Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mozart : les symphonies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Dim 12 Jan 2014 - 20:09

Oui, tout le monde regrette qu'on n'entende plus de Flûte de Klemperer, j'en suis certain. Ou d'entendre les bois dans Beethoven.

Quelle décadence, maintenant cet orchestre a de la transparence, un timbre et davantage de virtuosité. Mais où va-t-on, mon bon Monsieur. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 811
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mer 22 Jan 2014 - 9:30

Tout ça est très bien, mais ça ne remplace pas un chef, note.

J'ai chiné Hogwood 40-41 et je trouve ça formidable, entraînant tout en étant très construit, assez irrésistible.

Dans le même lot, Levine/Vienne/35-41 m'a beaucoup plus aussi par son entrain et son engagement, mais l'enregistrement DG "à la Karajan" tout en loudness est pénible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mer 22 Jan 2014 - 17:00

Oui, les Symphonies de Levine que j'ai entendues sont un peu « robustes », pas ce qui se fait de mieux. En revanche, Hogwood, dans toute l'intégrale, mêle les avantages des deux approches, avec une lecture pas trop hachée, mais beaucoup d'incisivité et de couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 23 Jan 2014 - 2:01


et une tonne de reprises ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 811
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 23 Jan 2014 - 17:39

Ca m'a pas frappé dans 40-41 ; je veux dire que je ne me suis jamais dit "oh, ça recommence". Mais je ne doute pas qu'elles y soient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5500
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 24 Jan 2014 - 11:11

Cello a écrit:
Prix ridicule. Ca me tente.



J'ose?

DavidLeMarrec a écrit:
Pour les symphonies, il n'y a pas beaucoup mieux. Les bois ne sont pas trop mis en valeur, mais les phrasés de cordes sont vraiment exemplaires.

Je suis plutôt du côté baroqueux (Gardiner, Hogwood, Minkowski, Ter Linden) ou semi-baroqueux (Mackerras à partir des années 90, Maag, Harnoncourt), mais ça en dépasse la plupart, et dans le genre « romantique », je ne vois vraiment pas mieux.

J'ai écouté 2 des 6 disques.

Plutôt pas mal pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 24 Jan 2014 - 15:07

Cello a écrit:
Prix ridicule. Ca me tente.



J'ose?

DavidLeMarrec a écrit:
Pour les symphonies, il n'y a pas beaucoup mieux. Les bois ne sont pas trop mis en valeur, mais les phrasés de cordes sont vraiment exemplaires.

Je suis plutôt du côté baroqueux (Gardiner, Hogwood, Minkowski, Ter Linden) ou semi-baroqueux (Mackerras à partir des années 90, Maag, Harnoncourt), mais ça en dépasse la plupart, et dans le genre « romantique », je ne vois vraiment pas mieux.

A mon avis, dans une optique romantique et pour les seules quinze dernières symphonies, on peut trouver beaucoup mieux à petit prix : Colin Davis à la tête d'un orchestre d'une toute autre carrure (la staaskapelle de Dresde) dans une prise de son merveilleuse :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 24 Jan 2014 - 20:19

Bonsoir à tous et à toutes

Quelqu'un a-t-il eu l'occasion d'écouter l'interprétation des Musica Antiqua Collegium Varsoviense dirigé par Tadeusz Karolak ?
Interprètes inconnus au bataillon mais critique favorable sur Amazon.fr
Qu'en pensez-vous ?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 24 Jan 2014 - 20:47

Smile C'est David qui a signé la critique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 24 Jan 2014 - 22:33

Tu crois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stolzing
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 690
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 28 Jan 2014 - 15:40

Je me suis infligé Jacobs dans la Jupiter, misère... Entre les coups de hache et les chichis, c'est assez atroce. Des piano subito en permanence, pour rien, des accents assénés, des changements de tempo gratuits (le dernier élément thématique du premier mouvement, ralenti on ne sait trop pourquoi, et suivi d'un accelerando risible pour rattraper le tempo de base), des pouets et des boums. Certains aiment peut-être, mais pour moi, c'est à fuir. Tout le contraire du naturel indispensable dans cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre75013
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 53
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 1 Fév 2014 - 23:36

Pour un Mozart délié mais très "Moderne", encore une fois Mackerras et le Scottish Chamber Orchestra. C'est parus chez Linn recors, je crois. Ce sont les symphonies 38 à 41.
L'orchestre est remarquable on entend très bien tout. Le Mozart de Mackerras n'est pas que gracieux, mais aussi, ferme, voire violent par endroit.
L'orchestre semble suivre ses indications à la lettre, notamment pour ce qui est de la dynamique.
Le tout étant magnifié par une prise de son exceptionnelle.
A écouter ou réécouter pour ceux qui aiment un Mozart lumineux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Dim 16 Mar 2014 - 23:03

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) :

Symphonie n°33 en si bémol majeur K. 319

= Franzjosef Maier, Collegium Aureum

(BASF, 1972)



DavidLeMarrec a écrit:

Il me semble avoir écouté ça... ça n'a pas très mal vieilli ?  J'en ai conservé une image assez crincrinnante



La pâte orchestrale est plutôt grasse, les cordes manquent de cohésion (mais pas de plénitude), les bois sont goûtus, les basses marquent pesamment le rythme. Bref c'est joué gros, mais pas sans charme. Et on note un intéressant travail sur l'articulation, le placement des accents, qui évite la routine.
Le Collegium Aureum grava toute une série de symphonies de Mozart sur instruments d'époque. La 33° reste une des moins réussies. En revanche, les 40 & 41 s'honorent d'un tout autre accomplissement, même si les archets sembleront trop empesés à ton goût. Techniquement, y a rien à redire. Ca manque juste d'une personnalité distinctive, et d'une grande baguette qui viendrait creuser les affects de cette machine bien huilée et lui apporter un élan spirituel qui n'apparaît ici que rhétorique.

Vieilli ? je ne sais pas, l'enregistrement se situe quand même en aval de la discographie que j'écoute habituellement.  Mr.Red 
Excellente prises de son en tout cas, robustes et charnues comme j'aime.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parnasse
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 28/02/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 17 Mar 2014 - 1:43

J'ai beau retourner ça dans tous les sens je reviens toujours à Walter/Columbia (CBS). Un peu lourd mais évident et naturel. Walter chante et respire comme personne.
Quelques infidélités de temps en temps avec les 9 (entre 29-41) Beecham/LPO des années 30 (EMI). Plus tranchant et énergique que Walter. Plus de charme aussi. Beau son studio pour l'époque mais ça reste les années 30 (1934-40).
Ces symphonies ne sont pas faciles à animer. Beaucoup s'y prennent les pieds dans le tapis. Musique qui semble aller de soi pourtant difficile à bien servir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 17 Mar 2014 - 7:21

Parnasse a écrit:
J'ai beau retourner ça dans tous les sens je reviens toujours à Walter/Columbia (CBS). Un peu lourd mais évident et naturel. Walter chante et respire comme personne.
Quelques infidélités de temps en temps avec les 9 (entre 29-41) Beecham/LPO des années 30 (EMI). Plus tranchant et énergique que Walter. Plus de charme aussi. Beau son studio pour l'époque mais ça reste les années 30 (1934-40).
Ces symphonies ne sont pas faciles à animer. Beaucoup s'y prennent les pieds dans le tapis. Musique qui semble aller de soi pourtant difficile à bien servir.  


La 25e par Walter en décembre 54 est quand même, de manière presque proverbiale, tranchante et énergique, justement. Les traits fusent aux cordes, la motorique est implacable, l'énergie presque violente. Il n'y a pas, chez les "classiques", beaucoup de chefs qui ont osé ce train d'enfer. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 17 Mar 2014 - 21:28

Smile Effectivement cette 25° par Walter est un vrai dragon.

Tout comme quelques enregistrements rageurs de la 40° -privilégier ceux captés en concert :

à Amsterdam : http://www.amazon.fr/Mahler-Symphonie-Mozart-N%C2%B040-K550/dp/B0001GDP4Q

ou avec le Philharmonque de Vienne poussé dans ses retranchements : http://www.amazon.fr/MOZART-Symphonies-n%C2%B0-25-40/dp/B0002ZF0E4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 17 Mar 2014 - 22:05

Pour une 25 ème quasi hargneuse, qui démarre sur les chapeaux de roue, Klemperer est difficile à battre. Et, à l'opposé de Walter, qui ne faisait JAMAIS de reprise dans un premier mouvement, Klemperer nous l'offre. Pour UNE fois, voici une reprise que j'attends toujours avec plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parnasse
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 28/02/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 22 Mar 2014 - 13:06

Question de définition pour 'tranchant' et 'énergique'. Pas de 25 de Beecham dans sa série LPO/EMI donc pas de point de comparaison avec Walter. Sur la 40 on sent bien la différence Beecham-Walter. Walter c'est noir et expressif mais moins claquant. Pas d'affect chez Beecham juste une énergie incroyable sans lourdeur. L'un était un pessimiste l'autre un optimiste et ça s'entend. Deux grands mozartiens de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 11 Juil 2014 - 22:35

Stravoguine, in Aimez-vous Mozart, a écrit:

DavidLeMarrec a écrit:

Ouille, Reiner dans Mozart... Bon, il faut entendre au moins une fois pour rigoler. À côté, Szell est une évidence pour Gershwin.


Shocked


 Smile Bonjour chez Stravoguine, tu es nouveau je crois, nous n'avons pas encore eu le plaisir de nous croiser.

Ne t'inquiète pas trop de ce que tu lis, tu t'habitueras.

En pareil cas : se rappeler que tous les goûts sont dans la nature, même ceux de David...  Surprised


Stravoguine, à propos de la Jupiter, a écrit:

Pour moi ce fut la révélation, Bohm m'a endormi, les baroqueux me crispent...


Quelle version de Böhm as-tu écoutée ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zip
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 929
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 12 Aoû 2014 - 3:40

Ceci est sorti il y a quelques jours chez Berlin Classics :

Un enregistrement de plus des trois dernières de Mozart + un orchestre de chambre sur instrument modernes + Haenchen, qu'on n'attend pas spécialement dans ce répertoire, sur le papier ça ne donne pas envie.
Et pourtant je me suis surpris à écouter plusieurs fois aujourd'hui la 39e, qui m'enthousiasme assez : un vrai sens de la conduite dramatique et du phrasé, une belle mise en perspective des plans orchestraux — grâce à l'effectif réduit, je pense —, en fait un compromis efficace entre la vitalité apporté par le renouveau interprétatif en matière de classique et de pré-classiques, et la lignée à laquelle Haenchen se rattache quand même, dans laquelle on a tendance à chercher une pâte orchestrale identique dans Mozart et dans Bruckner. C'est du live, pas toujours impeccable, mais rudement efficace.
Vraiment original. Je ne suis pas sûr de partager cet avis pour le reste du disque, mais ça demandera peut-être réécoute pour décanter. Haenchen est loin d'être un second couteau, décidément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 12 Aoû 2014 - 13:30

Contrairement à ce que peut laisser croire la partie la plus exposée de sa carrière internationale, l'essentiel du legs de Haenchen, au disque, se situe dans le baroque et le classique… où, d'ailleurs, il n'excelle pas particulièrement.

De ce disque, je n'ai écouté que la 41e, sans être renversé – c'est bien fait, et ça fonctionne (de toute façon, les dernières de Mozart, dès qu'on y met un pouce de conviction, ça fouette !), mais je ne suis pas particulièrement enthousiaste. L'orchestre n'est pas le meilleur de sa catégorie, et puis Haenchen n'ajoute pas vraiment une personnalité folle à sa formation romantique.

Qu'est-ce qui t'a paru original ? bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 12 Aoû 2014 - 13:40

DavidLeMarrec a écrit:
Contrairement à ce que peut laisser croire la partie la plus exposée de sa carrière internationale, l'essentiel du legs de Haenchen, au disque, se situe dans le baroque et le classique… où, d'ailleurs, il n'excelle pas particulièrement.

Iphigénie en Tauride à Genève la saison prochaine, avec Antonacci : http://www.geneveopera.ch/production_203 ; ceci dit, du coup, à te lire je ne suis pas sûr qu'il faille s'en féliciter (mais après tout, j'ai mes billets, alors...) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 12 Aoû 2014 - 13:46

bAlexb a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Contrairement à ce que peut laisser croire la partie la plus exposée de sa carrière internationale, l'essentiel du legs de Haenchen, au disque, se situe dans le baroque et le classique… où, d'ailleurs, il n'excelle pas particulièrement.

Iphigénie en Tauride à Genève la saison prochaine, avec Antonacci : http://www.geneveopera.ch/production_203 ; ceci dit, du coup, à te lire je ne suis pas sûr qu'il faille s'en féliciter (mais après tout, j'ai mes billets, alors...) !

Non, non, en revanche avec un orchestre traditionnel il est capable d'être en style, justement. C'est plutôt son legs baroque (pas très intéressant) et le caractère « standard » (ce n'est pas un défaut !) de son legs classique qui me laisse dubitatif, parce qu'il est quand même autrement intéressant et important dans l'opéra germanique (pas fanatique de ses Bruckner et Mahler non plus) tardif, et qu'enregistrer d'autres symphonies de Mozart pour faire comme les autres, à quoi bon. Néanmoins, il enregistre beaucoup de choses assez rares, c'est une bonne chose, et son Gluck sera sans nul doute très respectable, en tout cas probablement pas lourd ou maladroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 14 Aoû 2014 - 2:41

Je te trouve un peu sévère avec ce que fait Haenchen dans le répertoire classique, David. Il n'y a pas beaucoup de chefs qui ont œuvré autant que lui pour CPE Bach par exemple (cf. sa vaste anthologie chez Capriccio). Alors certes son "Kammerorchester CPE Bach" qui joue sur instruments modernes ne peut rivaliser avec les meilleures formations baroqueuses, mais avec Haenchen ça produit toujours quelque chose de franc et roboratif, dans un style Kapellmeister à l'ancienne que je trouve vraiment plaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 14 Aoû 2014 - 2:44

adriaticoboy a écrit:
Il n'y a pas beaucoup de chefs qui ont œuvré autant que lui pour CPE Bach par exemple (cf. sa vaste anthologie chez Capriccio). Alors certes son "Kammerorchester CPE Bach" qui joue sur instruments modernes ne peut rivaliser avec les meilleures formations baroqueuses, mais avec Haenchen ça produit toujours quelque chose de franc et roboratif, dans un style Kapellmeister à l'ancienne que je trouve vraiment plaisant.

C'est plus ou moins exactement ce que j'ai écrit, non ?

En tempérant un commentaire qui le décrivait comme original, donc ça sonnait peut-être plus négatif, mais le contenu est assez exactement ce que tu as écrit.

Si, tout de même : grosse frustration de le voir officier au disque dans un répertoire où il simplement bon (et où bien d'autres sont meilleurs) alors qu'il n'enregistrement le répertoire où il est exceptionnel.
Ce n'est pas sa faute, bien sûr : le prix n'est pas le même pour enregistrer une intégrale d'opéra de Strauss ou Schreker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 14 Aoû 2014 - 3:28

DavidLeMarrec a écrit:
adriaticoboy a écrit:
Il n'y a pas beaucoup de chefs qui ont œuvré autant que lui pour CPE Bach par exemple (cf. sa vaste anthologie chez Capriccio). Alors certes son "Kammerorchester CPE Bach" qui joue sur instruments modernes ne peut rivaliser avec les meilleures formations baroqueuses, mais avec Haenchen ça produit toujours quelque chose de franc et roboratif, dans un style Kapellmeister à l'ancienne que je trouve vraiment plaisant.

C'est plus ou moins exactement ce que j'ai écrit, non ?

En tempérant un commentaire qui le décrivait comme original, donc ça sonnait peut-être plus négatif, mais le contenu est assez exactement ce que tu as écrit.

Oui, j'avais bien senti que tu lui accordais quelques mérites en filigrane, mais: "il n'excelle pas", "caractère standard", "dubitatif" etc. je trouvais que ça faisait trop pour ce brave Haenchen ! Même s'il a de sérieux rivaux sur le terrain discographique, je pense que c'est un grand chef émérite dans le répertoire classique, qui doit prendre beaucoup de plaisir à le jouer avec son orchestre de chambre.
Après, je comprends parfaitement ton point de vue aussi: on ferait mieux de lui faire enregistrer en priorité des choses moins fréquentées que les dernières symphonies de Mozart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 14 Aoû 2014 - 12:30

adriaticoboy a écrit:
Oui, j'avais bien senti que tu lui accordais quelques mérites en filigrane, mais: "il n'excelle pas", "caractère standard", "dubitatif" etc.

Mais là, tu les sors de leur contexte, voire de leur syntagme, ce n'est pas le même effet quand je relis les phrases en entier. Cela dit, si c'est l'impression que j'ai donnée, mon objectif est raté, pardon, et tu as bien fait de me reprendre.

Donc je reformule : ce n'est pas une version neuve ou prioritaire, mais c'est assez irréprochable.

Dans le même temps, je me demande pourquoi on fait enregistrer ça à Haenchen alors que d'autres excellent davantage que lui dans ce répertoire, et que lui-même a ses points forts ailleurs.


Citation :
Après, je comprends parfaitement ton point de vue aussi: on ferait mieux de lui faire enregistrer en priorité des choses moins fréquentées que les dernières symphonies de Mozart.

Ce n'était pas exactement ce que je voulais dire : précisément, il enregistre des choses rares avec son orchestre, et vraiment, je lui en sais gré. Mais je m'étonne juste que, lorsque j'ai voulu parcourir sa discographie, il n'y a quasiment pas de Bruckner-Mahler-Chostakovitch, alors qu'il y laisse une empreinte autrement marquante que dans ses C.P.E Bach — ça m'étonne qu'on le laisse faire, mais finalement je m'en félicite, parce qu'on n'a pas besoin d'une intégrale Bruckner de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Davaaki Muziki
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 948
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 1 Déc 2014 - 22:35

Mozart's Intrumental Oratorium, The last symphonies / Harnoncourt, Concentus Musicus Wien (2014)

Les 3 dernières symphonies... Je suis d'ordinaire plus réservé. Là sans aller jusqu'au bout de la 41 enthousiasmé, j'ai écouté l'album deux fois. Ce que j'aime : les contrastes dynamiques et expressifs en même temps. Les pas affûtés et les petits coups de baguette.

Mais c'est quand même une musique pas forcément évidente à appréhender. Y'a-t-il un glossaire du langage de ces symphonies ? Musique expressive, figurative, dansante, expérimentale... ? Plaisir ? Ici, pour moi, oui, en bonne part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 1 Déc 2014 - 22:42

Smile Y avait un bout de temps que je n'avais pas réécouté le legs amstellodamois de Krips.
Lisibilité extrême, exemplaire stabilité rythmique, lumière aveuglante, lenteur calculée qui fait entendre toutes les notes, dissèque toutes les strates.
Approche polyphoniste et apollinienne, parfois au prix d'une certaine lenteur, telle une 40° complètement désabusée, digne d'un statuaire pour la postérité, comme si le chef viennois signait là un testament artistique.
Et puis les timbres du Concertgebouw !
Qui ferait la fine bouche devant ces architectures grandioses ?


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) :

Symphonie n°38 en ré majeur K. 504

= Joseph Krips, Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam

(Philips, novembre 1972)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 1 Déc 2014 - 23:24

Krips signe là assurément un testament artistique. Si j'avais à choisir entre lui et Pinnock seulement, je le retiendrais et enverrais Pinnock se faire pendre pendu

Mais il y a, je crois, un peu mieux. Premièrement, il y a une très grande variabilité dans la qualité de ces oeuvres. Contrairement à Beethoven, Mozart ne rechignait pas devant les commandes et les oeuvres d'occasion, pourvu qu'il y ait des thalers au bout. Ce n'est qu'à partir de la 34ème qu'on peut parler de 'grandes' oeuvres. Et, pour ces dernières, la compétition est féroce - dominée selon moi par les témoignages de Böhm (Amsterdam pour 3, Berlin et Vienne pour 7 et 6 d'entre elles respectivement.

La version Harnoncourt mentionnée par Dav' vaut le détour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 2 Déc 2014 - 0:39

Smile Pour la triade finale, Böhm a Amsterdam (Philips) montre plus d'entrain, se régale des timbres, parfois furieusement (la Jupiter !) quitte à paraître plus débraillé qu'en ses témoignages ultérieurs.
Ses interprétations berlinoises offrent comme Krips une parfaite intelligibilité orthophonique, mais l'orchestre est plus carré, aussi plus dense, moins irradiant, moins varié dans les couleurs qu'au Concertgebouw.
Krips surclasse ici le tranchant de Böhm et va encore plus loin dans l'élucidation polyphonique.
On peut évidemment aussi parler de testament artistique pour les sessions viennoises du chef autrichien, avec une 40° crépusculaire et un peu blasée, la nature de l'orchestre y brillant d'un satin plus doré qu'à Amsterdam, qui lui éblouit de ses reflets comme un miroir d'argent pur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 2 Déc 2014 - 1:33

Très joli cheers

Je ne dirais pas de la 40ème de Vienne (Böhm) qu'elle est blasée (crépusculaire: assurément). Au contraire elle m'apparaît furieuse, grinçante même. Mais dans le fond il suffit qu'une interprétation fasse mouche pendant 15 secondes cruciales pour que s'en dégage un portrait, une vision qui marquent. Après, ça devient une question de degrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 30 Jan 2015 - 1:05

Smile Réédition en coffret des symphonies de Mozart dirigé par Levine à Vienne :

http://www.amazon.fr/Collectors-Ed-Mozart-Complete-Sym/dp/B00OZ1QD5Q

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 30 Jan 2015 - 8:14

Depuis le temps que j'attendais cette réédition
Et hop dans ma hotte

Merci melomaniac pour l'info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ScareDe2
Farceur québécois
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 18
Localisation : Québec
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 2 Juil 2015 - 18:24

Mackerras est le roi des symphonies, mais pas du requiem.
Ici le premier mouvement de la 40, personne d'autre fait ca ouf Mozart serait fier de sa belle musique. watch?v=vkY_3-3Toyc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2906
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 3:22

Après... :
 



Voici ! ... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 15:09

Oui, l'éditeur de ce disque devrait mieux ajuster son monocle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 22:19

Smile Il me semble avoir déjà croisé ce concept (cette collection ?) Compare, mais je ne sais plus si c'est en CD ou en téléchargement.

Le cas échéant, s'il y a livret, espérons qu'il inclut quelques commentaires stylistiques pour guider l'auditeur néophyte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 22:23

Téléchargement seulement, et versions généralement choisies en dépit du bon sens (pas particulièrement représentatives de quoi que soit, juste une seule œuvre dans deux interprétations libres de droits prises au hasard). Je doute donc de la présence du livret. Ça aurait pu être intéressant, autrement. L'occasion de poser la question de ce qui fait la différence entre des interprétations, de l'histoire des styles, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 22:27

Dommage, alors.
Du moins ça sensibilise le débutant à la notion d'interprétation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 23:05

Mais je ne suis pas persuadé que ce soit une bonne chose, justement : ça détourne facilement l'attention de l'essentiel, qui est plus exigeant et riche que des différences d'interprétation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 23:15

Mr.Red Décidément, tu me pousses au HS sur tous les fronts.
Ma doctrine à ce sujet c'est que le portrait le plus véridique et riche d'une oeuvre émerge justement de la confrontation entre différentes interprétations complémentaires.
Sans compter qu'on peut se montrer diversement réceptif selon le type d'approche.
Je pourrais citer plusieurs oeuvres que j'ai véritablement découvertes grâce à un interprète particulier, avant lequel j'étais passé à côté de leur beauté intrinsèque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82068
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Lun 14 Déc 2015 - 23:42

Mélomaniac a écrit:
Je pourrais citer plusieurs oeuvres que j'ai véritablement découvertes grâce à un interprète particulier, avant lequel j'étais passé à côté de leur beauté intrinsèque.

Moi aussi, mais à l'inverse on peut facilement passer du néophyte au mélomane blasé (quoique mal aguerri) lorsqu'on se prend à utiliser les interprétations comme des moyens de comparaison. Et ça finit par détourner du plaisir d'écouter de belles œuvres pour chercher à déterminer qui est bon et qui est mauvais (ce qui, en plus d'être hautement volatil et subjectif, n'a pas vraiment d'intérêt).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 656
Age : 73
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 15 Déc 2015 - 17:13

Lu avec intérêt les 16 pages de ce fil.

Suite à cette lecture, quelques réactions.

Tout d'abord, les chefs.

Je suis surpris de ne pas trouver, sinon marginalement, les noms de quelques uns des chefs qui ont souvent enregistré des symphonies de Mozart :

Sir Thomas Beecham qui a enregistré une dizaine de symphonies avant-guerre à la tête du London Philharmonic Orchestra (HMV) et en a enregistré sept à la tête du Royal Philharmonic Orchestra dans les années cinquante (Columbia US), enregistrements qui ont été réédités sur CS (Dutton et CBS).

Peter Maag qui a enregistré les 6 dernières symphonies à la tête du Philharmonia Hungarica dans les années soixante-dix (Turnabout) avant d'en enregistrer une dizaine à la tête de l'orchestre de Padoue et de la Vénétie (CD ARTS),

Eugen Jochum, qui a enregistré plusieurs symphonies et à certaines plusieurs reprises à la tête de l'Orchestre de la Radio Bavaroise et du Boston Symphony Orchestra (DGG), de l'orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam (Philips) et enfin, de l'Orchestre Symphonique de Bamberg (Orfeo & Eurodisc),

Rafael Kubelik qui, lui aussi, a enregistré plusieurs symphonies et à certaines plusieurs reprises à la tête de l'Orchestre Symphonique de Chicago (Mercury), de l'Orchestre Philharmonique de Vienne (EMI-HMV) et, enfin, de l'Orchestre de la Radio Bavaroise  (CBS-Sony),

et du coté des baroqueux, rien à propos de John Eliott Gardiner, quelques propos plutôt réticents au sujet de Frans Brüggen. Pourtant, les enregistrement de ces deux derniers me semblent tout autant significatifs que les enregistrements de Christopher Hogwood et surtout de Trevor Pinnock et Ton Koopman, largement surestimés, à mon sens.

Ensuite, les reprises.

Sous l'influence des baroqueux et de quelques autres (Abbado, Bernstein), les symphonies de Mozart sont maintenant enregistrées avec sinon la totalité, du moins une grande partie, des reprises qui figurent sur les partitions. On apprécie ou on apprécie pas. Pour ma part, j'apprécie et fais remarquer que lorsque Mozart ne souhaite pas de reprises (1er mouvement des symphonies "Paris" et "Haffner", par exemple), il n'écrit pas de barre de reprise dans la partition. Quoiqu'il en soit, je n'entends pas polémiquer à ce sujet mais, simplement, souligner que, données avec les reprises, ces symphonies prennent une toute autre dimension. A titre d'exemple, voici les minutages de quelques enregistrements de la symphonie que je préfère, la symphonie "Prague", enregistrements d'avant-guerre et enregistrements contemporains, qui figurent dans ma discothèque :

Erich Kleiber/Wph (1929) : 22:17
Walter/Wph (1936) : 22:10
Beecham/RPO (1940) : 24:29

Harnoncourt/COA (1981) : 38:13   Harnoncourt/COE (1993) : 38:08   Harnoncourt/CMW (2001) : 37:44
Levine/WPH (1986) : 36:59
Muti/WPh (1997) : 36:09

Quelle que soit mon admiration pour Beecham et Kleiber, par exemple, il me semble qu'un chef ne traduit pas correctement la dimension de cette symphonie s'il ne fait pas, au moins la reprise de l'exposition du 1er mouvement et de la première partie du Final.

Karl Böhm.
On a souvent évoqué son enregistrements des trois dernières symphonies à la tête du Concertgebouw d'Amsterdam (Philips). Il avait auparavant enregistré pour Decca les symphonies No 34, 36 et 38 avec l'Orchestre Philharmonique de Vienne. Ces enregistrements amstellodamois et viennois ont été réédités par DGG, il y a quelques années, dans un coffret de huit CD. Le huitième CD de ce coffret est particulièrement intéressant pour les admirateurs de ce chef puisqu'il propose une causerie de Karl Böhm à propos des différentes phases de sa carrière.
http://www.amazon.fr/Bohm-Karl-Mozart-Strauss-Böhm/dp/B0009ONYQ4/ref=sr_1_134?s=music&ie=UTF8&qid=1450191556&sr=1-134&keywords=karl+böhm+mozart

Enfin, l'avis de Melomaniac à propos de la confrontation de différentes interprétations et de la découverte d'une œuvre grâce à un interprète me parait fondé. En ce qui concerne la fameuse 40ème de Mozart, c'est l'enregistrement d'Erich Kleiber à la tête du London Philharmonic (Decca, 1948) qui m'a fait découvrir cette œuvre alors que les versions Böhm/COA et Walter/WPh ne m'avaient pas du tout interpelé.


fomalhaut


Dernière édition par fomalhaut le Mar 15 Déc 2015 - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 647
Age : 31
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 15 Déc 2015 - 20:04

Coté intégrale je suis assez satisfait de l'intégrale James Levine, fraichement rééditée. Beaucoup de reprises comme le souligner André, mais ce n'est pas pour me déranger.

Tenterais-je un jour celle de Karl Bohm? Rien n'est moins sur mais j'ai déjà beaucoup de symphonies par lui à Berlin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 15 Déc 2015 - 20:15

Excellent post, Fomalhaut ! Je souscris entièrement (sauf pour Beecham que je n'ai jamais entendu dans Mozart à part la Jupiter). Il y aurait lieu aussi de discuter de Klemperer, qui offre une vision assez unique.

J'attire l'attention sur une curiosité: la Jupiter par Munch à Boston. Une envolée échevelée, furieuse et exaltée tout à la fois. Pour ceux qui croient avoir fait le tour de la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 656
Age : 73
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mer 16 Déc 2015 - 20:22

André a écrit:
Excellent post, Fomalhaut ! Je souscris entièrement (sauf pour Beecham que je n'ai jamais entendu dans Mozart à part la Jupiter). Il y aurait lieu aussi de discuter de Klemperer, qui offre une vision assez unique.

J'attire l'attention sur une curiosité: la Jupiter par Munch à Boston. Une envolée échevelée, furieuse et exaltée tout à la fois. Pour ceux qui croient avoir fait le tour de la question.

Merci André.
Mon propos n'était pas de discuter des d'interprétations de tel ou tel autre chef mais, plutôt, d'exprimer ma surprise de ne pas voir mentionner les noms de quelques chefs qui ont beaucoup enregistré les symphonies de Mozart et laissé des témoignages marquants. C'est pourquoi je n'ai pas cité Klemperer dont les interprétations avaient été évoquées.

Beecham ? On ne parle plus beaucoup de lui aujourd'hui mais il fut un temps ou il était bien difficile de lui échapper ! C'était un temps ou EMI Angleterre (HMV + Columbia) régnait sur l'enregistrement européen, d'une part, et, d'autre part, comme il avait passé la guerre aux Etats-unis et également enregistré pour CBS, on trouvait énormément d'enregistrements réalisés sous sa baguette.

Munch ? A ma connaissance, il n'a pas laissé d'enregistrements officiels de symphonies de Mozart quand bien même il en a dirigées, notamment au Festival de Tanglewood.
Je possède un DVD ICA (ICAD5057) ou il dirige, à Harward, les symphonies Linz et Prague. Malgré mon admiration pour le père Munch, il ne m'a pas convaincu dans ces deux symphonies, mes symphonies préférées (De plus l'image de ces concerts est médiocre). West Hill Radio (Boitier de 7 CD WHRA 6015) a effectivement édité une symphonie Jupiter donnée au Symphony Hall de Boston le 26 décembre 1952 et exécutée en 24:09...La ou tu entends "Une envolée échevelée, furieuse et exaltée...", j'entends plutôt un sabotage en règle !

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 12 Mar 2016 - 0:26

Very Happy A paraître, un coffret regroupant les enregistrements mozartiens de Brüggen pour Philips (Symphonies, Sérénades, Ouvertures)

http://www.amazon.it/gp/product/B01C7W7KP6

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 944
Age : 50
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 12 Mar 2016 - 17:34

André a écrit:
Excellent post, Fomalhaut ! Je souscris entièrement (sauf pour Beecham que je n'ai jamais entendu dans Mozart à part la Jupiter). Il y aurait lieu aussi de discuter de Klemperer, qui offre une vision assez unique.
Pour ma part, c'est une version que j'apprécie énormément, et celle que je préfère, pour dire les choses, avec, dans une perspective beaucoup plus actuelle, celle de Pinnock. Je précise cependant que je n'aime pas beaucoup Mozart, surtout dans ses symphonies.
Quant aux reprises, j'ai lu récemment je ne sais plus où que quasiment tous les chefs qui ont enregistré aux temps lointains du 78T avaient pris l'habitude de laisser de côté les reprises, habitude qui s'est perpétuée assez longtemps : ça ne rentrait pas dans le format imposé et ça faisait des économies de disques... Honnêtement, dans le cadre d'une écoute au disque, ça ne me gêne vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Dim 13 Mar 2016 - 2:31

Le mythe des limites du '78 tours (pour les jeunots: 4-5 minutes par côté de disque) pour justifier l'absence des reprises a bon dos. La 40ème de Mozart SANS reprise fait 6'30" pour le premier mouvement, la 5ème de Beethoven 6'00"). Trop long pour un côté de 78 Tours.

Les exemples ne manquent pas pour dénoncer ce curieux argument chronologique.

Vraiment, on s'en fout, du moment que ça fait du sens musicalement Very Happy . Et c'est là que le débat commence... coucou


Dernière édition par André le Dim 13 Mar 2016 - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mozart : les symphonies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mozart : les symphonies
» Neuf symphonies de Mozart en telechargement LIBRE
» Mozart - Intégrale Brilliant
» Les 9 symphonies de Beethoven par Ludwig
» Les 5° et 7° symphonies de Beethoven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: