Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-22%
Le deal à ne pas rater :
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming 23,8″ Full HD
139.99 € 179.99 €
Voir le deal

 

 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) EmptyMar 30 Oct 2012 - 11:22

Immortelles : 28/10/2012

Salle Pleyel, Paris

Luigi Cherubini
Médée, Ouverture

Florentine Mulsant
Oratorio pour une femme seule : Simone Weil
Création pour récitante et orchestre opus 39

Hector Berlioz
Cléopâtre, scène lyrique

Piotr Illitch Tchaikovsky
Roméo et Juliette

Séphanie d'Oustrac, mezzo-soprano
Marina Hands, récitante

Orchestre National d'Île de France
Direction : Enrique Mazzola



Il faut bien le dire, l'attrait principal de ce concert était pour moi la mort de Cléopâtre par d'Oustrac... Et au final, ce n'est vraiment pas ça que je retiendrai !

On commence par une ouverture de Médée un peu lourde. Malgré l'allègement des pupitres de l'orchestre, l’œuvre de Cherubini reste un peu écrasée par un orchestre pas adapté à ce style classique qui demande encore je trouve quelque chose de la direction franche et des cordes tranchantes d'un orchestre baroque. Les trais de cordes par exemples manquent de cette violence qui fait tout le prix de l'ouverture. Dynamique et vivante, la direction n'est pas en cause... juste un orchestre trop rond et brillant à mes oreilles pour une telle pièce.

La composition de Florentine Mulsant était une commande pour l'Orchestre National d'Île de France et de France Musique... Pas forcément à l'aise avec ce répertoire, je craignais un peu. Mais en fait, dès le début, j'ai été happé par la musique et le texte. En effet, Marina Hands raconte des évènements marquants de la vie de Simone Weil, philosophe française de la première moitié du XXème siècle. La musique se mêle alors à la voix pour nous donner une vision auditive de l'état émotionnel de la jeune femme. Car je trouve cette musique très descriptive, me faisant penser à la musique de films tels que Metropolis ou Ivan le Terrible : pas forcément trop contemporaine, la musique prend aux tripes et impressionne par la force expressive qui s'en dégage. Contemplative et délicate, elle peut devenir terrible et violente. En salle, cette musique semble prendre toute sa dimension et parle véritable.
D'un point de vue exécution, difficile de juger pour moi, mais j'ai trouvé que le tout fonctionnait très bien. La seule petite chose qui n'était pas très bien réglée était la sonorisation de Marina Hands dont la voix du coup se perdait un peu dans l'orchestre et on ne pouvait saisir tous les mots, malgré la belle déclamation de l'actrice... En tout cas, grand moment... un portrait d'une femme passionnant et passionnante, sur une musique certes un peu moderne, mais qui reste très compréhensible pour moi et du coup qui me parle. Un très grand moment !

La deuxième partie s'ouvre sur la Mort de Cléopâtre par Stéphanie d'Oustrac. Dès l'entrée, avant même que la musique ne commence, la mezzo-soprano EST Cléopâtre, dans une grande robe noire rehaussée d'or. Et tout au long de la pièce, scéniquement nous voyons Cléopâtre vivre et souffrir. D'un point de vue orchestre, je ferais un peu le même reproche que pour l'ouverture de Médée... l'orchestre sonne un peu trop romantique et large pour une partition qui regarde vraiment vers Glück. Du coup on se retrouve avec un orchestre un peu rond et large. Et cet orchestre ne favorise pas non plus Stéphanie d'Oustrac dont la voix semble lutter contre l'orchestre. Habituée au répertoire baroque ou à Mozart, la chanteuse se trouve ici dans une pièce demandant à la base plus de puissance et avec un orchestre plus sonore. Mais la chanteuse conserve ses qualités de chant baroque, habitant chaque mot et nuançant énormément... sauf que du coup certains mots sont noyés par l'orchestre. En plus de cette mésentente entre orchestre et mezzo-soprano, j'ai trouvé la diction très moyenne... Est-ce un manque de travail ou alors devant l'ampleur de la pièce, la mezzo-soprano a-t-elle voulu faire plus de son, en sacrifiant la diction ? Toujours est-il qu'on est loin de la clarté qu'on peut admirer dans le baroque ou même dans sa Carmen. Un essai pas très concluant donc malheureusement : la chanteuse pourrait très bien chanter cette œuvre mais pas dans ces conditions... avec un orchestre baroque ou du moins sur instruments d'époques (Orchestre Révolutionnaire et Romantique par exemple) et dans une plus petite salle, le résultat aurait sans nul doute été beaucoup plus convaincant ! Car sinon, le personnage est bien là et la tessiture assumée...

Et pour conclure, le Roméo et Juliette de Tchaikovsky. Comment mieux terminer ce concert qu'avec cette pièce particulièrement romantique et passionnante ? Les différentes ambiances se croisent et se répondent avec un orchestre chauffé à blanc par le chef d'orchestre. Bondissant sur on pupitre, dirigeant sans partition, le chef Enrique Mazzola vit la partition avec fougue et nous emporte dans un déchainement d'orchestre et de romantisme. Et l'orchestre est ici particulièrement dans son élément... rond, avec de très beaux soli de bois... tout sonne et brille dans une partition particulièrement expressive et un rien démonstrative. Électrisant le public, c'est une vraie ovation qui accueille cette fin de concert !

Au final, un vrai bon moment de musique, avec différents styles et une très belle découverte pour cet oratorio...
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: Re: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) EmptyDim 4 Nov 2012 - 19:09

Pour une fois que j'écoute du contemporain, personne... snifff...
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: Re: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) EmptyDim 4 Nov 2012 - 20:13

Du quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: Re: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) EmptyDim 4 Nov 2012 - 20:29

Ben ça reste du contemporain non? Même si ça ne me semble pas non plus révolutionnaire et tout et tout... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund


Nombre de messages : 6534
Age : 35
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: Re: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) EmptyDim 4 Nov 2012 - 21:02

Non, je parlais du programme en général.

Sinon ta pièce comme le compositeur, c'est simple : je ne connais pas. Mais je suis quand même content que tu aies pu découvrir quelque chose de plaisant.
Mais pourquoi, du coup, écris-tu " En tout cas, grand moment... un portrait d'une femme passionnant et passionnante, sur une musique certes un peu moderne [...] qui me parle. Un très grand moment !" ?

Tu aurais préféré un "grand moment" sur une musique plus morte et convenable ? Pourquoi cette réticence instinctive ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91187
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: Re: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) EmptyDim 4 Nov 2012 - 21:03

Alors Siegmund je te fais la traduction: "certes moderne par rapport à mes goûts habituels, mais j'ai tout de même apprécié". Smile

Normal que tu ne connaisses pas l'oeuvre, puisque c'était une création.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: Re: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) EmptyDim 4 Nov 2012 - 21:18

Voilà! Disons que c'est assez normal que j'ai apprécié au final vu que ce n'est pas trop "extrémiste" dans la modernitude! Mr.Red

Mais c'est quand même beaucoup plus moderne que ce que j'écoute d'habitude! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty
MessageSujet: Re: 28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)   28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
28/10/12 PLEYEL : Immortelles (ONDIF, Mazzola)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philharmonie - Boulez, Verdi - Mazzola, ONDIF - 20/05/18
» Wagner - Gubisch, Mazzola - Pleyel - 30/03/13
» Pleyel - Takemitsu, Rachma, Chosta - ONDIF, Otaka - Mai 2014
» PP - ONDIF/Kuokman/Fournel - Brahms/Strauss/Ravel - 19/04/23
» Philharmonie - Dutilleux Debussy - ONDIF, Lü - 17/01/16

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: