Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
Carte Mémoire microSD XC SanDisk Extreme 64 Go (avec ...
15.45 € 26.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Deuxième symphonie de Mahler

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Asinius Pollion
Mélomaniaque
Asinius Pollion

Nombre de messages : 953
Age : 24
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 30 Jan 2013 - 21:57

vinclec a écrit:

- Lorsque Mahler l'a jouée au piano pour la première fois (premier mouvement) devant un grand professeur et critique musical de l'époque (Hans Von Bulow), celui-ci l'a interrompu et lui a dit : "si ça c'est de la musique, alors je ne comprends rien à la musique" !

Ce cher Hans aurait ajouté "en comparaison à ce que viens d'entendre, Tristan me ferait l'effet d'une symphonie de Haydn"

scratch Je vois pas le problème... J'aime beaucoup Haydn Mr.Red

(ça dois faire mal d'entendre dire ça de la par d'un des plus grand chef d'orchestre de l'époque)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 30 Jan 2013 - 22:39

vinclec a écrit:
oui oui, le premier mouvement de la deuxième, dans lequel il enterre le héros de la première (selon ses propres dires) : chez Mahler tout se suit !

par ailleurs tu trouveras dans un autre fil un message important au sujet d'un petit e très agaçant
J'ai vu le message et ai rectifié (Quand on peut faire plaisir et que ça débarrasse)...
Par contre je ne trouve plus le fil où habilement tu me montrais mon incurie à franciser le prénom "Gustav" ?
Où était-ce ?
Je croyais le "héros-chasseur" symphonique mort depuis longtemps dans la 1ére symphonie.... avec ce concept : un évènement vu par des acteurs et à des niveaux différents....
La suite a+ pour+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 30 Jan 2013 - 23:29

D'ailleurs, ( et je suis sûr de me faire recadrer, et par avance Merci à vous qui palliez à ma fainéantise, )
Doit-on dire Mahleur ou Mahlèr (comme je le dis moi même avec mon accent munichois) ?
Revenir en haut Aller en bas
Horatio
Mélomane chevronné
Horatio

Nombre de messages : 4050
Age : 25
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 30 Jan 2013 - 23:54

ttod a écrit:
D'ailleurs, ( et je suis sûr de me faire recadrer, et par avance Merci à vous qui palliez à ma fainéantise, )
Doit-on dire Mahleur ou Mahlèr (comme je le dis moi même avec mon accent munichois) ?

L'accent tonique est, sauf erreur, sur la première syllabe, ce qui allège déjà la seconde, que l'on aurait tendance à accentuer en français. Et je crois que Mahlèr est plus juste (c'est-à-dire moins éloigné de la version originale que Mahleur), en n'ouvrant pas trop le e.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyJeu 31 Jan 2013 - 0:07

Tu m'en vois fort satisfait... pour les plus anciens d'entre nous, il y avait une chaîne de salons de coiffure dans les années 80/90 qui se nommait Simone Mahler (et la pub radio prononçait bien Mahlèr).
Reste à éduquer Radio-France .
Par contre, Mahler est tout sauf allemand....


Dernière édition par ttod le Jeu 31 Jan 2013 - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88303
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyJeu 31 Jan 2013 - 0:07

C'est bien un [eu], mais un [eu] très ouvert, un peu plus qu'en français (ça tire un peu sur le [è] effectivement).

Exemple : http://fr.forvo.com/word/gustav_mahler/#de .


Il est bien sûr tout à fait licite de prononcer "Malère" en français.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyJeu 31 Jan 2013 - 0:25

Grand merci à toi DavidLeMarrek, je te promets que tu réponds à une grande question existentielle quand je prononce ce nom adoré dans mon entourage (ce qui arrive une fois l'an quand le temps le permet (vive ce forum!).).
Pour mon entourage le moins hermétique, quand je prononce Dvorjak, je suis obligé de prendre des paris......................................
Revenir en haut Aller en bas
vinclec
Mélomaniaque
vinclec

Nombre de messages : 628
Age : 37
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyJeu 31 Jan 2013 - 14:10

ttod a écrit:
Je croyais le "héros-chasseur" symphonique mort depuis longtemps dans la 1ére symphonie....

Je résume la question: qui meurt dans la première symphonie et qui meurt dans la deuxième symphonie, et qui est le coupable ?

Tu fais allusion à la mort d'un héros-chasseur, "programme" accompagnant la pseudo-marche funèbre du troisième mouvement de la première. En vérité, ce programme a été superposé à cette musique APRÈS sa composition, sur demande des amis de Mahler qui lui suggérèrent qu'il fallait un programme pour expliquer un mouvement si étrange. Mahler a retiré tout programme et tout sous-titre dans la version finale... Dans ce pseudo-programme, il est question de la mort d'un chasseur, en effet, mais qui n'est nullement le héros de la première, héros intérieur dont Mahler a dit, dans une lettre (me semble-t-il), qu'il l'enterrait au début de la deuxième... pour mieux assurer sa résurrection...

Tu vois c'est comme une série américaine quand on a plus besoin de Georges Cloney mais qu'il revient à la saison suivante.

A propos de la marche funèbre de la première, voilà la description qu'il en a donné à sa grande amie : "maintenant mon héros a trouvé un cheveu dans sa soupe et son repas est gâché !". Voilà qui donne le ton !

On notera que la mort tracasse beaucoup notre ami Mahler, puisqu'on trouve une marche funèbre dans la troisième (premier mouvement) et dans la cinquième (premier mouvement), sans parler de la marche de la Sixième (premier mouvement)...

Revenir en haut Aller en bas
vinclec
Mélomaniaque
vinclec

Nombre de messages : 628
Age : 37
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyJeu 31 Jan 2013 - 22:14

Comment écouter la Deuxième selon les plus stricts souhaits du compositeur ? Manuel pour le puriste.

1. Respectez la pause de "5 minutes minimum" exigée par Mahler entre le vaste premier mouvement et la suite. Mahler a même parlé d'entracte. Cela n'est pratiquement jamais fait en concert, mais parfois le chef s'en va quelques minutes. Au CD, une (rare) version matérialise cette séparation sous la forme d'une édition en deux CD ! Cette séparation correspond à une vérité biographique (plusieurs années séparent la composition du premier mouvement et l'achèvement de leurs suites) mais revoit aussi à une vérité conceptuelle, le premier mouvement ayant initialement été conçu comme un poème symphonique indépendant (il est d'ailleurs parfois joué sous cette forme).

2. Le puriste respectera l'enchaînement entre les deux derniers mouvements : au beau lied (4ème mouvement, Urlicht), superbe "interrogation de l'âme (...) vers sa propre vie éternelle" selon le compositeur, doit se succéder le fracas sonore du Finale, sans une seule seconde de silence... Pour l'anecdote, lorsque la Deuxième a été jouée à Vienne en 1899 sous la direction de Mahler, le public a copieusement applaudi Urlicht, exigeant qu'il soit bissé, ce que Mahler détestait faire ; à la surprise de ses amis, il a cependant accepter de bisser Urlicht, non pas pour faire plaisir au public, mais, expliqua-t-il plus tard à sa confidente, parce que les deux mouvements doivent s'enchaîner sans interruption!!! Mahler a également reconnu qu'il y a "un contraste trop vif et pas artistique" entre "ce joyeux mouvement et son rythme de danse" [second mouvement] et le premier mouvement : "cela vient de ce que j'ai conçu les pages indépendamment, sans penser à les mettre en rapport"... La pause ayant donc pour fonction d'atténuer un certain effet de collage.

3. Le puriste respectera aussi l'enchaînement entre le mouvement 3 et 4, autre exigence de Mahler totalement ignorée de nos jours... Ainsi donc, les mouvements 3, 4 et 5 devraient s'enchaîner, or ils sont pratiquement toujours séparés... Telle quelle, la symphonie se structurerait en trois époques (premier mouvement, pause, parenthèse calme du second mouvement, épopée 3-4-5).

4. Toujours selon les souhaits du compositeur, l'entrée des chœurs devrait être "invisible", leurs voix a capella devant "sortir de nulle part", dans un pianissimo le plus pianissimo possible, ce qui est très difficile à faire en concert (chanteurs froids, voix exposées). Pour l'anecdote, lorsque Mahler eu a créer sa symphonie avec un très mauvais chœur, il préféra doubler les voix par les instruments à vents, préférant renoncer à tout effet de religiosité que d'en entendre une version saccagée !!!

5. Il faudra aussi songer à boycotter les versions où l'orgue est remplacé par un clavier synthétique, comme j'ai eu la surprise de l'entendre avec Gergiev à Paris.

6. Il faudra renoncer à toute intention programmatique, même s'il en a existé un, Mahler y ayant renoncé (non par soucis de "purifier" sa musique, comme on voudrait nous le faire croire, mais par l'incompréhension que le programme générait auprès des critiques, et par les mésinterprétations qu'en faisaient les musiciens)

7. Le plus puriste des puristes n'écoutera que la version "critique", parue au début des années 2000, dont il n'existe encore que peu d'interprétations. Cette version corrige quelques coquilles bien difficiles à repérer à l'écoute même pour le spécialiste.

8. Le plus puriste des puristes n'omettra pas de saccager son monument en écoutant la mythique Sinfonia de Berio, dont l'incroyable troisième mouvement reprend très largement le scherzo de la Deuxième de Mahler, en le mélangeant à une quinzaine d'autres partitions (Ravel, Schoenberg, Debussy, Hindemith, Bach, Berg, Strauss, Boulez, Webern, entre autres). Totalement jouissif.

Voili voilà !
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88303
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyJeu 31 Jan 2013 - 23:57

vinclec a écrit:
1. Respectez la pause de "5 minutes minimum" exigée par Mahler entre le vaste premier mouvement et la suite. Mahler a même parlé d'entracte. Cela n'est pratiquement jamais fait en concert, mais parfois le chef s'en va quelques minutes. Au CD, une (rare) version matérialise cette séparation sous la forme d'une édition en deux CD ! Cette séparation correspond à une vérité biographique (plusieurs années séparent la composition du premier mouvement et l'achèvement de leurs suites) mais revoit aussi à une vérité conceptuelle, le premier mouvement ayant initialement été conçu comme un poème symphonique indépendant (il est d'ailleurs parfois joué sous cette forme).
Je vote contre. On ne va pas faire un entracte après vingt minutes de musique ! Si le compositeur écrivait sur sa partition "le public doit se flageller pendant un quart d'heure avant de jouer la suite" (ou mieux, "les musiciens doivent immoler le chef avant de poursuivre"), est-ce qu'on le ferait aussi ?

Par ailleurs, la plupart des versions de la Deuxième sont bien en deux CDs, non ? Généralement coupées après le deuxième mouvement, il est vrai.


Citation :
4. Toujours selon les souhaits du compositeur, l'entrée des chœurs devrait être "invisible", leurs voix a capella devant "sortir de nulle part", dans un pianissimo le plus pianissimo possible, ce qui est très difficile à faire en concert (chanteurs froids, voix exposées). Pour l'anecdote, lorsque Mahler eu a créer sa symphonie avec un très mauvais chœur, il préféra doubler les voix par les instruments à vents, préférant renoncer à tout effet de religiosité que d'en entendre une version saccagée !!!
Les bons choeurs le font très bien. Après, en coulisse, pourquoi pas, ça règlerait les problèmes de chant à froid puisqu'ils ne seraient pas aussi exposés (et les pianissimi seraient moins exigeants).


Citation :
5. Il faudra aussi songer à boycotter les versions où l'orgue est remplacé par un clavier synthétique, comme j'ai eu la surprise de l'entendre avec Gergiev à Paris.
Donc il y a un certain nombre de salles (la plupart) dans lesquelles on ne pourrait plus la jouer. (Mais c'est souvent moche, je suis d'accord. Installez Hauptwerk ou GrandOrgue, les gars !)


Citation :
6. Il faudra renoncer à toute intention programmatique, même s'il en a existé un, Mahler y ayant renoncé (non par soucis de "purifier" sa musique, comme on voudrait nous le faire croire, mais par l'incompréhension que le programme générait auprès des critiques, et par les mésinterprétations qu'en faisaient les musiciens)
Impossible, à cause des parties chantées. Lorsqu'on me hurle "Auuuuuuuuuuuuufeeeeeeeeeeeeeeeeeersteeeeeeeeeeeeeeeeeeh'n, jaaaaaaaaaaaa auuuuuuuuuuuuufeeeeeeeeeeeeeeeeeersteeeeeeeeeeeeeeeeeeh'n, wirst duuuuuuuuuuuuuuu mein HeeeeeeeeeeeeeeeeeeeEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEErz in ei-ine-em Nuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !" pendant un quart d'heure, j'ai tendance à m'imaginer qu'on me cause de résurrection. Mais c'est sans doute moi qui me fais des films.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
vinclec
Mélomaniaque
vinclec

Nombre de messages : 628
Age : 37
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyVen 1 Fév 2013 - 1:10

DavidLeMarrec a écrit:
Si le compositeur écrivait sur sa partition "le public doit se flageller pendant un quart d'heure avant de jouer la suite" (ou mieux, "les musiciens doivent immoler le chef avant de poursuivre"), est-ce qu'on le ferait aussi ?

Ben oui, moi je le ferais si ça venait de Mahler ! Surtout qu'il aurait en priorité préconisé l'immolation des Critiques !

DavidLeMarrec a écrit:
Donc il y a un certain nombre de salles (la plupart) dans lesquelles on ne pourrait plus la jouer. (Mais c'est souvent moche, je suis d'accord. Installez Hauptwerk ou GrandOrgue, les gars !)
Ben, jouer une symphonie pour orgue sans orgue c'est un peu comme jouer la Tétralogie sans chanteurs, non ? Quoique dans le dernier cas ça ne pourrait qu'arranger les choses.


DavidLeMarrec a écrit:
Lorsqu'on me hurle "Auuuuuuuuuuuuufeeeeeeeeeeeeeeeeeersteeeeeeeeeeeeeeeeeeh'n, jaaaaaaaaaaaa auuuuuuuuuuuuufeeeeeeeeeeeeeeeeeersteeeeeeeeeeeeeeeeeeh'n, wirst duuuuuuuuuuuuuuu mein HeeeeeeeeeeeeeeeeeeeEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEErz in ei-ine-em Nuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !" pendant un quart d'heure, j'ai tendance à m'imaginer qu'on me cause de résurrection. Mais c'est sans doute moi qui me fais des films.
pété de rire certes... mais il y avait à l'origine un programme précis pour chaque mouvement, une histoire quoi. Qu'il vaut mieux oublier !

Signé : le puriste (attention, je n'ai pas fini ma leçon de purisme, qu'on ne m'attaque pas sur la Cinquième Symphonie DONT IL FAUT BOYCOTTER L'ADAGIETTO pour respecter la volonté de Mahler, on en reparlera)
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyVen 7 Fév 2014 - 0:25

Smile Dans la perspective de l'écoute comparée qui s'annonce, ce serait bien de livrer une analyse complète de chaque mouvement de l'oeuvre, ou du moins d'en préciser le schéma, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyVen 7 Fév 2014 - 0:37

Oh ça m'a fait un choc, une fausse joie !
Je n'avais pas lu les dates et je croyais Vinclec revenu !!!!
.
.
.
Ah oui pardon, j'ai pollué la demande de Mélocoton !
Que voulait-il déjà ?
Ah oui, une autopromotion !
Bref !
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyVen 7 Fév 2014 - 0:47

tod a écrit:

Ah oui, une autopromotion !

 
 
 tutut Chercher le plébiscite, c'est pas mon truc...
 
De toute façon, je ne vais pas avoir trop de temps pour ça avant une dizaine de jours...
 
Je pensais plutôt à Monsieur Kegue...
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 9 Fév 2020 - 21:17


Mahler, Symphonie n°2 : présentation et analyse


Smile Suite à une récente sollicitation pour les Mélomaniac d'or, je vais m'essayer ci-dessous à une exploration de l'œuvre afin d'en fournir un petit guide d'écoute.
N'hésitez pas à réagir, et bien sûr à préciser les commentaires et rectifier les inexactitudes.
Les minutages seront ceux de l'enregistrement new-yorkais de Leonard Bernstein (chez Deutsche Grammophon).
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19580
Date d'inscription : 22/01/2010

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 9 Fév 2020 - 23:03

MA SYMPHONIE PREFEREE cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 9 Fév 2020 - 23:19

brilsmurf Intitulée Auferstehung, surnom donné en raison du vaste cinquième mouvement qui se couronne par un choral sur la résurrection,
cette symphonie est la seconde de Gustav Mahler.
Il composa le premier mouvement en 1888, une sorte de marche endeuillée, après avoir lu la traduction allemande d'un poète polonais traitant des rites funéraires.
Le second mouvement est une espèce de menuet compassé mais subtilement instrumenté.
Le troisième, allusion à la vanité de l'existence au travers un prêche aux poissons, est encore plus éloquent dans son reworking dans la Sinfonia de Luciano Berio.
Le quatrième mouvement, fort bref, manifeste des aspirations au divin, avec une dame qui chante.
Il faut beaucoup d'instruments pour jouer cette oeuvre, toute une panoplie qui justifie les caricatures barnumesques.
Mais je l'aime bien quand même depuis que je la découvris dans l'interprétation de Klaus Tennstedt, une cassette offerte
par ma mamie quand j'étais collégien.

Voilà, c'est fini. Ça ira, Arnold ? Mr.Red


Revenir en haut Aller en bas
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2419
Age : 55
Date d'inscription : 06/01/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 9 Fév 2020 - 23:22

On t'a connu plus coruscant Mr. Green .
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 183
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 9 Fév 2020 - 23:40

Je suis le minutage pas à pas, c'est très enrichissant. Grâce à Mélo, Mahler s'éclaire de génie. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9544
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 9 Fév 2020 - 23:53

Anaxagore a écrit:
On t'a connu plus coruscant Mr. Green .
C'est vrai, quoi: pas la moindre réfulgence cuivrée obombrée de contrechants turbides aux cordes? Remboursez!
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMar 11 Fév 2020 - 23:00

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Apokal10
Ludwig Meidner, -Apokalyptische Landschaft (1912/1913)


I. allegro maestoso -Todtenfeier

Le premier mouvement provient de Todtenfeier, un morceau symphonique remontant à 1888, stimulé par la lecture de Dziady (Les Aïeux) du dramaturge Adam Mieckiewicz (1798-1855), qui explore les rites rendus aux défunts dans le folklore slave. « À la base de cette cérémonie, issue des territoires orthodoxes et uniates, se trouve la conviction que les âmes des morts attendent le Jugement Dernier (sans passer par un premier jugement après la mort comme dans la religion catholique) » écrit Michel Maslowski dans son essai (p. 424) sur la structure initiatique de ce texte du poète polonais. La seconde partie traite particulièrement des rites funéraires que Mahler emprunta littéralement comme titre. On y raconte comment, dans cette coutume, les âmes sont exorcisées afin de trouver le repos. Traduit en allemand en 1887 par Siegfried Lipiner, un proche ami de Mahler lequel en prit connaissance et se montrait capable d'en citer des extraits de mémoire. On se méfiera toutefois d'établir des convergences trop strictes avec la philosophie et le contenu narratif de la symphonie, que le compositeur consentit à expliciter par diverses évocations programmatiques, dont celles-ci, exprimées entre 1896-1901 : le premier mouvement dépeint « les combats titanesques d'un être humain empêtré dans les rets de ce monde ; affrontant la vie et le destin auquel il doit succomber. C'est le héros de ma symphonie en ré majeur [la n°1] que l'on mène à la tombe ». « Nous nous tenons devant le cercueil d'une personne aimée. Sa vie, ses luttes, passions et espérances, une dernière fois, repassent en notre esprit [...] Et maintenant ? Qu'est-ce que cette vie, -et cette mort ? Y a-t-il une existence au-delà ? Tout ceci n'est-il qu'un rêve confus, ou vie et mort ont-ils un sens ? »
La structure est une des plus libres de l'univers mahlérien. La grille d'analyse la plus opératoire reste celle d'une forme-sonate élaborée, incluant une double exposition, chacune énonçant un second thème propre. Dès 1913, le musicologue Richard Specht observait que le Développement se compartimente aussi en deux parties. La Récapitulation se calque sur la première Exposition. D'autres exégètes ont tenté une approche selon un schéma symétrique A-B-A-C-A-B-A, qui s'articulerait ainsi au plan-sonate : Exposition 1 (A, B), Exposition 2 (A), Développement (C), Réexposition (A, B), Coda (A).

La foudroyante EXPOSITION sait d'emblée capter l'attention. Procédé fort berliozien que le trémolo des violons et altos qui flashe et laisse ébloui, tout en polarisant la charge dramatique qui s'annonce : fortissimo, violoncelles et contrebasses fulminent (0'09), affirmant la véhémence de cet exorde, qui se découpe en trois portions ascendantes, chacune se hissant un peu plus vers l'aigu, jusqu'à l'ut et la dernière résolue par une cadence de tonique en chute d'octave do-sol-do (0'19). Des accroches iambiques (double-croche/croche) installent une temporalité narrative, dont les phrases se concluent aussi sur une désinence d'octave, à la quarte inférieure [sol sforzando-ré-sol] (0'37, 0'41, 0'52, 0'56). L'influx des cordes graves se stabilise en croches, cette vectorisation permet l'apparition de la seconde section (P2) du Premier thème : le hautbois (doublé du cor anglais) ânonne la mélodie principale de marche funèbre (1'07), qui s'assouplit de triolet (1'21), s'adjoint les violons (1'48). Crescendo jusqu'à un ff en tutti (2'21) qui par paliers iambiques s'affaisse vers un geste modulant (2'30) amenant  une péroraison (2'38) aux trompettes. Sur triolets des cordes graves préservant la mobilité, un pont plaintif (2'47) aux bois forme transition avec le Second Thème (3'08) : dans le relatif majeur de mi, les violons exhalent une mélodie qui se décante vers l'aigu, comme une ascension céleste, une attraction vers l'en-haut. Ce qui oriente la trajectoire de cette symphonie et préfigure les aspirations du Finale vers la Résurrection. Mais la seconde portion de l'énoncé induit aussi un reflux (3'22) aux relents nostalgiques, montrant que le paradis n'est pas gagné d'avance, et que nous sommes encore prisonnier d'un univers de souffrance, ce que confirme un douloureux climax (4'01) entraînant une REPRISE DE L'EXPOSITION (4'17), similaire mais plus condensée et pugnace. Trémolo anxieux des cordes, exhortation des violoncelles et basses. La marche funèbre de P2 (4'31) en chorus des bois se mobilise de façon plus contestataire qu'initialement, et introduit un nouveau thème S2 (4'50) : trompettes et trombones psalmodient une fanfare en harmonie plagale que le musicologue Constantin Floros associe à la croix et une symbolique lisztienne. Les oscillations en triolets amènent un acmé (5'03) dont le cliquet descendant rappelle la conclusion du Premier thème. L'orchestre s'exalte jusqu'à un clash de cymbale (5'24) puis se recroqueville. Dans la dominante de sol mineur, la Coda (5'51) de cette seconde Exposition peut se considérer comme un requiem où les cors pianissimo (5'58) font entendre une rémanence inversée et dépressive de P2 qui reparait ensuite dans sa courbe ascendante (6'12) aux bois, -les deux profils se faisant concurrence dans cette coda impalpablement grignée par les cordes graves et les miroitements de harpe.

La PREMIÈRE PARTIE DU DÉVELOPPEMENT (7'03) convoque le Second thème, celui de l'ascension céleste ciselé aux violons, qui s'inscrit dans un ambitus tonique-médiante (do-mi). Sur une quinte des violoncelles tel un bourdon de musette, le cor anglais énonce une mélodie pastorale (8'01). Collusion entre le bucolique et les contrées paradisiaques, comme illustré dans le lied Das himmlische Leben du Knaben Wunderhorn (écrit en 1892, et qui sera recyclé dans la Symphonie n°4). En ses esquisses, Mahler annotait ce passage Meeresstille, probable allusion au poème de Goethe (« terrible silence de la mort, dans l'immensité menaçante, aucune vague ne remue »). Le hautbois (8'08) dévide un motif descendant qui, selon Constantin Floros, renvoie au leitmotiv wagnérien du sommeil magique au début de l'Acte III de Die Walküre. Le trépas se trouve donc ici relié à l'oubli de soi et à la sérénité bienheureuse, dans cette séquence toute séraphique où s'immisce un diaphane rappel du thème principal P2 (9'14) à la flûte et aux cordes. Hautbois et cor anglais (9'29) prolongent ce thrène onirique, comme une somnambulation, qui va hausser la voix (10'23) -les cors (10'35) citent la dernière portion de l'exorde, avec sa chute d'octave caractéristique. Le thème S2 (10'45) se signale par les quatre notes du motif de la croix, aux cors et trompettes, introduisant une péripétie chahutée en ré mineur, avec la dégringolade en cliquets (11'15, déjà entendu à 5'03) suivi d'un pilonnage (11'26) qui évoque directement le Ich hab ein glühend Messer des Lieder eines fahrenden Gesellen jusque un palier fortissimo (11'34) qui se volatilise ensuite vers un rappel du Second thème (11'47) : la mélodie de l'ascension céleste se volubilise en accéléré à la flûte, en fa majeur, avec intervention du violon solo (12'03), conclu par un bruissant intermède en si majeur (12'21) qui va s'étiolant.
Surgit la SECONDE PARTIE DU DÉVELOPPEMENT (12'53) qui jaillit avec fracas en mi bémol mineur : profanatrice zébrure des cordes à toute force (qui rappelle bien sûr l'imprécateur exorde aux basses), déflagration successive des deux tam-tam (l'aigu, le grave), chute d'octave qui se réplique aux timbales (13'02) sur frissons sul ponticello. Tonnerre fatidique, abasourdissant. Que suit un silence tout aussi tétanisant. Quasi imperceptible, la pulsation iambique des cordes graves (13'18) remobilise un cortège, hagard : le cor anglais (13'39) y exprime la plainte (entendue à 2'47) où se greffent des bribes du Premier thème P1 à la flûte (13'56), mais aussi le plain-chant médiéval du Dies Irae, aux cors (14'24) qui ensuite gonflent P1 (14'47). La fanfare du motif de la croix résonne à son tour (14'57). Un nouveau motif aux trompettes et bois, qu'on peut associer à la résurrection (15'01), précède celui de l'éternité (15'06) annoncé par un clash de cymbale, -ces deux motifs joueront un rôle capital dans le Finale de l'œuvre ! Les quatre notes du Dies Irae (15'11) débouchent sur un nouveau chahut (15'22) portant les thèmes de P1 à leur paroxysme, absolument furieux, véritable pandémonium où les archets frappent les cordes battuto (15'43). La Coda du Développement (16'07) s'abat vertigineusement vers un matraquage (16'19) scandé à la baguette de bois par le timbalier, qui ne saurait se résoudre que par une cadence (16'37) assénée fortissimo par tous les pupitres.

La RÉCAPITULATION (16'45) démarre logiquement en ut mineur. Fulgurance des cordes, reprise de P2 (16'55) aux cors, bientôt épaulés par les bois, par l'orchestre au complet pour le cliquet (18'01). Un crescendo (18'09) avec trémolo des cors et trompettes amène le pont plaintif (18'16) aux bois. Comme dans l'Exposition, cette transition conduit au Second thème (18'36), progression vers la lumière en mi majeur, qui lui-même nous élève vers l'épisode pastoral (19'19) superposé au motif du sommeil magique de La Walkyrie que les violons prolongent (19'30) dans un écheveau lustré de soyeux glissandi (19'45). Cors et altos (20'42) exhalent dans la même apesanteur, qui se dissout par un intangible trémolo des violons (21'09). Comme à la fin de l'Exposition, revoici une procession (21'23) esquissée par les cordes graves, ouatée par les cors (21'32) instillant une lugubre rémanence de P2, qui va se régénérer dans la CODA (22'01). Le chorus des bois (22'26) essaie de revigorer le thème principal de la marche funèbre, mais la tournure déceptive (20'40), les dilatoires tenues de cuivres ne produisent qu'un furtif sursaut (23'02) qui s'atrophie par des pulsations affaiblies en triolets aux violons. Les spasmes des altos et violoncelles (23'06) trouvent écho aux timbales (23'39) puis en ultimes tentatives agonisantes. Le cœur vit ses dernières palpitations sur son grabat. Une trompette gémit (24'31) et son râle d'horreur déclenche un vigoureux soubresaut (24'39) comme précipité du haut de la Roche tarpéienne, -déchiqueté en cascade de triolets chromatiques, qui s'immobilise par deux gisants pizzicati (24'46).
Alternant commémorations sépulcrales, accès tragiques, et fenêtres sur une transfiguration, ce long premier mouvement aura contenu en germe toute la dialectique de l'œuvre. Mahler prescrit une pause de cinq minutes le séparant des trois suivants.


Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 183
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMar 11 Fév 2020 - 23:55

MAGNIFIQUE ! Merci Mélo ! Je viens de réécouter ce mouvement dans cette version Bernstein (je n'avais pas remis Mahler sur le métier depuis des années), quelle œuvre ! quelle version ! quelle analyse !
Quelle chance d'avoir pareil cicérone ! Et en plus, il y a du "déceptif", l'adhésion de Benedictus est (presque) assurée ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 12 Fév 2020 - 0:05

Mefistofele a écrit:

en plus, il y a du "déceptif"


cool-blue En fait je sais pas ce que ça veut dire mais par ces quelques expédients lexicaux, j'essaie de sauver mon commentaire des potences proche-orientales.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9544
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 12 Fév 2020 - 17:08

Compte tenu de l'influence ottomane, ce serait plutôt le pal (et je ne doute pas que tu sauras faire tes délices de cette évocation, au vu de la récurrence de certains lexèmes dans le quizz des pochettes.)

Et puis ton guide d'écoute du premier mouvement est vraiment très, très bien. J'attends avec impatience la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 16 Fév 2020 - 22:37

Surprised Je vais peut-être changer de style rédactionnel.
Regardez ça, c'est moins coruscant mais bien plus cool : https://www.youtube.com/watch?v=8GrVnTKhQyY
La musicologie décomplexée Very Happy
L'orchestre de Lille doit jouer la Résurrection le 28 février, quelle coïncidence, c'est la date à laquelle je compte poster le Mélomaniac d'Or hehe
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19580
Date d'inscription : 22/01/2010

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 16 Fév 2020 - 23:35

Cette vidéo est à pleurer. Shit
Revenir en haut Aller en bas
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2419
Age : 55
Date d'inscription : 06/01/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyLun 17 Fév 2020 - 3:10

On pourrait imaginer une autre solution: tu gardes ton style coruscant, mais tu nous fais par ailleurs des videos en nous comblant de ton talent oratoire que j'imagine au moins digne de celui de Bossuet  hehe .
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 183
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyLun 17 Fév 2020 - 22:05

arnaud bellemontagne a écrit:
Cette vidéo est à pleurer. Shit

De rire tant les blagues sont à se tenir les côtes ?
En vrai, le format est bien ficelé pour un public "jeune" et qui n'a pas fait d'études de musicologie. Très court, quelques extraits musicaux, des anecdotes croustillantes et des blagues nulles, tant en distillant des données-clefs, ça peut donner plus envie au non-mélomane que les envolées lyriques de Mélo. Personnellement, je suis bien plus réceptif aux charmes effusifs et à l'orfèvrerie linguistique dont notre chantre fait preuve, mais il en faut pour tous les goûts et tous les âges.
Revenir en haut Aller en bas
Eusèbe
Mélomaniaque
Eusèbe

Nombre de messages : 1337
Age : 43
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMar 18 Fév 2020 - 11:02

Mélomaniac a écrit:
Surprised
L'orchestre de Lille doit jouer la Résurrection le 28 février, quelle coïncidence, c'est la date à laquelle je compte poster le Mélomaniac d'Or hehe

C'était le 28 février 2019! (j'y étais d'ailleurs, mais je m'aperçois que je n'avais pas fait de compte-rendu détaillé du concert). Le cycle Mahler s'est achevé avec la 9e mi janvier 2020.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 19 Fév 2020 - 23:22

Eusèbe a écrit:

C'était le 28 février 2019!


Ah oui, je me disais aussi, bizarre, ils remettent le couvert cette année avec la Résurrection hehe
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyMer 19 Fév 2020 - 23:25

Anaxagore a écrit:

tu gardes ton style coruscant, mais tu nous fais par ailleurs des videos en nous comblant de ton talent oratoire que j'imagine au moins digne de celui de Bossuet  


Surprised qui c'est, il est connu au prétoire ?
Un benjamin qui vient d'avoir le barreau ?
(bon, ne mésinterprétez pas, je ne voudrais pas être suspecté de remettre des jetons dans la gazette politico-judiciaire...) hehe
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9544
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptySam 22 Fév 2020 - 11:54

Mefistofele a écrit:
De rire tant les blagues sont à se tenir les côtes ?
En vrai, le format est bien ficelé pour un public "jeune" et qui n'a pas fait d'études de musicologie. Très court, quelques extraits musicaux, des anecdotes croustillantes et des blagues nulles, tant en distillant des données-clefs, ça peut donner plus envie au non-mélomane que les envolées lyriques de Mélo. Personnellement, je suis bien plus réceptif aux charmes effusifs et à l'orfèvrerie linguistique dont notre chantre fait preuve, mais il en faut pour tous les goûts et tous les âges.
Parfaitement d'accord avec tout ça: pas pour moi, cette vidéo, mais objectivement très, très bien calibrée.

Mélomaniac a écrit:
(bon, ne mésinterprétez pas, je ne voudrais pas être suspecté de remettre des jetons dans la gazette politico-judiciaire...) hehe
Bien sûr, en plus ce n'est pas du tout ton genre de moquer par des blagues grivoises des gens qui se sont faits tout seuls, à la force du poignet.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 EmptyDim 23 Fév 2020 - 20:38

Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 The_ro10
Lawrence Alma-Tadema, -The Roses of Heliogabalus (1888)


II. Andante moderato

Ce galant intermède correspond à une sorte de Menuet d'ancien temps. Son conservatisme complut aux auditeurs viennois, mais fut boudé par Debussy, Pierné et Dukas qui, lors d'un concert parisien en avril 1910, quittèrent la salle en signe de désapprobation ! Certes, quel radical contraste avec l'esprit tragique des quelque vingt premières minutes ! D'ailleurs, Mahler souhaitait une pause pour dissocier le Todtenfeier de cet Intermezzo que, dans une lettre de mars 1903, il décrivit comme « l'écho des jours passés dans la vie de celui que nous avons mené dans la tombe au premier mouvement, des jours où le soleil brillait encore pour lui de tout son éclat ».
On reconnaît aisément une structure A-B-A'-B'-A'' avec première partie en la bémol et épisode B en sol dièse mineur.

« Jamais se presser ... très tranquillement ... laisser du temps » lit-on à plusieurs pages du manuscrit.
Sur un rythme ternaire, violons, altos et violoncelles dessinent une gracieuse mélodie (0'14) tout en legato, et agrémentée de doucereuses appogiatures, d'où s'émancipe un idyllique contrechant A2 aux violoncelles (0'47) suivis des altos (0'53) dans la même tessiture, ce qui rend l'écheveau presque indiscernable. Mahler confine la dynamique, évitant ainsi que ce charmant ländler ne se contorsionne en un Schmalz sirupeux. La conversation échangée entre violons 1 et 2 (1'42) est soulignée par la flûte. Un si bémol du cor (1'57) va se pointiller et introduire la section B effilochée en triolets des violons puis des violoncelles (seulement trois pupitres, et pianissimo). Un procédé qui rappelle le Scherzo de la Symphonie n°9 de Beethoven. Flûte (2'11) puis clarinette surnagent de cette assemblée féérique qui enrôle toutes les cordes, staccato mais toujours dans la nuance ppp. Les basses sortent du lot (2'54) et supportent un envol des clarinettes dont on notera le caractéristique appel de tierce (ré-fa-faa) qui se réplique (3'04) aux flûtes et hautbois (do-la-laa, si-sol-sool) puis hautbois, clarinette et cor (3'13). Les cordes sculptent leur tracé (3'17) qui se disjoint en réparties mezzo-forte avec les basses (3'23), et va s'amenuisant. Pianissimo, les violons instiguent des levées (3'35) qui relancent timidement la section A (3'46) où les violoncelles superposent un contrechant (4'02) molto espressivo presque autonome, toujours avec une infinie délicatesse. Les formules désinentielles (5'27) se tuilent tendrement.
La section B fait irruption (5'49) avec férocité, la motricité en triolets devient hargneuse, les motifs entendus lors de la première occurrence s'écrient rageusement. Comme le rappelle le tableau de Lawrence Alma-Tadema : les fleurs les plus exquises peuvent devenir fatales si elles vous ensevelissent en tombereaux ; les plaisirs insouciants et voluptueux peuvent devenir poison. Deuil et malheur guettent celui qui ne s'y attendait plus. Les coups du sort relèvent du caprice de la fortune. Un roulement de timbale (6'20) marque l'entrée des trombones qui vocifèrent l'appel de tierce. Le matériel thématique s'empile ensuite en un contrepoint parfaitement réglé. Subitement, l'engrenage des archets se tamise pp (6'47) mais reprend force aussitôt, engendrant des zooms de perspective et de chiaroscuro. L'humeur se rancit (7'02) puis se trouble au gré d'un passage modulant (7'20) qu'exfiltrent les violons excités par un galop des mailloches. À l'instar de la première occurrence de B, la conclusion joute (7'42) entre cordes aiguës et graves, mais bien plus sonores, quoique le volume s'escamote semblablement. Les violons 2 répètent la tirade mais sans triolet (8'05), amorçant le retour de la section A (8'15) au tempo primo, et qui se singularise par son pizzicato. Le thème principal picore aux violons (8'30), surligné par piccolo et flûte. Le sous-thème A2 se distille avec les harpes (9'09). Une saillie des violoncelles et basses (9'26) relance le thème A aux bois sur un large contrechant des violons, très lyrique (le trille à 9'45), où A2 s'épanche encore (10'01). Un arachnéen entrelacement des motifs, humecté de glissandi, aboutit aux formules désinentielles (11'02) entre violons et altos qui s'agglutinent en strette (11'18). Une ascension des violons (11'24) se hisse jusque un contre-la (11'31) : dans ce firmament éthéré luit le thème principal aux clarinettes, bassons et cors puis aux flûtes. Quelques ridules évaporées des harpes (11'54) concluent dans l'ineffable cette section dont l'instrumentation diaphane est un véritable enchantement.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Deuxième symphonie de Mahler   Deuxième symphonie de Mahler - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Deuxième symphonie de Mahler
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: