Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-51%
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC – Cave à vin de service – 8 bouteilles
49.99 € 100.99 €
Voir le deal

 

 Maurice Delage et les Apaches

Aller en bas 
AuteurMessage
Resigned
Mélomaniaque
Resigned

Nombre de messages : 1188
Age : 37
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 27/08/2008

Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches EmptyMar 24 Jan 2012 - 16:04

Attention, quelques pointes de nostalgie ont pu se glisser par inadvertance dans ce message.

Le vrai sujet devrait être "Maurice Ravel et les Apaches", mais il y a déjà un beau sujet Ravel. Le catalogue de Maurice Delage étant relativement peu abondant (quelques poèmes symphoniques, quelques mélodies, un quatuor…), j’ai décidé de faire d’une pierre deux coups.

Les Apaches

Les Apaches, pour ceux qui ne connaissent pas, sont un groupe d’amis (musiciens, poètes, plasticiens, écrivains mélomanes etc…) se réunissant régulièrement chez l’un d’entre eux, à Paris, pour partager leurs émotions artistiques. Le nom leur viendrait d’un marchand de journaux qu’ils avaient bousculé à la sortie d’un concert et qui s’était écrié : « Attention les Apaches ! ». Cela plaît beaucoup, d’autant plus que c’est aussi le nom d’un gang de malfrat de la même époque. La Belle Epoque *soupir*.

Parmi les musiciens, on trouve Ricardo Viñes, Emile Vuillermoz, Déodat de Séverac, Paul Ladmirault, Maurice Delage, Désiré-Emile Inghelbrecht, Florent Schmitt, André Caplet et bien sûr Maurice Ravel.  A cette bande de joyeux lurons viendront se greffer plus ou moins régulièrement Manuel de Falla et Igor Stravinsky.

Vous vous demandiez qui étaient ces gens qui hurlaient leurs cris de soutien au Sacre du Printemps lors de la création en 1913… et bien ce sont les Apaches pardi ! Cependant, Schmitt se serait écrié le même soir : « Dehors les grues du faubourg ! ». C’est qu’on aimait les bons mots à l’époque… *soupir*

Ravel est le principal artisan de la russophilie des Apaches. Il a l’idée de choisir un thème musical de reconnaissance, qu’on pourra siffler dans l’obscurité des salles de concert (probablement pour ne pas se tromper de cible lors des pugilats). Il pense d’abord au thème de la Shéhérazade de Rimsky, mais c’est un peu difficile. C’est finalement le thème de 8 notes de la Deuxième Symphonie de Borodine qui emporte l’adhésion.

Lors de leurs réunions, les Apaches lisent de la musique, se mettent au piano, dessinent, discutent, et chacun fait connaître aux autres sa dernière création. Cet écrin a probablement été pour beaucoup dans l’éclosion du génie de Ravel, qui leur accordera toujours la première audition de ses œuvres. Ses Miroirs sont d’ailleurs tous dédiés à des Apaches (Fargue, Viñes, Sordes, Calvocoressi, Delage). Il dédie la Vallée des Cloches à Delage, je ne sais pas comment on doit le prendre…

Vuillermoz ira jusqu’à prétendre que les Apaches furent “un groupe de sensibilités attentives qui se sacrifièrent volontairement à l’éclosion d’un créateur. La petite cohorte qui entoura Maurice Ravel dès le début de sa carrière, qui le consola de ses déboires scolaires (échecs et exclusion du Prix de Rome), qui veilla jalousement sur sa gloire naissante et qui l’empêcha de s’égarer dans le maquis de l’esthétique, joua le rôle protecteur et bienfaisant de l’enveloppe soyeuse qu’un vœu formel de la nature réserve à la transformation biologique de la chrysalide à la minute où elle va devenir papillon”. Rien que ça. Bon.


Maurice Delage (1879-1961)

Venons-en à Delage. Son nom est surtout cité comme membre actif et hôte (de 1904 jusqu’à la guerre) du groupe des Apaches dans sa maison du 3 rue de Civry à Auteuil.

Sa vie n’est guère palpitante, un compositeur discret et exigeant envers lui-même, une image de riche dilettante, quelques voyages dans des pays exotiques… un mec normal quoi. Et à l’heure où François Hollande va peut-être devenir président, je pense que c’est le moment de se tourner vers ces compositeurs normaux qu’on a laissés au bord de la route.

Un sujet de débat tout de même: fut-il un élève ou juste un disciple de Maurice Ravel ? Les avis divergent, mais pas de quoi s’empoigner non plus.  C’était en tout cas un grand ami et il l’accompagnera de cette amitié, renforcée de celle de sa femme Nelly, tout au long de son existence.  Crying or Very sad

J’ai choisi de parler de son œuvre à travers deux brefs épisodes l’impliquant, qui ont eu leur importance dans la vie musicale de l’époque :

1909, création de la Société Musicale Indépendante :

Cette année-là, Ravel démissionne de la Société Nationale de Musique. Il écrit à Koechlin : « Je présentais 3 œuvres de mes élèves, dont l’une particulièrement intéressante. Comme les autres, celle-ci a été refusée. Elle n’offrait pas ces solides qualités d’incohérence et d’ennui, par la Schola Cantorum baptisées construction et profondeur. »

Cette œuvre particulièrement intéressante, c’est le poème symphonique Conté par la mer de Maurice Delage, au titre joliment évocateur, selon Ravel « des pages remplies de musique et de goût ». Une œuvre dont je n’ai malheureusement pas trouvé trace.

Avec ce même Kœchlin et d’autres Apaches, Ravel crée la Société Musicale Indépendante (la fameuse SMI) qui jouera un rôle essentiel dans la promotion des musiques d’avant-garde de l’époque. Quand même, ce n’est pas rien. Après toutes ces émotions, Delage a bien mérité quelques vacances en Inde.

1914, ce qui devait être la première française du Pierrot Lunaire :

Peu avant la création du Sacre, et ayant probablement en tête la création déjà très animée de Petrouchka, Ravel a l’idée d’un autre concert scandaleux : la première française du Pierrot Lunaire de Schoenberg, que seul Stravinsky a pu entendre. Ravel : « nous devons jouer cette œuvre pour laquelle, en Allemagne et en Autriche, le sang coule ». Dans un an, c'est la guerre, Ravel ne croyait pas si bien dire...

L’œuvre devait être notamment accompagnée des Trois poésies de la lyrique japonaise de Stravinsky et des Poèmes de Mallarmé de Ravel, deux œuvres sous l’influence du Pierrot (pour Ravel, il ne s’agissait que de la description que Stravinsky lui en avait faite).

J’ignore pour quelle raison cette première ne put avoir lieu, est-ce liée aux tensions politiques en Europe ? J’en doute, d’autres pièces de Schoenberg ayant été programmées par la SMI l’année précédente. Toujours est-il que le Pierrot Lunaire est remplacé au pied levé par les Poèmes hindous de Delage (revenu de ses vacances en Inde avec de belles mélodies dans ses bagages). On a eu tendance à lier ces pièces à celles de Ravel et Stravinsky, alors que Delage n’a nullement été influencé par Schoenberg (les Poèmes ont été composés entre 1912 et 1913).

Quelle richesse sur le fond comme sur la forme ! Ces pièces combinent une grande liberté harmonique et une luxuriance orchestrale qui imite brillamment les sonorités de la musique indienne. Delage choisit des poèmes indiens et un poème de Heine pour évoquer quatre villes indiennes : Madras, Lahore (aujourd’hui au Pakistan), Bénarès et Jaipur. C'est triste à dire, mais le meilleur de Delage est probablement là.

Après 1914 :

Je reviendrai plus tard sur les autres cycles de mélodies (signalons les Haï-Kaïs, les Poèmes Désenchantés). Je m’attarde juste sur la singulière et sublime In morte di un Samouraï, d’allure plus classique, composée en 1950, alors que Delage, dans ses dernières années, semble revenir à un certain classicisme (Suite Française, Quatuor, etc…).

Je ne sais que dire du monumental Quatuor à cordes (55 minutes !), une œuvre vraiment rebutante, sans respiration. C’est une énigme pour moi car très différent du Delage que je connais. Il n’y a pas vraiment de travail sur les sonorités, tout est très compact, cela fait parfois l’effet d’un bourdonnement d’où surgissent çà et là quelques motifs familiers (est-ce inspiré de la tampura des râgas indiens ?). Je ne trouve trace nulle part du contexte dans lequel a été écrite cette œuvre.

Delage a assez peu écrit pour piano, une longue pièce intitulée Schumann (introuvable), et les Contrerimes, trois jolies pièces d'influences diverses: Nuit de Noël, Hommage à Manuel de Falla, Danse.

Discographie :

La discographie n’est bien sûr pas très fournie. Ce sont surtout ses mélodies qu’on trouve dans quelques disques de mélodies françaises (par Dawn Upshaw, Felicity Lott, Darynn Zimmer, Anne Sofie Von Otter etc…).

Deux disques lui sont intégralement consacrés :

Maurice Delage et les Apaches 51Dtux8n9aL._SL500_AA300_   Maurice Delage et les Apaches 518uOSDv5IL._SL500_AA300_

J’ai une nette préférence pour Sandrine Piau dans les poèmes hindous, mais le second présente l’intérêt des versions orchestrales, qui donnent aux mélodies la luxuriance qu’elles méritent, et d’autres pièces plus rares comme les Contrerimes et le Quatuor.

Je n’ai trouvé nulle trace de ses poèmes symphoniques, mais je ne désespère pas !

Je tire la plupart de mes informations du très bel ouvrage de François Porcile, La belle époque de la musique française et du texte de Natalie Morel Borotra, Ravel et le groupe des Apaches, facilement trouvable sur la toile.


Dernière édition par Resigned le Jeu 12 Juin 2014 - 10:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85244
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Re: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches EmptyMar 24 Jan 2012 - 16:10

Resigned a écrit:

Deux disques lui sont intégralement consacrés :

Maurice Delage et les Apaches 51Dtux8n9aL._SL500_AA300_ Maurice Delage et les Apaches 518uOSDv5IL._SL500_AA300_

J’ai une nette préférence pour Sandrine Piau dans les poèmes hindous, mais le second présente l’intérêt des versions orchestrales, qui donnent aux mélodies la luxuriance qu’elles méritent, et d’autres pièces plus rares comme les Contrerimes et le Quatuor.

Je connais ces deux disques, et effectivement la version des Poèmes hindous avec ensemble instrumental (ça n'est pas orchestral, puisque justement c'est le même type d'ensemble que pour Pierrot lunaire et les Ravel et Stravinsky que tu as cités) mérite d'être écoutée en premier lieu à mon avis.
Par contre je me souviens mal du quatuor... c'est dans le même style?

Citation :
Je n’ai trouvé nulle trace de ses poèmes symphoniques, mais je ne désespère pas !

Ah oui, je ne savais même pas qu'ils existaient!
Revenir en haut Aller en bas
Resigned
Mélomaniaque
Resigned

Nombre de messages : 1188
Age : 37
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 27/08/2008

Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Re: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches EmptyMar 24 Jan 2012 - 16:19


Xavier a écrit:

Par contre je me souviens mal du quatuor... c'est dans le même style?

Je m'auto-cite Mr.Red

Citation :

Je ne sais que dire du monumental Quatuor à cordes (55 minutes !), une œuvre vraiment rebutante, sans respiration. C’est une énigme pour moi car très différent du Delage que je connais. Il n’y a pas vraiment de travail sur les sonorités, tout est très compact, cela fait parfois l’effet d’un bourdonnement d’où surgissent çà et là quelques motifs familiers (est-ce inspiré de la tampura des râgas indiens ?). Je ne trouve trace nulle part du contexte dans lequel a été écrite cette œuvre.

Donc voilà, vraiment différent selon moi, et pas du tout séduisant au premier abord.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85244
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Re: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches EmptyMar 24 Jan 2012 - 16:26

Pardon, j'avais parcouru un peu vite.
Bon, je comprends mieux pourquoi je ne m'en souviens pas... m'enfin j'essaierai de lui redonner une chance.
Revenir en haut Aller en bas
franchom
Mélomane averti
franchom

Nombre de messages : 436
Age : 53
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Re: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches EmptyJeu 26 Jan 2012 - 12:20

Resigned a écrit:
Attention, quelques pointes de nostalgie ont pu se glisser par inadvertance dans ce message.

Je n’ai trouvé nulle trace de ses poèmes symphoniques, mais je ne désespère pas !


Commercialement je ne vois rien
Il existerait
Un bateau ivre par Orchestre Nord Picardie dirigé par Aubin
et Cinq danses symphoniques par Orchestre national de France et Rosenthal
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1876
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Re: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches EmptyVen 25 Oct 2013 - 9:21

j'aimerais bien trouver son quatuor à un prix abordable mais pas facile de trouver même une de ses oeuvres à un prix "connaissance "moins de 10 euros ?:lol:Bon dans les 15 euros plus frais d'envois , dommage qu'il n'ait pas été plus enregistré ,il doit pas être plus complexe que celui de Magnard , j'aimerais bien m'en faire une idée de ce quatuor? hum!
Revenir en haut Aller en bas
Resigned
Mélomaniaque
Resigned

Nombre de messages : 1188
Age : 37
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 27/08/2008

Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Re: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches EmptyMer 29 Juil 2015 - 11:44

J'invite vraiment à écouter les Contrerimes, 3 pièces pour piano composées dans les années 20 qui se rapprochent de Debussy et Koechlin. Des morceaux nostalgiques mais pas dénués d'espiègleries, avec des parties semblant un peu improvisées et des harmonies chatoyantes.

Avec le recul, et malgré la brièveté de son catalogue, on pourrait distinguer 3 périodes chez Delage:

Celle qui va jusqu'aux années 20, avec les Poèmes Hindous, les Hai Kai, des pièces très concises et vraiment modernes inspirées par les modes indiens et la poésie japonaise. Rappelons que Delage était un pur autodidacte, un peu complexé ce qui explique qu'il publiait peu.

Ensuite, une période qu'on pourra dire de maturité jusqu'à la guerre, avec toujours des mélodies mais sur des inspirations plus classiques (je n'ai pas encore creusé tout ça) et donc ces Contrerimes où pour une fois il se fait plus bavard et cela donne une musique fourmillante d'idées!

Enfin la période la plus sombre, la mort de son ami Ravel, la guerre (bien que très discret, on lui reprochera d'avoir reçu chez lui des officiers allemands) et l'épuration qui ne l'épargnera pas. Ses dernières œuvres ont une vraie tonalité crépusculaire et là encore il abandonne la concision comme si il relâchait le flot contenu de ses idées et voulait tout dire avant de mourir (c'est vraiment l'impression que donne son Quatuor, que je commence à apprivoiser).
Je reviendrai plus tard sur la splendide mélodie In morte di un samourai, qui bénéficie d'une belle page wikipédia.
https://fr.wikipedia.org/wiki/In_morte_di_un_samoura%C3%AF

Les infos viennent du livre Maurice Delage ou la solitude de l'artisan de Philippe Rodriguez.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Maurice Delage et les Apaches Empty
MessageSujet: Re: Maurice Delage et les Apaches   Maurice Delage et les Apaches Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Maurice Delage et les Apaches
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: