Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mozart : les symphonies

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Dim 13 Mar 2016 - 10:06

André a écrit:
Vraiment, on s'en fout, du moment que ça fait du sens musicalement Very Happy . Et c'est là que le débat commence... coucou

Justement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 986
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Dim 13 Mar 2016 - 10:27

fomalhaut a écrit:
A titre d'exemple, voici les minutages de quelques enregistrements de la symphonie que je préfère, la symphonie "Prague", enregistrements d'avant-guerre et enregistrements contemporains, qui figurent dans ma discothèque :

Erich Kleiber/Wph (1929) : 22:17
Walter/Wph (1936) : 22:10
Beecham/RPO (1940) : 24:29

Harnoncourt/COA (1981) : 38:13   Harnoncourt/COE (1993) : 38:08   Harnoncourt/CMW (2001) : 37:44
Levine/WPH (1986) : 36:59
Muti/WPh (1997) : 36:09
fomalhaut
Justement, entre 4 ou 5 faces de 78T -selon le découpage- et 7 ou 8 faces, ça faisait une sacrée différence en termes de coûts de production et, surtout, de prix d'achat pour le consommateur final, sachant que le disque était un objet bien plus onéreux que maintenant à cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyacinthe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 29/04/2016

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 3 Mai 2016 - 11:49

Image:
 

J'ai trouvé cette version avec l'Orchestre de la SWR Baden-Baden dirigé par Ernest Bour pour quelques centimes, quelqu'un sait ce que ça vaut ? (Symphonies 29 et 41)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warren 60
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 231
Age : 46
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 28/01/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 3 Mai 2016 - 12:39

Hello Hyacinthe !  coucou
Citation :
J'ai trouvé cette version avec l'Orchestre de la SWR Baden-Baden dirigé par Ernest Bour pour quelques centimes, quelqu'un sait ce que ça vaut ? (Symphonies 29 et 41)
Je l'ai écouté plusieurs fois, mais pas récemment, et j'ai le souvenir d'une version qui va droit au but, un peu austère, mettant bien les bois en valeur. Franchement, à ce prix, c'est aussi l'occasion d'entendre un grand chef français assez rare au disque dans ce répertoire (j'aime beaucoup ses Ravel et ses Bartok) ; peut-être l'orchestre n'est-il pas le plus marquant du monde, mais je ne me rappelle aucune ignominie de ce côté-là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyacinthe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 29/04/2016

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 3 Mai 2016 - 13:41

warren 60 a écrit:
Je l'ai écouté plusieurs fois, mais pas récemment, et j'ai le souvenir d'une version qui va droit au but, un peu austère, mettant bien les bois en valeur. Franchement, à ce prix, c'est aussi l'occasion d'entendre un grand chef français assez rare au disque dans ce répertoire (j'aime beaucoup ses Ravel et ses Bartok) ; peut-être l'orchestre n'est-il pas le plus marquant du monde, mais je ne me rappelle aucune ignominie de ce côté-là


Ah! Merci bien pour ton opinion mains. Je vais écouter ce disque rapidement dans ce cas Very Happy.

Si d'autres personnes l'ont écouté... Je vous attends bounce


Dernière édition par Hyacinthe le Mar 3 Mai 2016 - 13:43, édité 1 fois (Raison : Ajout)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5246
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 22 Sep 2017 - 19:57

Je viens de me rendre compte que, comme version de la 41 sur instruments anciens, je n'avais que Gardiner I (Philips) et Hogwood - épatantes pour ce qui est des équilibres instrumentaux et des tempi, mais je pense que dans des versions baroqueuses plus récentes, on doit pouvoir trouver des phrasés plus souples et des instruments plus colorés et avec plus de grain. Vous auriez des suggestions dans ce sens?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 588
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 22 Sep 2017 - 20:27

La série des symphonies de Mackerras pour Linn est vraiment superbe tout en étant très "classique".

Sinon Harnoncourt, peut être avec l'orchestre de Chambre d'Europe un peu plus HIP que le Concertgebouw. Je n'aime pas trop les derniers qu'il a enregistrés (Concentus Musicus Wien), trouvant qu'il poussait ses idées trop loin et déforme trop Mozart.

Bruggen pour gouter la sonorité fruités des bois.

J'ai aussi Jacobs, mais ca fait un moment que j'ai écouté et je ne sais plus trop quoi en penser de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5246
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 22 Sep 2017 - 20:44

Merci!

Bruno Luong a écrit:
La série des symphonies de Mackerras pour Linn est vraiment superbe tout en étant très "classique".
Sinon Harnoncourt, peut être avec l'orchestre de Chambre d'Europe un peu plus HIP que le Concertgebouw.
Ceux-là, je les connais (j'aime beaucoup Mackerras, un peu Harnoncourt / Amsterdam et pas du tout Harnoncourt / COE), mais précisément: je cherche non seulement des instruments anciens, mais des instruments anciens très typés.

Bruno Luong a écrit:
Je n'aime pas trop les derniers qu'il a enregistrés (Concentus Musicus Wien), trouvant qu'il poussait ses idées trop loin et déforme trop Mozart.
Justement, si c'est la même qualité de couleurs et de textures (et le même iconoclasme interprétatif) que ses derniers Beethoven avec le Concentus, je suis preneur! La seule chose que je redoute un peu, c'est les phrasés courts et la carrure rythmique.

Bruno Luong a écrit:
Bruggen pour gouter la sonorité fruités des bois.
Voilà, je pensais justement à quelque chose comme ça - plutôt Brüggen I chez Philips ou Brüggen II chez Glossa?

Bruno Luong a écrit:
J'ai aussi Jacobs, mais ca fait un moment que j'ai écouté et je ne sais plus trop quoi en penser de lui.
Oui, Jacobs dans Mozart, trois fois sur quatre je trouve ça très agaçant, mais la quatrième, j'adore!

Quelqu'un connaît le réenregistrement de Gardiner chez SDG? Immerseel chez Zig-Zag?
Sinon, à parcourir les pages précédentes, j'ai cru comprendre que Mikowski et Koopman avaient leurs fans mais aussi de francs détracteurs, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 588
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 22 Sep 2017 - 22:13

Benedictus a écrit:
Merci!
Bruno Luong a écrit:
Bruggen pour gouter la sonorité fruités des bois.
Voilà, je pensais justement à quelque chose comme ça - plutôt Brüggen I chez Philips ou Brüggen II chez Glossa?

Je viens de les comparer

  • Chez Philips, c'est plus dynamique et le rythme est plus marqué. Les cordes sont réduisent au minimum.
  • Ches Glossa, c'est plus rapide, plus légato, ample en sonarité et plus fluide. Les cordes sont plus fournis.


Je dirais que l'avantage à Philips. Mais les deux sont très bons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5246
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 5 Oct 2017 - 23:16


Symphonie nº41 en ut majeur, KV 551 «Jupiter»
Frans Brüggen / Orchestra of the 18th Century
En public, Rotterdam, III.2010
Glossa


En effet, belle lecture très équilibrée - fluide et allante, belle sonorité ample et legato mais avec beaucoup de netteté, des phrasés très fouillés, des timbres d’instruments anciens somptueux (les clarinette, les bassons! - en revanche, au casque, les flûtes sont un peu perçantes) . J’aurais toutefois aimé un peu plus de contrastes dans les plans sonores et dans les phrasés du Finale, où les quatre thèmes sont un peu trop fondus pour mon goût: probable qu’Harnoncourt / Concentus serait plus conforme à mes attentes.

Au demeurant, je constate une fois encore que cette Symphonie, si elle suscite chez moi une admiration sans réserve (surtout le contrepoint du Finale), ne me touche finalement pas tant que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stridulation
Néophyte


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 11/10/2017

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mer 11 Oct 2017 - 6:07

J'ai abordé les symphonies de Mozart par l'intermédiaire de Böhm, mais je préfère finalement Marriner, version qui ne semble guère appréciée des utilisateurs de ce forum... Mr. Green

Je n'aime ni les versions « romantiques » à la Böhm, ni les versions baroqueuses à la Harnoncourt. Certains ici accusent Marriner d'être trop lisse, je crois qu'il a simplement compris que les symphonies de Mozart tenaient de l'opéra. Il n'est pas nécessaire ici d'appuyer le trait, une certaine légèreté est de mise, cette musique se suffit à elle-même. Il suffit de la faire chanter. J'aime bien le choix de tempi et l'effectif orchestral réduit de la version Marriner, qui me semblent éminemment mozartiens. Énergie, légèreté, version chantante qui me semble se mouler comme un gant aux intentions du compositeur. Mozart est ennemi de la lourdeur, de l'emphase, ou des approches analytiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24221
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Jeu 5 Avr 2018 - 23:04

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) :

Symphonie n°39 en mi bémol majeur, K. 543
Symphonie n°40 en sol mineur, K. 550

= Nikolaus Harnoncourt, Concentus Musicus de Vienne

(Sony, décembre 2012 – octobre 2013)

Surprised Découverte de ces enregistrements du dernier Harnoncourt, plus extrémistes que jamais !
Bilan mitigé.
Dans ces deux interprétations, la composante mélodique du discours mozartien se soumet ici à une direction essentiellement rythmique
qui privilégie la dramatisation du discours et le relief du texte.
Le style exacerbe la vivacité et le contraste : dynamique, prosodique (legato/hiatus), texturaliste (le duvet des cordes, la verdeur des vents)...
Au point que l'on se croit sur des montagne russes, dans un wagonnet qui tressaute chaque seconde pendant qu'il caracole sur des rails accidentés.
Bref, faut avoir le cœur bien accroché au risque que l'écoute devienne une expérience émétique.
Pourtant, ces cavalcades ne compromettent en rien la lisibilité, mais elles la (sur)chargent d'effet démonstratif, comme une prose à thèse.
Certes, on s'en doute, les timbres à cru correspondent aux critères HIP du moment.

J'ai été dérouté par cette lecture à contrevent de la 39°, avec ses phrasés en saccade que contondent les timbales.
Allegro chavirant. Le Menuet s'encanaille comme larrons en foire.

La 40° s'en sort mieux. Introduction doucereuse du Molto allegro, mais illico les jaillissements écrasent cette douceur sous des mugissements.
Beaucoup de finesse dans l'Andante travaillé à l'épidermique.
Belle surprise avec ce Menuet ébroué, d'une prodigieuse intensité -mes habitudes tolèrent mieux cette lecture que dans la 39°
où l'orchestre viennois se montrait trop yoyotesque à mon goût.
Tempo retenu et scrutateur dans le Finale, où Harnoncourt ose une scénarisation très théâtrale (surlignée par les ahans de cornistes,
par les césures appuyées), et là ça fonctionne fort bien, même si la rhétorique triomphe de l'affect :
comparé aux grandes versions "classiques", on y pressent moins les froides vérités funestes que la catharsis des planches telle que l'énonçait Boileau.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 6 Avr 2018 - 2:44

Mmmmh.. Merci.
Je crois que j'adore cette version méchante de la 40e. Cela fait plusieurs années que je ne peux plus écouter cette œuvre sans être exaspérée dès les premières notes ; je crois que cette version vient de me permettre de renouer avec elle.
Ceci est surtout le cas, à vrai dire, du premier mouvement : ce que je perçois, c'est un chef qui violente une partition, ressassée, afadie, assourdie par les enceintes d'ascenseurs et les standards téléphoniques... C'est comme si Harnoncourt permettait à cette musique d'exploser de rage, de se venger d'avoir été autant utilisée, de se faire entendre enfin. Ça a un côté trash, cruel, mais criant de vérité, organique, presque tauride. Il nous permet de jouir avec la musique en même temps qu'elle s'affirme.
Le reste est à l'avenant ; j'aime particulièrement le dernier mouvement. Timbres colorées, relief et engagement pour tous les pupitres. Quelques fausses notes, mais ça pimente le tout.  
Radical, mais quel bain de jouvence ! compress
Il faut que j'essaye Une petite musique de nuit maintenant Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 73
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Ven 6 Avr 2018 - 9:02

Hyacinthe a écrit:
Image:
 

J'ai trouvé cette version avec l'Orchestre de la SWR Baden-Baden dirigé par Ernest Bour pour quelques centimes, quelqu'un sait ce que ça vaut ? (Symphonies 29 et 41)

Ce post m'avait échappé.

Les plus célèbres symphonies de Mozart enregistrée par Ernest Bour à la tête de l'Orchestre SWF de Baden-Baden ont été disponibles sur CD.
En 1991 (et oui, le temps passe...), j'ai acquis un étui (Aurophon LC7709) de 5 CD (Fine Arts) ou on trouve les symphonies suivantes :

21, 25 et 28,
29 et 41,
31, 33 et 35 (Haffner),
36 (Linz) et 38 (Prague),
39 et 40.

Les dates d'enregistrements vont de 1958 (Haffner) à 1978 (40ème).
C'est très bien interprété, à mon humble avis, quoiqu'avec une certaine objectivité, voire sécheresse, marque d'Ernest Bour.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusèbe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 762
Age : 41
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 14 Avr 2018 - 11:40

Mélomaniac a écrit:
Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) :

Symphonie n°39 en mi bémol majeur, K. 543
Symphonie n°40 en sol mineur, K. 550

= Nikolaus Harnoncourt, Concentus Musicus de Vienne

(Sony, décembre 2012 – octobre 2013)

Surprised Découverte de ces enregistrements du dernier Harnoncourt, plus extrémistes que jamais !
Bilan mitigé.
Dans ces deux interprétations, la composante mélodique du discours mozartien se soumet ici à une direction essentiellement rythmique
qui privilégie la dramatisation du discours et le relief du texte.
Le style exacerbe la vivacité et le contraste : dynamique, prosodique (legato/hiatus), texturaliste (le duvet des cordes, la verdeur des vents)...
Au point que l'on se croit sur des montagne russes, dans un wagonnet qui tressaute chaque seconde pendant qu'il caracole sur des rails accidentés.
Bref, faut avoir le cœur bien accroché au risque que l'écoute devienne une expérience émétique.
Pourtant, ces cavalcades ne compromettent en rien la lisibilité, mais elles la (sur)chargent d'effet démonstratif, comme une prose à thèse.
Certes, on s'en doute, les timbres à cru correspondent aux critères HIP du moment.

J'ai été dérouté par cette lecture à contrevent de la 39°, avec ses phrasés en saccade que contondent les timbales.
Allegro chavirant. Le Menuet s'encanaille comme larrons en foire.

La 40° s'en sort mieux. Introduction doucereuse du Molto allegro, mais illico les jaillissements écrasent cette douceur sous des mugissements.
Beaucoup de finesse dans l'Andante travaillé à l'épidermique.
Belle surprise avec ce Menuet ébroué, d'une prodigieuse intensité -mes habitudes tolèrent mieux cette lecture que dans la 39°
où l'orchestre viennois se montrait trop yoyotesque à mon goût.
Tempo retenu et scrutateur dans le Finale, où Harnoncourt ose une scénarisation très théâtrale (surlignée par les ahans de cornistes,
par les césures appuyées), et là ça fonctionne fort bien, même si la rhétorique triomphe de l'affect :
comparé aux grandes versions "classiques", on y pressent moins les froides vérités funestes que la catharsis des planches telle que l'énonçait Boileau.




J'ai écouté par petites touches et il faudra assurément que j'y revienne comme à un ensemble, ainsi que le pense Harnoncourt.
Mais je suis sidéré par ce que j'ai entendu, d'une tension et d'une nervosité extrême. Effectifs réduits, cuivres acidulés, timbales très présentes, on est à mille lieues du Mozart galant. Et les timbres du Concentus musicus conviennent parfaitement à ce que lit Harnoncourt.
Quand je reviendrai à Szell, j'aurai l'impression d'une tisane tiède hehe

Je suis sûr que c'est fait pour Benedictus, c'est en effet dans le même esprit que ses Beethoven tardis chez Sony.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5246
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 14 Avr 2018 - 12:04

Ah oui, j'adore ça! Very Happy

(Mais c'est bizarre, j'étais sûr d'en avoir dit un mot ici ou en playlist, et je ne retrouve rien.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83783
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 14 Avr 2018 - 13:29

C'est sans doute encore plus frappant, dépaysant – et juste ! – pour ses Haydn. I love you

Difficile de revenir en arrière, en effet. Pour Haydn en particulier (vraiment du mal désormais à écouter autre chose que Harnoncourt, Hogwood, Norrington ou Fey).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9459
Localisation : AnDingMen
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 14 Avr 2018 - 15:00

Il y a bien Klemperer avec le Philarmonia...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 73
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 14 Avr 2018 - 16:49

Morloch a écrit:
Il y a bien Klemperer avec le Philarmonia...

Et Erich Kleiber à Cologne (39me) et à Londres (40ème)...

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusèbe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 762
Age : 41
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 14 Avr 2018 - 19:53

Dans les versions tradi, Szell/ Cleveland, ça tient carrément la route.

Une petite question HS: Harnoncourt a-t-il fait des symphonies de Haydn avec le Concentus Musicus? J'adore le Concertgebow, mais, même sous la baguette d'Harnoncourt, ce n'est pas aussi typé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5246
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Sam 14 Avr 2018 - 20:04

Eusèbe a écrit:
Une petite question HS: Harnoncourt a-t-il fait des symphonies de Haydn avec le Concentus Musicus? J'adore le Concertgebow, mais, même sous la baguette d'Harnoncourt, ce n'est pas aussi typé.
Pas toutes: les Londoniennes sont avec le Concertgebouw, les Parisiennes et quelques autres (dont le Philosophe et les Adieux, ainsi que Matin, Midi et Soir) avec le Concentus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 588
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   Mar 17 Avr 2018 - 15:08

Bruno Luong a écrit:
Benedictus a écrit:
Merci!
Bruno Luong a écrit:
Bruggen pour gouter la sonorité fruités des bois.
Voilà, je pensais justement à quelque chose comme ça - plutôt Brüggen I chez Philips ou Brüggen II chez Glossa?

Je viens de les comparer

  • Chez Philips, c'est plus dynamique et le rythme est plus marqué. Les cordes sont réduisent au minimum.
  • Ches Glossa, c'est plus rapide, plus légato, ample en sonarité et plus fluide. Les cordes sont plus fournis.


Je dirais que l'avantage à Philips. Mais les deux sont très bons.

En fait j'ai appris de "La Tribune..." qu'il y a 2 versions Philips : 1980s et 90s. Je ne connais que la 1ere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mozart : les symphonies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mozart : les symphonies
Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» Mozart : les symphonies
» Neuf symphonies de Mozart en telechargement LIBRE
» Mozart - Intégrale Brilliant
» Les 9 symphonies de Beethoven par Ludwig
» Les 5° et 7° symphonies de Beethoven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: