Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -29%
Kit de mémoire vive PNY XLR8 2X8 (2 x 8Go) ...
Voir le deal
49.91 €

 

 Leo Ornstein (1892/3?–2002)

Aller en bas 
+4
Xavier
A
jerome
lulu
8 participants
AuteurMessage
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19256
Date d'inscription : 25/11/2012

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyMer 28 Aoû 2013 - 16:28

Leo Ornstein (1892/3?–2002) 186px-Leo_Ornstein_as_a_young_man


Leo Ornstein (1892/3?–2002), avec Henry Cowell (et quelques autres, dont Antheil et Crawford Seeger, qui arrivent en fait presque 10 ans plus tard), fait partie de la deuxième génération de l’avant-garde américaine (précédée par celle de Charles Ives et suivie par celle de John Cage, etc.). Sa place dans la vie musicale de l’époque est aussi importante qu’éphémère. Le piano est central dans son œuvre.


Remarque. Il est fort difficile de présenter une chronologie de l’œuvre de Leo Ornstein. La plupart de ses œuvres ont été publiées plusieurs années (voire dizaines d’années) après leur date de composition, presque toujours incertaine. On ne connait même pas la date exacte de sa naissance ! On est donc condamné à un flou continuel. J’essaie de démêler des tendances à partir de mes écoutes et de quelques sources utiles, mais c’est probablement au prix de quelques imprécisions ou erreurs. Leo Ornstein a composé pendant au moins 80 ans (de 1910 à 1990), ce qui ne simplifie pas les choses.


1. Né en Ukraine en 1892 ou 1893 (les incertitudes concernant sa date de naissance tiennent apparemment au fait que son père dut tricher sur son âge pour le faire entrer au Conservatoire de Saint-Pétersbourg), il étudie d’abord avec son père, puis à Kiev avec Vladimir Poutchalski (futur professeur d’Horowitz) et finalement, suite à la recommandation de Josef Hofmann, à Saint-Pétersbourg avec Anna Iessipova et Alexandre Glazounov. En 1906, sa famille fuit aux États-Unis pour échapper aux pogroms antisémites. Leo Ornstein continue ses études à New York. À cette époque, il compose quelque pièces tonales et traditionnelles.

Ce n’est vraiment pas ce qu’il faut écouter en premier, mais si vous êtes curieux : /watch?v=3w_Arv3FAOk


2. À partir de 1912/13, Ornstein se met à écrire des pièces d’une radicalité étonnante (en réalité, il n’arrête pas de produire des pièces « gentilles », à côté). Il utilise véritablement le piano comme une percussion, mêlant des rythmes sauvages et des clusters féroces (il utilise cette technique un peu avant Henry Cowell). Ces pièces sont globalement atonales. Ornstein acquiert ainsi une très grande notoriété, et se place à la pointe de l’avant-garde américaine.

Danse sauvage (1913?) : /watch?v=UNsn7NjDPkM


3. Peu à peu, le langage musical d’Ornstein devient plus modéré — et plus riche. Je rapproche volontiers sa musique d’alors des futuristes russes (particulièrement Mossolov). Elle est également marquée de dissonances bartókiennes. Il y a moins de réels clusters, mais beaucoup d’agrégats fort chargés. La polyrythmie devient de plus en plus importante et originale. Tout cela dans une écriture très impressionniste et évocatrice.

Poems of 1917 (1917) : /watch?v=Q_K4lfN2pnY   ;   /watch?v=dpRUN4NUkSM   ;   /watch?v=O8L19vHNyyQ
Suicide in an Airplane (1919?) : /watch?v=zS0x3u6pH3w
Impressions de la Tamise (?) : /watch?v=dnCEu6fwtUM


4. C’est à cette époque qu’Ornstein compose ses premières œuvres de musique de chambre. Dans celles-ci, déjà, la tonalité se fait plus importante, et s’amorce un retour vers un post-romantisme bien-pensant. Toutes ses compositions en musique de chambre resteront globalement dans le même style.

Sonate pour violoncelle et piano nº1 (1918) : /watch?v=cwMx-szyBkM   ;   /watch?v=98n4ogcERaM   ;   /watch?v=ADsN3WAyNZ4   ;   /watch?v=XWnMPz_Mgbk


5. En 1922, Leo Ornstein abandonne la scène de concert, disparait totalement de la vie musicale, et sombre dans l’oubli. George Antheil, influencé par Ornstein, prendra sa place à la tête de l’avant-garde. Ornstein continuera à composer, mais dans un style beaucoup traditionnel et conformiste (Antheil connaitra d’ailleurs le même tournant). Leo Ornstein mélange dans des proportions variables un impressionnisme gentillet (avec toujours ce même gout pour la polyrythmie), un post-romantisme mièvre à en devenir insipide... et souvent encore quelques traces de ses compositions d’avant-garde (soupçons d’atonalité et souvenirs d’agrégats). Pas franchement indispensable, donc, même si certaines œuvres sont plus intéressantes que d’autres. Sa dernière composition date de 1990 (et elle est un peu différente du reste) ; il s’éteint en 2002.

A Morning in the Woods (1971) : /watch?v=Z-XzRU_32Ec
Sixteen Metaphors (1959–78?), nº3 : /watch?v=Nq-B9ouKxlg
Sonate nº8 (1990) : /watch?v=WKq51uTu_CA&list=PL15617243408C9333


Leo Ornstein (1892/3?–2002) Leo_192x261


Leo Ornstein (1892/3?–2002) 1377710098

Leo Ornstein (1892/3?–2002) 1377710127
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19256
Date d'inscription : 25/11/2012

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptySam 21 Sep 2013 - 11:02

Ai réécouté le cd Hamelin :

Leo Ornstein (1892/3?–2002) 3efd431378a0a16a407b6110.L._SY300_


Outre les « hits » classiques (Suicide in an Airplane, Danse sauvage, À la Chinoise et dans une moindre mesure Impressions de la Tamise), on trouve sur ce cd à ma connaissance le seul enregistrements des Poems of 1917 (de 1917, donc), qui rendent à eux seuls ce cd indispensable (hem. Mr. Green), et sur lesquels je me permets d’attirer encore une fois l’attention. Dix superbes pièces évocatrices sur la guerre, dans un style assez proche de Roslavets ou de Mossolov, voire de Scriabine, avec bien sûr la touche personnelle d’Ornstein (une sorte de rage et d’ironie). Very Happy  On trouve aussi les Arabesques, dans un style relativement similaire — mais j’aime moins — et la longue Sonate nº8, derrière œuvre du compositeur, d’un style assez différent que sa production antérieure, peut-être à rapprocher de Charles Yves (je n’accroche pas).

Hamelin, pas toujours convaincant dans d’autres répertoires, fait preuve ici d’une bien plus grande subtilité et d’une bien plus grande profondeur que ce que j’ai pu entendre chez d’autres.
Revenir en haut Aller en bas
jerome
Fugueur intempéré
jerome


Nombre de messages : 8869
Date d'inscription : 10/03/2008

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptySam 21 Sep 2013 - 12:25

Citation :
la longue Sonate nº8, derrière œuvre du compositeur, d’un style assez différent que sa production antérieure, peut-être à rapprocher de Charles Yves (je n’accroche pas).
J'entends aussi une influence d'Ives, une trace de sa folie rhapsodique, mais en plus cogneur (souvent un peu casse-crâne, même).
Le lyrisme est beaucoup plus pathétique, trop pour moi. Ives fait des tourbillons, mais il y met plein de lumière. Cette 8ème d'Ornstein est au contraire très obscure et très épaisse. Autre différence criante, qui est sûrement liée à mon impression d'épaisseur, Ornstein reste très fidèle au "vieux" modèle d'une mélodie de main droite accompagnée par une main gauche régulière et très active ; procédé vite lassant dans un univers musical où mélodie et harmonie sont floues à dessein et où le parcours de l'oeuvre se joue aussi beaucoup, en contrepartie, dans les évolutions de la texture. C'est particulièrement manifeste dans le premier mouvement, où il maintient cette configuration pianistique une bonne partie du temps, c'est étouffe-chrétien. Ives fait fuser des réminiscences mélodiques dans tous les coins du piano, il varie constamment les climats au fur et à mesure que les motifs se transforment, il crée des arrières-plans, des fondus-enchaînés, ça allège et enrichit la pâte. Cette finesse m'a d'autant plus manqué ici que la référence à Ives était manifeste et laissait espérer un "renouvellement" de son héritage.
Merci tout de même pour la suggestion intéressante. Wink
Revenir en haut Aller en bas
A
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyDim 22 Sep 2013 - 16:31

Outre l'excellent disque de Hamelin, il y a un disque Ornstein sur Naxos (sonates 4 et 7, en plus de Suicide et plusieurs autres pièces. J'aime beaucoup son quintette avec piano (couplé avec le troisième quatuor).
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19256
Date d'inscription : 25/11/2012

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyDim 22 Sep 2013 - 18:26

André a écrit:
Outre l'excellent disque de Hamelin, il y a un disque Ornstein sur Naxos
Oui, en effet, mais Weber martèle beaucoup plus (c’est très sensible dans Suicide in an airplane, en comparaison avec Hamelin Laughing). J’ai un temps été « fan » de A Morning in the woods qu’on trouve sur ce cd, mais avec le recul... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19256
Date d'inscription : 25/11/2012

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 10 Oct 2013 - 17:00

je ne comprends pas : comment est-on censé jouer cela ? scratch 

Leo Ornstein (1892/3?–2002) 1381416889

drapeau
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89163
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 10 Oct 2013 - 17:05

Tu joues les deux portées du bas légèrement en avance, et ensuite c'est jouable.

Ou alors il faut être 3. (2 serait suffisant ceci dit)
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19256
Date d'inscription : 25/11/2012

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 10 Oct 2013 - 17:10

Xavier a écrit:
Tu joues les deux portées du bas légèrement en avance, et ensuite c'est jouable.
Oui, c’est ce que je me disais, mais c’est quand même bizarre que cela ne soit pas dit explicitement, non ? On trouve ça souvent (chez d’autres compositeurs, je veux dire) ? Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89163
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 10 Oct 2013 - 17:10

Chez Rachmaninov par exemple on est obligé de faire ça parfois, sans que ça soit toujours explicité.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94679
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 26 Mai 2022 - 16:23

Tiré du fil « futurisme russe ».

Énorme crush sur Leo Ornstein dans ma série d'écoutes ukrainiennes : je ne le connaissais que par des bouts d'anthologies futuristes, et le gars a fait des trucs assez dingues, quelque part entre les Nocturnes de Mossolov, les Clairs de lune de Decaux et la Sonate de Barber – soit à peu près exactement dans le piano que j'aime (et qu'on n'entend jamais en concert, donc).



(:flag_ua: cycle Ukraine #61 :flag_ua:)

Leo Ornstein – Concerto pour piano – Alan Feinberg, American SO, Botstein (archive de concert) 

→ Essentiellement des octaves, quintes et sixtes, plutôt identiques aux deux mains, dans un langage tourmenté mais très lisible, où affleurent quelques modes typiques de la musique hébraïque d’Europe orientale. Très bien fait, mais très différent de la folie de ses œuvres futuristes, tout paraît très stable et équilibré ici. 

https://www.youtube.com/watch?v=3Qi6pnb7hRQ 


Leo Ornstein (1892/3?–2002) 3H1DPy7Pn1SeiD1s6m5g-cV3Xx-l5JP6bf5h2fPrS0IPQBtafl5RRz70Eu3YguTr_sLWvU3BWasrOHpONfnunvErKpKRadZhbdZGRB5zYwhHv1tkAr_8BVrynC7364X9yMlMH8cYETrsGbNs4A

(:flag_ua: cycle Ukraine #60 :flag_ua:)

Leo Ornstein – 3 Fantasies, 3 Tales, Metaphors – Sarah Cahill (New Albion 2008) 

→ Pièces bien moins profuses (mélodie + accompagnement), aux ancrages tonals stables, une sorte de postmodernisme presque planant, très plaisant – mais difficile d’être impressionné par ça après la puissance de l’imagination de son corpus futuriste !





Leo Ornstein (1892/3?–2002) H9FsUMx8mnSsVIUmCesYH7q45JJeX4JbN7fFOUppTHXhUdS_0E406ATgEy67lnk2e0MmYtC82gcgy2BeypCFOXLv_VO2ZNRcsLptQBeX8tBaslaYTYj8TsQud0meFz95uiwQ-9JHCFEmEUQEsA

(:flag_ua: cycle Ukraine #59 :flag_ua:)

Leo Ornstein – Sonates pour violon, 3 Pièces pour flûte, Fantaisie hébraïque – Francesco Parrino, Stefano Parrino, Maud Renier (Brilliant Classics 2017) 

→ Postromantisme assez peu personnel, je n’ai pas été saisi en première écoute. 


Leo Ornstein (1892/3?–2002) W37uw_pCTTFxOD0V39IGN4EwMLWjwA4f7yemh3aIt2NoxeiNQJVbVdbNw1j1nehDJgnWpnFiZPRn9XDXuhVRIILkoT3WS2bKyzW0PmRns5UsF0mXcASwRKQlttqebcblP86_MkMxjfNAJ4Ct1w

(:flag_ua: cycle Ukraine #58 :flag_ua:) (coup de cœur)

Leo Ornstein – Quintette piano-cordes, Quatuor à cordes n°3 – Lydian SQ, Janice Weber () I love youI love you

→ Restes de folklore, donc accessible, mais traité dans une veine farouche particulièrement inventive musicalement.


Leo Ornstein (1892/3?–2002) -bO-DyaJ9EE40BzJaB4hNJs9JAEUBEZkhqvfn6kBdd2sMh2Ndy72F49_TnCikqmwRKeRBsx7pYO8tlGvh89w8V7hm81AUbf73ASLqTWF4E1R0s40jAMe1IMBnXqNcUBgaPx2YinperNNc85hzA

(:flag_ua: cycle Ukraine #57 :flag_ua:) (coup de foudre)

Leo Ornstein – A Morning in the Woods, Wild Men’s Dance, Sonates 4 & 7, Impressions of the Thames, Tarentelle  – Janice Weber (Naxos 2002) I love youI love youI love you

A Morning in the Woods très postdebussyste, Wild Men’s Dance (une de ses œuvres emblématiques de sa période futuriste et radicale) vraiment sauvage avec cluster rauques. Intéressant. 

→ Couplé avec la très belle Sonate n°4 assez symphonique – mais la version Kharitonov a davantage de panache.

Impressions of the Thames offre des nappes irréelles, quelque part entre les Estampes de Debussy, la scène des souterrains de Pelléas et la paisible folie macabre des Clairs de Lune de Decaux. Chef-d’œuvre. 

→ De même pour cette Tarentelle qui, de danse pianistique virtuose assez traditionnelle, s’emballe en prenant de plus en plus de libertés avec la tonalité. 

→ La Sonate n°7 s’inscrit dans la même veine déformée et furieuse, assez jubilatoire. 


Leo Ornstein (1892/3?–2002) NTdS5bLEx3DDdJH7GxWHI1QcnzPFkkkB0TaEMZG-6Rkx51eKFZvwTp2ofjCRsrOxHVxfHMEc1eW90uywKJmALKZ1saQhfyz9qJLYn9IMXF46MH6XVu931IzN2CELhmKIQFkVHt-1Ydh-CuNPJg

(:flag_ua: cycle Ukraine #56 :flag_ua:)

Leo Ornstein – Suicide in an Airplane, Three Moods, À la Chinoise – Daniele Lombardi (LTM 2015) I love youI love you

→ Très expressif, en particulier la Colère ébouriffée ou les accords utilisés de façon traditionnelle mais très enrichis de Joie, avec quantité de traits et de résonances (j’ai songé aux Nocturnes de Mosolov et à la Sonate de Barber)…





Leo Ornstein (1892/3?–2002) OMdqqzHUawc-ABoDg9sXuKWWM-4AWtmY625vL-aLqMAjpqCgbLtM8OsRYxc8aIbEw7lOOAsCOhf1mMtfCxmjTXAoZ1e5zs9xDcRgcK4PGzOFo19O63R12DRapDBhk8wwQAWPxZ4b5DEcHpejQA

(:flag_ua: cycle Ukraine #55 :flag_ua:)

Leo Ornstein – « Piano Music vol.1 » : Impromptus, Sonate, À la campagne, Impressions cosaques – Kharitonov (Toccata Classics 2012) I love youI love you

→ Très beau catalogue d’œuvres chantantes et remarquablement écrites pour piano « symphonique ». En particulier séduit par la Sonate n°4 et les Impressions Cosaques. 


Leo Ornstein (1892/3?–2002) GTsI_oyKWXO9MxaLih0LbJEqBK4_FQHbH4CNi6Ai2tbi7JBjSrUrVg4I72o2b2QnL_KnoK-GAXrK7ZAmIZiS-Wvfx3jiN_45rY0FqIEj62blFS3AT0WDUXJrvw_v54ZFPMDdNPIRW5KHjaXXBw

(:flag_ua: cycle Ukraine #54 :flag_ua:)

Leo Ornstein – Œuvres pour violoncelle & piano – Joshua Gordon, Randall Hodgkinson (Anthology of Recorded Music 2007)

→ Très bien faites, à défaut d’être singulières, du romantisme solide et plutôt inspiré. 
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Thelonious
Mélomane chevronné
Thelonious


Nombre de messages : 2332
Date d'inscription : 10/01/2011

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 26 Mai 2022 - 18:16

Je découvre.
Leo Ornstein (1892/3?–2002) 0636943910429_600
Je trouve A morning in the woods très lumineux. Moi qui ai toujours du mal avec Debussy et son côté évasif, là je trouve ça extrêmement expressif.
Wild Men's Dance (Danse sauvage): est, à mon avis, plus joyeusement animal que "rauque".
La sonate N°4 est en demie- teinte. Le Semplice m'a ému et le Vivo et ses intonations arabo-andalouses m'a enchantée.
Les 3 œuvres suivantes m'ont laissées de marbre malgré quelque très bons moments dan la sonate N°7 et mon intérêt a repris avec A Long Rememberd Sorrow qui est à nouveau délicieusement Debussyste, comme quoi...
Suicide in an Airplane me semble plus anecdotique.

Ce sont des impressions à chaud. A réécouter!


Dernière édition par Thelonious le Jeu 26 Mai 2022 - 20:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94679
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 26 Mai 2022 - 18:31

Very Happy

Tu aimes le versant debussyste et tu n'a pas été frappé par l'évocation de la Tamise ? bounce

Je ne trouve pas que Suicide soit sa plus marquante en effet, mais c'est l'une des plus souvent enregistrées en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Thelonious
Mélomane chevronné
Thelonious


Nombre de messages : 2332
Date d'inscription : 10/01/2011

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyJeu 26 Mai 2022 - 18:36

DavidLeMarrec a écrit:
Very Happy

Tu aimes le versant debussyste et tu n'a pas été frappé par l'évocation de la Tamise ? bounce

Je ne trouve pas que Suicide soit sa plus marquante en effet, mais c'est l'une des plus souvent enregistrées en tout cas.

C'est même la partie qui m'a le plus ennuyée. J'ai trouvé ça un brin affecté.
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomane chevronné
Thelonious


Nombre de messages : 2332
Date d'inscription : 10/01/2011

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyDim 29 Mai 2022 - 17:28

Leo Ornstein (1892/3?–2002) 5060113441416_600

Je te rejoins. Ce disque est génial et la sonte N°4 m'a complètement convaincu cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94679
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyDim 29 Mai 2022 - 17:54

bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele


Nombre de messages : 1459
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyDim 29 Mai 2022 - 21:02

Thelonious a écrit:
Leo Ornstein (1892/3?–2002) 5060113441416_600

Je te rejoins. Ce disque est génial et la sonte N°4 m'a complètement convaincu cette fois.

Ce disque est une merveille absolue. La sonate No. 4 est effectivement d'une grande expressivité, les impressions d'un figuralisme charmant.
Je suis au regret de n'exprimer aucun enthousiasme envers le disque Naxos proposant les sonates No. 4 et 7, la première est dans une version bien moins aboutie et l'intérêt de la seconde m'échappe.

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Orn_jf10
Leo ORNSTEIN : Suicide in an Airplane, À la Chinoise, Danse sauvage, Poems of 1917, Arabesques, Impressions de la Tamise, Sonate pour piano No. 8 (Marc-André Hamelin, piano)

L'autre disque à ne pas manquer est celui de Hamelin, proposant la très disparate et intrigante sonate No. 8 (long premier mouvement agité avec de belles plages lyriques, II façon Nursery d'Inghelbrecht déglinguée, avec une lamentation centrale au goût de Gnossienne en moins répétitif, III pris dans la tourmente) et les stupéfiants Poems of 1917, quelque part entre le versant Decaux et les angoissantes Réminiscences de Berman.

Je suis assez circonspect devant l'engouement généré par les Impressions de la Tamise, Crumb fait le même genre de choses en plus intéressant, trouvé-je. Je préfère les joliesses désarticulées de A Morning in the Woods, voire les gentils chopinismes de la Suite russe.

Quoi qu'il en soit, une voix au piano singulière et intéressante, alternant entre un goût français romantisant, des saveurs russes ou orientales, et des fulgurances futuristes. Merci encore de m'avoir donné l'envie de revisiter Ornstein.*

* Je connaissais le disque Hamelin de longue date et suis très partial à son sujet. Historique personnel à part, je suis convaincu assui bien par le programme — majeur — que l'exécution.
Revenir en haut Aller en bas
Iskender
Mélomane chevronné
Iskender


Nombre de messages : 2064
Age : 54
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyLun 30 Mai 2022 - 13:02

Écoute du disque de musique de chambre. Le langage du 3è quatuor me parle, on y entend une vraie richesse musicale, mais que je perçois lors d'une première écoute comme un flot continu. Il faut y revenir pour en saisir la structure.
Plus tonal, le Quintette avec piano est plus immédiat, totalement génial et inspiré de bout en bout. Grande découverte. Je place ça directement comme une œuvre phare dans le répertoire pour la formation quintette piano et cordes. Je vais passer au piano. Cool
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele


Nombre de messages : 1459
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyMar 31 Mai 2022 - 23:42

Tiré de Playlist...

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Orn_jf12 Leo Ornstein (1892/3?–2002) Orn2_j10
Leo ORNSTEIN : quintette pour piano (Janice Weber, piano ; Lydian String Quartet)
Leo ORNSTEIN : quintette pour piano (Marc-André Hamelin, piano ; Pacifica Quartet)


Deux versions de ce chef d'œuvre du répertoire pour quintette. Gorgé de danses, d'écriture extrêmement dense et symphonique, il combine le drame du Poème de Dupont, les sinuosités du quintette de Bax (et les malaises de son sublime quatuor), dans un idiome oriental et ultra-rythmique proche des terrifiants tourbillons du quintette No. 1 de Bloch.
Côté interprétation, Weber et les Lydian propose une version d'une incroyable véhémence (l'Allegro barbaro est une minute plus rapide !), mais les sortilèges du mouvement central, l'appui des attaques et la méchanceté de l'Allegro agitato me font préférer la version Hamelin + Pacifica.
Quoi qu'il en soit, on ne saurait se tromper avec une version ou l'autre.

Les quatuors à cordes en complément (2 chez Chandos, 3 chez New World) sont également d'une extraordinaire densité, trop pour leur propre bien, peut-être ? Le No. 2 est plus lyrique et dramatique, proche du quintette, là où le No. 3 cultive le rythme et les dissonances, entrecoupées de belles plages lyriques.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94679
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyMer 1 Juin 2022 - 0:09

Ravi de voir ce fil s'épanouir avec vos stimulantes contributions. Very Happy

Oui, ce Quintette, ça ébouriffe sérieusement. bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele


Nombre de messages : 1459
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyMer 1 Juin 2022 - 0:55

Comme le piano, je connaissais le quintette depuis un moment (et le portais en très haute estime), tes recensions sont l'occasion d'orienter les écoutes et de dire deux mots des trésors que l'on celait, parfois malgré soi.
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomane chevronné
Thelonious


Nombre de messages : 2332
Date d'inscription : 10/01/2011

Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) EmptyMer 1 Juin 2022 - 18:34

Leo Ornstein (1892/3?–2002) 5060113441676_600

Encore un joli disque de piano.

Pourtant écrites en 1914 dans ses années les plus radicalement modernes, sa suite russe est une oeuvre très sage et délicate.

Ses 17 valses datant d'après 1950 sont, dans l'ensemble, un peu plus farouches mais restent encore bien ancrées dans le romantisme. C'est un ensemble plutôt hétérogène dont l'écoute m'a donné beaucoup de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty
MessageSujet: Re: Leo Ornstein (1892/3?–2002)   Leo Ornstein (1892/3?–2002) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Leo Ornstein (1892/3?–2002)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ferde Grofé (1892-1972)
» Eileen Farrell (1920-2002)
» Günter Wand (1912-2002)
» Nicolas Obouhow (1892–1954)
» Édouard-Victor-Antoine Lalo (1823-1892)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: