Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-65%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
209 € 599 €
Voir le deal

 

 Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 15 Juin 2013 - 16:28

Un nouveau Ring en DVD: http://www.wagneropera.net/DVD/RingDesNibelungen/DVD-Ring-Lubeck.htm (pas de sous-titres français me semble-t-il)

Aucun interprète connu, mais la mise en scène semble assez chouette.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyDim 23 Juin 2013 - 1:48

J'ai regardé l'Or du Rhin de cette version du théâtre de Lubeck dirigé par Brogli-Sacher.

Il faut voir ça pour la mise en scène, musicalement c'est correct mais pas transcendant.
L'orchestre s'en sort pas trop mal, mais est surtout bien dirigé: il faut passer outre quelques imprécisions, mais sinon c'est vivant, globalement en place et on ne s'ennuie pas une seconde.
La distribution va du mauvais (Loge) au très bon (Fricka et Alberich) mais en moyenne on est dans le correct.

La mise en scène d'Anthony Pilavachi propose du Regieteater soft. (plus soft que celui du Ring de Weimar par exemple)
C'est vraiment bien fait, ça propose quelque chose visuellement, et il y a quelques idées originales.
La première c'est que les Filles du Rhin seraient en fait les Nornes qui se font passer pour des Filles du Rhin et qui font tout pour qu'Alberich prenne l'or. (ça colle assez bien avec le livret, on se demande toujours pourquoi les Filles du Rhin expliquent tout en long et en large à Alberich, comme si elles souhaitaient qu'il prenne l'or effectivement!)
Je ne sais pas trop pourquoi, il faut voir comment cette idée est exploitée dans le Crépuscule.
Une autre idée est que Nothung fait partie du trésor des Nibelungen.
Idée séduisante, même si on peut se demander s'il est logique que Mime n'arrive pas à reforger l'épée dans Siegfried si c'est lui ou d'autres Nibelungen qui l'ont forgée précédemment...
Au moment où Wotan plante l'épée, les autres dieux se prennent le ventre... ressentant peut-être les prémisses de leur fin? (c'est Nothung qui va briser la lance et donc en quelque sorte précipiter la fin des dieux...)
Dernière idée un peu originale: Erda arrive avec Brünnhilde enfant.
On voit Wotan attendri et encore plus désireux d'aller vers elle(s)... mais du coup, cela veut dire qu'il connaît déjà Erda depuis un certain temps... à moins que ce soit une vision du futur qu'Erda offre à Wotan?

Je ferai peut-être un sujet à part si je vois que ça suscite l'intérêt, mais étant donné que j'ai déjà été quasiment le seul à m'intéresser au Ring de Weimar...
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 20393
Date d'inscription : 22/01/2010

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyDim 23 Juin 2013 - 2:02

Attends que je me tiennes au courant: j'en suis resté au Ring de Copenhague et à celui de la Fura del Baus...bounce
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyDim 23 Juin 2013 - 2:05

(Attention: je rappelle que ce DVD ne comporte pas de sous-titres français.)

Je te conseille déjà de jeter un oeil au Ring de Weimar si tu veux des choses nouvelles niveau mise en scène. Smile
https://classik.forumactif.com/t3905-wagner-ring-dvd-weimar-st-clair-schulz

Il faut bien avoir à l'esprit que musicalement avec ces deux dernières versions, on n'est pas du tout au même niveau qu'avec Copenhague ou Valence.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 29 Juin 2013 - 16:43

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 DVD-Ring-Lubeck-125x180

Je viens de finir de regarder la Walkyrie de cette version dirigée par Brogli-Sacher.

Ca reste un peu inégal musicalement mais toujours assez intéressant.
L'orchestre montre un peu ses limites au 3è acte, surtout avec une direction qui a tendance à devenir précipitée. (toute la fin)
Quelques soucis de mise en place aussi de la part des chanteurs. (Brünnhilde au début du II, Wotan à la toute fin du III, gros plantage)
Mais globalement, à part un gros coup de fatigue de Heidemann (Wotan) au III, la distribution se tient très bien, avec notamment une superbe Sieglinde, bouleversante (Marion Ammann), une Brünnhilde qui tient très bien la route (Rebecca Teem), proprement chantée (malgré des aigüs un peu ingrats), une Fricka toujours convaincante (mais qui semble un peu fatiguée à la fin de sa scène) et des Walkyries plus qu'honnêtes.
Restent un Siegmund un peu poussif (Andrew Sritheran) et un Wotan irrégulier mais qui tente des choses étonnantes au II, de façon très convaincante.

La mise en scène est dans la lignée du Rheingold, assez intéressante, avec quelques parti-pris notables mais toujours cohérents et en phase avec le livret.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyLun 1 Juil 2013 - 20:11

1er acte de la 2è journée, juste un mot pour dire que je suis surpris par le Siegfried de Jürgen Müller, inconnu au bataillon, mais vraiment très bon, assez belle voix, justesse, engagement... un beau Siegfried pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89390
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyLun 1 Juil 2013 - 22:26

Xavier a écrit:
Jürgen Müller, inconnu au bataillon
Shocked

Spoiler:
 

D'ailleurs je n'ai vraiment pas été ébloui par son Mathias dans l'Evangelimann de Kienzl, qui a été donné à Vienne il y a près d'une dizaine d'années. Ca sonnait comme un Siegfried, oui, mais un vieux Siegfried fatigué. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 15:25

Sauron le Dispensateur a écrit:
Il ne veut pas voir Barenboim/Kupfer...

Faut dire que c'est vraiment vilain à regarder.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Zeno
Mélomane chevronné
Zeno

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 16:43

Quoi ? Les DVD Barenboim/Kupfer ??? C'est la seule mise en scène que je supporte, pour ma part, étant d'une exigence absolue sur ce plan.
Vilain à regarder, dis-tu ? C'est comme ça, dans l'homme, au fond de nous : vilain, terrible, foisonnant, parfois sublime, avec une lumière qui n'a d'autre soutien que l'ombre.
Cette mise en scène est assez géniale.
Heureusement qu'elle est, entre autres, vilaine. Ca nous évite les tableaux lénifiants de la version Levine.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 16:44

En plus, d'un point de vue esthétique, j'aime assez pour ma part.
(et il y a un sujet à part pour cette version)
Revenir en haut Aller en bas
Zeno
Mélomane chevronné
Zeno

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 16:50

Moi aussi, je trouve que c'est beau et terrifiant.
Après, il y a la fin...
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Crépuscule Konwitschny/Zagrozek/Stuttgart prologue   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 17:20

Bon, j'avoue, je n'ai pas encore examiné en détail les 40 pages de ce sujet en deux parties, mais je continue la discussion entamée sur le Ring de Stuttgart dans le fil discographie.

Or donc, rapport très partiel: j'ai vu Siegfried et le prologue du Crépuscule (le premier grâce aux soldes à la grange à musique, le second grâce à Medici TV).

Siegfried/Zagrozek est surprenant mais pas très réussi. C'est plein d'idées, mais dont le metteur en scène ne fait en fait pas grand'chose. Wotan est un vieux beau en blouson de cuir, avec des tendances sadiques ; Mime est une loque humaine qui, dans sa grande détresse après le départ du Wanderer n'a rien de mieux à faire qu'à s'astiquer le jonc -- non pas que je ne comprenne pas ce besoin dans des moments de grande tension, ou que ce soit plus ridicule que les masques de gnômes ou les tics dont on l'affuble ailleurs. Mais dans un cas comme dans l'autre: oui, pourquoi pas, et alors?

De manière générale, l'hypothèse de cette mise en scène, c'est le gradient social entre Siegfried et Brünnhilde. Mime et Siegfried sont des miséreux, et elle l'attend dans sa chambre de maître désignée par Kubrick (la chambre blanche de la fin de 2001, l'Odyssée de l'Espace). Bon, pourquoi pas -- c'est sûr que c'est un élément de cette rencontre érotique : lui, sauvage à peine humanisé, elle, déesse sophistiquée. Mais il n'y a pas de quoi faire tenir une mise en scène. La lecture de la scène finale du III est inversée : c'est elle qui veut l'emmener direct au plumard, lui un peu effrayé et distrait. Après, tout un cirque où elle se pomponne, une minauderie amoureuse dont je ne pense pas qu'elle n'ait "aucun rapport avec le texte" mais dont qui n'a simplement aucun intérêt dramatique. Encore une fois, ce n'est pas une question de "transposition" ou pas : on peut dire la même chose du 3ème acte de Schenk/Levine (mais c'est vrai que c'est mieux chanté et surtout mieux dirigé).

Le II est le plus réussi, qui prend place autour de la clôture d'un camp militaire désaffecté, avec une Waldvögel junkie aveugle -- le parti-pris du surnaturel comme flirtant du côté de la marginalité et de la maladie, comme dans le Lohengrin de la Scala, est beaucoup plus défendable et intéressant : la façon dont des paumés, des exclus, détiennent des vérités profondes qui transcendent leur abord rebutant est plus riche comme lecture. Siegfried devenu meurtrier manipule ces corps d'affreux innocents, les laissants appuyés contre le grillage, qui est une image forte.

Le prologue du Crépuscule par Konwitschny jour franchement dans une autre catégorie. Les nornes sont des clodos qui sont déjà sur l'avant-scène quand le public s'assoie, et travaillent entre autres à dé-tricoter, littéralement, un linge qu'elle essayent de remettre en boules de fil de laine, ce qui est un peu plus faisable que de remettre la pâte dans le tube à dentifrice, mais du même acabit.

La scène de séparation de Siegfried/Brünnhilde est la meilleure que je connaisse. Dans un strict huis-clos devant une toile peinte de décors "traditionnels" du Ring (Les montagnes, les sapins, le lac, etc.), dans leur taudis d'amour où ils ont juste une table carrée et deux tabourets Ikea, les deux amoureux ne peuvent arrêter de se tripoter. Après une culbute sur la table (où elle est en effet celle qui le retourne viking ), lui est d'humeur à repartir en goguette, il est comme ça. Elle le comprend "zu neuen Taten", et ce couple surmonte son premier différend comme les différends sont surmontés: en reconnaissant la contrariété (il a besoin de bouger, ça la vexe) et en se replaçant dans un projet commun. Grane a perdu ses pouvoirs: il n'est plus qu'un jouet tête de cheval qu'on fait mine de chevaucher. Ils s'échangent des gages: mon anneau, ton cheval. Elle lui donne aussi son casque à plumes, d'ailleurs. Lui est habillé en peau de bête, homme des cavernes, elle en déshabillé de satin, tous nénés dehors (ou presque) -- le contraste entre eux pourrait difficilement être mieux figuré. Ils s'aiment, leurs vies se donnent sens l'une à l'autre. Ils sont seuls au monde et se moquent du ridicule. Il s'en va dans une hystérie joyeuse qui n'est pas sans rappeler la fin de Siegfried, sautillant frénétiquement sur son jouet avec son casque de Walkyrie. Evidemment, une fois qu'il est parti derrière la toile peinte qu'elle soulève pour lui, elle a un peu le blues. On l'aurait à moins, c'est ça de se mettre en ménage avec une force de la nature.

Donc, pour moi, cette scène est très réussie: on comprend d'abord pourquoi il n'y a pas de contradiction entre son départ et leur amour; on voit la différence entre le primitif pur et la dame sophistiquée, et comment leur amour annihile cette distance ; on fait sens de ce final triomphal avant le voyage sur le Rhin comme une scène de jubilation totale, sans aucun sens critique ou projection, le contraire des nornes qu'on vient de voir. Et aussi, c'est vraiment très bien joué/direction d'acteurs.

Je m'en vais voir la suite pour un avis plus complet sur ce Crépuscule.

Un mot avant sur le Ring de Copenhague. J'ai trouvé ça assez brillant dans l'ensemble, et pourtant pas convaincant. Pour ceux qui ne savent pas, c'est une lecture sur le versant "saga familiale" (ça commence avec Brünnhilde qui, à la fin du Crépuscule, se rappelle comment ça a commencé: l'Or du Rhin) avec un parti pris grand spectacle (le bras d'Alberich qu'on coupe en entier et qui pisse le sang), une transposition à différentes époques du XXème siècle (Rheingold chez les Rockfeller bâtisseurs de fortune, Walküre pendant la Seconde Guerre, Siegfried dans le Formica et le Crépuscule dans un genre de Balkans en guerre civile), avec un travail très fin, minutieux et efficace sur la direction d'acteurs et la caractérisation des personnages. Franchement, tout très bien, très bien fait. Alors pourquoi ça m'a laissé sur ma faim?

C'est là que j'ai compris que répondre à toutes les questions que pose le Ring, ou n'importe quel opéra, est une erreur de mise en scène fondamentale. Oui, ça nous raconte une histoire très cohérente, plutôt palpitante, mais dans laquelle il n'y a aucune porte ouverte. C'est une super-production américaine, c'est Dallas : très efficace, très divertissant, mais fondamentalement creux, qui ne nous apprend rien, ne nous bouleverse pas. Oui, on peut faire du rocher des Walkyries une chambre de bonne de l'appartement familial: c'est cohérent, c'est bien le repaire de la fille à Wotan, où il l'y a enfermée, etc. Mais là encore: et alors?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 17:26

Zeno a écrit:
Quoi ? Les DVD Barenboim/Kupfer ??? C'est la seule mise en scène que je supporte, pour ma part, étant d'une exigence absolue sur ce plan.
Vilain à regarder, dis-tu ? C'est comme ça, dans l'homme, au fond de nous : vilain, terrible, foisonnant, parfois sublime, avec une lumière qui n'a d'autre soutien que l'ombre.
Cette mise en scène est assez géniale.
Heureusement qu'elle est, entre autres, vilaine. Ca nous évite les tableaux lénifiants de la version Levine.

Oui, c'est mieux que Schenk/Levine parce que, au moins, c'est une mise en scène au lieu d'une succession d'images d'Epinal statiques qui ne se soucient pas du texte. Je ne l'ai pas vue depuis plus de dix ans, je veux bien lui redonner sa chance. Mais franchement, j'ai toujours trouvé ça juste pénible, et à regarder et à écouter (je préfère Levine à Barenboim sans hésiter, et encore plus le Levine de la fin des années 90 que celui de son Ring enregistré trop tôt).

J'ai revu récemment Walküre de la seconde mise en scène de Kupfer, à Barcelone avec de Billy et bon, j'ai eu cette même impression: vilain à regarder mais avec une vraie bonne direction d'acteurs. Je suppose en effet que Kupfer est une des rares bonnes options pour ceux qui veulent une introduction à l'oeuvre qui expose l'action sans cacher les nombreuses zones d'ombre. Ceci dit, avant de nous émouvoir, c'est une autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 17:40

Précisément je trouve Kupfer émouvant, et la version de Copenhague bien plus cohérente que le Ring fourre-tout de Stuttgart avec 4 metteurs en scène différents...

Je t'invite à parcourir voire à participer aux sujets dédiés à ces deux versions. (Barenboïm et Copenhague)
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 24 Juil 2013 - 17:52

Xavier a écrit:
Précisément je trouve Kupfer émouvant, et la version de Copenhague bien plus cohérente que le Ring fourre-tout de Stuttgart avec 4 metteurs en scène différents...

Je t'invite à parcourir voire à participer aux sujets dédiés à ces deux versions. (Barenboïm et Copenhague)

Vues les recommandations enthousiastes de cette communauté, je vais donc redonner sa chance à Barenboïm et à Kupfer, on en reparle après. Pour moi, celui qui aime a toujours plus de légitimité que celui qui n'aime pas.

Ceci dit, en ce qui concerne l'éclairage cru par exemple, ça me convaincrait beaucoup plus si c'était un élément d'un langage dramatique, une lumière plus ou moins crue selon les moments par exemple. A ce point, les habits moletonnés, les cuirs, les lumières blafardes et les décors d'architecte Rhénanien, métal et miroir, m'apparaissent plus comme un maniérisme esthétique agaçant que comme quelque chose qui contribue à raconter une histoire, à créer un moment artistique.

Si tu prends le Ring de Valence par exemple, il y a pléthore d'éléments esthétiques marquants, mais ils ne sont jamais gratuits -- ils participent toujours à la narration, dans ce cas très symbolique.

Pour Copenhague, bien sûr que c'est cohérent. C'est même le reproche que je lui fais: c'est un bloc de cohérence, un histoire qui ne laisse la place à aucun mystère. Je dis pas que c'est pas bien. Juste sans grand intérêt. Qui l'a vu deux fois? Qui en a gardé un souvenir ému?

Et pour Stuttgart, on pourrait dire l'inverse : on a quatre visions pour le prix d'une, c'est intéressant aussi. Ceci dit, pour l'instant, de Stuttgart, je ne défends qu'un quart de Konwitschny, donc paril, reparlons-en.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyJeu 25 Juil 2013 - 23:33

Le Ring de Barenboïm à la Scala va sortir en DVD et Blu-Ray, avec Rheingold en septembre.

Je trouve personnellement que le Siegfried hyper usé de Ryan gâche un peu la fête, mais il y a de belles choses.
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Götterdämmerung Stutgart I+II   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 15:49

Arrivé à la fin du II de ce Crépuscule de Konwitschny, je suis de plus en plus enthousiaste et ému. C'est du vrai théatre, c'est intense d'un bout à l'autre, c'est drôlement intelligent. Mais surtout, c'est d'une fidélité au texte déroutante. Il n'y a aucune réécriture, il y a une façon de faire sens de chaque phrase, de chaque scène, que j'adore. C'est pas souvent que la mise en scène d'un Crépuscule me tient sous tension d'un bout à l'autre. Ces scènes musicalement magiques que sont par exemple le récit de Waltraute ou le duo Hagen/Alberich, franchement, dans combien de version sont-elles mieux qu'une bonne version de concert, voire studio?

C'est la mise en scène du rôle de Siegfried qui me paraît la vraie rareté ici, suivie de peu de Brünnhilde. Lui est exactement ce que le livret et la musique décrivent: un sauvage magnifique, souriant, surpuissant, et en même temps, un peu lou ravi de la crèche, un peu débile, en particulier socialement, mais irrésistible du fait même de ce côté brut de décoffrage. Pour la première fois, je vois la continuité avec le personnage de l'opéra précédent. La plupart du temps, il ne comprend juste rien à ce qui lui arrive -- il faut voir Gutrune lui servir du champagne en se baissant depuis l'estrade, vue plongeante sur le décolleté opulent de Westbrök, et lui, faisant semblant d'apprécier la qualité du champagne servi. Au II, quand Brünnhilde reconnaît l'anneau à son doigt, il essayer de le refile à Gunther en douce. Il y a vraiment une idée à la minute dans ce Crépuscule, et toutes viennent du livret et de la musique, sont simples, lisibles.

La progression dans chaque scène est aussi magistrale : au II, par exemple, on voit les évolutions de tous les protagonistes. Siegfried d'abord neuneutant comme d'habitude, puis cafouillant, essayant de ridiculiser Brünnhilde, finalement faisant taire l'accusation par la force ; Gunther d'abord mal à l'aise avec sa femme en laisse, essayant de se convaincre, loque lamentable en fin d'acte ; le peuple amusé, puis intrigué, puis un peu dégoûté par les manière de Siegfried ; Brünnhilde humiliée, puis désemparée, puis combattante, puis perplexe avant de raviver sa rage à la flamme de la jalousie (Gutrune figurée au II,5 par a gâteau qu'elle a fait avec Siegfried pour célébrer l'occasion, que Brünnhilde piétine rageusement).

Il y a indéniablement de l'humour et du grotesque aussi, ce qui ne me pose pas de problème. Quand Siegfried clôt II,4 en parlant des combats avec les mots, Brünnhilde est en train de le menacer avec la lance d'Hagen et s'il brandit son épée, c'est en poussant Gunther devant lui. C'est à la fois grotesque mais très cohérent avec la perte de repères de ce héros qui ne sait plus comment il s'appelle (ou plutôt, c'est à peu près la seule chose importante dont il se souvienne).

Bon, je vous en reparle après le III, mais franchement, c'est top. Quant à l'orchestre, je ne comprends pas bien ce qu'on lui reproche. C'est pas somptueux (et il y a par ailleurs plus d'un faux départ ou plantage), mais c'est très équilibré, très équilibré avec la scène, et ça raconte l'histoire d'un bout à l'autre. J'ai trouvé un chef qui comprenait son ring en profondeur, même si c'était pas Levine au MET ou à Bayreuth. La pulsation est implacable, la ligne franchement mieux tenue que, disons, chez Thielemann ou Barenboim.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 16:19

julot a écrit:
Quant à l'orchestre, je ne comprends pas bien ce qu'on lui reproche. C'est pas somptueux (et il y a par ailleurs plus d'un faux départ ou plantage)

Ben oui, c'est pas forcément catastrophique, mais quand on a des Karajan, Böhm, Levine, Sawallisch, Barenboïm, Haenchen ou Schonwandt en comparaison...
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 17:09

J'avoue: je ne connais ni Haenchen, ni Schonwandt.

L'orchestre de Zagrosek me paraît mieux que convenable, dans ce Crépuscule du moins. Il y a une espèce de continuité dramatique, une façon de participer à la narration qui me semble au niveau des bons. Je pense pas que ça m'intéresserait en CD, mais ça n'est pas un CD.

En parlant de ça, tu ne mets pas Mehta dans ta liste : c'est parce que tu ne trouves pas ça bon ou parce que tu ne peux pas citer tout le monde?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 17:53

julot a écrit:
J'avoue: je ne connais ni Haenchen, ni Schonwandt.

Haenchen est vraiment remarquable! En CD ou en DVD.
Schonwandt tu connais, c'est lui qui dirige le DVD Copenhague.
L'orchestre n'est pas le meilleur qui soit, mais il en tire d'excellentes choses.

julot a écrit:
En parlant de ça, tu ne mets pas Mehta dans ta liste : c'est parce que tu ne trouves pas ça bon ou parce que tu ne peux pas citer tout le monde?

L'orchestre est très beau, mais il y a certaines choses qui me gênent dans la direction de Mehta, une certaine molesse parfois (un peu à la Haitink) comme dans le I de la Walkyrie.
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 19:50

Autant pour moi pour Schonwandt. C'est plutôt bien, surtout en bel accord avec la scène.

J'aime beaucoup mieux Mehta, qui est constamment chantant, constamment tenu, toujours calin, que Böhm (dont je n'ai jamais compris l'intérêt) ou Haitink (dont le Ring est juste bizarre, sans parler d'Eva Marton.). Et j'aime beaucoup la mise en scène du Fura del Baus, fouillée et efficace dans son genre, presque du ballet.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 22:52

Et voilà, III, c'est fait. Pas changé d'opinion. Un peu surpris par la fin, mais tout à fait envouté néanmoins, je reste sur mon opinion: je n'ai pas (encore) vu de Götterdämmerung aussi intelligent et sensible que celui de Konwitschny. Il n'est rien de ce qu'on attend mais il est tout dans le texte. La présence de l'ours avec les filles du Rhin m'a bien fait marrer, mais m'a semblé tout-à-fait efficace dramatiquement, justifiée par le texte, et n'empêche cette scène, comme les autres, d'être admirablement lisible et bien composé -- on voit que ce goujat et cette brute qu'est devenu Siegfried en vieillissant réussit à enrager même les filles du Rhin, qui, elles aussi, veulent lui taper dessus. Et franchement, qui le leur reprocherait? A la fois un fat, un idiot et une brute... La mort de Siegfried est une espèce de pieta homo, un genre de stabat copinus tout-à-fait pathétique comme c'est écrit. C'est vraiment du théâtre, et c'est vraiment de la musique (même si celle-ci n'est sans doute pas de grand luxe, en effet).
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 23:26

Le fait de faire défiler les didascalies à la fin, de marquer ainsi son refus de mettre en scène, je ne trouve que ce soit justement "vraiment du théâtre"...

Je sais, je ne réponds que sur ça, mais je n'ai pas un souvenir suffisamment précis de tout le reste.
Je l'ai quand même vu deux fois, et j'ai bien le souvenir d'avoir ressenti un agacement profond devant une parodie trop évidente. (le duo du prologue notamment, mais pas seulement)

Dans le genre trash/bizarre/décalé, je trouve le Ring de Weimar plus intéressant et plus cohérent.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89390
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 26 Juil 2013 - 23:29

Je suis assez circonspect aussi sur l'exactitude supposée : il y a clairement transposition (et télescopage) des époques, effectivement le duo du Prologue est tout à fait parodique (la petite peinture pour touristes en toile de fond, Siegfried en peau de bête, Brünnhilde en petit ensemble rose d'intérieur...), Gunther en costume de ville, les Nornes qui mendient... littéralement, on est quand même dans de la mythologie à casques à pointes et superpouvoirs (même s'ils sont un peu pourris chez Wagner Mr. Green ), Konwitschny ne montre tout de même pas cela.

Après, que ça respecte le livret malgré tout et que ça fonctionne bien, pourquoi pas - j'avais trouvé ça absolument hétéroclite, mais je changerais peut-être d'avis en le revoyant. Mais la littéralité, je me permets de douter un tout petit peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 27 Juil 2013 - 13:04

Xavier a écrit:
Le fait de faire défiler les didascalies à la fin, de marquer ainsi son refus de mettre en scène, je ne trouve que ce soit justement "vraiment du théâtre"...

J'ai trouvé ça très puissant. La mise en scène de l'immolation, c'est un non-sujet dans le Crépuscule. De temps en temps, ici et là, on a des belles images pour clore l'opéra, mais c'est vraiment le point de détail pour ceux qui ne regardent que le début et la fin. Comme dit Wagner (je paraphrase), "la musique indique avec la plus grande précision" le sens de cette fin.

Mais le vrai choix de Konwitschny dans cette immolation, ce n'est pas le défilement des didascalies là où d'autres font défiler des lasers ou s'écrouler des bouts de bois ; c'est le parti pris de dire que Brünnhilde s'adresse à nous, le public, à la fin. Il faut comprendre que ça n'est pas un détournement de ses paroles adressées à Wotan. C'est la conclusion du Ring, et elle est explicite. Ce qui est central, ici, c'est "dass wissend würde ein Weib", la transformation de la déesse en femme. C'est aussi cette éclairage des lumières dans la salle qui fait que Gunther ne peut pas prendre l'anneau du corps de Siegfried -- c'est un recul soudain sur sa condition. C'est une façon de traiter une des nombreuses questions très problématiques du Ring: que veut Hagen? C'est aussi quelque chose que Konwitschny a très bien établi au II, cette relation difficile avec un père fantomatique, qui le définit, essaye de lui insuffler quelque chose. Juste après cette visite ou ce rêve, Hagen a une espèce d'épisode psychotico-hystérique, qui sont ses appels (là encore, une façon intelligente de résoudre une difficulté récurrente de la mise en scène: d'où sortent ces appels, affreux et soudains?).

Après, je dis que la mise en scène de l'immolation est une non-question dans le Ring, parce que l'immolation ne fait simplement pas partie du drame humain qu'est le Ring. Or, ce que traite admirablement Konwitschny, c'est bien le drame des personnages et leurs évolutions.


Dernière édition par julot le Sam 27 Juil 2013 - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 27 Juil 2013 - 13:25

DavidLeMarrec a écrit:
Je suis assez circonspect aussi sur l'exactitude supposée : il y a clairement transposition (et télescopage) des époques, effectivement le duo du Prologue est tout à fait parodique (la petite peinture pour touristes en toile de fond, Siegfried en peau de bête, Brünnhilde en petit ensemble rose d'intérieur...), Gunther en costume de ville, les Nornes qui mendient... littéralement, on est quand même dans de la mythologie à casques à pointes et superpouvoirs (même s'ils sont un peu pourris chez Wagner Mr. Green), Konwitschny ne montre tout de même pas cela.

Après, que ça respecte le livret malgré tout et que ça fonctionne bien, pourquoi pas - j'avais trouvé ça absolument hétéroclite, mais je changerais peut-être d'avis en le revoyant. Mais la littéralité, je me permets de douter un tout petit peu.

Quelles époques? Déjà, l'idée d'une vérité historique pour Lohengrin est un contresens sur la nature d'une "opéra romantique". Mais pour le Ring, il y aurait une époque de sa littéralité? Et en plus cette littéralité serait les casques à plumes (plutôt qu'à pointe)? Ca, c'est un présupposé de wagnérien, basé sur rien d'autre qu'une représentation traditionnelle héritée en partie de l'imagerie, pour une part contemporaine de la création, pour une part simplement pompée de Tolkien. C'est l'imagerie de la peinture en toile de fond, qui est aussi leur petit rêve domestique, à la grosse dame en satin et au ravi de la crèche.

Le duo du prologue, pour reprendre ton exemple, n'est pas parodique. Il ne l'est que si on est arc-bouté sur un stéréotype que tu énonces d'ailleurs, les plumes et les tralala. Si on veut bien, encore une fois, prendre le texte au sérieux, le duo parle de l'amour entre une déesse déchue parce qu'elle a choisi l'amour, et un héros à la force impensable, au coeur pur, et franchement, un peu simplet. Cette déesse déchue choisit de rester sur le rocher qui est devenu son foyer pendant que son homme part à l'aventure. Alors, est-ce qu'il y a de la démystification et du grotesque? Oui. Mais ça n'en fait pas une parodie.

Posons une question de plus: pourquoi, quand on parle de supposée "littéralité", ne parle-t-on QUE des didascalies, au détriment de tout le reste du texte, musique et livret? Que Schenk respecte les didascalies plus ou moins à la lettre et ne nous présente rien de la vie prodigieuse des personnages qui se donne à voir dans la combinaison du livret et de la musique, et on parle de littéralité un peu ennuyeuse. Que Konwitschny donne le primat à ce dernier point, en traitant les didascalies rigoureusement mais dans une logique symbolique, et on parle de n'importe quoi, de parodie et de ridicule.

Et les nornes ne mendient pas, soit dit en passant. Elles sont manifestement mal-logées, en tous cas mal habillées, dans quelque chose qui figure à la fois leur misère, leur inadaptation au monde tel qu'il est devenu, et leur côté diseuse de bonne aventure. Les nornes de ce crépuscule, ce sont les dames qui t'arrêtent bd Saint Germain pour te dire ton avenir. Quand les filles du Rhin au III se déguisent en nornes, c'est immédiatement lisible et compréhensible, et soit dit en passant, ça résonne avec le changement musical.

Tu dis que c'est hétéroclite. Mais quelle mise en scène ne l'est pas? Mettre en scène, c'est choisir des conventions, un langage dramatique. Celui de Konwitschny n'est pas celui de Kupfer, ou de Chéreau, ou de la Fura, ou de Schenk. Le fait que certains nous soient plus familiers n'ôte pas à leur décalage fondamental. Si on vient d'un endroit où on pense que le Ring est un drame psychologique (et c'est un point de vue aussi valide qu'un autre), les lectures concentrées sur l'épopée sont consternantes ou décalées. Si on est scotché au drame paternel (ou si on est le Siegmund de ce forum), la lecture symbolique de la Fura est complètement absurde et agaçante. Le Ring (et les autres opéras), c'est grand parce que ça se lit de plein de façons et que ça reste interrogeant, humain et mystérieux au travers de ces différentes lectures.

En parlant de ça, Xavier, c'est par où pour parler des Meistersinger de Katharina Wagner?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 27 Juil 2013 - 14:44

julot a écrit:
En parlant de ça, Xavier, c'est par où pour parler des Meistersinger de Katharina Wagner?

Pour les Maîtres Chanteurs il n'y a qu'un sujet unique en discographie. (voir index)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89390
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyDim 28 Juil 2013 - 8:48

julot a écrit:
Quelles époques? Déjà, l'idée d'une vérité historique pour Lohengrin est un contresens sur la nature d'une "opéra romantique". Mais pour le Ring, il y aurait une époque de sa littéralité? Et en plus cette littéralité serait les casques à plumes (plutôt qu'à pointe)? Ca, c'est un présupposé de wagnérien, basé sur rien d'autre qu'une représentation traditionnelle héritée en partie de l'imagerie, pour une part contemporaine de la création, pour une part simplement pompée de Tolkien.
Non, là tu plaisantes, n'est-ce pas ? Smile

Lorsqu'une didascalie mentionne que Siegfried détache l'armure boulon à boulon, ou que les Nornes tissent un fil autour d'un frêne, si on voit Brünnhilde en robe ou pantalon, et les Nornes assises à même le sol et chassées par les commerçants, ou travaillant des fils électriques, c'est précisément que ce n'est pas littéral.

Ce peut être proche de l'original, ou assez éloigné mais très crédible, mais ce n'est pas littéral.


Citation :
Le duo du prologue, pour reprendre ton exemple, n'est pas parodique.
La toile de fond façon épigone raté de Gustave Doré, les bottes en fourrure, c'est quand même là pour dire clairement : "attention, n'adhérez pas à ce que je vous montre, c'est un poncif romantique allemand ridicule".

Citation :
Que Schenk respecte les didascalies plus ou moins à la lettre et ne nous présente rien de la vie prodigieuse des personnages qui se donne à voir dans la combinaison du livret et de la musique, et on parle de littéralité un peu ennuyeuse.
Moi je parle de "mise en décors" parce qu'il n'y a pas de direction d'acteurs, donc ce n'est pas une véritable mise en scène au sens complet qu'on lui donne aujourd'hui.

Pourquoi parle-t-on toujours des didasclies ? Parce qu'on peut diverger sur l'interprétation du texte, dont le sens profond n'est, précisément, pas littéral (donc on est sur d'autres critères, est-ce que c'est crédible, est-ce que c'est conforme au sens voulu par l'auteur, est-ce que c'est neuf, etc.).

Citation :
Que Konwitschny donne le primat à ce dernier point, en traitant les didascalies rigoureusement mais dans une logique symbolique
Mais c'est très bien de s'approprier la littéralité, ce n'est pas la question. Simplement, à ce compte-là on ne peut plus parler de littéralité (de même que je suis sûr qu'on peut refaire la Vision Rouge de Schönberg en bleu de façon très convaincante, mais on ne pourra pas dire que c'est une copie conforme de couleur rouge) ; en plus de quoi, concernant précisément le Crépuscule de Konwitschny, je vois une grande dispersion dans les symboles, qui s'entrechoquent et ne créent pas d'atmosphère crédible. Tableau à tableau, il y a de la direction d'acteurs, donc ce n'est pas forcément mauvais au sens où ce serait tout à fait inintéressant, mais l'ensemble s'articule très mal à mon avis.


Citation :
Tu dis que c'est hétéroclite. Mais quelle mise en scène ne l'est pas?
Les bonnes mises en scène, en principe, parviennent à créer une atmosphère qui leur est propre, et où les symboles n'entrent et ne sortent pas comme dans un moulin, au gré de ce qu'essaie le metteur en scène pour éviter de se soumettre au livret.

Après, tout dépend évidemment de ce qu'on attend d'une mise en scène. De même que pour l'interprétation, j'attends qu'elle mette en valeur l'oeuvre ; les metteurs en scène qui ajoutent plein de symboles parce qu'ils n'aiment pas ceux du livret ou parce qu'ils s'ennuient sont exactement comme ces chanteurs qui ajoutent des contre-notes partout parce qu'ils estiment que leur voix vaut mieux que la partition... ce n'est pas ce que personnellement je vais chercher à l'opéra.


Et ce n'est bien sûr pas une question d'être pour ou contre les mises en scène traditionnelles ou novatrices, ou d'avoir une exigence précise sur ce que doit absolument être le Ring : en l'occurrence, Konwitschny est peut-être très bien (mon visionnage a plus de dix ans...), mais dire que c'est littéral ou cohérent, ça me paraît vouloir lui prêter des vertus assez loin de celles qu'il a cherchées. Il serait même sans doute vexé d'être qualité de littéral. hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyLun 29 Juil 2013 - 16:58

Je pense que tu confonds le choc que cette mise en scène fait en adoptant des choix inhabituels et en venant après trois machins plutôt iconoclastes (j'ai dit le peu d'intérêt que j'avais trouvé à un Siegfried qui, pour le coup, me semblait d'un metteur en scène plus occupe à se faire mousser qu'à faire vivre l'oeuvre).

Sur la littéralité, tu apportes de l'eau à mon moulin: les nornes ne tissent pas autour du frêne, elles tissent autour du rocher. Et elles tissent (et détissent) bien, en effet, chez Konwitschny. L'armure de Brünnhilde, par contre, est bien là, et son casque à plume, et Siegfried part avec. Elle lui passe même un cheval, même s'il est en bois, en expliquant bien qu'il a perdu ses pouvoirs.

Ceci dit, nous sommes d'accord que la question de la "littéralité littérale", si j'ose dire, n'a pas grand intérêt. Je maintiens donc que la proximité du texte, paroles et musiques, est extrême chez Konwitschny.

Et non plus pour la toile peinte ou les bottes en peau (que je n'ai pas vues, ceci dit, les bottes): il y a un parti pris de dire "c'est du théâtre" (là encore), c'est-à-dire que ça se fait avec trois bouts de ficelle, c'est un jeu. Ici, ça passe par la toile peinte qui nous signale où on est tout en ayant le sens psychologique que je disais (leur petit rêve d'intérieur) et en étant, oui, un élément de mise à distance. Ca passe aussi par ce plateau tournant en bois de chantier, tour à tour rocher des walkyries, palais des Gibichung, bateau de Siegfried, intérieur et extérieur. Là encore, il y a du méta-texte, mais il y a surtout du théâtre -- comment quatre trous dans une bâche figurent une fenêtre, une distance, un drame... De même les flammes du rocher -- des petits bouts de plastiques avec une soufflerie, pas forcément moins convaincants que des pyrotechnies plus compliquées.

Et je redis: en quoi est-cette convention théâtrale (la toile peinte, le cheval en bois, le plastique doré) est plus problématique que n'importe quelle autre? Ca me rappelle Hans Sachs dans les Meistersinger, tiens:
Wollt ihr nach Regeln messen,
was nicht nach eurer Regeln Lauf,
der eignen Spur vergessen,
sucht davon erst die Regeln auf!
(pour mesurer selon les règles ce qui ne suit pas vos règles, il faut d'abord en découvrir les règles, en gros)

Il y a des mises en scène qui correspondent à ce que tu décris: des idées plus ou moins pertinentes placées sans cohérence et sans intérêt dans un espèce de détournement de l'oeuvre. Certaines de ces mises en scène sont du même Konwistchny (je viens de m'atteler à son Lohengrin, qui me laisse perplexe). Les mises en scène où Tristan et Isolde ne se touchent pas, par exemple, je trouve toujours ça assez difficile à accepter, même quand on m'explique comme c'est intelligent.

Mais ce n'est pas le cas ici. Oui, ça dérange quand Brünnhilde enlève sa culotte (surtout une grosse vieille madame comme çà, elle ressemble à ma grand'mère, c'est très perturbant) -- mais c'est bien le geste de la fière Walkyrie qui n'abdique rien dans sa défaite, qui dit "OK, vas-y mon grand, amuse-toi". C'est cru et perturbant : c'est pourtant bien le coeur de l'action, sans y ajouter un truc, le transposer ailleurs, ou nous indiquer qu'en fait c'est un message sur Hitler et Wolfgang Wagner ou sur la permanence du Dasein.

Je m'inscris aussi en faux quand tu dis que ça s'articule mal entre les différents tableaux: la cohérence des personnages, en particulier, me semble admirable. Comme je le disais, c'est la première fois que je vois un Siegfried du crépuscule crédible dramatiquement, la première fois que je vois la continuité entre la Brünnhilde du Crépuscule et celle de la Walkyrie, la première fois que je vois le héros incroyable et la déesse déchue et que j'y crois.

Ceci dit, c'est pas faux sur le poncif allemand ridicule: on peut s'attacher au casque à plumes ou on peut s'attacher à l'histoire d'amour. Ce message-là ne me dérange pas dans une mise en scène. De même, on peut exiger la solennité où on peut explorer l'oeuvre. C'est difficile de faire les deux.

Sur ton dernier point: j'attends aussi des mise en scène qu'elles mettent en valeur l'oeuvre plutôt que de s'en servir pour exposer des idées, voire de la trahir complètement. Mais pour la mettre en valeur, il faut la rendre vivante. Chaque mise en scène réussie trouve une façon différente de faire vivre l'oeuvre. C'est pour ça que je vais à l'opéra (et que je suis souvent déçu et profondément ennuyé). Si je veux m'abîmer dans la contemplation du texte wagnérien, pas besoin d'une salle d'opéra : la partition ou le disque suffisent largement. Ou la version de concert, à la Janowsky (qui ne m'intéresse pas beaucoup précisément pour cette raison). Comme disent les Maître après avoir entendu Walther: " 's ist kühn und seltsam". Ca n'est pas censé être confortable et familier.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: La Walkyrie, classée X   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMar 30 Juil 2013 - 19:23

Je viens de visionner le premier acte de la Walkyrie de Stuttgart, Zagrozek/Nel, et c'est carrément obscène, mais j'ai trouvé ça très convaincant. Ca fait du bien de voir des Wälsung triomphant, orgeuilleux, fiers d'eux mêmes, de leur corps et de leurs certitudes. Un des héritages les plus lourds de Chéreau, à mon avis, était de faire de Siegmund un loser magnifique, un dépressif, un condamné d'avance, un Caliméro. Cette mise en scène ne s'inscrit pas dans cette tradition, avec un Siegmund athlétique et une Sieglinde sculpturale (au standard des chanteurs d'opéras), tous les deux très légèrement vêtus (et avec un goût issu de l'érotisme allemand contemporain...).

J'ai trouvé ça au début efficace mais un peu lourd, en particulier dans la façon de faire passer les messages deux fois (Sieglinde et Siegmund font d'abord une espèce de danse des loups sensuelle et coordonnée dans les premiers moments, redoublée par le partage d'une bière mousseuse -- "Schmecktest du mir ihn zu?" ; Hunding essuie son revolver puis affute son couteau).

Mais le parti pris de sensualité est convaincant, et cette mise en scène m'a mis le rouge aux joues. Dans le récit de Sieglinde "Der Männer Sippe sass hier im Saal", Notung est une projection de lumière son sur son déshabillé blanc, dont la poignée se trouve sur son sexe (là encore, redondance avec le baiser au même endroit de "ein Quell!"). Le récit de "beaucoup ont essayé, mais aucun n'y est arrivé" devient celui, très cru, d'une femme libre à la recherche de son propre plaisir, digne fille de son père. Ce n'est pas dans le malheur partagé ou dans la Weltschmerz que communient ces deux jumeaux, c'est dans la jubilation d'avoir trouvé ce qu'ils cherchaient, de se libérer, de pouvoir être eux-mêmes.

J'ai bien aimé la mise en scène de Hunding comme se comportant bien -- après "haare mein zur Ruh' " au lieu de ce qui est est fréquemment un grand vide de mise en scène, Hunding sert un repas à Siegmund et le partage avec lui. Ce n'est pas juste un gros porc dégoûtant (qui ne fait rien qu'à attraper sa femme par les cheveux pour l'embrasser plus ou moins de force), c'est un gars qui est dans son droit et dans son honneur.

Musicalement, je trouve une cohérence entre la musique et la scène qui me plaît -- un Zagrozek qui connaît son Ring, qui participe à la mise en scène, et des chanteurs pas particulièrement à l'aise vocalement, mais qui disent leur texte très clairement, et le vivent.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMar 30 Juil 2013 - 19:39

C'est un peu too much mais quand même assez chouette ce 1er acte, je suis d'accord. (par contre, Siegmund athlétique... faut pas exagérer Mr. Green )
Denoke notamment est phénoménale, Gambill encore passable à cette époque.

Par contre, les deux actes restants, c'est absolument ignoble niveau mise en scène. Confused (niveau chant aussi du côté de Wotan et Brünnhilde) 
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: La Walkyrie, ou la libération sexuelle...   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 31 Juil 2013 - 16:39

Bon d'accord, George Lucas et Annie Girardot, c'est un casting inattendu pour Wotan et Brünnhilde, et c'est ni Angelina et Brad, ni Hans Hotter et Frida Leider. Smile 

Mais ignoble, je te trouve carrément injuste (maintenant que j'ai vu l'ensemble). C'est une belle walkyrie, cohérente, avec des caractères qui jouent le drame, des idées qu'on n'a pas vu avant et qui sont justifiées -- à commencer par cette idée de la libération sexuelle comme étant un des sujets phares de la Walkyrie, ce qui est très cohérent avec le texte et la musique (p. ex. da labte süss dich selige Lust, etc. ). Avoir un Wotan obèse est cohérent avec ce personnage de jouisseurs déjà installé dans son échec, je trouve, qui, dans le fond, ne fait rien qu'à ressasser. La fin de Siegmund, quasi-négociée avec lui, nous offre là encore un départ en grandeur de sa part, plutôt que le sombre massacre au fond d'un bois auquel nous sommes habitués depuis Chéreau. Les Walkyries en gang de filles, peut-être même ados, qui se dandinent au rythme de la chevauchée, ça fait autant sens que tout ce que j'ai vu dans ce passage. Et après, comme le vraies jeunes filles en fleur, dès qu'on parle d'amour et de maternité, ça arrête de rigoler. Le fait que Wotan et Brünnhilde soient déjà séparés au troisième acte, qu'ils soient dans des univers différents, c'est dans le texte (mais pas dans les didascalies Rolling Eyes ) , c'est cohérent, et ça fait du coup de tout la troisième scène un coup de projecteur sur la misère de Wotan qui a déjà perdu sa fille et son combat, qui ressasse, tout seul chez lui, dans l'alcool. Le fait même qu'il s'en renverse dessus fait sens. Le "Leb Wohl!" lui-même, au lieu de venir comme le hit à la fin du concert, est le cri d'un Wotan qui résiste à la tentation de se réunir avec sa fille. La façon dont Wotan détruit son long brin de blé marque bien sa renonciation finale à son insouciance et à ses rêves.

Bon, je dis pas que ça redéfinit la mise en scène wagnérienne (comme Herheim), ni que c'est brillant (comme Konwitschny tongue ), mais franchement, c'est un regard un peu neuf et plutôt bien réussi. Je suis bien content de l'avoir vu, alors que je voudrais bien qu'on me rende le temps que j'ai passé à regarder le troisième acte de Siegfried. J'aurais aimé que Krämer (à la Bastille) s'en sorte aussi bien (il a ses moments, m'enfin...).
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 31 Juil 2013 - 16:49

Pour moi c'est une blague totale ce Wotan sur matelas gonflable avec sa brindille en guise de lance, Fricka la grosse mégère qui lui met des baffes, et la fin avec Wotan qui lit son journal, puis le néon qui a dû achever les spectateurs qui étaient dans la salle... la cohérence dans tout ça... en plus c'est tellement braillé pour les deux protagonistes principaux...
On ne peut pas me reprocher de ne pas m'ouvrir au trash, j'aime le Ring de Copenhague ou celui de Weimar même (dans certaines proportions), mais là, c'est vraiment le pire de ce qu'il ne faut pas faire pour moi.
A la limite, j'ai préféré le Siegfried de Wieler/Morabito.
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 31 Juil 2013 - 16:58

Je ne vois pas la blague, je vois le drame humain. Le Wotan qui lit son journal, il fait ce qu'il y a dans son texte : il la prend de haut, lui montre qui est le patron. La brindille ne fait pas guise de lance, il y a même la vraie lance à côté sur son mur si tu regardes bien. Le matelas gonflable, c'est celui du gars qui s'est fait une garçonnière dans son grenier -- c'est Wotan. Et Fricka, c'est pas un mégère qui veut mettre des baffes à son infidèle, imprévisible, inconséquent de mari?

On est peut être au coeur de l'attente selon laquelle Wagner, ça devrait être énorme et solennel. Je crois que ça l'est en partie, mais pas seulement, que c'est plus comme du Shakespeare (ou n'importe quel théâtre romantique) en mélangeant du grotesque, du sublime, du beau et du vrai, de la farce et du cosmique. En gros, j'ai l'impression qu'on se rejoue beaucoup la bataille d'Hernani, ici, quand on discute Wagner.

Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 31 Juil 2013 - 17:01

Non, mais on a quand même le droit de trouver que c'est du 15è degré, cette mise en scène... On dirait quand même que tout est fait pour faire marrer voire se foutre du livret.

Citation :
On est peut être au coeur de l'attente selon laquelle Wagner, ça devrait être énorme et solennel. Je crois que ça l'est en partie, mais pas seulement, que c'est plus comme du Shakespeare (ou n'importe quel théâtre romantique) en mélangeant du grotesque, du sublime, du beau et du vrai, de la farce et du cosmique.

OK pour le grotesque et la farce, mais le sublime et le cosmique, je ne les ai franchement pas vus... j'ai vu du grotesque et du laid, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 31 Juil 2013 - 20:53

Xavier a écrit:
Non, mais on a quand même le droit de trouver que c'est du 15è degré, cette mise en scène...

Le droit inaliénable, Xavier. De même que j'ai le droit de trouver que Kupfer est trop affreux à regarder, ses costumes sans aucune raison d'être, ses éclairages arbitraires, et que le tout a pour seul but de nous montrer qu'on peut faire du Wagner sans plumes et pourtant sans faire du Chéreau, bravo Harry.

Mais tu vois le parallèle: dans les deux cas, c'est se priver d'une expérience artistique (cohérente) au nom d'une idée préconçue de ce qu'elle devrait être. Nel ne nous raconte pas forcément l'histoire que nous attendons, mais il me semble impossible de dire qu'il ne nous raconte pas la Walkyrie.

Xavier a écrit:
On dirait quand même que tout est fait pour faire marrer voire se foutre du livret.

Je n'en vois aucune évidence. A la rigueur, ça se moque d'une certaine représentation de ce livret (même là, Konwitschny sans doute, Nel, je ne vois pas où), non pas au sens de la dérision mais au sens où il ne s'y intéresse pas. Par exemple, la chevauchée des Walkyries est intrinsèquement problématique: musique affreuse mais irrésistible, rapport avec l'action lointain -- un peu comme pour la montée au Walhalla, ou le deuxième acte du Crépuscule. Jusqu'à présent, je n'ai vu que deux types de réussite de cette scène: sur le versant absolument macabre avec les corps nus, ou sur le versant bande d'amazones, d'une façon ou d'une autre. Une fois qu'on discute le sort de Sieglinde et celui de Brünnhilde, il y a plein de mises en scène réussies (les walkyries se rebellent, elles compatissent, elles défendent Brünnhilde par solidarité soldatière, etc.), mais avant...

Citation :
OK pour le grotesque et la farce, mais le sublime et le cosmique, je ne les ai franchement pas vus... j'ai vu du grotesque et du laid, c'est tout.

Franchement, dans cette mise en scène, j'ai vu peu de farce et peu de cosmique. Le sublime me semble par contre partout : l'émancipation des jumeaux, l'honneur d'Hunding, la virginité de Brünnhilde et son accès à la sensualité dans l'annonce de la mort, la dignité de Siegmund dans l'exécution, le retournement des jeunes rebelles guerrières touchées par l'amour et la maternité, l'impuissance de Wotan à produire un être libre et son entêtement d'alcoolique à retomber dans le contrôle, sa résistance à l'amour de Brünnhilde, le pathétique de ce père qui se repasse les dernières images de sa fille littéralement en boucle...

Ceci dit, je partage ton doute sur le projecteur de la fin (ce n'est pas un néon) que Wotan braque vers Brünnhilde en passant par le public: ça marche pas terrible et je ne sais pas trop ce que c'est censé représenter. Il aurait mieux fait de projeter les didascalies sur le rideau hehe . M'enfin c'est le théâtre: on essaye des trucs, ils ne marchent pas tous.

Sur ces bonnes paroles, je m'en vais réessayer le Lohengrin "salle de classe" en essayant très fort de voir ce qu'il veut nous dire et pourquoi ça aurait des chances de m'intéresser ou de m'émouvoir Shocked C'est bien les vacances...
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 4 Sep 2013 - 22:16

En train de regarder le Crépuscule de Rattle à Aix, mis en scène par Braunschweig. Je trouve vraiment que le travail de Braunschweig est exceptionnel. Je ne suis pas sûr ce qu'on en percevait en salle parce que là, ça se joue vraiment tout sur les expressions faciales, les mouvements des yeux, les micro-signaux. Mais quelle intensité et quelle justesse dans les caractères! Je ne sais pas si c'est parce qu'il choisit ses acteurs, parce qu'il sait en tirer le meilleur et trouver le personnage qui convient non seulement au rôle, mais à l'acteur, si c'est un charmeur de serpents... je trouve qu'on n'a pas une minute l'impression de voir des chanteurs. Et en même temps, une façon de prendre le texte au pied de la lettre, ligne par ligne (malgré l'absence impardonnable de métal et de plumes Very Happy ), une simplicité directe, comme ce Siegfried au coeur d'or, ni enfant, ni débile, ni brute, une espèce de super-bon-gars.

Joli Hagen, superbe en fait tant qu'il n'a pas à lutter contre l'orchestre. Rattle serait presque le point le plus décevant de ce que j'ai vu de ce Ring, en particulier avec une suprenante absence de dynamique. Je ne sais pas si c'est l'acoustique du palais, mais je suis toujours surpris de ne pas être surpris par Rattle.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
*Nico
Mélomane chevronné
*Nico

Nombre de messages : 3601
Date d'inscription : 10/10/2007

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 14:52

Qu'est ce que ça vaut finalement le second Ring de Kupfer à Barcelonne ? Ca tiens la route musicalement ?
Revenir en haut Aller en bas
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 15:26

*Niko a écrit:
Qu'est ce que ça vaut finalement le second Ring de Kupfer à Barcelonne ? Ca tiens la route musicalement ?
J'ai vu que la Walkyrie. Musicalement, c'est pas au niveau, même de Barenboim/Kupfer (et certainement pas de Barenboim aux Proms 2013).

En termes de mise en scène, il y a des choses plus réussies qu'à Bayreuth, dans un esprit qui est assez fondamentalement le même, et des éclairages plus crus qui rendent l'action plus difficile à suivre. Le premier acte marche vraiment bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31488
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 15:38

*Niko a écrit:
Qu'est ce que ça vaut finalement le second Ring de Kupfer à Barcelonne ? Ca tiens la route musicalement ?
Très en dessous de Kupfer I.

La mes ... c'est un relifting de Bayreuth ... mais sans le génie ...
Vocalement c'est nettement en dessous.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
*Nico
Mélomane chevronné
*Nico

Nombre de messages : 3601
Date d'inscription : 10/10/2007

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 15:54

julot a écrit:
*Niko a écrit:
Qu'est ce que ça vaut finalement le second Ring de Kupfer à Barcelonne ? Ca tiens la route musicalement ?
J'ai vu que la Walkyrie. Musicalement, c'est pas au niveau, même de Barenboim/Kupfer (et certainement pas de Barenboim aux Proms 2013).

En termes de mise en scène, il y a des choses plus réussies qu'à Bayreuth, dans un esprit qui est assez fondamentalement le même, et des éclairages plus crus qui rendent l'action plus difficile à suivre. Le premier acte marche vraiment bien.
Ok, merci ! Bon, je verrais quand même, on m'a offert le coffret Opus Arte pour mon anniv. Par miracle, j'ai rien vu dans ce coffret et apparement il y a quelques chouettes productions.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 17:25

Si je me souviens bien il y a le Tristan avec Gambill... pale 

Mais ce Ring vaut le coup d'oeil tout de même, et pour l'oreille il y a quelques belles choses, notamment le Wotan de Struckmann.
Revenir en haut Aller en bas
*Nico
Mélomane chevronné
*Nico

Nombre de messages : 3601
Date d'inscription : 10/10/2007

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 19:29

Xavier a écrit:
Si je me souviens bien il y a le Tristan avec Gambill... pale 
Ah..c'est une daube à ce point ? Vais essayer de retrouver les commentaires dans le fil Confused 

Xavier a écrit:
Mais ce Ring vaut le coup d'oeil tout de même, et pour l'oreille il y a quelques belles choses, notamment le Wotan de Struckmann.
Bon...De toute façon, je dis jamais non pour un Ring.
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31488
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 20:00

Oui. Le pire que je connaisse perso.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyMer 11 Sep 2013 - 20:30

*Niko a écrit:
Xavier a écrit:
Si je me souviens bien il y a le Tristan avec Gambill... pale 
Ah..c'est une daube à ce point ? Vais essayer de retrouver les commentaires dans le fil Confused 
C'est tellement mon avis aussi que je n'en ai même pas parlé, de cette version là. Et la mise en scène à beau être de Lehnhoff (que je trouve en général très honorable sans être forcément génial), c'est une horreur aussi.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptyVen 20 Sep 2013 - 13:18

julot a écrit:
En train de regarder le Crépuscule de Rattle à Aix, mis en scène par Braunschweig. Je trouve vraiment que le travail de Braunschweig est exceptionnel. Je ne suis pas sûr ce qu'on en percevait en salle parce que là, ça se joue vraiment tout sur les expressions faciales, les mouvements des yeux, les micro-signaux. Mais quelle intensité et quelle justesse dans les caractères! Je ne sais pas si c'est parce qu'il choisit ses acteurs, parce qu'il sait en tirer le meilleur et trouver le personnage qui convient non seulement au rôle, mais à l'acteur, si c'est un charmeur de serpents... je trouve qu'on n'a pas une minute l'impression de voir des chanteurs. Et en même temps, une façon de prendre le texte au pied de la lettre, ligne par ligne (malgré l'absence impardonnable de métal et de plumes Very Happy ), une simplicité directe, comme ce Siegfried au coeur d'or, ni enfant, ni débile, ni brute, une espèce de super-bon-gars.

Joli Hagen, superbe en fait tant qu'il n'a pas à lutter contre l'orchestre. Rattle serait presque le point le plus décevant de ce que j'ai vu de ce Ring, en particulier avec une suprenante absence de dynamique. Je ne sais pas si c'est l'acoustique du palais, mais je suis toujours surpris de ne pas être surpris par Rattle.
Je continue à regarder, et je trouve toujours ça aussi bien. Quelqu'un sait où je pourrais trouver Rheingold et Siegfried? Je comprends pourquoi on ne publie pas ça, c'est si anti-spectaculaire, mais c'est bien dommage.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesecoutes.blogspot.com
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 700
Date d'inscription : 09/01/2011

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: WAGNER RING DVD BLU-RAY   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 2 Nov 2013 - 7:05

Quelle version recommandez vous, sachant que je suis un peu novice en Ringofollies ; que j'ai la version de VALENCE ( Fura dels Baus / Metha) qui me plait mais s'avère plus spectaculaire que dramatique.

Or je recherche un ring "humain",  émouvant quoi,  idéalement : par le jeu comme par le chant.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 2 Nov 2013 - 13:09

En toute évidence: Barenboïm/Kupfer, bien sûr. Smile 

En plus il est à 35 euros en ce moment!
http://www.amazon.fr/Wagner-Ring-Nibelungen-Import-italien/dp/B002G1TSBI/ref=sr_1_cc_2?s=aps&ie=UTF8&qid=1383394101&sr=1-2-catcorr&keywords=ring+barenboim
C'est plus du double en Blu-Ray: http://www.amazon.fr/Nibelungen-Orchester-Bayreuther-Festspiele-Barenboim/dp/B00BA7YZVM/ref=sr_1_1?s=dvd&ie=UTF8&qid=1383394188&sr=1-1&keywords=ring+barenboim+blu

Pour en savoir plus sur cette version: https://classik.forumactif.com/t6031-wagner-ring-barenboim-kupfer-dvd

En 2è choix derrière tu as le Ring de Copenhague, tout est transposé très intelligemment comme une grande saga familiale du XXè siècle, direction d'acteurs très vivante.

Et puis Boulez/Chéreau évidemment, où c'est moins la fête vocalement, mais à voir.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89390
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 2 Nov 2013 - 13:25

malko a écrit:
Quelle version recommandez vous, sachant que je suis un peu novice en Ringofollies ; que j'ai la version de VALENCE ( Fura dels Baus / Metha) qui me plait mais s'avère plus spectaculaire que dramatique.

Or je recherche un ring "humain",  émouvant quoi,  idéalement : par le jeu comme par le chant.
Humain, il y a Holten, Chéreau et Kupfer qui sont des valeurs sûres. Chéreau (pas forcément moins émouvant) étant moins bien chanté que les deux autres. (Pour ma part, Holten remporte la palme à tous les niveaux : théâtral, musical, vocal.)

Xavier a essayé plein d'autres DVDs plus interlopes qui sont susceptibles d'avoir ce type de qualités théâtrales.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85148
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 EmptySam 2 Nov 2013 - 13:27

Oui, mais qui sont nettement moins bien chantés quand même. (enfin pas énormément moins bien que Boulez-Chéreau)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)   Wagner - La Tétralogie (DVD) (2) - Page 17 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Wagner - La Tétralogie (DVD) (2)
Revenir en haut 
Page 17 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: