Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

 

 Havergal Brian (1876-1972)

Aller en bas 
+15
Rubato
Megistocera
charles.ogier
Mefistofele
Prosopopus
gluckhand
starluc
DavidLeMarrec
Roupoil
Benedictus
Asinius Pollion
Xavier
Parsifal
Golisande
ScareDe2
19 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyDim 3 Jan 2021 - 15:43

Mon cher ScareDe2,plusieurs symphonies de Brian ne dépassent pas 13 minutes, la 17, la 12, ou la 32 par exemple, ne peux-tu dominer et saisir, par ton esprit des oeuvres de cette longueur,toi qui est un "Grand découvreur du lien entre l'inintelligibilité du classique maximaliste et la forme de l'oreille." ?
En musique,quand c'est ennuyeux, on dit, que c'est rasant , quand , la musique nous surprend par ses tournures,on dit ,c'est n'importe quoi, ce truc ,bref pas beaucoup d'issue?
Revenir en haut Aller en bas
ScareDe2
Farceur québécois
ScareDe2


Nombre de messages : 1051
Age : 25
Localisation : Québec
Date d'inscription : 27/06/2005

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyDim 3 Jan 2021 - 16:03

En effet, il y a surement une facon d'arranger une salle d'écoute pour que la musique d'Havergal Brian y résonne dans toute sa gloire. Ca j'y crois. J'ai déjà testé le rebond sur un écran de projection en vinyl et c'est un avenue intéressante. Je pense que l'oreille "goute" le son. Et que le rebond du son sur différent matériel change la "saveur acoustique". Il faut voir. Toi dans ta salle qu'y a-t-il de spécial? Il faut partager ses secrets.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyDim 3 Jan 2021 - 16:16

Mon secret,s'il y en un, ce sont d'abord,des écoutes répétées,jusqu'a qu'a que je saisisse,ce qui m'échappait ,ce que je ne comprenais pas,et certaines symphonies, comme la 16 ème, la 17 ème m'y ont aidé ,dès le départ
,tellement c'était beau et complexe, à la fois.Mais tu as raison,tout passe d'abord,par le son,de très bonnes enceintes anciennes qui doivent bien peser 20kilos,chacune et un ampli ancien, à lampes ,très lourd ,lui aussi.Quant à l'espace, j'ai une pièce remplie de livres et de CD  de 14 mètres carré,voilà ,aucun mystère .Mais si j'écoute la musique souvent assez fort, j'ai remarqué que c'était ,quand elle était baissée , que je la saisissais, le mieux, va comprendre? J'ai pas mis l'avatar de Beethoven (qu'il m'en pardonne)pour rien, peut être que je deviens sourd et perd mes aigus comme beaucoup de monde en vieillissant,si ce n'est plus  lol.J'ai été, a des concerts sous chapiteaux ,ou la sono ne chômait pas, de quoi perdre ses écoutilles pour le reste du temps.
Revenir en haut Aller en bas
ScareDe2
Farceur québécois
ScareDe2


Nombre de messages : 1051
Age : 25
Localisation : Québec
Date d'inscription : 27/06/2005

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyDim 3 Jan 2021 - 16:26

gluckhand a écrit:
Mon secret,s'il y en un, ce sont d'abord,des écoutes répétées,jusqu'a qu'a que je saisisse,ce qui m'échappait ,ce que je ne comprenais pas,et certaines symphonies, comme la 16 ème, la 17 ème m'y ont aidé ,dès le départ
,tellement c'était beau et complexe, à la fois.Mais tu as raison,tout passe d'abord,par le son,de très bonnes enceintes anciennes qui doivent bien peser 20kilos,chacune et un ampli ancien, à lampes ,très lourd ,lui aussi.Quant à l'espace, j'ai une pièce remplie de livres et de CD  de 14 mètres carré,voilà ,aucun mystère .Mais si j'écoute la musique souvent assez fort, j'ai remarqué que c'était ,quand elle était baissée , que je la saisissais, le mieux, va comprendre?

Plus le son est fort plus il met à l'épreuve l'acoustique de la salle elle même. Moi j'ai une salle entièrement traitée et je peux lever le son à très haut décibels. C'est dangereux par contre. Mais la musique reste absolument géniale. Faut pas abuser des bonnes choses de la vie. J'utilise en ce moment des Yamaha NS10 horizontale de studio, 120 watts.

Un ampli à lampe, des bonnes enceintes, une tonne de livres qui agissent comme diffuseurs acoustique; c'est un pas dans la bonne direction. Aucun autre objet dans la salle qui pourrait agir sur l'acoustique? Du tapis peut-être?
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 19 Jan 2021 - 15:39

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 50209211

Ce disque ne cesse de descendre,chez JPC,de 7,99 euros, il est passé à 5,99 euros. C'est un disque absolument magique,plus je l'écoute, plus je le trouve formidable .c'est fou, comme ce chef , s'est intègré à la musique de Brian.J'ai vu aussi ,qu'il avait fait d'autres anglaiseries, mais là, c'est vraiment superbe ,c'est dingue, le nombre de fois, ou je suis revenu à ce disque, en étant toujours supris et émerveillé.Le London Philarmonique est somptueux. Grand et beau disque, par contre, je vous dirais pas un mot d'Arnold Cook, je ne l'ai pas vu, pour moi, il n'existe pas.Je laisse celà à Golisande lol Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 26 Jan 2021 - 1:20

Du coup j'écoute ce disque Mr.Red : je n'ai pas encore entendu mon ami Cooke, mais les symphonies de Brian me plaisent vraiment bien (surtout la 6, la 16 me semble souvent un peu surexcitée); à vrai dire je n'y comprends pas grand-chose pour le moment, mais c'est intrigant et souvent prenant : j'y reviendrai.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 26 Jan 2021 - 1:33

c'est bien Golisande, tu as raison de poursuivre, sincèrement.J'avais fait un post sur la belle 11ème,et magnifique symphonie ,et bêtement ,je l'ai éffacé, et j'ai plus eu le courage de recommencer, voilà ,ce que c'est que d'écrire en direct.Ces deux symphonies ,dont tu parles, bénéficient d'un très bel enregistrement ,en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 26 Jan 2021 - 2:35

Ce qui me frappe surtout (je parle de la 6e), c'est le côté très visuel de cette musique : on a vraiment l'impression de déambuler, d'arpenter d'étranges lieux plus ou moins plaisants ou ingrats... C'est loin d'être toujours séduisant, et souvent minimaliste — des solos se détachant sur une longue tenue immobile, de longs épisodes à deux ou trois parties, des ponctuations de timbales dans le silence (le tout assez proche du Mahler le plus rocailleux - premier mouvement de la 3e -, même si la couleur anglaise ressort de temps à autre) —, mais contrairement à ce que j'avais ressenti lors de mes écoutes précédentes de ce compositeur, tout me paraît nécessaire, l'« organicité » de cette musique atteint pour la première fois mes ouïes...
Pas de "séduction" à proprement parler, mais – comme Pettersson, malgré un univers radicalement différent – cette musique me donne l'impression d'appartenir au genre qui ne fait pas le ménage pour accueillir l'auditeur : c'est à ce dernier de faire le boulot s'il en a l'envie et la patience (le problème étant généralement qu'il a "trop" d'autres choses à écouter)...
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 26 Jan 2021 - 2:49

A mon avis et même si c'est simpliste, il faut laisser la musique,venir à toi,pas chercher à comprendre ,pas intellectualiser, prendre sans comprendre et peu à peu, les choses se feront et on y voit plus clair.Je sais, ça fait un peu,attendre et laisser venir, mais c'est aussi le cas,pour beaucoup de musiques,si j'avais arrêté, chaque fois, que je ne comprenais pas, je n'écouterais pas grand chose aujourd'hui.Comme je le disais pour la 11éme symphonie, c'est un bonhomme de près de 80 ans qui écrit ça, c'est d'autant plus remarquable,du moins pour la 16éme, mais pour la 6éme ,pas loin aussi.Pour moi, c'est toujours la même histoire, avec , pas mal de compositeurs, toujours y revenir, et sans cesse,remettre ça, jusqu'à laisser tomber ou bien continuer.On a dit aussi, de Mahler que c'était fouillis, qu'il mélangeait tout etccc,bref, c'est à toi de voir, moi je ne peux que conseiller.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptySam 29 Oct 2022 - 15:38

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 FeKpSNmepQDgOIFHS7MLdUe3SgOUJ8H0eyht5umiGFYLGzbRZdOfQ0qqmH1B_B7a0ZmWCi04NXn_bEChB0YkIEqI4o9GX44O99i5wXBZg0dENuHDOYqvPA9V2j3RKZdH_gtJaTUt9t62qP-xZHfoIaxDU7WMu6q6wuYedW-U0CF7lJTZFsAfWu1zfQ
Musique tirée des opéras : The Tigers, Turandot, The Cenci, Faust – BBC Scottish SO, Garry Walker (Toccata Classics)

Extraits symphoniques des opéras : Faust et les Cenci sont assez patauds, sans être spectaculaires pour autant, malgré les quelques moments de lumière manifestement inspirés de Richard Strauss. Pas très subtil, ni très spectaculaire, hélas. Turandot est beaucoup plus contrastée, mais l'orchestrateur de la suite symphonique n'est pas Brian (mais MacDonald) !

C'est ce que j'ai entendu de mieux pour l'heure chez Brian. J'ai tenté aussi les songs (rien noté de particulièrement saillant), et j'aime quand même bien les symphonies 2 ou 11, mais on est loin d'une figure majeure de la symphonie. 

Je me demande, cela dit, si son rapport assez naïf avec la forme et les ambitions n'a pas un rapport avec son origine sociale (l'un des rares compositeurs de cette notoriété à ne pas être issu de musiciens ou d'aristocrates…).


Dernière édition par DavidLeMarrec le Sam 3 Déc 2022 - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptySam 3 Déc 2022 - 12:15

Personnellement, je ne connais pas de musicien,dont la musique soit aussi jouissive à l'écoute et réserve autant de surprises.Il suffit d'écouter sérieusement  simplement la 10 ème symphonie pour s'en convaincre ou bien le groupe magnifique de symphonies,qui va de la 6ème à la 11ème ,même si la 7ème est bien plus développée, que les autres.Elles sont toutes magnifiques et regorgent d'inventions mélodiques et orchestrales.Leur durée, pour certaines ,ne veut pas dire ou sous-entend unre certaine facilité ou manque d'invention, au contraire, dans les plus courtes,il y a un équilibre absolument formidable,parfois surprenant.Je ne parle pas, des nombreuses autres ,toutes aussi singulières et originales ,même s'il y a peut être parfois dans certaines , un côté répétitif et parfois accrocheur ou grand public.Pour moi Havergal brian ,est un génie à part entière, tout comme Medtner ou Pettersson
Toujours relier Havergal Brian à Strauss,fait partie maintenant des choses qu'on lit partout, mais Havergal Brian suit sa propre voie personnelle ,tout en restant néo-tonal,d'ailleurs si ça ressemblait à du Richard Strauss,il n'aurait pas les problèmes qu'il semble rencontrer en France pour  son écoute.
Pour en revenir à Pettersson, David ,tu as mis ,si je m'en souviens bien, un certain temps à t'y faire et à l'accepter comme compositeur .Bien qu'il n'y ai aucun rapport entre Havergal et Pettersson,pour leur musique, leur démarche est la même.De grands symphonistes avant tout et un monde assez original et particulier qui se démarque des autres musiciens.
Rappelons, que Havergal était critique musical et qu'il appréciait Elgar,Délius, Vaughan Williams ou Schoenberg.En faire un naîf,est pour moi totalement faux.Disons que les marches pour acceder en haut, ont été plus dures pour lui ,à grimper, mais maintenant on s'en fout de tout ça, c'est un génie et tant pis pour ceux qui l'ignorent.Pour finir une citation d'Oscar Wilde que j'aime bien “La mode est ce que l'on porte. Ce qui est démodé, c'est ce que portent les autres.”​​​​​​​ Et bien pour moi ,ce que porte Havergal Brian dans la musique,est loin d'être démodé,au contraire même,je trouve sa musique très moderne.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 5 Déc 2022 - 10:52

Pour vraiment mieux connaître la musique d'Havergal Brian, il suffit de l'écouter bien sûr . Les 32 symphonies sont maintenant facilement disponibles sur YT dans d'excellentes versions, mais on dispose aussi , grâce la Havergal Brian socièty de textes et de commentaires très interessants de lui, sur différents sujets musicaux et d'autres sur sa musique ,par des défenseurs ou des particuliers ( http://www.havergalbrian.org/articles-by-hb.php)

Les écrits de Brian sur le site

Ballades populaires (janvier 1932)
Kaikhosru Sorabji »Opus clavicembalisticum«(juin 1932)
Sur la popularité (et Elgar, Reger, Harty, ...) (Octobre 1932)
Le « Wozzeck » de Berg en concert (mai 1934)
Un peu de bruit pour rien – Critiques de HB d’un livre controversé sur Beethoven et Shakespeare (novembre 1934)
Un peu de bruit pour rien – Commentaires de HB sur le livre controversé de Schering sur Beethoven et Shakespeare (novembre 1934)
L’air »Londonderry«(février 1935)
»Atalanta« en Amérique –Atalanta de Bantock à Calydonsous Goossens (mars 1935)
La musique de la passion Schütz (mars 1935)
L’esprit de l’Angleterre – en musique (avril 1935)
Qu’est-ce que la mélodie ? – et joyeux 83e anniversaire à Frederick Cowen (juin 1935)
Qu’est-ce que la vérité ? – Kreisler et Parry : imitation et parodie (juin 1935)
Le transit de l’opéra – l’opéra comme forme (mai 1936)
La musique est-elle nationale? (Mars 1937)
Mozart au piano (mars 1937)
Qu’est-ce que la musique de danse ? – musique pour ballet (mars 1937)
The glory of English music – critique du livre du même nom de Basil Maine (juillet 1937)
Folksongs (juillet 1938)
La nature de la musique moderne – inspirée par le Festival de la SIMC de 1938 (juillet 1938)
»Demeurez avec moi«(mars 1939)
La récompense du compositeur – Musique britannique (mars 1939)
Alexander Brent Smith’s »Elegy«(juin 1939)

Musiciens

Protéger les emplois des musiciens britanniques (février 1932)
The Brighton Municipal Orchestra (avril 1932)
Une ligue musicale britannique (juillet 1932)
Une ligue musicale britannique (août 1932)
Harry Barlow (août 1932)
George Henschel (avril 1934)
Arthur Fagge se souvient (octobre 1934)
Toscanini (novembre 1934)
Le puritain moderne – Furtwängler (janvier 1935)
Toscanini et Debussy (février 1935)
Felix Goodwin – éditeur et critique (mars 1935)
Ebenezer Prout– compositeur et écrivain (avril 1935)
The Fleet Street Choir (décembre 1935)
Frederick Lamond (janvier 1936)
Hallé le pianiste (mars 1936)
John Barbirolli (mai 1936)
Orchestres – Orchestres de Bath et municipaux en général (juillet 1936)
Jubilé de Sir Henry Wood (septembre 1938)
Les adieux McCormack (janvier 1939)
Willy Hess – ancien chef de l’orchestre Hallé (avril 1939)


Compositeurs

Frédéric H Cowen
La renaissance musicale anglaise (mai 1932)
Remarques sur Haydn (mai 1932)
Alfred Bruneau – memento mori (juillet 1932)
Fritz Cortolezis– memento mori (juillet 1932)
Ernest Bloch (mars 1934)
Compositeurs italiens contemporains – Respighi et Pizetti (mars 1934)
Bach et Haendel – critique du Bach de Parry: l’histoire du développement d’une grande personnalité (avril 1934)
Walford Davies (mai 1934)
Gustav Holst – memento mori (juin 1934)
Constant Lambert (et Hindemith) (juin 1934)
Sergueï Rachmaninov (juin 1934)
Samuel Coleridge-Taylor (septembre 1934)
64e Festival des compositeurs allemands (septembre 1934)
Heseltine et Delius (janvier 1935)
Vaughan Williams (janvier 1935)
L’homme Liszt – sur le livre éponyme d’Ernest Newman (février 1935)
Conversations d’un violoncelliste-compositeur – John Foulds (mars 1935)
Cinquante ans après – Stanford et les vicissitudes de la popularité (mai 1935)
Wagner en bref (décembre 1935)
Wagner (juin 1936)
Gluck: un maître musicien (octobre 1936)
C17 Italians – sur une version révisée de Parry’sMusic of the XVIIth century (juin 1938)
Truth in romance – HB critique un roman biographique sur Tchaïkovski (août 1938)
Holbrooke le pionnier ! (Février 1939)
Le mémorial Delius (mai 1939)
Sur Bantock – article substantiel (1949)

Dans cette sélection et ces écrits parfois très courts ,on voit que Brian est très admiratif de ses contemporains comme délius et très au fait de l'histoire de la musique.

Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 5 Déc 2022 - 11:18

Quelques jugements d'Havergal Brian sur certaines oeuvres contemporaines.(Traduction Google, désolé)


Le « Wozzeck » de Berg en concert

On peut encore entendre des échos de la représentation de Wozzeck par la BBC en tant que pièce de concert [en mars 1934] : pour une raison non résolue, l’opéra a attiré l’attention de milliers de personnes. Les écrivains de toutes les classes se référaient à l’œuvre selon leur humeur, et les humoristes s’efforçaient d’en rire, mais échouaient. Schönberg "Gurrelieder "n’a pas suscité un tel intérêt. Peut-être que la tragédie même de Wozzeck suscite notre intérêt.

Il a été décrit comme un mélodrame: et il en est ainsi si le roi Lear, Macbeth et Boris Godounov sont des mélodrames, car le meurtre est dans tous. Wozzeck est tourmenté par le meurtre de sa femme et par sa propre destruction: et c’est donc une affaire d’opprimés plutôt que de rois. L’histoire est bien connue de la plupart des germanophones, mais ils ne réagissent pas à ses horreurs aussi violemment que les écrivains nous disent que le public anglais le fera. L’opéra de Berg incarnant l’histoire a eu un grand succès en Allemagne, et a été considéré par beaucoup comme une simple propagande pour obtenir de la sympathie pour le dixième submergé et intellectuellement humble. Je ne comprends donc pas pourquoi, dans l’ordre actuel, les représentations devraient être interdites en Allemagne.

Écouté comme un drame musical, comme on pourrait écouter une sonate, une fugue ou une passacaille, j’ai trouvé Wozzeck très intéressant. Il a une emprise qui, à la première rencontre, s’empare de Boris ou Elektra. Que Wozzeck, dépouillé de son cadre théâtral, puisse créer une telle impression est un hommage à la maîtrise de Berg dans l’art de la caractérisation.

Richard Bitterauf, le seul Allemand de la distribution, se fait passer pour Wozzeck. L’œuvre n’aurait fait qu’une faible impression sans lui, car, comme Chaliapine, c’est un bon acteur de caractère. Mais, en fin de compte, je n’hésite pas à dire que la production en tant que pièce de concert était une erreur. Wozzeckpar chaque ligne de l’histoire et chaque note de la partition, appartient au théâtre.

...........................................................................................



Kaikhosru Sorabji »Opus clavicembalisticum«
Havergal Brian / Présenté et annoté par Malcolm MacDonald
Cet extrait de La main gauche est intéressant non seulement pour les commentaires de Brian sur l’Opus clavicembalisticum de Sorabji, mais aussi pour sa modulation étendue de Sorabji à Sims Reeves, un élément de contraste aussi extrême que l’on pourrait trouver dans l’une de ses symphonies tardives!

Bien que cela ne corresponde peut-être pas aux souhaits des poètes qui sont venus avec la radiodiffusion pour nous parler du passé, du présent et de l’avenir de la musique, j’ai parfois l’impression que tout ce qu’il faut dire pourrait être rayé sur un sixpence. En ce qui concerne l’avenir de la musique, par exemple, c’est qu’un certain nombre de compositeurs sont convaincus que la musique moderne, telle qu’elle a commencé à Florence en 1600, est maintenant trop mûre et tombe rapidement en décrépitude. Les pionniers sont peu nombreux: car seuls les potentiellement grands peuvent écrire dans un idiome autre que celui de son jour et de son heure: mais les médiocres beaucoup jettent des pierres à quelques-uns, tout comme ils l’ont fait à Monteverdi, et de la même manière qu’ils le font maintenant à Schönberg, Stravinsky, Bela Bartók, Malipiero: aucun d’entre eux ne s’échappera. Busoni a également lutté pour la reconnaissance: mais nous ne le connaissons que par quelques premières œuvres diffusées par Adrian Boult.

Et maintenant vient Kaikhosru Sorabji, le fils d’un père Parsee et d’une mère espagnole, et né dans l’Essex. Je ne suis pas voyant, et je ne dis pas qu’ici est la musique du futur; mais je voudrais parler de son Opus clavicembalisticum, non pas comme un Olympe sabbatarien, mais comme quelqu’un qui n’est certainement pas un Sadducéen musical: je concède la possibilité d’une renaissance de la musique.

Aucune analyse papier n’a pu donner le moindre indice de cette œuvre extraordinaire pour piano : elle est contenue dans 252 pages oblongues, la musique écrite sur trois portées et sans signature de tonalité. Le compositeur nous avertit que « les notes accidentelles ne valent que pour les notes devant lesquelles elles se trouvent, à l’exception des notes répétées et des notes liées ». Pour moi, cet Opus clavicembalisticum est une aventure dans la fabrication de fugues, et la musique de cet ordre devrait toujours être un danger. La forme des sujets de fugue que j’ai devant moi est celle de Bach, au sens figuré seulement, mais le traitement des réponses est celui de Sorabji; et j’y trouve beaucoup de nouveautés. Lorsque la réponse n’est ni stricte ni tonale, les « mises en garde » faites par toutes les générations précédentes sont balayées, ce qui donne un travail étonnant.

Sorabji semble avoir étudié Busoni dans un certain but: mais ni ce maître ni aucun autre ne semble influencer ce travail, si ce n’est qu’ils utilisent tous deux le même langage, comme le font Pater et le sténographe du tribunal de police. Je considère que Sorabji a des dons miraculeux ; et Busoni lui-même n’a pas manqué de parler en bien de lui après avoir joué sa première Sonate pour piano.

Les choses qui confondent et torturent la plupart des hommes lorsqu’ils cherchent à s’exprimer sont toutes si faciles pour Sorabji: comme on l’a dit de William Blake et de ses livres prophétiques, il est le moyen par lequel les anges dans les sphères lointaines parlent aux hommes. Cette suggestion est venue pour la première fois de Philip Heseltine il y a des années lorsqu’il a écrit Sorabji dans l’histoire musicale moderne de Dent.

Ce Opus clavicembalisticum est un phénomène, tout autant que Tristan ne l’a jamais été: et les musiciens apprécieront l’étrange intelligence de son compositeur lorsqu’ils apprendront qu’il écrit ses_enormous œuvres pour piano et ses œuvres orchestrales directement en partition complète, et sans jamais émendation. N’est-ce pas le moment où nous devrions entendre M. Sorabji jouer cette œuvre?1L’Association Musicale ne pourrait-elle pas se justifier en rendant de telles choses possibles ? J’adresse mes félicitations aux éditeurs, MM. Curwen, ainsi qu’à tous ceux dont le travail est inclus. La gravure est superbe.

Mon thème actuel, développé jusqu’à présent, pourrait suggérer que je pense que la musique est entièrement et louablement un art « progressif ». Loin de là : je m’assois souvent à l’écart et j’imagine la cavalcade passer, mais je me réjouis de plus en plus de ces éléments qui sont statiques. La musique s’est développée depuis les premiers opéras de Monteverdi jusqu’aux œuvres passionnantes et magnifiques des compositeurs d’opéra italiens et allemands contemporains, et ce mouvement a été accompagné par la progression de la technique orchestrale. Le son des instruments d’orchestre devient de moins en moins mordant, en raison de moyens de production plus faciles. Le trombone et la grosse caisse se tiennent à l’écart de tout changement.

Le seul grand élément de la musique qui ne change pas à travers les âges est la production vocale: elle s’est développée en Italie, et elle s’y épanouit encore comme à l’époque de Monteverdi. La technique du compositeur change: les chanteurs de la grande ligne acceptent le changement de facilité et de confort: parce que les fondements d’une bonne production vocale sont là où ils étaient. Les triomphes de Rubini, Mario et Caruso ont tous été remportés selon la même méthode que l’Italie continue de pratiquer. On a déjà pensé que le style déclamatoire de Wagner aurait besoin d’un nouveau style vocal pour y correspondre: mais on peut écouterDie MeistersingeretTristanchantés par des Italiens d’une manière qui aurait certainement valu les éloges de Wagner, tandis que les meilleurs chanteurs allemands – ceux que nous connaissions pendant la saison de Covent Garden – chantaient selon la méthode italienne. Sims Reeves2a appris son art en Italie; et John McCormack a sans aucun doute absorbé tout ce que l’Italie pouvait offrir quand il est allé là-bas pour étudier.

Sorabji l’avait d’ailleurs joué à Glasgow en décembre 1930↩

Célèbre ténor anglais, 1818-1900↩

La main gauche

Opinion musicale, juin 1932, pp. 747-748
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyJeu 8 Déc 2022 - 13:59

Introduction aux symphonies / Graham Saxby


Malgré les performances radiodiffusées de ses œuvres au cours des dernières années ans, et beaucoup de publicité de la part de certaines assez influentes figures musicales, il est probablement vrai de dire que, pour la plupart des publics (et bon nombre de critiques musicaux), la seule revendication de Havergal Brian ,la 1ère est une symphonie qui dure plus longtemps que les autres, et nécessite plus d'interprètes, que toute autre symphonie (qui ne peuvent pas être, ni peut être prouvé comme tel, vrai). À ceux dont l’intérêt pour la musique va au-delà du Livre Guinness des records, c’est un homme qui, avec très peu de sa musique jouée en public entre 40 ans et 80 ans, a continué après cet âge à compléter 20 symphonies et deux opéras parmi d’autres musiques - un exploit qui éclipse même L’été indien de Janacek – et a vécu jusqu’à près de 97 ans.

Mais la musique de Brian ne peut pas être jugée en fonction de son apparente prolixité ,pas plus que son approche du concept symphonique ne peut le faire ,être déduit d’un examen de la structure et de l’orchestration de la symphonie gothique, aussi utile que cela puisse être dans comprendre le gothique lui-même. En fait, chacune de ses 32 symphonies est très différente de toutes les autres, et pourtant, paradoxalement, la main du compositeur est facilement reconnaissable en quelques barres prises pau hasard de l’une d’entre elles. Comme Charles Ives, Brian était un individualiste robuste dans sa musique, et a donné l' impression de ne pas être particulièrement intéressé ,par le fait que quelqu’un voulait l’exécuter, une foi l'oeuvre terminée. Encore une fois, comme pour Ives, la reconnaissance a tardé à venir à Brian, bien qu’au moins il vécut assez longtemps pour entendre The Gothic et plusieurs de ses d’autres œuvres exécutées en public et devant être reconnues par un certain nombre des critiques et des musicologues avertis comme l’un des principaux symphonistes du siècle.

Bien qu’il ait pu à certains égards ressembler à Ives, Brian avec son caractère était très différent de celui d’Ives. C’était un  hommes indifférent aux affaires et  la majeure partie de sa vie a été très pauvre. Il était franc et manquant de tact, et son imperceptivité semble lui ont fait perdre l’amitié de plusieurs alliés précieux, dont Elgar et Arnold Bennett. Il a également été victime d’un certain nombre de malheurs dont il n’est pas responsable. Il a refusé de compromettre son idéaux, qu’ils soient musicaux, politiques ou sociaux, et de faire concessions aux goûts actuels. Cela l’a finalement conduit à être doublé (non sans affection) 'l’original Awkward Cuss'.

Commençons par examiner l’approche générale de Brian à l’égard de la symphonie. C’était son souhait déclaré de continuer sur la voie traditionnelle de l’école romantique européenne, bien qu’en l’occurrence il ait beaucoup voyagé plus loin que n’importe lequel de ses prédécesseurs, et tout à fait en à sa façon. Comme l’a dit Malcolm MacDonald 1, Stylistiquement, sa musique symphonique se situe à mi-chemin entre les pôles de Mahler, pour qui une symphonie devait exprimer le monde entier, et Sibelius, car quand il a fallu créer une logique intérieure profonde en l’unité stylistique et la sévérité de la forme. Que Brian a réussi à un La réconciliation de ces deux idéaux est déjà évidente dans une large mesure dans sa Deuxième Symphonie.

Tout comme il admirait l’idiome romantique allemand tardif caractérisé par le travail de compositeurs comme Richard Strauss, Brian était préoccupé par le fait que sa musique devrait être complètement anglaise. De plus, il était déterminé d’y parvenir par des moyens purement symphoniques, et non de produire un arôme artificiel en incorporant des éléments folkloriques comme tant de ses les contemporains le faisaient. À cet égard, il suivit le chemin d' Elgar  : l’esprit d’Elgar imprègne la Deuxième Symphonie. Nettel

Il ne faut absolument pas présumer que parce que Brian était autodidacte il y a quelque chose de grossier ou mal-pensé dans son  son orchestration, ou que ses timbres étranges étaient le résultat de l’ignorance ou d’une oreille non entraînée. La vérité est qu’il avait un flair pour l’orchestration qui éclipsait de loin celle de ses contemporains tels que Bantock ou Holbrooke. Dès le début, son orchestration était originale et brillant, et il y en a. De plus, il ne fait guère de doute que les difficultés rencontrées dans les performances qu’une telle notation a soulevées, ainsi que l’inconnu Les sons qu’il produisait contribuaient à la négligence de la musique. Brian était un excellent lecteur de partitions, et bien que son préféré L’instrument était, et est resté, l’orgue qu’il avait à un âge précoce a appris à jouer de nombreux instruments d’orchestre.

De son étude de l’orgue, il a beaucoup appris sur les sonorités, en particulier la génération de la somme et de la différence tonalités par mélange s’arrête. Le Dr Ted Heaton a montré pour exemple, que le 5ème nu avec lequel Brian termine si souvent son Les œuvres orchestrales génèrent une puissante différence sonore d’une octave en dessous du fondamental. En fait, la même combinaison génère également une somme tonalité une 18e au-dessus de la fondamentale, c’est-à-dire une octave et un majeur 3ème au-dessus en intonation juste. Cette somme est réelle et audible (les accordeurs de piano s’en servent) et avec un mélange de timbre instrumental il peut être clairement entendu. En effet, on l’entend dans les symphonies où une tonalité « majeure » semble à indiquer par les notes finales. De telles félicités ne se produisent pas par accident.

Les structures des symphonies de Brian sont également très originales. Laissant de côté Le gothique, qui ne peut vraiment être discuté que Dans son propre cadre de référence, on retrouve dans les symphonies, Aussi disparates soient-ils, un certain nombre de caractéristiques communes. Brian se méfiait des formes sonates conventionnelles et avait un aversion pour la répétition exacte - à ces deux égards un parallèle avec Debussy. Et, comme Debussy, il a trouvé sa réponse dans une structure qui s’est développé par croissance interne et métamorphose thématique : le Réalisation de l’unité par des thèmes plutôt que par des structures formelles moyens. Son traitement thématique est très personnel. Bien qu’il ait été capable d’écrire de splendides chorales, comme du matériel (et c’était souvent le cas). Ainsi), ses développements thématiques ont tendance à être hautement contrapuntiques, le lignes si indépendantes qu’elles sont hétérophoniques 4 D’une certaine manière rappelant le Pierrot Lunaire de Schoenberg.

Un autre trait que l’on voit particulièrement dans les symphonies ultérieures de Brian, mais déjà évidente dans la Seconde, est sa tendance à juxtaposer matériel de manière à produire des changements brusques d’humeur, souvent à Points culminants. C’est une habitude qui peut parfois être déconcertante, Bien qu’une étude minutieuse montrera généralement une bonne raison pour le changement. Une autre caractéristique individuelle est la façon dont les terminaisons de Ses symphonies montrent une tendance à se désintégrer plutôt qu’à intégrer, produire ce que Harold Truscott a appelé un « Anti-symphonie » plutôt qu’une « symphonie » 5. C’est, de cours, pas sans précédent : la Pathétique de Tchaïkovski et La Neuvième de Mahler sont des parallèles évidents; et donc, dans un d’une manière différente, est La Valse de Ravel. Ces deux Les caractéristiques sont les antithèses directes des méthodes de des compositeurs comme Sibelius qui, selon les mots de MacDonald, « réconcilie extrêmes par des transitions imperceptibles de l’un à l’autre, [attendu] Brian les met en confrontation directe » 6. Bien que ces éléments soient déjà perceptible dans la Deuxième Symphonie, dans ses symphonies ultérieures Brian était d’aller beaucoup plus loin dans les pratiques.


Cet article - ainsi que l’introduction et l’analyse détaillée de Symphonie 2 ici - a commencé sa vie en tant que principal projet dans le cours de l’Université ouverte A308, La montée du modernisme in Music, 1895-1935, que l’auteur étudiait dans sa dernière année pour un baccalauréat spécialisé avec l’Open University.




Merci à la Havergal Brian socety pour ce texte de présentation  /traduction Google , un peu grossière et baclée , c'est vrai mais suffisante pour les grandes lignes.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyVen 23 Déc 2022 - 12:28

On a beaucoup parlé de l'énormité archecturale ,complexe de la première symphonie qui semble la plus longue pour son époque.Mais ensuite Havergal s'est attaché ,à revenir à des formats beaucoup plus modestes ,au point que sa 22 ème symphonie ne dure quelques 9 minutes seulement, mais quelle force et quelle exigence là dedans. On reste impressionné par le résultat  .

Symphonie n° 22 en fa mineur « Brevis » - Havergal Brian
Pour l'écouter, taper toute la ligne
https://youtu.be/havergal Brian/ Brévis/22
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 1:18

De nouveaux enregistrements des symphonies de Brian sur YT. On les doit à Martyn Brabbins,défenseur acharné du compositeur et qui peu à peu et patiemment ,tout comme Christian Lindberg avec Allan Pettersson , construit une belle intégrale.Deux enregistrements sont particulièrement remarquables.La grande 2ème symphonie, qui avec
Brabbins ,met un peu KO toutes les autres versions anciennes , qui ne sont d'ailleurs pas nombreuses, il faut l'avouer. Une belle 14 ème symphonie aussi , bien plus courte et assez rutilante. Deux versions vraiment remarquables et qui feront date dans la discographie de Brian.

La 2ème symphonie d'Havergal Brian / Royal Scottish National Orchestra dirigé par Martyn Brabbins. Pour l'écouter/ https://youtu.be/zD_DyVVV1ZM?si=GrF0uCeR7QzUo4nh

Symphonie n°14 en fa mineur - Havergal Brian
Royal Scottish National Orchestra dirigé par Martyn Brabbins
Pour l'écouter/ https://youtu.be/XzoiYVx3IR0?si=8uUk0_MqhriCrCki
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 12:04

gluckhand a écrit:
Introduction aux symphonies / Graham Saxby


Mais la musique de Brian ne peut pas être jugée en fonction de son apparente prolixité ,pas plus que son approche du concept symphonique ne peut le faire ,être déduit d’un examen de la structure et de l’orchestration de la symphonie gothique, aussi utile que cela puisse être dans comprendre le gothique lui-même.

Citation :
Comme l’a dit Malcolm MacDonald 1, Stylistiquement, sa musique symphonique se situe à mi-chemin entre les pôles de Mahler, pour qui une symphonie devait exprimer le monde entier, et Sibelius, car quand il a fallu créer une logique intérieure profonde en l’unité stylistique et la sévérité de la forme.

Citation :
Dès le début, son orchestration était originale et brillant, et il y en a. De plus, il ne fait guère de doute que les difficultés rencontrées dans les performances qu’une telle notation a soulevées, ainsi que l’inconnu Les sons qu’il produisait contribuaient à la négligence de la musique. Brian était un excellent lecteur de partitions, et bien que son préféré L’instrument était, et est resté, l’orgue qu’il avait à un âge précoce a appris à jouer de nombreux instruments d’orchestre.

Citation :
De son étude de l’orgue, il a beaucoup appris sur les sonorités, en particulier la génération de la somme et de la différence tonalités par mélange s’arrête. Le Dr Ted Heaton a montré pour exemple, que le 5ème nu avec lequel Brian termine si souvent son Les œuvres orchestrales génèrent une puissante différence sonore d’une octave en dessous du fondamental. En fait, la même combinaison génère également une somme tonalité une 18e au-dessus de la fondamentale, c’est-à-dire une octave et un majeur 3ème au-dessus en intonation juste.

Citation :
Bien qu’il ait été capable d’écrire de splendides chorales, comme du matériel (et c’était souvent le cas). Ainsi), ses développements thématiques ont tendance à être hautement contrapuntiques, le lignes si indépendantes qu’elles sont hétérophoniques 4 D’une certaine manière rappelant le Pierrot Lunaire de Schoenberg.


J'ai fait l'effort de tout lire, c'est effectivement possible de comprendre à condition d'y passer au moins trois fois plus de temps que pour un texte normal.

Le fond est ce qu'il est : un ou deux passages pourraient être assez intéressants (mais tels quels ils ne sont compréhensibles qu'à condition de connaître déjà le sujet et d'être capable de corriger les erreurs, comme l'avant-avant-dernier paragraphe), mais globalement ça ne donne aucune idée de ce à quoi ressemble vraiment la musique de Brian — et compte tenu du ton très laudatif donnant l'impression qu'il s'agit d'un compositeur à la fois majeur et assez accessible, il y a de fortes chances d'être déçu ensuite...

Après, il y a la forme : je ne sais pas de quand date cette traduction Google, mais apparemment c'est traduit de l'anglais, or cela ressemble plutôt à ce que l'on obtient aujourd'hui en lançant une traduction d'une langue rare et très éloignée du français; dans ces conditions, pourquoi ne pas mettre un lien, ou copier-coller le texte original ? Si l'on a pu aller sur le forum, on peut aussi aller dans Google trad...
Parce que là, c'est quand même assez dur (je n'ai cité que quelques exemples criants, mais pratiquement aucune phrase ne tient debout).

Mais ce qui me rend le plus perplexe (vraiment très perplexe, en fait), c'est le fait d'avoir pris le temps de réécrire certains paragraphes pour en déplacer les virgules (les fameuses gluckhand-commas que je n'ai jamais vues sur Google traduction même il y a quinze ans), alors que par ailleurs tout semble avoir été laissé tel quel.
Enfin, peut-être que non, peut-être qu'en fait tout a été réécrit pour que ce soit quasi-illisible... Je suis un peu perdu, là.

Je doute que ma lanterne soit éclairée d'une quelconque manière, et j'imagine que tu invoqueras les concepts de droit et de liberté, mais bon voilà, c'était pour dire que j'ai lu ce... truc malgré tout, que ça m'a demandé pas mal d'efforts, et que je trouve finalement assez irrespectueux de publier un texte pareil (à moins de souhaiter vraiment que personne ne le lise, ce qui pour le coup me dépasse complètement).


Dernière édition par Golisande le Lun 4 Déc 2023 - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 12:12

Tu sais ,Golisande , l'écrit n'est pas si important et en plus, tout ça date un peu.Je me suis occupé un temps d'un site de poèsie et c'est dingue ,comme les gens répétaient la même erreur ou faute dans un poème, sans oser y changer un seul mot, alors que c'était vraiment pas clair et ça tenait pas vraiment debout.Sur le net, il y a beaucoup de moutons de Panurge, qui répètent sans comprendre.
J'aurais prèfèré que tu écoutes une des 2 symphonies que j'ai conseillé ( la 2ème et la 14ème) que tous ces discours oiseux que j'ai mis et qui ne font pas avancer grand chose.
PS/ Je ne lis pas couramment l'anglais, comme beaucoup ici et c'est bien une chose dont je souffre térriblement, mais il faut faire avec et voir le positif.La traduction de Google aide, elle ne résout rien.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 12:27

J'ai écouté plusieurs symphonies, je n'ai globalement pas été convaincu, mais ce compositeur m'intrigue toujours un peu et donc je lis avec bonne volonté ce que tu postes à son sujet... Mais là, franchement, c'est un peu trop n'importe quoi.
"l'écrit n'est pas si important" ? En l'occurrence l'essentiel ici passe par l'écrit, alors si, l'écrit est très important.
Donc soit tu te fous complètement que l'on lise ce que tu postes ici (ce qui, je répète, me dépasse, car je croyais que l'on publiait des textes pour qu'ils soient lus), soit tu pourrais au moins consacrer quelques minutes à corriger les plus grosses coquilles...

Et puis il y a cette sombre histoire de virgules... mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 12:40

Golisande a écrit:
J'ai écouté plusieurs symphonies, je n'ai globalement pas été convaincu, mais ce compositeur m'intrigue toujours un peu et donc je lis avec bonne volonté ce que tu postes à son sujet... Mais là, franchement, c'est un peu trop n'importe quoi.
"l'écrit n'est pas si important" ? En l'occurrence l'essentiel ici passe par l'écrit, alors si, l'écrit est très important.
Donc soit tu te fous complètement que l'on lise ce que tu postes ici (ce qui, je répète, me dépasse, car je croyais que l'on publiait des textes pour qu'ils soient lus), soit tu pourrais au moins consacrer quelques minutes à corriger les plus grosses coquilles...

Et puis il y a cette sombre histoire de virgules... mais bon...

Tu as le droit Golisande de ne pas aimer ce que j'écris et non plus la façon dont je l'écris, mais je pense sincèrement ,que certaines personnes apprécient et lisent mes posts et surtout des compositeurs dont je parle et que je défends ici.Pour moi ,l'important est là, le reste , c'est une question de bonne volonté avec tel ou tel compositeur, je ne peux nullement forcer quelqu'un à aimer untel, moi je donne des directions, c'est tout, après chacun fait comme il veut.Il ne faut pas tout attendre de l'autre en amour, comme dans la musique. Razz
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 12:52

Aller exhumer un message de 2022 pour se plaindre de l'emplacement des virgules, j'avoue que la démarche me dépasse tout à fait… scratch

Je note la recommandation de Brabbins, j'essaierai (mais probable que je ne sois pas convaincu, je préviens).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 13:14

DavidLeMarrec a écrit:
Aller exhumer un message de 2022 pour se plaindre de l'emplacement des virgules, j'avoue que la démarche me dépasse tout à fait…  scratch

Non seulement 2022 n'est pas la préhistoire, mais ce message était parmi les derniers de ce fil où je me suis rendu il n'y a pas si longtemps – sans doute en 2022 justement; d'autre part, chez moi rien n'indique l'année de publication des posts.

Par ailleurs, je n'ai pas fait que me "plaindre de l'emplacement des virgules"; je ne prétends pas que mon post mérite forcément d'être lu en entier, mais si l'on juge pertinent de le commenter... Bref.

Pour le reste, ben j'aurai essayé... Mais c'est certainement inutile, vos réactions n'en sont qu'une preuve supplémentaire, et comme il y a énormément de choses beaucoup plus graves, je resterai seul avec ma petite incompréhension. Arrow
Revenir en haut Aller en bas
bambou
Mélomane averti
bambou


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 19/03/2023

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 13:56

Je dirais que c'est mieux de laisser les textes en VO anglaise, et de laisser les gens se débrouiller avec DeepL/Google si ils ne lisent pas assez bien l'anglais, plutôt que de mettre une mauvaise trad qui ne donnent pas envie de se plonger dans le texte.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 14:02

Citation :
pourquoi ne pas mettre un lien, ou copier-coller le texte original ? Si l'on a pu aller sur le forum, on peut aussi aller dans Google trad
Revenir en haut Aller en bas
/
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 20537
Date d'inscription : 25/11/2012

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 14:07

Golisande a écrit:
Pour le reste, ben j'aurai essayé... Mais c'est certainement inutile, vos réactions n'en sont qu'une preuve supplémentaire, et comme il y a énormément de choses beaucoup plus graves, je resterai seul avec ma petite incompréhension. Arrow

tu n’es pas seul (il faut comprendre David, il est sans doute trop occupé pour lire les messages auxquels il répond).

Golisande a écrit:
d'autre part, chez moi rien n'indique l'année de publication des posts.

il y a une option dans les préférences de son profil (format de la date), je conseille c’est plus commode.
(mais on est pas sur Twitter décembre 2022 c’est pas vieux non. Laughing)
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 14:13

lulu a écrit:
il y a une option dans les préférences de son profil (format de la date), je conseille c’est plus commode.

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyLun 4 Déc 2023 - 19:11

Superbe 19 ème symphonie de Havergal Brian, toujours par Martyn Brabbins et le Royal Scotish orchestra. Mais je viens de voir ,qu'il y avait d'autres grands enregistrements de la 8ème, 9ème ,22 et 24ème d'Havergal Brian par Myer Fredman,avec deux grands orchestres anglais .Ces enregistrements font partie de la belle collection Héritage qui met en valeur le patrimoine musical anglais.C'est une joie de les trouver sur YT, car ils sont assez chers dans le commerce.Tout bouge sur YT, ça rentre, ça part,beaucoup de Live .On dirait de plus en plus ,que les grandes marques de disques, laissent faire ou sont dépassées.Mais peut être que je me trompe.

Pour écouter la 19ème / https://youtu.be/9l9GDg79cv4?si=6b6eAIrzt1r4VT5U
Myer Fredmann / https://youtu.be/GigHoGBeTMY?si=hkpLDJ6oOTZaK7vV
·
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 5 Déc 2023 - 5:43

Symphonie n°19 en mi mineur - Havergal Brian
Royal Scottish National Orchestra dirigé par Martyn Brabbins.

I - Allegro spiritoso e con anima a leggiero : 0 :00 II - Adagio ma non troppo - Allegretto : 5 :00 III - Con anima e giocoso : 13 :37 La Symphonie n° 19 de Brian a été composée entre octobre et le 5 novembre 1961. L’œuvre a été créée le 18 juin 1976, lors d’une émission avec l’Orchestre symphonique écossais de la BBC sous la direction de John Canarina. La première représentation publique a eu lieu le 1er décembre 2012, avec l’Orchestre symphonique de l’Université de Bristol dirigé par John Pickard.

L'enregistrement de Brabbins est vraiment magnifique, il rend justice à cette symphonie complexe.Chaque morceau est mis en valeur et comme on l'a souvent souligné chez Brian, sa musique est faite souvent ,de coupures et d'arrêts brusques, qui sont parfaitement agencés ici.Brabbins donne vraiment l'impression d'un ensemble et d'une continuité.Son amour pour la musique du compositeur n'y est pas pour rien, je pense.On ressent une grande tendresse pour ce compositeur, ainsi qu'un grand désir de lui rendre justice.Sûrement la meilleure et la plus aboutie version de cette oeuvre.

Pour l'écouter/ https://youtu.be/9l9GDg79cv4?si=1ULzl5ZWyY9_1Cmf
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 16 Avr 2024 - 11:39

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Th_110

Sir Charles Barnard Groves (1915 - 1992) etait un chef d'orchestre britannique. Il a longtemps dirigé  l'Orchestre symphonique de Bournemouth et aussi surtout la période ou il était à la tête de l'Orchestre philharmonique royal de Liverpool,orchestre avec lequel ,il a laissé pas mal d'enregistrements, dont celui-ci qui est vraiment remarquable.On ne peut que regretter qu'il n'ait pas été plus loin.Il a aussi laissé une première symphonie d'Havergal Brian.L'enregistrement de la 8 et la 9 ,semble dater de 1978 et aujourd'hui encore ,il reste vraiment formidable.Chaque détail prend sa place ,ou il faut.Il y a aussi chez lui, une tension formidable,et une vision vraiment très puissante de l'oeuvre du compositeur.Un très grand interprète de Brian .IL faut dire que celui-ci à eu peu d'interprètes, mais tous,le plus souvent de qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 15565
Age : 49
Date d'inscription : 02/03/2014

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMar 16 Avr 2024 - 20:02

gluckhand a écrit:
L'enregistrement de la 8 et la 9 ,semble dater de 1978
D'après mon exemplaire, le disque est paru en 1978, mais a été enregistré les 25 et 26 juillet 1977 dans les studios d'Abbey Road.

Groves a aussi laissé deux des meilleurs enregistrements des grandes œuvres vocales de la première maturité de Delius (A Mass of Life avec Robert Tear, Benjamin Luxon, Heather Harper et Helen Watts et Songs of Sunset avec Janet Baker et John Shirley-Quirk) ainsi que de son opéra de jeunesse Koanga.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 8:09

Benedictus a écrit:
gluckhand a écrit:
L'enregistrement de la 8 et la 9 ,semble dater de 1978
D'après mon exemplaire, le disque est paru en 1978, mais a été enregistré les 25 et 26 juillet 1977 dans les studios d'Abbey Road.

Groves a aussi laissé deux des meilleurs enregistrements des grandes œuvres vocales de la première maturité de Delius (A Mass of Life avec Robert Tear, Benjamin Luxon, Heather Harper et Helen Watts et Songs of Sunset avec Janet Baker et John Shirley-Quirk) ainsi que de son opéra de jeunesse Koanga.

Il y a un gros coffret de 24 CD consacré à la musique britannique par Charles Groves, pour aller plus loin.Bénédictus, que je mette année 1978 pour la parution ou enregistré le 25 et 26 juillet 1977, celà ne change pas grand chose, surtout pour l'écoute de Brian.J'ai remarqué que sur ce post, on me parle de tout ,sauf de la musique d'Havergal Brian, ainsi vont les forums.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 9:25

gluckhand a écrit:
J'ai remarqué que sur ce post, on me parle de tout ,sauf de la musique d'Havergal Brian, ainsi vont les forums.

Il a tout de même été question plusieurs fois de sa musique (et de façon plus argumentée que dans tes propres posts, fût-ce négativement) : il suffit de remonter la page — je vois d'ailleurs que j'avais plutôt bien aimé la 6e symphonie, je vais réécouter ça...

Et sinon, pour preuve de ma bonne volonté (au moins intentionnelle, ma tendance à procrastiner étant loin de se limiter à Havergal Brian malheureusement), je dispose depuis des temps indéterminés de deux versions des symphonies 8 et 9 : celle de C. Groves que tu viens de mentionner et une autre par Myer Fredman; du coup, laquelle me conseillerais-tu d'écouter en priorité ?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 9:59

gluckhand a écrit:
J'ai remarqué que sur ce post, on me parle de tout ,sauf de la musique d'Havergal Brian

Je crois que tu ne le prends pas comme c'est pensé : on essaie (en tout cas moi) de ne pas te dire sous chaque message « Brian, c'est pas terrible » – on l'a déjà dit, et ce serait désagréable à la longue. Smile

Je pense que c'était le projet de Benedictus, te répondre gentiment pour te montrer que tu es lu – si tu veux son avis sincère sur Brian, demande-le lui (mais ne le fais pas, c'est mon conseil).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 15565
Age : 49
Date d'inscription : 02/03/2014

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 10:45

DavidLeMarrec a écrit:
Je pense que c'était le projet de Benedictus, te répondre gentiment pour te montrer que tu es lu – si tu veux son avis sincère sur Brian, demande-le lui (mais ne le fais pas, c'est mon conseil).
Voilà, c'est exactement ça.

Et puis, spontanément, quand je lis:
gluckhand a écrit:
L'enregistrement de la 8 et la 9 ,semble dater de 1978
je prends ça comme un «quelqu'un aurait plus d'infos?» Pardon pour la méprise, qui est toute entière de mon fait.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 11:57

DavidLeMarrec a écrit:
gluckhand a écrit:
J'ai remarqué que sur ce post, on me parle de tout ,sauf de la musique d'Havergal Brian

Je crois que tu ne le prends pas comme c'est pensé : on essaie (en tout cas moi) de ne pas te dire sous chaque message « Brian, c'est pas terrible » – on l'a déjà dit, et ce serait désagréable à la longue. Smile

Je pense que c'était le projet de Benedictus, te répondre gentiment pour te montrer que tu es lu – si tu veux son avis sincère sur Brian, demande-le lui (mais ne le fais pas, c'est mon conseil).

David, il me semble avoir répondu poliment à Bénédictus,et son avis sur Havergal Brian ,comme le tien ne m'interessent pas vraiment,désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:02

gluckhand a écrit:
J'ai remarqué que sur ce post, on me parle de tout ,sauf de la musique d'Havergal Brian, ainsi vont les forums.

Citation :
David, il me semble avoir répondu poliment à Bénédictus,et son avis sur Havergal Brian ,comme le tien ne m'interessent pas vraiment,désolé.

Je ne capte pas tout. Tu trouves qu'on ne parle pas assez de la musique de Brian, mais tu ne t'intéresses pas aux avis sur la musique de Brian ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:05

Golisande a écrit:
gluckhand a écrit:
J'ai remarqué que sur ce post, on me parle de tout ,sauf de la musique d'Havergal Brian, ainsi vont les forums.

Citation :
David, il me semble avoir répondu poliment à Bénédictus,et son avis sur Havergal Brian ,comme le tien ne m'interessent pas vraiment,désolé.

Je ne capte pas tout. Tu trouves qu'on ne parle pas assez de la musique de Brian, mais tu ne t'intéresses pas aux avis sur la musique de Brian ? scratch

Disons plutôt, que je n'ai pas besoin des autres, pour savoir ce que je dois penser moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:13

Ça c'est normal, et heureusement. Mais ça n'empêche pas d'accueillir d'autres avis, d'autant qu'à vrai dire le tien me semble assez peu défini (si ce n'est que tu aimes, ça on l'a bien compris).


Dernière édition par Golisande le Mer 17 Avr 2024 - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:15

Golisande a écrit:
Ça s'est normal, et heureusement. Mais ça n'empêche pas d'accueillir d'autres avis, d'autant qu'à vrai dire le tien me semble assez peu défini (si ce n'est que tu aimes, ça on l'a bien compris).

Peut on simplifier quelques avis sur le forum (toujours les mêmes) pour juger ou apprècier un compositeur ou pas, telle est la question?
Là on parle d'Havergal Brian, mais on pourrait dire la même chose sur Allan Pettersson.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:34

Il y a eu pas mal d'avis sur Pettersson tout de même (le sujet fait cinq pages, avec de nombreuses recensions très argumentées des symphonies).
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:38

gluckhand a écrit:
David, il me semble avoir répondu poliment à Bénédictus,

Sur la forme, oui, mais il t'apporte la précision que tu cherchais et tu lui réponds que tu n'en as rien à faire.


Citation :
et son avis sur Havergal Brian ,comme le tien ne m'interessent pas vraiment,désolé.

Dans ce cas ouvre un site perso avec commentaires fermés (ou ne te plains pas qu'on ne te réponde pas ?). scratch

Sauf à exiger qu'on soit des dizaines à chanter le génie de Brian, je ne comprends pas ce que tu veux… Tu te plains qu'on ne te réponde pas, on le fait (et sans mentionner ce qu'on pense de Brian pour ne pas te vexer), ça ne te t'intéresse pas non plus…


Bref, je retourne m'occuper de sujets où j'ai des trucs à dire, ce sera mieux. hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:45

Golisande a écrit:
Il y a eu pas mal d'avis sur Pettersson tout de même (le sujet fait cinq pages, avec de nombreuses recensions très argumentées des symphonies).

Oui mais le post Pettersson date de 2006 et celui de Brian de 2013,normal qu'il soit plus fourni. Il y avait André un cuisinier voyageur qui aimait vraiment beaucoup Pettersson, mais les vrais admirateurs de Pettersson ont un peu disparu,je trouve , mais je peux me tromper bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 12:51

DavidLeMarrec a écrit:
gluckhand a écrit:
David, il me semble avoir répondu poliment à Bénédictus,

Sur la forme, oui, mais il t'apporte la précision que tu cherchais et tu lui réponds que tu n'en as rien à faire.


Citation :
et son avis sur Havergal Brian ,comme le tien ne m'interessent pas vraiment,désolé.

Dans ce cas ouvre un site perso avec commentaires fermés (ou ne te plains pas qu'on ne te réponde pas ?). scratch

Sauf à exiger qu'on soit des dizaines à chanter le génie de Brian, je ne comprends pas ce que tu veux… Tu te plains qu'on ne te réponde pas, on le fait (et sans mentionner ce qu'on pense de Brian pour ne pas te vexer), ça ne te t'intéresse pas non plus…


Bref, je retourne m'occuper de sujets où j'ai des trucs à dire, ce sera mieux. hehe

David,ton avis sur Havergal Brian ,comme celui sur Pettersson, je les connais.Ils sont plutôt négatifs.J'ai simplement dit ,qu'on parlait surtout dans les derniers posts  ,d'autre chose que de la musique même de Brian.J'attends toujours ici en effet ,quelqu'un qui comme moi aimera la musique d'Havergal Brian et pas des dizaines à chanter son génie.Je n'en fais pas,non plus, comme toi, une querelle spécifique avec Bénédictus.Je dis ce que je pense et continuerais à le faire..
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 13:24

Symphonie n°14 en fa mineur - Havergal Brian
London Symphony Orchestra dirigé par Sir Edward Downes.
I - Adagio comodo - Allegro moderato - Adagio legato e sostenuto - Tempo grazioso - Adagio - Allegro moderato ma deciso - Adagio legato e sostenuto molto : 0 :00

"La Symphonie n° 14 de Brian a été composée entre 1959 et 1960. L’œuvre a été créée le 10 mai 1970, avec l’Orchestre symphonique de Londres dirigé par Sir Edward Downes. Il est écrit en un seul mouvement divisé en plusieurs sections, faisant partie d’une tétralogie de symphonies en un seul mouvement (n° 13 à n° 17) comme les précédentes, est structuré en un seul mouvement divisé en plusieurs sections." YT

Une de mes symphonies préfèrées, mais pour moi ,toutes valent vraiment le coup.C'est une version déjà ancienne ,mais qui résiste bien à l'écoute.

Pour l'écouter / https://youtu.be/F2PF4crFg9Y?si=aSmEsNHRSxWL0yhB

Plus de renseignements sur YT.
Revenir en haut Aller en bas
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil


Nombre de messages : 1969
Age : 43
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 14:29

gluckhand a écrit:
Oui mais le post Pettersson date de 2006 et celui de Brian de 2013,normal qu'il soit plus fourni. Il y avait André un cuisinier voyageur qui aimait vraiment beaucoup Pettersson, mais les vrais admirateurs de Pettersson ont un peu disparu,je trouve , mais je peux me tromper bien sûr.

Je ne crois pas que les amateurs de Pettersson aient spécialement disparu du forum, Benedictus notamment t'a déjà remercié quelques fois par le passé de t'avoir fait découvrir ce compositeur, et je fais aussi partie de ceux qui aiment beaucoup ses symphonies. Après, c'est sûr qu'on n'en parle pas tous les deux jours sur le forum (à part le fait que je réécoute de temps à autre une de ses symphonies, je n'aurais pas grand chose de neuf à raconter en ce qui me concerne).

Pour Havergal Brian, je ne peux pas faire mieux que garder un silence poli, désolé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 4967
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 14:45

Roupoil a écrit:
gluckhand a écrit:
Oui mais le post Pettersson date de 2006 et celui de Brian de 2013,normal qu'il soit plus fourni. Il y avait André un cuisinier voyageur qui aimait vraiment beaucoup Pettersson, mais les vrais admirateurs de Pettersson ont un peu disparu,je trouve , mais je peux me tromper bien sûr.

Je ne crois pas que les amateurs de Pettersson aient spécialement disparu du forum, Benedictus notamment t'a déjà remercié quelques fois par le passé de t'avoir fait découvrir ce compositeur, et je fais aussi partie de ceux qui aiment beaucoup ses symphonies. Après, c'est sûr qu'on n'en parle pas tous les deux jours sur le forum (à part le fait que je réécoute de temps à autre une de ses symphonies, je n'aurais pas grand chose de neuf à raconter en ce qui me concerne).

Pour Havergal Brian, je ne peux pas faire mieux que garder un silence poli, désolé.

Merci Roupoil de ton témoignage,je me demande si les membres n'étaient pas bien plus investis ,dans ce qu'ils aimaient qu'aujourd'hui.C'est vrai que pour Pettersson, les versions et les intégrales ne se bousculent pas vraiment pour en parler.Je vais faire un classement personnel des versions les plus vivantes et les plus captivantes de ses symphonies, mais je peine aussi à m'y mettre , comme j'ai laissé tomber plusieurs posts que j'ai commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 14:52

Je ne sais pas si tu as remarqué, mais en moyenne tous les sujets sont plutôt moins alimentés qu'il y a quelques années, ce n'est pas spécifique à Pettersson.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato


Nombre de messages : 14355
Date d'inscription : 21/01/2007

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 14:54

Golisande a écrit:
Je ne sais pas si tu as remarqué, mais en moyenne tous les sujets sont plutôt moins alimentés qu'il y a quelques années, ce n'est pas spécifique à Pettersson.

Exact...difficile de ne pas le remarquer en effet. Neutral

Et au sujet de Pettersson, j'ai TOUT réécouté récemment...je dis bien TOUT! Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande


Nombre de messages : 7611
Age : 49
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 15:01

Rubato a écrit:
Et au sujet de Pettersson, j'ai TOUT réécouté récemment...je dis bien TOUT! Basketball

Shocked Ah oui quand même, les films de Lav Diaz, tout Pettersson... Je n'ai jamais testé les deux simultanément... pale


Dernière édition par Golisande le Mer 17 Avr 2024 - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato


Nombre de messages : 14355
Date d'inscription : 21/01/2007

Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 EmptyMer 17 Avr 2024 - 15:04

Golisande a écrit:
Rubato a écrit:
Et au sujet de Pettersson, j'ai TOUT réécouté récemment...je dis bien TOUT! Basketball

Shocked Ah oui, les films de Lav Diaz, tout Pettersson...

Oui. C'était avant "Rubato, le retour" hehe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Havergal Brian (1876-1972)   Havergal Brian (1876-1972) - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Havergal Brian (1876-1972)
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Manuel De Falla (1876-1946)
» Félicien David
» Raoul Laparra (1876-1943)
» Gavrill POPOV
» Brian Ferneyhough (1943)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: