Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-39%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
97 € 160 €
Voir le deal

 

 Paul Creston (1906-1985)

Aller en bas 
AuteurMessage
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 19:26

De ce compositeur américain, je n'ai le plaisir que de connaître ses trois premières symphonies, disponible sur le disque Naxos:

Paul Creston (1906-1985) 51HI9aJ%2BFoL._SS280_

...qui n'est disponible que pour quelques euros sur Amazon et que je vous recommande très vivement (interprétation magnifique)

Pour le reste, ces trois oeuvres, toutes assez brèves (25 minutes), s'inscrivent bien dans une esthétique américaine post-romantique lyrique et généreuse. La musique de Creston m'a plu parce qu'elle est sincère et recèle une vraie profondeur, une intensité et une hauteur de vue étonnament troublantes, bien plus que chez Harris par exemple. On peut penser à Barber, en moins moderne, mais c'est le nom (qui risque de n'être pas très éclairant) de Howard Hanson à qui je pense immédiatement.

Datant de 1940, la Première symphonie (quatre mouvements, 23 minutes) est la moins intéressante des trois. Elle déploie souvent un langage pseudo-moderniste en fait très librement romantique, qui me semble d'une inspiration inégale: le premier mouvement, avec ses grandes envolées de cuivres façon Copland dissonnant, n'est pas inoubliable, et le scherzo, bien que plus séduisant (Stokowski, apprend t-on dans la notice du CD, l'aimait particulièrement et adorait le placer en bis dans ses concerts), n'a pas de véritable génie: la première section est gentiment sautillante, le trio dégouline sauvagemment sans grâce particulière. Les deux autres volets me paraissent bien plus inspirés, le troisième mouvement est absolument magnifique: une cantilène de cordes très joliment orchestrée dont les enchaînements et certains aspects de l'instrumentation évoquent irrésistiblement Debussy (par exemple Nuages). Extrêmement beau et contemplatif, bien sûr un peu sirupeux mais pas franchement larmoyant. Le finale, qui emploie de façon caractérisée et franche des rythmes jazzy syncopés, est plein d'humour et de bonne humeur, ça ne casse pas la baraque mais j'aime bien, c'est léger et insouciant. Ca n'a rien à voir, tout de même, avec la puissance de vue des deux symphonies suivantes.


Dernière édition par Spiritus le Dim 23 Nov 2008 - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jules Biron
Noctambule
Jules Biron

Nombre de messages : 12378
Age : 28
Date d'inscription : 23/02/2007

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 19:31

Je ne connais que la sonate pour saxophone, très sympathique.
C'était [je crois, à vérifier] un élève de Hindemith, et on reconnait, dans cette sonate, quelques harmonies assez austères, presque pesantes parfois, pas dans cette veine post-romantique dont tu parles, pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 19:33

Damned erreur et confusion! je confonds avec Cowell. Bon je vais essayer de réécouter ce disque Creston entre deux symphonies de Miaskovsky. Je l'ai depuis longtemps et je ne m'en souviens plus du tout...


Dernière édition par sud273 le Dim 23 Nov 2008 - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 19:41

je continue avec la Deuxième symphonie, qui date de 1944 (deux mouvements, 22 minutes), dans laquelle je vois - j'espère que sud sera un tant soit peu d'accord - un chef d'oeuvre remarquable, l'une des plus belles symphonies américaines jamais composées. D'une unité, d'une cohérence qui forcent l'admiration, elle se déploie dans un style lyrique mais jamais complaisant, sans tournures très faciles, avec un lyrisme qui à mon avis est inoubliable. Elle s'ouvre sur une cantilène de violoncelles qui se distingue de toutes les autres cantilènes de violoncelles de la musique américaine (c'est véritablement un topos) par ses modulations, son chromatisme et son atmosphère inquiète, méditative mais sans véritable sérénité, à l'inverse de ce qu'on trouve chez Roy Harris. Puis des sections plus animées, en étroit lien avec ce qui précède, se font jour et propulsent plus ou moins violemment le discours de l'avant, avec comme je l'ai dit une puissance de vue et d'inspiration impressionnantes. Le deuxième mouvement, s'il n'atteint pas toujours les sommets du premier, s'affirme dans une veine dansante agitée, refusant toute facilité et tout effet gratuit, pour permettre à l'oeuvre, bouleversante pour moi, de se conclure dans le climat méditatif trouble et sans repos qui l'avait introduite. Je vous engage à écouter cette oeuvre si vous aimez la musique moderne lyrique et doucement interrogative, qui n'exclut pas, d'ailleurs, une certaine animation ponctuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 19:45

Composée et créée par Ormandy en 1950, la Troisième symphonie (3 mouvements, 26 minutes) est presque aussi belle et émouvante que la deuxième. Elle emprunte cette fois un argument clairement programmatique au mythe biblique, puisqu'elle est constituée de trois "épisodes" de la vie du Christ: Nativité, Crucifixation, Résurrection. Cela donne une indication sur le caractère très lyrique et intériorisé de la symphonie, dominée par des thématiques issues du Dies Irae grégorien et par un climat de ferveur qui me semble très touchant. La pureté et la joie innocente du premier mouvement sont merveilleusement rendues par une orchestration limpide et agréable qu'agrémentent de superbes mélodies, facilement mémorables; la Crucifixation est bien sûr plus sinistre, mais pas gratuitement violente ni complaisante en quoi que ce soit: au contraire, ses textures doucement dissonnantes et ses très marginales explosions de douleur créent une ambiance que j'aime beaucoup, entre la marche funèbre et l'élégie (c'est finalement la marche qui triomphe dans une violence non dissimulée à la fin du mouvement). Le troisième mouvement, qui refuse tout triomphalisme, est le plus déroutant: malgré ce que la thématique et le précédent mahlérien laissaient attendre, on n'a droit ici à aucun pompiérisme: pas de choral, pas d'éclats de cuivre, pas de longues cadences, pas d'orgue et de bondieuseries; la musique avance doucement, dans une belle plénitude, vers une conclusion rassérénée.
Revenir en haut Aller en bas
benny
Mélomane du dimanche
benny

Nombre de messages : 72
Date d'inscription : 14/11/2008

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 20:16

Sauf pour l'étude du piano et de l'orgue, Creston (né Giuseppe Guttoveggio) et un autodidacte. Il identifia ses principaux enseignants comme étant Bach, Scarlatti, Chopin, Debussy et Ravel.
Revenir en haut Aller en bas
Jules Biron
Noctambule
Jules Biron

Nombre de messages : 12378
Age : 28
Date d'inscription : 23/02/2007

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 20:29

benny a écrit:
Sauf pour l'étude du piano et de l'orgue, Creston (né Giuseppe Guttoveggio) et un autodidacte. Il identifia ses principaux enseignants comme étant Bach, Scarlatti, Chopin, Debussy et Ravel.
Donc Hindemith n'est qu'une influence ? Pas professeur ?
Revenir en haut Aller en bas
benny
Mélomane du dimanche
benny

Nombre de messages : 72
Date d'inscription : 14/11/2008

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 23:34

Eragny a écrit:
benny a écrit:
Sauf pour l'étude du piano et de l'orgue, Creston (né Giuseppe Guttoveggio) et un autodidacte. Il identifia ses principaux enseignants comme étant Bach, Scarlatti, Chopin, Debussy et Ravel.
Donc Hindemith n'est qu'une influence ? Pas professeur ?

Je ne vois pas d'enseignement par Hindemith. Creston trouve sa voie assez difficilement, c.a.d., au fil de plusieurs années. Si vous pouvez lire en anglais, voici un article de Steve Schwartz qui explique le style à la fois très personnel mais d'un envergure limité de Creston (dans le sens qu'il ne tente pas de plaire à différents groupes d'auditeurs. Creston ecrivit des oeuvres, dont des pièces néo-classiques, qui sont toujours l'expression de l'artiste et non l'expression de ce que l'on désire de l'artiste).
http://www.classical.net/music/recs/reviews/a/alb00737a.php
Revenir en haut Aller en bas
benny
Mélomane du dimanche
benny

Nombre de messages : 72
Date d'inscription : 14/11/2008

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyDim 23 Nov 2008 - 23:45

Vous n'entendez pas l'influence de Ravel dans Creston?
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyLun 24 Nov 2008 - 19:31

j'y entends plus du post-Debussy, pour ma part, de façon ponctuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyLun 24 Nov 2008 - 19:41

oui mais c'est parce que tu connais Debussy, qui dans les années 30 n'est connu que des parisiens du 8ème (et d'un bout du 17ème) arrondissement.
Ravel est à la fois pré et post-debussyste -et un peu mieux que ça tout de même!
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyLun 24 Nov 2008 - 19:57

donc mettons Ravel, oui, en effet: si on veut, c'est le plus français des symphonistes américaines que je connaisse.
Revenir en haut Aller en bas
christophe21
Mélomaniaque
christophe21

Nombre de messages : 715
Date d'inscription : 20/05/2008

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyMer 3 Déc 2008 - 19:47

j'ai acquis le cd des 3 symphonies, elles sont très belles, merci Spiritus, depuis je réécoute mes dernières acquisitions de compositeurs américains, c'est très agréable à écouter. Sur Amazon, il y a vraiment de la découverte à faire, sans le forum, je serai passé à côté.
Revenir en haut Aller en bas
FLORENT SCHMITT
Néophyte
FLORENT SCHMITT

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 05/12/2008

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyVen 5 Déc 2008 - 6:13

Il ya aussi d'autres enregistrements de ce compositeur que je possède :

Choregraphic suite op 86a
SeattleSymphony-NewYorkChamberS-Schwarz

Symphonie N° 5 SeattleSymphony-NewYorkChamberS-Schwarz

Toccata op 68 SeattleSymphony-NewYorkChamberS-Schwarz

sonate (saxo+piano)

Suite op 6 (ext : toccata) Coffret 4 CD Jean-Marie Londeix 2006 -

pas mal du tout !

Claude


Spiritus a écrit:
De ce compositeur américain, je n'ai le plaisir que de connaître ses trois premières symphonies, disponible sur le disque Naxos:

Paul Creston (1906-1985) 51HI9aJ%2BFoL._SS280_

...qui n'est disponible que pour quelques euros sur Amazon et que je vous recommande très vivement (interprétation magnifique)

Pour le reste, ces trois oeuvres, toutes assez brèves (25 minutes), s'inscrivent bien dans une esthétique américaine post-romantique lyrique et généreuse. La musique de Creston m'a plu parce qu'elle est sincère et recèle une vraie profondeur, une intensité et une hauteur de vue étonnament troublantes, bien plus que chez Harris par exemple. On peut penser à Barber, en moins moderne, mais c'est le nom (qui risque de n'être pas très éclairant) de Howard Hanson à qui je pense immédiatement.

Datant de 1940, la Première symphonie (quatre mouvements, 23 minutes) est la moins intéressante des trois. Elle déploie souvent un langage pseudo-moderniste en fait très librement romantique, qui me semble d'une inspiration inégale: le premier mouvement, avec ses grandes envolées de cuivres façon Copland dissonnant, n'est pas inoubliable, et le scherzo, bien que plus séduisant (Stokowski, apprend t-on dans la notice du CD, l'aimait particulièrement et adorait le placer en bis dans ses concerts), n'a pas de véritable génie: la première section est gentiment sautillante, le trio dégouline sauvagemment sans grâce particulière. Les deux autres volets me paraissent bien plus inspirés, le troisième mouvement est absolument magnifique: une cantilène de cordes très joliment orchestrée dont les enchaînements et certains aspects de l'instrumentation évoquent irrésistiblement Debussy (par exemple Nuages). Extrêmement beau et contemplatif, bien sûr un peu sirupeux mais pas franchement larmoyant. Le finale, qui emploie de façon caractérisée et franche des rythmes jazzy syncopés, est plein d'humour et de bonne humeur, ça ne casse pas la baraque mais j'aime bien, c'est léger et insouciant. Ca n'a rien à voir, tout de même, avec la puissance de vue des deux symphonies suivantes.
Revenir en haut Aller en bas
Glocktahr
Mélomane chevronné
Glocktahr

Nombre de messages : 4707
Date d'inscription : 22/03/2009

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyLun 16 Oct 2017 - 9:33

greg skywalker a écrit:
Creston Symphonie n°2 (1944)  Kuchar/Ukraine  thumleft
J'écoute régulièrement cette belle symphonie US (comme la symphonie n°3 de Copland)
Plus qu'à Copland j'ai pensé à "la mer" de Debussy dans le premier mouvement et à Prokofiev dans le deuxième, une sorte de "Suite Scythe" en plus agréable.
Revenir en haut Aller en bas
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 1013
Date d'inscription : 06/08/2010

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyLun 16 Oct 2017 - 21:21

Glocktahr a écrit:
greg skywalker a écrit:
Creston Symphonie n°2 (1944)  Kuchar/Ukraine  thumleft
J'écoute régulièrement cette belle symphonie US (comme la symphonie n°3 de Copland)
Plus qu'à Copland j'ai pensé à "la mer" de Debussy dans le premier mouvement et à Prokofiev dans le deuxième, une sorte de "Suite Scythe" en plus agréable.

J'ai cité Copland comme le symphoniste  américain que j'écoute le plus avec Creston  et Rouse (plus moderne et plus fun ) et Barber (plus néo-romantique )
Revenir en haut Aller en bas
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 951
Date d'inscription : 13/08/2013

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyMar 17 Oct 2017 - 11:17


J'avoue que, pour moi, c'est un peu l'inverse : je trouve la 1ère symphonie très convaincante et les deux autres plus filandreuses...Mais bon!
Revenir en haut Aller en bas
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 1013
Date d'inscription : 06/08/2010

Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) EmptyMar 17 Oct 2017 - 22:05

j'écoute ce disque
Paul Creston (1906-1985) 61gR2TE3oiL._AC_US327_FMwebp_QL65_
Janus (1959)
concerto pour violon n°2  (1960)
Symphonie n°4 (1951)

J'aime la musique de Creston , assez "neo-classique" heureux (comme un Haydn moderne ) mais c'est bien fait : ça coule , bien huilé , musclé si nécessaires , sentimental sans sucré ajouté ( par exemple comparer le mouvement lent du concerto de violon de Creston avec le Barber !)  , filandreux ? non , je crois pas , je ressens une musique directe , bien construite sans chichi Very Happy . Des détracteurs  diront  c'est plat , obsolète en 1960 , peu profond , voire anecdotique....(c'est pas faux c'est pas la Symphonie N°11 de Chosta Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Paul Creston (1906-1985) Empty
MessageSujet: Re: Paul Creston (1906-1985)   Paul Creston (1906-1985) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Creston (1906-1985)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: