Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -50%
Promo sur la Souris Gaming Razer DeathAdder Elite
Voir le deal
39.99 €

 

 Hans Werner HENZE (1926-2012)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9825
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyMer 18 Déc 2019 - 20:58

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_15
Symphonie n°9 (1997) pour chœur mixte et orchestre
Ingo Metzmacher / Berliner Philharmoniker, Rundfunkchor Berlin / Gerd Müller-Lorenz
En public, Berlin, IX.1997
EMI


Cette espèce de symphonie-oratorio est assez extraordinaire: une sorte de postromantisme atonal aux couleurs magnifiques (quoique plus étouffées que dans les deux symphonies qui précèdent), une écriture chorale particulièrement impressionnante qui va d’une intensité dramatique très opératique (le III) à quelque chose de plus «rituel» (le VI) ou de plus poétique et méditatif (le VII.) Par ailleurs, le propos de l’œuvre (adapté de Das siebte Kreuz d’Anna Seghers) explique assez largement la sincérité cathartique de cette symphonie (cela possède un caractère plus frontal et expressionniste que les autres symphonies tardives de Henze, plus hédonistes) - a fortiori quand on connaît un peu la biographie de Henze.

Metzmacher fait sonner Berlin avec une qualité de détail inaccoutumée avant l’ère Rattle - dommage cependant que la prise de son très EMI 90’s ne lui rende pas mieux justice: ça sonne quand même bien flou et terne, alors qu’en salle ça devait être incroyable. (Là aussi, il faudrait sans doute que j’essaie Janowski / RSO.)
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5548
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyJeu 19 Déc 2019 - 1:14

Tiens, du coup j'écoute la 8 :

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 E3uqjo11 et Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 P-0111

Je me souviens d'avoir beaucoup apprécié la 7e, mais je n'ai pas gardé de souvenir précis de celle-ci que j'avais pourtant également écoutée dans la foulée. Pourtant cette symphonie assez brève (25 minutes) en trois mouvements inspirée du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, au-delà de la profusion de timbres et de couleurs qui me semble assez coutumière du compositeur (et qui en dépit de son hédonisme, peut assez vite me soûler), recèle des moments particulièrement envoûtants : le très dense premier mouvement ne m'a pas vraiment captivé, mais le deuxième mouvement ménage des sortes de fenêtres contemplatives dans la prolifération narrative, qui sont des instants de grâce pure; l'Adagio final "respire" également davantage, mais il est difficile de se fixer sur tel ou tel épisode tant le propos reste foisonnant, dans un langage assez uniformément lumineux (et strictement atonal, malgré quelques échappées consonantes).
Pas d'enthousiasme excessif donc, mais beaucoup de beautés, et une impression globale assez positive et prégnante.

Concernant les deux versions, il me semble que Janowski "fond" l'ensemble dans une espèce de postromantisme englobant, là où Stenz est plus pointilliste, lumineux et hédoniste dans son exaltation des timbre et des micro-événements singuliers (et m'embarque davantage).
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5548
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyJeu 19 Déc 2019 - 2:35

7e Symphonie

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Front12Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 E3uqjo12


Contrairement à ce que j'aurais pu imaginer, le mouvement perpétuel du premier mouvement m'enthousiasme bien plus que par le babillage kaléidoscopique de celui de la symphonie suivante : le propos en est beaucoup plus contrasté, et le ton d'une tout autre ampleur expressive, avec une énergie et une tension dramatique jamais relâchée, sans rien céder (bien au contraire) à la féerie des couleurs et des timbres... pour le coup je suis vraiment emballé. Very Happy
Et ce n'est pas le Ruhig Bewegt qui pourrait altérer cet enthousiasme : contrairement à la 8e, Henze ménage ici un maximum de contrastes et de puissance dramatique — contrastes non seulement entre les deux premiers mouvements, mais au sein de celui-ci, entre la désolation (envoûtante) de la première moitié et de la fin, et les deux déchaînements de violence séparées par un "œil du cyclone" d'un lyrisme lunaire... On est ici dans un univers vraiment ténébreux, assez proche de Wozzeck, vraiment à l'opposé de la symphonie suivante (et beaucoup plus exaltant).
Le rapprochement avec Berg (mais plutôt celui de la Suite lyrique transposé à l'orchestre) me semble encore plus flagrant dans le troisième mouvement, autre mouvement perpétuel beaucoup plus bref que le premier, et d'une violence expressionniste qui rompt toutes les digues...
Le mouvement final est une lente déploration aux harmonies étranges (presque consonantes par moments, quoique toujours très brouillée), lardée de fanfares de trompettes bouchées, qui délaisse en partie l'expressionnisme des II et III pour un langage plus abstrait, par touches de couleurs successives (qui m'évoque un peu Tichtchenko par moments, peut-être en raison de la proximité de mes écoutes...); cela dit, la géhenne resurgit à plusieurs reprise, atteint un sommet d'intensité avant de s'interrompre brusquement pour laisser résonner et s'éteindre un obscur agrégat grave de vents pp...

Une œuvre vraiment radicalement différente de la 8, aussi sombre que la suivante est claire, et vraiment très marquante : décidément, je multiplie ces temps-ci les découvertes susceptibles d'occuper une place parmi mes symphonies préférées (mais j'attends d'écouter d'autre symphonies de Henze, en particulier les premières)...

J'ai regretté au départ de ne pas avoir d'autre version sous la main (un petit Stenz par exemple), mais je dois avouer que je n'ai rien à reprocher à ce Rattle période Birmingham – pourtant encore plus fondu que Janowski, mais d'un lyrisme et d'une sensualité (et d'une puissance dans les accès de violence) assez irrésistibles : l'anti-Rattle en moi est même forcé d'admettre que cette interprétation me convainc plutôt davantage...
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9825
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyJeu 19 Déc 2019 - 10:48

Golisande a écrit:
J'ai regretté au départ de ne pas avoir d'autre version sous la main (un petit Stenz par exemple), mais je dois avouer que je n'ai rien à reprocher à ce Rattle période Birmingham – pourtant encore plus fondu que Janowski, mais d'un lyrisme et d'une sensualité (et d'une puissance dans les accès de violence) assez irrésistibles : l'anti-Rattle en moi est même forcé d'admettre que cette interprétation me convainc plutôt davantage...
Oui, Rattle est très bien, mais dans la 7 on a quand même la chance de disposer à la fois de Stenz (chez Oehms, voir ici) et de Cambreling (chez Hänssler)!
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5548
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyJeu 19 Déc 2019 - 11:11

J'ai écouté ce à quoi je pouvais accéder le plus facilement... Et c'est déjà plus que satisfaisant (Janowski aussi d'ailleurs), donc je ne peux que me réjouir à la perspective d'entendre (éventuellement) encore mieux ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5548
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyVen 20 Déc 2019 - 0:08

... ce que je fais d'ailleurs sans tarder Mr.Red

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 42600310Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 00408810

Cette musique est décidément merveilleuse. Le balancement à 7 temps du premier mouvement m'avait plus ou moins échappé, alors qu'il est presque constamment évident; il me semble que Stenz danse davantage que les deux que j'ai écoutés hier soir, tout en proposant une plus grande variété de climats et de couleurs, une plus nette individualisation des timbres... Donc oui, on peut dire que c'est mieux...
Cambreling produit une sensation très différente : j'ai presque l'impression d'être dans une symphonie postromantique, les contrastes narratifs sont mis en avant au détriment de la poussée, du moteur rythmique (qui semble ne jamais s'enclencher pour de bon), et la sonorité orchestrale est plus globale, malgré une très grande précision... Disons que ça ressemble plus à une symphonie du XXe standard, dans une prise de son standard... Stenz me semble plus frappant et séduisant, mais j'aurais tendance à conseiller Cambreling aux amateurs de musique symphonique du XXe moins radicale.

2e mouvement : je commence par Cambreling, qui sonne d'abord comme du Berg mais exalte ensuite le côté webernien de cette musique (que je n'avais entendu ni chez Janowski ni chez Rattle), avant de sombrer dans un océan de dissonance véritablement dantesque, sans que chaque instrument (dont chacun joue une partie différente) cesse d'être individuellement audible... Je suis toujours plus sensible à l'œil du cyclone qu'aux deux terribles murs qui l'encadrent, mais tout ça est foutrement impressionnant et attachant, et la fin du mouvement est vraiment magnifique...
Sans surprise, Stenz est plus pointilliste, résolument moderniste et analytique; le début n'a plus rien d'un postromantisme bergien, et il n'y a aucun contraste marqué entre ces deux premières minutes et ce qui suit; les sonorités sont encore plus hypnotisantes que chez Cambreling, on a nettement perdu pied avec tout ce qui pourrait rattacher cette musique à un langage issu du XIXe. En contrepartie, les vagues de violence sont moins impressionnantes – on à plus affaire à un déferlement de sons presque contrôlé qu'à une masse sonore irrépressible – et du coup les fenêtres de calme, elles aussi, perdent de leur impact... Néanmoins il y a quelque chose de fascinant dans cette interprétation, qui me laisse imaginer que j'y reviendrai davantage.

Troisième mouvement : pas grand chose à ajouter concernant les différences entre les deux versions, que j'ai tout de même du mal à départager... Le son de Cambreling, qui me ramène à une esthétique plus familière, exerce sur moi une séduction certaine – et par ailleurs le rythme me semble un peu plus lisible, moins fondu dans la prolifération des timbres (et de toute façon ce mouvement est un joyeux b....l Mr. Green )
(au fait, j'ai omis (par oubli©) de dire que ces deux versions me paraissent beaucoup moins sombrement expressionnistes que les deux autres — surtout Rattle qui apporte un éclairage assez radicalement différent sur cette musique, qui ce soir me semble plutôt lumineuse — mais c'est peut-être lié à ce que j'ai écouté juste avant)...

Le côté Dutilleux (ou même Florentz) du quatrième et dernier mouvement m'avait également échappé — et pourtant cette ressemblance me paraît absolument évidente à l'écoute de Cambreling; le langage est très nettement différent de celui des trois autres (malgré le contraste entre ces derniers) : hier j'ai parlé de Tichtchenko (mais pas le Requiem), aujourd'hui de Dutilleux/Florentz, en tout cas on n'est plus dans une atonalité pure – il y a de la consonance, des pôles harmoniques assez clairs (quoique toujours brouillés par un grand nombre de notes "étrangères").
J'ai fondu mes commentaires des deux versions, qui me semblent ici moins différentes dans leur approche... Ce qui se confirme pour l'une comme pour l'autre, c'est le caractère globalement assez lumineux (quoique constamment tourmenté) qu'y gagne cette musique; les sommets d'intensité ne m'apparaissent plus du tout comme des évocations de l'Enfer – ça demeure d'une extrême véhémence, tout en étant plus abstrait et distancié...
Encore une fois, Rattle mérite d'être écouté par contraste (quant à Janowski, je le confronterai à Cambreling à l'occasion bounce ...)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9825
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyVen 27 Déc 2019 - 17:40

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_16 Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_18 Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_19
Symphonies n°1 (1947/63; rév. 1991) pour orchestre de chambre, n°2 (1949)¹, n°3 (1949-50)² et n°4 (1955) pour grand orchestre³
Marek Janowski / Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin
Berlin, VIII.2012¹, I.2010², IX.2010³
Wergo


J’ai pris énormément de plaisir en redécouvrant ces quatre symphonies (que je ne connaissais jusqu’ici que dans les versions de Henze lui-même chez DG): elles sont subtiles et complexes, mais d’une expressivité très immédiate et d’un hédonisme sonore très séduisant. Quoique les réécritures et révisions successives rendent l’unité de la 1ᵉ un peu problématique, on peut dire globalement que le langage passe, entre les deux première et les deux suivantes, d’une tonalité très subvertie (chromatisme expansif, modalité, polytonalité...) à une atonalité très polarisée (quelque part entre le Schoenberg de 1905-1910 et le Hartmann contemporain de ces symphonies.) On y retrouve les qualités qui me retiennent souvent chez Henze: une sorte de sens dramatique très prononcé (une progression cursive, sinueuse mais sous-tendue par une tension constante et accentuée par des contrastes expressifs très forts et une écriture rythmique très mobile) et un art de l’instrumentation raffiné et versatile (les alliages de timbre, les jeux de textures sont vraiment somptueux.)

J’ai pour ma part une fascination particulière pour l’hétérogénéité stylistique de la 3ᵉ qui juxtapose des scintillements et des sinuosités impressionnistes, un certain formalisme expansif plus «moderniste germanique» avec les éclats de couleurs franches et les rythmes syncopés d’une inspiration «primitiviste» (entre Sacre et Varèse): dans ce kaléidoscope de couleurs, de textures et de rythmes, on a l’impression de reparcourir les langages et les esthétiques de la première modernité, tout en voyant se dessiner une sensibilité singulière (et assez paradoxale.)

Comme pour la 7 et la 8 dont parle Golisande juste au-dessus, les interprétations de Janowski vont dans le sens d’une intégration sonore et d’une intensifté du geste expressif d’esthétique assez postromantique (alors qu’une lecture plus «pointilliste» et distanciée serait non moins légitime), mais sans pour autant aller jusqu’au «fondu», ce qui était un peu le défaut (nullement rédhibitoire, au demeurant) des gravures DG du compositeur avec la Philharmonie de Berlin: l’image orchestrale est assez ample et enveloppante mais ne noie jamais les détails de texture ni la perspective. Le RSO est idéal d’engagement et de couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9825
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyJeu 19 Mar 2020 - 19:30

En Playlist, Benedictus a écrit:
Aujourd’hui, du Henze symphonique tardif:

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_20
Scorribanda sinfonica sopra la tomba di una Maratona (2001) pour grand orchestre
Peter Ruzicka / NDR Sinfonieorchester
Hambourg, V-VI.2001
Wergo


Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_21
Symphonie n°10 (1997-2000) pour grand orchestre
Marek Janowski / Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin
Berlin, VI.2013
Wergo


Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_22
Sieben Boleros (1998) pour grand orchestre. L’Heure bleue (2001), sérénade pour 16 instruments
Markus Stenz / Gürzenich-Orchester Köln
Cologne, I.2013
Oehms


Le langage est atonal mais très polarisé, très lisible et directionnel (avec tout un jeu de citations de musiques savantes et de danses populaires dans la Scorribanda et les Boléros), l’orchestration incroyablement brillante et colorée, l’écriture rythmique complexe mais souvent pulsée et avec toujours beaucoup de rebond. On est dans une sorte de postromantisme atonal très personnel, très évocateur, quelque part entre le Schoenberg des Pièces pour orchestre ou des Symphonies de chambre (très sensible dans L’Heure bleue) et le Dutilleux des Métaboles, et avec quelque chose de plus intensément «chorégraphique.»

(Bon, si après ça, Xavier et Arnaud n’ont pas compris que ça devrait être leur came...)
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84606
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyJeu 19 Mar 2020 - 19:41

Je connais très peu, je vais voir ça, merci. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9825
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyLun 6 Avr 2020 - 19:12

De ces derniers jours en Playlist:
Xavier a écrit:
Henze: Symphonie n°1/Henze
Very Happy Very Happy Smile +
Benedictus a écrit:
Ah oui, mais la 1 et la 2 c'est vraiment de la symphonie allemande années 50, à la Hartmann (en plus, la 1 est assez mal ficelée à cause des réécritures successives), ça n'est pas trop pour toi; tente plutôt la 3 et la 4 (plus colorées, plus bergo-franco-stravinskiennes) ou alors carrément les 7-8-9-10.

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Unansw10
REIMANN: Drei Gedichte der Sappho (2000) pour soprano et 9 instruments / HENZE: Nachtstücke und Arien (1957) pour soprano et grand orchestre / RIHM: Aria/Ariadne (2001), „Szenarie“ pour soprano et petit orchestre
Juliane Banse (soprano), Christoph Poppen / Deutsche Radio Philharmonie Saarbrücken Kaiserslautern
Sarrebruck, VI.2009
Wergo


Very Happy Tout à fait ma came, tout ça! Même si pour les Henze, où on a le choix, je préfère la voix de Michaela Kaune avec Ruzicka... D’ailleurs, les Nachtstücke und Arien, ça, c’est vraiment du Henze-pour-Xavier.

Bon, en revanche, le Reimann et le Rihm, je crois qu’il vaut mieux les lui déconseiller.  hehe
Xavier a écrit:
Benedictus a écrit:
Ah oui, mais la 1 et la 2 c'est vraiment de la symphonie allemande années 50, à la Hartmann (en plus, la 1 est assez mal ficelée à cause des réécritures successives), ça n'est pas trop pour toi; tente plutôt la 3 et la 4 (plus colorées, plus bergo-franco-stravinskiennes) ou alors carrément les 7-8-9-10.
Ah mais je vais les faire toutes. Smile
Benedictus a écrit:
Accroche-toi quand même pour la 5 et la 6 (moi, je les trouve assez sympas, mais j'ai peur qu'elles soient déjà trop darmstadtiennes pour toi...)
Xavier a écrit:
Henze: Symphonie n°2/Henze
Very Happy Very Happy Smile +
Xavier a écrit:
Henze: Symphonie n°3/Henze
Very Happy Very Happy Very Happy
Pas le coup de foudre, mais ça soutient mon intérêt.
Xavier a écrit:
Henze: Nachtstücke und Arien/Barainsky, Stenz
Very Happy Very Happy Very Happy Smile
Xavier a écrit:
Henze: Symphonie n°4/Henze
Very Happy Very Happy Very Happy
Vraiment l'impression d'écouter du Schoenberg par moments. (Variations opus 31)
Quand même un peu raide, même si coloré.

Et puis, aujourd’hui:

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Henze_24
Heliogabalus Imperator (1971-82; rév. 1986), Allegoria per musica
Oliver Knussen / BBC Symphony Orchestra
En public, Londres, II.2014
Wergo


Shocked Un délirant poème symphonique d’une demi-heure, dans lequel Henze revendique le kitsch le plus débridé («une suite d’images romaines de cinéma ou de cirque, la ville telle qu’elle aurait pu apparaître aux yeux ou aux oreilles d’un Cecil B. DeMille... J’ai repris les couleurs pop-art criardes de mes pièces antérieures et les ai réutilisées dans cette succession d’images, contenant déjà en elles-mêmes des éléments de spectaculaire, afin de produire tout le bruit, toute la vulgarité, l’ostentation, la bestialité typiques des Romains de l’Antiquité comme d’aujourd’hui.»¹)

Au moins autant que du poème de Stefan George en épigramme, l’œuvre s’inspire du texte d’Artaud, Héliogabale ou l’anarchiste couronné, dont elle reprend la structure narrative: comme dans un poème symphonique à la Strauss, on a vraiment à faire à un récit en musique, foisonnant de figuralismes (du cortège d’entrée du jeune empereur levantin dans Rome à son meurtre par les prétoriens mutinés, en passant par les méditations d’Héliogabale, la confrontation avec le Sénat, le culte orgiaque de Baal...)

Ce qui saute aux oreille, c’est la façon dont cet extraordinaire orchestrateur-coloriste qu’est Henze utilise avec son art habituel les ressources d’une vulgarité sonore aussi décomplexée: fanfares qui pouët-pouëttent à qui mieux mieux, grandes dégoulinades grinçantes de cordes (dans la nomenclature de la partition, il est écrit: «Archi: la più possibile quantità»), babil de bois gueulards, surcharge de percussions bigarrées (steel drum, marimba, tomtom, castagnettes, cloches tubulaires...), sans parler des instruments aux effets très spéciaux - toute une collection d’appeaux à oiseaux, une sirène, un flexatone...

Mais plus profondément, le tour de force de Henze réside ici dans la juxtaposition incessante, dans un même flux dont la tension ne retombe jamais, de langages extrêmement disparates, tous incroyablement chargés: cela va de grands passages lyriques et foisonnants en langage atonal libre (à la manière des Pièces pour orchestre de Schoenberg ou de Berg), à des mouvements de danses latines symphoniques (qui font irrésistiblement penser au Bernstein de West Side Story), en passant par des strates polymodales et polyrythmiques (se rapprochant quant à elles du Messiaen de la Turangalîla-Symphonie) ou des passages dissonants-percussifs frontaux évoquant la Neue Einfachheit la plus bourrine (le Rihm de Tutuguri, par exemple.)

Au total, c’est une musique à la fois totalement impossible, too much, pourtant jubilatoire (mais aussi trop intelligente pour qu’on puisse lui assigner une place, disons, à la Ketèlbey) - et qui semble en outre poser un discours critique extrêmement ambigu: on dirait qu’à travers cette pièce, en revendiquant le kitsch le plus outrancier, Henze cherche à mettre au premier plan l’attrait pour le vulgaire et le clinquant, mais comme pour le questionner en tant que refoulé de la musique contemporaine sérieuse, dans une posture à la fois de distance (c’est une musique citationnelle, un peu à la manière des Bandar-Log de Koechlin, et le propos de Henze que j’ai cité est assez explicite) et d’adhésion (le sujet même de l’œuvre est profondément henzien - le jeune prince rebelle, le mysticisme et la sensualité - mais aussi l’écriture!) En fait, une œuvre profondément réflexive qui nous amène à nous interroger sur notre propre rapport au «mauvais goût».

Commandée et créée par Solti et le Chicago Symphony (on imagine que ça devait dépoter!), curieusement dédiée à Nono, l’œuvre comportait, dans sa version originelle, une partie en écriture aléatoire finalement supprimée. L’enregistrement de Knussen avec le BBC SO est remarquable - idéalement détaillé et coloré (on bénéficie à plein de l’effet de foisonnement du détail des timbres et des textures), et mené de façon très cursive et animée.

Je reviendrai ultérieurement sur les autres œuvres du disque - plus classiquement belles (même si on y trouve aussi l’orchestration colorée, l’intégration d’idiomes hétérogènes, y compris populaires, et ce langage entre tonalité très élargie et atonalité très polarisé.)


¹:
 


Dernière édition par Benedictus le Mar 7 Avr 2020 - 0:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drosselbart
Mélomane du dimanche
Drosselbart

Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 30/05/2019

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyLun 6 Avr 2020 - 22:32

Benedictus a écrit:
La traduction, particulièrement maladroite, est de moi. Si un germaniste plus qualifié veut proposer mieux, ce ne sera pas de refus (Drosselbart?)

Mais il n'y a rien à redire à cette traduction, elle est excellente !

Je propose quand même ma variante (le défi d'une traduction ne peut pas être refusé) : "Une suite d'images donnant à voir une Rome sous un éclairage cinématographique et circassien, telle qu'elle a pu se présenter aux yeux ou aux oreilles d'un Cecil B. DeMille... J'ai transposé les couleurs vives du type Pop-Art de mes œuvres précédentes sur cette série d'images, et ce n'est pas pour rien qu'elles tenaient autant du spectacle ; j'y ai rendu tout le caractère bruyant, trivial, ostentatoire, animal, dont il faut bien dire qu'il fut propre aux anciens Romains comme il l'est à ceux d'aujourd'hui."
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9825
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 EmptyMar 7 Avr 2020 - 0:39

Merci!

(Euh... C'est bien d'être modeste, mais enfin, la différence saute quand même aux yeux: c'est ta traduction qui peut être qualifiée d'excellente - la mienne, bon, disons, qu'en mettant les choses au mieux, elle cerne globalement le propos sans contresens ni oubli majeur.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Hans Werner HENZE (1926-2012)   Hans Werner HENZE (1926-2012) - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Hans Werner HENZE (1926-2012)
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: