Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon dresseur d’élite ETB EV4.5 Destinées de Paldea : ...
Voir le deal

 

 Debussy - Pelléas et Mélisande (2)

Aller en bas 
+52
hugo75
Elwis
arnaud bellemontagne
Mélomaniac
Vanaheim
Hippolyte
Francoistit
Philippe VLB
guimix
Dave
Resigned
Zéphire
Cello
Swarm
WoO
aroldo
bAlexb
fb
Golisande
calbo
Guillaume
malko
Wagneropathe
Siegmund
Montalte Trout
christopher
Jaky
CorvusCorax
Francesco
OYO TOHO
Mariefran
Polyeucte
Manrico
T-A-M de Glédel
antrav
adriaticoboy
aurele
fgero
Pelléas
jerome
Rameau
Octavian
Percy Bysshe
Rubato
Mike
Xavier
saint corentin
Richard
DavidLeMarrec
Cololi
LeKap
Cornélius
56 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 96882
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyDim 27 Jan 2013 - 20:21

Elwis a écrit:
Et à titre plus personnel : le "terrifiant Boulez 70" (terme ce qui attire ma curiosité, mais j'aurai l'air bête si je ne le trouvais pas si terrifiant que ça Laughing )
C'est une lecture superbe orchestralement, mais glaçante, avec des chanteurs qui parlent une langue étrange. J'aime beaucoup, mais c'est beaucoup moins gracieux que les versions habituelles de Pelléas. En ce qui me concerne, c'est la lettre de Minton dans cette version et les premières scènes de Södeström qui m'ont permis d'accéder à cette oeuvre - qui me résistait fortement dans la version Desormière. Donc oui, ça peut fonctionner.

Citation :
J'ai toujours la solution de me les procurer tous les deux, mais ce serait surement de la gourmandise, non ? (surtout si ce n'est pour ne pas les réécouter par la suite... parce que je reste quand même assez dibitatif sur cet manière de chanter le texte... Rolling Eyes )
Même conseil que Xavier : écoute ça en ligne. Je ne suis pas sûr que Boulez se trouve, mais Karajan et Abbado sont à coup sûr sur MusicMe. Teste et vois laquelle tu veux acheter.

@ Golisande : en fait, tu n'aimes pas qu'elle sonne mezzo. Hou là là, qu'est-ce que c'est grave. Mr. Green Oui, c'est plus épais qu'à l'accoutumée, mais franchement, comme c'est chanté finement, ça convient bien. Schwarzkopf, Gens et Kirchschlager font aussi très femme, et ça fonctionne pourtant (mais tu ne les aimes pas hehe ).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyDim 27 Jan 2013 - 20:44

Même si elle est plus difficile à adopter, je crois que je préfère quand même Ewing à Schwarz & Kirch (je ne connais Gens) dans les actes I et II, car il y a de la fragilité, du mystère et pas ce côté consciemment provocant qui pour moi détruit tout.
Le problème en revanche c'est qu'elle n'est pas franchement séduisante - elle fait plus que se rattraper ensuite, mais ce n'est pas du tout le même genre de séduction...
Pour ce qui est des mezzos, j'adore von Stade, surtout dans les deux premiers actes justement (les plus belles scènes Golaud / Mélisande pour moi, avec McIntyre / Soderström et (pour la seconde) Naouri / Kozena )...


Dernière édition par Golisande le Lun 28 Jan 2013 - 22:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elwis
Mélomane averti
Elwis


Nombre de messages : 142
Age : 44
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 24/12/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyDim 27 Jan 2013 - 22:10

Oh, nous ne manquons pas de bibliothèque sur Nantes, je vous rassure. Mais c'est vrai que je n'ai pas le réflexe Rolling Eyes . Et je n'utilise internet uniquement pour les extraits ainsi que les diffusions TV, récente ou ancienne, que j'aurai loupées.
Je suis assez attaché au fait de disposer d'un objet quand j'en ai envie, en fait... (et je sais que je passe par Leclerc demain et que je vais être tenté ^^)

Pour Ewing : si c'est seulement une question d'interprétation, ça rejoint mon questionnement sur le rapport entre la vision de l'auteur et celle de ses interprètes. Ca me rassure donc, et même, ça me conviendrais parfaitement. Je m'explique : à la lecture (survole ?) du livret je me suis quand même demandé si Mélisande était vraiment une simple enfant naïve, une bienheureuse même, ne comprenant rien à rien et agissant d'instinct (son mensonge à Golaud concernant la perte de la bague est quand même énorme... elle est sensé avoir quel âge ? 18 ? 15 ? 10 ans ? moins ?????) sans se soucier des répercutions. Ou alors Mélisande serait une sorte Scylla posée là au beau milieu d'une forêt enchantée, sorte de foret de l'oublie, où quiconque y pénètre est frappé d'une sorte d'Alzheimer partiel si on y reste peu mais total si on y reste longtemps. En sortir (par chance ?) permet de recouvrer la mémoire, y rester est une condamnation à mort.
Donc avoir une chanteuse qui soit plus une "sorcière" quadragénaire qui a de la bouteille et qui, pour attirer les hommes, ce pare d'un voile de jeune ingénue, ça ne me choque pas plus que ça.
Est-ce que ça contredis l'œuvre ? ça je n'en sais rien, mais ça fait partit de mes possibilités d'interprétation à la découverte de cette œuvre.
Si en plus Ewing l'incarne et le chante impeccablement Very Happy ...

Golisande > les 3 ? oui, peut-être si je me laisse embarquer par cette œuvre Wink mais dans l'immédiat il m'en faut seulement une, autre que celle dont je dispose, et je crois savoir laquelle finalement ^^ (et des trois je sais sur laquel pourrait éventuellement faire l'impasse (étrangement : comme chez Wagner).

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyDim 27 Jan 2013 - 22:17

Elwis a écrit:
Oh, nous ne manquons pas de bibliothèque sur Nantes, je vous rassure. Mais c'est vrai que je n'ai pas le réflexe Rolling Eyes . Et je n'utilise internet uniquement pour les extraits ainsi que les diffusions TV, récente ou ancienne, que j'aurai loupées.
Je suis assez attaché au fait de disposer d'un objet quand j'en ai envie, en fait... (et je sais que je passe par Leclerc demain et que je vais être tenté ^^)

Je comprends bien ça, mais avant d'acheter c'est quand même utile... Tu ne vas pas acheter 3 versions de Pelléas alors que tu ne sais ni si tu vas aimer l'oeuvre ni si tu vas aimer les 3 versions... les écouter au préalable te permet de faire ton choix en toute connaissance de cause, sans avoir à regretter tes achats ensuite.
De toute façon, comme David a dit, tu dois pouvoir trouver plusieurs versions sur Musicme.
Revenir en haut Aller en bas
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy


Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyDim 27 Jan 2013 - 22:31

Ah, tu es nantais, Elwis ? On doit fréquenter les mêmes lieux, et on s'est peut-être même déjà croisé !

Niveau médiathèque, je m'associe à ce que te conseille Xavier. Celle de Nantes possède par exemple Inghelbrecht 1962, introuvable dans le commerce.

Quant aux Leclerc, je peux te dire que celui d'Atlantis avait encore en rayon il y a quelques jours de ça un exemplaire de la version Désormière dans l'ancienne édition EMI (une des meilleures) à 15€. A mons avis c'est une aubaine.
Revenir en haut Aller en bas
fgero
Mélomaniaque
fgero


Nombre de messages : 907
Age : 54
Localisation : 78
Date d'inscription : 14/04/2007

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyDim 27 Jan 2013 - 23:06

Elwis a écrit:

Golisande > les 3 ? oui, peut-être si je me laisse embarquer par cette œuvre Wink mais dans l'immédiat il m'en faut seulement une, autre que celle dont je dispose, et je crois savoir laquelle finalement ^^ (et des trois je sais sur laquel pourrait éventuellement faire l'impasse (étrangement : comme chez Wagner).


Comme les autres te l'ont suggéré, tu peux écouter tout en ligne sur Musicme...mais seulement Karajan il semble :
http://www.musicme.com/#/Herbert-Von-Karajan/albums/Debussy:-Pelleas-Et-Melisande-5099996672358.html

Des extraits d'Abbado ici :
http://www.qobuz.com/album/wiener-philharmoniker-claudio-abbado-debussy-pelleas-et-melisande/0002894353442

Sinon pour ma part entre Karajan et Abbado je vote clairement et définitivement pour le second.
Pour l'orchestre et la manière (totalement différent de Karajan, qui fait du...Karajan), mais aussi pour les chanteurs (Le Roux ! Van Dam ! et même Ewing...et avis personnel j'aime bcp Courtis)



Revenir en haut Aller en bas
fgero
Mélomaniaque
fgero


Nombre de messages : 907
Age : 54
Localisation : 78
Date d'inscription : 14/04/2007

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyDim 27 Jan 2013 - 23:17

Golisande a écrit:
Même si elle est plus difficile à adopter, je crois que je préfère quand même Ewing à Schwarz & Kirch (je ne connais Gens) dans les actes I et II, car il y a de la fragilité, du mystère et pas ce côté consciemment provocant qui pour moi détruit tout.

J'étais assez d'accord avec toi jusqu'ici mais finalement je me mets à être de plus en plus séduit par Kirchschlager dans toute l'oeuvre, alors que je la trouvais trop dominatrice (aux manettes) au début.
D'ailleurs même ce que fait Rattle (2007) me semble moins fade qu'au début, et toujours très beau, à force d'écoutes.

Reste que dans l'acte V, je ne peux me séparer d'Ewing. C'est très spécial avec elle dans cet acte.
Revenir en haut Aller en bas
Elwis
Mélomane averti
Elwis


Nombre de messages : 142
Age : 44
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 24/12/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyLun 28 Jan 2013 - 0:02

Effectivement, la médiathèque ça peut être une option pour moi. Mais moins pour creuser une oeuvre avec des choses que je peux trouver dans le commerce, que pour découvrir des trésors que le commerce ne propose plus ou alors hors de prix (quand ce n'est pas d'occasion pour plus de 100 euros Confused )

Xavier a écrit:
Tu ne vas pas acheter 3 versions de Pelléas alors que tu ne sais ni si tu vas aimer l'oeuvre ni si tu vas aimer les 3 versions
Non non, pas du tout, c'était juste un trait d'humour lié à mon indécision à choisir entre les trois Wink J'avais une vague idée depuis hier, mais à là, à cette heure-ci, je pense avoir trouvé, même en y allant à l'instinct, la version qu'il me faut et dans laquelle j'ai envie d'investir.

Si éventuellement ça me plais et qu'au bout de plusieurs écoute j'ai envie de creuser un peu plus, et bien j'irai vers l'une des deux autres.


adriaticoboy a écrit:
Ah, tu es nantais, Elwis ? On doit fréquenter les mêmes lieux, et on s'est peut-être même déjà croisé !
mains
C'est possible qu'on ce soit croisé, la ville est si grande et le monde tellement petit Very Happy


adriaticoboy a écrit:
Niveau médiathèque, je m'associe à ce que te conseille Xavier. Celle de Nantes possède par exemple Inghelbrecht 1962, introuvable dans le commerce.
Si l'oeuvre me plais avec mon achat de demain, peut-être que j'irais vers elle aussi : en tout cas, chez Wagner, depuis un ans que je creuse, finalement je préfère les lives aux stidio, et les années 60 sont celles où j'y aie trouvé la pluspart des version qui me conviennent le mieux

adriaticoboy a écrit:
Quant aux Leclerc, je peux te dire que celui d'Atlantis avait encore en rayon il y a quelques jours de ça un exemplaire de la version Désormière dans l'ancienne édition EMI (une des meilleures) à 15€. A mon avis c'est une aubaine.
Arf, je suis du côté Paridis ^^ mais c'est bon à savoir, surtout qu'ils ont agrandis leur espace culturel. par contre la dernière fois que j'y suis allé, j'ai trouvé leur rayon "classique" plutot anarchique... en tout cas moins bien rangé/classé qu'à Paridis...
Après, Desormière je veux bien, mais je ne suis pas certains qu'un enregistrement des années 40 soit ce qu'il me faut. (Même si j'ai découvert tout récemment un "Crépuscule des Dieux" datant de 42 d'une qualité d'enregistrement assez époustouflante pour l'époque, et de qualité vocale et orchestrale plus qu'honnête Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyLun 28 Jan 2013 - 12:51

Elwis a écrit:
à la lecture (survole ?) du livret je me suis quand même demandé si Mélisande était vraiment une simple enfant naïve, une bienheureuse même, ne comprenant rien à rien et agissant d'instinct (son mensonge à Golaud concernant la perte de la bague est quand même énorme... elle est sensé avoir quel âge ? 18 ? 15 ? 10 ans ? moins ?????) sans se soucier des répercutions. Ou alors Mélisande serait une sorte Scylla posée là au beau milieu d'une forêt enchantée, sorte de foret de l'oublie, où quiconque y pénètre est frappé d'une sorte d'Alzheimer partiel si on y reste peu mais total si on y reste longtemps. En sortir (par chance ?) permet de recouvrer la mémoire, y rester est une condamnation à mort.
Donc avoir une chanteuse qui soit plus une "sorcière" quadragénaire qui a de la bouteille et qui, pour attirer les hommes, ce pare d'un voile de jeune ingénue, ça ne me choque pas plus que ça.
Est-ce que ça contredis l'œuvre ? ça je n'en sais rien, mais ça fait partit de mes possibilités d'interprétation à la découverte de cette œuvre.
Si en plus Ewing l'incarne et le chante impeccablement Very Happy ...
Ohmygod affraid , tu n'as même pas écouté l'œuvre Mr.Red et tu commences déjà à analyser le livret, on voit que tu aimes la mise en scène...
Je parlais seulement de je que je ressens à l'écoute de la musique : tu peux bien faire toutes les "interprétations" que tu veux du livret, la musique reste la même. Et surtout, non seulement Ewing n'est pas vraiment à sa place au début de l'œuvre mais la pauvre n'a absolument rien d'une sorcière : ce n'est pas une Mélisande séductrice machiavélique (ça c'est plutôt Schwarzkopf ou Kirchschlager, effectivement) mais une femme aussi perdue et désespérée que si c'était une jeune fille naïve...
Pour le mensonge au sujet de la bague, je ne vois pas où est le problème : comme si une très jeune femme effrayée par la colère de son époux-ogre - et commençant par ailleurs à ressentir de l'attirance pour l'Autre - ne pouvait pas agir de cette façon instinctivement... C'est comme ça que j'aime le voir en tout cas (et Ewing loupe cette scène alors que l'orchestre le Le Roux sont somptueux Sad ).

Citation :
Golisande > les 3 ? oui, peut-être si je me laisse embarquer par cette œuvre Wink mais dans l'immédiat il m'en faut seulement une, autre que celle dont je dispose, et je crois savoir laquelle finalement ^^ (et des trois je sais sur laquel pourrait éventuellement faire l'impasse (étrangement : comme chez Wagner).
Franchement, ce serait dommage de faire l'impasse sur Karajan, pour l'ambiance qu'elle dégage surtout... Mais fgero t'a donné des liens pour les écouter. Very Happy

Citation :
Spoiler:
Je sais seulement que le duo du IV a été la première scène composée (un peu pour se "faire la main") ; pour le reste, silent .
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 96882
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 0:28

Golisande a écrit:
Mélisande séductrice machiavélique (ça c'est plutôt Schwarzkopf ou Kirchschlager, effectivement)
Kirchschlager, vraiment ? scratch Que ce soit trop "femme", pourquoi pas, mais elle me paraît plutôt débonnaire - ce serait même plutôt là que je verrais les reproches à faire, s'il y en avait.

Kožená est bien plus ambiguë dans ce registre (surtout chez Minko, où elle était infiniment plus mobile et précise dans les intentions que chez Haitink).


Citation :
Je sais seulement que le duo du IV a été la première scène composée (un peu pour se "faire la main")
Ou plus vraisemblablement parce que Debussy sentait cette scène comme la plus urgente à écrire, non ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 0:49

Bon, là je finis d'écouter Désormière sur les petits hauts-parleur de mon ordinateur portable (ne me demandez pas pourquoi : un cas de force majeure), et c'est tout de même formidable - et de mieux en mieux au cours de l'œuvre... Au V (surtout à la fin) Joachim fait des choses magnifiques, c'est à peine moins bouleversant qu'Ewing... Et la scène d'Yniold, au IV, est d'une poésie...
À chaque fois que j'écoute cette version en entier il m'arrive la même chose : j'ai un peu de mal à y entrer, au début ça me semble trop droit et froid, "parfait" et presque (sinon complètement) ennuyeux, mais une fois que j'ai accédé à un niveau de perception idoine j'ai l'impression qu'il n'y a plus rien d'autre, ça devient la seule réalité pelléassienne possible Mr.Red ; si ça ce n'est pas une version "classique", je ne sais pas ce que c'est...
J'ajoute que cela m'émeut moins directement que des versions récentes moins "évidentes" (c'est malgré tout très minéral, marmoréen - de la statuaire antique -, sans sonorités enchanteresses dans l'orchestre ni déchirantes dans les voix), ce qui fait que j'ai moins souvent envie d'y revenir, et pourtant c'est... ben oui, parfait (et quasiment pas daté excepté le son - et en dépit des r ultra-roulés -, en tout cas dans le repiquage Andante qui rétablit (probablement) le spectre d'origine, ce qui change considérablement la sonorité des voyelles par rapport à la version EMI).
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 1:13

DavidLeMarrec a écrit:
Golisande a écrit:
Mélisande séductrice machiavélique (ça c'est plutôt Schwarzkopf ou Kirchschlager, effectivement)
Kirchschlager, vraiment ? scratch Que ce soit trop "femme", pourquoi pas, mais elle me paraît plutôt débonnaire - ce serait même plutôt là que je verrais les reproches à faire, s'il y en avait.

Kožená est bien plus ambiguë dans ce registre (surtout chez Minko, où elle était infiniment plus mobile et précise dans les intentions que chez Haitink).


Citation :
Je sais seulement que le duo du IV a été la première scène composée (un peu pour se "faire la main")
Ou plus vraisemblablement parce que Debussy sentait cette scène comme la plus urgente à écrire, non ? Smile
Moi j'aurais dit la plus facile... siffle

Je n'ai pas réécouté Minko (j'ai été dans la salle en 2002, mais je serais bien incapable d'en dire quoi que ce soit, sinon que c'était chouette Very Happy ), mais chez Haitink Kozena m'a paru très agressive, très "chat enragé" dans la première scène... Après j'ai adoré, moins dans les deux derniers actes mais c'est globalement une Mélisande comme je les aime ; l'ambiguïté n'est certainement pas un problème pour moi (d'ailleurs Soderström est très ambiguë dans un autre genre, et ce que j'aime dans l'éloignement radical de von Stade c'est le vertige qu'il provoque concernant la personnalité (ou même l'identité) de Mélisande - c'est cela que j'appelle le mystère).
Kirchschlager débonnaire, je vois ce que tu veux dire mais justement : ce n'est absolument pas une victime, et sa bonne humeur n'empêche pas (au contraire) qu'elle manipule joyeusement les gens sans y mettre plus d'enjeux que ça... (Bon, cela dit il faudra que je réécoute tout ça pour affiner mes impressions...)


Dernière édition par Golisande le Mar 29 Jan 2013 - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elwis
Mélomane averti
Elwis


Nombre de messages : 142
Age : 44
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 24/12/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 2:55

fgero > Merci pour ces deux liens Wink ca a quand même réussi à me mettre le doute ce midi alors que j'avais pris une décision hier soir.


Golisande >
Citation :
Ohmygod affraid , tu n'as même pas écouté l'œuvre Mr.Red et tu commences déjà à analyser le livret, on voit que tu aimes la mise en scène...
Heu, je l'ai écouté en entier samedi midi quand même Mr.Red (gros exploit, je l'accorde ^^) du coup j'ai survolé le livret, et je me suis posé plein de questions sur les personnages, les lieux, cette Acte final qui est étrangement le seul à se dérouler dans un lieu unique. Je trouve des réponses toutes personnelles qui ne sont pas forcément les bonnes, mais qui me donne envie d'aller plus loin.

Citation :
Pour le mensonge au sujet de la bague, je ne vois pas où est le problème : comme si une très jeune femme effrayée par la colère de son époux-ogre - et commençant par ailleurs à ressentir de l'attirance pour l'Autre - ne pouvait pas agir de cette façon instinctivement... C'est comme ça que j'aime le voir en tout cas (et Ewing loupe cette scène alors que l'orchestre le Le Roux sont somptueux Sad )
Rien ne l’empêche, en effet , mais certes réplique me paraissent obscures : "Vous savez bien... vous savez bien la grotte au bord de la mer" (Comme Golaud pourrait le savoir ?) "C'est là, il faut que ce soit là." (où est l'ingénue, l'innocence ?) "Pelléas ? Avec Pelléas ? mais Pelléas ne voudra pas..." (suggestion par la négation ?) "Oh ! Oh ! Je ne suis pas heureuse, je ne suis pas heureuse !" (menteuse ?)

Ce que je trouve frustrant, mais aussi intéressant c'est ce manque de didascalie qui ne bride pas l'imagination et qui laisse libre champ à de nombreuses interprétations Smile

Citation :
Franchement, ce serait dommage de faire l'impasse sur Karajan, pour l'ambiance qu'elle dégage surtout...
Ce n'est pas pour l'ambiance. C'est plutôt que je ne ressent pas d’attraction précise pour Karajan, mon instinct ne va pas vers lui, Ce n'est jamais un premier choix (il a toujours la médaille en chocolat Rolling Eyes ). Ce n'est pas un rejet ni du bonhomme, ni encore moins de son style, puisque, au final, je ne les connais pas...
Celà dit, c'est d'ailleurs la première fois qu'il est dans mon trio de tête, rien n'est donc perdu Very Happy

Et finalement, à la surprise générale, j'ai opté pour Abbado (dans le coffret DG de Debussy).
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32892
Age : 42
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 9:38

On se dit "que vient faire le germano-centré Karajan dans quelque chose d'aussi français que Pelléas ?".
Et bien c'est une erreur, c'était l'opéra préféré de Karajan (c'est assez étonnant) et il s'en tire très bien. C'est vrai qu'il tire un peu Pelléas vers Wagner, donc c'est toujours contestable. Mais je résultat est bluffant.

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)


Dernière édition par Cololi le Mar 29 Jan 2013 - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
hugo75
Mélomane averti
hugo75


Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 11:43

Golisande a écrit:

Ewing : ce n'est absolument pas pas juvénile : c'est bien une Mélisande (contrairement à d'autres) mais une Mélisande de 40 ans qui aurait vécu, et qui sans vraiment "minauder" (c'est autre chose) ni cabotiner n'est tout simplement pas à l'aise dans un costume trop transparent.

C'est étrange car je ressens un peu tout l'inverse. La voix d'Ewing me parait assez juvénile (surtout comparée à Danco qui reste néanmoins une diseuse incomparable). En revanche, je trouve qu'elle minaude en permanence en prenant de surcroit les sons par en dessous. Si on ajoute que mamie Ludwig chevrote avec une voix usée jusqu'à la corde, on se retrouve, à mon avis, chez Abbado, avec une distribution féminine assez catastrophique. Et c'est d'autant plus dommage que la direction féline du chef italien est fantastique et qu'il aligne peut être le meilleur cast masculin (Van Dam, Le Roux). C'est pourquoi, dans l'absolu, ma Melisande préférée est à chercher du côté de Von Otter (plombée malheureusement par un Haïtink éteint) ou Kozena : dommage qu'elle ait gravé récemment une Carmen inutile avec Rattle et les Berliner alors que les mêmes dans Debussy...
Revenir en haut Aller en bas
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal


Nombre de messages : 6774
Age : 31
Date d'inscription : 06/01/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 12:11

Cololi a écrit:
On se dit "que vient faire le germo-centré Karajan dans quelque chose d'aussi français que Pelléas ?".
Et bien c'est une erreur, c'était l'opéra préféré de Karajan (c'est assez étonnant) et il s'en tire très bien. C'est vrai qu'il tire un peu Pelléas vers Wagner, donc c'est toujours contestable. Mais je résultat est bluffant.

Oui Karajan c'est vraiment superbe, ses choix peuvent être contester mais c'est indéniablement a écouter ça c'est sur
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 12:59

Elwis a écrit:

Heu, je l'ai écouté en entier samedi midi quand même Mr.Red (gros exploit, je l'accorde ^^)
Dans quelle version ? Abbado !?

Citation :
du coup j'ai survolé le livret, et je me suis posé plein de questions sur les personnages, les lieux, cette Acte final qui est étrangement le seul à se dérouler dans un lieu unique. Je trouve des réponses toutes personnelles qui ne sont pas forcément les bonnes, mais qui me donne envie d'aller plus loin.
Bien sûr ; c'est seulement que la musique dit au moins autant - bien plus à mon sens - que la pièce, donc si l'on n'y est pas (encore Smile ) tellement sensible (comme cela semble être ton cas) il me semble prématuré de se lancer dans l'exégèse... Pelléas est une œuvre essentiellement sensorielle et non cérébrale : mieux vaut d'abord s'y plonger, apprivoiser les personnages et les situations avant de vouloir les analyser (je connais et aime cette œuvre depuis des lustres et elle est encore un mystère pour moi - j'ajoute que la connaissance de différentes interprétations enrichit considérablement la perception qu'on en a, d'où mon conseil d'en écouter plustôt deux ou trois qu'une seule).

Citation :
Rien ne l’empêche, en effet , mais certes réplique me paraissent obscures : "Vous savez bien... vous savez bien la grotte au bord de la mer" (Comme Golaud pourrait le savoir ?)
Pour moi ce "Vous savez bien" est une insistance (anticipée et réitérée pour se laisser le temps de trouver un endroit plausible) sur la connaissance que Golaud doit avoir de ce lieu, puisque qu'il se trouve sur son domaine ("Vous savez bien, hein, la grotte, là..." Mr.Red ).

Citation :
"C'est là, il faut que ce soit là." (où est l'ingénue, l'innocence ?)
Ben elle essaie seulement de se persuader elle-même de la véracité de son mensonge, ce qui n'est pas un comportement très extraordinaire... Par ailleurs Mélisande n'est pas nécessairement ingénue et innocente, elle a sans doute déjà vécu bien des choses (cf. le début, la référence à Barbe-Bleue qui est souvent faite à cause de l'opéra de Dukas (Ariane et Barbe-Bleue, sur un livret de Maeterlinck, dans lequel Mélisande est une des femmes emprisonnées), ce qui ne l'empêche pas d'être jeune (peut-être moins qu'elle ne le paraît - c'est même probable -, mais le problème d'Ewing est justement qu'elle ne paraît pas jeune : Elisabeth Soderström par exemple était plus âgée qu'elle au moment de son enregistrement, et c'est pourtant une des incarnations les plus juvéniles qui soient).

Citation :
"Pelléas ? Avec Pelléas ? mais Pelléas ne voudra pas..." (suggestion par la négation ?) "Oh ! Oh ! Je ne suis pas heureuse, je ne suis pas heureuse !" (menteuse ?)
Tout ça n'en fait pas une sorcière. Smile

Citation :
Ce que je trouve frustrant, mais aussi intéressant c'est ce manque de didascalie qui ne bride pas l'imagination et qui laisse libre champ à de nombreuses interprétations Smile
Tu l'as dit : surtout intéressant.

Spoiler:


Dernière édition par Golisande le Mar 29 Jan 2013 - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 13:27

hugo75 a écrit:
Golisande a écrit:

Ewing : ce n'est absolument pas pas juvénile : c'est bien une Mélisande (contrairement à d'autres) mais une Mélisande de 40 ans qui aurait vécu, et qui sans vraiment "minauder" (c'est autre chose) ni cabotiner n'est tout simplement pas à l'aise dans un costume trop transparent.

C'est étrange car je ressens un peu tout l'inverse. La voix d'Ewing me parait assez juvénile (surtout comparée à Danco qui reste néanmoins une diseuse incomparable). En revanche, je trouve qu'elle minaude en permanence en prenant de surcroit les sons par en dessous. Si on ajoute que mamie Ludwig chevrote avec une voix usée jusqu'à la corde, on se retrouve, à mon avis, chez Abbado, avec une distribution féminine assez catastrophique. Et c'est d'autant plus dommage que la direction féline du chef italien est fantastique et qu'il aligne peut être le meilleur cast masculin (Van Dam, Le Roux). C'est pourquoi, dans l'absolu, ma Melisande préférée est à chercher du côté de Von Otter (plombée malheureusement par un Haïtink éteint) ou Kozena : dommage qu'elle ait gravé récemment une Carmen inutile avec Rattle et les Berliner alors que les mêmes dans Debussy...
As-tu bien écouté Ewing dans l'acte V ? Parce que là elle ne "minaude" pas du tout (si tant est qu'on puisse employer ce mot à son sujet, ce qui ne me semble pas évident, pour moi c'est autre chose). Cela dit je reconnais qu'elle joue beaucoup de sa voix, avec des inflexions très sinueuses et quelque chose de presque "orientalisant" (je ne sais pas si je me fais bien comprendre) qui peuvent insupporter - donc si tu n'aimes pas son style il sera difficile de te faire changer d'avis ; mais plus le drame avance plus son chant prend un caractère abstrait, presque purement instrumental, et dans le V pour moi elle nous offre (génialement secondée par l'orchestre) une petite collection de bibelots sonores absolument magiques... bounce Après, oui, on peut dire que c'est précieux (plutôt que minaudant), que ça dégage un parfum capiteux (d'où aussi le côté très "mûr") : au début ça ne fonctionne pas du tout pour moi, mais dès le IV... drunken Et avant ça, écoute ce qu'elle fait de ses quelques interventions dans la scène de la grotte au II : c'est d'une beauté plastique absolument renversante, d'autant que Le Roux est formidable et que l'orchestre est le plus envoûtant qui soit (c'est peu de dire que cette scène dans cette version est une merveille).

J'ajoute que je n'aime pas du tout la Mélisande de von Otter qui, elle, (pour moi) minaude.


Dernière édition par Golisande le Mar 29 Jan 2013 - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 13:43

DavidLeMarrec a écrit:

Kožená est bien plus ambiguë dans ce registre (surtout chez Minko, où elle était infiniment plus mobile et précise dans les intentions que chez Haitink).
J'ai écouté I,1 et presque tout le II de Minkowski hier soir, eh bien je n'aime pas particulièrement Kozena ici alors que je l'avais beaucoup aimée chez Haitink (il faudrait que je compare scène par scène pour préciser tout ça)... Le Roux non plus d'ailleurs, que je trouve bien trop juvénile (c'est sans doute mieux en 2010 avec Muhlbach) et très loin du déchirement de Naouri ou du Van Dam de 78.
Revenir en haut Aller en bas
Elwis
Mélomane averti
Elwis


Nombre de messages : 142
Age : 44
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 24/12/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 20:42

Golisande a écrit:
Dans quelle version ? Abbado !?

Abbado je ne l'ai que depuis hier soir Wink Non, samedi j'étais encore avec ma version d'Ansermet ^^

Spoiler:

Golisande a écrit:
il me semble prématuré de se lancer dans l'exégèse... Pelléas est une œuvre essentiellement sensorielle et non cérébrale : mieux vaut d'abord s'y plonger
Mon Général, nous sommes au bord de la mutinerie là Mr.Red

Sérieusement, Je n'arrive pas à saisir...
Le livret de "Pelléas", à peux de choses près, correspond bien la pièce de Maeterlinck, non ? Je ne comprends donc pas en quoi s'intéresser au livret pour lui-même serait mal venu lorsqu'on ne connaît pas assez cet opéra de Debussy...
J'ajoute que, d'une part parce que, après ma première écoute complète, c'était la solution de facilité, je le concède, mais d'autre part parce que la pièce était là bien avant cet opéra, ça m'a paru aller de soit d'aborder le texte en premier avant même de poursuivre mon approfondissement de la musique.
L'amalgame est osé, mais tant pis, je m'y risque : Debussy a bien dû se plonger à fond dans le texte pour en extraire la musique qu'il a composée. Je ne suis certes pas Debussy (je ne cherche même pas à composer quoi que ce soit), mais je ne vois pas ce qui devrait me retenir d'aborder le même cheminement d'imprégnation d'une œuvre littéraire avant d'en aborder son pendant musical ?
Et puis ça minimise l'importance de l’œuvre de ce pauvre Maurice Maeterlinck.

Wagner écrivait bien ses livrets avant de les mettre en musique... c'est bien que la littérature, ici, a son importance dans la construction musicale de l'œuvre.
Sans ces textes : pas de musique. Donc si le texte me permet d'appréhender plus facilement l'œuvre dans sa globalité et, finalement, d'en accepter plus aisément sa musique, je dis : Banco ! la sensualité viendra peut-être d'elle même plus tard...

Du coup, dans cette lecture du texte, plus que de sa musique, je ne cherche pas à faire à tout prix de Mélisande une sorcière. Je dis juste que j'y ai vu autant une Scylla des bois qui attire les hommes à elle, en se faisant passer pour une fillette perdue, et qui chercherait une quelconque vengeance, qu'une vrai "petite fille" perdue totalement dépassée par les événements que va provoquer sa rencontre avec Golaud.
Je n'ai pas cherché à intellectualiser quoi que ce soit, je ne me suis pas dis : "bon que cherche à exprimer l'auteur ? Comment pourrait-on le mettre en scène ?" non, les images sont venues d'elles mêmes au fil de la lecture. Donc si intellectualisation il y a de ma part, ce serait plutôt de mes propres réflexions, de mes propres images, plus que de l’œuvre en elle même.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 22:29

Elwis a écrit:

Spoiler:
Spoiler:

Pour le reste je t'ai dit ce que j'en pensais : quelle que soit l'antériorité de la pièce sur l'opéra, celui-ci est un tout, et dissocier "texte" et "musique" me semble d'autant moins pertinent que 1) le livret n'est pas la pièce entière, 2) la conception que tu te feras du texte en le lisant sera probablement assez différente de celle que s'est faite Debussy, ce qui peut te rendre sa musique encore plus difficile à appréhender ensuite.
Mais ce n'est bien sûr que mon avis Very Happy : rien ne m'autorise à juger ta démarche ni à chercher à te retenir de quoi que ce soit, je te fais seulement remarquer quels inconvénients elle peut présenter. À mon avis, donc, si l'on veut s'imprégner de cette œuvre dans toute sa force il est plus intéressant de la prendre en bloc, comme une entité organique...
(Et j'en serais même plutôt moins convaincu dans le cas de Wagner, puisque précisément le texte provient du même auteur que la musique et a été écrit pour elle...)
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 22:45

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
fgero
Mélomaniaque
fgero


Nombre de messages : 907
Age : 54
Localisation : 78
Date d'inscription : 14/04/2007

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 29 Jan 2013 - 23:28

Moi je dis qu'on nous ment et on nous spolie tout le temps sur ce fil
Revenir en haut Aller en bas
hugo75
Mélomane averti
hugo75


Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 12:49

Bon, j'ai eu ma petite période Debussy ces temps ci et il n'y a rien à faire, mes deux versions préférées de Pélleas et Melisande sont les deux suivantes :

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 51GXja5jGlL._SL500_AA300_

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 51spL-O8ygL._SL500_AA300_

Au sujet d'Abbado, tout a été dit et bien dit au sujet des qualités de cette version et je ne m'étendrai pas trop : direction fluide, vivante, analytique (on entend tout), réussissant à concilier le romantisme éperdu du livret (et le geste orchestral qu'il exige) avec la modernité jamais sèche de la partition. Le cast masculin est génial. François Le Roux est vraiment mon Pelleas préféré car il allie beauté du timbre, qualité des nuances (beaucoup de voix mixte) et naturel de la diction (son français toujours parfaitement intelligible est dit de manière très moderne sans la surarticulation de Mauranne ou Mollet qui m'ont toujours un peu dérangé de ce point de vue même s'ils restent excellents). José Van Dam, capté au sommet de son art, saisit bien toute la complexité de son personnage et l'Arkel très sombre de Courtis est d'une grande noblesse. Malheureusement avec la distribution féminine : patatra ! Maria Ewing minaude avec une voix quelconque (impossible de la reconnaitre en aveugle si ce n'est par ses défauts), des sons pris par en dessous et un français médiocre qui oblige l'auditeur à avoir souvent les yeux rivés sur le livret et Christa Ludwig n'est plus que l'ombre d'elle même avec une voix usée jusqu'à la corde. Seul le bel Yniold de Patricia Pace sauve la mise. Néanmoins malgré ces reserves importantes, c'est une version vers laquelle je reviens souvent pour les raisons précitées. Mais elle m'a aussi donné envie d'aller voir ailleurs...

Et cet ailleurs, c'est Haïtink. Je sais bien que je vais être obligé de "marcher sur des oeufs" tant cette version ne semble pas faire l'unanimité sur ce forum. Et pourtant elle a été plébicitée par toute la presse française et internationale à sa sortie comme l'a équitablement relaté Xavier. Nous aurait-on menti ? Que dire si ce n'est qu'avec cette version, cela a toujours été "je t'aime moi non plus" mais en la réécoutant aujourd'hui, je l'ai trouvé excellente. Comme quoi les goûts évoluent...Hier, encore, sur la base de mes souvenirs, je parlais de direction éteinte et rétrospectivement, je trouve que rien n'est plus faux : je préfère parler d'une vision crépusculaire, suggérant à merveille le "ciel bas" et les "gouffres" du livret de Maeterlinck. De surcroit son orchestre s'appuie en grande partie sur les violoncelles et les couleurs sombres de l'orchestre en mettant, par là même, l'accent sur le côté post romantique de la partition. On peut rejeter cette lecture quasi brahmsienne, voire étouffante qui fait davantage de Debussy l'héritier de toute une tradition romantique que le créateur d'un orchestre tout de lumière. Mais on peut aussi la cautionner au regard du livret et des vertus très narratives et suggestives de la direction du chef hollandais. Sinon chez les dames et après le naufrage d'Abbado en la matière, c'est le bonheur : Anne-Sofie Von Otter avec son timbre tout de velour, ses couleurs mordorées, son français presque impeccable et la modernité de son approche campe, à mon avis, la plus belle Melisande de la discographie juste devant Danco (formidable mais un peu trop "vieille France" pour moi). Hanna Schaer est une Geneviève émouvante autrement plus jeune et belle de timbre qu'une Christa Ludwig sur le retour et l'Yniold de Florence Couderc est infantile sans être niais. Excellent Golaud de Naouri, plus jeune et colérique que Van Dam : difficile de choisir à un tel niveau. Très bon Arkel d'un Alain Vernhes à la diction exemplaire. Reste malheureusement le Pelleas de Wolfgang Holzmair, franchement médiocre. On a le sentiment que ce chanteur place sa voix comme s'il allait chanter non pas en français mais en allemand. D'où une émission constamment gutturale qui rend le timbre bien gris et les nuances en voix mixte, très rares. C'est, à mon avis, le gros point faible de cette intégrale qu'il n'arrive néanmoins pas à gacher en raison d'un français très correct. En résumé : pas terrible le Pelleas d'Holzmair...mais pas pire que la Melisande d'Ewing.

A l'arrivée, la version parfaite et moderne de Pelleas et Melisande reste à graver mais j'avais vraiment envie de défendre Haïtink que j'aime beaucoup pour que toutes les opinions (pour et contre qui sont autant respectables) soient exprimées. Un espoir vain pour conclure ? Que Kozena, Rattle et les Berliner s'y collent...


Dernière édition par hugo75 le Jeu 31 Jan 2013 - 13:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 13:58

Il n'y a pas et il n'y aura jamais de version parfaite... mais il y a des tas de versions intéressantes. Smile

Otter est sans doute le point fort de cette version Haitink, mais pour le reste...
Pas du tout d'accord sur Schaer qui n'est pas mieux que Ludwig pour moi, et Naouri a fait bien mieux plus tard.

Bref, si tu aimes Haitink, il faut vraiment que tu écoutes ce qu'il a fait en 2007, c'est d'une autre trempe, aussi bien pour l'orchestre que la distribution!
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 96882
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 16:15

C'est-à-dire que pour Haitink, on souffre surtout du manque de répétition : Haitink s'est emparé tardivement de Pelléas, le début d'une série de représentations à travers le monde (qui a fini par le ramener à Paris en 2007) ; Naouri faisait (en version de concert) une prise de rôle, ce qui est forcément une limite pour une partie comme celle de Golaud ; von Otter aussi a gagné un peu en profondeur en Mélisande (même si je ne l'aime pas dans ce rôle) ; et Holzmair a toujours cette petite voix coincée dans le nez, qui sonne bizarrement aussi en allemand.

Je te rejoins volontiers que Schaer et Vernhes, mais ça fait peu pour une référence me concernant, surtout que j'y avais entendu la face molle de Haitink. Tu devrais vraiment essayer 2007 pour apprécier la différence vertigineuse qui sépare Haitink et Naouri d'eux-mêmes. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
hugo75
Mélomane averti
hugo75


Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 17:45

Xavier a écrit:
Bref, si tu aimes Haitink, il faut vraiment que tu écoutes ce qu'il a fait en 2007, c'est d'une autre trempe, aussi bien pour l'orchestre que la distribution!

DavidLeMarrec a écrit:
Tu devrais vraiment essayer 2007 pour apprécier la différence vertigineuse qui sépare Haitink et Naouri d'eux-mêmes. Very Happy
,

Merci pour vos conseils. Malheureusement avec Haïtink 2007, on perd Von Otter que j'adore et on gagne Lapointe qui chante beaucoup trop en force à mon goût avec une voix bien engorgée. Et je trouve vraiment la direction d'Haïtink 2000 fort belle dans une conception presque post romantique assez étonnante (et qui peut donc déranger) mais fort belle dans son genre. Ah, si seulement on pouvait avoir Abbado avec son cast masculin et la distribution féminine d'Haïtink, je serais comblé...

Néanmoins Rattle me tente bien. Si je vous ai bien suivi, il en existe deux versions. Laquelle est la mieux captée ?
1- Rattle-Londres 2007 avec Kirchschlager, Keenlyside (cela tombe bien car je suis fan et je recommande chaleureusement, même si cela n'a rien à voir, d'écouter sa fantastique prestation dans le Billy Budd d'Hickox), Finley et Wyn-Rogers.
2- Rattle-Metropolitan 2010 : avec Kozena (elle aussi, je l'aime vraiment bien...quand elle ne chante pas Carmen), Degout, Finley et Palmer.

Enfin, sur les versions historiques, je suis toujours un peu partagé. J'ai acheté pour une bouchée de pain dans l'édition Decca-Eloquence-Australie la première version Ansermet avec Danco et Mollet et je trouve que le chant surarticulé et le style des interprètes sonnent un peu vieillot (un peu comme Louis Jouvet au cinéma). Je préfère vraiment une diction plus naturelle où on parle comme on chante et de ce point de vue, François Le Roux est formidable.


Dernière édition par hugo75 le Mer 30 Jan 2013 - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 17:49

hugo75 a écrit:
Malheureusement avec Haïtink 2007, on perd Von Otter que j'adore et on gagne Lapointe qui chante beaucoup trop en force à mon goût avec une voix bien engorgée.

Tu as écouté ou bien tu présumes?
Parce que je t'assure que Lapointe est un Pelléas formidable, à mille lieues de la tentative complètement ratée d'Holzmair!
Revenir en haut Aller en bas
hugo75
Mélomane averti
hugo75


Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 18:09

Xavier a écrit:
hugo75 a écrit:
Malheureusement avec Haïtink 2007, on perd Von Otter que j'adore et on gagne Lapointe qui chante beaucoup trop en force à mon goût avec une voix bien engorgée.

Tu as écouté ou bien tu présumes?
Parce que je t'assure que Lapointe est un Pelléas formidable, à mille lieues de la tentative complètement ratée d'Holzmair!

Non j'ai écouté sur un célèbre site de video en ligne...
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 18:12

hugo75 a écrit:
Néanmoins Rattle me tente bien. Si je vous ai bien suivi, il en existe deux versions. Laquelle est la mieux captée ?
1- Rattle-Londres 2007 avec Kirchschlager, Keenlyside (cela tombe bien car je suis fan et je recommande chaleureusement, même si cela n'a rien à voir, d'écouter sa fantastique prestation dans le Billy Budd d'Hickox), Finley et Wyn-Rogers.
2- Rattle-Metropolitan 2010 : avec Kozena (elle aussi, je l'aime vraiment bien...quand elle ne chante pas Carmen), Degout, Finley et Palmer.

Il y en a 2 autres de 2006: toutes sont très chouettes du point de vue de la distribution, mais la plus immanquable, c'est celle de 2006 avec Van Dam, qui est le point faible indiscutablement, mais où l'orchestre est sublime et capté de façon extraordinaire. (on entend tout comme dans aucune autre version!)
Revenir en haut Aller en bas
hugo75
Mélomane averti
hugo75


Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 18:25

Xavier a écrit:
hugo75 a écrit:
Néanmoins Rattle me tente bien. Si je vous ai bien suivi, il en existe deux versions. Laquelle est la mieux captée ?
1- Rattle-Londres 2007 avec Kirchschlager, Keenlyside (cela tombe bien car je suis fan et je recommande chaleureusement, même si cela n'a rien à voir, d'écouter sa fantastique prestation dans le Billy Budd d'Hickox), Finley et Wyn-Rogers.
2- Rattle-Metropolitan 2010 : avec Kozena (elle aussi, je l'aime vraiment bien...quand elle ne chante pas Carmen), Degout, Finley et Palmer.

Il y en a 2 autres de 2006: toutes sont très chouettes du point de vue de la distribution, mais la plus immanquable, c'est celle de 2006 avec Van Dam, qui est le point faible indiscutablement, mais où l'orchestre est sublime et capté de façon extraordinaire. (on entend tout comme dans aucune autre version!)

Bon, il va falloir que j'écoute tout cela. Mais franchement, je n'arrive pas à comprendre pourquoi EMI n'a pas sorti un Pelléas de Rattle car, à vous lire, il dirige cela un peu partout, plutôt très bien et depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 18:59

Il vaut infiniment mieux écouter Haitink 2007 (une des directions les plus passionnantes, non seulement par les sonorités fascinantes obtenues mais dans la continuité du discours et la profondeur du propos) que Rattle (incroyablement lisible et détaillée en effet mais sans unité ni magie sonore, pour moi c'est juste du décorticage pointilliste de partition). Il n'y a absolument pas photo.


Dernière édition par Golisande le Mer 30 Jan 2013 - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 19:01

Golisande a écrit:
Il vaut infiniment mieux écouter Haitink 2007

Mais puisqu'Hugo l'a déjà écoutée. coucou
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 30 Jan 2013 - 19:02

Ah pardon je savais po. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 1:16

Dutoit 2012, Verbier, version de concert

http://fr.medici.tv/#!/charles-dutoit-debussy-pelleas-et-melisande-verbier-festival-2012

Très beau concert, orchestre tout jeune mais vraiment bon, en dehors d'un gros problème chez les hautbois au premier interlude du III, ils partent 2 mesures en retard et saccagent tout pendant une bonne minute...
Sinon, belle distribution, sans surprises par rapport à ce qu'on connaît déjà, Degout toujours remarquable, la surprise viendrait presque de Van Dam, largement plus que correct pour son grand âge, alors que sa performance avec Rattle en 2006 s'approchait quand même du naufrage.
Ici, les graves sont un peu absents, marmonnés, mais à peu près toutes les notes sont assurées correctement, la voix est toujours sonore et l'incarnation réussie.
White est toujours incompréhensible mais Julie Mathevet fait un bel Yniold et pour le Médecin on a une jeune basse américaine, Justin Hopkins, on le dirait à peine majeur et la voix est impressionnante.
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 9:32

Mais je le trouve déjà fort bon chez Rattle, la caractérisation n'a jamais été aussi fouillé et sombre.

( Je n'attache aucune importance aux notes chantés dans Pelleas ).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 11:58

Siegmund a écrit:
( Je n'attache aucune importance aux notes chantés dans Pelleas ).
Ah ? Surprised Comme quoi... (Pour moi c'est plutôt (beaucoup) plus important que dans Wagner...)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 96882
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 20:10

Siegmund a écrit:
Mais je le trouve déjà fort bon chez Rattle, la caractérisation n'a jamais été aussi fouillé et sombre.
Sombre ? Shocked J'aurais plutôt dit bonhomme, même si de moins en moins au fil du déclin de la voix.

Il y a quand même beaucoup plus noir (London, Tomlinson, McIntyre, Mars, Volle, Arapian, Rehfuss, Bacquier, Cachemaille, Le Roux, Naouri, et à peu près tous les autres aussi...). A part Dufranne, Etcheverry et Roux (c'est-à-dire les Golaud avec l'ancienne technique française), peu sont aussi aimables - même pour Tibbett, Finley ou Barrard, je ne dirais pas forcément que le résultat est plus "sympathique" que van Dam.

Je trouve cette lecture de Golaud un peu niaiseuse, au demeurant (mais il est vrai qu'on ne peut plus dire ça dans ses dernières années, où le combat avec la voix diminue cette caractéristique ourson-à-la-guimauve).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 20:11

Oui, dans le Dutoit 2012 que j'écoutais hier, c'est vraiment très sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Elwis
Mélomane averti
Elwis


Nombre de messages : 142
Age : 44
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 24/12/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 21:24

Xavier (fil playlist) a écrit:
Debussy: Pelléas et Mélisande/Levine 2005

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

(ça y est je refais une crise de Pelléas Shit )
Après Siegmund et ses 9 versions en une semaine...
Spoiler:
Je suis curieux de savoir ce que ça vaut par rapport à ce que vous m'avez conseillé...

C'est ce disque là :
http://www.amazon.com/Pelleas-Melisande-Metropolitan-Opera-Exclusive/dp/B0064TG4KG Question
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 21:27

Non, pas du tout la même année. Smile

On en a parlé dans ces pages déjà, il faudrait retrouver...
Revenir en haut Aller en bas
Elwis
Mélomane averti
Elwis


Nombre de messages : 142
Age : 44
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 24/12/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 21:40

https://classik.forumactif.com/t529p932-debussy-pelleas-et-melisande

Effectivement, et tu semblais mi-figue mi-raisin...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 22:23

DavidLeMarrec a écrit:
Siegmund a écrit:
Mais je le trouve déjà fort bon chez Rattle, la caractérisation n'a jamais été aussi fouillé et sombre.
Sombre ? Shocked J'aurais plutôt dit bonhomme, même si de moins en moins au fil du déclin de la voix.

Il y a quand même beaucoup plus noir (London, Tomlinson, McIntyre, Mars, Volle, Arapian, Rehfuss, Bacquier, Cachemaille, Le Roux, Naouri, et à peu près tous les autres aussi...). A part Dufranne, Etcheverry et Roux (c'est-à-dire les Golaud avec l'ancienne technique française), peu sont aussi aimables - même pour Tibbett, Finley ou Barrard, je ne dirais pas forcément que le résultat est plus "sympathique" que van Dam.

Je trouve cette lecture de Golaud un peu niaiseuse, au demeurant (mais il est vrai qu'on ne peut plus dire ça dans ses dernières années, où le combat avec la voix diminue cette caractéristique ourson-à-la-guimauve).

J'adore donc un Golaud niaiseux (et même superniaiseux, puisque mon préféré est chez Karajan). Confused

Enfin, Bacquier plus noir que van Dam, je suis perplexe... Et ce que je connais de Le Roux aussi, et même Naouri : déchirant oui, mais je ne dirais pas "noir", au contraire... Et à vrai dire Cachemaille lui-même me fait moins peur (trop teigneux pour être vraiment effrayant).
En revanche je suis d'accord pour les trois Anglais (ou Américains) que tu cites en premier (pour London on est même au-delà de la noirceur, dans une sorte de cauchemar verdâtre pale ).
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 23:10

Elwis a écrit:
https://classik.forumactif.com/t529p932-debussy-pelleas-et-melisande

Effectivement, et tu semblais mi-figue mi-raisin...

C'est quand même superbe, et Burden me dérange moins cette fois-ci.
Palmer, j'adore, je ne suis pas objectif.
Et Otter est très bien...
Bon et surtout l'orchestre est magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 23:11

Golisande a écrit:
Enfin, Bacquier plus noir que van Dam, je suis perplexe... Et ce que je connais de Le Roux aussi, et même Naouri : déchirant oui, mais je ne dirais pas "noir", au contraire... Et à vrai dire Cachemaille lui-même me fait moins peur (trop teigneux pour être vraiment effrayant).

Je suis d'accord que Bacquier n'est pas vraiment noir...
Après, est-ce qu'on parle de la voix ou de l'incarnation?
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 6458
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMar 5 Fév 2013 - 23:42

Perso je ne fais pas vraiment la distinction : c'est un mélange...
Il est certain que la voix de van Dam n'a pas grand-chose de noir (peut-être moins que celle de Bacquier, effectivement), mais celle de London non plus - et celles de Naouri et Le Roux encore moins... Pour McIntyre et Tomlinson les deux le sont (voix + incarnation), quant à Cachemaille le timbre et les intonations sont assez "méchantes" mais je trouve son incarnation finalement peu inquiétante (son Golaud est plutôt attachant, somme toute).
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 6 Fév 2013 - 2:38

Sur Levine 2005: c'est la première Mélisande scénique d'Otter, et, si sa diction est vraiment très bonne, elle fait parfois des erreurs et des cafouillages de texte quand même étonnants, par exemple au début du III (c'est quand même pas le truc le plus dur à se rappeller!) elle commence par "Mes longs cheveux vous attendent tout le long de la tour" au lieu de "mes longs cheveux descendent" et du coup elle chante deux fois la même chose... mais à d'autres moments ce sont simplement des cafouillages qui ne veulent rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
hugo75
Mélomane averti
hugo75


Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 6 Fév 2013 - 9:33

DavidLeMarrec a écrit:
Sombre ? Shocked J'aurais plutôt dit bonhomme, même si de moins en moins au fil du déclin de la voix.


Que tu es gentil, David : la voix de Van Dam est malheureusement en ruine alors qu'avec Abbado, c'était superbe.

Xavier a écrit:

Et Otter est très bien...

Youpi, Xavier a dit du bien de Von Otter...même si j'ai perfidement zappé le second message sur les erreurs textuelles...


Dernière édition par hugo75 le Mer 6 Fév 2013 - 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb


Nombre de messages : 8514
Age : 42
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 6 Fév 2013 - 9:49

Xavier a écrit:
Dutoit 2012, Verbier, version de concert

http://fr.medici.tv/#!/charles-dutoit-debussy-pelleas-et-melisande-verbier-festival-2012

Très beau concert, orchestre tout jeune mais vraiment bon, en dehors d'un gros problème chez les hautbois au premier interlude du III, ils partent 2 mesures en retard et saccagent tout pendant une bonne minute...
Sinon, belle distribution, sans surprises par rapport à ce qu'on connaît déjà, Degout toujours remarquable, la surprise viendrait presque de Van Dam, largement plus que correct pour son grand âge, alors que sa performance avec Rattle en 2006 s'approchait quand même du naufrage.
Ici, les graves sont un peu absents, marmonnés, mais à peu près toutes les notes sont assurées correctement, la voix est toujours sonore et l'incarnation réussie.
White est toujours incompréhensible mais Julie Mathevet fait un bel Yniold et pour le Médecin on a une jeune basse américaine, Justin Hopkins, on le dirait à peine majeur et la voix est impressionnante.

C'est volontaire de ne pas avoir parlé de Kozena ? Je me suis taté un moment pour savoir si je prendrais des places (pour Van Dam, notamment parce que je pense que ç'aura été son ultime Golaud) mais je ne suis définitivement pas fan de la "salle" de Verbier, même après déménagement. A mon avis, totalement inadapté à Pelléas, à son écriture orchestrale et à tout ou partie de la distribution retenue. D'où ma question concernant Kozena que je n'ai plus entendue depuis quelques années.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90487
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 EmptyMer 6 Fév 2013 - 12:24

Kozena on la connaît déjà bien dans le rôle, je n'ai pas grand chose à rajouter, j'aime bien dans l'ensemble, si ce n'est qu'en version de concert je trouve certains de ses tics agaçants. (certaines notes appuyées de façon maniérée mais aussi jeu des gros yeux ou des yeux à moitié fermés un peu ridicule)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





 - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (2)    - Debussy - Pelléas et Mélisande (2) - Page 18 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Debussy - Pelléas et Mélisande (2)
Revenir en haut 
Page 18 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Debussy - Pelléas et Mélisande
» Debussy - Pelléas et Mélisande (3)
» Debussy - Pelléas et Mélisande
» Opéra-Comique - Pelléas et Mélisande (Debussy) 2014
» Fauré: Pelléas et Mélisande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: