Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -23%
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 ...
Voir le deal
499.99 €

 

 Ils furent rivaux

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
pianoguy
Mélomane averti


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/03/2010

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:28

Bonjour,

Ils furent rivaux, concurrents ........

Avez vous des exemples ?

ex: Liszt et Chopin
Revenir en haut Aller en bas
Jules Biron
Noctambule
Jules Biron

Nombre de messages : 12378
Age : 28
Date d'inscription : 23/02/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:31

Pour Liszt et Chopin il me semble quand même que ç'a été plus compliqué qu'une simple rivalité, c'est passé de l'amour fou à la brouille, puis à la reconnaissance, etc....
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:37

Lully et Charpentier
Mozart et Saliéri
Wagner et Brahms
...
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:38

Pierre Boulez et tous les autres. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:40

Voilà Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Jules Biron
Noctambule
Jules Biron

Nombre de messages : 12378
Age : 28
Date d'inscription : 23/02/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:40

Wolferl a écrit:
Pierre Boulez et tous les autres. Mr. Green
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
pianoguy
Mélomane averti


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/03/2010

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: re   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:46

peut etre, dans le Groupe des Cinq, y avait il un peu d' observation réciproque, pour ne pas dire davantage ?
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:49

De l'émulation oui (et de l'entraide aussi) mais pas de rivalité à proprement parler.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 20363
Date d'inscription : 22/01/2010

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 21:49

Debussy et Ravel peut être?
(Surtout Debussy envers Ravel)
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 22:14

WoO a écrit:
Lully et Charpentier

D'après ce que j'ai lu, c'est plutôt une légende. Le bouillonnant Lully avait les honneurs et le le roi pour lui, tandis que le discret Charpentier n'a jamais été un ambitieux. Charpentier a seulement souffert, comme les autres compositeurs de l'époque en France, de ce privilège qui permettait à Lully d'imposer juridiquement toutes sortes de restrictions aux concerts en ville, ce qui lui permettait de couper l'herbe sous le pied de ses rivaux. Mais Charpentier n'en a jamais fait partie, car il ne représentait aucun danger.
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 22:21

WoO a écrit:
Mozart et Saliéri

dans le genre inventé de toute pièce c'est pas mal aussi. Il n'y a d'ailleurs aucune preuve historique d'une soit-disant rivalité, au contraire (Salieri fut le professeur du fils de Mozart).
A la limite il semblerait qu'entre Clementi et Mozart il y ait eu un peu de concurrence, mais c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 22:27

En réalité, les rivalités ont rarement été si vives qu'on les a décrites. Il y a bien quelques inimitiés, des critiques assassines des uns sur des autres, des combats de groupies (entre verdiens et wagnériens par exemple, et ça continue), des luttes pour des postes...

Mais le véritable combat musical, celui opposant deux esthétiques, ou deux tenants de la même école, ça s'est en réalité peu produit : le compositeur sue sur SA partition. La rivalité d'esthétique et de notoriété existe beaucoup plus chez les interprètes, à mon avis. Les chefs verdiens qui tournent à Wagner dans les années 1870, ça a été terrible. Mr. Green

De même, ceux qui se battent pour l'usage des instruments d'époque, les bonnes et les mauvaises musiques...

Les combats les plus âpres, ça a finalement été comme partout, pour recueillir les bonnes places. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 22:56

Oui, d'ailleurs, Alkan a carrément arrêté sa carrière public pour une histoire de place de directeur au Conservatoire je crois! Ils furent rivaux Icon_surprised
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMar 23 Mar 2010 - 23:11

Et Debussy et Saint-Saëns ?
Revenir en haut Aller en bas
nugava
Mélomaniaque
nugava

Nombre de messages : 1528
Age : 34
Date d'inscription : 09/12/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 0:56

Verdi a quand même attendu la mort de Wagner pour le complimenter, il me semble... (Bien qu'il semblait apprécier quelques passages de Lohengrin je crois ?)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 0:58

nugava a écrit:
Verdi a quand même attendu la mort de Wagner pour le complimenter, il me semble... (Bien qu'il semblait apprécier quelques passages de Lohengrin je crois ?)
Ils ne se sont jamais affrontés, donc rivalité est bien excessif. C'est la programmation des théâtres et surtout les publics, ensuite, qui ont mis en scène cette rivalité putative.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Ophanin
Fer galant
Ophanin

Nombre de messages : 4576
Age : 32
Date d'inscription : 13/12/2008

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 14:51

DavidLeMarrec a écrit:
En réalité, les rivalités ont rarement été si vives qu'on les a décrites. Il y a bien quelques inimitiés, des critiques assassines des uns sur des autres, des combats de groupies (entre verdiens et wagnériens par exemple, et ça continue), des luttes pour des postes...

Mais le véritable combat musical, celui opposant deux esthétiques, ou deux tenants de la même école, ça s'est en réalité peu produit : le compositeur sue sur SA partition. La rivalité d'esthétique et de notoriété existe beaucoup plus chez les interprètes, à mon avis. Les chefs verdiens qui tournent à Wagner dans les années 1870, ça a été terrible. Mr. Green

De même, ceux qui se battent pour l'usage des instruments d'époque, les bonnes et les mauvaises musiques...

Les combats les plus âpres, ça a finalement été comme partout, pour recueillir les bonnes places. Very Happy

Très vrai, et pas que dans la musique bien sûr.

------------

Il y a aussi la rivalité Berlioz-Wagner. (décidément Wagner...) Les deux hommes s'estimaient à en lire leur correspondance. En plus, l'un envoyait parfois sa nouvelle partition à l'autre pour qu'il lui en dise un mot.


Sinon il y a aussi Saint-Saëns et Vincent d'Indy. Mais c'était pas méchant, un exemple tiré des mémoires de Régina Patorni, la scène se passe en 1907 à la salle Pleyel :

(Saint-Saëns à Henri Casadesus) "- Il y avait votre bien-aimé Vincent d'Indy dans la salle. Vous savez mon cher, que si l'homme est sympathique, sa musique est détestable !

Devant notre émoi, Saint-Saaëns se retourne et se trouve face à face avec Vincent d'Indy.

- Tiens, tiens ! vous étiez là mon cher. J'en suis désolé, mais je ne retire rien de ce que je viens de dire.

Alors, Vincent d'Indy, courtois et digne :

- Mais toutes les opinions sont permises, mon cher confrère !"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 15:26

Ophanin a écrit:
Il y a aussi la rivalité Berlioz-Wagner. (décidément Wagner...) Les deux hommes s'estimaient à en lire leur correspondance. En plus, l'un envoyait parfois sa nouvelle partition à l'autre pour qu'il lui en dise un mot.
Ils s'estimaient beaucoup mais, malgré l'intermédiaire de Liszt, aucune amitié ne s'est développée entre eux. Wagner a dédicacé sa première partition de Tristan "à l'auteur de Roméo et Juliette", mais à partir d'un moment Berlioz n'arrivait plus à suivre Wagner, trouvait qu'il allait trop loin et tombait dans le "charivari".
Il écrivit même, quelques années plus tard, à Pauline Viardot :

« Voici vos partitions de Wagner, je vous remercie. J’ai peur que les septièmes diminuées qu’elles contiennent ne s’échappent et ne rongent mes meubles. Prenez garde aux vôtres. »


Mais, comme le dit David, les rivalités n'avaient jamais lieu entre les compositeurs eux-mêmes mais plutôt les "écoles" qui se forment autour d'eux. Wagner et Brahms ne se sont, me semble-t-il, jamais affrontés personnellement, pas même par le biais d'articles. Ce sont plutôt leurs défenseurs respectifs qui se livraient à une querelle assez vaine.
Revenir en haut Aller en bas
Passage
De passage pour longtemps
Passage

Nombre de messages : 2134
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/07/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 15:34

Wolferl a écrit:

Mais, comme le dit David, les rivalités n'avaient jamais lieu entre les compositeurs eux-mêmes mais plutôt les "écoles" qui se forment autour d'eux. Wagner et Brahms ne se sont, me semble-t-il, jamais affrontés personnellement, pas même par le biais d'articles. Ce sont plutôt leurs défenseurs respectifs qui se livraient à une querelle assez vaine.
En effet, Brahms fréquentait la maison des Wesendonck et ne cachait pas son admiration pour L'Or du Rhin et Tristan qu'il avait intégralement lus. J'avais entendu parler d'une dédicace personnelle de la partition de L'Or du Rhin à Brahms, mais je n'arrive pas à mettre la main sur une source fiable.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 15:52

Toutes ces histoires de rivalités sont un peu des marroniers, comme celle entre Callas et Tebaldi, bien que la première ait largement gagné de façon postume sur la seconde... Ils furent rivaux Icon_mrgreen
Revenir en haut Aller en bas
Passage
De passage pour longtemps
Passage

Nombre de messages : 2134
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/07/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 15:57

On parle de créateurs, ici, pas des serviteurs.
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyMer 24 Mar 2010 - 16:20

Sans les serviteurs, tu ne pourrais écouter les créateurs ! Ils furent rivaux Icon_surprised
Revenir en haut Aller en bas
Silverio
Mélomane du dimanche
Silverio

Nombre de messages : 29
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/01/2010

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyJeu 25 Mar 2010 - 15:53

Quid de Berlioz et Cherubini ? Là c'était une bonne grosse rivalité, en plus des cabales en tout genre, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Utnapištim
Mélomane chevronné
Utnapištim

Nombre de messages : 3330
Age : 56
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyJeu 25 Mar 2010 - 19:05

Brahms et Bruckner ?
Rimsky-Korsakov et Tchaikovsky ?
Prokofiev et Chostakovitch ?
Revenir en haut Aller en bas
Pan
Mélomane chevronné
Pan

Nombre de messages : 3440
Date d'inscription : 24/12/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 13:53

Un récit du tournoi musical organisé par l'empereur Joseph II entre Mozart et Clementi :

Un duel au clavier

Parmi ceux qui réussissent à conquérir d'emblée leur place, Mozart rencontre un homme destiné à devenir célèbre : « Il est venu ici un autre pianiste/compositeur, un Italien qui se nomme Muzio Clementi, il a été convoqué ! »

Convoqué par qui ? Par l'empereur, et sans doute à l'instigation du clan italien qui sévit puissamment autour de lui. Clementi est renommé pour avoir « une stupéfiante maîtrise pianistique » et une santé robuste qui lui permet de sillonner l'Europe. Il est virtuose, tout en pratiquant l'édition, tout en fabriquant des pianos et en se livrant à des activités pédagogiques aussi intenses que permanentes. Mozart se montre peu tendre avec lui. Sans doute est-il un peu partial, à cause de sa défiance envers le clan italien en général : « Il a une grande agilité dans la main droite, sa force est dans les passages en tierces... mais il n'a pas un kreutzer de sentiment et de goût. En un mot: un simple mechanicus ! »

Il est amené à se livrer avec son concurrent à une sorte de joute pianistique dont il sort victorieux, et chacun des hommes de raconter, à sa manière, cette aventure: « L'empereur (après que nous nous étions fait suffisamment de compliments) décida que ce serait Clementi qui commencerait à jouer. "La santa chiesa cattolica" dit-il, parce que Clementi est romain. Celui-ci préluda, et joua une sonate... alors l'empereur se tourna vers moi et me dit : — Allons, à vous maintenant... — Je préludai à mon tour et jouai des variations. Là-dessus la grande duchesse apporta des sonates de Paisiello (misérablement écrites par lui-même) et nous avons dû en jouer, moi les
allegros, et lui les andantes et les rondos. Enfin, nous choisîmes un thème et le développâmes sur deux pianofortes... Il est à remarquer que j'avais emprunté le pianoforte de la comtesse Thun... l'empereur l'a voulu ainsi... L'autre était désaccordé et trois touches étaient bloquées... — Cela ne fait rien ! déclara l'empereur qui connaissait déjà mon talent et ma science technique et qui a voulu seulement faire bien les honneurs à l'étranger... »

Ce duel s'est terminé par le don, à Mozart, de cinquante ducats ! Clementi, bon prince, relate à son tour cette épreuve à deux en rendant hommage à son vainqueur : « Mozart a remporté tous les honneurs. Jamais je n'ai entendu jouer avec tant d'esprit et de grâce. Ce qui m'a le plus étonné, c'est un
adagio avec quelques variations improvisées pour lesquelles l'empereur avait choisi le thème que nous devions ensuite varier, en nous accompagnant à tour de rôle. »

Mozart, moins élégant que son adversaire, ne se borne pas à accabler Clementi pianiste : sans ménager ses mots, il fait part à sa sœur de son peu d'estime pour le compositeur, en particulier au sujet des sonates pour piano qu'elle se propose de jouer : « Leur composition n'a aucune valeur, toute personne qui les joue, ou les entend le sentira elle-même ; — elles ne comportent aucun passage digne d'être noté... sauf les sixtes et les octaves... et ceux-ci, je prie ma sœur de ne pas "trop" s'en occuper, afin de ne pas gâter sa main si calme, si bien posée, de ne pas perdre par là sa naturelle légèreté, sa souplesse, sa fluide agilité. En effet, qu'y gagne-t-on, en fin de compte ?... Clementi est un
ciarlattano, comme tous les Italiens... »


Source : Mildred Clary, Mozart La lumière de Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 14:06

Pan a écrit:
Un récit du tournoi musical organisé par l'empereur Joseph II entre Mozart et Clementi :

N'est-ce pas pourtant dans cette occasion que Mozart entendit la sonate de Clementi qui fournit le thème de l'Ouverture de la Flûte enchantée ?
Revenir en haut Aller en bas
Pan
Mélomane chevronné
Pan

Nombre de messages : 3440
Date d'inscription : 24/12/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 14:18

Ce ne serait pas la première fois qu'il reprendrait un thème d'un compositeur ou d'une œuvre qu'il jugerait médiocre par ailleurs. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 14:19

Oui, il s'agit de la sonate n°2 Op.24, en si bémol majeur (watch?v=yAlUpCzrcwE). Si la parenté est évidente, on n'est pas certain que ce soit à cette occasion que Mozart l'ait entendue.
Revenir en haut Aller en bas
Ophanin
Fer galant
Ophanin

Nombre de messages : 4576
Age : 32
Date d'inscription : 13/12/2008

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 16:52

Pan a écrit:


Un duel au clavier


Source : Mildred Clary, [i]Mozart La lumière de Dieu

J'aime beaucoup l'impartialité de l'auteur. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 17:01

Pan a écrit:
Un récit du tournoi musical organisé par l'empereur Joseph II entre Mozart et Clementi [/i]

On parle aussi d'un duel orgue/clavecin entre Händel et Domenico Scarlatti. Georg Friedrich l'aurait remporté à l'orgue, Scarlatti au clavecin.
Revenir en haut Aller en bas
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 17:28

WoO a écrit:
Pan a écrit:
Un récit du tournoi musical organisé par l'empereur Joseph II entre Mozart et Clementi [/i]

On parle aussi d'un duel orgue/clavecin entre Händel et Domenico Scarlatti. Georg Friedrich l'aurait remporté à l'orgue, Scarlatti au clavecin.

Et que dire du duel à l'orgue Bach / Marchand ? Hélas, rien, car Marchand s'est défilé honteusement.
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 17:32

Il y a bien sûr le duel le plus célèbre du piano romantique, Liszt/Thalberg! Ils furent rivaux Icon_smile
Revenir en haut Aller en bas
Pan
Mélomane chevronné
Pan

Nombre de messages : 3440
Date d'inscription : 24/12/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 18:44

Mozart s'est aussi mesuré à l'orgue à Hässler lors de son passage à Dresde, en 1789 ; une confrontation de jeu « dans le style de Bach » dont il sortira bien sûr vainqueur, comme des autres tournois musicaux qui suivront.
Revenir en haut Aller en bas
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 18:47

Pan a écrit:
Mozart s'est aussi mesuré à l'orgue à Hässler lors de son passage à Dresde, en 1789 ; une confrontation de jeu « dans le style de Bach » dont il sortira bien sûr vainqueur, comme des autres tournois musicaux qui suivront.

Pourtant, s'il est un instrument où Mozart n'a pas vraiment donné grand chose, ni en quantité ni en qualité, c'est bien l'orgue (le saxo aussi, mais ce n'est pas de sa faute).
Revenir en haut Aller en bas
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1387
Age : 52
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 19:56

Berlioz et Cherubini. hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
T-A-M de Glédel

Nombre de messages : 1512
Age : 32
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 20:11

Ophanin a écrit:
Pan a écrit:


Un duel au clavier


Source : Mildred Clary, [i]Mozart La lumière de Dieu

J'aime beaucoup l'impartialité de l'auteur. Mr. Green

J'aime aussi beaucoup la jactance de Mozart... C'est dingue!!
Je ne sais pas ce que valent ces sonates italiennes (je ne me fais pas d'illusions pour autant) mais je ne suis pas loin de penser que la plupart des siennes relèvent aussi du charlatanisme!!

Sinon, autre duel par chambres interposées : Gossec et Méhul rivalisant la même nuit pour composer sur le même texte l'Ode sur la mort du député Jean-Bertraud Féraud massacré lors de l'insurrection du 1er Prairial an III.
Revenir en haut Aller en bas
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
T-A-M de Glédel

Nombre de messages : 1512
Age : 32
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 20:12

Iskender a écrit:
Berlioz et Cherubini. hehe

Berlioz et la France musicale de l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 22:14

Moander a écrit:
Je ne sais pas ce que valent ces sonates italiennes (je ne me fais pas d'illusions pour autant) mais je ne suis pas loin de penser que la plupart des siennes relèvent aussi du charlatanisme!!
Tu pourrais préciser ? Parce que dire ça, c'est quand même faire preuve d'une cécité esthétique sur toute la période, ce qui me paraît étonnant chez toi qui parles toujours selon les genres et les contextes (à raison à mon avis)...

Citation :
Sinon, autre duel par chambres interposées : Gossec et Méhul rivalisant la même nuit pour composer sur le même texte l'Ode sur la mort du député Jean-Bertraud Féraud massacré lors de l'insurrection du 1er Prairial an III.
Gossec rulz.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 22:15

Landowski et Boulez.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Jules Biron
Noctambule
Jules Biron

Nombre de messages : 12378
Age : 28
Date d'inscription : 23/02/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 22:23

Moander a écrit:
Iskender a écrit:
Berlioz et Cherubini. hehe

Berlioz et la France musicale de l'époque.
hehe
Revenir en haut Aller en bas
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
T-A-M de Glédel

Nombre de messages : 1512
Age : 32
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 22:51

DavidLeMarrec a écrit:
Moander a écrit:
Je ne sais pas ce que valent ces sonates italiennes (je ne me fais pas d'illusions pour autant) mais je ne suis pas loin de penser que la plupart des siennes relèvent aussi du charlatanisme!!
Tu pourrais préciser ? Parce que dire ça, c'est quand même faire preuve d'une cécité esthétique sur toute la période, ce qui me paraît étonnant chez toi qui parles toujours selon les genres et les contextes (à raison à mon avis)...

Je n'ai pas grand chose à dire... Parmi les connues : K284, K330, K331, K332, K 545... Je trouve le style reconnaissable entre mille, assez simple et évident quoique beau. Mais définitivement, je ne trouve pas ça intéressant!! (Du coup, qu'est-ce que doit être ces sonates italiennes.?...)

Je préfère quelques sonates d'Haydn ou encore certains concerti pour piano dudit Mozart sans en raffoler.

Après, c'est peut-être ce qu'il y a de mieux dans ce contexte de constitution d'un premier répertoire pour piano. Je n'en sais rien, je ne connais pas plus que ça. Ce n'est pas pour moi dans ce cas.

Mais, le premier truc que je trouve vraiment intéressant au piano, c'est Jadin, mais je l'avais déjà dit!!
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 23:00

Moander a écrit:
Je n'ai pas grand chose à dire... Parmi les connues : K284, K330, K331, K332, K 545... Je trouve le style reconnaissable entre mille, assez simple et évident quoique beau. Mais définitivement, je ne trouve pas ça intéressant!! (Du coup, qu'est-ce que doit être ces sonates italiennes.?...)

Je préfère quelques sonates d'Haydn ou encore certains concerti pour piano dudit Mozart sans en raffoler.
Pour les Sonates de Haydn, je m'abstiens ( hehe ), mais pour les Concertos, tout le monde te dire la même chose, ils sont bien supérieurs aux Sonates. Mais trouver les Haydn remarquables et celles de Mozart de l'imposture, il y a comme des nuances intermédiaires qui manquent, non ?

Citation :
Après, c'est peut-être ce qu'il y a de mieux dans ce contexte de constitution d'un premier répertoire pour piano.
Voilà. Smile
Et dans l'absolu, il y a quand même des choses pas mal du tout, notamment dans les mouvements lents très travaillées dans les strates rythmiques (sonate en mi bémol par exemple).


Citation :
Mais, le premier truc que je trouve vraiment intéressant au piano, c'est Jadin, mais je l'avais déjà dit!!
Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
T-A-M de Glédel

Nombre de messages : 1512
Age : 32
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 23:24

DavidLeMarrec a écrit:

Pour les Sonates de Haydn, je m'abstiens ( hehe ), mais pour les Concertos, tout le monde te dire la même chose, ils sont bien supérieurs aux Sonates. Mais trouver les Haydn remarquables et celles de Mozart de l'imposture, il y a comme des nuances intermédiaires qui manquent, non ?

Remarquable, loin de là. Plus personnel peut-être... enfin quitte à choisir, je préfère encore ça!!

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
Mais, le premier truc que je trouve vraiment intéressant au piano, c'est Jadin, mais je l'avais déjà dit!!
Smile
Je suis bon pour le buché, je sais!!
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 23:51

Non, j'aime beaucoup le répertoire instrumental français des vingt dernières années du XVIIIe, moi aussi. Smile Je ne suis pas loin de penser comme toi, subjectivement. Mais objectivement, les Sonates de Mozart, ça reste quelque chose !
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Octavian
Glasse les fraises
Octavian

Nombre de messages : 7333
Age : 36
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptySam 3 Avr 2010 - 23:54

Entre les sonates de Mozart et celles de Jadin, mon choix "subjectif" est clairement fait pour ma part. Amadeus rules.
Revenir en haut Aller en bas
Pan
Mélomane chevronné
Pan

Nombre de messages : 3440
Date d'inscription : 24/12/2006

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyDim 4 Avr 2010 - 8:24

♫ a écrit:
Pan a écrit:
Mozart s'est aussi mesuré à l'orgue à Hässler lors de son passage à Dresde, en 1789 ; une confrontation de jeu « dans le style de Bach » dont il sortira bien sûr vainqueur, comme des autres tournois musicaux qui suivront.

Pourtant, s'il est un instrument où Mozart n'a pas vraiment donné grand chose, ni en quantité ni en qualité, c'est bien l'orgue (le saxo aussi, mais ce n'est pas de sa faute).
J'adore la Petite gigue K. 574. La connais-tu ? Elle a été composée lors du même périple, en quelques instants, et laissé en guise de souvenir sur le cahier d'un organiste de la Cour Électorale de Saxe à Leipzig. Elle est souvent jouée au piano, mais je crois qu'elle était destinée pour l'orgue.
Revenir en haut Aller en bas
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyDim 4 Avr 2010 - 9:35

Pan a écrit:

J'adore la Petite gigue K. 574. La connais-tu ? Elle a été composée lors du même périple, en quelques instants, et laissé en guise de souvenir sur le cahier d'un organiste de la Cour Électorale de Saxe à Leipzig. Elle est souvent jouée au piano, mais je crois qu'elle était destinée pour l'orgue.

J'ai déjà dû l'entendre mais je ne me souvenais pas spécialement de cette minute et demie ! Je viens de la réécouter dans différentes versions pour piano et une pour orgue (Guillou) sur Musicme. C'est sympathique, mais cela reste à mon avis assez anodin. Un joli petit exercice qui n'a rien de typiquement organistique.
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14132
Date d'inscription : 14/04/2007

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyDim 4 Avr 2010 - 13:59

Octavian a écrit:
Entre les sonates de Mozart et celles de Jadin, mon choix "subjectif" est clairement fait pour ma part. Amadeus rules.

Pas pour ma part. Je garde les deux sonates en mineur de Mozart, ensuite Jadin et les sonates de Haydn. Les autres sonates de Mozart n'existent pas pour moi. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Jorge
Caliméro baroqueux
Jorge

Nombre de messages : 6307
Age : 31
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyDim 4 Avr 2010 - 14:09

WoO a écrit:
Octavian a écrit:
Entre les sonates de Mozart et celles de Jadin, mon choix "subjectif" est clairement fait pour ma part. Amadeus rules.

Pas pour ma part. Je garde les deux sonates en mineur de Mozart. Les autres sonates de Mozart n'existent pas pour moi. Neutral

Ils furent rivaux 850957
Revenir en haut Aller en bas
Ophanin
Fer galant
Ophanin

Nombre de messages : 4576
Age : 32
Date d'inscription : 13/12/2008

Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux EmptyDim 4 Avr 2010 - 16:05

WoO a écrit:
Octavian a écrit:
Entre les sonates de Mozart et celles de Jadin, mon choix "subjectif" est clairement fait pour ma part. Amadeus rules.

Pas pour ma part. Je garde les deux sonates en mineur de Mozart, ensuite Jadin et les sonates de Haydn. Les autres sonates de Mozart n'existent pas pour moi. Neutral

Tout à fait, du même avis.

Il est temps de créer un topic Jadin. (Hyacinthe) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Contenu sponsorisé




Ils furent rivaux Empty
MessageSujet: Re: Ils furent rivaux   Ils furent rivaux Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ils furent rivaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: