Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -60%
-60% : 2 briques de rangement empilables LEGO à ...
Voir le deal
19.99 €

 

 Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptySam 3 Juin 2023 - 2:42

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Tre1010

Youri Boutsko / grand cahier d'orgue
Plus connu par ses longues et belles symphonies,Youri Boutsko,est un peu comme Korndorf,encore assez peu connu en France.Il était né en 1938 ,fils d'un général, nommé par Staline ,qui n'a pas été décimé par le dictateur,et s'est éteint en 2015,rien que par ses dates, on peut deviner ce qu'il a pu subir politiquement, mais il est resté assez solitaire et mystique, se référant surtout ,à la tradition et au folklore russe.Nul doute, que son temps viendra, avec l'enregistrement de ses symphonies.Pour en revenir à ce Grand cahier d'orgue, ce sont 8 pièces superbes et très prenantes, à la fois pour certaines ,très lyriques et très fines et pour d'autres plus spectaculaires.Dire que la sauvagerie russe et le folklore nous envahissent à l'écoute de ces pièces serait exagèré, mais c'est très beau et très prenant, très fin même.
En plus, il faut dire que le disque a été enregistré à Caen,sur l'orgue de l'église de Saint-Etienne, par Marina Tchebourkina.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptySam 3 Juin 2023 - 2:47

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, le seul disque hors baroque français de Tchebourkina chez ce label.

C'est très consonant, assez gentil… ça m'a laissé perplexe mais ça s'écoute agréablement (plutôt en musique de fond Embarassed ).
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptySam 3 Juin 2023 - 2:48

lulu a écrit:
Une des caractéristiques majeure de la musique de Butsko, outre sa tendance à écrire des œuvres d’une heure trente où le nombre d’évènements à la minute n’est pas forcément très élevé, c’est son écriture modale qu'il a développée entre autres à partir du grand Concerto polyphonique à la fin des années 60, une œuvre gigantesque (trois heures) qui combine célesta, clavecin, piano et orgue. Les modes sont très consonants mais non octaviants (pour reprendre un terme de Wyschnegradsky), c'est-à-dire que leur période n’est pas d’une octave : en allant dans les graves ou les aigus, les notes se décalent, de plus en plus d’altérations apparaissent, et on finit par toucher toutes les notes (un peu à la manière du cycle des quintes), ce qui donne des couleurs doucement polytonales à la chose. C'est quelque chose que Butsko ne tire pas de nulle part mais qui s'inspire de la musique liturgique orthodoxe, et qui inspirera Schnittke pour sa quatrième symphonie (qui est l’œuvre la plus boutskienne de Schnittke). De manière générale la synthèse entre la musique traditionnelle (en particulier religieuse) russe et des recherches modernes a été la grande préoccupation de Butsko. Je vous dis ça mais je sais pas si ces Cahiers d’orgue beaucoup plus récents sont écrits comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptySam 3 Juin 2023 - 3:21

Yuri Butsko: Symphony-Suite No 2, 'From Russian Antiquity ' [Emin Khachaturian-USSR Cinematographic Symphony Orchestra].

Vraiment impressionné par cette oeuvre,composée de plusieurs morceaux. Sans nul doute,inspirée par la musique populaire et la musique ancienne folklorique russe.Le résultat est assez saisissant et ne peut ,pour ma part, que saisir et ravir l'auditeur lambda.Plusieurs fois, que je la réécoute et j'y trouve toujours ,quelque chose de nouveau.Boutsko est un remarquable orchestrateur et presque aussi une sorte de magicien, pour faire ressortir tout ce qu'il y a de  vraiment  merveilleux ,de chatoyant et de profond ,dans cette musique.Loin de moi, l'idée de la considèrer comme une musique facile et seulement populaire, c'est de la belle et grande musique russe,avant tout.

Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=wIqhrQHXAW8
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptySam 3 Juin 2023 - 3:30

"Yuri Butsko (1938-2015) était un prolifique et influent compositeur dans les dernières décennies de l’Union soviétique, mais sa réputation n’a pas a voyagé bien au-delà de son pays natal. Quand la génération des années 60 de « non officiel » Les compositeurs ont commencé à exprimer leur dissidence à travers des thèmes religieux, plutôt que Modernisme pur et simple, dans les années 1970, Butsko a été l’un des pionniers de l’orthodoxie musique rendue comme musique de concert instrumentale. Ses expériences avec les harmonies du chant orthodoxe, en particulier les modes tétracordaux, ont influencé Schnittke, un ami d’école de Butsko, et aussi sans aucun doute de Rodion Shchedrin, dont Polyphonic Notebook est similaire dans l’esprit et la technique à de nombreux cycles de clavier de Butsko. Mais, comme ceci La libération démontre que les œuvres religieuses n’étaient qu’un aspect de sa diversité ."
Gavin Dixon . Critique  publiée dans le numéro 424 du magazine Fanfare.BUTSKO Journal d’un fou. Lacrimosa pour orchestre à cordes. Le Canon à l’ange menaçant
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyLun 5 Juin 2023 - 14:58

Yury Butsko, Cantate « Wedding Songs » (orchestre) Celle-ci a été composé en 1964.

Très admiratif à l'écoute de plusieurs oeuvres de Boutsko,ce qui me rend encore plus hésitant à en parler,surtout de peur d'en mal parler.Résumer en quelques lignes, une oeuvre comme sa 4ème symphonie qui dure pas loin d'une heure, est un challenge difficile et faut surtout pas dire de conneries,bref on va essayer,comme d'habitude,si j'ai fait ce post, c'est pour parler des oeuvres de Boutsko, et elles me plaisent beaucoup,donc ça devrait être plus facile.
La cantate « Wedding Songs » date de 1964.Si l'on ressent l'influence de plusieurs compositeurs, dont surtout Carl Orff,ça reste une oeuvre très agréable et de belle composition.Mélanger Carl Orff, Stravinsky, un soupçon de Bartok, et le Chant des Forêts de Chostakovitch, on a un résultat assez personnel et pas désagréable.Surtout que Butsko ,sait parfaitement organiser tout ça, avec des choeurs ou des solis de voix de femmes, assez magnifiques.C'est vrai aussi qu'on est en pleines noces ou de mariage.Il y a déjà là, une belle présence ,une patte personnelle et une belle montée en puissance d'un grand compositeur dans cette oeuvre,assez jouissive ,qui reste émouvante et prenante.

Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=ozqRGtUZU24
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyLun 5 Juin 2023 - 16:14

Sonata for Violin and Piano (1975) in Memory of Maxim Zalessky:
· Anna Savkina · Yulia Kupriyanova

Un véritable monument que cette sonate en hommage à Maxil Zalessky,un ami disparu.Cette oeuvre rejoint en beauté ,le magnifique trio de Dimitri Smirnov a laissé en hommage à Schnittke.Beaucoup d'intériorité et d'émotion dans cette oeuvre gigantesque.Elle doit dater de la même période que la dernière oeuvre de Chostakovitch,la sonate pour alto et piano.Un chef-d'oeuvre de la musique de chambre ou Boutsko, fait preuve d'une imagination fertile et débordante,tout en respectant les deux instruments .Chaque mouvement semble d'une simplicité désarmante.Que dire face à une telle oeuvre,pas grand chose, sinon que je suis admiratif,tellement l'oeuvre est impressionnante et belle.Pour moi un chef-d'oeuvre assurément.

Elle contient  4 mouvements.
1. Moderato con moto
2. Allegro brusco
3. Moderato, quasi allegretto
4. Sostenuto assai

Les interprètes ,Anna Savkina au piano et Yulia Kupriyanova au violon sont tout simplement remarquables.
Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=MHscpzIq-EE
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyMar 6 Juin 2023 - 15:04

Yuri Butsko (1938-2015), Symphonie-Suite n°3 ~ Seigneur Novgorod le Grand
Dmitriy Kitaenko (Chef d’orchestre)

Même si ça commence comme de la grande et forte musique de film, ambiance péplum,ça reste prenant. D'ailleurs  à ce sujet, on a rapproché Boutsko de Schnittke  ou de Shchedrin, moi je le rapprocherais plutôt  d'Artyomov .Ils ont tous les deux cette facilté à oser de grandes choses et monopoliser de grandes formes.Ils s'inspirent fortement de la liturgie russe et connaissent parfaitement l'orchestre et les instruments et bien sûr, les voix.Ils ont aussi tous les deux un monde personnel,qui fait qu'on est séduit ou bien que l'on y rentre pas vraiment .
Pour en revenir à cette suite ,il y a un côté festif et joyeux ,dont la religion fait partie.les choeurs magnifiques, les danses et les mélodies lascives et envoûtantes, bref tout est de sortie.Les solistes sont aussi remarquables dans cette grande fresque à plusieurs volets. Rappelons aussi que la cathédrale Sainte-Sophie se trouve à Novgorod,et qu'elle date du 10 ou 11ème siècle, c'est un morceau d'histoire religieuse ,qui est aussi ancré profondément ,dans le coeur des russes.
Bref, c'est une suite à grand spectacle ,pour moi très réussi,et assez impressionnant, qui peut très bien séduire ou bien ne pas accrocher du tout ,pour certains.
Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=pyfnU5Bd5HI
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyMar 6 Juin 2023 - 15:36

Iouri Butsko
Symphonie 3 (1978)
Vladimir Verbitsky / Orchestre symphonique d’État de l’URSS

La symphonie N°3 de Butsko, est en fait ,un énorme concerto pour piano de près d'une heure et c'est parfaitement réussi.L'intèrêt se maintient constamment. On trouve rien, sur Butsko en français mais je pense que le piano était le prolongement de sa pensée quelque part.Dans la Partita, ou l'extrait de sa sonate, que j'ai pu entendre, il est remarquable et original.D'ailleurs c'est un compositeur classique par sa forme,qu'il respecte le plus souvent.Il ne cherche pas à s'opposer, mais plutôt à aglomérer sa création, à ce qui existe déjà.J'ai plusieurs écoutes dans les oreilles et j'en vois aussi l'inventivité.Je crois, je l'avais déjà dit quelque part, qu'il ne faut pas considérer la musique russe comme les autres,elle a son originalité propre et ses mystères.
Bref, une oeuvre que j'invite à écouter sans se demander,bien sûr," quand -est-ce que ça va finir", mais prendre le temps et du plaisir, comme dans un concerto de Rachmaninov.
Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=E_l2kLmVJYo
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyMer 7 Juin 2023 - 16:29

Yuri Butsko (1938-2015), Symphonie n°5 « Rus ukhodyashchaya »
Vladimir Fedoseyev (Chef d’orchestre)
La 5ème symphonie est pour moi ,tout simplement un petit chef-d'oeuvre et ça fait plaisir, croyez-moi ,d'encore en découvrir.Là , avec cette symphonie, on entre dans un voyage musical formidable, car Boutsko est un véritable orchestrateur de génie,il nous entraîne gentiment ,lentement et calmement dans un paysage musical, à chaque fois ,toujours aussi passionnant et surprenant.Ses thèmes sont pourtant courts et magnifiques, il est comme Tchaikovsky naturellement doué ,pour s'épanouir dans ce genre d'oeuvres.Il descend bien sûr aussi de Moussorgsky sans oublier  ,non plus Rimsky-Korsakov, c'est la base de son ADN musical.
Il semble se désintéresser totalement de la musique moderne ou même occidentale.il avance à sa manière et à son train, comme un tsar revêtu du manteau de velours et d'hermine.Qu'importe que ce soit long et sans intèrêt pour certains. Il avance ,sûr de son fait et il a raison, sa musique est tout simplement superbe et émouvante et personnellement me touche. Que ceux qui veulent aller vite,et n'ont pas le temps de l'écouter, passent leur chemin,lui a le temps ,si ce n'est l'éternité pour exister.
Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=SfoCapHkf9w
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyJeu 8 Juin 2023 - 14:29

Pour ceux que Yuri Boutsko, intéresse, il existe un site russe,que l'on peut consulter, ou l'on trouve sa biographie,une discographie assez sélective et des articles sur le compositeur.Site que je viens de découvrir , ou j'espère apprendre plein de choses.
https://www.butsko.ru/blog

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Th_312


Dernière édition par gluckhand le Jeu 8 Juin 2023 - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyJeu 8 Juin 2023 - 14:38

Yuriy Butsko Interview pour la station de radio « Orpheus »

Cette dernière interview chronologique et peut-être la plus vivante et informative du compositeur a été enregistrée à la radio « Orphée » en 2012 et a précédé la diffusion de l’enregistrement de l’une des dernières compositions de Butsko - « Canon to the Angel the Terrible ». L’interview a été réalisée par Levon Hakobyan et Irina Tushintseva




- Yuri Markovich, laissez-moi vous demander de quel genre de musique il s’agit comme introduction à cette performance - si je comprends bien, la plupart de nos auditeurs l’écouteront pour la première fois. J’aimerais que vous fassiez un bref commentaire sur cette musique et que vous disiez ce que vous pensez qu’il est nécessaire de dire sur le contexte de celle-ci.


- C’est la dernière composition et la dernière représentation, car, comme vous le savez, toutes les compositions ne sont pas immédiatement honorées par l’exécution, parfois elles sont retardées, et parfois elles ne sont pas du tout jouées du vivant de l’auteur. Cette œuvre a été jouée et entendue à la salle de concert en octobre de l’année dernière lors du concert anniversaire de notre célèbre chef de chœur Stanislav Kalinin, qui a eu 70 ans. Stanislav Semenovich a donc demandé aux compositeurs qu’il connaissait, dont moi-même, s’ils avaient quelque chose de nouveau pour le concert anniversaire. Et il a apporté mon Canon à l’Ange le Terrible.

Ce texte est très intéressant. Il y a plus de cinq siècles, la Russie était gouvernée par le « despote de la Russie », comme il s’appelait lui-même, titré et signé dans des papiers, maintenant connu sous le nom d’Ivan le Terrible. L’époque, l’esprit de Grozny sont fortement exprimés dans son texte, qui m’a vraiment touché, transpercé. Le texte est authentique, pris dans la version de l’auteur lui-même, et non dans la traduction russe, ce qui serait impossible - trop serait perdu. Le canon est adressé à l’Ange Gardien du Terrible, qui choisit un tel destinataire pour son canon pénitentiel. Le roi se repent de ses péchés, il se souvient des circonstances très terribles de sa vie, de son comportement - apparemment, il se repent vraiment. Et il me semble que ce repentir s’exprime très fortement, c’était un écrivain impeccable, et je voulais ajouter la même intonation musicale à son texte. Tout a été exécuté par les élèves et les professeurs du Conservatoire de Moscou.


- Dans quelle mesure le contour d’intonation de la mélodie créée par Ivan le Terrible a-t-il été préservé ?


« Nous ne connaissons pas la mélodie de ce canon, nous ne savons pas s’il a été créé, à peine. C’est un texte littéraire. Contrairement aux textes musicaux qu’Ivan le Terrible a encore laissés derrière lui - son chant, quatre stichera sont attribués à sa main. Selon les preuves historiques, il connaissait parfaitement le chant Znamenny, le service religieux.

Il n’y a pas de citations ici, il n’y a même pas de références au chant Znamenny, qui existait réellement à son époque, qui a survécu jusqu’à ce jour dans les services religieux des vieux-croyants. C’est une incarnation libre du type oratorio-opératique, ou quelque chose du genre. Je voulais être aussi accessible que possible, aussi convaincant émotionnellement que possible. C’est une musique d’auteur, construite sur le type de liturgie. Tout d’abord, le chœur chante a cappella, puis la sonorité est ajoutée, deux pianos à queue et un orgue sont ajoutés, bien qu’il sonne imperceptiblement, doucement, puis un autre célesta - c’est-à-dire tous les instruments qui peuvent transmettre l’idée de sonnerie de cloche, divers types de sonnerie de cloche. Cet accompagnement...


- Vous parlez de la participation spéciale à cette partition d’instruments capables de transmettre le clocher. Cela me rappelle votre chose relativement ancienne – le Concerto polyphonique, auquel participent les mêmes instruments, bien que la dramaturgie là-bas, telle que je la comprends, soit différente, où le chœur n’entre qu’à la fin.


- Oui, vous avez mentionné la composition de la période la plus ancienne, la fin des années 60 - le début des années 70. Je viens d’obtenir mon diplôme du conservatoire, j’ai commencé à étudier le chant Znamenny et, selon ma foi, je le chante moi-même sur les kliros gauches de l’église des vieux-croyants. À cette époque, je voulais trouver une méthode pour gérer le mode Znamenny - c’est une manière spéciale. Je cherchais une méthode qui procédait des tons contenus dans ce chant de bannière lui-même, un moyen d’harmoniser le chant. Il y a eu beaucoup de tentatives de ce genre dans l’histoire de la musique – beaucoup se sont approchés du chant Znamenny, l’ont donc harmonisé et ont réfléchi à ce qu’il fallait en faire, comment le gérer, avec cet espace confiné très complexe, incompréhensible et apparemment statique. J’ai réussi à l’ouvrir en découvrant une idée que j’ai formulée comme « 12 sons à distance », c’est-à-dire 12 sons non pas dans le sens chromatique de cluster germano-Schoenberg, mais à distance, ce qui donne un spectre sonore complètement différent, une beauté différente - c’est comme un arc-en-ciel, le plaisir de la présence de ces tons à distance. Dans le Concerto polyphonique, non seulement le chant est cité, il y a chaque stichera, les 19 numéros sont construits dessus. En général, il s’agit d’un travail méthodique, voire méthodologique. C’est comme si pour Herr Bach était son clavier bien tempéré - il a écrit une école de jeu d’instruments à clavier et une école pour comprendre la musique, puis l’a répété dans le deuxième volume. Donner une telle école, qui manquait de musique russe, je voulais alors. C’était une tâche complètement différente, et c’était il y a si longtemps...
- Heureusement, des CD avec l’enregistrement complet du Concerto polyphonique sont récemment sortis, et peut-être sera-t-il possible de faire en sorte que cette musique acquière la renommée qu’elle mérite.

Vous avez parcouru un long chemin depuis le Concerto jusqu’au Canon. Quelque chose a-t-il changé en vous par rapport à l’antiquité russe ?


- L’affection et l’amour sont restés les mêmes, sinon plus, mais la méthode de présentation, je pense maintenant, devrait être disponible. Je veux être compris par mon pays. Bien sûr, ceux qui sont intéressés et veulent écouter et comprendre ne sont pas tous. La méthode a changé, l’intonation de parler, ou quelque chose, avec lequel je m’adresse à l’auditeur, a changé. Mais l’objet n’a pas changé du tout, il devient plus haut et plus significatif. Parfois, seul le désespoir prend: pourquoi faites-vous cela? Il n’y a pas de réponse ici. Après tout, il y a des choses qui sont fermées, qui devraient rester fermées. Quiconque s’est tenu à la liturgie comprend de quoi je parle. Et si j’osais le faire, l’ouvrir - je ne sais pas quelle sera l’évaluation de cela ...


– En dehors des secrets, y a-t-il des personnages dans votre vie qui ont laissé une marque indélébile sur votre musique ?


- Bien sûr, il y en avait beaucoup, vous ne pouvez pas tous les raconter dans un seul programme.


– Il arrive souvent que votre musique, créée sur la base de vos besoins intérieurs, ne soit pas jouée, soit jouée une fois et ne reçoive pas une publicité appropriée. Tout récemment, nous avons accueilli la production de vos « Notes » au Théâtre Pokrovsky.

Quant à moi, j’ai depuis longtemps un disque avec un enregistrement de l’opéra dirigé par Kondrashin et je l’ai écouté à plusieurs reprises.

Quelle est votre attitude vis-à-vis de cette nouvelle production, la production du XXIe siècle, où le fou lui-même est assis sur scène avec un ordinateur portable ?


Eh bien, c’est un essai de deuxième année au conservatoire, que j’ai écrit moi-même, sans le montrer à personne, je voulais essayer moi-même. Le scandale était grand, mais il s’est avéré que cet essai a vraiment joué un rôle dans mon destin. Mais je ne veux pas en parler longtemps. Mais le théâtre - il a pensé pendant 50 ans. Rien n’a changé, seul le fait que j’ai été admis à la table du maître a changé. Et je devrais en être ravi? Non, ce n’est pas intéressant.

Et voici ce qui est intéressant : je me suis récemment tourné vers le texte de Gogol, pensant le connaître par cœur. Pères-lumières: il s’avère que je n’ai pas remarqué la seconde moitié des « Notes ». Après tout, cette histoire est racontée très astucieusement, de deux points de vue - Poprishchin, M. le conseiller titulaire et le chien qui m’a manqué. Et je me suis giflé le front: j’aimerais pouvoir maintenant écrire le deuxième volume de « Notes » - au nom d’un chien, construisant un nouveau livret. Mais la force n’est pas la même : je suis vieux, aux cheveux gris... Je n’ai pas 24 ans, mais 74 ans... Et je ne vais pas le refaire.

Mais c’est terriblement intéressant, c’est un mystère des classiques. Gogol est le plus grand et le très dangereux auteur. Son danger réside dans le fait qu’il n’est pas déchiffré en tant que personne. Ce n’est pas seulement de la littérature, pas seulement du stylisme, il faisait autre chose. Il fait allusion à son messager dans l’un des paragraphes de sa confession - « Lieux choisis », mais cela n’est lu ni par ses contemporains ni plus tard. C’était probablement le secret pour se changer. Gogol a entrepris ce qui était impossible et a cherché le secret pour se changer lui-même et l’humanité - une tâche folle et impossible. Mais il l’a repris avec sa courte vie ... Rappelez-vous, 42 ans - et enterré le pauvre gars vivant ... Il y a une telle légende ... Et bien d’autres légendes... Tout acte de Gogol doit être étudié à la loupe. C’est terriblement important, c’est très intéressant.

C’est la personne qui marque. Vous voulez écrire « Dead Souls », donc vous serez Chichikov. Si vous voulez écrire des exercices musicaux pour l’inspecteur général, vous deviendrez Khlestakov. Vous voulez écrire « Notes of a Madman » – vous deviendrez ce héros, un fou. C’est une personne terrible qui, avec son étreinte osseuse du cercueil, attrape ceux qui s’approchent de lui. Pourquoi il fait cela - nous ne le savons pas. J’ai vécu cela sur moi-même. C’est une conversation spéciale. Et le fait que les messieurs se soient fixés, alors qu’ont-ils pensé pendant si longtemps?


- Mais dans la même période, vous avez eu des choses aussi brillantes qui ont eu du succès en concert que « Evening » et « Wedding Songs ».

- Vous mentionnez les compositions des premiers cours du conservatoire. Mon professeur Sergueï Artemievitch Balasanyan m’a demandé : « D’où venez-vous ? - De l’école nommée d’après la Révolution d’Octobre. - Ah, vous êtes une chorale. D’accord, écrivez quelque chose pour la chorale. »

Et l’une de ses premières questions : « Êtes-vous un Russe ? - (EN) C’est une question très importante, significative. –Oui? Alors écrivez quelque chose du folklore russe. » Il m’a guidé exactement, merci. Et sur ces concepts de russité et d’identité - ils semblaient être dits en passant, mais Sergueï Artemievitch était un homme subtil et pouvait assumer les perspectives de ce qui était dit - j’ai vécu et travaillé sur ces concepts.

Plus je vivais et travaillais longtemps, plus je voyais qu’il y avait des problèmes avec ma patrie. Et je suis devenu un Russe orthodoxe. Je n’étais pas comme ça avant. J’ai fait tout ce que la vie m’offrait : les commandes, le théâtre, le cinéma. Mais peu à peu, j’ai restreint ma recherche uniquement au pays dans lequel je vis et qui est le plus difficile. À mon avis. Et maintenant, c’est particulièrement difficile - dans un monde qui est devenu plus large, plus ouvert. Je veux être russe et je veux parler russe avec une personne russe. Pas avec celui qui est moderne, mais avec celui qui sera. Et s’il le fait, il voudra savoir: comment ils vivaient avant moi, ce qu’ils ont fait. Ce qu’ils pensaient avoir préparé pour moi.

J’ai dû construire une plate-forme, et j’ai trouvé trois mots qui commençaient par la lettre « e »: ethnos, ethos et eros. Ne confondez pas éros avec sexe, il n’y a pas de lettre « e », il y a la lettre « e ». Eros au sens platonicien. Sans ces trois points, une personne ne peut exister dans l’espace. Il peut y avoir 4, 5, 6 points, mais c’est déjà redondant. Souvenons-nous de Vitruve. Selon sa théorie, un est un accent, deux est une ligne, trois est un système. Trois est déjà un système, il existe. Quatre c’est bien, c’est stable, comme une table, mais trois c’est un système.

Je l’ai trouvé par moi-même il y a longtemps, à l’aube de la jeunesse brumeuse. Il a formulé et vécu selon cette règle. Par exemple, « Notes » est éros, il s’agit d’amour, de l’amour raté de Gogol: après tout, on ne sait pas comment, avec qui il a vécu. Parfois, ils essaient de découvrir son orientation sexuelle douteuse - mais échouent, bien qu’ils aient étudié sa vie jusqu’au jour. C’est un éros mystérieux et très fort. Idéaliste.

La plupart des cantates sont ethniques. Et enfin, le Concerto polyphonique est un ethos, c’est Dieu, ou ce qu’on appelle par ce mot, qui ne nous est pas donné de savoir. Les anciens Hébreux disaient : « Il », et ils avaient raison, même s’ils n’avaient pas toujours raison.

Une personne doit tout ressentir, tout matérialiser. Il est cité tout le temps: au commencement était la Parole. Oui, ce n’était pas un mot, mais un concept, un sens. Et il est même probable qu’au début il y avait une intonation, un son. Les enfants fredonnent d’abord quelque chose, c’est un meuglement rempli d’émotion. Probablement, l’humanité s’est développée de la même manière - avec l’intonation, avec la tension tonale de cette intonation.


Qui voyez-vous comme camarades dans votre vision du monde dans l’histoire et dans le présent ?


- Vous savez, je vais donner le nom de Vysotsky. J’ai travaillé à Taganka, j’ai fait l’une ou l’autre performance. Personne ne savait que Vysotsky était Semenovich. Seulement Volodya, Volodya. Certes, j’étais avec lui « pour toi »...

Pourquoi a-t-il éclaté parmi les siens, pourquoi a-t-il autant attiré les gens? Il a chanté le destin, il a chanté lui-même. Il a exposé ses chansons grossièrement, sur deux accords. Il a également déclaré: « Yuri Markovich, on me gronde ici pour des mélodies primitives, aidons-moi. Mes mélodies sont mauvaises. Soyons – je suis les paroles, et vous êtes les mélodies. » J’ai répondu : « Non, Volodya, tu as de bonnes mélodies, tu n’as besoin de rien. »

Il était déchiré comme un loup avec son destin. Ce n’est pas tout le monde qui peut le faire. Fraternité pop - elle gagne de l’argent, elle s’aime beaucoup. Probablement, de telles personnes sont nécessaires. Mais Vladimir s’est distingué précisément par le destin. Dans différentes circonstances de la vie, il était clair qu’il était dans le cadre du destin, comme un pendule. Il en était très obsédé. C’est un triste destin, vous ne pouvez pas boire autant et ainsi de suite. Il pouvait vivre. Nous sommes nés avec lui la même année. Mais il n’a pas calculé la force et s’est effondré.

Et quand il est décédé, j’ai commencé à écouter ses chansons - et je ne savais pas grand-chose, seulement ce qui sonnait dans les performances. Et puis il s’est giflé sur le front : où étais-je ? Après tout, je les ai chantés, les acteurs, avant les représentations, j’ai vu que Vysotsky avait les jambes tordues, un ventre. Mais je ne connaissais pas l’ampleur de ses chansons.

Il y avait une pièce de théâtre où il ne chantait qu’une seule chanson - sur la chasse aux loups. Et le public est venu juste pour ça. Il était clair qu’une personne déchire littéralement sa chair devant vous et que du sang en suinte. Et puis pas seulement des applaudissements, les gens sont arrivés à un état frénétique.

Je me souviens que sur « Hamlet » avec ma musique - je regarde dans la salle depuis les coulisses et je dis: « Volodya, tout le monde écrit là-bas, tout le monde a des magiciens à genoux. « Laissez-les écrire, ils veulent, laissez-les. »


– Sur quoi vous êtes-vous concentré lorsque vous avez écrit votre musique pour Hamlet ?


- Lioubimov n’a pas été autorisé à enregistrer des performances, et l’ingénieur du son Vladimir Mironovich a secrètement enregistré, et j’avais cet enregistrement dans les bandes. Je l’ai ensuite secrètement apporté à l’Orphée. Et avec « Hamlet » - j’ai refusé au début. Tchaïkovski, Prokofiev, Chostakovitch. Prenez Chostakovitch, mais je ne le ferai pas. Vysotsky était furieux : comment pouvez-vous, et je suis une sorte de Hamlet, mais je vais jouer Hamlet, je vais jouer moi-même. Avant moi, Paul Scofield a joué, Smoktunovsky, et je jouerai. Et il m’a convaincu. Son intonation. Et j’ai pensé: il a raison - et a bâclé la musique. Sur Taganka, en général, toute la musique était appelée en un mot. Yuri Petrovich a commandé: « Accentuons! » ou: « Mauvais accent, différent! » C’était un moment amusant. Mais il s’avère que j’ai chanté Vysotsky, si Hamlet était sa dernière performance. La dernière musique qu’il a entendue.


Votre vie théâtrale vous a également conduit à un autre Gogol - à l’inspecteur général.


Eh bien, la vie théâtrale, elle exige: ce qui est offert est ce que vous prenez. Mais je n’aime ni le cinéma ni le théâtre. J’ai plutôt peur du théâtre, mais je n’aime pas le cinéma. Je suis obligé d’être responsable de la séquence sonore et avec plaisir je peux écouter quelque chose de mon cru. J’ai vu la tâche, le directeur, et, par exemple, dans « Marcher à travers les tourments », j’ai vu le destin de mes parents, mon père, le général Butsko, qui a traversé toutes les guerres ...

Mais le cinéma a trop d’influence sur une personne. « Le plus dangereux des arts est le cinéma » – c’est ainsi que je paraphraserais Lénine. Il y a des films merveilleux, des réalisateurs merveilleux, mais c’est une violence de masse contre le subconscient humain, en principe. Vous êtes assis dans le noir, votre volonté est contrainte, vous êtes soumis à l’écran. Il s’agit d’une séance hypnotique.

Il y a un film dans lequel Maïakovski lui-même joue - « La jeune femme et le Hooligan ». Sergueï Utkevitch a fait sa restauration avec ma musique. Là, à la fin, le héros meurt et Maïakovski joue sa future mort. Son visage est déformé... Yutkevich donne un, un autre, un troisième arrêt sur le visage de Maïakovski ... Et j’ai écrit un essai désespéré. Nous avons invité Lilya Brik à la première visite. Et à la fin du film, elle a commencé à crier et à pleurer: « Volodya, tu es là, et je suis là, cela ne peut pas être, Volodya, viens ici. » Mais elle avait presque 90 ans, et elle a tendu les mains et l’a appelé ... J’ai regardé avec horreur. Ce fut le début de notre connaissance et de mon grand amour unique pour elle...

Merci à https://www.butsko.ru/blog et s'y reporter.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyJeu 8 Juin 2023 - 15:44

1970 « Es muss sein ». Trio Quintette pour piano et quatuor à cordes / Youri Boutsko.

Découverte ,d'une oeuvre de musique de chambre vraiment superbe.Bien que la référence du titre « Es muss sein » en hommage à Beethoven et son 16ème quatuor.Ce Le faut il? Le faut il? pour l'oeuvre en question de Boutsko m'interroge.D'ailleurs même la formation me fait m'interroger  Trio Quintette pour piano et quatuor à cordes?
Quoiqu'il en soit , après plusieurs écoutes, je trouve l'oeuvre magnifique et originale.
Pas facile pour moi, de parler musique ou références musicologiques dans cette oeuvre, ou je pense Boutsko, comme d'habitude a mis beaucoup de lui et qu'il me semble qu'il débute son oeuvre par un extrait du fameux quatuor de Beethoven, qu'il recite ,sous des formes différentes,comme un fil rouge ,dans cette grande oeuvre.Je reparlerais de toutes les oeuvres de Boutsko, en temps venu, pour l'instant, il est temps de découvrir, de les accueillir, de mieux les comprendre et un jour peut être ,d'en mieux parler qu'aujourd'hui.
PS/ Vu la date de 1970 et après plusieurs écoutes, je me pose la question, si ce n'est pas un hommage du compositeur Boutsko au compositeur Beethoven,pour l'anniversaire de sa naissance.Simple spéculation de ma part, mais formidable oeuvre et très bel hommage.Je me demande même, ce qu'on attend pour enregistrer une oeuvre aussi belle?

Pour l'écouter/
https://archive.org/details/cd_yuri-butsko-iii_yuri-butsko/disc1/01.+Yuri+Butsko+-+Piano+Quintet+_Trio-Quintet_.flac
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyVen 9 Juin 2023 - 15:47

Canon à l’Ange le Terrible.

Il s’agit de sa dernière composition écrite, et la dernière qui a été jouée. Le texte du canon est un texte authentique de Ioann (Ivan) IV le Terrible qui régnait sur la Russie il y a plus de 5 cents ans. Le canon est adressé à l’archange Michel comme une repentance, où le despote confesse ses péchés et demande pardon. La composition est de type liturgie. Au début, c’est surtout une capella, que le son devient plus riche - deux pianos, un orgue (presque imperceptible), du célesta sont ajoutés - tous les instruments qui pourraient transmettre l’idée de péage.
L’enregistrement est réalisé lors de sa première représentation à la fin de l’année 2011 par le Conservatoire de Moscou, le chef d’orchestre est S. Kalinin.YT

Boutsko est particulièrement inspiré pour cette dernière oeuvre, mais pour moi, il l'est toujours .C'est quelqu'un qui ne frelate pas ses compositions ou bien qui cherche la facilité.Il est très conscient de ce qu'il écrit et justement cette longueur reprochée par certains,justifie qu'il pense avoir quelque chose à dire et il le fait,sans se préoccuper du temps.
Il y a une rélle beauté dans cette oeuvre. A la question de son interlocuteur

Vous avez parcouru un long chemin depuis le Concerto jusqu’au Canon. Quelque chose a-t-il changé en vous par rapport à l’antiquité russe ?

- L’affection et l’amour sont restés les mêmes, sinon plus, mais la méthode de présentation, je pense maintenant, devrait être disponible. Je veux être compris par mon pays. Bien sûr, ceux qui sont intéressés et veulent écouter et comprendre ne sont pas tous. La méthode a changé, l’intonation de parler, ou quelque chose, avec lequel je m’adresse à l’auditeur, a changé. Mais l’objet n’a pas changé du tout, il devient plus haut et plus significatif. Parfois, seul le désespoir prend: pourquoi faites-vous cela? Il n’y a pas de réponse ici. Après tout, il y a des choses qui sont fermées, qui devraient rester fermées. Quiconque s’est tenu à la liturgie comprend de quoi je parle. Et si j’osais le faire, l’ouvrir - je ne sais pas quelle sera l’évaluation de cela ...

Ensuite son interlocuteur lui pose la question qui concerne sa dernière oeuvre.

- Yuri Markovich, laissez-moi vous demander de quel genre de musique il s’agit comme introduction à cette performance - si je comprends bien, la plupart de nos auditeurs l’écouteront pour la première fois. J’aimerais que vous fassiez un bref commentaire sur cette musique et que vous disiez ce que vous pensez qu’il est nécessaire de dire sur le contexte de celle-ci.

- C’est la dernière composition et la dernière représentation, car, comme vous le savez, toutes les compositions ne sont pas immédiatement honorées par l’exécution, parfois elles sont retardées, et parfois elles ne sont pas du tout jouées du vivant de l’auteur. Cette œuvre a été jouée et entendue à la salle de concert en octobre de l’année dernière lors du concert anniversaire de notre célèbre chef de chœur Stanislav Kalinin, qui a eu 70 ans. Stanislav Semenovich a donc demandé aux compositeurs qu’il connaissait, dont moi-même, s’ils avaient quelque chose de nouveau pour le concert anniversaire. Et il a apporté mon Canon à l’Ange le Terrible.

Ce texte est très intéressant. Il y a plus de cinq siècles, la Russie était gouvernée par le « despote de la Russie », comme il s’appelait lui-même, titré et signé dans des papiers, maintenant connu sous le nom d’Ivan le Terrible. L’époque, l’esprit de Grozny sont fortement exprimés dans son texte, qui m’a vraiment touché, transpercé. Le texte est authentique, pris dans la version de l’auteur lui-même, et non dans la traduction russe, ce qui serait impossible - trop serait perdu. Le canon est adressé à l’Ange Gardien du Terrible, qui choisit un tel destinataire pour son canon pénitentiel. Le roi se repent de ses péchés, il se souvient des circonstances très terribles de sa vie, de son comportement - apparemment, il se repent vraiment. Et il me semble que ce repentir s’exprime très fortement, c’était un écrivain impeccable, et je voulais ajouter la même intonation musicale à son texte. Tout a été exécuté par les élèves et les professeurs du Conservatoire de Moscou.


- Dans quelle mesure le contour d’intonation de la mélodie créée par Ivan le Terrible a-t-il été préservé ?


« Nous ne connaissons pas la mélodie de ce canon, nous ne savons pas s’il a été créé, à peine. C’est un texte littéraire. Contrairement aux textes musicaux qu’Ivan le Terrible a encore laissés derrière lui - son chant, quatre stichera sont attribués à sa main. Selon les preuves historiques, il connaissait parfaitement le chant Znamenny, le service religieux.

Il n’y a pas de citations ici, il n’y a même pas de références au chant Znamenny, qui existait réellement à son époque, qui a survécu jusqu’à ce jour dans les services religieux des vieux-croyants. C’est une incarnation libre du type oratorio-opératique, ou quelque chose du genre. Je voulais être aussi accessible que possible, aussi convaincant émotionnellement que possible. C’est une musique d’auteur, construite sur le type de liturgie. Tout d’abord, le chœur chante a cappella, puis la sonorité est ajoutée, deux pianos à queue et un orgue sont ajoutés, bien qu’il sonne imperceptiblement, doucement, puis un autre célesta - c’est-à-dire tous les instruments qui peuvent transmettre l’idée de sonnerie de cloche, divers types de sonnerie de cloche. Cet accompagnement...

Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=1444GDE8spo
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyLun 19 Juin 2023 - 5:51

Trio n° 3 pour violon, violoncelle et piano « From the Days of My Youth » « Des jours de ma jeunesse »(2002)

Trio n° 3 pour violon, violoncelle et piano « From the Days of My Youth » (2002) · Anna Savkina · Evgeny Rumyantsev · Ioulia Kupriyanova
YURI BUTSKO. Œuvres de chambre

Plusieurs fois que j'écoute ce beau trio et l'on ne peut qu'être impressionné , par ce qu'il dégage,comme intériorité et une certaine nostalgie d'un temps perdu ou oublié.Un langage classique ,et trois instruments,dont Butsko se sert parfaitement,pour illustrer ses sentiments et qui peut sembler austère de premier abord.Les interprètes sont épatants.

Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=u04fs5lN4jA
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyLun 26 Juin 2023 - 12:31

BUTSKO - Kats - 'Le journal d’un fou'
Cherkasov Gennadi (Réalisation), Kats Arnold (Réalisation), Yakovenko Serguei (baryton), Spiridonov Sergei (ténor)


"Propichtchine est fonctionnaire à Saint Pétersbourg. À travers lui se jouent toutes les conditions humaines, du pathétique à l'absurde, jusqu'à rendre floues les frontières entre le fou et le normal. Le Journal d'un fou est avant tout une histoire russe, où le héros est à la fois furieux, infiniment triste, et tendre. Ainsi le monde qu'il décrit peut exister ou n'être que le fruit son imagination.
Mêlant plusieurs genres littéraires, Le Journal d'un fou est à la fois une nouvelle sous forme de journal intime, mais également un récit presque fantastique dont l'écriture semble empreinte de théâtralité ".Babelio/ https://www.babelio.com/livres/Gogol-Le-journal-dun-fou/69621

Avec Le journal d'un fou,d'après Gogol (1963) Butsko  aborde le premier volet d'un tryptique lyrique , poursuivi les par Nuits blanches (1968) et refermé avec les Lettres de l'artiste (1974) " où le texte littéraire prédomine sur l'action. Opéras des soliloques et des correspondances, de l'intime et du tragique, dont la radicalité dramaturgique n'a pas trouvé les chemins de la scène autrement que pour des créations furtives." Jean-Charles Hoffelé

Décidément Gogol a aussi,inspiré un autre chef-d'oeuvre lyrique à Chostakovitch, avec le Nez,là ,on peut rapprocher ,pour la forme,l'oeuvre de Butsko,du Journal d'un disparu de Janacek, mais ça reste très personnel et même merveilleux. Un chef-d'oeuvre absolu,qui montre le génie multifacettes de Butsko.D'autant que le version proposée est assez extraordinaire.Même si l'on ne comprend pas le russe comme moi, on subit l'ascendant et la vérité des chanteurs à tous moments. une oeuvre à découvrir d'urgence, pour ceux qui ne connaissent pas.
Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=G4cOitClqrA
Revenir en haut Aller en bas
Yano
Mélomane averti
Yano


Nombre de messages : 114
Age : 57
Localisation : Aude
Date d'inscription : 20/10/2014

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyMer 5 Juil 2023 - 10:43

gluckhand a écrit:
Yuri Butsko: Symphony-Suite No 2, 'From Russian Antiquity ' [Emin Khachaturian-USSR Cinematographic Symphony Orchestra].

Vraiment impressionné par cette oeuvre,composée de plusieurs morceaux. Sans nul doute,inspirée par la musique populaire et la musique ancienne folklorique russe.Le résultat est assez saisissant et ne peut ,pour ma part, que saisir et ravir l'auditeur lambda.Plusieurs fois, que je la réécoute et j'y trouve toujours ,quelque chose de nouveau.Boutsko est un remarquable orchestrateur et presque aussi une sorte de magicien, pour faire ressortir tout ce qu'il y a de  vraiment  merveilleux ,de chatoyant et de profond ,dans cette musique.Loin de moi, l'idée de la considèrer comme une musique facile et seulement populaire, c'est de la belle et grande musique russe,avant tout.

Pour l'écouter/
www.youtube.com/watch?v=wIqhrQHXAW8

C'est vraiment très beau.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe EmptyVen 31 Mai 2024 - 20:41

Concert à la mémoire de Yuri Butsko
Trio avec piano n° 4 « L’Ange du désert » (première représentation) Interprètes : Alexander Malomozhnov, Ilya Kononov, Institut d’État d’études artistiques Egor Romanenko Moscou, 24 avril 2016

Pour l'écouter/ https://youtu.be/B_U6Yc3T8QI?si=1dOS-SUOAqbL_D6n
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty
MessageSujet: Re: Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe   Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Youri Boutsko (1938-2015) compositeur très orthodoxe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le chant orthodoxe russe
» Frederic Rzewski (1938–)
» PP. Messe en si. Pichon / Pygmalion
» Vous cherchez le titre d'une oeuvre? Ca se passe ici!
» Charles Wuorinen (1938)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: