Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Pokémon EV4.5 : où trouver le coffret ...
Voir le deal

 

 [Opéra du Rhin] Les Huguenots

Aller en bas 
+19
Pison Futé
Xavier
Stolzing
benvenuto
frere elustaphe
Анастасия231
Cololi
Froberger
Siegmund
Donovan
Otello
Fiordiligi
Polyeucte
Mariefran
bAlexb
aurele
calbo
DavidLeMarrec
Guillaume
23 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Les Huguenots à Strasbourg ce sera...
Formidable, comme à Bruxelles !
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap9%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 9% [ 2 ]
Encore mieux qu'à Bruxelles, avec Callegari.
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap14%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 14% [ 3 ]
Formidable s'ils ne coupent pas trop.
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap5%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 5% [ 1 ]
Moins bien qu'à Bruxelles, sans Osborn ou Varnier (etc.)
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap0%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Je n'ai pu aller à Bruxelles, je suis un meyerbeerien absolu et je compte aller à Strasbourg ! (spécial DLM)
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap0%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 0% [ 0 ]
... sans moi, j'ai été à Bruxelles.
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap14%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 14% [ 3 ]
... sans moi, je n'y puis aller hélas !
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap5%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 5% [ 1 ]
... Meyerbeer est nul, je ne l'ai pas écouté mais je sais que c'est nul, et non, je n'irais pas à Strasbourg ni même au Diable.
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap32%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 32% [ 7 ]
Guillaume est le plus grand prosélyte du monde.
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap9%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 9% [ 2 ]
J'achéterai le DVD, s'il paraît (ce qui n'est absolument pas sûr)
[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_lcap14%[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Vote_rcap
 14% [ 3 ]
Total des votes : 22
 

AuteurMessage
calbo
Pertusienne
calbo


Nombre de messages : 28126
Age : 52
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 15:01

Guillaume a écrit:
Durée: 4 h 30
(entractes après les actes II et III)

source : http://www.operanationaldurhin.eu/opera-2011-2012--les-huguenots.html

What the fuck ?!?

Ca sent soit la coupure, soit les entractes trrrès courts (15 minutes pr chacun), soit l'imprécision volontaire pour camoufler que ça va durer plus 4h45 que 4h30.
Refaisons le calcul. La bande la plus complète de Bruxelles (merci Polyeucte !) dure 3h56. Premier entracte de 20 minutes = 4h16. Deuxième entracte de 20 minutes = 4h36. C'est jouable en, disons, 4h40 en comptant les applaudissements. Mais ils ont des contraintes aussi, notamment pour les trains. Avec un début à 18h30, ça va se terminer à 23h en soirée. En tous cas si les entractes durent plus de 20 minutes, ça rend indispensable les coupures, surtout que les tempi de Minkowski n'étaient pas si rapides. Si on passe à 2 * 30 minutes d'entracte, alors on arrive au même minutage que Bonynge, ce qui signifie pas de passages inédits Ricordi. Mais 30 minutes d'entracte sont-ils nécessaires ? Je clos là les comptes d'apothicaire. Mr. Green Simplement c'est un peu inquiétant, parce qu'à Bruxelles ils indiquaient 4h45 dans le programme de salle... On sait qu'on aura le ballet, certains passages ajoutés (Toute la nuit mes chers amis) mais je ne garantis ni les reprises ni les ajouts mineurs et encore moins le nouveau final du III ou la prière de Marcel.

La première est ce soir. N'a-t-on pas un espion dans la salle qui pourrait nous en donner des nouvelles ?

Ils ont ajouté des photos aussi : http://www.operanationaldurhin.eu/photos--les-huguenots.html

Impossible; les entractes ou que ce soit durent au minimum 20 mn. L'opéra national du Rhin ne peut pas se permettre de se mettre les syndicats à dos.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 15:07

Mariefran a écrit:
Je commence à regretter de ne pas avoir pris de place… Crying or Very sad [/mode nostalgie off]

On te racontera Sad (y reste des places en semaine sinon Confused)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran


Nombre de messages : 14259
Age : 62
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 15:08

Je bosse un peu de temps en temps quand même… Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 15:10

Ah si les entractes doivent durer 20 minutes au minimum, ça risque d'être serré, parce qu'à Bruxelles il y avait bien 45 minutes d'entracte en fait (25 + 20). Neutral

Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 15:12

Enfin tu sais, les minutages, c'est approximatif... et si le chef dirige un peu plus vite...
De toute façon, on verra bien! Very Happy Et au pire, on a la musique dans l'enregistrement radio de Bruxelles! Si là on avait la vidéo même un peu coupée, ce serait déjà géniale!!!!


Ben je sais bien Mariefran... d'où le Confused

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 15:14

Interview de Callegari :

http://www.lalsace.fr/bas-rhin/2012/03/13/les-huguenots-un-beau-defi-pour-le-chef-italien-callegari

"Son chantant" c'est parfois ce qui manquait un peu à Minko. Ca s'annonce donc pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Pertusienne
calbo


Nombre de messages : 28126
Age : 52
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 15:17

Guillaume a écrit:
Ah si les entractes doivent durer 20 minutes au minimum, ça risque d'être serré, parce qu'à Bruxelles il y avait bien 45 minutes d'entracte en fait (25 + 20). Neutral

20 mn c'est le minimum légal. Et de toute façon les responsables de l'opéra savent bien qu'il y a des gens qui ont du trajet ils ont donc dû calculer leur coup s'ils veulent avoir du monde
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 17:30

Même avec cette durée annoncée, je louperai une partie du 5e acte. J'espère pouvoir rester au moins pour les 4 premiers actes dans leur intégralité. Il faudra que j'aille reprendre le tram pour rejoindre la gare aux alentours de 19h10-19h15 je pense comme j'aurai mon train à 19h50.
Revenir en haut Aller en bas
Stolzing
Mélomaniaque
Stolzing


Nombre de messages : 1017
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 17:50

Il faut vraiment que la version Bonynge ne rende pas justice à l'oeuvre... Je l'ai achetée il y a quelque temps, je l'ai écoutée, j'ai trouvé ça pas déplaisant mais très dispensable, un peu comme du Rossini serio en moins bien - et c'est parti à la revente à la chaumière à musique. L'hystérie d'une partie (estimable) du forum autour de cet opéra m'échappe, je dois dire. Ca ne m'empêcherait pas d'aller voir une représentation bien distribuée si jamais c'était donné à Paris, ou dans un endroit où je suis pour une autre raison, mais de là à voyager exprès pour ça, hum.

Cela dit, même si je trouve le nationalisme en musique idiot, il ne me semblerait pas scandaleux que l'ONP s'occupe un peu de la production lyrique française en-dehors de Carmen, de Faust et de Pelléas. Un Meyerbeer de temps en temps ne pourrait pas nuire.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 19:06

aurele a écrit:
Même avec cette durée annoncée, je louperai une partie du 5e acte. J'espère pouvoir rester au moins pour les 4 premiers actes dans leur intégralité. Il faudra que j'aille reprendre le tram pour rejoindre la gare aux alentours de 19h10-19h15 je pense comme j'aurai mon train à 19h50.

Mouais... mais il n'y a pas de pose entre les deux derniers actes... Confused

Stolzing a écrit:
Il faut vraiment que la version Bonynge ne rende pas justice à l'oeuvre... Je l'ai achetée il y a quelque temps, je l'ai écoutée, j'ai trouvé ça pas déplaisant mais très dispensable, un peu comme du Rossini serio en moins bien - et c'est parti à la revente à la chaumière à musique. L'hystérie d'une partie (estimable) du forum autour de cet opéra m'échappe, je dois dire. Ca ne m'empêcherait pas d'aller voir une représentation bien distribuée si jamais c'était donné à Paris, ou dans un endroit où je suis pour une autre raison, mais de là à voyager exprès pour ça, hum.
Oh tu sais, j'étais vraiment pas totalement convaincu... et puis j'ai écouté la version Diedrich qui m'a déjà plus emballé que Bonynge (qui reste bien planplan quand même...)
Après, je me demande pourquoi je suis allé à Bruxelles... toujours est-il que depuis, je suis devenu fan des Huguenots! Seul soucis, je ne peux plus écouter d'autre version que celle de Bruxelles dirigée par Minko! Mr.Red (bon, y a aussi celle dirigée par Gavazzeni en italien, mais est-ce vraiment les Huguenots? Mr.Red)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMer 14 Mar 2012 - 19:17

Polyeucte a écrit:
Mouais... mais il n'y a pas de pose entre les deux derniers actes... Confused

Je préviendrai les gens de ma rangée que je dois partir et j'essaierai de m'éclipser le plus discrètement possible. Je ne peux vraiment pas faire autrement. Si j'avais su cela, je n'aurais pas pris de place pour ce spectacle. Je me doutais que cela durerait longtemps mais je pensais qu'il y aurait des trains après 19h50.
Revenir en haut Aller en bas
benvenuto
Mélomaniaque
benvenuto


Nombre de messages : 1340
Date d'inscription : 11/07/2011

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 0:35

Stolzing a écrit:

Cela dit, même si je trouve le nationalisme en musique idiot, il ne me semblerait pas scandaleux que l'ONP s'occupe un peu de la production lyrique française en-dehors de Carmen, de Faust et de Pelléas. Un Meyerbeer de temps en temps ne pourrait pas nuire.

Franchement, même en dehors des 3 opéras que tu cites, il y a tellement de trésors dans le répertoire français qu'on joue encore moins souvent que Meyerbeer et qui valent encore plus le coup... Songe que le Roi Arthus de Chausson n'a JAMAIS été monté à Paris... affraid
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 10:42

aurele a écrit:
Polyeucte a écrit:
Mouais... mais il n'y a pas de pose entre les deux derniers actes... Confused

Je préviendrai les gens de ma rangée que je dois partir et j'essaierai de m'éclipser le plus discrètement possible. Je ne peux vraiment pas faire autrement. Si j'avais su cela, je n'aurais pas pris de place pour ce spectacle. Je me doutais que cela durerait longtemps mais je pensais qu'il y aurait des trains après 19h50.

Quand je descend sur Strasbourg, il y a une des deux auberges de jeunesse relativement accessible depuis le centre ville et peu chers. Pour une nuit, ça devrait te faire l'affaire Wink . En Taxi, c'est une dizaine d'euro pour être déposé devant (~ en partant de la gare), en tram il faut marcher 10/15m après l'arrêt.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
Stolzing
Mélomaniaque
Stolzing


Nombre de messages : 1017
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 10:57

On n'y pense pas forcément, mais une location de voiture peut être peu chère si on s'y prend bien à l'avance. J'ai déjà eu des tarifs à 70/80 € pour un week-end, avec des véhicules très corrects (Golf), et ça peut être encore moins cher en prenant une petite genre Smart, qui après tout suffit bien pour faire Nancy / Strasbourg...
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 11:36

Je n'ai pas le permis Stolzing.
C'est trop tard. J'ai mon billet de retour en train. Je ne pense pas que je puisse l'échanger et même si c'était le cas, tant pis, je ne verrai pas toute la représentation.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 15:05

A moins que ce soit un prem's ou un tarif particulier, tu peux te faire rembourser un billet, avec à la limite une petite retenue... Et en tout cas tu peux l'échanger! (surtout pour en TER!!)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 15:08

Je ne crois pas que les billets de TER, du moins pas tous et dans certaines régions, soit d'une horaire précise. Ce qui compte n'est pas la date du compostage ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 15:09

Si, mais après tu as aussi les histoires de période (pointe ou pas...)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Pertusienne
calbo


Nombre de messages : 28126
Age : 52
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 15:45

Polyeucte a écrit:
A moins que ce soit un prem's ou un tarif particulier, tu peux te faire rembourser un billet, avec à la limite une petite retenue... Et en tout cas tu peux l'échanger! (surtout pour en TER!!)
[b]

La retenue, de 10 euros, n'est appliquée que si l'échange est effectué le jour du voyage. Sinon les échanges sont gratuits
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 20:37

Je ne savais pas. Si cela dure 4h30, cela veut dire que cela finirait autour de 19h30. Je ne sais pas si j'aurais le temps de rejoindre la gare sans assister aux saluts. Je n'ai pas prévu de me faire rembourser et de passer une nuit sur Strasbourg. J'ai dit à mon professeur d'histoire d'hypokhâgne qui est le webmaster d'un site "le cercle lyrique du metz" que j'y vais et il souhaite un compte-rendu de ma part. Il sait que je ne verrai pas la fin et m'a demandé d'avoir de l'imagination. Au pire, je pomperai des infos sur l'Acte V sur un forum en adaptant à ce que j'aurai pensé des chanteurs dans les autres actes. Merci néanmoins pour les diverses solutions proposées.
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Pertusienne
calbo


Nombre de messages : 28126
Age : 52
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 20:47

C'est pourquoi il faut toujours faire très attention aux billets que tu achètes (si tu as des billets prems, par exemple, c'est mort pour un remboursement ou un échange) et éventuellement prendre une nuit d'hôtel si c'est nécéssaire. En plus à ton âge tu peux bénéficier des prix très avantageux des auberges de jeunesse; la aussi il faut te renseigner sur les dessertes bus/métro/tram, cela étant dit sur Strasbourg c'est pas un problème y a largement ce qu'il faut au niveau des transports en communs.
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 21:06

J'ai cours le lendemain. Cela aurait voulu dire repartir très tôt le matin et j'aurais juste eu le temps de repasser prendre mes affaires de cours à mon avis. Mes billets ne sont pas prems visiblement vu qu'il est indiqué "utilisable du 18/03 au 17/05 2012" en haut même si en dessous c'est indiqué "départ 18/03".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 21:08

aurele a écrit:
Il sait que je ne verrai pas la fin et m'a demandé d'avoir de l'imagination. Au pire, je pomperai des infos sur l'Acte V sur un forum en adaptant à ce que j'aurai pensé des chanteurs dans les autres actes.
C'est bon, dans un an tu es embauché pour Classica.

aurele a écrit:
J'ai cours le lendemain. Cela aurait voulu dire repartir très tôt le matin et j'aurais juste eu le temps de repasser prendre mes affaires de cours à mon avis.
Tu n'as pas un quota de sèche à utiliser ?
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 21:12

Le prof m'a redit deux fois qu'il compte sur moi. J'ai déjà fait des critiques pour son site sur les retransmissions du Met. Il a dit devant ses collègues et quelques anciens camarades de prépa que je suis un bon critique. Cela m'a mis mal à l'aise.
J'ai très peu sèché à la fac même si parfois, j'en aurais envie. Je n'ai jamais sèché en prépa, au lycée, au collège et évidemment encore moins en primaire.
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Pertusienne
calbo


Nombre de messages : 28126
Age : 52
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 21:15

aurele a écrit:
Le prof m'a redit deux fois qu'il compte sur moi. J'ai déjà fait des critiques pour son site sur les retransmissions du Met. Il a dit devant ses collègues et quelques anciens camarades de prépa que je suis un bon critique. Cela m'a mis mal à l'aise.
J'ai très peu sèché à la fac même si parfois, j'en aurais envie. Je n'ai jamais sèché en prépa, au lycée, au collège et évidemment encore moins en primaire.

Il y a des moments ou il faut savoir le faire hehe . Sinon, va falloir t'habituer à choisir tes dates en fonction de ton emploi du temps Wink
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90480
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyJeu 15 Mar 2012 - 23:36

aurele a écrit:
Le prof m'a redit deux fois qu'il compte sur moi. J'ai déjà fait des critiques pour son site sur les retransmissions du Met. Il a dit devant ses collègues et quelques anciens camarades de prépa que je suis un bon critique. Cela m'a mis mal à l'aise.

Tu aurais préféré qu'il dise que tu es mauvais? Mr.Red

Bon attention, on est en train de refaire un topic sur la vie d'Aurèle. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyVen 16 Mar 2012 - 18:07

Oui, surtout que nous attendons les comptes-rendus éventuels et autres échos de la première et que, à part quelques uns sur ODB (dont certains qui n'ont pas vraiment compris l'oeuvre), on ne peut pas dire qu'il y en a pléthore. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé


Nombre de messages : 27496
Age : 32
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyVen 16 Mar 2012 - 18:35

C'est-à-dire pas vraiment compris l'oeuvre ? Qu'ils n'ont pas été éblouis par la toute-beauté de l'oeuvre ? dwarf
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 13:47

Et alors? Very Happy

Bon, pour faire rapide...

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Content-saute

Plus d'infos dans la soirée avec un compte rendu!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran


Nombre de messages : 14259
Age : 62
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 15:01

Tu l'as vu ? bounce
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 15:22

Mariefran a écrit:
Tu l'as vu ? bounce

Oui, et c'est toujours aussi génial!
Kunde mémorable, Delunsch comme à La Monnaie ( vous voyez bien qu'elle ne s'est pas cassée la voix!)...

En gros, j'ai été retourné comme une crêpe encore une fois! Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
BaronOchs
Néophyte



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 31/01/2011

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 17:11

Polyeucte a écrit:
Mariefran a écrit:
Tu l'as vu ? bounce

Oui, et c'est toujours aussi génial!
Kunde mémorable, Delunsch comme à La Monnaie ( vous voyez bien qu'elle ne s'est pas cassée la voix!)...

En gros, j'ai été retourné comme une crêpe encore une fois! Very Happy

Je reviens de Strasbourg....Oeuvre magnifique...Un scandale que cela ne soit pas donnée à Paris...
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 17:57

On aurait pu se voir Polyeucte hier pendant un des entractes. Dommage. J'ai passé un excellent après-midi. Je n'ai pas vu les 5-10 dernières minutes je pense. Je tiens à souligner le fait que le programme de salle est très bien fait, notamment avec le livret à l'intérieur même si ce n'est pas celui de l'édition critique et un entretien avec le chef et Olivier Py. En salle, l'oeuvre passe beaucoup mieux qu'à la simple écoute par le biais du disque mais c'est dû aussi à la réussite de la production et à la qualité de la distribution. Je n'avais pas écouté la meilleure version ceci dit puisque j'avais écouté Bonynge. Je continue à préférer l'acte IV puisque je n'ai pas vu le V en entier. Le 1er est celui que j'aime le moins même si je trouve qu'il y a moins de longueur qu'à la simple écoute. La mise en scène de Py aidait à faire passer les choses. J'ai trouvé cette mise en scène d'une grande intelligibilité et très réussie. La nudité ou semi-nudité (femmes aux bains en collant de chair je pense+ homme avec ramure de cerf et femme nue avec collant de chair là encore je suppose, ballet du III, orgie du I avec nudité quasiment totale pour certains hommes) est pour une fois appropriée et ne m'a pas choqué. Les décors monumentaux sont superbes, j'ai pu mieux les voir à partir du 3e acte quand je me suis déplacé de quelques sièges de la 4e galerie à gauche. Les costumes de Marguerite sont très beaux et le choix des couleurs est pertinant pour l'ensemble des tenues. Cela permet de bien distinguer qui est qui. La distribution sur l'ensemble m'a beaucoup plu, que ce soit du côté féminin ou du côté masculin. Ce serait très long de la reprendre sur la totalité.
Kunde évidemment assume parfaitement la filiation belcantiste rossinienne du rôle de Raoul. La prononciation est plutôt bonne. Je déplore par moments néanmoins quelques sons moins beaux, je ne suis pas fan du timbre mais il a montré un engagement remarquable, une belle sensibilité, un très beau sens du phrasé dans sa romance en particulier.
Aikin en Marguerite était parfaite. La prononciation est là encore de qualité, la virtuosité n'est pas gratuite, la voix m'a plu, elle a eu de très beaux aigus suspendus. Remarquable interprétation de "O beau pays de la Tourraine" et magnifique duo avec Kunde en particulier, un de mes passages préférés de l'oeuvre.
Delunsch en Valentine m'a convaincu totalement par la densité qu'elle donne au texte. Je me moque finalement que ce ne soit pas la "voix du rôle". Elle a offert une incarnation remarquable, d'une grande sensibilité. Il y a des aigreurs dans l'aigu notamment et un timbre pas très séduisant mais la voix de Delunsch dans ce que j'ai pu entendre d'elle ne m'a jamais séduite. Le grave n'est pas celui d'un falcon mais est intéressant. Je n'ai pas trouvé qu'elle criait par ailleurs dans l'aigu. Plutôt une très belle surprise donc alors que c'est elle que je craignais le plus. Duo extraordinaire au IV avec Kunde, mon passage favori de l'oeuvre.
Marc Barrard est excellent, a une bonne projection. Je trouve la voix extrêmement séduisante. Le rôle sur le plan dramatique n'est pas le plus intéressant de l'oeuvre mais j'ai trouvé l'incarnation convaincante.
Wojtek Smilek est ma révélation de la représentation avec Delunsch. Son Marcel est idéal, il a une très belle voix de basse profonde même si le grave est par moment un peu écrasé. Il a une présence scénique extraordinaire, des accents fantastiques, une noblesse incontestable. Tout simplement magnifique!!!
Philippe Rouillon est impressionnant en Saint Bris tant vocalement que physiquement.
Karine Deshayes dans l'aigu et le medium a une voix très séduisante mais j'ai trouvé le grave trop étouffé, trop mâte dans son rondeau au 2. On sent qu'elle chante beaucoup Rossini elle aussi. La vocalisation est excellente. Sur le plan de l'incarnation, je l'ai trouvé très bien.
Les choeurs et le reste de la distribution étaient également excellents. J'ai surtout remarqué Avi Klemberg dans le rôle de Tavannes, je l'avais déjà entendu à Nancy à deux reprises au moins, en Cassio dans Otello de Verdi et dans un rôle de l'opéra Le Portrait.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 18:28

J'ai pas vraiment eu beaucoup de temps pendant les entr'acte et je pouvais difficilement laisser les personnes avec qui j'étais...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 18:35

Polyeucte a écrit:
J'ai pas vraiment eu beaucoup de temps pendant les entr'acte et je pouvais difficilement laisser les personnes avec qui j'étais...

D'accord. Je suppose que cela doit te faire plaisir de voir que j'ai apprécié, même Delunsch.
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé


Nombre de messages : 27496
Age : 32
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 18:42

Citation :
On aurait pu se voir Polyeucte hier pendant un des entractes. Dommage.


Roh, tout ça parce que tu voulais te faire payer à boire par Polyeucte pendant l'entr'acte, aurele franchement ! Surprised

Enfin, au vu de l'accumulation du smiley [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Conten10, je crains fort pour la santé de Polyeucte. J'ai peur qu'il soit atteint d'une huguenophilie aiguë après cette représentation. pale Peut-être que d'écrire le compte-rendu va l'exorciser ? Seul Dieu le sait. [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 40601244



Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 20:01

J'ai oublié de parler de la direction de Daniele Callegari que j'ai trouvé de très bonne qualité. Il a su insuffler le drame à l'oeuvre, les passages plus intimistes étaient également très convaincants. Je déplore juste par moments, à cause de l'effectif de l'orchestre sans doute, des chanteurs un peu couverts. Le chef a fait à plusieurs reprises de très beaux allègements.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 20:57

Au fait... les danseurs ne portaient pas de collants couleur chaire... Mr.Red

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 20:58

Polyeucte a écrit:
Au fait... les danseurs ne portaient pas de collants couleur chaire... Mr.Red

Tu dis danseurs pour hommes et femmes ou seulement hommes? Il n'y a eu qu'un mec totalement nu de toute manière, collant ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 21:03

C'était global...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyLun 19 Mar 2012 - 21:17

Polyeucte a écrit:
C'était global...

Ce qui m'a trompé, c'est que dans le peu que j'ai pu voir de mon DVD de Lulu, Patricia Petibon a un collant. C'était aussi le cas dans son Olympia. Cela ne doit pas être évident d'être nu sur scène mais dernièrement, j'ai lu que Bieito a donné à voir au public un Max totalement nu dans Der Freischütz à Berlin au Komische Oper. J'ai lu un compte-rendu qui m'a choqué. Il parait qu'il y avait du sperme et de l'urine aussi. Py n'a pas cherché à faire quelque chose de trash et totalement incompréhensible, il a cherché à faire quelque chose d'esthétique et n'a pas cherché la vulgarité selon moi ou une quelconque provocation donc que ce soit avec collant ou sans collant, cela ne me choque pas.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 0:04

Les Huguenots : 18/03/2012


Opéra du Rhin, Strasbourg

Marguerite de Valois : Laura Aikin
Valentine : Mireille Delunsch
Le Page Urbain : Karine Deshayes
Raoul de Nevers : Gregory Kunde
Comte de Nevers : Marc Barrard
Comte de Saint-Bris : Philippe Rouillon
Marcel : Wojtek Smilek
Cossé : Xavier Rouillon
Thoré : Marc Labonnette
Tavannes : Avi Klemberg
Retz : Arnaud Rouillon
Méru : Patrick Bolleire
Bois-Rosé : Mark Van Asdale
Maurevert : Arnaud Richard
Une Dame d'Honneur : Marie Cubaynes
Une Coryphée : Hanne Roos
Un Valet : John Pumphrey
Deux Jeunes Filles Catholiques : Tatiana Zolotikova, Fan Xie
Un Etudiant Catholique : John Pumphrey
Trois Moines : John Pumphrey, Arnaud Richard, Dimitri Pkhaladze
Deux Bohémiennes : Marie Cubaynes, Hanne Roos

Danseurs :
Delphine Beaulieu, Steven Berg, Vincent Clavaguera, Laura Debat, Ricaro Moreno, Laura Ruiz Tamayo

Figurants :
Antoinette Cremona, Frédéric Schalk

Enfants : Frédéric Ballara, Marie Becarmin, Flora Carle, Justin Domenicone, Juline Florentino, Anabel Guillmot, Farah Ritter, Roberto Van Haselen

Choeur de l'Opéra National du Rhin
Direction : Michel Capperon

Orchestre Philharmonique de Strasbourg
Direction musicale : Daniele Callegari

Mise en scène : Olivier Py



Un peu moins d'un an après avoir découvert la production des Huguenots mis en scène par Olivier Py à La Monnaie de Bruxelles, quel plaisir de retrouver à Strasbourg ce spectacle !


Mise en scène :

La mise en scène qui est proposé retrouve l'esthétique chère à Olivier Py et son décorateur, avec ces décors mobiles, beaucoup de faces dorées ou brillantes, des costumes noirs... on retrouve ici toutes ces habitudes et cela donne à ce spectacle une certaine austérité malgré la présence d'une machinerie impressionnante. Du coup, on retrouve le décor d'un Grand Opéra, sans pour autant sombrer dans le kitsch en montrant des décors hypers détaillés et trop réalistes. Ici les différents lieux sont symbolisés ou suggérés par un escalier, un pont, une table ou un cadre de scène. Et du coup, on se promène sans pour autant avoir les yeux fixés sur tel détail au final peu important. Mais au-delà de cette décoration, ce sont aussi les idées du metteur en scène qui imposent une vision du drame et nous donnent un effet poignant.
Le premier acte varie les espaces avec bonheur, facilitant les déplacements et l'isolement de certains personnages. L'orgie est manifeste et au final assez bien en accord avec la beuverie qu'on peut entendre. Raoul, en naïf qu'il est semble à la fois perdu et attiré par ce monde bruyant et vivant. Au milieu de ces nobles se détachent Marcel, figure fanatique et belliqueuse, mais aussi le Comte de Nevers qui participe à la folie, tout en restant légèrement au dessus de ses amis. L'arrivée du Page Urbain en petit groom est une magnifique trouvaille, moment de fraicheur dans ce lieu d’excès. Petit groom donc, mais à la personnalité affirmée, se jouant de ces hommes ivres, s'amusant à leur montrer le fameux billet sans leur laisser le temps de le lire.
Le deuxième acte propose une atmosphère totalement différente, où la sensualité respire sous les lumières de la lune. La Reine de Navarre est ici chez elle, avec non pas des servantes mais des amies. Elle peut ici laisser lire-court à toute sa nature vivante et libre. L'arrivée du pont symbole de Chenonceaux, et la présence de cette pièce d'eaux donnent un cadre parfait pour la baignade de ces nageuses. Urbain continue à avoir son importance avec une présence discrète qui lui vaudra tout de même un renvoi de la reine car après tout, c'est un jeune homme ! Il reviendra avec un Raoul tenu en laisse. Voir ce petit bout d'homme tirer cette corde et lutter contre Raoul est parfaitement en accord avec la musique. Le duo entre Marguerite et Raoul donne lieu à la découverte pour les deux personnages du corps de l'autre. Car en effet, la reine succombe rapidement au charme de jeune noble qui pense alors plus à se venger de celle qui l'a trahi qu'autre chose. Passant d'une table à l'eau, les deux acteurs se doivent d'être particulièrement expressifs ici ! La grande scène qui termine cet acte amène pour la première fois le faste royal dont la robe majestueuse est le reflet. Mais celle qui incarne vraiment le pouvoir, c'est cette Catherine de Médicis qui s'installe pour assister à ce mariage. Tout au long de la scène, elle va mener son chien à la baguette et laissera exploser sa joie alors que la haine prend la place du serment d'amitié. Avec la mise en place de nombreux niveaux sur scène, le rôle de chacun est bien marqué, avec le chœur qui reste spectateur, Marguerite sur son estrade qui finira pas en descendre une fois que son projet tombe à l'eau.... et cette régente qui conserve un calme souverain et une présence arachnéenne.
La rue du troisième est habillement créée par un escalier qui se ressert sous les façades des bâtiments. Variant tout de même au cours de l'acte, on se trouve véritable dans une rue ou sur une place ici. La différenciation entre Huguenots (haut de forme noir et grand manteau) et Catholiques (plastrons dorés et fraise blanche) donne une bonne lecture des deux camps qui s'affrontent. Dans un premier temps juste un concours de chants religieux, la tension monte petit à petit. Puis c'est l'annonce du piège par Saint-Bris et donc le duo entre Marcel et Valentine. Point de voile ici, mais juste un éloignement sur scène, des regards qui se fuient... Lui par volonté et par peur. Elle par pudeur. Voués l'un comme l'autre au sacrifice, on pourra les voir les bras en croix à la fin du duo, chacun s'abandonnant au destin suite à cette volonté de sauver Raoul. Le duel arrive, et dans le moment le plus violent, les bâtiments passant et disparaissant en fond de scène, la Reine de Navarre et Urbain font leur apparition. Voulant réunir les deux croix (qui servent d'épée aux deux camps) en une seule (alors que lors de l'ouverture, on assistait justement à l'explosion en deux religions), la jeune Marguerite se trouve dans l'impossibilité de réunir les deux partis. Et là encore sous le regard de Catherine de Médicis, le mariage de Valentine et Nevers est mis en lumière (elle les mains nouées par son voile nuptial) alors que Marguerite se trouve être mariée contre sa volonté. Double mariage malheureux donc pour ces deux femmes qui se ressemblent tant. Les scènes de foules montrent bien cette opposition de masse qui se focalise sur deux personnages que sont Raoul et Saint-Bris.
Pour le quatrième acte, c'est le dame qui fait totalement son entrée. Avec cette ambiance dorée et froide, Olivier Py plante un premier décor pour l'air de Valentine et le serment des assassins. Devant cette grande table, on trouve une Régente qui durant la mise en place de la conjuration va manger son poulet avec les doigts, comme si entendre cette mise en place d'un massacre ne l'émouvait aucunement. A ses côtés, le cardinal joue les plantes vertes et ne servira que de porte étendard quand la figure dorée d'une armure lui apporte une arme à feu. Il va alors la présenter au chœur réparti sur les grands escaliers, tous armés d'une croix qui se transforme en épée. Tableau d'une grande force, c'est la mise en place d'une armée pour un massacre sous le regard froid d'une araignée reine. Le départ de tous ces assassins va laisser la scène vide, les décors se repliant tous pour ne laisser que les tables sur lesquels les assassins avaient laissés leurs croix. Le fond dévoile un grand rideau noir brillant, et seule une ampoule éclaire la scène de façon visible. C'est dans un espace dévasté que se déclarent leur amour Raoul et Valentine. Le glas retenti... Raoul fuit... et durant le bal, après la fuite des huguenots, c'est la Reine qui apparaît dans sa robe ensanglantée alors qu'on retrouve encore la régente qui passe d'une fenêtre à l'autre, se repaissant des images du massacre. Au sommet du bal, les tables contenant les croix sont renversées et Raoul racontera ce qu'il a vu non pas aux invités de la Tour de Nesle, mais à Marguerite.
L'arrivée dans la tour voit le retour de Marcel blessé... scène vide là aussi, si ce n'est un escalier à mi-hauteur. L'éclairage se fait violent et froid avec un néon blanc en centre de scène. Plus ici de façades dorées. Seules les deux tables retournée en fin du premier tableau de l'acte IV restent ces taches de couleurs. Alors que les huguenots arrivent, portant bagages et costumes des années 40 (comment ne pas penser aux fuites des juifs lors de la deuxième guerre mondiale!), la silhouette du bourreau fait on apparition. Alors qu'elle était auparavant dorée des pieds à la tête, l'armure a cette fois la tête couverte d'une cagoule noire qui ne laisse voir aucun œil à ce Samson de masse. Il s'approche des croix à terre, en prend une dans chaque main... et ce sont ces croix qui jusqu'à la fin de l'opéra vont sonner les assassinats. Frappant des deux croix à plat sur une des tables renversées, les coups de feu vont claquer en cinglant l'oreille des spectateurs, alors que les huguenots chutent, se relèvent et chutent encore une fois après une nouvelle salve. Et pendant que les huguenots chantent, les catholiques sont entrées sur l'escalier à mis hauteur, eux aussi en pardessus des années 40, la croix au bras... Nous sommes véritablement ici dans une évocation des rafles. Présence violente et imposante, ce chœur écrase visuellement les futurs massacrés. Pour le tout dernier tableau, Saint-Bris rejoint les alors que Raoul, Marcel et Valentine rejoignent les autres huguenots et sous le dernier coup de l'armure/bourreau, tous s’effondrent, sauf Valentine, accrochée à la croix qu'elle brandit pour sa dernière phrase.
Visuellement belle et parfaitement lisible, la mise en scène d'Olivier Py permet de ne pas tomber dans le cliché du Grand Opéra tout en conservant ses codes par la présence de décors imposants. L'intégration des ballets est très bien adaptées, que ce soit les baigneuses ou les gitanes en tête de mort. Vraiment une production magistrale, où chaque personnage est bien dessiné dans son caractère, et qui donne une belle impression de spontanéité, découlant sûrement d'un bon travail avec les chanteurs pour que leurs compositions soient la plus fluide possible.


Orchestre et chœur :

Question musique la comparaison est obligatoire avec ce que j'ai entendu à Bruxelles et ensuite écouté de nombreuses fois suite à la diffusion radio...
On saluera le beau travail des chœurs qui signent une performance à la fois sonore et puissante, mais aussi délicates à certains moments. D'une belle homogénéité, le grand rôle du chœur est parfaitement rendu ici. Un grand bravo.
La direction de Callegari m'a semblé un peu plus rapide que ce que proposait Minkowski. Pas de coupures notables entendues dans cette reprise, mais des options un peu différentes avec un orchestre un peu plus coulant et délié là où Minko proposait une vision un peu plus violente et explosive !
Question chants, on retrouve beaucoup de petits rôles communs avec Bruxelles... mais la différence à mes oreilles est que c'est moins nette et moins bien mis en place. Certains départs sont en retard, et surtout la diction est particulièrement relâchée pour certains chanteurs. En fait, on a l'impression que cette reprise a eu droit à moins de travail sur le texte, puisque presque tous les solistes ont tous connus un trou de mémoire ou ont vu une passage du texte chanté en yaourt... Malgré tout, ces petits rôles sont bien tenus avec des voix bien définies et logiques par rapport aux personnages.


Solistes :

Nevers est chanté par Marc Barrard. Baryton sombre et plutôt bas, il propose un personnage moins jeune et noble que ne l'était Lapointe. Avec une voix plus large et moins nuancée, le personnage perd un peu plus violent et donc moins différent de Saint-Bris. Après, on louera la grande qualité de sa diction et seule l'extrême aigu du rôle le trouvera un peu en difficulté.
Pour Saint-Bris, Philippe Rouillon retrouve le rôle où il avait fait une sensation immense à Bruxelles. Légèrement moins en voix avec des aigus un peu précautionneux, il n'en compose pas moins un comte avec une belle morgue, une autorité noire. Il s'impose tout simplement comme le lieder des catholiques, l'âme damnée de la régente. La diction est très bonne et la voix s'impose malgré ses faiblesses.
Reprendre Urbain après Yulia Lezhneva n'était pas une mince affaire tant la jeune soprano russe semblait idéale vocalement et scéniquement. Karine Deshayes est plus mûre de voix comme de physique. Du coup, le personnage gagne en puissance et perd un peu de ce côté bambin que proposait la soprano russe. Mais au final, cela reste une belle composition. La mezzo possède une voix puissante et une belle amplitude qui lui permet d'assumer les deux airs plutôt démonstratifs du page. Les aigus sont pleins et assurés, la vocalise sûre et nette... que dire ? Techniquement c'est parfaitement réalisé et avec un bonheur évident de créer ce rôle si payant et si frais !
Le rôle de Marguerite est techniquement très difficile et demande dans cette mise en scène une sensualité scénique importante. Scéniquement justement, la soprano Laura Aikin est saisissante de fluidité dans le deuxième acte, se promenant avec une attitude de ballerine sur scène. Après, la technique est assez sûre pour tout ce qui est vocalises et roulades... par contre, il est dommage que tous les aigus soient pris avec précaution et sans qu'ils ne soient vraiment puissants. Étrange quand on a entendu ce qu'elle proposait en Lulu. D'autant que la suite et les grands ensembles vont montrer une soprano qui s'impose... Moins marquant musicalement que Petersen mais très à l'aise sur scène. Le personnage restera au final un peu trop sensuel et n'arrivera pas vraiment à se montrer royal comme arrivait à le faire Petersen, savant mélange de jeune fille et de reine.
Marcel Marcel... rôle souvent donné à une basse profonde sans délicatesse, c'est ici à une basse assez claire de timbre qu'elle est dévolue. Les premières interventions sont moyennement convaincantes avec une voix qui manque du charisme visionnaire du vieux croyant. Il faut dire que Varnier avait placé la barre très haut dans ce domaine. Mais au fil du spectacle, la voix semble se libérer à la fois pour la stature et le volume. Du coup, il va gagner cette épaisseur qui lui manque au début pour ensuite donner un Marcel très humain et paternel, qui manquera juste un peu de ce fanatisme qu'on lui demande. Scéniquement l'aise, sa composition convainc même si on sent moins le rôle tel que conçu par Meyerbeer et vu par Py que ce que Varnier donnait à voir et entendre.
Après avoir été époustouflante en Valentine, Mireille Delunsch devait renouveler son exploit. Et elle va bien relever le défit. Bien sûr cette voix n'est pas forcément idéale dans le rôle... Elle propose un timbre un peu "décousu" qui se fait rauque ou très clair, on entend quelques stridences ou un grave un peu sourd... mais tout cela n'est en fait qu'un détail. Car ces petites faiblesses sont intégrées dans une composition de personnage fascinante et terriblement vivante ! Cette Valentine sait être émouvante, éperdue ou violente, c'est une tragédienne qui est sur scène, qui reprend avec panache ce que Cornélie Falcon a posé en base. La chanteuse assume le rôle totalement, se lançant dans les aigus sans faillir alors qu'ils peuvent être meurtrier. Une grande prestation encore une fois pour un rôle meurtrier si on veut le chanter avec tout le théâtre qui lui convient !
Enfin Gregory Kunde... Il chantait le rôle en 1990 à Montpellier... et depuis, la voix a changé pour devenir plus héroïque. Mais dès son entrée sur scène, il rassure en proposant toujours cette couleur qui lui est si personnelle. Rôle de ténor très exigeant, il demande au final une technique de bel canto, une légèreté dans le premier acte qui semble incompatible à la vaillance de l'air de la tour de Nesle, un phrasé parfait et une résistance très importante. Et bien Kunde relève toutes les facettes de l’œuvre avec une technique parfaite, une voix longue et parfaitement maîtrisée lui permettant de magnifiques nuances (juste "Oui" pris en falsetto qui semble être plus un accident qu'autre chose tant il était déplacé dans la phrase) comme des aigus puissants et claqués. Et à la fin de l'opéra, aucun signe de fatigue ! Noble et de belle prestance, le chanteur semble presque se promener dans le rôle, se permettant quelques ajouts en provenance de sa culture rossinienne comme dans le fameux air de Nesle !! Son personnage évolue bien au cours du rôle et on peut sentir le déchirement du quatrième acte... que dire. Rôle particulièrement ardu chanté de manière impressionnante de technique et d'aplomb. Cutler proposait peut-être un chant plus délicat, mais aussi moins vaillant dans bien des passages. Du coup, deux Raouls un peu différents, mais d'un même niveau !


Conclusions :

Forcément, après tant d'écoutes de la version de Bruxelles, les chanteurs de cette reprise se heurtent non seulement aux fantômes de ce que j'ai vu sur à Bruxelles, mais aussi ce que j'ai écouté à de nombreuses reprises. Manquant de répétition à priori et avec des voix un peu plus massives pour pas mal de rôles, la vision est ici peut-être plus proche de cette "tradition" du chant qui a été imposé par les enregistrements et moins dans cette vision plus "légère" qu'avait proposé Minko. Mais tout de même, il serait dommage de ne pas profiter de la belle tenue du spectacle. Car si j'essaye de faire abstraction ce qui est devenu pour moi la référence, je me rend compte qu'on a ici une distribution vraiment de très très haut niveau, avec un orchestre mené avec art et toujours cette mise en scène magistrale.

Un spectacle qui reste magique et puissant, prenant aux tripes par la puissance des émotions qui se dégagent.

Malheureusement, pas d'enregistrement à Strasbourg qui a renoncé devant la lourdeur des négociations des droits. Il faudra donc espérer soit que La Monnaie ait une vidéo qui puisse un jour être publiée... soit qu'une reprise voit une distribution toujours de très haut niveau qui donnerait naissance à une vidéo.

Comme Marcel, Raoul et Valentine, il faut espérer...


Dernière édition par Polyeucte le Mar 20 Mar 2012 - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Otello
Mélomane chevronné
Otello


Nombre de messages : 7281
Age : 57
Date d'inscription : 20/05/2010

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 0:30

Polyeucte a écrit:
Mais celle qui incarne vraiment le pouvoir, c'est cette Marie de Médicis qui s'installe pour assister à ce mariage. Tout au long de la scène, elle va mener son chien à la baguette et laissera exploser sa joie alors que la haine prend la place du serment d'amitié.

Et là encore sous le regard de Marie de Médicis,
C'est totalement impossible!!! Marie de Médicis (mère de Louis XIII) est née 3 ans après le massacre de la Saint Barthélémy.
C'est Catherine de Médicis, mère de Marguerite de Valois (la "Reine Margot") qui joua le rôle qu'on sait dans ce dont il est question dans l'opéra.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20751
Age : 40
Date d'inscription : 03/07/2009

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 9:48

Et M.... J'ai pas vérifié et voilà...

Polyeucte : zéro pointé en histoire de France...
Je vais aller corriger cette erreur... Embarassed

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb


Nombre de messages : 8514
Age : 42
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 10:02

aurele a écrit:
Delunsch en Valentine m'a convaincu totalement par la densité qu'elle donne au texte. Je me moque finalement que ce ne soit pas la "voix du rôle".

Tout arrive Wink cheers !
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 20:28

LES HUGUENOTS : BIS REPETITA PLACENT


Dimanche 18 Mars, 15h00 - 19h40
Opéra National du Rhin

durée = 3h51

Deuxième représentation des Huguenots en un an : avec à la clé, le risque d’être déçu par rapport à la réussite exceptionnelle de la production bruxelloise et nos souvenirs d’un François Lis pénétrant ou d’un John Osborn triomphant (entres autres, sans compter la prestation exceptionnelle de Varnier dans la deuxième distribution, radiodiffusée). Eh bien il se trouve que cette production strasbourgeoise réitère l’exploit bruxellois, peut-être même plus.
Chantons tout d’abord les louanges de la maison : l’ONR est un beau théâtre, avec de superbes couleurs à l’intérieur, des sièges assez confortables et surtout une politique tarifaire exceptionnelle puisque pour le même prix que la catégorie 3 à Bastille, j’étais placé au troisième rang, c’està-à-dire à quelques mètres de Mireille Delunsch dans le IVe acte ! Le soin apporté au programme, le double surtitrage en allemand et en français, les portemanteaux numérotés dans les couloirs tout cela fait très bonne attention dans une maison qui prend des risques malgré sa voilure plus réduite que le paquebot parisien qui ne cesse de sombrer dans l’oubli du répertoire français.

Conditions de placement exceptionnelles dont je n’avais jamais bénéficié jusque là, et qui ont peut-être aidé à me faire vivre intensément ce spectacle absolument exceptionnel. Déluge de décibels certes, catharsis assurée mais aussi contemplation des visages expressifs des chanteurs, des détails soignés de la mise en scène de Py et proximité orchestrale qui permet de saisir les moindres nuances d’une partition qui, la démonstration n’en est plus à faire, en compte beaucoup.

Tout d’abord, une précision sur notre marotte favorite : malgré la durée annoncée de 3h51 contre 3h56 à Bruxelles, c’est bien simple : il n’y a AUCUNE coupure SAUF 45 SECONDES du ballet des bohémiens au III. Ces 45 secondes de valse presque viennoise ne nous manquent pas. Et tout ce qui a été joué à Bruxelles y est, y compris les détails et les fioritures, et les nouveaux passages. Le tout, redisons-le forme une édition cohérente, la première peut-être, avec un final du III enrichi et la très belle prière de Marcel.

La mise en scène d’Olivier Py m’a encore plus convaincue qu’à Bruxelles : j’apprécie grandement son moyen terme entre historicité et modernité éclairante, sa direction d’acteurs milimétrée (au I, le nombre de gestes autour de la lettre est incalculable, la virtuosité de l’air est transposée dans la chorégraphie), ses images fortes surtout : Delunsch seule debout avec une croix à la main à la fin, la conjuration avec la transformation entre « Dieu le veut » et « Pour cette cause sainte » des croix en épées, tout comme le symbolisme intéressant des deux croix : rupture au début comme pour la Réforme, tentative de cessez-le-feu par Marguerite munie de deux croix. Et on savoure la beauté des tableaux, l’érotisme dosé (et intertextuel, jamais vain), les allusions historiques et le réequilibrage que Py opère entre grande et petite histoire par le rôle de Catherine de Médicis (qui déguste un poulet alors que Saint-Bris prépare le massacre). Une mise en scène lucide et ludique qui joue à fond la carte de l’œuvre au lieu d’y plaquer un quelconque schéma (même la référence à la Shoah passe bien, alors que bien souvent les metteurs en scène font ça à la va-vite comme je te pousse).

La direction de Callegari et l’orchestre Philharmonique de Strasbourg ont donné dans l’ensemble une prestation de haute volée, plus détaillée qu’à Bruxelles (j’ai entendu des choses que je n’avais jamais entendu), les masses sont mieux gérées : Callegari le dit, il a fallu faire jouer les trombones (modernes) en mf au lieu de f par exemple, ce qui fait que les chanteurs ne sont, au parterre, jamais couverts.

Triomphe des chœurs, plus nets qu’à Bruxelles là encore, notamment le chœur « Vierge Marie » qui sont un des éléments essentiels, sinon l’élément essentiel (puisqu’il chantent au moins pendant un tiers du temps !) de la réussite dans cette œuvre dont on ne dira jamais assez la difficulté.

Les petits rôles étaient bien tenus, avec en particulier John Pumphrey à la voix claire et expressive en Etudiant Catholique (« Tout la nuit… »), et des coryphées convaincants.

Enfin, le plateau vocal est remarquable, et peut-être plus encore qu’à Bruxelles.
Tout d’abord, le Nevers de Marc Barrard s’installe d’emblée comme référence (même au dessus de Cachemaille ou Lapointe) avec l’expressivité de ses mots et sa palette de nuances : jamais à mon sens le rôle de Nevers n’a été si bien dit, tant dans les traits piquants du I que dans l’indignation du IV.
Philippe Rouillon confirme la très haute tenue de son Saint-Bris machiavélique, malgré quelques petits ratés (omission de « Ce vieillard a menti ») ; c’est pleinement dans « Oui, l’ordre de la reine » qu’il devient l’allégorie du fanatisme.
Les seigneurs catholiques encore une fois sont bien chantés, notamment Tavannes.
Karine Deshayes se révèle au dessus de mes attentes, et rejoint Staskiewicz ou Tourangeau : si les graves du II ne sont pas faits pour elle, elle est savoureuse dans «Nobles seigneurs », avec des aigus puissants et bien projetés notamment, même si dans les ensembles ça fait parfois un peut « cri ».
Concernant les quatre grands rôles, on va du très bon pour Aikin et Smilek au vertigineux et bouleversant pour le couple principal : au-delà de la « Nuit des Sept étoiles », il faut bien rappeller que c’est Valentine, Raoul et Marcel qu’on entend le plus !

Laura Aikin m’a peut-être moins enthousiasmée que certains : sa facilité dans les vocalisations est remarquable, sa présence scénique aussi mais la diction est parfois flottante, et Marlis Petersen reste la référence de velouté, de piqué et de virtuosité dans un rôle où on peut signaler aussi Sutherland pour la rondeur (et le pur son…), et Raphanel pour le mordant.

Wojtek Smilek déçoit au début : « retour en arrière » me suis-je dit, croyant voir un épigone du Ghiuselev totalement à côté du rôle après deux basses magnifiques à Bruxelles. Eh bien il se révèle homme d’esprit, avec une diction très roulée dans ses r mais intelligible, une présence scénique et une projection fortes, et progressivement trouve ses marques jusqu’à, sans atteindre les sommets d’émotion de Varnier notamment dans la nouvelle prière (N°17B), nous livrer des actes III et V magnétiques, avec une Vision bouleversante.

Enfin, les deux torches vivantes de braises dévorées de cette soirée ont fasciné tous ceux qui étaient là, je crois. Point n’est besoin de dire à quel point Mireille Delunsch, avec une voix a priori inférieure au rôle, transforme en chair incandescante tout ce qu’elle touche et sa Valentine ignée nous laisse au IVe acte (notamment dans « Parmi les fleurs » ou dans le duo bien sûr) suspendus à ses lèvres expressives. On pardonne d’autant plus les quelques ratés (notamment le grand aigu dans la Vision) que la projection est remarquable.

Enfin, vingt-deux ans après Montpellier, Gregory Kunde a livré un absolu tour de force. Quatre heures durant, il a joué comme d’un potentiomètre de sa voix infinie qui paraît inépuisable : du murmure (« Là toujours, oubliant, oublié) à la voix mixte jusqu’à un medium qui a gagné en pure beauté (on a même pensé à Pavarotti parfois, ce grain triomphal et clair), en assise et puis surtout ces aigus d’une facilité déconcertante, rejoignant Osborn dans tous ses coups d’éclat de l’année dernière (« Ont percE Coligny »). Mais tout cela, le potentiomètre et la puissance ne serait rien sans une intention, une diction superlative. Et il y parvient : son jeu scénique est convaincant, sa diction est d’un naturel époustouflant, son expressivité fantastique.

C’est donc encore une fois un triomphe que cette production des Huguenots, qui, désormais nous pouvons le dire, est le point de départ de la Meyerbeer Renaissance : Robert à Londres en décembre 2012, une reprise des Huguenots à venir à la Monnaie, l’éventualité d’un DVD, tout cela réjouit ceux qui ont vu dans cet orgue aux mille registres, dont toute l’histoire de l’opéra à venir découle, un compositeur majeur.
Ceux-là mêmes viennent de constater par deux fois combien un opéra qu’on disait injouable, inchantable et inadaptable à la scène autrement que par décors conventionnels se révèle chanté par trois ( !) équipes de chanteurs différents et tous aussi convaincants par delà les préférences personnelles de chacun (les miennes : Kunde/Delunsch/Petersen /Varnier/Staskiewicz/ Barrard/Rouillon), deux réalisations orchestrales maîtrisées et tendues à la mesure de l’opéra-monde qu’est le chef-d’œuvre meyerbeerien, deux équipes chorales qui relèvent avec brio la succession de morceaux de bravoure, et une mise en scène intelligente et belle de Py : tout cela réhabilite et la faisabilité du projet en tant que projet (monter les Huguenots n’est plus impossible financièrement), la partition dans son intégrité, le style français dans son respect (les dictions ont toutes été très bonnes dans l’ensemble), et le chef d’œuvre de Meyerbeer en tant que chef d’œuvre de l’opéra français.
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele


Nombre de messages : 23537
Age : 32
Date d'inscription : 12/10/2008

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 20:40

On aura droit au compte rendu d'Otello également je pense qui sera sans doute bien différent de nos compte-rendus. Tu as eu de la chance d'être au parterre mais tu avais dû réservé tes places depuis longtemps. Je trouve les sièges en 4e galerie très inconfortables, en revanche, j'aime bien la salle. C'est intéressant de confronter nos avis.
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb


Nombre de messages : 8514
Age : 42
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 20:44

Guillaume a écrit:
C’est donc encore une fois un triomphe que cette production des Huguenots, qui, désormais nous pouvons le dire, est le point de départ de la Meyerbeer Renaissance : Robert à Londres en décembre 2012, une reprise des Huguenots à venir à la Monnaie

Même Salerne monte (en concert, certes), son Robert (véridique Smile ). C'est dire que la lame de fond se mue en déferlante !
(Hs, je Arrow )
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 20:54

Encore mieux :

Les Huguenots
2005 Metz
2010 Bard Summerscape
2011 Madrid
2011 Bruxelles
2012 Strasbourg /Mulhouse
201? Bruxelles

Robert
2011 Sofia (en février)
2012 Salerne
2012? Monte-Carlo
2012? Erfurt (avec Laconi)
2012 Londres ROH !

L'Africaine
2011 New York Opera Orchestra
2011 Würzburg

Le Prophète se fait toujours attendre par contre.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 EmptyMar 20 Mar 2012 - 20:55

aurele a écrit:
On aura droit au compte rendu d'Otello également je pense qui sera sans doute bien différent de nos compte-rendus. Tu as eu de la chance d'être au parterre mais tu avais dû réservé tes places depuis longtemps. Je trouve les sièges en 4e galerie très inconfortables, en revanche, j'aime bien la salle. C'est intéressant de confronter nos avis.

Oui, je m'étais vraiment organisé, un tel évènement vaut TOUTE la saison de l'ONP (et même plus). Avec un tarif jeunes ma place au 3e rang gauche m'a coûté... 40€, soit le prix d'une place sans visibilité à Garnier.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





[Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Opéra du Rhin] Les Huguenots   [Opéra du Rhin] Les Huguenots - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Opéra du Rhin] Les Huguenots
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Opéra du Rhin 2013/14
» Opéra du Rhin 2011 2012
» Opéra du Rhin - l'Enlèvement au sérail
» Opéra du Rhin 2012-2013
» [Opéra du Rhin] Schreker, Der Schatzgräber

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: