Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -45%
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go ...
Voir le deal
1099.99 €

 

 Gustav Mahler (1860-1911) (2)

Aller en bas 
+60
bAlexb
Anthony
Mélomaniac
LeRealisateur
Benedictus
Jof
frgirard
dreamer
Onyx
/
Blestheme
vinclec
Asinius Pollion
dorel
jerome
Zoroastre
Olivier
saint corentin
mr.hutz
Rav–phaël
Horatio
benvenuto
Kitt
Mariefran
*Nico
Resigned
Parsifal
oleo
Montalte Trout
bluegreen
Magicer
aurele
Francoistit
christophe21
Jules Biron
Polyeucte
Golisande
Utnapištim
maximeg
Octavian
antrav
Wolferl
OYO TOHO
Dave
Cololi
Gaïus
Siegmund
Xavier
Guillaume
Montfort
Анастасия231
Percy Bysshe
Kilban
arnaud bellemontagne
Jaky
DavidLeMarrec
Pelléas
TragicSymph
fgero
kegue
64 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 20  Suivant
AuteurMessage
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 19 Déc 2011 - 19:16

Rach-phaël06 a écrit:
ainsi que celles encore plus passionnantes, à mon gout bien sûr, de Mahler et Strauss.

Donc la correspondance de Mahler est encore plus passionnante que la correspondance de Mahler? Basketball

J'ai lu celle de Liszt, très intéressante aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Rav–phaël
Mélomane chevronné
Rav–phaël


Nombre de messages : 6516
Age : 30
Localisation : Nice/Paris
Date d'inscription : 17/07/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 19 Déc 2011 - 19:22

Percy Bysshe a écrit:
Rach-phaël06 a écrit:
ainsi que celles encore plus passionnantes, à mon gout bien sûr, de Mahler et Strauss.

Donc la correspondance de Mahler est encore plus passionnantes que la correspondance de Mahler? Basketball

J'ai lu celle de Liszt, très intéressante aussi.
hehe Celle où le destinataire est Strauss l'est plus que celle où il s'adresse à sa femme (encore une fois pour moi bien sûr). La différence pour moi c'est que j'ai appris bien plus de choses sur Mahler dans les premières alors que j'ai appris bien plus de choses sur son travail et sa vie/ses relations musicales dans l'autre.

Tout ça est passionnant, et tu me donnes bien envi en en parlant de me plonger dans celles de Liszt.
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 19 Déc 2011 - 20:05

Rach-phaël06 a écrit:
Percy Bysshe a écrit:
Rach-phaël06 a écrit:
ainsi que celles encore plus passionnantes, à mon gout bien sûr, de Mahler et Strauss.

Donc la correspondance de Mahler est encore plus passionnantes que la correspondance de Mahler? Basketball

J'ai lu celle de Liszt, très intéressante aussi.
hehe Celle où le destinataire est Strauss l'est plus que celle où il s'adresse à sa femme (encore une fois pour moi bien sûr). La différence pour moi c'est que j'ai appris bien plus de choses sur Mahler dans les premières alors que j'ai appris bien plus de choses sur son travail et sa vie/ses relations musicales dans l'autre.

Tout ça est passionnant, et tu me donnes bien envi en en parlant de me plonger dans celles de Liszt.

Je doute qu'il se livre à Strauss comme il se livre à Alma, non? Mais c'est certainement vrai que les deux doivent être parfaitement complémentaires, j'essaierai de mettre la main dessus. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Rav–phaël
Mélomane chevronné
Rav–phaël


Nombre de messages : 6516
Age : 30
Localisation : Nice/Paris
Date d'inscription : 17/07/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 19 Déc 2011 - 21:42

Percy Bysshe a écrit:
Rach-phaël06 a écrit:
Percy Bysshe a écrit:
Rach-phaël06 a écrit:
ainsi que celles encore plus passionnantes, à mon gout bien sûr, de Mahler et Strauss.

Donc la correspondance de Mahler est encore plus passionnantes que la correspondance de Mahler? Basketball

J'ai lu celle de Liszt, très intéressante aussi.
hehe Celle où le destinataire est Strauss l'est plus que celle où il s'adresse à sa femme (encore une fois pour moi bien sûr). La différence pour moi c'est que j'ai appris bien plus de choses sur Mahler dans les premières alors que j'ai appris bien plus de choses sur son travail et sa vie/ses relations musicales dans l'autre.

Tout ça est passionnant, et tu me donnes bien envi en en parlant de me plonger dans celles de Liszt.

Je doute qu'il se livre à Strauss comme il se livre à Alma, non? Mais c'est certainement vrai que les deux doivent être parfaitement complémentaires, j'essaierai de mettre la main dessus. Smile
Ce n'est pas la même rapport. Avec Strauss les conversation sont d'ordre professionnel. Sur la composition, les oeuvres en travaux de chacun, sur leur métier de chef d'orchestre et les problèmes que rencontrait Mahler avec ses oeuvres ... quelque chose qui m'a personnellement passionné.
Revenir en haut Aller en bas
Kilban
Mélomane averti
Kilban


Nombre de messages : 485
Age : 35
Date d'inscription : 30/05/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 20 Déc 2011 - 0:48

Golisande a écrit:
@Siegmund
Ton interprétation correspond bien à ce que je ressens ; pour moi le problème réside justement dans le fait que les quatre mouvements précédents sont très peu "humains" (même le quatrième, que je perçois plus comme une stylisation, un rêve de sérénade), et la chute brutale dans le monde des hommes - la civilisation ? - est extrêmement radicale dans son prosaïsme, sa violence, l'évacuation brutale de tout onirisme, et une sorte d'objectivité "primaire" (dans les couleurs aussi) assez différente du Mahler habituel.

Alors bien sûr tout ça se tient, mais il n'empêche que je le ressens presque comme une trahison par rapport à ce qui précède, qui est peut-être ce que Mahler a écrit de plus féerique, de plus cosmique (la Nuit...). Peut-être éprouvait-il le besoin d'un "rééquilibrage" ?...

Je pense surtout qu'il s'agit du retour à la vie, qui apparaît si absurde et futile par rapport à la nuit... Et puis à mesure que le mouvement progresse, on accède à un certain état d'euphorie, il y a de la danse, on se croirait presque dans la 7ème de Beethoven. Mais au moment d'un triomphe, inhibition puis pan! Le jour éclate. Comme un ballon de baudruche.
Revenir en haut Aller en bas
http://alarecherchedubeau.over-blog.com/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 20 Déc 2011 - 1:57

Oui, ton interprétation se tient parfaitement, mais quel que soit sa signification ce mouvement demeure pour moi une énigme... musicale...
En fait je ne saisis pas ce que ce prosaïsme et cette espèce d'ironie un peu bouffonne viennent faire dans cette œuvre-là. Ce n'est pas une question de sens ou de programme sous-jacent, mais bien de style, d'esprit : autant les autres mouvement tiennent ensemble, aussi différents soient-ils les uns des autres, autant celui-là... J'aimerais bien l'aimer, mais je n'y arrive pas. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Kilban
Mélomane averti
Kilban


Nombre de messages : 485
Age : 35
Date d'inscription : 30/05/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyJeu 29 Déc 2011 - 12:17

La Neuvième Shocked
Deuxième symphonie de Mahler que j'ai découverte à l'époque. J'avais été relativement déçu par rapport à la 5ème. Et je n'ai jamais vraiment eu de "période 9ème", vous savez ces périodes où vous êtes obsédé par une œuvre et en faites l'alpha et l'oméga de votre vie musicale. J'y reviens cependant régulièrement, sous forme d'écoute "one shot", et je dois dire que l'écoute hier, des seuls deux premiers mouvements, m'a émerveillé. Le premier mouvement on croit le connaître assez rapidement, alors qu'au final il faut avoir une hauteur de vue énorme pour absorber toute sa force, et comprendre là où il nous emmène réellement. On n'est plus dans le lyrique, ni dans l'épuisement en nous des forces de la nature comme peuvent l'être la Troisième ou la Quatrième... On est réellement dans un autre monde, ni tout à fait un enfer, ni tout à fait un paradis. C'est très déroutant, et impossible à expliquer, mais ça doit être un des mouvements de l'histoire de la musique qui m'impressionne le plus. Une seule certitude: il faut l'écouter, et le réécouter encore. Mais après ça, hier, c'est dingue la nécessité que j'ai eu, absolue, d'enchaîner avec le second mouvement. Et de découvrir, enfin, la grande complémentarité des deux mouvements, qui jusque-là m'apparaissaient quand même collés un peu à l'emporte-pièce, une de ces fameuses ruptures malhérienne difficiles à légitimer, à l'image du dernier mouvement de la 7ème (qui est en fait incroyable). Après la longue introspection, certes cosmique dans ses écarts et son ambiance, mais avant tout intérieure et temporelle du I, le II vient extérioriser toute la vitalité renfermée, déroule ses variations en une fête orchestrale jouissive, explorant cette fois-ci l'espace bien plus que le temps. Un vrai miracle que l'enchaînement de ces deux mouvements. J'écoute la suite cet après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
http://alarecherchedubeau.over-blog.com/
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyJeu 29 Déc 2011 - 12:19

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
Francoistit
Mélomaniaque
Francoistit


Nombre de messages : 917
Age : 31
Date d'inscription : 28/01/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 4 Aoû 2012 - 19:21

Je suis en train de lire le livre de Natalie Bauer-Lechner. C'est passionnant pour connaitre la deuxième et troisième symphonie (je n'en suis qu'à la moitié).

Par ailleurs, je viens d'écouter l'adagio de la 10 symphonie et ca me donne l'impression que Mahler, que les gens qualifient parfois de triste (sa musique entre autre) avait une soif de vie sans faille... Ca me rend triste qu'il n'ait pas pu achever cette symphonie qui aurait sûrement été une des meilleurs... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 4 Sep 2012 - 17:05

Cololi a écrit:
Tu trouves la 6° la plus accessible ?

C'est la moins accessible après la 7° je trouve.

C'est quand même une oeuvre dont la forme se repère assez facilement, pourvu qu'on connaisse un peu les tics de construction chez Mahler. Cela dit, les motifs principaux sont assez faciles à repérer et les association assez claires. La 3 en revanche peut poser quelques problèmes (c'est une noix dure à craquer, comme disait l'autre). Personnelement, je trouve la 7 plus compliquée à apréhender (surtout le rondo final)
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 25339
Date d'inscription : 22/01/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 24 Sep 2012 - 11:58

Kegue, (et les autres fadas de Mahler) une petite question. Wink

As-tu décélé des recurrences thématiques au sein du Chant de la Terre , ou bien les lieder sont strictement indépendants les uns des autres ?
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 24 Sep 2012 - 12:44

Alors, il y a effectivement un groupe motivique qui régit les thèmes de chaque mouvement du chant de la terre. On l'entend dés le début sur l'appel des cors (motif pentatonique rappelant la musique chinoise). Maintenant, il ne s'entend pas toujours complètement dans les autres mouvements car il est sujet à des variations (comme souvent chez Mahler), et il ne se trouve pas forcément au début de chaque thème.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 25339
Date d'inscription : 22/01/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 24 Sep 2012 - 13:59

Merci Kegue! Smile
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 24 Sep 2012 - 14:33

Je t'en prie mains

J'ai repris mes quelques notes pour affiner
Le groupe motivique est un motif de 3 notes (la sol mi dans le premier lied)

Je t'ai préparé un petit minutage (version Karajan, Ludwig, Kollo, Berliner), juste pour voir si on parle de la même chose.

Mouvement 1 : premiers violons à 00.06
Mouvement 2 : hautbois à 00.07
Mouvement 3 : flûte et hautbois à 00.03 (motif inversé, ascendant)
Mouvement 4 : Flûte, hautbois, clarinette à 00.23
Mouvement 5 : cor à 00.00
Mouvement 6 : flûte à 11.39 (motif inversé)

D'un autre côté, on peut trouver des affinités de caractères (voire thèmatiques) dans les mouvements 3 4 et 5. Ce qui peut sembler logique car si on considère le cycle comme une symphonie (et c'est mon cas), ces 3 lieder intermédiaires peuvent alors faire office de scherzo. On retrouve alors une coupe "classique"

Das trinklied : mouvement rapide de forme sonate
Der einsame : mouvement lent
Von der jugend / Von der Schönheit / Der trunkerne : 3 scherzi
Dar abschied : final
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 25339
Date d'inscription : 22/01/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyLun 24 Sep 2012 - 19:30

Idéal Cool

Je vais regarder tout ça!
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 25339
Date d'inscription : 22/01/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 25 Sep 2012 - 18:46

Je viens d'ecouter Smile

Bon, le motif est vraiment fugace, presque imperceptible sans information préalable, je ne sais pas si ça fait vraiment "sens"(mais c'est peut être ma perception qui manque d'acuité).Ca n'est pas une "carte de visite" wagnerienne c'est très clair! hehe

Par contre la tri-partition 3,4,5 est totalement opérante, la parenté d'allure et de carrure entre les 3 pièces est évidente.Pas de doute, nous sommes en présence d'une entité insécable.Un scherzo construit comme une fusée à 3 étages, encadré par un mouvement lent et un final aux allures d'immense adagio nostalgique.

Bien joué Sherlock! salut
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 25 Sep 2012 - 19:53

C'est vrai que ce petit motif de trois notes issu de la gamme pentatonique ("chinoise") ne contribue pas peu à unifier l'œuvre, même si à vrai dire je n'avais jamais prêté beaucoup d'attention à sa récurrence... Embarassed (Et pourtant, ses occurrences dans l'Abschied sous forme rétrograde (ré-fa-sol, puis mi-sol-la) appartiennent à des pages que je considère comme un des deux ou trois sommets absolus de toute la musique.)
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 25 Sep 2012 - 20:01

arnaud bellemontagne a écrit:
Je viens d'ecouter Smile

Bon, le motif est vraiment fugace, presque imperceptible sans information préalable, je ne sais pas si ça fait vraiment "sens"(mais c'est peut être ma perception qui manque d'acuité).Ca n'est pas une "carte de visite" wagnerienne c'est très clair! hehe

Par contre la tri-partition 3,4,5 est totalement opérante, la parenté d'allure et de carrure entre les 3 pièces est évidente.Pas de doute, nous sommes en présence d'une entité insécable.Un scherzo construit comme une fusée à 3 étages, encadré par un mouvement lent et un final aux allures d'immense adagio nostalgique.

Bien joué Sherlock! salut

Laughing

Ce n'est pas mon idée seulement. Mahler lui-même disait avoir composé une symphonie de lieder. C'était aussi sa manière d'occulter sa hantise du chiffre 9 (ayant été fatal chez de nombreux symphonistes...).

Pour en revenir au motif de trois notes, je pense que tu peux les entendre plus facilement sur certains mouvements. Si tu écoutes uniquement des trois premières notes notes des extraits 1 (violons) et 2 (hautbois), tu devrais entendre le lien. Dans le 3, c'est un peu plus tordu car inséré dans le flot des croches de la flûte. Mais comme je l'ai écrit plus haut, Mahler soumet ce motif à la "variante", ce qui induit des différences de rythme, de mouvement mélodique (miroirs, renversements, etc...) et de tonalité. Mais à chaque fois, tu as un motif basé sur l'enchainement d'une seconde et d'une tierce. C'est vrai que cela est plus rapidement visible sur la partition.
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 25 Sep 2012 - 20:10

Golisande a écrit:
C'est vrai que ce petit motif de trois notes issu de la gamme pentatonique ("chinoise") ne contribue pas peu à unifier l'œuvre, même si à vrai dire je n'avais jamais prêté beaucoup d'attention à sa récurrence... Embarassed (Et pourtant, ses occurrences dans l'Abschied sous forme rétrograde (ré-fa-sol, puis mi-sol-la) appartiennent à des pages que je considère comme un des deux ou trois sommets absolus de toute la musique.)

Et il n'était pas à son premier essai , la Première symphonie expérimente déjà ce genre de choses

C'est effectivement un des aspects principaux des développements chez Mahler, on voit aussi par là une de ces influences sur l'école de Vienne. Dans le même genre d'influence, il y a aussi cet eclatement de l'orchestre (surtout dans l'Abschied) qui donne à la musique un côté transparent.
A la coda, on en a un exemple térrifiant : toutes ces voix qui se mêlent au dessus de la dernière strophe du lied et qui se résolvent sur l'évocation de éternité (ewig), c'est un passage gigantesque.

Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 25339
Date d'inscription : 22/01/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 25 Sep 2012 - 20:39

Ce gus c'est un foutu sujet d'étude à vie. hehe
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 29 Sep 2012 - 13:51

Je me suis commandé Marcel Proust et Gustav Mahler : deux créateurs parallèles, d'Eve-Norah Pauset.
Quelqu'un connait ?

Le bouquin semble traiter de l'évocation du "moi" dans la littérature et la musique du début du 20ème siècle. Autant dire que c'est un sujet qui m'intéresse grandement.

Il va peut être falloir que je me remette à Proust.


Dernière édition par kegue le Sam 29 Sep 2012 - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 25339
Date d'inscription : 22/01/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 29 Sep 2012 - 13:52

Oui il est plus que temps! thumleft
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMar 16 Oct 2012 - 16:36

vinclec a écrit:
kegue a écrit:
Salut Vinclec. mains Un mahlérien de plus cheers

Et oui ! Mahlérien "de naissance", j'ai commencé à écouter Mahler à l'âge de 8 ans, ça a du me traumatiser. J'aime bien ton image avec un chat endort sur Mahler, le mien a tendance à fuir à courant

mains

Au fait, depuis quelques temps, je cherche un éventuel enregistrement sur les deux mouvements symphoniques inconnus et non joués (?) de mahler, tu en aurais peut-être ?

Voir le passionnant article de Susan M. Filler, "Gustav Mahler's Unknown Scherzo in C Minor and Presto in F Major", paru en 2003 dans la revue "Naturlaut" (une revue universitaire 100 % consacrée à Mahler); voir leur site http://www.mahlerarchives.net/Mahlerites/naturlaut.html...

mais on dévie un peu du sujet "présentation des nouveaux membres" Mad

Vinc

Il s'agit de mon chat qui s'appelle Gustav hehe

Pour ces deux mouvements inconnus....ils le sont aussi de moi scratch J'avoue que cela ne me dit absolument rien. Pour le Scherzo en Ut mineur, peut être est-ce celui écrit pour quatuor avec piano pendant les années de conservatoire (bien que je sois pas complètement sûr de la tonalité). Quant au persto en fa majeur... Question
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMer 9 Jan 2013 - 21:06

Je découvre (enfin !) les orchestrations Stein / Schoenberg des S4, Lied von Erde / Lieder Eines Fahrenden Gesellen. Et je suis bien forcé d'avouer que David nous avait bien là trouvé des choses fantastiques.
A écouter d'urgence si ce n'est déjà fais, c'est bluffant ; et bizarrement particulièrement redoutable concernant les adagios, là où j'en attendais le moins, c'est d'une clarté et d'une franchise absolument remarquable.

J'écoute le Linos Ensemble & Herreweghe (Lied von Erde).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 33040
Age : 43
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyMer 9 Jan 2013 - 21:10

Dans le même genre tu as la 7° de Bruckner. Schoenberg organisé des concerts pour un cercle privé, et donc ils étaient obligé de réduire les oeuvres orchestrales.

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Asinius Pollion
Mélomaniaque
Asinius Pollion


Nombre de messages : 953
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyJeu 10 Jan 2013 - 21:08

J'ai joué cet été les Lieder Eines Fahrenden Gesellen dans sa transcription pour orchestre de chambre par Schoenberg.
C'est fou à quel point il dégraisse la partition tout en conservant l'essence de la musique du jeune Mahler de ce cycle de lieder. Il conserve le foisonnement symphonique mais avec le huitième de l'effectif. Shocked
L'oeuvre en gagne en clarté en fluidité en transparence, même si à l'origine l'orchestration de Mahler était elle aussi très épurée et limpide
Revenir en haut Aller en bas
Rav–phaël
Mélomane chevronné
Rav–phaël


Nombre de messages : 6516
Age : 30
Localisation : Nice/Paris
Date d'inscription : 17/07/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 13 Jan 2013 - 21:35

Oui c'est remarquable, sans aller jusqu'à dire que je préfère catégoriquement la transcription de Schoenberg à l'original de Mahler, je trouve que le Chant de la Terre en ressort merveilleusement, surtout du côté de tout le travail harmonique et toute les couleurs qui en ressortent. C'est peu être dans mon caractère, d'ailleurs j'ai aussi écouté carrément la réduction pour piano seul et là encore, peu être même plus, j'avoue que j'adore ça. J'ai redécouvert le second chant notamment comme je ne l'imaginais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Asinius Pollion
Mélomaniaque
Asinius Pollion


Nombre de messages : 953
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 19 Jan 2013 - 21:08

Disons que le grand avantage d'une transcription est de nous faire découvrir des choses que l'on n'attendait plus, entendait plus ou même que l'on avait jamais entendu... Car la transcription (et c'est bien le but) est propre à l'approche de l'oeuvre par celui qui l'opère. Chacun interprète selon ses affinités.
Retourner ensuite aux originaux est juste immense : on a le plaisir d'entendre ce que l'on aimais dans l'oeuvre tel que l'on a l'habitude de l'écouter mais en plus on a dans la tête les choses que la transcription nous avais fait découvrir et nous permet de mieux comprendre la partition telle que nous l'a laissé le compositeur... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
vinclec
Mélomaniaque
vinclec


Nombre de messages : 628
Age : 41
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 27 Jan 2013 - 15:33

Rav-phaël a écrit:
.....la transcription de Schoenberg [du] Chant de la Terre en ressort merveilleusement, surtout du côté de tout le travail harmonique et toute les couleurs qui en ressortent

Salut les mahlériens,

A propos des transcriptions par Schoenberg, un "mythe" s'est glissé dans la discographie et dans certains bouquins. Si Schoenberg a bel et bien réalisé la transcription intégrale d'autres œuvres de Mahler, il n'a qu'esquissé la transcription du Chant de la Terre. La transcription n'a été effectuée (ou "complétée") d'après les indications de Schoenberg que bien plus tard, par un musicologue du nom de Rainer Riehn, en 1983. Elle est d'ailleurs souvent appelée transcription "Schoenberg-Riehn" mais les éditeurs semblent préférer l’appellation "transcription Schoenberg", plus vendeuse. Je me suis fais avoir et j'ai été très déçu : la transcription du Chant de la Terre pour ensemble instrumentale (pas si) réduit n'apporte pas grand chose, au contraire elle appauvrit l’œuvre et anéantit certains effets de timbres. Son seul intérêt est historique, ou plutôt, eût été historique si elle avait été achevée par Schoenberg lui-même : celui de contribuer à faire connaître cette œuvre en la faisant exécuter par de petits ensembles. Ce qui n'a jamais été le cas pour cause de faillite financière de la "société" qui s'était confié un tel projet !

Je pense donc qu'il ne faut pas voir dans les transcriptions de Schoenberg une pure volonté de transcrire et d'en tirer des "effets" intéressants : cela procédait avant tout un projet collectif et conjectural, projet de faire connaître et exécuter des œuvres peu jouées (notamment celles de Mahler) dans les années 1910... Une époque ou la transcription avait un rôle bien moins "créatif" que de nos jours...


Quelques détails si ça vous intéresse (source : Renaud Machart, dans une jaquette de CD) :

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Img_0010
Revenir en haut Aller en bas
vinclec
Mélomaniaque
vinclec


Nombre de messages : 628
Age : 41
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 27 Jan 2013 - 15:36

Asinius Pollion a écrit:
Disons que le grand avantage d'une transcription est de nous faire découvrir des choses que l'on n'attendait plus, entendait plus ou même que l'on avait jamais entendu...
Retourner ensuite aux originaux est juste immense

Tout à fait d'accord de manière générale, mais pas dans le cas qui nous préoccupe (Mahler par Schoenberg) : à l'époque c'était bien pour faire connaître des oeuvres JAMAIS jouées à un plus grand public, sans avoir à recruter tout un orchestre... La transcription était donc purement un outil de com ! Bad) Voir mon message précédent
Revenir en haut Aller en bas
Asinius Pollion
Mélomaniaque
Asinius Pollion


Nombre de messages : 953
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 27 Jan 2013 - 15:55

vinclec a écrit:
à l'époque c'était bien pour faire connaître des oeuvres JAMAIS jouées à un plus grand public, sans avoir à recruter tout un orchestre
Tout à fait d'accord. C'est pareil avec les symphonies de Brahms ou les opéras : c'était un moyen génial pour les faire écouter en province. A l'époque, on allait en librairie musicale et achetait les transcriptions pour piano à quatre mains comme maintenant on achète un disque, il faut s'imaginer une famille de musicien autour du piano avec madame jouant en quatre main avec monsieur le professeur du village... pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Asinius Pollion
Mélomaniaque
Asinius Pollion


Nombre de messages : 953
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 27 Jan 2013 - 15:57

C'est d'ailleurs pour ça que des compositeurs comme Liszt ou d'autres complètement inconnus ce sont lancés dans de tels nombres de transcriptions : c'était une bonne source de revenus bedo
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 17:55

Golisande, à propos de la Cinquième Symphonie, a écrit:

Si je poste ici, ce n'est pas pour parler interprétation mais pour souligner le fait que j'ai eu un grand bonheur à entendre cette œuvre : non seulement parce que cet univers musical est d'une hauteur et d'une richesse d'inspiration qui me terrassent à chaque fois que je le redécouvre après quelques mois, mais parce que jusqu'à récemment cette symphonie était celle que j'aimais le moins avec la Première - peut-être en raison de son optimisme, de son côté nettement italianisant, plus bigarré et moins unitaire que la Quatrième ou la Sixième et moins profondément original et fascinant que la Septième, de l'absence d'un immense mouvement, du Scherzo et du Rondo final trop joyeux à mon goût, de l'Adagietto trop célèbre... Neutral Toujours est-il que je suis en train de revenir sur cette opinion : cette œuvre est une merveille totale (un condensé de Mahler d'un certain point de vue : on y trouve des ressemblance avec quasiment toutes ses autres œuvres jusqu'aux Neuvième et Dixième), avec mention spéciale pour le Scherzo qui contient des moment d'une poésie ineffable, unique dans son œuvre... Et ce côté un peu "italien" et solaire, cette expressivité plus franche et directe, il se trouve qu'à présent je l'aime énormément (rendez-vous dans un an pour voir si je me serai mis à écouter du Verdi affraid Laughing )...

Horatio a écrit:
Je ne vois pas très bien ce que tu trouves d'italien dans cette symphonie scratch ...

Citation :
(...) avec mention spéciale pour le Scherzo qui contient des moment d'une poésie ineffable, unique dans son œuvre (...)

Tout-à-fait d'accord mains . Dans une bonne interprétation, ce mouvement est constamment sur le fil qui sépare l'abîme de la joie la plus lumineuse.

Golisande a écrit:
Horatio a écrit:
Je ne vois pas très bien ce que tu trouves d'italien dans cette symphonie scratch ...
Bah, ne serait-ce que le grand thème lyrique du 2e mouvement (esquissé dans le premier) qui me fait penser à la Forza del destino, et beaucoup de choses dans les trois derniers mvts : le thème central de l'Adagietto repris dans le Rondo, par exemple, l'adagietto tout entier mais c'est sûrement à cause de Visconti, plusieurs moments du Scherzo et particulièrement les passages lents dont l'harmonie a pour moi quelque chose d'italien (mais là je ne saurais pas dire pourquoi : peut-être un genre de mélancolie très simple, qu'on ne trouve chez Mahler que dans cette œuvre) qui me touche par ailleurs énormément Sad ... Et, plus basiquement, le côté très animé et lumineux de cette symphonie...
Revenir en haut Aller en bas
vinclec
Mélomaniaque
vinclec


Nombre de messages : 628
Age : 41
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 20:11

Golisande a écrit:
je suis en train de revenir sur cette opinion : cette œuvre [la cinquième de Mahler] est une merveille totale

mains mains mains mains mains mains

Deux manières de transcender encore cette œuvre phare :

- l'écouter en concert, en live : face à l'orchestre , tout ce que l'on a cru entendre et assimiler grâce au CD disparaît, la symphonie se transcende, devient organique, ses "effets instrumentaux" et ses bizarreries éclatent au grand jour, c'est un kaléidoscope sensoriel en quatre dimensions... On ne s'en remet pas facilement... Et l'on comprend à quel point elle a pu dérouter jusqu'à Bruno Walter, fidèle disciple de Mahler, qui a écrit dans ses mémoires que la cinquième était la seule qu'il n'avait pas apprécié dès la première écoute.

- écoutez-là en éliminant l’adagietto, comme une symphonie en quatre mouvements, ce qui était l'intention initiale de Mahler : la symphonie a d'ailleurs été créée au piano par Mahler dans cette première mouture. Cela donne une symphonie extrêmement équilibrée (quatre mouvements), cuivrée de bout en bout, animée par une logique intérieure éclatante (I : ombre, II : combat tourmenté, III : éclaircies, IV : pure lumière), logique à mon goût quelque peu "rompue" par l'interruption d'un mouvement lent écrit entièrement pour cordes sur commande d'Alma.... Alma a en effet suggéré à Mahler d'insérer ce "charmant petit mouvement lent" dans cette symphonie qui en était initialement dépourvue... J'ai fait cette expérience de l'écouter sans l’adagietto et j'en suis sorti abasourdi : essayez !
Revenir en haut Aller en bas
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran


Nombre de messages : 14259
Age : 62
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 20:13

Mais qu'est-ce que vous avez tous contre l'adagietto ? Sad
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 20:38

Mariefran a écrit:
Mais qu'est-ce que vous avez tous contre l'adagietto ? Sad

En fait, c'est le seul mouvement convainquant d'une symphonie assez ratée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
vinclec
Mélomaniaque
vinclec


Nombre de messages : 628
Age : 41
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 20:44

Mariefran a écrit:
Mais qu'est-ce que vous avez tous contre l'adagietto ? Sad

C'est le plus parfait adagietto de toute l'Histoire !!! C'est un miracle... Je n'ai rien contre lui, je suggérais juste qu'écouter la 5ème en "V.O." (c'est à dire sans l'adagietto) était une expérience intéressante, pour prendre conscience de l'impulsion originale de Mahler : "Chaque note est remplie de la plus grande vitalité et tourne dans un tourbillon de danse", "[c'est] Rien que l'expression d'une force inouïe", a-t-il dit à sa confindente Natalie Bauer-Lechner au moment où il la concevait... A mon sens l'Adadietto est plus intéressant comme mouvement isolé, à la façon de l'Adadio symphonique de Barber
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 20:46

vinclec a écrit:
C'est le plus parfait adagietto de toute l'Histoire !!!
Il y a celui de l'Arlésienne tout de même !
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 20:51

vinclec a écrit:
Deux manières de transcender encore cette œuvre phare :


- l'écouter en concert, en live : face à l'orchestre , tout ce que l'on a cru entendre et assimiler grâce au CD disparaît, la symphonie se transcende, devient organique, ses "effets instrumentaux" et ses bizarreries éclatent au grand jour, c'est un kaléidoscope sensoriel en quatre dimensions... On ne s'en remet pas facilement... Et l'on comprend à quel point elle a pu dérouter jusqu'à Bruno Walter, fidèle disciple de Mahler, qui a écrit dans ses mémoires que la cinquième était la seule qu'il n'avait pas apprécié dès la première écoute.
Justement : j'ai d'abord écrit sur le fil "Mahler- 5e Symphonie" (avant de me rendre compte que c'était un fil discographique), et mon post commençait par :
Citation :
Hier j'ai entendu cette symphonie par l'orchestre Radio France dirigé par un certain Markus Stenz (qui remplaçait à Pleyel Myung-whun Chung - que j'étais curieux d'entendre dans ce répertoire), et figurez-vous que c'était vraiment très bien... Surprised
Je ne connaissais absolument pas ce chef, mais je confirme. Very Happy

Citation :
- écoutez-là en éliminant l’adagietto, comme une symphonie en quatre mouvements, ce qui était l'intention initiale de Mahler : la symphonie a d'ailleurs été créée au piano par Mahler dans cette première mouture. Cela donne une symphonie extrêmement équilibrée (quatre mouvements), cuivrée de bout en bout, animée par une logique intérieure éclatante (I : ombre, II : combat tourmenté, III : éclaircies, IV : pure lumière), logique à mon goût quelque peu "rompue" par l'interruption d'un mouvement lent écrit entièrement pour cordes sur commande d'Alma.... Alma a en effet suggéré à Mahler d'insérer ce "charmant petit mouvement lent" dans cette symphonie qui en était initialement dépourvue... J'ai fait cette expérience de l'écouter sans l’adagietto et j'en suis sorti abasourdi : essayez !
J'essaierai, mais j'ai un peu peur car 1) j'ai généralement du mal avec les œuvres sans mouvement lent, 2) le Scherzo et le Rondo sont dans la même tonalité et baignent globalement dans une atmosphère de joie et de danse assez analogue (pour en prendre le négatif quasi parfait, j'ai beaucoup du mal avec les interprétation de la Sixième où le Scherzo est placé en 3e position).
Revenir en haut Aller en bas
Horatio
Mélomane chevronné
Horatio


Nombre de messages : 4135
Age : 29
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 20:58

vinclec a écrit:
- écoutez-là en éliminant l’adagietto, comme une symphonie en quatre mouvements, ce qui était l'intention initiale de Mahler : la symphonie a d'ailleurs été créée au piano par Mahler dans cette première mouture. Cela donne une symphonie extrêmement équilibrée (quatre mouvements), cuivrée de bout en bout, animée par une logique intérieure éclatante (I : ombre, II : combat tourmenté, III : éclaircies, IV : pure lumière), logique à mon goût quelque peu "rompue" par l'interruption d'un mouvement lent écrit entièrement pour cordes sur commande d'Alma.... Alma a en effet suggéré à Mahler d'insérer ce "charmant petit mouvement lent" dans cette symphonie qui en était initialement dépourvue... J'ai fait cette expérience de l'écouter sans l’adagietto et j'en suis sorti abasourdi : essayez !


Quelle était exactement cette intention initiale ? Quand l'Adagietto a-t-il été écrit ? Après les quatre autres mouvements ? De quand date la demande d'Alma, par rapport à l'écriture de la symphonie ? Mahler - un mari plutôt tyrannique si l'on en croit ta signature Mr. Green - aurait-il vraiment inséré ce mouvement dans l'ensemble sur une simple idée de sa femme ? Ou en était leur relation à cette époque ? De quelle manière le compositeur s'est-il exprimé sur cette Cinquième par après ? Sur l'Adagietto, plus précisément ? Aimait-il cette œuvre ? Aurait-il pu se satisfaire d'une symphonie patchwork, sans tenter de donner une place à cet Adagietto ?
Bref, beaucoup de questions auxquelles il faudrait répondre avant d'éditer la prochaine version critique de cette symphonie Mr.Red ...

Quant à moi, même si je ne suis pas très friand des mouvements lents de Mahler, ce je ne trouve pas que cet Adagietto déstabilise sensiblement l'architecture ou la logique d'une œuvre déjà boursouflée et déséquilibrée en elle-même. La Cinquième regarde dans tant de directions différentes, mélange tant de sentiments et d'atmosphères qu'un tel intermède ne risque pas de nuire à une œuvre d'une si cosmique envergure.
Je pense même que couper cet Adagietto déséquilibrerait la symphonie, en renforçant la première partie et en ne faisant suivre à la clé de voûte de l'œuvre - le Scherzo - qu'un Final franchement plus faiblard et surtout moins concentré que les trois premiers mouvements ; le Scherzo transcende dans un travail d'orfèvre les remous guerriers des deux premiers mouvements, se penchant plusieurs fois sur l'abîme, se concluant dans un clair-obscur irrésolu - et l'on le ferait suivre par les grandes déclarations d'optimismes du Final ? Non - car, dans ton plan de l'œuvre, il faut rajouter une pénultième étape, l'apaisement et le retour sur soi.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 22:02

Oui, effectivement, en plus le rondo est beaucoup moins bien que le scherzo monkey (mais je l'aime quand même, va).

Pour ce qui est des mouvements lents de Mahler, entre celui de la 4e et celui de la 6e il y a tout de même de quoi faire, sans parler du final de la 9e et encore moins (mais est-ce vraiment un mouvement lent ?) de l'Abschied.
(Et il y a aussi la seconde Nachtmusik qui est une sublime petite merveille. I love you I love you Like a Star @ heaven )

L'Adagietto n'est pas mon préféré en effet : j'ai toujours trouvé qu'il manquait quelque chose, comme s'il y avait dans ce mouvement un potentiel insuffisamment et imparfaitement exploité par Mahler... ou plus exactement, en y repensant, exploité dans le mouvement suivant (avec la double réapparition amplement développée de la magnifique idée centrale) dont l'Adagietto ne serait en fait qu'une vaste introduction - ce qui en ferait une sorte de final bipartite bien plus intéressant que ses deux parties prises séparément ! bounce

D'où ma perplexité, vinclec, à l'idée amputer ce double mouvement - d'autant que sans sa première occurrence le thème auquel j'ai fait allusion n'aurait plus du tout le même impact.
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 22:12

D'autant plus que l'adagietto partage, avec le rondo final, la dernière partie de l'oeuvre. Je n'ai jamais rien lu de tel concernant cette "commande "d'Alma. Ce mouvement est vraiment indispensable dans le déroulement de l'oeuvre pour toutes les raisons que Golisande a exploité précédemment (lien avec le final, de la même manière que les deux premiers mouvements ; et besoin d'apaisement entre le scherzo infernal et la percée finale)
@ Siegmund : 'faudra m'expliquer ce que tu trouves raté dans la cinquième siffle
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 22:59

kegue a écrit:
le scherzo infernal
scratch Pas totalement joyeux, oui, mais infernal... C'est certainement le plus lumineux des scherzi de Mahler.
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptySam 2 Fév 2013 - 23:11

Oui, infernal n'est pas le terme le plus juste; bien que certains passages soient quand même assez destroy Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Asinius Pollion
Mélomaniaque
Asinius Pollion


Nombre de messages : 953
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 3 Fév 2013 - 9:33

Etrange, la cinquième est la symphonie qui m'a posé et qui me pose le plus de problèmes.
Je dois dire que j'admire sa forme, sa conception, son inspiration ses contrastes...
Mais quand on passe à l'écoute, je dois dire qu'après un premier mouvement que j'adore, le 2ème me laisse de marbre. Pareil pour le scherzo génial mais que je ne comprend pas.
Ensuite ça vas mieux mais tout de même : Qu'est ce que je n'ai pas compris ?? What the fuck ?!?

Pour revenir au vieux débat de l'ordre des mouvements de la sixième symphonie de notre cher Gustav, je dois dire que le deux propositions sont toutes les deux fondées, que la succession Allegro - Scherzo est pour moi plus gênante que Scherzo - Finale (ce n'est que mon humble avis Twisted Evil ). Je dirai que la première proposition (Allergo-Scherzo) laisse place à un sentiment de redondance dans cet enchaînement alors qu'il y a une accalmie à la fin du Scherzo qui fait qu'on a pas cette sensation gênante que peut donner l’enchaînement de deux mouvements rapides tel Scherzo-Finale.
Ensuite tout dépend de son goût personnel : je ne vais jamais écarteler quelqu'un qui préfère Allegro - Scherzo - Andante - Finale Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4916
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 3 Fév 2013 - 9:58

Le scherzo de la cinquième pose un double problème quant à sa forme. On peut dire déjà qu'il possède deux trios et qu'il laisse aussi une grande place au développement (un peu à l'image de celui de la 2è), ce qui donne le plus long scherzo mahlérien existant.

J'ai aussi essayé la 6è avec le scherzo en 3ème place (Mahler a lui-même hésité jusqu'au dernier moment) et je n'y arrive pas (merci de ne pas m'écarteler Very Happy ). Je trouve un meilleur équilibre avec un scherzo en deuxième position comme un prolongement du premier mouvement, avec ce fameux motto (accord Majeur / mineur) qui commence réellement à agir sur les thèmes (alors qu'ilétait simplement exposé au premier mouvement), et ce petit motif de levée ( qui prendra tout son sens au final. D'un autre côté, je trouve le mouvement lent nécéssaire afin de mieux se préparer au déchaînement du final.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 3 Fév 2013 - 11:26

Asinius Pollion a écrit:

Pour revenir au vieux débat de l'ordre des mouvements de la sixième symphonie de notre cher Gustav, je dois dire que le deux propositions sont toutes les deux fondées, que la succession Allegro - Scherzo est pour moi plus gênante que Scherzo - Finale (ce n'est que mon humble avis Twisted Evil ). Je dirai que la première proposition (Allergo-Scherzo) laisse place à un sentiment de redondance dans cet enchaînement alors qu'il y a une accalmie à la fin du Scherzo qui fait qu'on a pas cette sensation gênante que peut donner l’enchaînement de deux mouvements rapides tel Scherzo-Finale.
Ensuite tout dépend de son goût personnel : je ne vais jamais écarteler quelqu'un qui préfère Allegro - Scherzo - Andante - Finale Mr. Green
Ouf, je respire. Mr.Red

Ma préférence tient à plusieurs facteurs. D'abord le Finale est nettement plus long que l'Allegro, ce qui donne un équilibre bien plus satisfaisant avec le Scherzo en 2 : 30 / 35 minutes de rouleau compresseur en la mineur de chaque côté, et l'Andante au milieu comme l'œil d'un cyclone (au lieu d'être perdu dans la première moitié de la symphonie, ce qui lui donne une importance bien moindre alors que ce mouvement est le ballon d'oxygène essentiel). Ensuite et surtout, la chute dans le gouffre du début du Finale perd l'essentiel de son impact lorsqu'elle succède à la fin du Scherzo qui est elle-même le fond d'un gouffre, non seulement en raison de l'atmosphère des mouvements mais à cause de l'enchaînement des tonalités (l'ut mineur de l'intro du Finale me semble clairement fait pour s'enchaîner au mi b majeur de l'Andante) ; en outre le fait que le début du Scherzo ressemble à celui du 1er mvt fait plus que me convenir : le Scherzo sonne comme un rappel à l'"ordre" après l'"égarement" de la coda de l'Allegro Mr. Green - il prolonge la marche implacable en y ajoutant un côté grinçant et démoniaque qui creuse considérablement le tragique -, et la propulsion sur orbite de l'Andante est infiniment plus puissante après le Scherzo spéléologique qu'après l'explosion de joie de ladite coda.

En fait je ne comprends pas du tout l'autre ordre, qui est totalement déséquilibré : les deux premiers mouvements semblent presque ceux d'une symphonie "normale", avec autant de lumière que d'ombre, puis on est définitivement largué dans un maelström infernal de trois quart d'heure sans la moindre clarté...
Revenir en haut Aller en bas
vinclec
Mélomaniaque
vinclec


Nombre de messages : 628
Age : 41
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 3 Fév 2013 - 11:32

Horatio a écrit:
[la cinquième symphonie de Mahler], une œuvre déjà boursouflée et déséquilibrée en elle-même

Quelque chose me dit qu'on ne va pas s'entendre... bedo Il faut que tu remplaces les adjectifs "boursoulfée" et "déséquilibrée" par "extrêmement inventive" et "multipolaire" !!! Il y a un côté "bipolaire" dans cette oeuvre monde, un côté "superpositions" proche de l'art abstrait qui commençait à naître en Europe au moment de sa composition.

Horatio a écrit:
Quand l'Adagietto a-t-il été écrit ? Après les quatre autres mouvements ?
Oui !

Horatio a écrit:
De quand date la demande d'Alma, par rapport à l'écriture de la symphonie ?
Juste après la fin de la composition en quatre mouvements, la même année cependant.

Horatio a écrit:
Mahler aurait-il vraiment inséré ce mouvement dans l'ensemble sur une simple idée de sa femme ?
Quand on sait ce qu'il a fait pour lui par la suite, c'est tout à fait plausible Very Happy Tyrannique, mais très amoureux !

Horatio a écrit:
De quelle manière le compositeur s'est-il exprimé sur cette Cinquième par après ? Sur l'Adagietto, plus précisément ?
Je crois qu'on en a pas de traces (il s'était éloigné de sa confidente qui notait tout, Natalie Bauere-Lechner), il faudrait que je relise le Lagrange et les autres biographies concurrentes.

Horatio a écrit:
Aurait-il pu se satisfaire d'une symphonie patchwork, sans tenter de donner une place à cet Adagietto ?
C'est comme ça qu'il l'a créée, au piano.

Horatio a écrit:
Bref, beaucoup de questions auxquelles il faudrait répondre avant d'éditer la prochaine version critique de cette symphonie Mr.Red ...
Hors de question bien entendu d'éliminer l'Adagietto, puisqu'il a laissé dans la partition définitive. Je suggérais simplement que c'est une expérience intéressante du point de vue historique, similaire à l'écoute des versions originales des symphonies de Bruckner (par exemple la Huitième avant tous les bidouillages exigés par l'éditeur), ou, pour revenir à Mahler, une expérience similaire à l'écoute de la Première Symphonie dans la première mouture avec orchestre réduit et 5 mouvements au lieu de 4... Et puis je trouve l'idée originale d'une grande symphonie romantique sans mouvement lent parfaitement jouissive !

Tout à fait d'accord avec ta proposition d'ajouter un "retour au calme" à la fin du cinquième mouvement ! Et si on inversait le finale et l'adagietto ?? mains
Revenir en haut Aller en bas
vinclec
Mélomaniaque
vinclec


Nombre de messages : 628
Age : 41
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 3 Fév 2013 - 11:38

Vous êtes plusieurs à suggérer que le Finale de la cinquième "prolonge" l'Adagietto en reprenant son thème central, or, historiquement, c'est l'inverse : l'adagietto aurait été écrit d'après l'un des thèmes du final.

Concernant la 6ème, Mahler a bien choisi, finalement, de mettre le mouvement lent en deuxième (et non troisième) position, ce que les chefs de font pratiquement jamais. De même que l'interruption / entracte de plus de 5 minutes entre les deux premiers mouvements de la Deuxième symphonie n'est jamais respectée. Ce qui laisse à réfléchir sur les usages et les traditions.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7172
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 EmptyDim 3 Fév 2013 - 11:39

kegue a écrit:

J'ai aussi essayé la 6è avec le scherzo en 3ème place (Mahler a lui-même hésité jusqu'au dernier moment) et je n'y arrive pas (merci de ne pas m'écarteler Very Happy ). Je trouve un meilleur équilibre avec un scherzo en deuxième position comme un prolongement du premier mouvement, avec ce fameux motto (accord Majeur / mineur) qui commence réellement à agir sur les thèmes (alors qu'ilétait simplement exposé au premier mouvement), et ce petit motif de levée ( qui prendra tout son sens au final. D'un autre côté, je trouve le mouvement lent nécéssaire afin de mieux se préparer au déchaînement du final.
Je n'avais pas vu ton post, mais je suis absolument d'accord évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Gustav Mahler (1860-1911) (2)   Gustav Mahler (1860-1911) (2) - Page 15 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustav Mahler (1860-1911) (2)
Revenir en haut 
Page 15 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gustav Mahler (1860-1911) (3)
» Gustav Mahler (1860-1911)
» Gustav Mahler : Première Symphonie. Eléments d'analyse
» Gustav Mahler : das Klagende Lied. Repérage des motifs
» Mahler - sujet de thèse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: