Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Narcos Saisons 1 et 2 Coffret Blu-ray
18.03 €
Voir le deal

 

 Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28437
Date d'inscription : 21/09/2012

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyDim 20 Oct 2019 - 22:50


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Mzolom10
Catégorie orchestrale -rang 051°/250



Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Slatki10
Felix Slatkin (1915-1963)


5) Nikolaï Rimsky-Korsakov (1844-1908) :

Capriccio espagnol, Op. 34

= Felix Slatkin, Hollywood Bowl Symphony Orchestra

(Capitol, 1959)

Smile Une des pièces qui m'éberlua dans ma jeunesse. J'avais été particulièrement frappé par une affirmation de Rimsky-Korsakov dans son autobiographie. Dire que le « Capriccio est une pièce orchestrale magnifiquement orchestrée est faux. Le Capriccio est une brillante composition pour l'orchestre », soulignant que le timbre, le dessin mélodique, les traits figuratifs constituent l'essence-même de la partition et non une simple parure. Toujours est-il que cette fresque folklorique offre un morceau de bravoure pour l'orchestre et signe le génie du compositeur russe qui avait beaucoup voyagé en tant qu'officier de marine, et notamment à Cadix.
C'est Daniel Barenboim à Chicago (DG) qui me fit découvrir cet opus, dans une lecture roborative et virtuose mais un peu lourde. Depuis longtemps ai-je exploré la discographie, qui propose plusieurs mémorables alternatives : Paul Paray à Detroit (Mercury), Lorin Maazel à Berlin (DG), Kiril Kondrachine (RCA). Mais encore, avec le Symphonique de Londres : Jean Martinon (RCA), Igor Markevitch (Philips) et Antal Dorati (Mercury). Chacune de ces flamboyantes versions était prédisposée au Mélomaniac d'Or.
J'ai néanmoins choisi un enregistrement oublié, certes compact mais qui concentre les arômes, et on ne s'en plaindra pas dans une œuvre aussi colorée et capiteuse. Formé violoniste au Curtis Institute, élève de Fritz Reiner (!), on connaît surtout Slatkin comme membre du Hollywood String Quartet, mais ce musicien légua aussi maints vinyles sous sa baguette : du répertoire essentiellement illustratif, plutôt populaire, mais aussi quelques pages rares comme Le Masque de la Mort rouge d'André Caplet.

L'Alborada qui célèbre joyeusement le début du jour résonne ici sur un ton bourru et madré (les subtils couinements de clarinette !), dans un espace plutôt étroit qui nous introduit d'emblée dans une réjouissance contadine, comme une scène de village au plus près des hommes, et non dans une arène de corrida comme on l'entend trop souvent.
Pour l'Andante (1'11), les cornistes américains trouvent l'éclairage qui convient, amati, blafard, nous transportant dans une sérénade d'hacienda chantée sous une lune pâle. Le cantabile des violons délicatement esquissé, un brin retors (1'56), la plainte bilieuse du cor anglais (2'35), l'élan des archets qui reprennent la mélopée initiale (3'46) scandée par des basses serrées, tout cela brosse une série de variations en demi-jour, contrastant avec la reprise du vivo e strepitoso (5'47), encore plus ébroué, éclaboussant, que Slatkin fait parader comme une ritournelle de banda ivre de feria.

Bien vu, parfaite transition avec le claironnant premier volet du Scena e canto gitano (6'58) où pétaradent les coruscants cuivres américains. La seconde cadenza (7'28) nous rappelle que Rimsky avait initialement conçu cet opus comme une page concertante pour violon. Frémissements de timbale et caisse claire (8'00) forment transition avec la section suivante. Le maestro laisse fièrement claquer le pizzicato des violons. La troisième cadenza échoit à la flûte (8'21) sur roulement de mailloches, la quatrième (8'26) laisse roucouler la clarinette. Puis la cinquième (8'56) sur grésillement du triangle fait miroiter la harpe qui explose en glissandi (9'09) avant un soubresaut des cymbales (9'16) qui lance les hostilités : violons éructants, notés ff et avec férocité, où les archets américains font vrombir le crin. Un vif arpège descendant aux clarinettes (9'26) donne essor à une entêtante rengaine des violons qui arbore orgueilleusement la mélodie principale. Un violoncelle solo (10'09) immisce un douloureux canto dont Slatkin n'outre pas la complainte en respectant l'estompe pp du meilleur effet. Sur le staccato hoqueté par flûte et hautbois (10'30) brodent de savants pizzicati à l'imitation de la guitare. Les salves de percussion (10'43) font monter la tension d'un cran. De vigoureuses boucles des violons écrêtant à l'octave (10'53) enfièvrent le retour de la mélodie principale clamée à l'unisson des bois et prolongée par un trille (10'57), puis reprise à l'aigu par les violons (11'09) tandis que vibre le tamburino et claque la grosse caisse. La danse atteint un premier palier de frénésie quand reflue la mélodie en spiccato ponctué sur les violons tandis que des cors émane un écho pyrrhique (11'20). Le tumulte reprend (11'27) en stichomythie et débouche attacca sur la cinquième et dernière partie du Capriccio :

Un pesant Fandango (11'38) à 3/4 qui nous vient des Asturies, rebondissant lourdement sur la percussion tandis que crépitent les castagnettes. Auréolé par la flûte, un violon solo broche avec grâce (11'57), avant d'être rejoint par ses comparses (12'07) et de se volatiliser par les flûtes (12'18) et les impalpables pépiements du violon (on notera qu'ils ont échangé leur rôle initial, quel génial procédé, indétectable si on n'y prend garde !) La goguenarde clarinette vient narguer la scène (12'35) qui semble s'assagir, mais les premiers violons lui emboitent le pas (12'42) sur le cliquetis des castagnettes. Attestant que Rimsky entend bien épuiser toute la panoplie expressive des archets : violons, altos et violoncelles frétillent en saltando (12'52) nargué par la clarinette (12'56). Après un jeu serré où les rôles s'interpénètrent, tous les pupitres trépignent dans leur coin. Seul regret, les glissandi de harpe qu'on devrait nettement entendre à la mesure 112 (13'11-13'16) sont ici inaudibles ! Inexplicable.
Une bouffée enflamme tout l'orchestre qui s'ébat pesamment, les trompettes vocifèrent le motif initial du fandango (13'32), répliqué par les trombones (13'45) sur roulement des timbales. La Coda embraye vivo et à deux temps (13'58), dans une folle cavalcade emportée par les violons avant qu'un virevoltant presto (14'31) ne vienne enfin étourdir les troupes dans un ultime assaut qui laisse l'auditeur pantelant et en suée.


Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Ravel_16
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11019
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 21 Oct 2019 - 0:16

La jolie pochette me fait irrésistiblement penser à ce tube mythique: /watch?v=MoAJ_1NnFoA
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11019
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 19:25

En Playlist, Benedictus a écrit:
Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Shehra11
Schéhérazade, op. 35
Fritz Reiner / Chicago Symphony Orchestra
Chicago, VIII.1960
RCA «Living Stereo»


Je n’avais pas dû réécouter Schéhérazade depuis plus de trente ans: je n’en gardais aucun souvenir, et là, j’ai trouvé ça gavant (dans tous les sens du terme.) À votre avis, c’est l’œuvre qui n’est vraiment pas pour moi, ou c’est la faute à Reiner et son orchestre? (Intuitivement, je pense qu’il y a un peu des deux: ça ne sera probablement jamais ma tasse de thé, mais une vieille cire soviétique un peu cradingue et cravachée pourrait sans doute mieux faire passer la chose.)
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 622
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 20:08

Je crains l'incompatibilité d'humeur ?

Il n'y a pas de version méchante et qui grince, pensé-je, surtout vu le matériau d'origine. Reiner est considéré à raison comme une valeur sûre, avec Kondrashin (qui accentue le côté conte de fées). En vieilleries russes très recommandables, il y a Chalabala en mono, vraiment emballant. Cravaché et plus tzigane, Dorati. Et, vraiment excellent mais pas forcément Benedictus-compatible, Stokowski-LSO (chez Decca) et Svetlanov-BBCO (son ultime concert, il me semble je confonds avec The Bells + Alexander Nevsky), beaucoup de drame, et des tempi qui respirent (là où Reiner est systématiquement rapide et "sec").

Melo qui doit sûrement connaître la disco par cœur aura peut-être de meilleures adresses ou des descriptions plus fournies que les miennes ? Je n'en connais qu'une vingtaine (car oui, j'adore vraiment). D'ailleurs, Petrenko vient de sortir sa version chez Naxos LAWO, je ne sais pas ce qu'elle vaut, c'est peut-être l'occasion d'essayer ?

LA version à éviter dans les célèbres, selon moi, c'est Karajan, avec 150 % de guimauve, de fondant et de pâte d'amande en plus. Fondamentalement, c'est une lecture qui se défend, mais elle est déconseillée aux diabétiques.


Dernière édition par Mefistofele le Mar 26 Mai 2020 - 0:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 743
Age : 39
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 20:21

Même analyse que mon honoré collègue, je pense vraiment que c'est l'oeuvre qui ne te convient pas. Je ne connais pas le moins du monde la discographie, mais je doute que tu trouves vraiment ton bonheur là-dedans, c'est de la guimauve en Technicolor, donc le jouer autrement serait déjà du domaine du contresens...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 622
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 20:41

Roupoil a écrit:
c'est de la guimauve en Technicolor

Et c'est ça qui est bien ! Mr. Green
En fait, les versions trop sucrées me restent parfois sur l'estomac, mais l'orient fantasmé, la carte postale grand format, la production hollywoodienne en Technicolor, le conte de fées, le drame surligné, autant de visions défendables et qui me font chavirer.

Pour le coup, je suis en train d'écouter la version Petrenko/Oslo qui vient de sortir chez LAWO (et non Naxos), non dénuée d'intérêt. Ça manque de magie et de too-mucherie que j'affectionne, mais très beau son, un grand sens du détail, ça vaut le coup d'oreille pour les amateurs. On perd en Orient, on gagne en pièce orchestrale "sérieuse", trouvé-je.
Revenir en haut Aller en bas
Drosselbart
Mélomane averti
Drosselbart

Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 30/05/2019

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 21:12

Benedictus a écrit:
Je n’avais pas dû réécouter Schéhérazade depuis plus de trente ans: je n’en gardais aucun souvenir, et là, j’ai trouvé ça gavant (dans tous les sens du terme.) À votre avis, c’est l’œuvre qui n’est vraiment pas pour moi, ou c’est la faute à Reiner et son orchestre? (Intuitivement, je pense qu’il y a un peu des deux: ça ne sera probablement jamais ma tasse de thé, mais une vieille cire soviétique un peu cradingue et cravachée pourrait sans doute mieux faire passer la chose.)

Je ne sais pas si c'est l'oeuvre. J'avoue que personnellement, je n'aime pas du tout la version Rainer. Je trouve ces effets dramatiques surjoués parfaitement rasants. Je peux comprendre qu'on puisse aimer ça, mais très honnêtement, ça me semble juste pompier...
C'est avec Kondrashin que j'ai vraiment aimé Shéhérazade, mais c'est une version vraiment aux antipodes de ce que tu évoques, qui joue à fond la carte du merveilleux. C'est bulbes dorés et vapeurs de samovar, si je puis me permettre ce parallèle pittoresque. J'aime aussi beaucoup Markevitch (le grand sorcier) et surtout Dorati (assurément vieille cire, rugueux et très émouvant, parce qu'il réussit à extraire une sorte de réalité populaire de tous ces orientalismes). S'il y en a une qui peut te plaire, de celles que je connais, ce serait sans doute Dorati.

Je suis loin d'être aussi connaisseur de la discographie que Mefistofele, et  bien d'autres, certainement. Mais j'aurais quand même tendance à être moins catégorique sur le caractère 1guimauve de cette musique. Il y a indéniablement une grande place laissée à l'hédonisme sonore, mais je crois qu'aucun des grands interprètes (et Rainer le premier) ne mise que sur ça. Ça ne me semble être qu'une strate de l'oeuvre. Après tout, ce n'est pas parce que Rimsky était un des plus grands orchestrateurs de son temps qu'il ne faut pas essayer de trouver des ambiguïtés ou des lésions dans son discours sonore !
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11019
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 21:22

Merci! Je note pour Chalabala (mais c'est la BO d'un film de Lelouch un chef tchèque, non?) et Doráti (ce n'est pas un Mercury, au moins?) Sinon, j'ai regardé de mon côté, j'ai vu qu'il existe une version Golovanov / Bolchoï des années 50.
Dommage en effet que Kondrachine l'ait enregistré avec le Concertgebouw et pour Philips - avec le Philharmonique de Moscou chez Melodiya, j'aurais signé tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
wilou35
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/12/2011

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 21:49

Kondrashin est la référence pour sheerazade... Et puis je rajouterai valery gergiev avec les Wiener philharmoniker enregistré au festival de salzbourg et disponibles sur YouTube... Quelle énergie quelle vivacité et surtout... Quel orchestre...
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 435
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 21:54

Ah non !
Svetlanov avec l'USSR Symphony Orchestra en 69 c'est loin d'être de la guimauve.

Je m'étais lassé aussi de l'œuvre mais cette version est parfaite, ça grince et craque dans tous les sens, du méchant à tous les étages.

J'en parle page précédente et Mélo évoque aussi cette version !
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 622
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 22:30

Benedictus a écrit:
Merci! Je note pour Chalabala (mais c'est la BO d'un film de Lelouch un chef tchèque, non?) et Doráti (ce n'est pas un Mercury, au moins?) Sinon, j'ai regardé de mon côté, j'ai vu qu'il existe une version Golovanov / Bolchoï des années 50.
Dommage en effet que Kondrachine l'ait enregistré avec le Concertgebouw et pour Philips - avec le Philharmonique de Moscou chez Melodiya, j'aurais signé tout de suite.

Doráti, c'est Mercury (pourquoi, c'est mal ?), et Chalabala, c'est bien un chef tchèque, je raconte décidément n'importe quoi ce soir. Embarassed
Je vois d'ailleurs une description de ces deux versions au tout début de ce fil, à consulter pour se faire une idée ?

Prosopopus a écrit:
Ah non !
Svetlanov avec l'USSR Symphony Orchestra en 69 c'est loin d'être de la guimauve.

Je m'étais lassé aussi de l'œuvre mais cette version est parfaite, ça grince et craque dans tous les sens, du méchant à tous les étages.

J'en parle page précédente et Mélo évoque aussi cette version !

Rimsky = guimauve, c'est en effet un raccourci et certains chefs échappent définitivement à cela (cf. les 2 propositions retenues par Benedictus ci-dessus), mais ce n'est pas une œuvre qui deviendra d'un coup un chef d'œuvre de noirceur.
Je réécoute Svetlanov URSS SO (que j'avais mis dans le dossier "pas ma tasse de thé"), et en effet, ça pourrait bien faire l'affaire. Méchant, je ne sais pas si c'est le qualificatif qui convient, mais définitivement pas les bulbes dorés et les vapeurs de samovar si joliment évoquées par Drosselbart. Ces cuivres acides dans le II...Confused
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20339
Age : 37
Date d'inscription : 03/07/2009

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 22:50

Benedictus a écrit:
Merci! Je note pour Chalabala (mais c'est la BO d'un film de Lelouch un chef tchèque, non?) et Doráti (ce n'est pas un Mercury, au moins?) Sinon, j'ai regardé de mon côté, j'ai vu qu'il existe une version Golovanov / Bolchoï des années 50.

Oui, moi j'aime bien cette version Golovanov/Oistrakh/Bolshoi!!


_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11019
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 22:50

Mefistofele a écrit:
Doráti, c'est Mercury (pourquoi, c'est mal ?)
Je n'aime pas les prises de son RCA Living Stereo et Mercury Living Presence (mais je dois être à peu près le seul ici.)

wilou35 a écrit:
Kondrashin est la référence pour sheerazade...
Ah, mais je ne cherche pas du tout une «version de référence», seulement une version qui serait susceptible de me plaire un peu.

Svetlanov / Symphonique d'URSS
Prosopopus a écrit:
Je m'étais lassé aussi de l'œuvre mais cette version est parfaite, ça grince et craque dans tous les sens, du méchant à tous les étages.
Mefistofele a écrit:
Méchant, je ne sais pas si c'est le qualificatif qui convient, mais définitivement pas les bulbes dorés et les vapeurs de samovar si joliment évoquées par Drosselbart. Ces cuivres acides dans le II...Confused  
Miam! Bien noté, merci!

Polyeucte a écrit:
Oui, moi j'aime bien cette version Golovanov/Oistrakh/Bolshoi!!
Oui, ça fait envie! (Golovanov, j'avais adoré ses poèmes symphoniques de Liszt - qui, eux aussi, me résistaient beaucoup, jusque là.)
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 622
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 23:00

J'arrive au bout de Svetlanov URSS SO, je pense que c'est Benedictus-compatible, en effet. Pas de conte, pas d'hédonisme, un orchestre typé, du cravachage quand il faut (le IV avec les vents qui s'envolent, on se demande comment ils font pour éviter la sortie de route !!!), une prise de son vintage, c'est une expérience différente.

Dommage pour le très terrien Doráti, mais pour une œuvre qui n'est pas a priori ta tasse de thé, je trouve courageux de revenir sur le métier. Si tu tentes Golovanov, je suis curieux, je n'ai jamais testé cette version.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11019
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 23:40

Mefistofele a écrit:
mais pour une œuvre qui n'est pas a priori ta tasse de thé, je trouve courageux de revenir sur le métier.
Pas autant que toi avec Bruckner! hehe
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 435
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyLun 25 Mai 2020 - 23:54

Oui je réécoute aussi du coup, j'avais oublié les vents effectivement au IV et le tempo complètement malmené (y a deux trois passages où on a l'impression que la bande passe en avance rapide...)

C'est l'avantage de faire confiance à un orchestre du cru plutôt qu'à vos orchestres petits bourgeois. Il y connaît quoi aux douleurs de l'âme slave le Fritz et son complet, dans les velours confortables de Chicago ?

Surtout qu'en 69 en Russie on ne rigole pas trop, entre Brejnev qui fait du gymkhana entre les balles et les américains qui battent les russes dans la conquête spatiale.
(sans parler de Ivan ivanich Eline, deuxième violon qui venait d'économiser assez pour s'acheter un nouveau cache-nez mais qu'on lui a dérobé juste avant l'enregistrement)
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20339
Age : 37
Date d'inscription : 03/07/2009

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyMar 26 Mai 2020 - 0:18

Mefistofele a écrit:
Si tu tentes Golovanov, je suis curieux, je n'ai jamais testé cette version.

IL faut juste ne pas avoir peur de la qualité de son... ça reste un enregistrement de 1950 du coup, c'est un peu terne et ça grésille.
Mais je suis justement en train de le ré-écouter et franchement je trouve ça assez magnifique. Très inspiré et varié... j'ai l'impression d'écouter des passages de Sadko!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89398
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyMar 26 Mai 2020 - 14:59

Je subodore aussi que l'essence même de l'œuvre (très répétitive, c'est le moins qu'on puisse dire) pose un problème à Benedictus. Parmi les Russes, attention tout de même à Temirkanov (particulièrement hédoniste et décoratif) et à Svetlanov-LSO (lourd, lent, terne).

Il existe tout de même des versions un peu plus tendues, comme Válek avec la Philharmonie Tchèque, aux timbres beaucoup plus acidulés, doté d'une certaine urgence… Mais ça reste une suite de variations orchestrales sur un nombre réduit de thèmes. (Moi aussi, quand je l'ai écouté une fois, il me faut plusieurs années avant d'avoir à nouveau envie de tout écouter d'une traite, malgré les beautés incontestables de la chose !)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1388
Age : 52
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyJeu 28 Mai 2020 - 21:19

Bon. Pour commencer, j'adore Sheherazade, ses thèmes, ses rythmes, son orchestration et son harmonisation qui est à certains passages vraiment intéressante.

Pour l'interprétation je ne fais pas de fixation sur l'adn russe, et mets au-dessus de tout Chung / Bastille. On entend tout, les tempi sont idéaux et menés de main de maître dans les changements de mesure (qui ne sont pas toujours évidents à gérer), les bois français de Bastille sont à se pâmer dans les solos (basson, clarinette...), les cordes parfaites, soyeuses, c'est vif, enlevé, poétique, lumineux, et comme le trait n'est pas épais ici on n'a pas de guimauve ou de tape-à-l'œil.
D'aucuns diront que c'est une version plutôt luxueuse qu'autre chose. M'en fous. Mr. Green Chung sait se montrer inspiré et faire sortir la féerie de ce type d'œuvres. Un de mes disques de chevet, ni plus ni moins. Very Happy


Dernière édition par Iskender le Jeu 28 Mai 2020 - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier En ligne
wilou35
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/12/2011

Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 EmptyJeu 28 Mai 2020 - 21:21

La version de valery gergiev avec les Wiener philharmoniker est également sensationnelle... Malheureusement inexistante en cd la vidéo est néanmoins disponible sur YouTube
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales   Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Rimsky Korsakov - oeuvres orchestrales
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: