Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Guillaume Connesson (1970)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85345
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyJeu 2 Mai 2019 - 21:36

Benedictus a écrit:
Xavier a écrit:
Disons que je ne vois pas trop, mais je dois bien dire que je ne le connais pas si bien, je n'ai pas fouillé son œuvre de fond en comble, loin de là.
Si ça m'était apparu comme évident, je le reconnaîtrais sans problème.
Sans doute qu'il a influencé plein de compositeurs que je n'aime pas plus que lui, ou que je ne connais pas…
Du coup, je ne vois pas son rôle déterminant dans l'histoire de la musique, non…
Le mettre à la hauteur des grands noms que j'ai cités, non, je ne peux pas.
scratch
Moi, je n'aime pas Vivaldi, mais je n'ai pas non plus fouillé son œuvre de fond en comble.
Il a influencé plein de compositeurs que je n'aime pas plus que lui ou que je ne connais que de nom (Marcello, Tartini, Galuppi, Geminiani, Locatelli, Veracini, Sammartini, Leclair, Telemann...)
Mais je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas (ou ne pourrais pas) reconnaître que son rôle déterminant dans l'histoire de la musique (ne serait-ce que dans l'évolution de la forme concertante) - quand bien même je trouve personnellement que ce rôle a été plutôt néfaste.

Ce n'est pas que je ne peux pas ou que je ne dois pas, c'est simplement que je ne vois pas le rôle déterminant qui serait celui de Stockhausen dans l'histoire de la musique.
Après tout dépend ce qu'on appelle déterminant…

Benedictus a écrit:
Xavier a écrit:
Si on regarde le sujet général sur Stockhausen, sans même parler du tout petit nombre de pages, depuis 5 ans, à 2-3 messages près, il n'y a que deux participants qui en parlent régulièrement… je ne dis pas que ça veut tout dire sur l'importance d'un compositeur, mais ça montre au moins que ce n'est pas une musique considérée comme majeure par beaucoup de monde ici. (ou alors ils l'écoutent et n'en parlent pas)
Depuis quelque temps, les fils consacrés au belcanto sont particulièrement actifs, notamment avec l'arrivée entre autres de Colbran ou de Stefano, ce qui semble avoir entraîné un regain d'activité chez Francesco ou Otello; à l'inverse, depuis que Scherzian, Mariefran ou Hippolyte ne postent plus, le fil sur l'opus 111 de Beethoven est devenu singulièrement inactif. Ça montre donc que l'opus 111 de Beethoven n'est pas considérée comme majeure par beaucoup de monde ici (en tout cas beaucoup moins que le belcanto)?

Le forum a quand même 14 ans et a connu nombre de participants!
Et Stockhausen n'a jamais eu sa période de fans à lui...
Donc le fait qu'il n'y ait que trois pages en 14 ans, oui je pense que c'est un peu révélateur de quelque chose: Stockhausen, c'est un nom que tout le monde connaît, beaucoup ont entendu au moins une œuvre de lui, mais très peu de monde ici l'écoute et en parle régulièrement.
Donc de là à dire qu'il est aussi important que Beethoven, Debussy ou Stravinsky, franchement, il faudrait beaucoup pour m'en convaincre, même si évidemment, le nombre de messages sur un forum n'est pas un élément suffisamment probant à lui tout seul…
Ce n'est pas très grave, je pense que si on devait chacun faire une liste des compositeurs déterminants ou essentiels, il n'y a pas deux personnes qui auraient la même liste.
Mais il y a sans doute un certain nombre de compositeurs qui se retrouveraient dans la plupart des listes: au moins Monteverdi, Bach, Mozart, Beethoven, Wagner, Debussy, Schoenberg, Stravinsky…
Je ne vois pas quel compositeur post-1950 pourrait faire cette unanimité-là. (et oui, on s'éloigne du sujet Connesson…)


Dernière édition par Xavier le Jeu 2 Mai 2019 - 21:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emeryck
Mélomane chevronné
Emeryck

Nombre de messages : 10233
Age : 22
Localisation : Paris/Reims.
Date d'inscription : 27/07/2012

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyJeu 2 Mai 2019 - 21:39

Xavier a écrit:
Je ne dévalorise personne en particulier, mais ce que je pense, ce n'est pas nouveau, c'est qu'il y a pléthore de génies dans la première moitié du XXè siècle, et que je n'en trouve pas de la même trempe dans la 2è moitié.
Ce n'est peut-être pas une question de personnes, mais surtout de contexte, on voit bien que les années 1900 à 1920 ont été incroyablement fécondes d'un point de vue artistique et musical, que ça a été une explosion sans précédent à cette période-là.
Beaucoup de choses ont été faites ensuite, oui, le spectral, l'aléatoire, l'électro-acoustique, plein de choses diverses et variées…
Mais rien d'aussi déterminant et génial à mon sens.
La preuve, ils influencent encore beaucoup de compositeurs actuels, musiques de films, etc...
Oui, je sais bien ; et pourtant je pense qu'il y en a : Stockhausen, Boulez, Nono, Reich et plus récemment, difficile de le dire mais des gens comme Ferneyhough ou Lachenmann sont tout de même (pour moi) des génies. 
Il est certain que ses années ont été fécondes et que tout a explosé mais je pense que la fin des années cinquante/début soixante l'a été (peut-être tout autant) aussi : Darmstadt en musique, la nouvelle vague au cinéma, le nouveau roman en littérature. Après, je pense qu'il y a toujours une activité artistique intense actuellement (qui est parfois contenue par l'aspect politique - subventions, etc.), elle est cependant certainement moins visible - et c'est dommage.
Bah du coup, déterminant, si ; mais bon, que tu ne trouves pas ça génial, ça, oui, c'est une question d'affinités musicales.
Ce n'est pas une preuve, ça !  hehe 
Je pourrais très bien répondre que Boulez influence encore des tas de compositeurs actuels, au même titre que Lachenmann, Nono, ou Dufourt !
Et encore une fois, Debussy, c'était il y a plus d'un siècle alors que les compositeurs dont on parle, c'est beaucoup plus jeune donc potentiellement moins assimilé ; d'autant plus que certains se sont tournés vers une esthétique radicalement différent de l'esthétique qui dominait avant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85345
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyJeu 2 Mai 2019 - 21:53

Emeryck a écrit:

Bah du coup, déterminant, si ; mais bon, que tu ne trouves pas ça génial, ça, oui, c'est une question d'affinités musicales.
Ce n'est pas une preuve, ça !  hehe 

C'est une preuve que je ne trouve pas ça génial, si. Mr. Green  
Puisque c'est que je me contentais de dire dans mon message initial qui a attiré tant de réactions…

Pour moi, une musique qui est écoutée par si peu de monde peut difficilement se targuer d'être déterminante dans l'histoire de la musique. Son influence reste relativement marginale.
Ce n'est pas le cas de Beethoven ou Debussy, ou même Stravinsky ou Schoenberg, malgré tout, même si déjà peu de monde écoute du "classique".
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11226
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyJeu 2 Mai 2019 - 23:36

Xavier a écrit:
Pour moi, une musique qui est écoutée par si peu de monde peut difficilement se targuer d'être déterminante dans l'histoire de la musique. Son influence reste relativement marginale.
En termes de remplissage des salles, je peux témoigner que Machaut, les compositeurs du Codex Chantilly ou Ockeghem ont encore beaucoup moins de public que Stockhausen - donc on peut déduire que leur influence sur l'histoire de la musique aura été quasiment nulle, c'est ça?

Xavier a écrit:
Ce n'est pas le cas de Beethoven ou Debussy, ou même Stravinsky ou Schoenberg, malgré tout, même si déjà peu de monde écoute du "classique".
Mais justement! En termes quantitatifs, la différence d'échelle entre le public de Stockhausen et celui de Schoenberg est insignifiante comparativement à celle qui sépare le public de Beethoven du public de Jimi Hendrix, Michael Jackson ou 2Pac. Si on se base sur ce critère-là, ce sont ces trois gars-là qui sont déterminants dans l'histoire de la musique! (Et tu es le premier à dire le contraire.)
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85345
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyJeu 2 Mai 2019 - 23:46

Benedictus a écrit:
Xavier a écrit:
Pour moi, une musique qui est écoutée par si peu de monde peut difficilement se targuer d'être déterminante dans l'histoire de la musique. Son influence reste relativement marginale.
En termes de remplissage des salles, je peux témoigner que Machaut, les compositeurs du Codex Chantilly ou Ockeghem ont encore beaucoup moins de public que Stockhausen - donc on peut déduire que leur influence sur l'histoire de la musique aura été quasiment nulle, c'est ça?

Mais de leur temps? Et après?
Leur influence est passée, elle est actée, il ne sert à rien de la mesurer à l'aune du nombre de spectateurs dans un concert donné de nos jours.

Benedictus a écrit:
Xavier a écrit:
Ce n'est pas le cas de Beethoven ou Debussy, ou même Stravinsky ou Schoenberg, malgré tout, même si déjà peu de monde écoute du "classique".
Mais justement! En termes quantitatifs, la différence d'échelle entre le public de Stockhausen et celui de Schoenberg est insignifiante comparativement à celle qui sépare le public de Beethoven du public de Jimi Hendrix, Michael Jackson ou 2Pac. Si on se base sur ce critère-là, ce sont ces trois gars-là qui sont déterminants dans l'histoire de la musique! (Et tu es le premier à dire le contraire.)

Je ne pense pas, tu le sais, que la qualité ou l'importance d'une musique se mesure aux nombres d'auditeurs.
Mais pour parler de compositeur déterminant dans l'histoire de la musique, il me semble qu'il faut un certain seuil, surtout vis-à-vis de ses contemporains proches ou presque.
Je n'ai pas de chiffres, bien sûr… mais il me semble que Stockhausen, Nono, Lachenmann, ce sont des musiques de niche, qui intéressent très très peu de monde. (quand on voit qu'ici-même, j'ai été le seul à parler du concert de Gruppen à la Cité de la musique il y a deux ans…)
Donc oui, ils ont influencé des compositeurs, un certain nombre sans doute, qui sont encore moins écoutés…
Et je précise que je ne dis pas ça de façon péjorative vis-à-vis de tel ou tel courant musical, c'est valable pour tous les compositeurs contemporains actuels.
L'impact de Schoenberg tel qu'on peut le mesurer n'est pas comparable je crois, bien sûr ce n'est pas tout à fait équitable puisque sa musique a un siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12971
Age : 26
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Mai 2019 - 0:28

Benedictus a écrit:
À l'inverse, depuis que Scherzian, Mariefran ou Hippolyte ne postent plus, le fil sur l'opus 111 de Beethoven est devenu singulièrement inactif. Ça montre donc que l'opus 111 de Beethoven n'est pas considérée comme majeure par beaucoup de monde ici (en tout cas beaucoup moins que le belcanto)?

Benedictus a écrit:
Xavier a écrit:
Pour moi, une musique qui est écoutée par si peu de monde peut difficilement se targuer d'être déterminante dans l'histoire de la musique. Son influence reste relativement marginale.
En termes de remplissage des salles, je peux témoigner que Machaut, les compositeurs du Codex Chantilly ou Ockeghem ont encore beaucoup moins de public que Stockhausen - donc on peut déduire que leur influence sur l'histoire de la musique aura été quasiment nulle, c'est ça ?


Bravo Benedictus ! mains


Dernière édition par ovni231 le Ven 3 Mai 2019 - 0:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11226
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Mai 2019 - 0:28

Xavier a écrit:
Leur influence est passée, elle est actée, il ne sert à rien de la mesurer à l'aune du nombre de spectateurs dans un concert donné de nos jours.
Xavier a écrit:
Mais pour parler de compositeur déterminant dans l'histoire de la musique, il me semble qu'il faut un certain seuil, surtout vis-à-vis de ses contemporains proches ou presque.
Mais quel seuil? Et combien de temps après sa mort un compositeur doit remplir les salles pour être reconnu comme déterminant? Après combien de temps de salles combles son audience peut-elle commencer à décroître et tendre asymptotiquement vers zéro sans que ça remette en cause son influence, qui resterait une fois pour toute «actée»? Je ne vois vraiment pas...

Xavier a écrit:
Mais pour parler de compositeur déterminant dans l'histoire de la musique, il me semble qu'il faut un certain seuil, surtout vis-à-vis de ses contemporains proches ou presque.
Je n'ai pas de chiffres, bien sûr… mais il me semble que Stockhausen, Nono, Lachenmann, ce sont des musiques de niche, qui intéressent très très peu de monde. (quand on voit qu'ici-même, j'ai été le seul à parler du concert de Gruppen à la Cité de la musique il y a deux ans…)
Donc oui, ils ont influencé des compositeurs, un certain nombre sans doute, qui sont encore moins écoutés…
Mais ce que tu dis là, c'est ce qu'on disait de Mahler entre sa mort et les années 80 (pour la France, en tout cas)! Et maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12971
Age : 26
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Mai 2019 - 0:45

Xavier a écrit:
Quand on voit qu'ici-même, j'ai été le seul à parler du concert de Gruppen à la Cité de la musique il y a deux ans…

J'ai été écouter Gruppen avec Simon Rattle (orchestre du centre) à Lucerne le 9 septembre 2018 et j'ai adoré. Cependant, je ne me suis pas senti obligé d'en dire un mot ici (ou là). Il y a beaucoup de choses qui se passent en dehors du forum.

Et Stockhausen a été déterminant dans l'histoire de la musique des cinquante dernières années (bien que je préfère ses collègues soviétiques).
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85345
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Mai 2019 - 0:51

Benedictus a écrit:
Xavier a écrit:
Leur influence est passée, elle est actée, il ne sert à rien de la mesurer à l'aune du nombre de spectateurs dans un concert donné de nos jours.
Xavier a écrit:
Mais pour parler de compositeur déterminant dans l'histoire de la musique, il me semble qu'il faut un certain seuil, surtout vis-à-vis de ses contemporains proches ou presque.
Mais quel seuil? Et combien de temps après sa mort un compositeur doit remplir les salles pour être reconnu comme déterminant? Après combien de temps de salles combles son audience peut-elle commencer à décroître et tendre asymptotiquement vers zéro sans que ça remette en cause son influence, qui resterait une fois pour toute «actée»? Je ne vois vraiment pas…

Je n'ai pas dit que c'était quantifiable et mesurable de façon mathématique.
Ce n'est que mon avis…
Et j'avoue que je suis toujours surpris qu'on me demande de le justifier de façon si précise, comme s'il avait une telle importance.

Benedictus a écrit:
Xavier a écrit:
Mais pour parler de compositeur déterminant dans l'histoire de la musique, il me semble qu'il faut un certain seuil, surtout vis-à-vis de ses contemporains proches ou presque.
Je n'ai pas de chiffres, bien sûr… mais il me semble que Stockhausen, Nono, Lachenmann, ce sont des musiques de niche, qui intéressent très très peu de monde. (quand on voit qu'ici-même, j'ai été le seul à parler du concert de Gruppen à la Cité de la musique il y a deux ans…)
Donc oui, ils ont influencé des compositeurs, un certain nombre sans doute, qui sont encore moins écoutés…
Mais ce que tu dis là, c'est ce qu'on disait de Mahler entre sa mort et les années 80 (pour la France, en tout cas)! Et maintenant...

Certainement!
Mais ce n'est qu'une exception. (parmi quelques autres)
Il faut donc être sacrément visionnaire pour être certain qu'il en sera de même pour Stockhausen d'ici la fin du siècle.
On peut penser le contraire...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89692
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Mai 2019 - 1:03

Ma question porte, plutôt que sur l'insoluble question de qui est important (il faudrait définir les termes à un tel degré que c'est à peu près impossible à fixer), sur l'articulation logique de la réponse de Xavier : tu dis en substance que personne n'est marquant (je caricature) après Stravinski, et donc que Connesson c'est très bien (pour ce que c'est). Mais justement, il y a beaucoup de personnalités très clivées, peut-être pas importantes au sens que tu lui donnes, mais qui creusent incontestablement un sillon personnel (Stockhausen, Scelsi, Ligeti, Kurtág, Reich, Adams…).

Ma remarque allait d'ailleurs au delà de ça : ce n'est pas que Connesson se ressente de l'héritage qui me pose un problème (j'aime des compositeurs beaucoup plus conservateurs que lui, Farkás, Tomasi, Damase, Aboulker…), mais plutôt l'impression de collage de formules préexistantes, comme s'il ne réutilisait pas tant un langage que des portions de choses déjà entendues.

Ce n'est pas vrai partout : Techno-parade ou Supernova ont leur logique propre, même le Concerto pour violoncelle (que je n'ai pas adoré d'ailleurs). Dans sa musique de chambre, c'est plutôt que ça se ressemble beaucoup à l'intérieur du corpus (entre Agartha et l'Atlantide !), mais l'effet n'est pas le même. Je parle vraiment de ses derniers disques DGG, je trouve ça frappant, une sorte d'essoreuse de tournures patrimoniales. (Au demeurant, je l'ai dit, j'aime beaucoup, mais je peine à saisir la cohérence, l'identité de la chose – un côté très bon élève, quelque part.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85345
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Mai 2019 - 1:08

Tu essaies de revenir au sujet, c'est bien, mais j'ai peur que ça ne soit pas suffisant et que la discussion parallèle se poursuive. Laughing
(mais je suis assez d'accord avec toi sur le "à peu près impossible à fixer", chacun risque d'avoir des critères différents)

D'un côté, il m'arrive de relever de courts passages qui ressemblent clairement à ce que tu appelles un pastiche (on a cité Szymanowski plus haut, j'avais noté un passage qui semblait tiré des Eclairs de Messiaen dans Lucifer aussi, par exemple), mais de l'autre, le style général, ce qu'il fait de tout cela, je trouve que ça a vraiment sa cohérence et sa patte personnelle.
Je suis sûr qu'on serait nombreux ici à être capable de le reconnaître en quelques secondes, à l'aveugle. (je peux témoigner que quelqu'un qui n'a écouté que quelques œuvres de lui, chez moi, le reconnaît et me dit "ah, tu as mis du Connesson")
Je le trouve tout aussi personnel que les compositeurs que tu as cités. (mais si tu veux dire qu'ils ont apporté plus de choses nouvelles à la musique, oui certainement, je suis d'accord, au moins pour certains d'entre eux)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11226
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 18 Mai 2019 - 19:14

En Playlist, arnaud bellemontagne a écrit:
Connesson : A kind of Trane
Pas perçu la référence à Coltrane...(faut dire que les interventions du soliste manquent singulièrement de caractère)
En revanche, je vais me permettre de saluer les dons médiumniques de Benedictus : "En réalité, le plus vraisemblable est que ce concerto sera une nouvelle œuvre de commande typique de la manière du compositeur: orchestrée au cordeau, bien pulsée, sans grand renouvellement mais efficace et très plaisante à écouter"
T'as mis dans le mille. Mr.Red

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Connes10
Les cités de Lovecraft. A Kind of Trane, Concerto pour saxophone et orchestre¹
Timothy McAllister (saxophone)¹, Stéphane Denève / Philharmonique de Bruxelles
2018
DG


Pas trop perçu non plus la référence à Lovecraft dans les Cités, à part les climats inquiétants du début de Kadath... Mais c’est vraiment chouette en termes de couleurs et de climats (quel superbe métier d’orchestrateur, quand même!) Et, contrairement à ce que dit David, je trouve que la façon dont est organisé le jeu référentiel aboutit paradoxalement à quelque chose de très personnel. En effet, on sent passer des réminiscences de Stravinsky, de Debussy, d’Adams, de Sibelius, de Mahler... mais sans que ça se «solidifie» jamais: on passe sans cesse de l’un à l’autre dans une espèce de mouvement tournant toujours relancé, qui a quelque chose de kaléïdoscopique - et je trouve que c’est justement cet effet qui constitue vraiment la griffe, immédiatement reconnaissable, de Connesson. Après, c’est vrai: par rapport à Lucifer ou aux pièces pour orchestre du disque Pour sortir au jour, ça ne se renouvelle pas tellement.

A Kind of Trane, bon... Comme prévu, ça n’a aucun rapport avec Coltrane (et même  que très lointainement avec le jazz en général); en revanche, mes dons d’extralucide sont à sérieusement relativiser: j’ai écrit «très plaisante à écouter» et en fait, non: le premier mouvement s’écoute certes sans déplaisir (mais sans le plaisir ni l’intérêt des Cités), mais le deuxième m’a franchement ennuyé dans le genre sirupeux-languissant et le troisième m’a carrément agacé (ça fait penser au Adams «glassien» des années 80.)

Du coup, je n’ai pas encore essayé Les horizons perdus et Le tombeau des regrets - je ne pense pas essayer le premier (je n’aime pas trop les concertos pour violon en général, et ceux de Connesson que j’ai entendus ne m’ont pas trop convaincu), mais le second vaut peut-être le coup?


(Un truc bizarre: j’étais allé cherché des informations sur le lieu et la date d’enregistrement de ce disque, et cet album ne figure pas sur le site de Deutsche Grammophon - alors qu’il est sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement, et disponible en physique un peu partout.)
Revenir en haut Aller en bas
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1410
Age : 52
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 18 Mai 2019 - 23:28

Benedictus a écrit:

(Un truc bizarre: j’étais allé cherché des informations sur le lieu et la date d’enregistrement de ce disque, et cet album ne figure pas sur le site de Deutsche Grammophon - alors qu’il est sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement, et disponible en physique un peu partout.)

J'en parlais l'autre jour dans le quizz pochettes de Melo, il y a des tas d'albums DG et même d'artistes (souvent des jeunes solistes) qu'ils ne mettent pas dans les nouveautés sur leur site. Je ne comprends pas trop leur politique de promotion de leurs artistes.

Benedictus a écrit:

Du coup, je n’ai pas encore essayé Les horizons perdus et Le tombeau des regrets - je ne pense pas essayer le premier (je n’aime pas trop les concertos pour violon en général, et ceux de Connesson que j’ai entendus ne m’ont pas trop convaincu), mais le second vaut peut-être le coup?

Et bien justement j'ai trouvé le concerto pour violon vraiment bien, et au-delà jai préféré le second disque au premier. (je développerai plus tard)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89692
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 18 Mai 2019 - 23:43

Les deux dernières pièces valent vraiment la peine, le concerto est bien et le Tombeau vraiment superbe.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4415
Age : 920
Date d'inscription : 27/11/2008

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 18 Mai 2019 - 23:49

De Connesson je ne connais que "Cythère, concerto pour quatuor de percussions et orchestre", oeuvre que l'Orchestre de Chambre Nouvelle Aquitaine a joué la semaine dernière avec le quatuor Beat et sous la direction d'Arie Van Beek.

C'est surprenant mais très réussi me semble-t-il
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11226
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyDim 19 Mai 2019 - 1:28

Suite et fin, donc, sur les recommandations (bienvenues) d’Iskender et de David:

Les horizons perdus, Concerto pour violon et orchestre¹. Le Tombeau des Regrets
Renaud Capuçon (violon)¹, Stéphane Denève / Philharmonique de Bruxelles
2018
DG


Le concerto est en effet assez réussi (en particulier Shangri-La 2, le dernier mouvement, qui surprend chez les compositeur pour son unité de ton, et son postromantique assez expansif) - certes, un peu bavard et sentimental pour moi, mais bon, après tout, c’est un concerto pour violon, hein. Et c’est de très, très, très loin supérieur au concerto pour saxophone (dont j'ai tenté de réécouter des bouts: ça m’a paru encore pire qu’en première écoute.)

Le Tombeau des Regrets est effectivement une pièce magnifique. Elle me semble en outre assez singulière par rapport au style habituel de Connesson: rien de pulsé ni de groovy ici, une grande unité à la fois formelle (une sorte de mouvement d’élégie très ample, animée par une poussée continue) et esthétique (pas de «kaléïdoscope référentiel» ici, mais au contraire un langage assez homogène - disons celui d’un debussysme généreusement postromantique, aux riches moirures), et une expressivité directe, essentiellement mélodique (il y a là comme l’audace d’une sorte d’émotion au premier degré, qui tranche avec le caractère ludique et le savoir-faire distancié que j’ai toujours entendus chez Connesson.) Je me demande s’il n’y aurait pas, justement, la voie possible d’un renouvellement - l’inscription plus assumée dans une tradition et dans un projet expressif après le jeu post-moderne. D’assez loin ce que j'ai préféré jusqu’ici du compositeur.

(Et puis toujours cette chose un peu curieuse chez Connesson: ses titres semblent proposer une musique à programme aux référents très précis, mais sa musique elle-même semble n’avoir que des rapports assez lâches avec son référent supposé: le Tombeau des Regrets ne rappelle pas plus Sainte-Colombe que A Kind of Trane ne fait penser à Coltrane; de même que seul le début de Kadath pouvait suggérer l’univers lovecraftien, seul le début de Shangri-La 1 évoque un peu les atmosphère du film étrange de Capra.)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11226
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Juil 2020 - 22:18

Du fil Playlist:

Roupoil a écrit:
Connesson : Supernova, Orchestre National de France/Muhai Tang

Assez curieusement, je découvre tout juste la musique orchestrale de Connesson (j'avais déjà tenté quelques oeuvres de musique de chambre). Je dis curieusement car c'est vraiment de la musique calibrée pour moi, qui ne peut fondamentalement pas me déplaire. Et de fait j'aime vraiment cette supernova, même si je ne suis pas non plus totalement ébloui, je crois que du peu que j'ai écouté pour l'instant je préfère en fait le Connesson chambriste, mais j'ai prévu d'étendre mon spectre d'oeuvres écoutées rapidement, je ferai un point plus précis dans quelques jours.
Mefistofele a écrit:
Oh, tu ne connaissais pas ? Tu devrais aimer, je pense. Lucifer notamment... Les concertos sont en général un peu vains, mais les pièces orchestrales autrement... I love you Et la musique de chambre très rythmée...
Hâte de lire ton débriefing !

Pour ma part, j'en ai réécouté pas mal au début du confinement, et j'aurais du mal à catégoriser de cette manière:
1. Pour les concertos, j'ai l'impression que c'est à la fois dans ce genre qu'on trouve à la fois à coup sûr le plus mauvais (Concerto pour violoncelle, A Kind of Trane pour saxophone) et peut-être le meilleur (Pour sortir au jour pour flûte, Les Horizons perdus pour violon) de la production de Connesson (du moins de sa production avec orchestre: ce que je trouve vraiment de plus mauvais se situe dans sa musique de chambre.)
2. À la réécoute, des œuvres orchestrales qui m'avaient plutôt convaincu voire franchement emballé en première écoute m'ont assez vite soûlé (Aleph, Supernova, Lucifer - Lucifer, je ne suis même pas allé jusqu'au bout); la seule pièce que j'ai vraiment réécouté avec beaucoup de plaisir, c'est Le Tombeau des Regrets (probablement en partie parce qu'en sont absents les tics groovy-pulsés et le côté «tuilage référentiel ludique»: une belle pièce au premier degré, émue et mélodique, dans un langage ravélo-postromantique pour une fois homogène.)
3. La musique de chambre, certes «rythmée», écoutée pour la première fois de façon un peu suivie, ne m'a franchement pas plu du tout - ça oscillait pour moi entre l'exaspérant (la palme pour Techno-Parade, carrément pénible; mais d'une manière générale, toutes les pièces avec instruments à vent) et le pas-mal-mais-pas-renversant (Les chants de l'Agartha.)

Il est vrai que, d'une manière générale, le langage de Connesson m'intéresse assez faiblement: chez les néo-tonals français, je trouve généralement plus nourrissant et plus singulier chez Hersant, Machuel, Pécou ou Campo.
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 750
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyVen 3 Juil 2020 - 22:46

Intéressant... Je ne suis pas fou de Connesson, mais je trouve généralement des choses qui me plaisent chez lui... hors concerto. À part celui pour flûte, je trouve cela très éloigné de mes préoccupations (je ne sais comment classer A Shining One).
J'aime énormément Flammenschrift et Lucifer (avec des vrais morceaux de Rimsky et de Ravel dedans, d'où ma supposition que Roupoil aimera, lui). À côté de ça, Les cités de Lovecraft sont impressionnantes en terme d'orchestration, mais malgré plusieurs écoutes, je n'y trouve aucun plaisir.

Techno-Parade est rapidement fatigant, je lui préfère la Disco-Toccata, le Double quatuor, Jurassic Trip ou le Sextuor pour le côté pulsé. Quant aux chants (Atlantide ou Agharta), il y a de jolies choses, non ?

Pour ma part, si ce n'est pas un compositeur que je me vois prendre pour l'île déserte, il n'en reste pas moins que je suis avec attention son actualité et ai toujours hâte de découvrir ses nouvelles partitions. Je suis TRÈS curieux d'entendre (ou voir) Les Bains Macabres, conseils bienvenus.

Pour les noms que tu cites, j'en connais deux qui me laissent mi-figue, mi-raisin (Hersant et Pécou), et les deux autres sont rencontrés pour la première fois (Machuel et Campo). Des indications ?
Pour le coup, l'autre Français contemporain que je suis, c'est Escaich. Et j'aime beaucoup de choses chez lui... (les concertos, la musique de chambre et notamment les Scènes de Bal, Claude, Night's Birds...)
Revenir en haut Aller en bas
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 770
Age : 39
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 4 Juil 2020 - 9:02

Je ne suis pas surpris que ça ne te plaise pas, Benedictus, ce n'est pas le genre de musique que j'aurais imaginé rentrer dans les bonnes cases pour toi (mais bon, si déjà tu avais été emballé par certaines pièces à la première écoute, ce n'est finalement pas si mal, même si la réécoute a été beaucoup plus négative). De mon côté, au contraire, le côté groovy-pulsé notamment a tout pour me plaire. Côté musique de chambre, j'avais retenu Jurassic trip (découvert grâce à un Blind Test) et le Sextuor mais je ne suis même plus certain de ce que j'avais écouté d'autres, il faut que je rafraîchisse ma mémoire.

Je continue dans la musique orchestrale pour l'instant, les Cités de Lovecraft m'ont fait un peu la même impression que Supernova, c'est très plaisant mais je ne suis pas ébloui non plus. Je crois que j'ai pour l'instant préféré le plus court (et donc condensé) Aleph. Le concerto pour saxophone A kind of trane n'a effectivement pas grand intérêt.

Je donnerai mon avis sur d'autres oeuvres quand je les aurais écoutées (a priori je suis plus côté Rimsky que Ravel de la force, mais on verra !). Curieux moi aussi de ce que peut donner Connesson dans le domaine de l'opéra (est-ce que ces Bains Macabres ont déjà été créés ou c'est seulement en préparation ?).

Concernant les autres compositeurs cités, je ne développerai pas le HS puisque je n'ai en gros rien écouté d'eux, Hersant, Pécou et Escaich font partie de ceux que je compte explorer un jour ou l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 441
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 4 Juil 2020 - 9:14

J'aime bien aussi Connesson mais je trouve qu'il a du mal à se renouveler et je suis un peu de l'avis de Benedictus, ses tics peuvent devenir trop envahissants.

J'ai vu en concert l'année dernière une nouvelle œuvre orchestrale Eiréné - poème nocturne pour orchestre et c'était agréable mais trop semblable au reste de sa production.

Par contre dans les choses moins connues il a fait une pièce pour enfant, Timouk, qui est très belle, payant un lourd tribu au carnaval des animaux mais dans laquelle ses manies orchestrales font des merveilles, ça a été enregistré dans une version pour ensemble de cinq musiciens (piano, violon, clarinette, flûte et percussion) mais j'ai vu là aussi en concert une version pour orchestre,encore plus belle.

Sinon dans le reste de son œuvre et dans ce qui est disponible au disque j'aime aussi la Cosmic Trilogy, Flammenschruift, le double quatuor et le concerto pour flûte, pas encore écouté par contre sa dernière parution (le concerto pour saxophone m'a un peu repoussé du coup pas fini le CD).
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 750
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 4 Juil 2020 - 21:43

Roupoil a écrit:


Je donnerai mon avis sur d'autres oeuvres quand je les aurais écoutées (a priori je suis plus côté Rimsky que Ravel de la force, mais on verra !). Curieux moi aussi de ce que peut donner Connesson dans le domaine de l'opéra (est-ce que ces Bains Macabres ont déjà été créés ou c'est seulement en préparation ?).

Les bains : David l'a vu et en parle ici.

Lucifer, c'est plutôt le Ravel de Daphnis. On trouve aussi du Stravinksy (façon Oiseau de Feu) et beaucoup d'autres choses, on entend défiler tout le premier XXe. J'ai adoré.  Mr. Green


Prosopopus a écrit:

Par contre dans les choses moins connues il a fait une pièce pour enfant, Timouk, qui est très belle, payant un lourd tribu au carnaval des animaux mais dans laquelle ses manies orchestrales font des merveilles, ça a été enregistré dans une version pour ensemble de cinq musiciens (piano, violon, clarinette, flûte et percussion) mais j'ai vu là aussi en concert une version pour orchestre,encore plus belle.

Je suis curieux. Les œuvres avec récitant, je suis toujours un peu hésitant. Cette version réduite vaut le coup ? Ou il existe un enregistrement de la version orchestrale ? Une recherche très superficielle n'allait pas dans ce sens...
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 441
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptySam 4 Juil 2020 - 23:23

Il n'y a pas à ma connaissance d'enregistrement de la version orchestrale, je l'ai vue également en concert l'année dernière. La version réduite est la version originale de l'œuvre, avec entre autres Marie Le Guay au piano et Sarah Nemtanu au violon et se trouve en accompagnement du livre Timouk (chez Didier Jeunesse) qui est un livre pour enfant.

Les parties de la récitante n'empiètent pas sur la musique. De là à te conseiller d'acheter le livre pour disposer de la musique...

Mais c'est une curiosité amusante dans l'œuvre de Connesson et qui colle bien à ses capacités d'illustration sonore.
Revenir en haut Aller en bas
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 770
Age : 39
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyDim 5 Juil 2020 - 18:49

Ayant maintenant bien avancé dans mon exploration, je n'ai globalement pas apprécié outre mesure les concertos (mon préféré est probablement celui pour violoncelle, mais c'est une tendance générale chez moi sûrement liée à mon passé de violoncelliste), celui pour violon par exemple m'a semblé très sirupeux et peu passionnant. Hors concerto, mon oeuvre orchestrale préférée reste sûrement Aleph, mais j'ai aussi vraiment apprécié Lucifer à la première écoute (un peu distraite toutefois, je me remettrai ça dans les oreilles pour confirmer). Bon, et contrairement à Benedictus, moi j'aime vraiment bien les pièces de musique de chambre bondissantes comme Techno-Parade ou la Disco-Toccata. J'ai aussi beaucoup aimé le Double quatuor. Je suis en fait moins convaincu à la réécoute par les oeuvres que j'avais déjà tentées, notamment le Sextuor. Après, c'est vrai que tout ça se ressemble toujours un peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 750
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 EmptyMar 7 Juil 2020 - 1:30

Prosopopus a écrit:
Il n'y a pas à ma connaissance d'enregistrement de la version orchestrale, je l'ai vue également en concert l'année dernière. La version réduite est la version originale de l'œuvre, avec entre autres Marie Le Guay au piano et Sarah Nemtanu au violon et se trouve en accompagnement du livre Timouk (chez Didier Jeunesse) qui est un livre pour enfant.

Les parties de la récitante n'empiètent pas sur la musique. De là à te conseiller d'acheter le livre pour disposer de la musique...

Mais c'est une curiosité amusante dans l'œuvre de Connesson et qui colle bien à ses capacités d'illustration sonore.

Écouté, et c'est en effet charmant et très illustratif. Le motorisme typique du chambrisme de Connesson fait des merveilles : par exemple, La ville façon Mariotte et son étonnante résolution calme au piano, ou le merle ; les bois qui palpitent pour la balançoire rouillée... (la suite devant beaucoup à Saint-Saëns).
Je serais vraiment curieux d'entendre la version orchestrale, et me passerais volontiers de la récitante (qui fait un excellent travail, c'est juste l'histoire qui ne me passionne pas).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Guillaume Connesson (1970)   Guillaume Connesson (1970) - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillaume Connesson (1970)
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: