Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -29%
Jeu d’ambiance Dobble
Voir le deal
7.12 €

 

 Repérages des leitmotivs dans Elektra

Aller en bas 
AuteurMessage
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyLun 7 Mar 2011 - 20:13

Repérages des leitmotivs dans Elektra Strauss%20elektra
Richard Strauss et Elektra

Les leitmotivs, dans l'oeuvre de Richard Strauss, sont moins facilement repérables que chez Richard Wagner. Pourtant, ce sont bel et bien eux qui constituent le matériel thématique, qui ont le verra, sont assemblés dans des configurations parfois extrêmement sophistiquées.

On peut différencier trois parties dramatiques dans Elektra: l'introduction, le développement et la conclusion, comme on le voit ici.
Nous allons donc commencer par l'introduction, qui est constitué du prologue des servantes et du monologue d'Elektra.


I. INTRODUCTION

1) Prologue des servantes

Le tout premier thème, tonitruant, qui ouvre l'opéra, je le nomme le "thème du destin" (en référence aux trois coups du destin). Il est constitué d'une quarte juste descendante suivie d'une sixte majeure ascendante, ce qui nous donne trois notes pour ce thème. Ce thème va être rejoué par les basson, contrebasson et clarinette basse à la fin de la deuxième servante: "C'est pourtant son heure, c'est l'heure où, hurlant le nom de son père, elle en ébranle les murs."
L'orchestre se lance alors dans un long crescendo ascendant: dans ce crescendo, on retrouve ce thème formulé plusieurs fois par plusieurs instruments, notamment le contrebasson et la clarinette basse, mais aussi au cor anglais. Mais dans cette folle agitation, il est difficile de discerner ces formulations sans la partition d'orchestre. Essayer de vous concentrer sur la sonorité grave de l'orchestre et vous devriez pouvoir l'entendre.

Alors, l'orchestre parvient à un accord très violent dans l'aigu. Quelques accords plus tard, on a un même mouvement harmonique qui est répété plusieurs fois, les deux accords de "l'agressivité" (ré-fa#-si-ré-fa# / lab-fa-lab-lab-do-fa-lab), avec une sforzando sur le deuxième accord, qui exprime une violence primitive, par à-coups. Alors on va voir apparaître un nouveau qui va être le "thème du chant funèbre d'Elektra", que l'on verra notamment revenir au moment du monologue d'Elektra.
Il est très intéressant de noter la progression, puisque la deuxième servante dit:
"C'est pourtant son heure, c'est l'heure où, hurlant le nom de son père, elle en ébranle les murs."
A ce moment là, Elektra arrive sur scène, mais ne dit rien: la musique se charge alors d'exprimer tout cela: tout d'abord son agressivité, puis son chant funèbre, qui sera strictement similaire lors de son monologue. La musique se charge donc d'exprimer quelque chose qui ne se produit pas mais qui est un contenu strictement psychologique: Elektra ne profère pas sa plainte, justement peut-être par haine vis-à-vis des servantes, et attend d'être seule: "Allein!". Ainsi la musique exprime qu'Elektra a en elle ce chant, malgré le fait qu'elle ne le chante pas, mais qu'elle le refoule. Il est formulé puis disparaît, remplacé par les accords de l'agressivité.
Voici les notes qui constituent ce thème du chant funèbre: lab, si, réb, fa, réb, solb, sol, lab, lab, lab. Il est formulé par les hautbois (seulement jusqu'au premier lab) et les violons. Cette mélodie est très expressive.

Ensuite, les deux accords de l'agressivité sont formulés à nouveau:
"-Avez-vous vu ses regards sur nous?
-Empoisonnés tel une chatte sauvage."

La troisième servante dit alors:
"Neulich lag sie da" (Là, je l'ai vue hier): pendant le "da", on peut entendre à nouveau le "thème du destin" à la flûte et au cor anglais, puis à la basse clarinette notamment, à "Immer" et à "Steht" ("Toujours au soleil couchant").


Dernière édition par Percy Bysshe le Lun 7 Mar 2011 - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyLun 7 Mar 2011 - 21:37

Repérages des leitmotivs dans Elektra Elektra1
Schenk, MET 2009

La partition est extrêmement riche: les formulations fugitives du thème du destin en sont la preuve. Pour aller plus vite, je ne parlerai donc que des thèmes essentiels, vraiment signifiants.
Reprenons donc:

-À deux, nous l'approchâmes peut-être de trop près...
-Elle a horreur qu'on la regarde.
-Oui, nous vînmes un peu près, soufflant alors comme une chatte vers nous: "Hou! mouches" fit-elle "Hou!"

Pas grand chose à dire ici, si ce n'est le retour des accords de l'agressivité, avec le sforzando cuivré caractéristique, au moment où la troisième servante dit "Da pfauchte sie wie eine katze uns an" ("soufflant alors comme une chatte vers nous"), puis du retour du thème du chant funèbre au moment où la servante cite Elektra: "Fort, Fliegen!", schrie sie, "fort!". Le thème est énoncé aux violons, heckelphone et hautbois.

Strauss fait alors appel à une percussion particulière, le rute (article en anglais sur wikipédia), pour exprimer les coups de balai qu'Elektra donne sur le sol pour éloigner les servantes lorsqu'elles s'approchent d'elle:
-"Fuyez loin de mes plaies!" et de son balai, de loin, menace.
On entend cette percussion par deux fois, la deuxième fois avec une petite montée chromatique orchestrale.

Puis, on retrouve le thème du destin au début de cette phrase de la 3ème servante, énoncé par les clarinettes et basse clarinette, npté "espressivo" sur la partition:
-"Ne venez pas ici vous gaver de mes pleurs."
On le retrouve dans la phrase suivante, énoncé plusieurs fois, toujours par les mêmes instruments:
-"Ne sucez pas l'écume de ma bouche amère."
Strauss en profite donc pour multiplier les allusions aux manifestations de la violence psychologique qui touche Elektra, de manière complémentaire avec le texte.

On sort un peu de cette expressivité sordide, au moment où la quatrième servante cite cette phrase d'Elektra:
-«Mangez gros et buvez doux, allez au lit avec vos hommes, allez!"
Là, l'orchestre se met en joie, avec un motif très entraînant, aux sonorités viennoises, tutti des bois, tintements du triangle: dans cette citation, Elektra invite précisément les servantes aux satisfactions mondaines et charnelles, bien loin de la tragédie qui se joue: Strauss manie le contraste expressif avec une virtuosité renversante ici.
Ce motif festif va ensuite se retrouver énoncé par les clarinettes basses et les bassons, fortement simplifié, et beaucoup moins rutilant que précédemment. Le motif disparaît au moment où le texte cesse de renvoyer aux servantes et repart sur Elektra:
-Mais elle... ("und die")


Dernière édition par Percy Bysshe le Lun 7 Mar 2011 - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyLun 7 Mar 2011 - 22:11

J'espère que je suis lisible, parce que j'écris cela au fur et à mesure, sans autre source que la partition, le livret en pdf attrapé sur ODB et la version Solti. Si vous avez des sources à faire vivre, ou des avis, n'hésitez pas.

Nous avons alors:
-J'eus bientôt fait...
-...sut lui répondre!
-"Mais, lorsque tu as faim", lui répondis-je, tu manges aussi!"
Rien de particulièrement remarquable pendant ces lignes-là. En revanche, dès la fin de cette dernière phrase que je cite juste au-dessus, nous avons la résurgence de ce "thème de l'apparition d'Elektra", que nous avons déjà rencontré au moment de l'entrée sur scène d'Elektra au tout début: une longue montée qui nous amène à un accord hurlant dans l'aigu. Immédiatement alors, nous voyons la résurgence des deux accords de l'agressivité, qui est énoncé deux fois. Ici, la musique est en lieu total avec le livret:
-Elle bondit, darda ces affreux regards, et, comme des griffes crispa ses doigts vers nous
La musique exprime parfaitement la succession de l'arrivée d'Elektra qui s'avance vers les servantes, suivi des manifestations de son agressivité vis-à-vis d'elles.

Là, la 3ème servante s'arrête sur le mot "schrie", c'est à dire "crie". Précisément, les violons suspendus sur une note aigu nous placent dans une situation d'attente. On retrouve alors le thème du destin, qui est énoncé deux fois par les clarinettes et les hautbois, assorti d'un petit mouvement chromatique de trois notes puis d'une descente arpégée sur un accord de mi mineur. Il est ensuite énoncé trois fois, et les deux dernières fois la dernière des trois notes du thème est transformée: on voit comment ici Strauss utilise de petit motif, les transforme, les assemble pour former d'authentiques thèmes.

Nous avons ensuite:
-Et toi?
-"Tu aimes t'accroupir, dis-je, où t'attire l'odeur de la charogne, tu grattes la terre en cherchant un vieux cadavre."
-Alors qu'a-t-elle dit?
-Elle se mit à hurler et se retira dans son coin.
Sur ce passage, pas grand chose à dire d'un point de vue musical, si ce n'est la résurgence par deux fois, savamment dissimulé dans un renouvellement des formules d'orchestration, deux résurgences de deux accords de l'agressivité:
au moment de "tu grattes la terre en cherchant un vieux cadavre": on l'entend par trois fois durant cette phrase.
et à la fin de la phrase de la troisième servante:
-Elle se mit à hurler et se retira dans son coin.

Repérages des leitmotivs dans Elektra 6a00d83451c83e69e20120a807c0fb970b-500wi
Kusej, 2003 Zurich


Dernière édition par Percy Bysshe le Lun 7 Mar 2011 - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Octavian
Glasse les fraises
Octavian

Nombre de messages : 7333
Age : 36
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyLun 7 Mar 2011 - 22:19

Percy Bysshe a écrit:
ou des avis, n'hésitez pas.
Juste, puisque tu illustres tes posts : si tu pouvais préciser sous les images de quelle production / mise en scène les images sont tirées ? Smile

Sinon, continue, je te lis en silence (et je ne pense n'être pas le seul). coucou
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyLun 7 Mar 2011 - 22:33

Voilà, j'ai ajouté la référence (metteur en scène, année, lieu). Smile
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyMar 8 Mar 2011 - 12:02

Poursuivons avec les servantes. La tension ne retombe pas ici:
-Pourquoi donc la reine laisse-t-elle pareil démon aller, venir, dans la maison?
Ici nous avons les cordes qui, de la même manière que précédemment, suspendent le temps, font perdurer un état de tension, empêche la respiration...

-Sa propre enfant!
-Ah fût-elle ma fille, moi, par Dieu! Je la mettrais sous grilles.
Ici, dans la dernière phrase que je cite, nous avons l'apparition d'un nouveau thème capital: c'est le thème du meurtre d'Agamemnon, et donc aussi le thème de la perfidie de Klytämnestra et d'Aegisth: j'ai choisi cette dénomination en fonction, évidemment, de sa signification dans les récurrences.
Ici, ce thème est formulé en même temps que la phrase: "moi, par Dieu! Je la mettrais sous grilles." On note ici le parallèle entre mettre sous grille et mettre sous terre, lien que fournit précisément l'utilisation de ce leitmotiv. Les servantes sont tout aussi mauvaises que Klytämnestra; c'est dire si Elektra a peu d'accointances dans ce lieu!
Ce thème de l'assassinat d'Agamemnon est constitué de six notes, il est énoncé par les hautbois, clarinettes basses, bassons, et les cors. Il exprime directement le côté militaire, comme des appels d'attaque.

Puis:
-Sont-ils pas pour elle assez barbares? Son écuelle, sa pâtée, voisinent avec celle des bêtes! N'as-tu pas vu le Maître la frapper?
Durant cette phrase, nous avons une nouvelle fois l'apparition d'un nouveau thème: il est long, mouvant, et sonne comme une danse viennoise, avec ses rythmes lancinant: on entend ce thème joué par les violons. Il contraste énormément avec ce qui est dit dans le même temps, qui est d'une extrême violence (les deux premières phrases de la citation ci-dessus): ce contraste permet d'exprimer la jouissance qu'éprouvent les servantes de voir Elektra à ce point humiliée; on voit ici la maîtrise des possibilités de l'opéra chez Strauss, où la musique et le livret sont deux moyens expressifs individualisés qui participent à fonder une expressivité dramatique totale par leur interaction: ici le fruit de la satisfaction des servantes exprimée par la musique et de l'horreur que contient le livret nous permet d'appréhender la situation dans toute sa complexité.

Au moment de cette phrase: "Hast du den Herrn nie sie schlagen sehn?" ("N'as-tu pas vu le Maître la frapper?"), nous entendons la réapparition du thème du destin, à la flûte, juste avant le mot Hast.

C'est alors que la cinquième servante va s'opposer aux autres et s'employer à défendre Elektra.


Repérages des leitmotivs dans Elektra 20101013-1
Kusej, 2003 Zurich
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
Cello

Nombre de messages : 5726
Date d'inscription : 03/01/2007

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyMar 8 Mar 2011 - 14:03

Percy Bysshe a écrit:
Si vous avez des sources à faire vivre, ou des avis, n'hésitez pas.

Ta présentation me donne envie de découvrir cette oeuvre que je ne connais pas encore Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Yohan Nicolas
Mélomane averti
Yohan Nicolas

Nombre de messages : 390
Age : 31
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 30/05/2010

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyMar 8 Mar 2011 - 20:18

Bravo pour cette présentation très éclairante Very Happy
Je n'avais jamais entendu autant de choses dans cette scène.

Citation :
Le tout premier thème, tonitruant, qui ouvre l'opéra, je le nomme le "thème du destin"
Les dénominations valent ce qu'elles valent, mais j'ai toujours vu ce leitmotiv désigné comme celui d'Agamemnon, et effectivement (tu le diras plus loin, je suis sûr), c'est sur ce motif qu'Elektra crie le nom de son père au début du monologue, ce qui l'attache particulièrement à lui, non ?
Mais ce n'est qu'un détail Wink
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyMar 8 Mar 2011 - 23:00

Merci à vous, Cello et Yohan. Wink

Yohan Nicolas a écrit:
Les dénominations valent ce qu'elles valent, mais j'ai toujours vu ce leitmotiv désigné comme celui d'Agamemnon, et effectivement (tu le diras plus loin, je suis sûr), c'est sur ce motif qu'Elektra crie le nom de son père au début du monologue, ce qui l'attache particulièrement à lui, non ?
Mais ce n'est qu'un détail Wink

Oui, c'est vrai. J'ai choisi ce nom pour qu'il soit facilement mémorisable (moyen mnémotechnique). Mais c'est vrai que dans le monologue, le nom d'Agamemnon est toujours dit sur cette petite tournure mélodique. Mais comme il existe déjà le "thème de l'assassinat d'Agamemnon"...
Pour être parfaitement juste, on dira que le thème du destin est le "thème de l'accablement révolté d'Elektra pour Agamemnon, forgeant le destin que l'on sait." Smile
Revenir en haut Aller en bas
Yohan Nicolas
Mélomane averti
Yohan Nicolas

Nombre de messages : 390
Age : 31
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 30/05/2010

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyMer 9 Mar 2011 - 0:01

Citation :
Pour être parfaitement juste, on dira que le thème du destin est le "thème de l'accablement révolté d'Elektra pour Agamemnon, forgeant le destin que l'on sait." Smile
Je préfère le thème du destin Laughing

J'attends la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra EmptyMer 9 Mar 2011 - 19:08

Yohan Nicolas a écrit:
Je préfère le thème du destin Laughing

A la bonne heure!

Je vais maintenant terminer l'analyse de la scène des servantes, en commençant par ce sursaut plutôt inattendu: dans cette belle haine unanime portée à Elektra par toutes les servantes, une voix se lève: il s'agit de celle de la cinquième servante, qui dit de sa jeune voix tremblante:
-Je veux me jeter à genoux devant elle et baiser ses pieds nus!
Là-dessus, nous avons la réapparition du thème de la mondanité (violons), mais qui ne se termine pas de la même manière: c'est une manière de rattacher la servante aux autres servantes tout en la différenciant. En particulier, la mélodie que porte cette cinquième servante, au moment où elle dit "mich nie der werfen", qui va résolument vers le bas, va en contradiction avec le thème et l'interrompt: c'est alors une belle envolée vers le haut qui prend.
Juste après la fin de la phrase, qui se termine par "küssen", on entend aux hautbois, heckelphone et aux cors le thème du chant funèbre d'Elektra, qui rattache alors cette servante aux malheurs d'Elektra. La joie qui accompagne la formulation de ce thème est plein de la naïve candeur de cette jeune servante qui fait preuve d'enthousiasme et d'entrain, mais qui malheureusement ne comprend pas toute la gravité des évènements. Le livret note en effet sa voix tremblante et émue, "toute jeune".

Elle poursuit:
-N'a-t-elle pas un roi pour père celle qui souffre de tels outrages? Ses pieds je veux les oindre, et que mes cheveux les sèchent!

Et alors qu'elle dit la première phrase que je cite, on entend le thème de l'assassinat d'Agamemnon (hautbois, clarinettes basses), thème qui donne la réponse aux questions qu'elle pose (réponses qu'elle ne connaît pas).
On entend ici à nouveau le thème de la mondanité (violoncelles puis flûtes et violons). Aux violoncelles pendant "... Schmach? Ich will die FüBe...", aux flûtes et violons juste après. Ce qui la rattache par son ignorance aux groupe des servantes: comme les autres, elle ne sait pas, ce qu'elle dit reste des élucubrations naïves.

La surveillante la pousse alors:
-Veux-tu rentrer!
-Il n'est rien, sachez-le, de royal autant qu'elle en ce monde.

Elle ne s'arrête donc pas en si bon chemin et poursuit sa plaidoirie en faveur d'Elektra.
Au début de sa phrase, on entend le thème de la mondanité aux altos et basseth. Au moment du mot royal, on entend le thème du chant funèbre d'Elektra (qui rattache à Agamemnon), aux hautbois et heckelphone. A la fin de la phrase, juste après le dernier mot "sie", on entend le thème du destin (cor anglais, clarinette basse).

Elle continue par:
-Elle gît en haillons devant la porte, mais personne, personne ici n'oserait braver son regard.
Vous aurez remarqué que nous en sommes à un passage où ça foisonne particulièrement au niveau thématique! Alors qu'elle dit "aber Nie-...", on entend le thème du chant funèbre, qui ici exprimera la douleur que contient la condition d'Elektra. Toujours dans la même phrase, on entend de formulation du thème du destin: au violoncelles et clarinette basse la première fois ("-mand"), cor anglais et altos la fois suivante ("Nie-"). Elle répète le mot "Niemand" deux fois, et c'est là que ça se passe.
Puis à partir du mot "Haus", on entend le thème du chant funèbre, une nouvelle fois (violons, altos). Crescendo qui nous mène à une nouvelle intervention de la servante:
-Entre!

Et là, un beau tutti orchestral, Agitato, qui libère l'énergie: on la force à rentrer. La formulation si puissante du thème de la mondanité ici permet de montrer qu'on la force à "rentrer dans le rang".

Mais la cinquième servante a décidément bien des choses à dire et n'en prive plus:
-Comment osez-vous respirer cet air qu'elle-même respire! Toutes, puissé-je un jour, toutes, toutes, vous voir pendues dans une grange obscure, oui, pendues, juste salaire des maux par Elektra soufferts!

On voit ici que sa virulence en aurait pu lui valoir bien des accointances avec Elektra. Mr. Green
On entend à nouveau le thème du chant funèbre "si atmet" à la fin de sa première phrase (cors, trompette).
Puis à nouveau, alors qu'elle prononce le nom d'Elektra, le thème est énoncé puissamment dans le grave: notamment sont mobilisés violoncelles et contrebasses, avec les cuivres.

En disant cela, cette servante se rapprochait de la porte où on la poussait. Alors qu'elle termine, la surveillante ferme la porte sur elle.
Celle-ci dit alors:
-L'entends-tu ? Nous, nous qu'Elektra, dès qu'on l'invite à notre propre table, ose insulter insolemment; elle crache vers nous, nous traite de chiennes!

Les servantes se rappellent alors tout ce qu'elles subissent... de toute cette partie, rien d'autres à dire si ce que les quelques sforzandos qui jalonnent cette partie rappelle le thème de l'agressivité d'Elektra.

Après les "Ja, ja.", donc, la cinquième servante dit:
-Elles me battent.

Ce sont les dernières paroles de la scène des servantes. On entend alors cette percussion des coups de fouet, qui expriment évidemment les coups que subit la cinquième servante. Tout de suite après, on entend alors le thème de la mondanité (flûtes, clarinettes, violons). Il est immédiatement reformulé une octave plus bas (altos, clarinette). Vous remarquez le decrescendo qui exprime évidemment l'éloignement des servantes.
On entend une nouvelle formulation du thème de la mondanité (violons), on abandonne les servantes à cela, l'orchestre ne fait plus que jouer quelques petits éclats mondains.

Silence.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty
MessageSujet: Re: Repérages des leitmotivs dans Elektra   Repérages des leitmotivs dans Elektra Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Repérages des leitmotivs dans Elektra
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: