Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -83%
Hub USB LAB.C – Chargeur USB universel 5 portes
Voir le deal
4.99 €
anipassion.com

 

 Hector Berlioz (1803-1869)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 12:37

Ce qui me paraît particulier dans l'oeuvre de Berlioz, c'est qu'elle ne s'est attachée qu'à peu de genres. Symphonique (ouvertures, symphonies), lyrique (opéra, choeurs, auxquel on peut rajouter les cantates pour le prix de Rome) et musique religieuse.

Ce qui est particulier aussi c'est qu'il a à chaque fois dans chacune de ces oeuvres exploré les confins de la forme sans jamais y revenir. Pas deux symphonies qui se ressemblent, pas deux opéras qui participe à un cadre formel identique non plus. Il a en plus lancé quelques expérimentations uniques qui restent des chef d'oeuvre (La Damnation de Faust ou Lelio).

Pour s'y retrouver, sans vouloir être exhaustif j'aimerais proposer ce qui me semble, dans chaque genre, et pour celui qui voudrait découvrir Berlioz, quelques incontournables. Histoire de résumer les 15 pages précédentes.
En gras ce qui me semble facilement digérable et indispensable.
Ce qui ne veut pas dire que les reste est moins intéressant comme Les Troyens ou Roméo et Juliette qui sont aussi des sommets de l'art de Berlioz, mais c'est sans doute (à mon avis) plus difficile d'apprécier en commençant par ceux-là.

Les ouvertures:
Waverley op. 1
Les Francs-Juges op. 3
Le Roi Lear op. 4
Le Carnaval romain op. 9
Corsaire op. 21
Benvenuto Cellini op. 23
Béatrice et Bénédict

Les symphonies:
La Fantastique op. 14
La funèbre et triomphante. op. 15
Harold en Italie op. 16
Roméo et Juliette op. 17

Les cantates du prix de Rome:
La mort d'Orphée (1827)
Herminie (1828)
Cléopâtre (1829)
La mort de Sardanapale [fragments] (1830)

Scènes dramatiques:
Huit scènes de Faust
La Damnation de Faust op. 24
Lelio (volet qui suit la Fantastique)

Opéras:
Benvenuto Cellini
Béatrice et Bénédict
Les Troyens [La prise de Troie + Les Troyens à Carthage]

Musique sacrée:
Messe solennelle
Requiem op. 5
Te Deum op. 22
L'Enfance du Christ op. 25

Mélodies:
Neuf mélodies irlandaises
Nuits d'été
Tristia, op.18
Feuillets d'album, op.19

Je ne connais pas encore assez sa musique de choeur, mais Zoilreb en parle très bien dans le sujets discographique.
D'ailleurs il reprend très précisément le détail de ces oeuvres en tête des topics discographiques consacrés à Berlioz.


Dernière édition par vartan le Jeu 23 Oct 2008 - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 16:42

Merci vartan pour ce parcours fléché, je pense que je vais essayer Benvenuto très prochainement ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 18:33

Il existe bien un peu de musique de chambre... mais c'est plutôt anecdotique, et très peu de choses sont publiées.

Ce qui est intéressant, c'est que tu recommandes exactement les mêmes choses que j'aurais dites (peut-être plutôt le Corsaire que le Carnaval, qui est en réalité plutôt une extrait de ballet, si l'on veut).

D'accord pour Les Francs-Juges (l'oeuvre intégrale est beaucoup moins intéressante), pour la Fantastique. Effectivement je préfère Roméo à Harold, je ne sais pas si c'est plus difficile d'accès.

Et Benvenuto avant tout (mais dans la version Nelson, sinon c'est indigeste et défiguré). On pourrait peut-être plus encore mettre la Prise de Troie, première partie des Troyens, en priorité, c'est très prenant.

Du même avis pour la Damnation et l'Enfance. J'ai moins accroché au Requiem, mais c'est à connaître.

Petite divergence sur les mélodies : j'aime beaucoup les mélodies irlandaises en plus des Nuits et des Feuillets.


Les oeuvres pour choeur sont à mon avis plus mineures, mais la sélection du disque Fournet est intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 18:36

Oui, plutôt Le Corsaire que la Carnaval... qu'on retrouvera de toute manière (en plus intéressant) dans Benvenuto... et de toute façon, Abbado existe-t-il au disque?
Harold c'est quand même plus facile que Roméo à mon avis, et plus court.
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 18:53

Comme c'est moins génial, je trouve ça joli mais plus long. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 20:20

Moi j'approuve Vartan pour le Carnaval, qui est un joli morceau de bravoure tout à fait frais et enthousiasmant, à défaut d'un chef d'oeuvre, j'en conviens. Et c'est une bonne approche pour qui est réfractaire au style très tapageur de Berlioz.

Mais Le Corsaire, comme je l'ai déjà dit, c'est très bon aussi.
Revenir en haut Aller en bas
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 20:23

Spiritus a écrit:
Moi j'approuve Vartan pour le Carnaval, qui est un joli morceau de bravoure tout à fait frais et enthousiasmant, à défaut d'un chef d'oeuvre, j'en conviens. Et c'est une bonne approche pour qui est réfractaire au style très tapageur de Berlioz.
Alors fuyez!!!!!!!!!! affraid

Citation :
Mais Le Corsaire, comme je l'ai déjà dit, c'est très bon aussi.
Mince, et je fais comment maintenant?

Et puis Berlioz n'est PAS tapageur! Mad
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 20:25

Si! ça fait beaucoup de bruit, et ça se veut très nettement anti-classique. Enfin à mon oreille. Mais c'est pas un reproche, hein, c'est ce qui fait son charme!
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 21 Oct 2008 - 20:39

Oui, moi aussi j'adore le Carnaval Embarassed (dans la version Abbado bien entendu Cool )
Je trouve que Roméo qui est génial est aussi une bizarrerie qui peut déconcerter comme Lélio qui comprend des parties géniales mais dans un tissu lâche et disparate.
Revenir en haut Aller en bas
Toxic
Mélomaniaque
Toxic

Nombre de messages : 821
Date d'inscription : 18/03/2008

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 11:48

Spiritus a écrit:
Si! ça fait beaucoup de bruit, et ça se veut très nettement anti-classique. Enfin à mon oreille. Mais c'est pas un reproche, hein, c'est ce qui fait son charme!

Alors tu devrais essayer la Symphonie Funèbre et Triomphale, tu ne seras pas déçu.
Je suis plutôt bien disposé à l'égard de Totor mais là, il s'est laché, sutout dans le dernier mouvement (Apothéose, Allegro pomposo). Même la marche d'Aida, à côté, c'est de la musique de chambre.
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 11:55

Bon, il faut aussi rappeler que cette symphonie est une commande pour une fête patriotique en plein air, place Vendôme ! Nécessité fait loi. Mais c'est dans son genre très réussi. C'est vrai que ça dépote !
Revenir en haut Aller en bas
Toxic
Mélomaniaque
Toxic

Nombre de messages : 821
Date d'inscription : 18/03/2008

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 13:11

vartan a écrit:
Bon, il faut aussi rappeler que cette symphonie est une commande pour une fête patriotique en plein air, place Vendôme ! Nécessité fait loi. Mais c'est dans son genre très réussi. C'est vrai que ça dépote !

Tu as raison. J'ai volontairement et perfidement omis de préciser qu'il s'agit d'une oeuvre de circonstance...
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 13:32

Toxic a écrit:
J'ai volontairement et perfidement

Tout est dit ! fouet
Revenir en haut Aller en bas
Freia
Mélomane averti
Freia

Nombre de messages : 395
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/09/2008

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 13:39

Je crois que Béatrice et Bénédict est aussi un petit bijou qui peut s'écouter très facilement. Les Troyens trainent une réputation de longueur et d'opéra maudit, mais franchement, qu'y a-t-il de si difficile pour un auditeur moderne ? on a un très bon livret, pas de longueurs (le balletophobe zappera les ballets de la seconde partie Wink ). Pourquoi pas tenter la Prise de Troie, en découverte ?
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 13:45

Très bonne idée, aucune longueur à mon avis là-dedans.
Revenir en haut Aller en bas
PJF
Mélomane averti
PJF

Nombre de messages : 238
Age : 80
Localisation : Guadeloupe
Date d'inscription : 27/07/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 15:37

DavidLeMarrec a écrit:

J'ai moins accroché au Requiem, mais c'est à connaître.

Personnellement, je trouve que le Requiem est l'un des grands chefs-d'oeuvre de Berlioz, de la musique française, de la Musique tout court.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 20:01

Toxic a écrit:
Spiritus a écrit:
Si! ça fait beaucoup de bruit, et ça se veut très nettement anti-classique. Enfin à mon oreille. Mais c'est pas un reproche, hein, c'est ce qui fait son charme!

Alors tu devrais essayer la Symphonie Funèbre et Triomphale, tu ne seras pas déçu.
Je suis plutôt bien disposé à l'égard de Totor mais là, il s'est laché, sutout dans le dernier mouvement (Apothéose, Allegro pomposo). Même la marche d'Aida, à côté, c'est de la musique de chambre.

Oui oui je connais, une folie! presque trop d'ailleurs. Et c'est rare que je le dise Laughing
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 22 Oct 2008 - 21:55

Freia a écrit:
Je crois que Béatrice et Bénédict est aussi un petit bijou qui peut s'écouter très facilement. Les Troyens trainent une réputation de longueur et d'opéra maudit, mais franchement, qu'y a-t-il de si difficile pour un auditeur moderne ? on a un très bon livret, pas de longueurs (le balletophobe zappera les ballets de la seconde partie Wink ). Pourquoi pas tenter la Prise de Troie, en découverte ?
Béa & Béné, oui... à condition de disposer d'une version potable. C'est bien plus captivant sur scène. (Un des très rares titres d'opéra à ne pas débuter fort peu délicatement par le nom du héros masculin, au passage.)

Pour Les Troyens, la seconde partie, ballets ou pas, a ses longueurs. Je recommandais aussi la Prise de Troie, qui est, je crois, encore plus accessible que Cellini en découverte (et plus réussie aussi).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyJeu 23 Oct 2008 - 1:42

PJF a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:

J'ai moins accroché au Requiem, mais c'est à connaître.

Personnellement, je trouve que le Requiem est l'un des grands chefs-d'oeuvre de Berlioz, de la musique française, de la Musique tout court.

Oui.

Zoilreb a écrit:
Un Tuba mirum terrible, un Dies iræ magnifique, terne et sobre, inspiré par le plaint-chant, un lacrimosa au fouet, etc. beaucoup de bons passages.

Oui ! C'est splendide, disons-le tout cru ! Le gros effectif très coloré donne mauvaise réputation à cette oeuvre pourtant très sincère dont les débordements expansifs - somme toute assez rares dans cette partition qui le plus souvent est presque chambriste - restent toujours très congruents au texte, rien d'inutilement bruyant.
Si je peux vous confier mes impressions d'écoute... Avec une pensée pour Cécile.

10 mouvement pour près de 90 minutes de musique

Le Requiem commence par une marche un peu haletante, saccadée. Dramatique, puis une ligne mélodique apaisée se détache au hautbois. Le Kyrie ramène le drame sans pathos excessif, la marche plus tendue est adoucie par l'entrée des sombres violoncelles qui viennent soutenir la lente mélodie scandée du choeur masculin, l'entrée du choeur féminin apaise le climat momentanément avant un tutti sotto-voce du plus bel effet à peine souligné par les violons... Une splendide et brève modulation en majeur ramène la marche du début, plus implacable, tout devient murmure, de longs silences du choeur avant son explosion sur Luceat. Le choeur murmure, est entrecoupé de longs silences. Les cordes reviennent dans le grave, tragiques pour amener larmes, tristesse et désolation dans une conclusion tout à fait noire et pianissimo, le choeur scande dans une extrêùe tension Kyrie Eleison... Kyrie Eleison... Kyrie Eleison...

Rien que dans ces 11 minutes, pas d'explosion musicale, peu de pupitres vraiment sollicités, tout le temps entre piano et mezzoforte, des lignes mélodiques simples et touchantes, une habileté harmonique avec nombre de modulations surprenantes mais dramatiquement justes. C'est, rien que pour ces 10 minutes, déjà un chef d'oeuvre...

Dies irae:
Assez stupéfiant, Des contrebasses dans le grave (c'est normal ce sont des contrebasses Rolling Eyes)entament une sorte de courte mélodie reprise a cappella par les sopranos, toujours piano, rejointes par le reste du choeur et les contrebasses, les voix s'emmêlent tristement, froides aussi, les cordes se taisent à nouveau. Des glissements chromatiques assez subtils font progresser ce Dies irae de façon rampante, le rythme s'accélère un peu, les voix s'élèvent, le texte est maintenant scandé de façon hypnotique, une marche sur une même cellule mélodique, le climat devient lugubre, dramatique, la marche se transforme en une course anxieuse, toujours ce choeur très exposés et de rares cordes dans le grave pour assurer une basse succinte. Et soudain c'est une gigantesque sonnerie de trompettes (le tuba mirum) et la rentrée des voix graves, une assourdissante armée de timbales s'associe à la masse et écrase tout, c'est la fin du monde. Et brusquement au bout d'une minute, silence ! De rares voix reviennent lentement, prudemment pour revivre la même apocalypse, le jugement dernier n'est pas de tout repos. Les deux dernières minutes voient s'apaiser très brusquement ce cataclysme et sotto-vocce le choeur conclue, quelques strettes de violon et puis rien?. A-t-on rêvé ?

Quid sum miser:
Désolation, humilité. une simple clarinette, un basson, quelques voix de ténors a cappella qui déclament. Des silences, très impressionnant. Trois minutes très belles et tristes.

Rex tremendae:
Après les hommes tristes, ce sont les femmes enthousiastes qui les tirent de leur torpeur, enfin de l'espoir, de la joie. En musique l'espoir de la résurrection est là, dans le choeur d'enfant qui accélèrent le rythme du tutti. Reviennent les images des ténèbres avec un coup de frein, un jeu sur les grands intervalles figurés par les voix graves et celles des enfants, la hauteur qui sépare le ciel et l'enfer, est palpable, des hésitations harmoniques laissent planer un doute sur l'issue de sauvetage et tout s'achève dans un unisson en majeur mais sans triomphe.

Suit une pièce intime, Quaerens, et pieuse absolument superbe de simplicité. Six minutes a cappella.

Le Lacrymosa. Des saccades de bois et de cordes tentent de hacher la belle mélodie du choeur, le climat devient haletant, le suspense s'installe, c'est terrible. Les voix se lancent dans des phrases très expressives mais les hoquets reprennent avec les terribles coups de tonnerre des timbales, tout le chant devient désespéré voire déchirant, le choeur essaie de monter dans l'aigu pour échapper aux graves assourdissants aus lancinantes basses. Les voix sont élégiaques. Avec ici peu de choses Berlioz dramatise le texte en mettant en scène une lutte très émouvante. Tout s'achève dans un déluge de sons, de timbres variés, de mélodies typiquement berlioziennes, de coups de foudre qui résonnent. C'est efficace et sans ostentation bizarrement.

La désolation suit. Le très long Offertorium (11 minutes) met en présence un choeur d'homme presque homophone et des cordes qui déroulent des mélopées chromatiques touchantes. Des fusées lancées douloureusement par les cordes ou les bois... D'une grande sophistication derrière une apparente simplicité. Encore une page somptueuse et tragique. Quelques accents malhlériens. Une de mes préférée.

L'Hostia : de courtes phrases scandées du choeur d'hommes à voix basse, une ponctuation lourde et de longues tenues des bois, des cordes plus chromatiques.

Le SAnctus me gonfle carrément avec son ténor... C'est mou, à croire que ce n'est pas de Berlioz... mais dans le Hosanna le choeur reprend la tête de peloton avec un beau morceau fugué, un beau contrepoint aux cordes.

L'Agnus est une grande pièce encore. Blanche, vide, peu de musique, de longs accords tenus, quelques cris du choeur, des silences, beaucoup de contrastes mais piano encore une fois. On retrouve la pesanteur du début du Requiem. Deuil mai pas désespoir. On reste en mineur mais de brèves modulations en majeur apportent quelques éclaircies. La fin lente et pleine de silences est superbe, tout fini en s'évaporant sur la pointe des pieds. Des arpèges de violoncelles et de violons qui viennent adoucir les derniers instants.

Voilà, c'est long comme commentaire et je ne sais pas si ça peut rendre ce Requiem appétissant.
Cette oeuvre est monumentale mais à y regarder de près tout le matériel orchestral et choral reste léger, rien de massif, des touches de pupitres variés par-ci par-là, utilisation de modes anciens, de beaucoup de chromatismes, une division fréquente des pupitres rarement réunis, beaucoup d'instruments solistes qui prennent le devant de la scène assez longuement. Couasiment pas de soliste dans le chant (et c'est appréciable je vous assure), des choeurs omniprésents mais qui n'abusent pas des effets de masse. Traitement le plus souvent pointilliste de l'écriture (on peut se procurer la partition réduite facilement en ligne). C'est en fait très digeste. On reste proche du texte, sans action mais de très belles fresques gothiques (On a l'impression d'être devant des tableaux de Bosch ou du Carpaccio...) Certaines Leçons de Ténèbres ne sont pas loin, grandiose et dépouillé le plus souvent. Berlioz utilise la voix aussi comme un instrument de l'orchestre, la répétition de syllabes, le mot scandé et répété devient expressif par sa prononciation plus que par le sens. La force du verbe.
Revenir en haut Aller en bas
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyJeu 23 Oct 2008 - 1:50

C'est malin, il est bientôt deux heures... j'ai pas le temps de l'écouter maintenant. Evil or Very Mad

Il faut que je fasse concurrence dans le fil Liszt? Mr.Red

Merci pour le commentaire, moi qui connais ce Requiem, j'ai l'impression de l'avoir survolé.
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyJeu 23 Oct 2008 - 1:52

MickeyZeVrai a écrit:

Merci pour le commentaire, moi qui connais ce Requiem, j'ai l'impression de l'avoir survolé.

Merci. Very Happy

Citation :
Il faut que je fasse concurrence dans le fil Liszt? Mr.Red

C'est exactement ce que je pensais. hehe
Revenir en haut Aller en bas
entropie
Muet ventriloque
entropie

Nombre de messages : 4234
Localisation : cherbourg
Date d'inscription : 13/05/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyJeu 23 Oct 2008 - 1:56

vartan a écrit:
et je ne sais pas si ça peut rendre ce Requiem appétissant.

Moi je sais : thumleft
Revenir en haut Aller en bas
http://autourdelatartemoder.forumactif.org
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyJeu 23 Oct 2008 - 8:10

Wink
Revenir en haut Aller en bas
PJF
Mélomane averti
PJF

Nombre de messages : 238
Age : 80
Localisation : Guadeloupe
Date d'inscription : 27/07/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 19:33

Merci Vartan pour ce beau commentaire.

Oui, le Sanctus est sans doute la seule partie un peu faible...

Ecrire un Lacrymosa quasiment sur un rythme de scherzo, il fallait le faire ! C'est vraiment le contepied du Lacrymosa du Requiem de Mozart.

L'une des parties qui m'a le plus impressionné, c'est le début du Dies irae, avec les entrées successives des voix, chacune avec un thème différent sur les mêmes paroles : mélodie éthérée des sopranos, marche lourde et sombre des basses, marche effrayée, essoufflée des ténors. C'est du grand art !
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 19:48

Oui, Berlioz use et abuse des contraste avec beaucoup de goût malgré tout. Une surprise contante pour moi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 19:55

vartan a écrit:


Le SAnctus me gonfle carrément avec son ténor... C'est mou, à croire que ce n'est pas de Berlioz... mais dans le Hosanna le choeur reprend la tête de peloton avec un beau morceau fugué, un beau contrepoint aux cordes.
Il me semble que c'est le passage dont Berlioz raconte qu'il fit fondre en larmes le chanoine des Invalides...
Il faut dire que dans la version originale, il était prévu que 10 ténors chantassent à l'unisson et pas un seul, ça devait être moins mou...
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 20:05

Mon Dieu, quelle horreur. hehe
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 20:06

Il avait aussi prévu qu'on puisse multiplier par deux voire par trois les effectifs de l'orchestre (et du choeur en conséquence). Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 20:13

Berlioz avait pensé à moi! hehe
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 20:17

sud273 a écrit:
Il faut dire que dans la version originale, il était prévu que 10 ténors chantassent à l'unisson
Malheureusement, c'est techniquement impossible.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
christophe21
Mélomaniaque
christophe21

Nombre de messages : 715
Date d'inscription : 20/05/2008

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 24 Oct 2008 - 20:53

sud273 a écrit:
vartan a écrit:


Le SAnctus me gonfle carrément avec son ténor... C'est mou, à croire que ce n'est pas de Berlioz... mais dans le Hosanna le choeur reprend la tête de peloton avec un beau morceau fugué, un beau contrepoint aux cordes.
Il me semble que c'est le passage dont Berlioz raconte qu'il fit fondre en larmes le chanoine des Invalides...
Il faut dire que dans la version originale, il était prévu que 10 ténors chantassent à l'unisson et pas un seul, ça devait être moins mou...

Il y avait également de prévu 4 tam-tam, 10 cymbales, voici le détail demandé par Berlioz sur sa partition :

4 flutes
2 hautbois
2 cors anglais
4 clarinettes
12 cors
8 basson
4 cornets à pistons
4 tubas
16 timbales
Grosse caisse en Si b (caisse roulante)
Grosse caisse
4 tam tam
10 cymbales
violons 1
violons 2
altos
violoncelles
contrebasses

chœur + ténor solo

Les 4 petits orchestre d'instruments de cuivre
1er orchestre au nord : 4 cornets, 4 trombones, 2 tubas
2e orchestre à l'est : 4 trompettes, 4 trombones
3e orchestre à l'ouest : 4 trompettes, 4 trombones
4e orchestre au sud : 4 trompettes, 4 trombones, 4 tubas

Berlioz a opéré des changements dans l'instrumentation, entre la version de 1838 et celle de 1854, dont notamment les 4 ophicléides et un ophicléide monstre à pistons qui furent remplacés par 6 tubas.

les 4 tam tam et les 10 cymbales furent remplacés par 1 tam tam et 3 paires de cymbales.

D'autres changements furent faits également sur le Tuba Mirum, le Rex Tremendae, le Lacrymosa, le Sanctus et l'Agnus Dei.

Des changements mineurs furent effectués sur la 3e édition de la partition en 1867, sur laquelle se fonde la partition définitive de 1902.
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyVen 27 Fév 2009 - 1:52

J'ai assisté hier au concert de l'Orchestre national de France qui, dirigé par Riccardo Muti, jouait l'Episode de la vie d'un artiste, qui regroupe la Symphonie fantastique et Lélio.

Je ne connaissais pas cette dernière oeuvre, "monodrame lyrique" avec orchestre (dont un piano), choeur, deux ténors, un baryton et un récitant. Ce dernier était interprété par Gérard Depardieu, excellent. Le récitant incarne l'artiste. Il est sur le devant de la scène, l'orchestre, le choeur et les solistes sont dissimulés derrière une toile (là, la toile était transparente et l'orchestre plongé dans la pénombre). Dit par Depardieu, le texte, à la gloire de Shakespeare, avait beaucoup d'allure.
Pour le texte de Berlioz : http://www.hberlioz.com/Libretti/Lelio.htm

J'ai été frappé par la citation que fait Berlioz des thèmes de la symphonie qui précède, en particulier de l'idée fixe, mais surtout par la reprise de La Mort de Cléopâtre dans le premier choeur. J'ai une affection particulière pour cette cantate, dont un thème est également repris dans l'ouverture du Carnaval romain. Y a-t-il d'autres oeuvres dans lesquelles Berlioz reprend des thèmes de La Mort de Cléopâtre ?
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 2 Mar 2009 - 13:49

Voici ce que j'ai trouvé:

Pour Lélio:

1) Le Chœur d’ombres (no. 2), est un remaniement de la Méditation dans Cléopâtre ("Grands Pharaons")

2) La mélodie à partir de la mesure 230 de la Fantaisie sur la tempête de Shakespeare (no. 6) est une version développée du thème de l’allegro qui fait suite à la Méditation dans Cléopâtre ("Du destin qui m’accable")


Pour Benvenuto Cellini:

La deuxième partie de la mélodie du duo entre Teresa et Cellini au Ier Acte (mesures 39-43 etc.) a son origine dans une phrase du premier aria de Cléopâtre ("Où sur le sein des mers")
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyJeu 5 Mar 2009 - 0:00

Merci ! Smile je vais écouter ce duo de Benvenuto Cellini.
Revenir en haut Aller en bas
Crapio
Mélomane chevronné
Crapio

Nombre de messages : 7577
Age : 31
Localisation : Lille
Date d'inscription : 30/04/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyDim 10 Mai 2009 - 1:57

Voilà j'ai enfin trouvé un terrain d'entente avec Berlioz : Les Troyens (jusque l'Acte III pour le moment).
Et pourtant j'ai toujours eu du mal avec sa pure musique orchestrale (même la symphonie fantastique) ; seul "Les Nuits d'été" m'enchantaient.

Comme je l'ai dit en playlist, le thème doit déjà y contribuer déjà pas mal : j'ai toujours été intéressé par la mythologie (je lis le Grave en ce moment) ; cela a du forcer mon intérêt.
Et avoir une "vision troyenne" de la chute de Troyes est d'autant plus intéressante.


Les parties de choeurs sont absolument stupéfiantes dans les 2 premiers actes. Le contraste entre le désespoir de Cassandre et la joie des troyens est très touchante. Les longueurs sont envoutantes.
Le discours orchestral ne me semble ni inutilement bavard, ni lourdingue comme j'ai pu le ressentir avec d'autres oeuvres de Berlioz. C'est très beau, vraiment la première fois que je ressens une maîtrise dans l'orchestration... peut-être simplement du au fait que cela faisait longtemps que je n'avais plus écouté de Berlioz...

Je me suis arrêté à l'Acte III que j'ai trouvé par contre plus long, moins intéressant (et Susan Graham y est sûrement pour quelque chose dans cette version du DVD Chatelet).
Je regarderai la suite plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyDim 10 Mai 2009 - 2:11

Crapio a écrit:
Et avoir une "vision troyenne" de la chute de Troyes
Oui, c'est l'expédition punitive après la découverte de la supercherie du faux suaire. Very Happy

La scène de l'incendie de la cathédrale est particulièrement impressionnante, de même que celle du suicide collectif dans la cave champenoise.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Crapio
Mélomane chevronné
Crapio

Nombre de messages : 7577
Age : 31
Localisation : Lille
Date d'inscription : 30/04/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyDim 10 Mai 2009 - 2:13

Arf...maudit orthographe. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyDim 10 Mai 2009 - 12:54

cheers On l'a eu !

Moi aussi je préfère nettement les deux premiers actes, mais tout de même le prélude Chasse royale et orage est magnifique et le dernier acte également, faut pas s'arrêter en si bon chemin (même Graham est de mieux en mieux). Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 11 Mai 2009 - 15:07

Bon, je vais me lancer sérieusement dans Berlioz. J'ai le coffret Brillant d'Inbal (11 CD), Les Nuits d'été et Roméo et Juliette par Boulez et la Dammnation de Faust par Gedda et Veasey (Davis)

Je commence par quoi ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 11 Mai 2009 - 15:11

Bon, tout ça c'est pas le top du tout. J'espère que tu vas arriver à apprécier, sinon, n'hésite pas à essayer autre chose (Damme ! Laughing Faust par Davis, il y a aussi Markevitch ou Prêtre).
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 11 Mai 2009 - 15:14

C'est pas bien cette Damnation là ? Pourtant Gedda, Veasey, Van Allan ce sont de grands chanteurs ! Shocked

Inbal, je sais que c'est moyen, mais c'est écoutable. Mr. Green Et Boulez, c'est pas bien non plus ? hehe
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 11 Mai 2009 - 15:15

Guillaume a écrit:
Inbal, je sais que c'est moyen, mais c'est écoutable. Mr. Green

Dans Berlioz peut-être, mais dans Mahler c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 11 Mai 2009 - 20:59

natrav a écrit:
Bon, tout ça c'est pas le top du tout. J'espère que tu vas arriver à apprécier, sinon, n'hésite pas à essayer autre chose (Damme ! Laughing Faust par Davis, il y a aussi Markevitch ou Prêtre).
Si, si, le Faust de Davis, c'est de très loin son meilleur enregistrement berliozien, c'est absolument renversant. Moins fin et plus spectaculaire que Markevitch, mais il y a Bastin qui livre le numéro de diseur le plus invraisemblable que j'aie entendu dans un opéra... Very Happy

Nettement mieux que Prêtre, très nettement, très nettement.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 11 Mai 2009 - 21:02

Ah bah alors je vais aller l'écouter. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
klingsor
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 11/05/2009

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMar 12 Mai 2009 - 22:54

Chez moi Berlioz est une passion - ceci dit tout n'est pas égal -
pour la damnation mes préférences vont à Markevitch, Prêtre surtout (j'ai assisté au concert qui a précédé l'enregistrement) avec des choeurs mal enregistrés - Monteux en 1957 avec Crespin,Turp,roux - Lombard qui a enregistré aux Pays bas avec D.Rendall/J.Piland et surtout le méphisto de Jean Philippe Courtis - Münch aussi s'écoute -
Je n'oublie pas Colin Davis première version - ni même Casadessus -
par contre Inbal avec des solistes inécoutables ,surtout Robert Lloyd, me semble hors du coup -
Regret que Cluytens n'est enregistré que des extraits avec Rita Gorr,Nicolai Gedda et Gérard Souzay -
la version Fournet de 1944 est intéressante -
Voici ma contribution pour cette oeuvre
a+
Revenir en haut Aller en bas
Toxic
Mélomaniaque
Toxic

Nombre de messages : 821
Date d'inscription : 18/03/2008

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 13 Mai 2009 - 0:29

Citation :
C'est pas bien cette Damnation là ? Pourtant Gedda, Veasey, Van Allan ce sont de grands chanteurs !

Oui, oui, TB cette Damnation-là, David a raison, surtout pour les hommes. Veasey est un peu plus à la peine avec le français mais Bastin et Gedda sont les meilleurs Méphisto et Faust qui soient.
Les yeux fermés.
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 13 Mai 2009 - 0:56

En tout cas j'ai la plus laide, trouvée naguère en fouillant dans les cartons de David. Par Furtwängler en 1950. hehe

En allemand bien entendu. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 13 Mai 2009 - 1:05

natrav a écrit:
En tout cas j'ai la plus laide, trouvée naguère en fouillant dans les cartons de David. Par Furtwängler en 1950. hehe

En allemand bien entendu. Mr. Green
C'est laid orchestralement, mais il y a des trucs super quand même, surtout le ténor. (Et puis Hotter, c'est exotique.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyMer 13 Mai 2009 - 1:24

J'adore quand j'entends: "Marguerite, meine Liebe" Laughing

Pour le coup je me la réécoute ce soir. C'est étrange et plein de charme.
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 EmptyLun 7 Sep 2009 - 12:44

Découverte de la Symphonie fantastique dans son intégralité aujourd'hui. Il n'est jamais trop tard Razz . Lors de mes précédentes tentatives, peu nombreuses il faut le dire, je n'arrivais pas à aller au-delà du premier mouvement de 15 minutes. C'est une oeuvre magnifique et singulière, comme c'est toujours le cas chez Berlioz. J'ai trouvé le premier mouvement trop long, statique et répétitif, la scène aux champs est un beau mouvement lent, mais là aussi un brin trop long, malgré des passages vraiment ravissants et de jolis bois. L'irruption de la scène de bal après le premier mouvement est d'une telle fraîcheur (je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Tchaïkovsky Embarassed ), la marche au supplice est superbe et le songe d'une nuit de Sabbat absolument génial.
Si j'avais à classer les mouvements par ordre de préférence ça donnerait donc : 5-4-2-3-1.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Hector Berlioz (1803-1869)   Hector Berlioz (1803-1869) - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Hector Berlioz (1803-1869)
Revenir en haut 
Page 7 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: