chanteurs : Mesplé sait étoffer une voix que l’on aurait pu craindre trop légère pour exprimer la splendeur et le mystère de la reine de Babylone, et ses duos avec le magnifique Arsace de Jessye Norman, voix de bronze et vocalises d’une agilité marmoréenne, font tout le prix de cet enregistrement. Boulez nous l’a d’ailleurs confié sans ambage : « Dans le fameux duetto de l’Acte II, elles ont vraiment pris leur pied ! » . On ne manquera pas de signaler également le solide et claironnant Idreno de George Shirley, aussi à l’aise que chez Mozart, et l’Assur terrifiant de Nimsgern, à qui on peut seulement reprocher un italien un peu trop guttural. « On s’est tous bien amusés, a conclu le Maître dans un immense éclat de rire, et on compte bien remettre ça bientôt avec une Italienne à Alger, peut-être avec Waltraud Meier ! ». En attendant, ce coffret de Semiramide est un régal dont les mélomanes raffinés ne voudront pas se priver !

Vos critiques de disques qui n’existent pas 3283611559

pété de rire

Je viens de découvrir le sujet. Une merveille.
Stefano, merci pour ce moment, comme dirait l'autre.
J'essaie maintenant de me figurer Mesplé et Nimsgern dans la grande confrontation, et ça me demande beaucoup de créativité. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 16 Juin 2019 - 13:57

Colbran a écrit:
J'essaie maintenant de me figurer Mesplé et Nimsgern dans la grande confrontation, et ça me demande beaucoup de créativité. hehe
Ça existe déjà en vrai, pourtant: c'est dans Die Jakobsleiter de Schoenberg dirigé par Boulez (la confrontation finale entre Gabriel et l'Âme «Nahst du wieder dem Licht?») J'en avais dit un mot ici, mais je pense que, de tout façon, tu détesteras déjà l'œuvre (sur le mode c'est-du-bruit-pas-de-la-musique et bien sûr c'est-des-hurlements-pas-du-chant.)
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83930
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas EmptyDim 16 Juin 2019 - 16:11

Oui, très belle œuvre, et très beau disque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty
MessageSujet: Re: Vos critiques de disques qui n’existent pas   Vos critiques de disques qui n’existent pas Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Vos critiques de disques qui n’existent pas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Je vends des disques
» Emission "Les Disques d'Or"
» Conseils pour ranger ses disques
» Johnny prepare pas 1 mais 2 nouveaux disques
» vends magazines, disques etc... pas trop cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie-
Sauter vers: