Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils – 1 an (clé ...
4.99 €
Voir le deal

 

 Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyLun 3 Mar 2008 - 20:52

A noter que les Intermèdes de la Pellegrina viennent de sortir interprétés par Skip Sempé chez Paradizo, sa propre maison de disque. Je ne l'ai pas écouté, quelques vents signalent que c'est moins bon que par Van Nevel.

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 515eGZvMYpL._
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 22:30

Pour suivre le fil de vartan:
Je connais le "Non Ha'l Ciel Cotanti Lumi" tiré de Firenze 1616.
Absolument formidable . Le ténor Stephan van Dyck est tout simplement époustouflant. l’interprétation est très sensible. On est comme sur un nuage à l'écoute . Un vrai discours de sensibilité. On est pas en reste avec la musique.

Demain j'achète ce Van Dyck:
Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Caccinioh7

Si l'album est à l'image de ce que j'ai ici entendu. Je monte au nirvana fleurs sunny
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 22:35

atomlegend a écrit:
Pour suivre le fil de vartan:
Je connais le "Non Ha'l Ciel Cotanti Lumi" tiré de Firenze 1616.
Absolument formidable . Le ténor Stephan van Dyck est tout simplement époustouflant. l’interprétation est très sensible. On est comme sur un nuage à l'écoute . Un vrai discours de sensibilité. On est pas en reste avec la musique.

Demain j'achète ce Van Dyck:
Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Caccinioh7

Si l'album est à l'image de ce que j'ai ici entendu. Je monte au nirvana fleurs sunny
Pluhar, c'est encore mieux que Dumestre, amha...

Van Dyck a assez peu enregistré de grands rôles, hélas. Mais son Don Quichotte chez Boismortier est souverain.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 22:35

Atom atteint la félicité suprême avec les débuts de l'opéra baroque ! Very Happy

C'est un exception de la Nature, il faut le cloner. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 22:36

atomlegend a écrit:
Je monte au nirvana fleurs sunny
H.S. : http://bouddha.ch/index.html .
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 22:39

vartan a écrit:
Atom atteint la félicité suprême avec les débuts de l'opéra baroque ! Very Happy
Je n'ai pas pu résister à écouter ça moi non plus...

Personnellement, j'ai trouvé le Belli un peu monotone (je préfère mon Euridice de Peri, à tout prendre, mais c'est sensiblement la même esthétique, et jamais une modulation...). Des interventions qui se succèdent (comme chez Cavalli, également), sur un ton un peu uniforme.

En revanche, le Saracini et les Caccini sont splendides, et Dumestre rayonne ici. Non ha'l ciel cotanti lumi vaut très largement l'Ave Maria, avec une finesse et une hauteur de vue impressionnantes.

M'étonne que ça vous ait enchantés ! Very Happy Very Happy


Citation :
C'est un exception de la Nature, il faut le cloner. Shocked
Tu nous en feras aussi un ou deux de Vartan, ça peut toujours servir.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 22:45

Je suis un peu commun quand même comparé à Atom, j'ai suivi des voies assez classiques pour arriver jusqu'à ces obscurs des années 1600. fleurs

Le Belli m'a plus inspiré que le Peri mais c'est en effet assez comparable comme esthétique.
Ces madrigaux et la tension qu'y instille Dumestre est prodigieuse. Qu'il nous en fasse d'autres ? fleurs
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 22:52

vartan a écrit:
Je suis un peu commun quand même comparé à Atom, j'ai suivi des voies assez classiques pour arriver jusqu'à ces obscurs des années 1600. fleurs

Le Belli m'a plus inspiré que le Peri mais c'est en effet assez comparable comme esthétique.
Ces madrigaux et la tension qu'y instille Dumestre est prodigieuse. Qu'il nous en fasse d'autres ? fleurs
Toujours chez Alpha, il y a ces fabuleuses Lamentations de Jérémie Cavalieri que Rubato nous avait mis en BT !
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 23:00

vartan a écrit:
Atom atteint la félicité suprême avec les débuts de l'opéra baroque ! Very Happy

C'est un exception de la Nature, il faut le cloner. Shocked

Evitons le clone, car je te garantie que mon clone va pas être content quand il va se retrouver a cloche pied en sortant de son oeuf..
Un clone ca sort d'un oeuf ?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 23:04

atomlegend a écrit:
vartan a écrit:
Atom atteint la félicité suprême avec les débuts de l'opéra baroque ! Very Happy

C'est un exception de la Nature, il faut le cloner. Shocked

Evitons le clone, car je te garantie que mon clone va pas être content quand il va se retrouver a cloche pied en sortant de son oeuf..
Un clone ca sort d'un oeuf ?
Oui, si tu descends en ligne directe de gens d'armes.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 23:07

Bon envoie moi un mp et traduit moi . Rien compris.
gens D'armes / oeuf / gendarmes scratch
Revenir en haut Aller en bas
Kia
vomi
Kia

Nombre de messages : 6939
Age : 34
Date d'inscription : 21/10/2006

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 23:10

synonyme argotique de gendarme...
Revenir en haut Aller en bas
Stanlea
Mélomane chevronné
Stanlea

Nombre de messages : 5374
Age : 62
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 4 Mar 2008 - 23:17

ça a l'air bien beau tout ça, vous me faites envie... vais encore casser le porte-monnaie, heureusement c'est bientôt mon anniversaire
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 11:33

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Caccinioh7

Oui Oui bounce bounce ,Le cd est bien à l'image du « Non Ha'l Ciel Cotanti Lumi «
Dès le premier morceau le voyage commence, on est transporté, au second c'est l'élévation , on est pas au XVII siècle là, mais tout simplement plus proche du soleil.

OK je sors,Arrow

Un étrange mélange d'enthousiasme et de mélancolies difficile à décrire, mais pour sur, troublant , mystérieux même parfois, Des sons envoûtants même si la musique est un peu « linéaire » aux vues de l'ensemble mais malgrès cela c'est en effet comme DLM le fait remarquer mieux que dumestre et le Le Poème Harmonique.Plus precis toujours, mieux équilibré, une clarté étonnante.J'oserai même dire « c'est bien mieux » (j'espère que dumestre n'est pas inscrit sur ce forum)
La voix enivrante du ténor touche vos sens, caresse l'esprit et joue avec une facilité déconcertante avec les notes de la harpe, Une harmonie, un dosage parfait de la musique et du chant, exaltant, stimulant !!! .Jamais entendu un truc pareil.Vive le XVI °.

Après l'élévation, si on peut, par malheur, retomber sur sa chaise ce sera pour battre la mesure du pied et mieux suivre le rythme toute en finesse de l'ensemble qui n'en manque pas.
Un album lumineux, limpide vraiment, vraiment à posseder. Crée pour les âmes sensibles et appelé a en donner une à ceux qui n'en ont pasencore , Nous sommes donc tous concerné par ce chef d'oeuvre.

Les morceaux de cet album sont tirés de deux périodes:
Le nuove Musiche, di Giulio caccini detto romano, in firenze
appresso Marescotti 1601

NuoveMusiche e nuova maniera di scriverie In fiorenza 1614

Cette difference de date est vraiment palpable dans les morceaux. Avec un raffinement plus élevé
en 1614

J'atteins donc avec ce cd le nirvana, Vive Boudha
De ce Stephan van dyck j'en veux plus.
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 12:02

atomlegend a écrit:
(j'espère que dumestre n'est pas inscrit sur ce forum)

Non, mais je lui envoie un e-mail de ce pas ! Mr. Green

Merci pour ta description enthousiaste, j'ai hâte de me le récupérer. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 13:12

Tu peux , j'ai bien moins peur de dumestre que de Xavier pale pale pale pale pale pale pale
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 13:28

En effet, le raffinement simple des chansons voluptueuses Amor ch'attendi sur une basse obstinée ou les complaintes plus douloureuses Torno, deh, torna en font un enregistrement superbe et très équilibré. On a quitté la simple monodie madrigalesque et l'aria se développe, une belle impression de liberté mélodique, d'improvisation. Le ténor est parfait, clarté, très expressif, diction magnifique. Pluhar accompagne avec toute la poésie possible...
Merci pour cette belle découverte, Atom. Wink
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 14:05

Torno, deh, torna et Amor ch'attendi sont précisément de 1614 et sans le savoir je faisais allusion a un raffinement plus palpable . Et toi de l'aria qui se développe en remplacement de la simple monodie madrigalesque.


scratch Aria ?

scratch Monodie madrigalesque ?

Embarassed Embarassed Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 19:18

atomlegend a écrit:
Torno, deh, torna et Amor ch'attendi sont précisément de 1614 et sans le savoir je faisais allusion a un raffinement plus palpable . Et toi de l'aria qui se développe en remplacement de la simple monodie madrigalesque.


scratch Aria ?

scratch Monodie madrigalesque ?

Embarassed Embarassed Embarassed
Aria : terme italien (féminin) pour "air". C'est un long solo détaché du reste d'une oeuvre.
Madrigalesque : qui est propre au madrigal.
Monodie : pièce écrite à une voix (accompagnée). Par opposition à aux polyphonies.

Je confirme, très beau disque. Beaucoup de tubes de Caccini y sont : Amarilli, Tu ch'hai le penne, amore, Non ha'l ciel cotanti lumi...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 19:55

atomlegend a écrit:

scratch Monodie madrigalesque ?
David a bien répondu mais ces termes sont antinomiques, c'est vrai: le madrigal est polyphonique et la monodie à une seule voix bien sûr. Mais le madrigal s'est restreint avec Monteverdi à parfois une seule voix chantée, les autres étant remplacée par les instruments du continuo. Monodie qui garde donc à ce moment encore des attaches à la technque de la polyphonie. Dans les pièces de Caccini on sent une plus grande liberté de construction de la mélodie.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 19:56

Cela dit, dans le Combattimento, je cherche la polyphonie. OK, c'est une oeuvrette qu'on donne aux débutants pour ne pas les bousculer. N'empêche.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 19:59

Ce n'est pas un bon exemple c'est vrai, c'est plus du théâtre que de la canzon.

Les lamentos sont plus représentatifs de cette monodie qui sent encore le madrigalisme et les règles de la polyphonie.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 20:32

vartan a écrit:
Ce n'est pas un bon exemple c'est vrai, c'est plus du théâtre que de la canzon.

Les lamentos sont plus représentatifs de cette monodie qui sent encore le madrigalisme et les règles de la polyphonie.
Oui. fleurs
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 20:37

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 0109
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 20:41

vartan a écrit:
Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 0109
Elle est jolie, ta Joconde souriardesque.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 20:52

Du coup j'ai pas tout compris, mais la joconde souriardesque me plait beaucoup aussi
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMer 5 Mar 2008 - 21:05

atomlegend a écrit:
Du coup j'ai pas tout compris, mais la joconde souriardesque me plait beaucoup aussi
Vartan ajoutait juste que le madrigal est en principe à plusieurs voix, et qu'il y a quelque chose de contradictoire à associer madrigal (plusieurs voix) et monodie (une seule voix). Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:00

DavidLeMarrec a écrit:
Van Dyck a assez peu enregistré de grands rôles, hélas. Mais son Don Quichotte chez Boismortier est souverain.

+2000000000000000 ! cheers

Ce chanteur est une pure merveille. Atom, si tu aimes toujours autant Rameau, alors précipites-toi sur ce Don Quichotte de Boismortier.
Quelle voix ! Le timbre de ce chanteur, sa théâtralité, sa capacité à véhiculer et transmettre des émotions est extraordinaire. En ça il me fait un peu penser à Auvity.
Et je ne parle même pas du reste : direction de Niquet, palette instrumentale, reste du casting... gloups... je suis complètement HS là... carton rouge
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:21

Oui, enfin, dans le reste, il y a quand même Meredith Hall. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:29

Tu n'aimes pas son Altisidore ? Elle ne m'a pas gênée scratch

D'autant plus qu'elle chante relativement peu...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:47

WoO a écrit:
Tu n'aimes pas son Altisidore ? Elle ne m'a pas gênée scratch

D'autant plus qu'elle chante relativement peu...
Diction de patate et timbre farineux, voix hululante un peu épaisse pour l'esthétique, ça fait beaucoup pour moi.

Et elle a chanté beaucoup de baroque français. Neutral


Edit : Ah, j'oubliais l'expression pas très adroite.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:52

WoO a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Van Dyck a assez peu enregistré de grands rôles, hélas. Mais son Don Quichotte chez Boismortier est souverain.

+2000000000000000 ! cheers

Ce chanteur est une pure merveille. Atom, si tu aimes toujours autant Rameau, alors précipites-toi sur ce Don Quichotte de Boismortier.
Quelle voix ! Le timbre de ce chanteur, sa théâtralité, sa capacité à véhiculer et transmettre des émotions est extraordinaire. En ça il me fait un peu penser à Auvity.
Et je ne parle même pas du reste : direction de Niquet, palette instrumentale, reste du casting... gloups... je suis complètement HS là... carton rouge

http://www.amazon.fr/Boismortier-Don-Quichotte-chez-Duchesse/dp/B0000014EO
Ce disque ci ?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:55

atomlegend a écrit:
WoO a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Van Dyck a assez peu enregistré de grands rôles, hélas. Mais son Don Quichotte chez Boismortier est souverain.

+2000000000000000 ! cheers

Ce chanteur est une pure merveille. Atom, si tu aimes toujours autant Rameau, alors précipites-toi sur ce Don Quichotte de Boismortier.
Quelle voix ! Le timbre de ce chanteur, sa théâtralité, sa capacité à véhiculer et transmettre des émotions est extraordinaire. En ça il me fait un peu penser à Auvity.
Et je ne parle même pas du reste : direction de Niquet, palette instrumentale, reste du casting... gloups... je suis complètement HS là... carton rouge

http://www.amazon.fr/Boismortier-Don-Quichotte-chez-Duchesse/dp/B0000014EO
Ce disque ci ?
Tout à fait, mais ce n'est pas la même édition que la mienne, j'espère qu'il y a le livret.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:56

Il y a le livret Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2008 - 0:57

Ton édition avec le livret est encore trouvable ?

Edit: ok je prend donc
Revenir en haut Aller en bas
Morloch
Lou ravi
Morloch

Nombre de messages : 9912
Date d'inscription : 14/10/2006

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 27 Mar 2008 - 15:09

Le disque Caccini par Van Dyck et Pluhar est une pure merveille, je viens de le découvrir, le ténor est incroyable avec un accompagnement de cordes pincées assez magique. Le tout est d'une sophistication fascinante, ça laisse réveur, j'adore.
Revenir en haut Aller en bas
http://nhofszandz.blogspot.com/
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 27 Mar 2008 - 17:24

Quelle est serait concrètement la différence entre une note pincée et une qui ne le serait pas. (S'il est possible de le décrire par des mots) . Note plus courte, sèche, moins ample ?
Revenir en haut Aller en bas
Morloch
Lou ravi
Morloch

Nombre de messages : 9912
Date d'inscription : 14/10/2006

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 27 Mar 2008 - 19:58

Ah non là je parle juste d'une famille d'instruments : guitares, harpes etc... Tout cela ce sont des cordes pincées c'est à dire jouées avec la pulpe du doigt, l'ongle, plectre ou médiateur, en opposition avec les cordes jouées avec archet (violons, violoncelles et autres crin-crins), les cordes frottées.

Il y aurait éventuellement plusieurs façons de jouer les cordes pincées : buter, pincer, gratter mais je ne pense pas que ce soit ta question.


Il y a une autre famille d'instruments à cordes pincées avec mécanismes (clavecins, épinettes etc...) mais pas dans ces disques.
Revenir en haut Aller en bas
http://nhofszandz.blogspot.com/
Pan
Mélomane chevronné
Pan

Nombre de messages : 3440
Date d'inscription : 24/12/2006

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 27 Mar 2008 - 20:12

Pour plus d'info, c'est par .
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyJeu 27 Mar 2008 - 20:30

Morloch a écrit:
Ah non là je parle juste d'une famille d'instruments : guitares, harpes etc... Tout cela ce sont des cordes pincées c'est à dire jouées avec la pulpe du doigt, l'ongle, plectre ou médiateur, en opposition avec les cordes jouées avec archet (violons, violoncelles et autres crin-crins), les cordes frottées.

Il y aurait éventuellement plusieurs façons de jouer les cordes pincées : buter, pincer, gratter mais je ne pense pas que ce soit ta question.


Il y a une autre famille d'instruments à cordes pincées avec mécanismes (clavecins, épinettes etc...) mais pas dans ces disques.

Ok compris, merci
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 15 Juil 2008 - 0:47

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 51P9GjTOgBL._




La Dafne de Marco da Gagliano (1608)

Da Gagliano est né à Florence en 1582. Les débats de la Camerata Bardi sont déjà anciens quand il devient actif musicalement. Il reprendra d'ailleurs le flambeau abandonné par Bardi quand ce dernier quitte les Medicis pour la Rome vaticane en fondant l'Academia degli Elevati en 1607 où le rejoignent Caccini et Peri. Maître de chapelle des Medicis, il est alors le plus influent et prolifique des musiciens florentins, musique lyrique et sacrée. Ordonné prêtre en 1611, il est très actif jusqu'en 1630, mais à l'instar de Monteverdi (qu'il ira narguer jusque dans les terres à Mantoue) sa musique évolue peu, les oeuvres sont souvent collectives (Peri pour les récitatifs par exemple et d'autres florentins se répartissent les différentes parties des oeuvres, da Gagliano composait les parties polyphoniques et les choeurs) et les commentateurs semblent indiquer une répétition des techniques, les tournures identiques et les procédés qui figent le genre. L'opéra s'étiole à Florence alors qu'il se développe à Venise, Rome et Naples. Gagliano signe sa dernière oeuvre (en collaboration avec Peri) en 1628 avec La Flora. L'opéra se meurt à Florence.

Mais avec cette Dafne, nous sommes en 1608. Francesco Gonzague se marie à Mantoue avec Marguerite de Savoie. Commande est faite à da Gagliano par le cardinal Ferdinando Gonzague qui officie à Florence d'une oeuvre lyrique. Crée en janvier de cette années, sur un livret de Rinuccini qui servi à Peri pour sa Dafne aujourd'hui perdue, da Gagliano réchauffe le plat pour le resservir à Mantoue quelques mois plus tard.

Rappelez vous ICI que ça n'arrangeait pas le moral de Monteverdi. Il lui est commandé pour le même mariage son Arianna qui est perdue en dehors du célèbre lamento. La mise en concurrence des deux chefs de leurs écoles musicales respectives ne serait pas innocente. Le cardinal de Florence s'est fait rapidement communiquer l'opinion d'un illustre spectateur de ces deux événements en la personne d'un Spiritus ( Peri) présent à ces fêtes, son projet aurait pu être de mettre en rivalité les deux musiciens. Mais la postérité retiendra, alors qu'elle est perdue, l'Arianna comme le chef d'oeuvre du temps.

En ces débuts de l'opéra, les livrets ou les thèmes mythologiques ne vont pas chercher bien loin. Le public semble plus attentif à la façon dont une histoire connue est traitée qu'à la variété des livrets proposés. Orphée, Ariane et Daphnée sont des personnages qui sont le choeur de tant d'oeuvres lyriques de ces années-là qu'on s'y perd un peu. Rinuccini, célèbre poète florentin et qui servait Monteverdi en poème à madrigaliser à partir des Métamorphoses d'Ovide compose un livret pour Peri, il est un peu retouché pour da Gagliano.
L'oeuvre est courte, environs une heure.

La création est un vif succès, les rôles principaux sont tenus par la Romanina qui a déjà servi Monteverdi et le célèbre ténor Francesco Rosi qui a créé le rôle d'Orfeo l'année précédente.

Malgré une idée répandue et assez tenace, les indications concernant la mise en scène à proposer pour exécuter ces oeuvres lyriques sont très précises. Comme chez Monteverdi, da Gagliano livre dans la préface de l'édition de 1608 de précieuses indications scénographiques. L'ouverture (sinfonia) doit se jouer "rideau fermé". La gestuelle est précisée également. Comme dans l'antiquité, on reste très soucieux de garder les scènes violentes et tragiques loin du spectateur, tout est raconté de façon différée. Attitude poétique qui rappelle l'Orfeo et la narration de la mort d'Euridice. Mais on touche ici au fossé qui sépare les deux écoles, da Gagliano privilégie toujours cette règle au profit du bon goût alors que Monteverdi ose l'enfreindre au seul bénéfice de l'émotion.
Néanmoins cette Dafne est une superbe oeuvre qui semble pour moi un des sommets de l'élaboration du projet florentin.

Malheureusement, à la différence de Monteverdi qui était pointilleux sur le sujet, da Gagliano n'indique pas quel instrumentarium il conçoit pour faire jouer cet opéra. Seule est soulignée la nécessité d'un son qui laisse "la pleine compréhension du texte". Autre précision, la basse continue a pour mission également de soutenir la parole et non la musique. Là encore, la musique est au service du texte. L'Italie du nord résistera peu de temps à ces louables priorités. Seul la descendance prestigieuse florentine en France avec Lully (j'ai réussi à le caser, Atom Very Happy) conservera cette préoccupation bientôt unique en Europe, la musique est subordonnée au texte. Les chanteurs peuvent aller se faire castrer ailleurs !

Il s'agit aussi d'une oeuvre collective, il nous reste malheureusement que la musique de da Gagliano, nulle trace n'est conservée des pièces dramatiques, divertissements qui s'intercalèrent comme c'était la coutume à Florence (pas à Mantoue) entre les scènes de la Dafne: pantomime, arias supplémentaires, choeurs, divertissement marins ou pastoral inséré dans le déroulement de l'action...

1 et 2- Prologue qui voit chanter Ovide en personne. Il nous prévient du pouvoir de l'amour que l'on doit craindre et annonce qu'il va nous raconter dans le style ancien l'histoire du Dieu qui tire le char solaire qui pleure désormais sur la nymphe transformée en tronc adoré ! Beau stilo recitativo fluide et presque arioso.

3- la première scène récitative très élégament accompagnée. un groupe de bergers et de nymphes. L'un d'entre eux, Tirsi, met en garde l'assemblée, un fauve horrible (Python) se tapit dans les fourrés. Un berger et une nymphe graignent pour leur vie et celle de leurs troupeaux. Tirsi en appelle à Jupiter. Le ton évolue ponctuellement vers la déclamation, un style arioso plus franc ou concitato.

4- Un choeur splendide de ton madrigalesque, en fait une canzonne, où sont réunis les nymphes et le bergers, permet d'implorer Jupiter avec le refrain: "Ecoute nos pleurs et nos prières, Ô monarque et Roi du ciel". Tour à tour évoluant en monodie accompagnée, en madrigal à plusieurs voix ou divisé en groupes de voix féminines et masculines se répondant.

5- Tirsi interroge les dieux, la fin de chacune de ses phrases est l'occasion d'un jeu d'echo (Echo répond) et de façon oblique répond à l'interrogation de la foule. Apollon a bien mis à mort le monstre féroce. Python est mort

6- Nouveau choeur (un madrigal accompagné) commente le combat furieux.

7- Apollon (recitativo) vient rassurer son monde, le monstre tué, chacun peut à nouveau jouir tranquille des bois et des prés.

8- Nouveau choeur des bergers et des nymphes en madrigal qui vient chanter les louanges du libérateur et le bonheur de profiter de la vie et de ses plaisirs.

9- Longue et belle scène récitative à trois: Amour fait son entrée et taquine sa mère (Vénus). Survient Apollon qui se moque de son arc et ses flèches. Amour se fâche, Vénus tente de prévenir Apollon de se méfier du moutard qui en a même fait voir à Pluton. Amour décide de se venger d'Apollon et laisse sa mère seule.

10- Celle-ci conclue sur le pouvoir de l'amour dans un très beau chant arioso.

11- Le choeur très Monteverdien, presque copié sur l'Orfeo vient avec une ritournelle instrumentale virtuose chanter et danser les conséquences des amour malheureuses et le pouvoir de nuisance des mouvements du coeur.

12-13- Dafne, nymphe au service de Diane fait son entrée précédée d'une sinfonia avec flûte soliste (de Salomone Rossi). Tirsi avec force détails raconte le combat d'Apollon et du monstre. La chasseresse Dafne chante la libération du peuple des bois et décide de repartir dans la montagne chasser les bêtes sauvages. Survient Apollon qui tombe sous le charme de la nymphe. Long badinage qui tourne aux allusions à peine déguisées:
Apollon: "Moi aussi je sais tendre mon arc et tirer des flèches" qui amène une réponse cinglante de Dafne: "Une loi inviolable veut que je refuse la compagnie d'un dieu" Pas de bagatelle avec elle ! Apollon s'affole, de récitative, la déclamation devient de style concitato. Dafne s'enfuit, le berger Tirsi vient en observateur et décide de suivre le couple et Amour vient annoncer son triomphe. Apolon dans la mouise l'amuse visiblement. Vénus revient et indulgente mais consciente des méfaits de son fils l'invite à remonter au ciel avec elle.

14- Le choeur vient commenter la cruauté de l'amour et plaint le pauvre dieu victime des charmes de la nymphe.

15- Le drame se noue. Tirsi revient et se fait interroger par un berger. Il vient déclamer sous forme d'un lamento pour nous raconter avec pathos la fin terrible de cette histoire. Apollon sur le point de forcer Dafne, celle-ci se transformant en arbre "les mains et les bras tendus vers le ciel s'habiller de feuilles sauvages ", Apollon figé d'horreur "étreignit le noble tronc" de sa bien-aimée. Affliction. Tout la nature est en deuil et pleure.


16- un court et superbe air au chromatisme délicat d'une nymphe, triste. Suit la très belle déploration en duo du berger et de Tirsi. Le choeur revient pleurer. On touche aux plus beaux moments de L'Orfeo ici. Des entrées en imitation, la polyphonie se fait sentir de façon plus nette. Cette fin est d'un soin contrapuntique et mélodique très aboutis." Piange" Le pathétique de ces chants est très touchant, on pense au lamento delle ninfa de Monteverdi.

17- Apollon: un très long monologue (5') vient raconter tantôt recitativo et tantôt concitato sa triste aventure.

18- Un très beau choeur final de structure très complexe (unissons, solis, madrigalismes, danses...) vient relativiser le malheur d'être transformé en plante. hehe
On se réjouirait presque d'avoir un beau feuillage.


Voilà. Je suis enchanté par cette oeuvre.
Une alternance de climats très divers, la crainte du début, la victoire contre le monstre, le badinage amoureux, la souffrance amoureuse, le deuil... Tout une palette d'émotions magnifiquement mises en valeur par da Gagliano. Son langage musical sait être très mouvant pour rester au plus près de l'action même si celle-ci reste assez éloignée de la scène. La poésie de Rinuccini est elle aussi une des raisons de cette réussite. Les longs récits pathétiques sont habillés de formules rares mais non ampoulées, sans maniérisme excessif.

Le réalisation de ce disque est à mon avis tout à fait remarquable (je ne connais pas la version de Garrido).
Les chanteurs ont fait un travail soigné sur cette déclamation particulière de l'opéra débutant. Le choeur (les solistes en fait) sont exceptionnels et le traitement madrigaliste de Gagliano est parfaitement rendu.
La distribution est belle (Guillemette Laurens en tête) et le continuo magnifique, flûte, théorbe, harpe, clavecin et deux violons (ensemble Fuoco e Cenere) suffisent à habiller avec goût cette petite heure de musique.
La direction de Jay Bernfeld poétique et trépidante, enthousiasmante.

Vartan content ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 29
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyDim 20 Juil 2008 - 17:35

(ah tiens, je vais bientôt écouter cette Dafné ! Intéressant de tomber sur ce fil)

Un gros coup de coeur pour ce mois-ci, c'est à dire La liberazione di Ruggiero dall'isola d'Alcina de FRANCESCA CACCINI (1587-1645?).
Cet opéra a été crée en 1625, à Florence, est considéré comme le premier opéra écrit par une femme, fille de Giulio Caccini. Seuls quelques aria antiche(extraits de ses opéras) ou Nuove Musiche
Je connaissais très mal ce répertoire (à part un peu de Monteverdi, cela s'arrêtait là et vu que je suis très XIXième, autant dire que cet esthétique ne m'attirait pas plus que ça). Et là, cet opéra m'a franchement touché. Je parlais sur le fil Debussy de besoin de satisfaction à la fin d'une écoute, là, c'est totalement le cas. J'aime beaucoup, vraiment beaucoup.
C'est une musique vraiment stimulante Very Happy , belle, à la fois douce, tendre, et vive... vraiment charmée.
J'avoue que ce type d'opéra me touche plus que ceux du siècle d'après. Cette petite touche de Renaissance est plaisante (bon là, la Renaissance commence à être révolue), avec ces flûtes/hautbois/ ??? (je ne sais pas si vous voyez de quoi je parle, mais il y a une utilisation de bois, récurrente surtout au début de l'oeuvre) que j'adore...

Il s’agit de surcroît d’un opéra-ballet, avec forte présence mythologique, très en vogue à cette époque-là. L'histoire est somme, assez proche de l'Arioste (plus que chez Haendel), cruelle magicienne, qui connait par la suite l'amour. Ruggiero et la fée libératrice Melissa sont les deux autres personnages importants.

Le premier acte est deux fois plus longs que les 2 autres, certes long, mais cette longueur ne se ressent nullement, le chant est très beau, la musique superbe... bref j'ai vraiment aimé !

Seul bémol, la version que je possède, possède des chanteurs dont la justesse est somme toute, assez juste....hehe

Petit rappel de la distribution :

Alcina, Adriana FERNÁNDEZ
Melissa, Alicia BORGES
Ruggiero, Furio ZANASI
Nettuno, Alain CLÉMENT
Vistula/Astolfo, Stephan van Dyck

CHOEUR ET ENSEMBLE ELYMA
GABRIEL GARRIDO
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyDim 20 Juil 2008 - 18:12

Oui, tout à fait, le choix de Garrido est de conserver une orchestration encore très renaissante, j'aime beaucoup cette version.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 29
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyDim 20 Juil 2008 - 18:13

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, tout à fait, le choix de Garrido est de conserver une orchestration encore très renaissante, j'aime beaucoup cette version.

Il en existe d'autre ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyDim 20 Juil 2008 - 18:22

Elvira a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Oui, tout à fait, le choix de Garrido est de conserver une orchestration encore très renaissante, j'aime beaucoup cette version.

Il en existe d'autre ou pas ?
Oui. Richard Burckhard chez Nannerl, mais ça ne m'inspire pas du tout confiance.

Ta version est une captation radio, en fait, pas un disque...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 29
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyDim 20 Juil 2008 - 18:23

Citation :
Ta version est une captation radio, en fait, pas un disque...

Oui, oui, je sais. Smile C'est pris de la maison de Radio-France. Ils auraient bien inspiré de le sortir en disque, mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyDim 20 Juil 2008 - 19:50

Merci pour ce commentaire Elvira. Very Happy
Je vais tenter de le trouver. Wink
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 19 Mai 2009 - 22:04

Cleme a écrit:
La fabula di Orpheo de Poliziano c'est quoi ? C'est peut être un peu précoce pour être le début de la naissance de l'opéra ?
L'apparition de l'opéra est datée historiquement (1590 à 1599). Mais effectivement, c'est une fable lyrique (1480 !) déjà très proche musicalement de l'Orfeo, qui plus est.
Ca pose de vraies question sur les origines moins lointaines (que la tragédie grecque) du genre opéra, et sur la distinction avec ce qui précède.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cleme
Petit agniou
Cleme

Nombre de messages : 7229
Age : 26
Date d'inscription : 18/12/2008

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 19 Mai 2009 - 22:28

Donc en faite Poliziano était assez précoce. C'est vrai que le dernier air "Ognun segua" ressemble à la pastore de l'acte I de l'Orfeo.
La date historique de la naissance de l'opéra est donc subjective, comme les dates de la période baroque qui se dit comprise entre 1600 et 1750.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89561
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 EmptyMar 19 Mai 2009 - 22:32

Non, pas subjective, puisqu'il y a une origine datable, c'est issu d'une volonté précise. Smile
http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2006/05/13/219

Mais il y a des ancêtres très proches, effectivement.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)   Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Florentins : Peri, Cavalli, Cavalieri... (débuts opéra)
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: