Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

 

 Marc-André Dalbavie (1961)

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Cello
Chtchello
Cello


Nombre de messages : 5728
Date d'inscription : 03/01/2007

Marc-André Dalbavie (1961) Empty
MessageSujet: Marc-André Dalbavie (1961)   Marc-André Dalbavie (1961) EmptyJeu 5 Déc 2013 - 14:57

Tout d'abord merci à Xavier d'avoir autorisé la réouverture d'un fil tout propre sur ce compositeur pour remplacer l'ancien à l'intérêt quasiment nul.

D'autant que la musique de Dalbavie mérite qu'on s'y attarde. Je n'ai pas encore écouté grand-chose de lui mais les 2-3 pièces que je connais m'ont fait forte impression, et mon appréciation s'est non seulement maintenue mais franchement accrue à la réécoute ce qui n'est au final pas si fréquent avec le contemporain.

Il a été l'élève de Boulez mais ses influences sont aussi à chercher chez les spectralistes. Comme eux, il fonde sa démarche sur le timbre. Comme eux, il a recourt, au début de sa carrière du moins, à l'électronique. Mais là où les spectralistes ont une approche plus contemplative que discursive, Dalbavie dote ses oeuvres d'un fort sens de direction. A partir de la fin des années 1990, il délaisse peu à peu l'ordinateur et réintègre dans sa musique des pôles, des pulsations marquées et revisite des genres bien établis (concerto, opéra, trio et quatuor avec piano) avec un grand soin apporté aux couleurs et à la lisibilité.

J'ai découvert sa musique avec Color (2001), une pièce pour orchestre d'une vingtaine de minutes. L'introduction, masse statique d'où se déploient et se tressent lentement des fils de notes, évoque le Ligeti des années 60, en plus chaleureux. Après trois minutes, une très longue série d'accords de cuivres relayée par le piano (qui joue un rôle important à plusieurs moments) ouvre une section massive et solennelle. Une intervention très pulsée des cordes annonce un changement de climat. La musique prend un caractère animé, les différents instruments entrent en dialogue dans un bouillonnement de plus en plus nerveux avant de laisser la place à un calme comparable à celui du début mais ponctué cette fois de nombreux silences. Arrive ensuite le moment le plus marquant de la pièce: un court crescendo aboutit à un jaillissement aussi saisissant qu'inattendu, une puissante éruption orchestrale qui dissipe presque entièrement toute la tension accumulée depuis le début. Une belle réussite, ça m'a coupé le souffle. Les dernières minutes marquent une lente décrue, émaillée occasionnellement de déflagrations résiduelles. On conclut de fort jolie manière sur quelques notes très délicates et mélancoliques. Je n'ai pas la partition et, à l'oreille, c'est difficile d'être sûr dans une pièce aussi riche mais il me semble que toute l’œuvre est basé sur un motif récurrent, une sorte de basso ostinato qui génère les accords et les motifs mélodiques. En tout cas, il me semble qu'il y a vraiment un fil conducteur parfois évident, parfois caché du début à la fin.

J'ai enchainé avec son concerto pour flûte (2006), composé pour Pahud. Dalbavie a une prédilection pour la forme concertante; il a déjà écrit une dizaine d’œuvres dans le genre: pour flûte donc mais aussi pour alto, pour violon, pour piano (2), pour hautbois (2), pour clarinette et cor de basset ainsi que, tout récemment, pour violoncelle. Là aussi, c'est une belle réussite qui fait alterner des passages très mouvementés, avec un flûtiste qui coule des gammes si rapides qu'elles en paraissent liquides et des moments plus pensifs, assez lyriques. Loin de se contenter d'accompagner simplement le soliste, l'orchestre commente et élabore ses traits dans un va-et-vient constant, très coloré et occasionnellement musclé.

J'en profite pour citer un des rares messages instructifs du fil précédent, écrit par Gesualdo (le membre) sur Gesualdo (l'opéra de Dalbavie - 2010) traitant de Gesualdo (le compositeur).

Gesualdo a écrit:
Pour revenir au sujet: la dernière création de Dalbavie, Gesualdo, opéra crée à Zürich en octobre dernier. J'avais trouvé le compositeur assez original, à ses débuts, puis après tout cela s'est banalisé. Sur le site de l'opéra de Zürich, pas mal de photos. Et sur YT, des extraits videos, et interview de Dalbavie, il me semble mis en ligne par l'opéra de Zürich. Mes premières impressions sont plutôt positives. http://opernhaus.ch/de/programm/detail.php?vorstellID=10331598
Charlotte Salomon, un nouvel opéra, est prévu pour Salzbourg en 2014. Dans le registre vocal, il a aussi écrit 6 Sonnets sur des Poèmes de Louise Labé (2008) pour contre-ténor et orchestre, créés par Jaroussky et paraît-il fort recommandables.

Un compositeur à découvrir, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Wassily
Néophyte



Nombre de messages : 1
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/11/2013

Marc-André Dalbavie (1961) Empty
MessageSujet: Re: Marc-André Dalbavie (1961)   Marc-André Dalbavie (1961) EmptyJeu 5 Déc 2013 - 18:50

Cello a écrit:
Je n'ai pas la partition et, à l'oreille, c'est difficile d'être sûr dans une pièce aussi riche mais il me semble que toute l’œuvre est basé sur un motif récurrent, une sorte de basso ostinato qui génère les accords et les motifs mélodiques. En tout cas, il me semble qu'il y a vraiment un fil conducteur parfois évident, parfois caché du début à la fin.
Superbe partition, en effet. Comme elle a fait partie des œuvres présentées au bacs, tu trouveras d'ailleurs de multiples analyses de cette oeuvre sur le net.

Par contre, je crois qu'il n'y a pas vraiment de motifs mélodiques, mais surtout une note répétée sous forme d'échos, reprise en relais, etc... qui constitue un pôle, traverse la partition et lui sert de fondation: Ré puis Sol (surtout sol en fait). On entend aussi fréquemment l'intervalle de quinte comme motif (aux cors si je me souviens bien)!

"Color" est aussi une musique de processus : le terme color est à entendre au sens musicologique, c'est à dire une cellule mélodique qui au Moyen-âge était passé au filtre d'un rythme, la "talea" qui ne comptait pas forcément le même nombre de notes que la "color", ce qui fait que la "color" changeait de rythme systématiquement.

Enfin, ce qui est intéressant chez Dalbavie, c'est qu'il a recours à une technique assez récente, la métatonalité (inventée par Claude Bailif), qui a pour objectif de réconcilier musique tonale et musique atonale.

En tout cas, c'est pour moi l'un des compositeurs français les plus intéressants en ce moment!
Revenir en haut Aller en bas
Antoinette 2
Néophyte



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 06/12/2013

Marc-André Dalbavie (1961) Empty
MessageSujet: Re: Marc-André Dalbavie (1961)   Marc-André Dalbavie (1961) EmptyVen 6 Déc 2013 - 16:23

Bonjour,

A titre de renseignement,et aux dernières nouvelles, P. Jaroussky rechantera les sonnets de L. Labé en août à Salzbourg
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
Cello


Nombre de messages : 5728
Date d'inscription : 03/01/2007

Marc-André Dalbavie (1961) Empty
MessageSujet: Re: Marc-André Dalbavie (1961)   Marc-André Dalbavie (1961) EmptyLun 9 Déc 2013 - 10:17

Ah, ça c'est de l'enchainement, je les ai justement écoutés ce week-end ces Sonnets de Louise Labé (2008) et là aussi, mon avis est franchement positif. Toujours cette maîtrise de l'orchestre (peut-être un peu moins coloré ici) et de la tension dramatique avec en plus de temps à autre des mélismes "à l'ancienne" très convaincants (le texte est d'ailleurs chanté en prononciation reconstruite).

Puis, le concerto pour piano (2005), encore une belle page. Ecrit pour Andsnes, il est construit selon le plan classique en trois mouvements vif-lent-vif. L'entrée du piano en accords puissants évoque Rachmaninov ou Grieg. Suit une idée efficace: un trait passant de l'aigu au grave qui est répété 3 ou 4 fois mais à chaque reprise augmenté et dans un découpage rythmique en valeurs plus brèves. Grisant en plus d'être un point de repère marquant (il est représenté plusieurs fois dans le premier mouvement et il y a quelque chose de similaire dans le troisième). La fin laisse entrevoir une explosion orchestrale mais elle escamotée à la dernière minute; c'est un peu frustrant. Le II est un beau mouvement lent, délicat mais qui monte en puissance de façon très bien dosée et cette fois-ci, on reçoit la claque attendue à la fin fouet . Le dernier mouvement est très bref, un peu comme une arrière-pensée qui rumine nerveusement quelques idées du I.

Bon, Dalbavie est un compositeur que je vais suivre de près: c'est très bien tout ça bounce .
Revenir en haut Aller en bas
hommepiano
Mélomaniaque



Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 23/01/2014

Marc-André Dalbavie (1961) Empty
MessageSujet: Re: Marc-André Dalbavie (1961)   Marc-André Dalbavie (1961) EmptyJeu 13 Mar 2014 - 12:51

bonjour je suis entrain d'écouter le sonnet n° 2 de Dalbavie, chanté par Philippe Jaroussky.....
et vraiment ça me plait........la voix est géniale.....la musique envoutante.......
bravo  cheers 
je continue....... watch?v=7aQ02dVhxYg
Revenir en haut Aller en bas
hommepiano
Mélomaniaque



Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 23/01/2014

Marc-André Dalbavie (1961) Empty
MessageSujet: Re: Marc-André Dalbavie (1961)   Marc-André Dalbavie (1961) EmptyJeu 13 Mar 2014 - 20:33

tres tres bien vos 6 sonnets felicitations monsieur dalbavie...et bravo à monsieur jaroussky pour sa belle voix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Marc-André Dalbavie (1961) Empty
MessageSujet: Re: Marc-André Dalbavie (1961)   Marc-André Dalbavie (1961) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Marc-André Dalbavie (1961)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marc-André Dalbavie
» Marc-André Hamelin
» Unsuk Chin (°1961)
» York Bowen (1884 - 1961)
» Percy Grainger (1882-1961)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: