Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

 

 Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !

Aller en bas 
+10
Pison Futé
Mehdi Okr
Wolferl
Passage
poisson
Cololi
Cello
Xavier
Sauron le Dispensateur
DavidLeMarrec
14 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Pison Futé
patate power
Pison Futé


Nombre de messages : 27496
Age : 31
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMar 9 Mar 2010 - 23:06

Je lis la page de David sur l'engorgement et la nasalité -très bien faite au demeurant-

J'ai quelques petites questions :

L'engorgement :

Pour ce qui concerne Hermann Prey, le côté pateux de la voix, ne le ressent-on pas particulièrement dans son bas médium et son grave ?

En ce qui concerne des slaves, l'engorgement est-il à l'origine du manque de fluidité qui se ressent parfois chez eux ? (notamment une sorte de décalage pour "lancer" les aigus, et de fait des coups glottes un peu vomies)

La nasalité :

J'ai du mal à entendre le souffle dans la voix de Robin...

Confused

Sinon, les sopranos crécelles usent toutes du chant dans le nez ? (par exemple Reri Grist)
(d'ailleurs, c'est étonnant que pour les mezzos tu n'aies pas utilisé la voix de Cossotto !)
Scotto chante dans le nez, non ? (ce côté acide...)

Baltsa en 2008 a l'air d'avoir encore une voix bien conservée ! Néanmoins, j'ai l'impression que les poitrinés par le nez sont moins pleins que par la gorge. D'ailleurs, j'ai du mal à comprendre comment on peut réussir à bien appuyer ses poitrinés par le nez...

Aussi, en ce qui concerne les voix graves (barytons & basses), c'est 3 cas sur 4, un chant sur la gorge ?
Raimondi, qu'est-ce donc ?
(Pour Moll, même si on sent que ce n'est pas la gorge qui pousse, j'ai du mal à entendre la nasalité)
Citation :

1. une nasalité-parasite
2. une nasalité-plénitude,
3. une nasalité secondaire

Tu as des exemples de chanteurs ? Smile

Un son tubé, donc, c'est dans les joues ? (on dirait que le son est "retenu")

En tout cas, bravo !
thumleft
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMar 9 Mar 2010 - 23:35

Je précise qu'on parle de ceci, sinon ça va devenir sibyllin (à partir du fil de la grotte aux glottes) : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2010/01/21/1453 .

Elvira a écrit:
Pour ce qui concerne Hermann Prey, le côté pateux de la voix, ne le ressent-on pas particulièrement dans son bas médium et son grave ?
Moi je l'entends beaucoup aussi dans l'aigu, un peu étouffé.

Citation :
En ce qui concerne des slaves, l'engorgement est-il à l'origine du manque de fluidité qui se ressent parfois chez eux ? (notamment une sorte de décalage pour "lancer" les aigus, et de fait des coups glottes un peu vomies)
Oui, c'est juste : l'engorgement ralentit l'émission.

Citation :
J'ai du mal à entendre le souffle dans la voix de Robin...
Un peu sur "nous partirons seuls tous les deux". En tout cas pas dans sa forme vocale optimale.

Citation :
Sinon, les sopranos crécelles usent toutes du chant dans le nez ? (par exemple Reri Grist)
Le nez aide, oui, mais Grist, de mémoire, ne me paraît pas si nasale que ça.

Citation :
(d'ailleurs, c'est étonnant que pour les mezzos tu n'aies pas utilisé la voix de Cossotto !)
Il n'y avait pas de place pour tout le monde. J'aurais pu mettre Simionato aussi ! Very Happy Et Barbieri, d'ailleurs.


Citation :
Scotto chante dans le nez, non ? (ce côté acide...)
Un peu, mais de mémoire (ça demande vraiment à être vérifié rigoureusement à chaque fois, pour ne pas s'imaginer des points de résonance), c'est relativement équilibré. C'est surtout ses résonateurs qui sont agressifs (bien dans la tête, et très énergiques).


Citation :
Baltsa en 2008 a l'air d'avoir encore une voix bien conservée !
Tout à fait ! Very Happy


Citation :
Néanmoins, j'ai l'impression que les poitrinés par le nez sont moins pleins que par la gorge.
Oui... Impression à cause du timbre. Mais gare aux désillusions en salle ! Une voix engorgée sonne à l'intérieur du chanteur, et porte donc beaucoup moins. Beaucoup de voix qui paraissent radieuses au disque (Jean-Sébastien Bou par exemple, et paraît-il Andrew Schroeder, pour citer des barytons en activité) peuvent se révéler limitées en scène à cause de cet engorgement flatteur mais assez peu sonore.

C'est pourquoi l'école italienne (qui en plus est conçue à partir d'une langue déjà un peu nasale, comme le français ou l'américain) est plus proche du nez chez ses représentants les plus aboutis.

Citation :
D'ailleurs, j'ai du mal à comprendre comment on peut réussir à bien appuyer ses poitrinés par le nez...
Tout simplement parce que, pour faire schématique, l'endroit où l'on projette le son et ce qui résonne n'est pas forcément la même chose. Et par ailleurs, le poitiné ne se passe pas forcément au niveau de la poitrine, physiquement parlant.

Mais je ne suis pas très performant sur cette question, cela dit : ça ne m'a jamais passionné plus que ça et je ne l'ai pas moi-même testé, ce qui rend mes remarques sans doute plus abstraites sur ce point.


Citation :
Aussi, en ce qui concerne les voix graves (barytons & basses), c'est 3 cas sur 4, un chant sur la gorge ?
Pas du tout. (En gardant l'idée OU nasal OU engorgé, parce que je vais citer des voix équilibrées.) DFD est nasal, Stewart est nasal, Morris est nasal, Allen est nasal, Salminen est nasal... En gros, la plupart des voix graves allemandes et américaines sont plutôt nasales. Mais là encore, je fais une spéculation par rapport aux artistes auxquels je pense... et on ne pense sûrement pas aux mêmes, donc impossible de faire une statistique.


Citation :
Raimondi, qu'est-ce donc ?
Ca me paraît très équilibré comme voix, très exactement équidistant. Il fait plein de trucs bizarres (et surtout il y a des choses qu'il ne fait pas), mais là, je ne vois pas comment faire pencher la balance.

Citation :
(Pour Moll, même si on sent que ce n'est pas la gorge qui pousse, j'ai du mal à entendre la nasalité)
Pourtant, c'est tout dans le nez, vraiment.


Citation :
Citation :
1. une nasalité-parasite
2. une nasalité-plénitude,
3. une nasalité secondaire

Tu as des exemples de chanteurs ? Smile
Bien sûr.
1 => Vickers, Domingo, Heppner, McCracken, Salminen, Sénéchal, Merritt, Kunde... tous ceux qui ont une nasalité très prononcée et "agressive". Evidemment, on peut aimer ça, quand je dis "parasite", c'est qu'elle témoigne d'un déséquilibre.
2 => Moll, Stolze, un peu Vanzo (qui reste équilibré)... des voix très nasales et rondes à la fois. Ca ne se trouve quasiment pas dans le répertoire italien.
3 => Flórez, Secco, L. Brownlee... Toutes ces voix réputées très saines, mais qui se placent légèrement nasalement pour accomplir leur brillant. Elles ne sont toutefois pas déséquilibrées.


Citation :
Un son tubé, donc, c'est dans les joues ? (on dirait que le son est "retenu")
Non, ce sont deux choses différentes (et on trouve les deux chez Callas). Les joues, ça s'entend vraiment, on dirait qu'on gonfle des bajoues.

Tuber, c'est grossir artificiellement (et ça blanchit la voix).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
Pison Futé


Nombre de messages : 27496
Age : 31
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMar 9 Mar 2010 - 23:53

Je te remercie de tes précieuses réponses. Smile
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMar 9 Mar 2010 - 23:55

A vot' service, Madamigella Elviretta. salut
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
Pison Futé


Nombre de messages : 27496
Age : 31
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMar 9 Mar 2010 - 23:57

Maintenant, il va falloir que je passe au côté pratique, mais je crois que ce n'est pas gagné !
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMar 9 Mar 2010 - 23:58

Ca dépend si c'est de la pratique verbale ou lyrique, le temps d'apprentissage n'est pas le même. Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32312
Age : 41
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 10 Mar 2010 - 8:55

Faut pas tout mélanger !

Je vous renvoie à l'article sur forumopera (récent) où Alfredo Kraus parle de nasalité. Et désolé mais je suis d'accord avec lui.

Les voix graves que tu cites (Salminen, Moll ...) ne chantent pas dans le nez ... par contre elles se servent (comme tout chanteur qui a bien appris à chanter) des résonnateurs, qui c'est vrai se trouvent non loin du nez. Mais chanter dans le nez ... tu peux me croire ... c'est autre chose. Et Kraus ne fait que confirmer ce que j'ai toujours appris.

Si tu as vraiment la voix dans le nez, non seulement ça sera plus moche, mais ça sonnera bien moins aussi.

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 12:49

Radames a écrit:
N'oublions pas que tous ces grands gabarits étaient avent tout des bêtes de scène habitués à chanter leurs rôles sur scène en compagnie de partenaires chevronés et devant un public exigeant et averti. Fallait assurer à cette époque et pas un peu.
Mais aujourd'hui, encore plus :
- il faut chanter dans beaucoup de langues différentes, et qui ne sont pas la sienne généralement (ce qui a posé et pose encore beaucoup de problèmes, même du strict point de vue vocal) ;
- il faut chanter Manrico en marcel en faisant le poirier sur un tapis de fakir et en faisant jongler trois pommes avec les pieds - il est recommandé d'être sûr de son chant avant d'entrer en scène ;
- les souffleurs ont disparu ;
- les salles sont plus grandes ;
- et depuis un lustre à peu près, la moindre faiblesse est captée et balancée sur YouTube.

A mon avis, ça réclame plus de compétences qu'à l'époque où on chantait tout dans sa langue et de surcroît à peu près immobile, les bras en croix face au public (le Met des années 80 fait figure de Regietheater à côté de Naples dans les années 50...).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Radames
Mélomaniaque
Radames


Nombre de messages : 850
Age : 54
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 13:14

DavidLeMarrec a écrit:
Radames a écrit:
N'oublions pas que tous ces grands gabarits étaient avent tout des bêtes de scène habitués à chanter leurs rôles sur scène en compagnie de partenaires chevronés et devant un public exigeant et averti. Fallait assurer à cette époque et pas un peu.
Mais aujourd'hui, encore plus :
- il faut chanter dans beaucoup de langues différentes, et qui ne sont pas la sienne généralement (ce qui a posé et pose encore beaucoup de problèmes, même du strict point de vue vocal) ;
- il faut chanter Manrico en marcel en faisant le poirier sur un tapis de fakir et en faisant jongler trois pommes avec les pieds - il est recommandé d'être sûr de son chant avant d'entrer en scène ;
- les souffleurs ont disparu ;
- les salles sont plus grandes ;
- et depuis un lustre à peu près, la moindre faiblesse est captée et balancée sur YouTube.

A mon avis, ça réclame plus de compétences qu'à l'époque où on chantait tout dans sa langue et de surcroît à peu près immobile, les bras en croix face au public (le Met des années 80 fait figure de Regietheater à côté de Naples dans les années 50...).

et les voix sont plus petites (bien souvent) Shit
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 13:21

Radames a écrit:
et les voix sont plus petites (bien souvent) Shit
On pourrait beaucoup discuter de ça. D'abord parce que la mémoire discographique, collective et personnelle retient d'abord le meilleur. Ensuite parce que je suis convaincu (mais apparemment un peu seul, vu comment on fait travailler le chant...) que le fait de changer de langue implique une refonte considérable de la technique, et qu'on ne peut donc pas apprendre à chanter si on mélange les langues comme c'est le cas aujourd'hui. Le nombre de profs qui donnent à de petits français qui balbutient à grand'peine l'anglais un air de Papageno en VO pour débuter !

Je pense qu'une certaine grisaille et de mauvaises habitudes d'émission viennent aussi de là.


Cela dit, la grandeur des voix, pour les répertoires, qui m'intéressent le plus, ce n'est pas vraiment fondamental. Et même dans Verdi d'ailleurs, ça m'est totalement égal. hehe

Ce sont plutôt des placements opaques que j'entends apparaître à partir des années 70. Mais ça va aussi de pair avec le changement de l'émission parlée (téléphone ? vie plus feutrée ?), très différente.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Radames
Mélomaniaque
Radames


Nombre de messages : 850
Age : 54
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 13:27

DavidLeMarrec a écrit:
Radames a écrit:
et les voix sont plus petites (bien souvent) Shit
On pourrait beaucoup discuter de ça. D'abord parce que la mémoire discographique, collective et personnelle retient d'abord le meilleur. Ensuite parce que je suis convaincu (mais apparemment un peu seul, vu comment on fait travailler le chant...) que le fait de changer de langue implique une refonte considérable de la technique, et qu'on ne peut donc pas apprendre à chanter si on mélange les langues comme c'est le cas aujourd'hui. Le nombre de profs qui donnent à de petits français qui balbutient à grand'peine l'anglais un air de Papageno en VO pour débuter !

Je pense qu'une certaine grisaille et de mauvaises habitudes d'émission viennent aussi de là.


Cela dit, la grandeur des voix, pour les répertoires, qui m'intéressent le plus, ce n'est pas vraiment fondamental. Et même dans Verdi d'ailleurs, ça m'est totalement égal. hehe

Ce sont plutôt des placements opaques que j'entends apparaître à partir des années 70. Mais ça va aussi de pair avec le changement de l'émission parlée (téléphone ? vie plus feutrée ?), très différente.

Là est justement le problème : on chante trop vite des airs avec un instrument non construit.
On est jeune, en pleine forme et plein d'enthousiasme et on pousse et on tire.
On a l'impression de chanter alors que ce n'est pas le cas.
Les vieux maîtres faisaient vocaliser leurs élèves pendant des années avant de leur donner le moindre air à chanter. L'enseignement actuel est en gros coupable de cette régression.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 13:40

Radames a écrit:
Là est justement le problème : on chante trop vite des airs avec un instrument non construit.
On est jeune, en pleine forme et plein d'enthousiasme et on pousse et on tire.
On a l'impression de chanter alors que ce n'est pas le cas.
Les vieux maîtres faisaient vocaliser leurs élèves pendant des années avant de leur donner le moindre air à chanter. L'enseignement actuel est en gros coupable de cette régression.
Je ne suis pas du tout un adepte de la vocalisation (je me suis toujours refuser à la pratiquer), que je trouve aussi dangereuse, suivant comme elle est faite. Ca ne garantit pas du tout contre le forçage ou le mauvais placement ; j'ai vu des choses terrifiantes dans les conservatoires, avec des élèves aphones à la fin de deux vocalises. (Le prof les laisse hurler sur toute l'étendue de la voix...)
En tout cas, ce n'est pas le point fondamental pour moi (personnellement, je n'en utilise jamais, mais tous les profs de chant le font et l'ont toujours fait, ce n'est donc pas le point discriminant, je pense).

Ce qui me gêne vraiment, c'est qu'on fait travailler des airs dans des langues non maîtrisées à des étudiants en chant qui ne peuvent donc pas placer correctement leurs sons. Il y a déjà assez à faire avec leur propre langue, quitte à traduire platement en français les airs qu'ils chantent ! Quand on débute, on n'en est pas à faire de l'authenticité, on n'est déjà pas capable d'être audible, timbré et juste !
Ca permet d'éviter des tas de tubages...

A titre personnel, je peux en témoigner, il a fallu que je puisse prononcer l'allemand parlé avec un accent potable avant de pouvoir chanter correctement dans cette langue, où je suis toujours beaucoup plus faible en termes de richesse de timbre et d'aisance sonore qu'en français.


Evidemment, la prudence que tu décris est fondamentale, et si on fait vocaliser (ou chanter) des choses simples et accessibles, ça permet d'avoir une voix plus saine. La première chose qu'un professeur devrait dire, à mon sens, est de ne pas grossir la voix, de commencer par chanter très naturellement, comme une chansonnette. Une fois que les préalables du souffle et du placement sont posés, après on peut balancer les gros résonateurs, on pourra toujours revenir à quelque chose de beau, d'agréablement timbré.
Je n'ai jamais vu, en réalité, de professeur de chant (mais je ne les ai pas tous vus, loin s'en faut !) dire à un élève de chanter en voix naturelle pour commencer son étude.
A partir de là, le risque de former des voix opaques est démultiplié, puisque toute la progression se fondera sur une base déjà trafiquée et malsaine...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Radames
Mélomaniaque
Radames


Nombre de messages : 850
Age : 54
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 13:48

DavidLeMarrec a écrit:
Radames a écrit:
Là est justement le problème : on chante trop vite des airs avec un instrument non construit.
On est jeune, en pleine forme et plein d'enthousiasme et on pousse et on tire.
On a l'impression de chanter alors que ce n'est pas le cas.
Les vieux maîtres faisaient vocaliser leurs élèves pendant des années avant de leur donner le moindre air à chanter. L'enseignement actuel est en gros coupable de cette régression.
Je ne suis pas du tout un adepte de la vocalisation (je me suis toujours refuser à la pratiquer), que je trouve aussi dangereuse, suivant comme elle est faite. Ca ne garantit pas du tout contre le forçage ou le mauvais placement ; j'ai vu des choses terrifiantes dans les conservatoires, avec des élèves aphones à la fin de deux vocalises. (Le prof les laisse hurler sur toute l'étendue de la voix...)
En tout cas, ce n'est pas le point fondamental pour moi (personnellement, je n'en utilise jamais, mais tous les profs de chant le font et l'ont toujours fait, ce n'est donc pas le point discriminant, je pense).

Ce qui me gêne vraiment, c'est qu'on fait travailler des airs dans des langues non maîtrisées à des étudiants en chant qui ne peuvent donc pas placer correctement leurs sons. Il y a déjà assez à faire avec leur propre langue, quitte à traduire platement en français les airs qu'ils chantent ! Quand on débute, on n'en est pas à faire de l'authenticité, on n'est déjà pas capable d'être audible, timbré et juste !
Ca permet d'éviter des tas de tubages...

A titre personnel, je peux en témoigner, il a fallu que je puisse prononcer l'allemand parlé avec un accent potable avant de pouvoir chanter correctement dans cette langue, où je suis toujours beaucoup plus faible en termes de richesse de timbre et d'aisance sonore qu'en français.


Evidemment, la prudence que tu décris est fondamentale, et si on fait vocaliser (ou chanter) des choses simples et accessibles, ça permet d'avoir une voix plus saine. La première chose qu'un professeur devrait dire, à mon sens, est de ne pas grossir la voix, de commencer par chanter très naturellement, comme une chansonnette. Une fois que les préalables du souffle et du placement sont posés, après on peut balancer les gros résonateurs, on pourra toujours revenir à quelque chose de beau, d'agréablement timbré.
Je n'ai jamais vu, en réalité, de professeur de chant (mais je ne les ai pas tous vus, loin s'en faut !) dire à un élève de chanter en voix naturelle pour commencer son étude.
A partir de là, le risque de former des voix opaques est démultiplié, puisque toute la progression se fondera sur une base déjà trafiquée et malsaine...

Gigli, Bjorling, Gedda, Pavarotti, Schipa, Di Stefano (jeune) et Carreras sont des exemples parfaits de chant "naturel". Il y en a bien sûr d'autres.
Sinon tu as tout à fait raison pour tout le reste.
Vocaliser, oui mais faut voir comment!
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 13:52

Radames a écrit:
Gigli, Bjorling, Gedda, Pavarotti, Schipa, Di Stefano (jeune) et Carreras sont des exemples parfaits de chant "naturel". Il y en a bien sûr d'autres.
Pas d'accord du tout pour Gedda, mais oui, tu cites des voix naturelles. Mais il faudrait peut-être clarifier. Il y a la "voix naturelle" qui désigne une voix naturellement prédisposée ; la "voix naturelle" qui est le développement harmonieux de son instrument de départ (ce dont tu parlais, je pense) ; et la "voix naturelle" qui est celle à l'état brut, belle ou non. Je parlais de cette dernière : il serait plus sain de commencer à chanter sur une octave à la façon de Carla Bruni, avant de mettre en place sa technique, plutôt que de vouloir imiter Ghiaurov dès le premier jour et de ne jamais sortir un son correct.

Or, j'ai l'impression que les professeurs ne bataillent pas toujours beaucoup contre ce désir de gros-son-tout-de-suite. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Radames
Mélomaniaque
Radames


Nombre de messages : 850
Age : 54
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 14:00

DavidLeMarrec a écrit:
Radames a écrit:
Gigli, Bjorling, Gedda, Pavarotti, Schipa, Di Stefano (jeune) et Carreras sont des exemples parfaits de chant "naturel". Il y en a bien sûr d'autres.
Pas d'accord du tout pour Gedda, mais oui, tu cites des voix naturelles. Mais il faudrait peut-être clarifier. Il y a la "voix naturelle" qui désigne une voix naturellement prédisposée ; la "voix naturelle" qui est le développement harmonieux de son instrument de départ (ce dont tu parlais, je pense) ; et la "voix naturelle" qui est celle à l'état brut, belle ou non. Je parlais de cette dernière : il serait plus sain de commencer à chanter sur une octave à la façon de Carla Bruni, avant de mettre en place sa technique, plutôt que de vouloir imiter Ghiaurov dès le premier jour et de ne jamais sortir un son correct.

Or, j'ai l'impression que les professeurs ne bataillent pas toujours beaucoup contre ce désir de gros-son-tout-de-suite. Smile

Une chose est sûr, on ne fera jamais un meuble d'un baton.... un pied de table tout au plus.
Si l'élève à un potentiel il faut le faire développer (un peu comme en musculation où le corps s'habitue à un système d'ajout de charge progressif). Le développement de la soufflerie, l'abaissement du larynx et l'élargissement du pahrynx feront développer la voix d'elle-même. Melocchi disait à ses élèves "Ti do una voce, se sai cantare sono cazzi tuoi" (je te donne une voix si tu sais chanter avec c'est ton problème).
Un peu comme si on a cinq mètres de tissu finement tissé sous le bras, il faut ensuite se rendre chez un bon couturier ET DANS CE CAS le couturier c'est le chef d'orchestre et le répétiteur.
Or aujourd'hui un prof fait tout en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyMer 25 Aoû 2010 - 14:07

Radames a écrit:
Une chose est sûr, on ne fera jamais un meuble d'un baton.... un pied de table tout au plus.
Certes, mais il est plus facile de bâtir une table en partant de petits bouts de bois qu'en utilisant une armoire bancale... C'est peut-être plus impressionnant comme point de départ, mais on n'obtiendra pas une table très utilisable. Smile

Citation :
Le développement de la soufflerie, l'abaissement du larynx et l'élargissement du pahrynx feront développer la voix d'elle-même.
Je ne suis pas forcément pour focaliser l'enseignement sur l'abaissement du larynx, qui cause aussi des problèmes lorsqu'il est excessif. Ce que je dis en tout cas, c'est qu'il est plus facile de construire une voix par étapes, quitte à faire chanter chantonner l'élève pour lui montrer les fondamentaux, plutôt que de laisser brailler d'abord et d'affiner ensuite, comme c'est quand même la norme...

Citation :
Melocchi disait à ses élèves "Ti do una voce, se sai cantare sono cazzi tuoi" (je te donne une voix si tu sais chanter avec c'est ton problème).
Ca, on peut discuter aussi, parce que le style, c'est pas mal de s'y habituer tôt ; mais il est vrai que rien ne remplace la culture musicale sur ce point.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cornélius
Mélomaniaque
Cornélius


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 03/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyLun 4 Oct 2010 - 14:41

DavidLeMarrec a écrit:
Radames a écrit:
Là est justement le problème : on chante trop vite des airs avec un instrument non construit.
On est jeune, en pleine forme et plein d'enthousiasme et on pousse et on tire.
On a l'impression de chanter alors que ce n'est pas le cas.
Les vieux maîtres faisaient vocaliser leurs élèves pendant des années avant de leur donner le moindre air à chanter. L'enseignement actuel est en gros coupable de cette régression.
Je ne suis pas du tout un adepte de la vocalisation (je me suis toujours refuser à la pratiquer), que je trouve aussi dangereuse, suivant comme elle est faite. Ca ne garantit pas du tout contre le forçage ou le mauvais placement ; j'ai vu des choses terrifiantes dans les conservatoires, avec des élèves aphones à la fin de deux vocalises. (Le prof les laisse hurler sur toute l'étendue de la voix...)
En tout cas, ce n'est pas le point fondamental pour moi (personnellement, je n'en utilise jamais, mais tous les profs de chant le font et l'ont toujours fait, ce n'est donc pas le point discriminant, je pense).

Ce qui me gêne vraiment, c'est qu'on fait travailler des airs dans des langues non maîtrisées à des étudiants en chant qui ne peuvent donc pas placer correctement leurs sons. Il y a déjà assez à faire avec leur propre langue, quitte à traduire platement en français les airs qu'ils chantent ! Quand on débute, on n'en est pas à faire de l'authenticité, on n'est déjà pas capable d'être audible, timbré et juste !
Ca permet d'éviter des tas de tubages...

A titre personnel, je peux en témoigner, il a fallu que je puisse prononcer l'allemand parlé avec un accent potable avant de pouvoir chanter correctement dans cette langue, où je suis toujours beaucoup plus faible en termes de richesse de timbre et d'aisance sonore qu'en français.


Evidemment, la prudence que tu décris est fondamentale, et si on fait vocaliser (ou chanter) des choses simples et accessibles, ça permet d'avoir une voix plus saine. La première chose qu'un professeur devrait dire, à mon sens, est de ne pas grossir la voix, de commencer par chanter très naturellement, comme une chansonnette.
Une fois que les préalables du souffle et du placement sont posés, après on peut balancer les gros résonateurs, on pourra toujours revenir à quelque chose de beau, d'agréablement timbré.
Je n'ai jamais vu, en réalité, de professeur de chant (mais je ne les ai pas tous vus, loin s'en faut !) dire à un élève de chanter en voix naturelle pour commencer son étude.
A partir de là, le risque de former des voix opaques est démultiplié, puisque toute la progression se fondera sur une base déjà trafiquée et malsaine...

Je ne suis pas du tout d'accord avec ce que j'ai souligné et mis en gras.
Pour moi, la première chose qu'un professeur de chant doit faire, c'est avant de chanter quoi que ce soit, c'est l'exercice du "moïto", quotidien, systématique, jusqu'à ce l'abaissement souple du voile du palais pour libérer la montée du son vers les résonnances supérieures devienne un réflexe et un automatisme.
http://chanteur.net/liste-chant/2005/11/msg00018.html
Idem pour les exercices silencieux de détente des tendons du cou et de descente de la machoire, les joues ramollies, sans avancer le menton (un foulard noué autour du menton est un bon indicateur de position correcte: il ne doit jamais se tendre).

Laisser quelqu'un chanter "naturellement" et prendre de mauvaises habitudes, avec le voile du palais remonté et collé contre la paroi du fond l'arrière bouche, ou avec les tendons du cou crispés, ou avec le menton tendu en avant, est la garantie la plus certaine de "casser" irrémédiablement une voix.

Une fois que la position est correcte: machoire lachée, menton légèrement reculé, joues molles, voile du palais abaissé et souple libérant le passage vers les fosses nasales, poitrine semi-gonflée souplement et sans raideur uniquement dans sa partie basse (côtes flottantes ouvertes) il n'y a plus aucun risque à apprendre à amplifier le son.
Il suffit d'apprendre à "pincer" correctement les cordes vocales, sans déperdition de souffle, avec le larynx dans la bonne position (pour cela, l'exercice du "i" vocalisé bouche ronde et ouverte, avec des alternances "i-a-i-a-i-a" vocalisées uniquement par la remontée de la langue sans changer la position des lèvres (rondes et ouvertes) ni de la machoire est capital).
Il faut aussi apprendre à toujours laisser le son s'épanouir dans une dynamique verticale élastique
Et aussitôt le son sort à plein volume et plein timbre sans forcer en aucune manière.




Dernière édition par Cornélius le Lun 4 Oct 2010 - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32312
Age : 41
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyLun 4 Oct 2010 - 14:47

Effectivement si la prof m'avait laissé chanter naturellement j'aurai les aigus d'une basse (avec les graves d'un ténor ...), en forçant comme un malade, avec la langue enroulée le plus au fond de la gorge Mr.Red

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Cornélius
Mélomaniaque
Cornélius


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 03/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyLun 4 Oct 2010 - 15:06

par contre David a entièrement raison quand il dit : "j'ai vu des choses terrifiantes dans les conservatoires, avec des élèves aphones à la fin de deux vocalises. (Le prof les laisse hurler sur toute l'étendue de la voix...)"

Car au début, il ne faut travailler pendant longtemps que la partie centrale de la tessiture et augmenter l'ambitus très prudemment et très progressivement.
C'est au niveau de l'ambitus des vocalises qu'il est important d'être très prudent, patient et progressif. et il ne faut jamais laisser quelqu'un, surtout un débutant, hurler dans l'aigu ni prendre le risque d'un couac.

Par contre on peut apprendre très rapidement à donner du volume, de la résonnance et du timbre aux notes les plus centrales de la tessiture (les notes dans lesquelles on est le plus à l'aise) cela ne durcit pas et ne fatigue pas la voix, bien au contraire, ça la libère et ça la développe.
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32312
Age : 41
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyLun 4 Oct 2010 - 15:13

Cornélius a écrit:
par contre David a entièrement raison quand il dit : "j'ai vu des choses terrifiantes dans les conservatoires, avec des élèves aphones à la fin de deux vocalises. (Le prof les laisse hurler sur toute l'étendue de la voix...)"

Car au début, il ne faut travailler pendant longtemps que la partie centrale de la tessiture et augmenter l'ambitus très prudemment et très progressivement.
C'est au niveau de l'ambitus des vocalises qu'il est important d'être très prudent, patient et progressif. et il ne faut jamais laisser quelqu'un, surtout un débutant, hurler dans l'aigu ni prendre le risque d'un couac.

Par contre on peut apprendre très rapidement à donner du volume, de la résonnance et du timbre aux notes les plus centrales de la tessiture (les notes dans lesquelles on est le plus à l'aise) cela ne durcit pas et ne fatigue pas la voix, bien au contraire, ça la libère et ça la développe.

Tout à fait.

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyLun 4 Oct 2010 - 20:19

Cornélius a écrit:
Je ne suis pas du tout d'accord avec ce que j'ai souligné et mis en gras.
Je suis rassuré que quelqu'un s'insurge, parce que ce que je dis là est en contradiction profonde avec ce qui est généralement fait.

Pour ce qui est de la vocalisation, ton guide est très intéressant. Je maintiens ne pas être convaincu de son caractère indispensable, mais je ne prêche bien évidemment pas pour son interdiction ou sa disparition. Je propose juste un constat personnel sur son usage comme la seule voie de progrès, au lieu d'utiliser des fonctions déjà en place dans la voix parleée.

Pour ce qui est du chant "naturel", je crois que tu te méprends sur le sens de mon propos. Je vise le fait que la plupart des professeurs que j'ai vus laissent les débutants tuber pour "faire opéra", au lieu de leur dire dès le début de détendre et de ne pas forcer leur instrument. Si bien qu'ils rafistolent des voix émisent laidement et artificiellement au lieu de les bâtir de façon positive.
Je ne préconise évidemment de faire chanter la chansonnette pendant des mois, mais je me demande pourquoi beaucoup de professeurs ne disent pas, pour le premier cours, comme point de départ, de ne rien trafiquer du tout, ce serait tellement plus simple pour progresser.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32312
Age : 41
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyLun 4 Oct 2010 - 20:29

DavidLeMarrec a écrit:
Cornélius a écrit:
Je ne suis pas du tout d'accord avec ce que j'ai souligné et mis en gras.
Je suis rassuré que quelqu'un s'insurge, parce que ce que je dis là est en contradiction profonde avec ce qui est généralement fait.

Pour ce qui est de la vocalisation, ton guide est très intéressant. Je maintiens ne pas être convaincu de son caractère indispensable, mais je ne prêche bien évidemment pas pour son interdiction ou sa disparition. Je propose juste un constat personnel sur son usage comme la seule voie de progrès, au lieu d'utiliser des fonctions déjà en place dans la voix parleée.

Pour ce qui est du chant "naturel", je crois que tu te méprends sur le sens de mon propos. Je vise le fait que la plupart des professeurs que j'ai vus laissent les débutants tuber pour "faire opéra", au lieu de leur dire dès le début de détendre et de ne pas forcer leur instrument. Si bien qu'ils rafistolent des voix émisent laidement et artificiellement au lieu de les bâtir de façon positive.
Je ne préconise évidemment de faire chanter la chansonnette pendant des mois, mais je me demande pourquoi beaucoup de professeurs ne disent pas, pour le premier cours, comme point de départ, de ne rien trafiquer du tout, ce serait tellement plus simple pour progresser.

Tout à fait ... d'ailleurs ma prof, quand j'essaye de faire chanteur d'opéra (donc une voix qui n'est pas la mienne, puisqu'il s'agit d'artifices), c'est immédiatement contesté Mr.Red
(même d'artifices de plus en plus subtils à détecter à mesure que la technique s'affine)

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Cornélius
Mélomaniaque
Cornélius


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 03/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: voix   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyLun 4 Oct 2010 - 21:21

DavidLeMarrec a écrit:
Cornélius a écrit:
Je ne suis pas du tout d'accord avec ce que j'ai souligné et mis en gras.
Je suis rassuré que quelqu'un s'insurge, parce que ce que je dis là est en contradiction profonde avec ce qui est généralement fait.

Pour ce qui est de la vocalisation, ton guide est très intéressant. Je maintiens ne pas être convaincu de son caractère indispensable, mais je ne prêche bien évidemment pas pour son interdiction ou sa disparition. Je propose juste un constat personnel sur son usage comme la seule voie de progrès, au lieu d'utiliser des fonctions déjà en place dans la voix parleée.

Pour ce qui est du chant "naturel", je crois que tu te méprends sur le sens de mon propos. Je vise le fait que la plupart des professeurs que j'ai vus laissent les débutants tuber pour "faire opéra", au lieu de leur dire dès le début de détendre et de ne pas forcer leur instrument. Si bien qu'ils rafistolent des voix émisent laidement et artificiellement au lieu de les bâtir de façon positive.
Je ne préconise évidemment de faire chanter la chansonnette pendant des mois, mais je me demande pourquoi beaucoup de professeurs ne disent pas, pour le premier cours, comme point de départ, de ne rien trafiquer du tout, ce serait tellement plus simple pour progresser.

Dans le cas de chanteur dont la langue maternelle est le français (et non l'italien ou l'espagnol ou l'anglais ou le russe), se baser pour débuter l'apprentissage du chant sur "Les fonctions déjà en place dans la voix parlée" me parait une très mauvaise chose, bien dangereuse, car le français parlé place la voix et l'articulation beaucoup trop en avant dans la bouche, par rapport à ce qu'exige un chant réellement rond et homogène.

Je ne sais pas le sens exact que tu donnes au verbe "tuber" mais pour moi il est clair que le son ne doit jamais résonner dans la bouche (ni même donner l'impression de sortir horizontalement par la bouche, comme quand on parle), mais monter verticalement vers les résonateurs craniens en passant derrière la luette, entre les amygdales, avec la langue qui fait "le gros dos" pour libérer le plus largement possible l'espace de l'arrière-bouche.
Pour moi, il n'y a aucun doute: le bon "moule" vocal; tel qu'on le ressent subjectivement quand la voix est bien placée, est un "tube" vertical qui part du larynx abaissé et monte vers le crâne en passant dans l'arrière bouche. L'attaque correcte du son se ressent dans le creux de la luette, et certainement pas au niveau du bout de la langue et des incisives.

Le problème des sons "tubés" pour, moi c'est quand on crispe, quand on veut élargir ce "moule" par un travail musculaire au niveau des tendons du cou, en "engorgeant" et assombrissant le son, pour faire "opéra", au lieu de laisser le vibrato et le volume naître "naturellement" de la détente souple des muqueuses (et en particulier du voile du palais) sur un son libre et clair.
Le son prend ampleur, vibrato et volume, quand la langue, la machoire et le voile du palais sont en position correcte, et quand tout est détendu, ouvert, souple et relaché, sauf le pincement des cordes vocales qui doit être tonique et rigoureusement étanche aux "fuites d'air".

Quand on débute l'apprentissage du chant, il y a deux choses que généralement on ne sait pas faire spontanément:

Dissocier musculairement la fermeture des cordes vocales de la contraction du larynx: apprendre à fermer les cordes vocales de façon tonique et étanche en gardant le larynx détendu et grand ouvert, sans crisper ni muscles ni tendons ailleurs. Ce n'est pas du tout évident au départ, et cela nécessite au début des exercices quotidiens à l'apprenti chanteur, pour apprendre à décoordonner et agir uniquement sur les bons muscles, et pas sur tout un ensemble.

Garder le voile du palais dans une position abaissée et souple où il ne se transforme pas en un clapet fermant la communication avec les fosses nasales, mais où il permet au contraire la remontée du son vers les résonnateurs craniens. Pour cela l'exercice du "MOÏTO" (émettre un son doux bouche fermée puis s'entrainer à conserver exactement le même son en ouvrant grand la bouche, puis dans un second temps enchaîner ce son fermé avec un vocalise sur "ang-ang-anga" une fois que la bouche est grande ouverte... essayez!...) est irremplaçable.

A mon avis ce sont deux choses fondementales qu'on ne peut pas découvrir spontanément sans l'aide d'un prof.






Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 12:42

Comme promis, je reviens sur cette question pour expliciter mon propos que j'avais laissé suspendu. Smile

Cornélius a écrit:
Dans le cas de chanteur dont la langue maternelle est le français (et non l'italien ou l'espagnol ou l'anglais ou le russe), se baser pour débuter l'apprentissage du chant sur "Les fonctions déjà en place dans la voix parlée" me parait une très mauvaise chose, bien dangereuse, car le français parlé place la voix et l'articulation beaucoup trop en avant dans la bouche, par rapport à ce qu'exige un chant réellement rond et homogène.
Pourtant, pourtant... La plupart des chanteurs débutants trafiquent leur voix en dépit du bon sens, selon un vague imaginaire du "tubage d'opéra". Les faire débuter à partir de leur voix de départ, telle qu'ils l'utilisent quotidiennement, me paraît beaucoup plus constructif : on s'épargne précisément la peine de déconstruire.

Dans le cas du français (il est certain que les anglophones sont avantagés), ça compense une tendance à l'émission arrière dès qu'on fait de l'opéra, et qui a ses côtés assez détestablesque... Par ailleurs, ça dépend vraiment des écoles, le chant français d'autrefois était des années 40 à 60 était produit assez en avant (pas comme le parlé évidemment, mais tout de même).

En ce qui me concerne (et sans prétendre à quoi que ce soit d'expertise en la matière), je n'ai jamais pu chanter correctement sans maîtriser la langue, et c'est toujours sa prosodie qui m'a permis de progresser. Evidemment, ça ne dispense pas de travailler l'appoggio, le soulèvement du palais mou. Mais déjà, quand on a de bonnes voyelles à la fois exactes linguistiquement et d'une bonne efficacité phonatoire, beaucoup du travail est fait. L'accentuation de la phrase donne ensuite des impulsions précieuses pour construire la conduite du chant.
Et je précise que j'ai débuté avec une voix parlée minuscule, fragile, mal placée, et une voix chantée à l'avenant, ce n'est donc pas une question d'avoir une voix parlée efficace au départ, mais de se servir de la langue pour l'optimiser dans le chant. Ca me paraît une étape de réflexion primordiale, plus saine que de chercher à trafiquer les voyelles comme on le demande souvent d'emblée, sans réelle justification, aux chanteurs. Bien sûr qu'il faut les adapter, mais il faut voir pourquoi on le fait.


Citation :
Je ne sais pas le sens exact que tu donnes au verbe "tuber" mais pour moi il est clair que le son ne doit jamais résonner dans la bouche (ni même donner l'impression de sortir horizontalement par la bouche, comme quand on parle), mais monter verticalement vers les résonateurs craniens en passant derrière la luette, entre les amygdales, avec la langue qui fait "le gros dos" pour libérer le plus largement possible l'espace de l'arrière-bouche.
Mon acception était beaucoup plus large : tout ce qui est grossir artificiellement le son, pas seulement le "tubage de bouche". Je suis bien d'accord qu'il ne faut surtout pas le son soit dirigé à l'horizontale, penser la verticalité (ou du moins la diagonale) peut être une bonne façon de trouver son chemin pour le débutant : je ne dis pas non plus que le chant se produise comme la parole standard. Néanmoins, il me semble beaucoup plus facile de dire à quelqu'un qui chante comme il parle de penser la verticalité de son son, plutôt que de devoir défaire toutes les crispations inutiles qu'il s'invente pour se donner l'impression de sonner ample.


Citation :
Pour moi, il n'y a aucun doute: le bon "moule" vocal; tel qu'on le ressent subjectivement quand la voix est bien placée, est un "tube" vertical qui part du larynx abaissé et monte vers le crâne en passant dans l'arrière bouche. L'attaque correcte du son se ressent dans le creux de la luette, et certainement pas au niveau du bout de la langue et des incisives.
Bien malin celui qui peut chanter en ayant des censations d'attaque au bout de la langue ! Même pour parler, d'ailleurs... Je suis tout à fait d'accord avec tout ça, c'est en tout cas ce que j'ai expérimenté moi-même et qui fonctionne le mieux.

Citation :
Dissocier musculairement la fermeture des cordes vocales de la contraction du larynx: apprendre à fermer les cordes vocales de façon tonique et étanche en gardant le larynx détendu et grand ouvert, sans crisper ni muscles ni tendons ailleurs. Ce n'est pas du tout évident au départ, et cela nécessite au début des exercices quotidiens à l'apprenti chanteur, pour apprendre à décoordonner et agir uniquement sur les bons muscles, et pas sur tout un ensemble.
Et tu proposes quel exercice pour faire ça ?


Citation :
A mon avis ce sont deux choses fondementales qu'on ne peut pas découvrir spontanément sans l'aide d'un prof.
Peut-être.

Je ne suis pas forcément en accord avec ce que tu dis de la langue, il y a quand même plusieurs écoles sur son placement, selon le son qu'on veut obtenir. Je suis d'ailleurs toujours assez étonné de constater que manifestement les professeurs ne donnent pas réellement le choix entre plusieurs techniques à leurs élèves : parce que selon la façon dont on construit une voix, on peut obtenir des résultats très différents et tout aussi valables. De l'extérieur, je vois toujours cet enseignement comme assez artisanal, avec des recettes qui se transmettent de génération en génération, et qui font qu'un élève aura forcément la technique de son prof, sera prédéterminé indépendamment de ses souhaits, en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32312
Age : 41
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 13:21

La tendance très majoritaire des débutants c'est d'engorger, pour imiter plus ou moins consciemment, l'idée que l'on se fait de l'émission d'un chanteur d'opéra. Mais concernant la voix parlée ... ça dépend ! Car on peut très bien parler de façon engorgée (là on rejoint la psychologie ... ça signifie p être une introversion).
Sachant que les difficultés viennent en montant (difficulté à le pas placer la voix en arrière), il vaut mieux effectivement partir du medium. Mais ce n'est pas cependant pas suffisant, dans le sens où les sensations sont aussi moins évidentes à détecter, surtout pour un débutant.

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 13:36

Cololi a écrit:
La tendance très majoritaire des débutants c'est d'engorger, pour imiter plus ou moins consciemment, l'idée que l'on se fait de l'émission d'un chanteur d'opéra.
Oui, mais engorger c'est pas trop grave, c'est surtout le nombre de contractions incroyable qui accompagnent cette posture, tout dans le cou et la bouche est compressé...

Citation :
Mais concernant la voix parlée ... ça dépend !
Oui, ça dépend, j'ai pas dit que la voix parlée était bien placée. Smile Mais si on part de la prosodie de la langue, c'est beaucoup plus facile. J'ai ramé des années pour chanter l'allemand parce que mes voyelles n'étaient pas bien fixées, donc le son bougeait au fil de l'émission et d'une émission à l'autre, si bien que c'était toujours mal timbré. Le jour où j'ai pu le dire à peu près correctement, ces problèmes ont à peu près complètement disparu (reste une tendance instinctive à sombrer sur laquelle j'ai ensuite travaillé).

Citation :
Car on peut très bien parler de façon engorgée (là on rejoint la psychologie ... ça signifie p être une introversion).
La plupart du temps, l'engorgement que j'ai observé était lié à une façon de chercher à se poser comme important (possiblement par manque de confiance). Ca se rencontre beaucoup chez les cadres, les médecins... Une façon de se donner de l'assise sociale. On pourrait dire que l'engorgement est le défaut vocal des snobs.
La nasalité, au contraire, a plus une connotation de facilité, de vulgarité, c'est la poissonnière, et ça se trouve plus dans les couches sociales inférieures (et bien sûr, dans certaines régions).

Evidemment, c'est une grosse généralité, j'ai croisé des paysans tout à fait engorgés. Smile


Citation :
Mais ce n'est pas cependant pas suffisant
C'est l'évidence, c'est même pourquoi la misérable engeance des professeurs de chant a vu le jour. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cornélius
Mélomaniaque
Cornélius


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 03/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 14:11

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
Dissocier musculairement la fermeture des cordes vocales de la contraction du larynx: apprendre à fermer les cordes vocales de façon tonique et étanche en gardant le larynx détendu et grand ouvert, sans crisper ni muscles ni tendons ailleurs. Ce n'est pas du tout évident au départ, et cela nécessite au début des exercices quotidiens à l'apprenti chanteur, pour apprendre à décoordonner et agir uniquement sur les bons muscles, et pas sur tout un ensemble.
Et tu proposes quel exercice pour faire ça ?



1) Sur une note dans le haut médium commencer à vocaliser sur "Mni-é Mni-é Mni-é..." en "faisant le lapin" (c'est à dire en remontant légèrement les narines et le nez) pour localiser la résonnance dans les pommettes (on peut même sentir une vibration qui chatouille au niveau du nez)
Quand le son est bien calé dans "le masque", partir de "Mni", et tenir longuement le "i" en ouvrant progressivement la bouche jusqu'à la position grande ouverte du baillement sans perdre la voyelle "i", puis passer lentement progressivement au "é" sans modifier l'ouverture de la machoire.

2) Quand l'exercice est maitrisé vérifier qu'on peut incliner la tête d'un côté à l'autre sur le "i" bouche grande ouverte sans modifier la sonorité. S'exercer progressivement à augmenter l'amplitude et la souplesse des mouvements du cou et de la tête dans modifier le son.

3) Quand le "mni-é" lent et progressif est maitrisé, enchainer avec un second exercice: sur la position bouche grande ouverte, émettre des "lia-lia-lia-lia lia..." très rapides articulés exclusivement avec la langue. la machoire ne doit pas bouger entre le "i" et le "a" mais rester en position ouverte "baillée", et les narines et les pommettes toujours légèrement relevées, puis ralentir le "li-a" pour bien sentir la position "haute du "a"

4) Quand l'exercice précédent est maitrisé enchaîner un "li-a" lent et bien sonore avec une série de "a-a-a-a-a-a-a..." rapides, émis staccato comme une mitrailleuse (sept "a" en tout, cela donne un bon rythme), en étant très attentif à justesse de la hauteur des notes, sans faire entendre de "h" avant le "a", et sans laisser retomber les pommettes.



Dernière édition par Cornélius le Dim 14 Nov 2010 - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 14:31

Merci pour cette réponse très précise. Surprised Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cornélius
Mélomaniaque
Cornélius


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 03/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 14:43

Cololi a écrit:
La tendance très majoritaire des débutants c'est d'engorger, pour imiter plus ou moins consciemment, l'idée que l'on se fait de l'émission d'un chanteur d'opéra. Mais concernant la voix parlée ... ça dépend ! Car on peut très bien parler de façon engorgée (là on rejoint la psychologie ... ça signifie p être une introversion).
Sachant que les difficultés viennent en montant (difficulté à le pas placer la voix en arrière), il vaut mieux effectivement partir du medium. Mais ce n'est pas cependant pas suffisant, dans le sens où les sensations sont aussi moins évidentes à détecter, surtout pour un débutant.

J'ai l'impression au contraire qu'il faut laisser la voix partir en arrière pour qu'elle monte vers les résonnateurs craniens hauts...


Dernière édition par Cornélius le Dim 14 Nov 2010 - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32312
Age : 41
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 14:45

Cornélius a écrit:
Cololi a écrit:
La tendance très majoritaire des débutants c'est d'engorger, pour imiter plus ou moins consciemment, l'idée que l'on se fait de l'émission d'un chanteur d'opéra. Mais concernant la voix parlée ... ça dépend ! Car on peut très bien parler de façon engorgée (là on rejoint la psychologie ... ça signifie p être une introversion).
Sachant que les difficultés viennent en montant (difficulté à le pas placer la voix en arrière), il vaut mieux effectivement partir du medium. Mais ce n'est pas cependant pas suffisant, dans le sens où les sensations sont aussi moins évidentes à détecter, surtout pour un débutant.

J'ai l'impression au contraire qu'il faut laisser la voix partir en arrière pour qu'elle monte vers les réonnateurs craniens hauts...

On est obligé de le faire un peu, mais tout est dans le "un peu" justement.

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 14:47

C'est-à-dire que vous ne parlez pas de la même chose : l'un parle de faire résonner dans l'arrière (l'engorgement, quoi), l'autre de faire passer le son en laissant libre la luette...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cornélius
Mélomaniaque
Cornélius


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 03/08/2010

Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 EmptyDim 14 Nov 2010 - 15:10

DavidLeMarrec a écrit:
C'est-à-dire que vous ne parlez pas de la même chose : l'un parle de faire résonner dans l'arrière (l'engorgement, quoi), l'autre de faire passer le son en laissant libre la luette...

Effectivement, moi c'est de ça que je parle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !   Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples ! - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la voix (timbre, projection, vibrato...) et exemples !
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» OC - Saint-Saëns - Le Timbre d'argent - juin 2017
» Le vibrato
» Mozart - Les Noces de Figaro
» Evolution du chant
» Les mots de la voix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: